Navigation – Plan du site
Lectures

Marcelino BISBAL (dir.), Televisión, pan nuestro de cada día

Alfadil Colección Trópicos, Venezuela, 2005
Isabel Chávez Huitrón
p. 250-256
Référence(s) :

Marcelino BISBAL (2005), Televisión, pan nuestro de cada dia, Alfadil Colección Trópicos, Venezuela.

Texte intégral

1Télévision, notre pain quotidien regroupe une pluralité de points de vue, qu’expriment des intellectuels et des chercheurs vénézuéliens parmi les plus influents. Cette pluralité exprime aussi la pluralité de la société vénézuélienne et, par-delà, de la société latino-américaine dans son ensemble, celle qui a donné à sa télévision un visage si particulier, si proche des populations et de leurs réalités quotidiennes.

2Le livre se divise en quatre parties dont les titres — « Venezuela et télévision », « À la recherche du téléspectateur », « Narrations télévisuelles » et « Le paysage de la télévision : structures en changement » — font appel à un vaste champ de réflexion qui en constitue le fondement théorique de cette pluralité. Au total, les huit chapitres nous invitent à traverser l’histoire de la télévision vénézuélienne et à confronter les problématiques culturelles, politiques, sociales et économiques qu’elle a posées et continue de poser. Les auteurs, adoptant un point de vue critique, d’une part, nous familiarisent avec des téléspectateurs qui accueillent la télévision comme un membre supplémentaire de la famille et qui en font un usage parfois différent de celui prévu et, d’autre part, nous dévoilent les spécificités de l’industrie latino-américaine de la télévision. Les auteurs, à la lumière de théories scientifiques qui, depuis l’apparition de la télévision, tentent d’en prévoir les évolutions et de proposer des solutions aux problèmes qu’elle soulève, adoptent parfois des prises de position en faveur de certains changements.

  • 1 . Directeur des études de troisième cycle en communication sociale à l’Université catholique « Andr (...)

3Dans le premier chapitre, Marcelino Bisbal1 dresse un tableau de la télévision en Amérique latine. cette entrée en matière sert à justifier la publication du livre, mais elle met aussi en évidence les principaux questionnements liés à l’usage de la télévision et la nécessité d’y apporter des réponses.

 […] quelles réponses pouvons-nous formuler face à ces scènes qui redéfinissent nos pratiques culturelles, notre propre identité à l’époque actuelle, éclatée en divers morceaux, allant jusqu’à orienter l’histoire, non pas dans un sens séquentiel mais de façon disparate et discontinue (p. 13, notre traduction).

4Au Venezuela, selon les études sur la consommation culturelle, les manifestations de la culture « de l’image » et de la culture populaire se diluent dans la culture de masse. Tous les jours, 92 % des gens regardent la télévision et écoutent la radio dans l’intention de voir et de comprendre le monde, car ce sont ces médias qui leur donnent accès à l’histoire contemporaine. Pourquoi réfléchir sur le Venezuela, l’Amérique latine et leurs industries télévisuelles ? Selon Bisbal,

[…] il s’agit de penser à ce qui se passe avec la quotidienneté et nos modèles de vie quand la télévision les traverse sémiotiquement, quand la télévision accorde à la culture de masse industrielle des grands médias l’hégémonie sémiotique sur la vie […] Car, tout en étant hégémonie et domination, la télévision domine parce que l’usager/percepteur le veut bien, parce qu’il se l’approprie, fait des transactions avec elle et contribue à son fonctionnement (p. 24).

5Dans son récit de l’histoire de la télévision vénézuelienne, Bisbal insiste sur le rôle joué par l’État, la société civile et les groupes privés. Son analyse couvre les années 1950, quand la télévision fait sa première apparition en Amérique latine, sous la bannière de la modernité, jusqu’à nos jours, alors que le sous-continent n’échappe plus aux tendances globalisantes de l’activité économique mondiale. Non seulement la télévision a documenté, avec plus ou moins de liberté, l’histoire de l’Amérique latine du xxe siècle caractérisée par une grande instabilité politique et sociale, elle en a été marquée… et elle l’est toujours.

6Le panorama que trace Bisbal est vaste : du rôle des grands groupes multinationaux jusqu’aux réticences d’une classe se proclamant le défenseur de la « haute culture » ; de l’influence croissante des contenus étrangers, surtout étatsuniens, jusqu’aux usages éducatifs instaurés par les téléspectateurs ; de l’intervention ambiguë de l’État — toujours craintif face au pouvoir idéologique de la télévision et dont les lois peu réalistes et sans conséquences visaient à protéger les autorités politiques contre toute attaque —, jusqu’à la mondialisation économique qui a hissé les grands groupes télévisuels latino-américains au premier rang mondial. Bisbal réussit, en quelques pages, à montrer comment la télévision contribue à construire la vie quotidienne du Vénézuélien d’aujourd’hui pour ensuite réclamer un projet de télévision publique, la reconnaissance de la diversité culturelle et de la pluralité idéologique et politique, et l’urgence de transformer les médias en des espaces complémentaires de formation et d’exercice de la citoyenneté afin de garantir la pluralité des informations.

