Navigation – Plan du site
Lectures

Thomas STENGER et Thomas COUTANT (dir.) (2011), « Ces réseaux numériques dits sociaux »

Hermès, n° 59
Christine Leteinturier
Référence(s) :

Thomas STENGER et Thomas COUTANT (dir.) (2011), « Ces réseaux numériques dits sociaux », Hermès, n° 59

Texte intégral

1Ce numéro de la revue Hermès vient utilement faire le point sur les « réseaux socionumériques » à l’heure où la réussite de Facebook et Twitter affirme « l’existence d’un phénomène massif de participation sur internet qui mérite largement d’être soumis à un examen critique » (Introduction). Le refus d’utiliser l’expression réseaux sociaux en est la première marche. L’introduction vient utilement rappeler la richesse des dispositifs « sociaux » offerts par le Web, en dresse une typologie qui permet de mieux définir la singularité des réseaux socionumériques et d’en permettre une analyse autour de quatre axes qui structurent cette livraison composée par une quarantaine d’auteurs de nationalités très variées. Ce dispositif conduit à des contributions très courtes qui doivent alors être considérées comme l’énoncé de problématiques posées par les chercheurs sur les divers thèmes abordés.

2Les réseaux socionumériques peuvent être définis comme des espaces hybrides qui, certes, visent à permettre le partage d’information, mais qui conduisent inéluctablement à l’instauration de relations économiques entre internautes et opérateurs de plateformes (F. Rebillard) qui hésitent encore entre économie du don et économie commerciale (P.-J. Benghozi). Leur analyse apparaît complexe compte tenu du rôle du dispositif technique dans la construction des relations « sociales » sur les réseaux, mais sans remettre en question les outils classiques d’évaluation (A. Degenne, N. Ellison, E. Lageza et E. Penalva Icher).

3La mise en visibilité des internautes sur les réseaux passe par le recours à des « techniques de soi » (A. Coutant) qui reposent très largement sur le rapport à autrui au détriment de la maîtrise individuelle de soi. Le dispositif technique lui-même (exemple de Facebook) est, in fine, un dispositif de collecte de données personnelles (D. Tchuente, N. Baptiste-Jessel et M.-F. Canut) qui impose une éducation à son usage. Cette formation doit dépasser la seule mise en garde sur les risques courus, mais doit faciliter l’appropriation rationnelle et individualisée de ces sites (M. Dulong de Rosnay, O. le Deuff et G. Jacquinot-Delaunay).

4Les jeunes sont très friands des réseaux socionumériques et une étude européenne montre comment ils régulent leurs usages, la construction de leur profil ou la « gestion » de leurs « amis », avec des variantes importantes selon les pays (S. Livingstone, G. Mascheroni et M. F. Murru). Toutefois, si les réseaux socionumériques sont effectivement des espaces de rencontre avec des « amis 2.0 » construisant de la reconnaissance sociale (F. Granjon), ils sont également des lieux d’imposition de formes du contrôle social ressenti par les internautes, mais largement intériorisé (S. Proulx et M. J. Kwok Choon). Recherche du prestige et de la notoriété (B. Munier) ou renforcement des solidarités diasporiques (A. Kiyindou) y trouvent de nouvelles formes d’expression.

5L’instrumentalisation des réseaux sociaux est un phénomène économique, mais également politique. Le poids de la prescription comme forme d’échange entre internautes (T. Stenger) croise le gain attendu des techniques de géolocalisation (M. Bassoni et F. Weygand). L’instrumentalisation politique s’étend de la campagne de Barack Obama aux révolutions d’Égypte et de Tunisie.

6Riche de thèmes et de regards très variés, de cadres d’analyse et de concepts à la fois innovants et classiques, ce volume attire également l’attention sur les difficultés propres à la recherche sur les réseaux sociaux, et tout particulièrement sur les difficultés à enquêter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Leteinturier, « Thomas STENGER et Thomas COUTANT (dir.) (2011), « Ces réseaux numériques dits sociaux » », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3645

Haut de page

Auteur

Christine Leteinturier

Christine Leteinturier est maître de conférences au Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (CARISM) de l’Institut français de presse (IFP), à l’Université Panthéon-Assas, Paris. Courriel : christine.leteinturier@u-pris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org