  • 2  Assistante de recherche au Centre des recherches de la communication de l’Université centrale, Ven (...)

7Le chapitre de Vanessa Rodríguez Brejio2 présente une réflexion sur la télévision en termes de culture. L’auteure observe comment, pendant de longues années, les études sur les industries culturelles en Amérique latine ont notamment insisté sur la dangerosité des médias de masse tout en sous-estimant leur importance au sein de la société. Elle rappelle que cette politisation de la pensée a surtout été le résultat de l’influence idéologico-politique de l’École de Francfort, importée en Amérique latine par des intellectuels, dont Antonio Pascuali. Pour conséquence, la gauche n’a cessé d’insister sur les dangers que représentaient les médias, alors que la droite, et avec elle les entreprises privées, ont parfaitement compris leur importance et s’en sont servis selon la logique du marché. Selon Rodriguez Brejio, les travaux de Martin Barbero et Garcia Canclini, pour ne nommer que les plus connus, revêtent une importance vitale, car ils marquent l’émergence d’une vision nouvelle « [de] la massification et ses relations avec le populaire, en tenant compte des apports de Walter Benjamin, et en comprenant l’importance que la télévision a eue dans la modernité hybride, inachevée et contradictoire de ce continent » (p. 89).

8L’un des points forts de ce deuxième chapitre est la perception claire des différents rôles sociaux et culturels que les médias ont joués tout au long des cinquante ou soixante dernières années. Dans un premier temps, il s’agissait avant tout de transmettre l’idée politique de la nation, d’établir une relation entre les masses urbaines et l’État. Les années 1970 verront apparaître, dans un second temps, l’appropriation des médias par le dispositif économique, une tendance qui se réaffirmera au cours des années 1990, quand l’État sera désormais perçu comme une instance neutre qui doit assurer le développement et la modernisation de l’Amérique latine. Les téléspectateurs délaissent alors l’idée de nation et de territoire, pour acquérir le sentiment d’appartenance à une société globale.

Il s’agit de cultures plus flexibles, avec temporalités plus courtes, plus réceptives face à des apports externes et essentiellement hybrides. Ces nouvelles sensibilités se connectent avec la globalisation technologique qui diminue l’importance du territorial (p. 102).

9Tout cela a eu pour résultat de favoriser l’émergence d’un nouveau paysage télévisuel et des changements tant dans les usages que dans les politiques.

10Pour Rodríguez Brejio, la télévision incarne les contradictions de la modernité latino-américaine : s’y manifeste un décalage entre les images de l’espace social et sa réalité, qui est celle d’une absence d’espaces politiques où se résoudraient les conflits et de la non-représentativité de la diversité des modes de vie des classes populaires.

  • 3  Docteur en communication, professeur et chercheur.

11La deuxième partie du livre s’ouvre sur les réflexions de Leopoldo Tablante3. Il s’intéresse au rapport du spectateur à une télévision qui nivelle les contenus et généralise des modes de vie. Cela permet, d’un côté, d’organiser le temps télévisuel selon une vision standardisée de la réalité et, de l’autre côté, de ménager au spectateur la possibilité de s’identifier aux contenus. Selon Tablante, l’on a trop tendance à oublier la capacité de réaction de l’auditoire face au « pouvoir manipulateur » de la télévision. Et ce, malgré la « lecture dominante » ou « autorisée » qu’imposent les messages télévisuels et qui obligent les spectateurs au seul choix de les accepter ou de les rejeter. La télévision impose donc ses exigences, elle détermine jusqu’à un certain point les limites de l’interprétation de ce qu’elle « montre », mais le téléspectateur conserve une certaine marge, à l’intérieur même de ces limites, d’interpréter ce qui est montré en se référant à la réalité de son quotidien. À la suite de beaucoup d’auteurs, Tablante note que la spécificité du spectacle télévisuel tient à sa quotidienneté : le spectacle se mélange à notre vie de tous les jours et nous nous l’approprions au même titre que tout autre objet qui traverse notre expérience. Si la télévision représente donc une « menace », c’est surtout « […] parce qu’elle a acquis une place d’honneur dans notre intimité et qu’elle s’est chargée de conditionner nos réflexes en nous rendant capables de décoder images et sons au rythme de l’activité domestique et thématique, de l’interruption publicitaire ou de l’expression des discontinuités d’un contenu à l’autre » (p. 126).

  • 4  Candidat au doctorat et Directeur de l’Institut des recherches en communication à l’Université cen (...)

12Dans un quatrième chapitre, Gustavo Hernández4 exprime clairement le besoin d’une pédagogie de la « compétence télévisuelle ». Selon lui, il faudrait cesser d’accuser la télévision d’être la source de tous les maux de l’enfance ou de l’adolescence. Au contraire, il faudrait donner à cet enfant ou à cet adolescent les outils cognitifs et conceptuels nécessaires pour qu’il apprenne à identifier, à évaluer et à questionner les messages télévisuels ; leurs faiblesses mais aussi leurs forces. Cette formation est d’autant plus nécessaire qu’on ne peut nier le pouvoir sémiotique des contenus médiatiques. Ainsi Hernández explique-t-il que

[…] la recherche sur les médiations des audiences de masse a une grande utilité dans le champ de l’éducation et de la communication, car elle nous permet de connaître le sujet dans son devenir socioculturel, en tant qu’agent qui possède dans son imaginaire ses propres résistances et négociations par rapport aux messages de masse (p. 169).

13Un ouvrage sur la télévision en Amérique latine doit forcement aborder l’un de ses produits le plus stigmatisé et le plus populaire, le plus rejeté et le plus aimé : la telenovela. Et c’est bien le sujet de la troisième partie de cet ouvrage. Miriam Marinoni, écrivaine vénézuélienne bien connue, compare la littérature et la telenovela.

14Elle parvient à souligner les caractéristiques principales de l’une et de l’autre, sans pour autant tomber dans le piège facile qui consisterait à glorifier la littérature et à mépriser la telenovela. Cela ne l’empêche pas de signaler que, sur le plan autant de la production que de la diffusion et de l’interprétation, les deux genres s’opposent : « La littérature naît de la rencontre d’un homme qui à travers ses paroles encercle tous les hommes » (p. 177). En revanche, la telenovela serait une production collective soumise aux multiples contraintes des intérêts économiques et qui, du point de vue de sa diffusion, impose plus qu’elle ne raconte et utilise un langage qui n’admet pas d’évolution. Chaque jour, les gens consacrent de moins en moins de leur temps libre à lire, et de plus en plus à regarder une telenovela, non seulement en Amérique latine mais à travers le monde. Marinoni note avec beaucoup de pertinence qu’« on ne peut plus penser que le monde est plein d’idiots, depuis notre Amérique et jusqu’en Indochine… » (p. 174). À son avis, la telenovela, grâce à son langage simple et répétitif, à la pauvreté d’une invention qui raconte toujours la même histoire d’amour, réussit à remplir le vide intérieur de l’homme contemporain qui nie ses passions, mène une vie tranquille et se contente d’admirer à la télévision ce qu’il ne peut réaliser soi-même.

15L’histoire de la telenovela est assez compliquée, parfois proche de la littérature et parfois éloignée. D’ordinaire, elle est complètement déconnectée de la réalité de son public, mais elle sait, à l’occasion, se transformer en une chronique de nos vies, de nos vertus et de nos défauts, et en un socle de l’identité vénézuélienne et latino-américaine. Elle mérite donc d’être étudiée, car la place qu’elle occupe dans le quotidien de plusieurs millions de téléspectateurs est chaque jour plus importante.

16Alí E. Rondón continue l’analyse de la telenovela en rappelant combien le mélodrame fait partie de la vie intime des Latino-Américains, combien, pendant des années, on a critiqué et dévalorisé la telenovela à cause de la pauvreté de ses contenus sans, par contre, prendre conscience de l’excès de violence des séries étasuniennes, de plus en plus présentes dans les programmations. Pour Rondón, les auteurs de la telenovela racontent, en plus de l’habituelle histoire d’amour, la réalité d’un pays ou d’un continent où règnent la corruption et l’impunité, où les gouvernants se confondent avec les malfaiteurs. En Amérique latine, dit-il, la telenovela est à la fois un instrument de divertissement et d’information.

17Dans la dernière partie du livre, Carlos Colina, spécialiste de la sociologie de la consommation, s’intéresse aux politiques de régulation de la télévision vénézuélienne pour souligner l’impact du multiculturalisme et de la mondialisation à tous les niveaux. L’on ne peut plus parler d’identité culturelle, mais d’identités culturelles plurielles, car la démocratie dépend désormais de l’acceptation de la diversité dans toutes ses dimensions. Évoquer le multiculturalisme implique une prise en considération des divisions culturelles dans toutes leurs interrelations. Mais ce multiculturalisme n’est pas le résultat de la seule diversité culturelle au Venezuela ; aujourd’hui, l’identité se construit tant par l’interrelation avec ceux qui se trouvent à l’intérieur du pays qu’avec ceux qui sont à l’extérieur. Dans le processus planétaire dit de la « mondialisation », « […] les référents traditionnels pour la construction de l’identité se décentrent, les mondes locaux s’intègrent dans des totalités majeures » (p. 215).

18Les identités se constituent par-delà les références territoriales et linguistiques ; l’idée du national et du local se restructure.

19Selon Colina, quiconque veut intégrer ce monde mondialisé se voit imposer des conditions de compétitivité, des exigences de qualité et d’économie, d’où la nécessité, selon plusieurs auteurs, de construire un espace culturel latino-américain. Dans la construction de cet espace commun, qui tiendrait compte à la fois de la diversité continentale et des potentialités communes, les industries culturelles ont un rôle décisif à jouer, car l’intégration culturelle facilite les intégrations économique et politique mais, par contre, les oblige à la complémentarité des dimensions régionales et nationales.

20Et pourtant, rappelle-t-il, l’État vénézuélien n’a jamais eu une politique culturelle et communicationnelle cohérente. La loi sur la responsabilité sociale de la radio et de la télévision (la loi Resorte) a vu le jour dans un contexte « [de] lutte politique polarisée où les moyens de radiodiffusion, privés et officiels, ont été utilisés comme des instruments de propagande politique » (p. 222).

21Cette loi constitue l’exemple le plus récent de cette incohérence. Elle ne prévoit pas des alliances avec les grandes entreprises télévisuelles, car « [dans le] champ spécifique de l’audiovisuel latino-américain, sont non seulement en jeu le sujet identitaire, mais aussi la qualité technique et formelle de la production audiovisuelle et la compétitivité d’une industrie régionale » (p. 228).

22Le dernier chapitre compte à peine une dizaine de pages, mais il n’est pas moins important que les autres. Aquiles Esté, docteur en communication, ose prédire, mais de façon prudente, l’avenir de la télévision vénézuélienne. Selon lui, sur l’écran d’un nouveau « hypermédia » convergeront bientôt de multiples services et contenus. Sa présence va transformer l’expérience du téléspectateur et représenter un défi majeur pour le système éducatif formel dont la mission est de former un « nouveau » citoyen capable d’assumer ses responsabilités dans la sélection et la production d’informations. Reste à savoir si le spectateur citoyen acceptera de s’y conformer ou s’il décidera d’en faire un tout autre usage, comme cela s’est déjà produit par le passé.

23En conclusion, Esté donne son avis sur un autre phénomène récent, mais qui prend de plus en plus d’ampleur : les alliances conclues entre les pays de l’Amérique latine et la constitution de groupes régionaux réunissant d’importantes entreprises médiatiques. À titre d’exemple mentionnons, pour le Venezuela, Galaxy qui comprend le groupe Cisneros, Hughes et Sky Entertainment, et Sky Latin America où l’on trouve Murdoch, TCI et Televisa y Globo. Ces alliances ont tendance à intégrer des secteurs d’activités qui se trouvent à la périphérie des médias, comme les producteurs d’électricité ou les entreprises de télécommunications. Cette tendance, selon Esté, devrait s’accentuer dans un futur proche.

24Cet ouvrage, avons-nous dit, est le reflet de son pays d’origine. En plus de nous préciser la réalité de la télévision au Venezuela, de façon très efficace et très complète, il présente les multiples facettes de l’ensemble du paysage médiatique du continent latino-américain. L’intérêt de cet ouvrage est de fournir les éléments nécessaires pour évaluer les faiblesses et les forces de l’industrie télévisuelle dans une région aussi vaste que riche, et complexe, et d’apprécier les travaux de recherche qui s’y déroulent.

Haut de page

Notes

1 . Directeur des études de troisième cycle en communication sociale à l’Université catholique « Andrés Bello », Venezuela.

2  Assistante de recherche au Centre des recherches de la communication de l’Université centrale, Venezuela.

3  Docteur en communication, professeur et chercheur.

4  Candidat au doctorat et Directeur de l’Institut des recherches en communication à l’Université centrale, Venezuela.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabel Chávez Huitrón, « Marcelino BISBAL (dir.), Televisión, pan nuestro de cada día », Communication, Vol. 25/2 | 2007, 250-256.

Référence électronique

Isabel Chávez Huitrón, « Marcelino BISBAL (dir.), Televisión, pan nuestro de cada día », Communication [En ligne], Vol. 25/2 | 2007, mis en ligne le 29 août 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://communication.revues.org/364

Haut de page

Auteur

Isabel Chávez Huitrón

Isabel Chávez Huitrón est étudiante en Master de Communication, option recherche, à l'Université Paris 13. Courriel : izzita@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org