Navigation – Plan du site
Recherches

Entre blogues et web diaries

Le blogue « privé » comme méthode pour obtenir des données qualitatives sur la sexualité
Marie-Ève Lang

Résumés

Dans le cadre d’une recherche doctorale portant sur la façon dont les adolescentes et les jeunes femmes âgées de 17 à 21 ans utilisent le Web pour s’informer sur la sexualité, l’auteure présente la méthode qualitative qu’elle a élaborée et qui est basée sur l’activité du carnetage (blogging). Elle discute ici des caractéristiques particulières et des avantages d’une telle méthode.

Haut de page

Texte intégral

1Internet est reconnu comme un moyen de choix pour obtenir des renseignements sur des sujets sensibles, comme la sexualité (Gray et al., 2002 ; Suzuki et Calzo, 2004). Très peu de recherches ont porté sur la façon dont les jeunes utilisent le Web pour obtenir de l’information à ce sujet (Buhi et al., 2009) et elles datent pour la plupart du début des années 2000 (Jones et Biddlecom, 2011). Plusieurs se limitent aux populations nord-américaines et certaines se contredisent, notamment sur les aspects de l’utilité du Web et de sa fiabilité (Hetsroni, 2007). D’autres mettent l’accent surtout sur les effets défavorables possibles d’Internet (Döring, 2009) de même que sur la capacitédes jeunes à trouver de l’information pertinente au sujet de la sexualité (Buhi et al., 2009).

2Les études privilégient le sondage et très peu une approche qualitative, alors qu’il est difficile de quantifier les raisons qui motivent les jeunes à chercher certains renseignements sur Internet (Gray et al., 2002).

3D’autres études « observent » électroniquement le comportement des jeunes sur le Web. Smith et al. (2000), par exemple, ont voulu quantifier la qualité et l’accessibilité de l’information sur la sexualité que l’on peut trouver sur Internet. Ils ont demandé à des collégiens de répondre à deux questions à l’aide d’un navigateur Web, dont celle-ci : « You have symptoms which make you suspect that you have a sexually transmitted disease. Find a Web page that describes the symptoms of STDs » (p. 687). Le nombre de tentatives des participants et le temps déployé étaient enregistrés pour déterminer l’accessibilité de l’information. Buhi et al. (2009) ont adopté une méthode similaire. Avec une équipe d’infirmières, de spécialistes de la santé et d’intervenants en santé sexuelle, ils ont établi une liste de 12 scénarios « réalistes » (non réels) où des jeunes vivent des situations difficiles et cherchent des renseignements précis sur le Web. On a demandé aux 34 étudiants universitaires participants de se projeter dans les différents personnages des scénarios et d’effectuer des recherches sur Internet. De plus, ils étaient invités à exprimer, dans un micro ouvert, les raisons qui motivaient leur choix de navigation, lesquelles étaient enregistrées. Le nombre de clics et le temps de recherche étaient comptabilisés.

4Si ces deux méthodes permettent de mesurer l’efficacité des participants à trouver rapidement de l’information sexuelle sur Internet, elles laissent ouverte la question « Qu’est-ce que les jeunes cherchent sur Internet ? ». Comme les situations sont « scénarisées », les résultats ne sont que relativement utiles. Si la situation était réelle et correspondait à un authentique désir de savoir, le temps consacré à la recherche d’information serait fort probablement différent. De plus, les mises en situation font appel aux connaissances des étudiants participants, ce qui peut créer le sentiment de « passer un examen ».

5L’utilisation du blogue comme outil de collecte de données est récente en sciences sociales (Snee, 2008 ; Hookway, 2008). Les quelques recherches qui ont eu recours au blogue ont surtout porté sur l’étude des différentes communautés virtuelles sur le Web. Le blogue était moins un outil qu’un terrain à explorer : celui d’une communauté déjà blogueuse et déjà désireuse de divulguer et de rapporter des éléments de sa vie privée sur le Net.

6Très peu d’études ont intégré le blogue dans la démarche même de collecte et demandé aux participants de tenir un blogue sur un sujet précis. Le seul champ d’études où, à notre connaissance, on trouve une telle pratique est celui de l’enseignement, et plus particulièrement de l’enseignement des langues secondes (voir notamment Yang, 2009). Il s’agissait d’intégrer la tenue d’un blogue au curriculum, et l’exercice constituait plus un devoir qu’une méthode de collecte de données (les blogues ne faisaient pas l’objet d’une analyse).

  • 1  Cette recherche a été rendue possible grâce au soutien financier du CRSH, de CTVglobemedia et du F (...)

7Notre utilisation du blogue1 pour obtenir des renseignements sur un sujet précis et délicat par une communauté non constituée et non blogueuse semble une première, et ce, malgré l’immense avantage que procurent le Web et une méthode centrée sur le blogging (Snee, 2008 ; Hookway, 2008). La méthode qui s’en rapproche le plus serait celle du web diary. Le diary traditionnel est un journal de bord ou un journal intime sollicité dans le cadre d’une recherche (Elliot, 1997). La variante Web du diary présente l’avantage d’être accessible partout (ou presque) et de fournir une variété de renseignements en temps réel, puisque les entrées sont datées électroniquement et accessibles instantanément.

8Le web diary sert, dans la plupart des cas, à enregistrer les comportements précis et ponctuels, comme cela a été le cas pour Horvath et al. (2007). Ces derniers voulaient obtenir un relevé détaillé des activités sexuelles d’hommes homosexuels et désiraient du même coup évaluer la précision et la fiabilité des entrées fournies au moyen de cette méthode (comparativement à celle des sondages), de même que l’appréciation générale des participants à l’égard de cette nouvelle approche. Ces derniers ont d’ailleurs évalué favorablement la méthode en raison de la facilité de son utilisation, de la protection de la confidentialité qu’elle permettait et de sa valeur scientifique perçue.

Notre méthode

  • 2  Si nous nous sommes intéressée uniquement à l’expérience de la recherche d’information sur la sexu (...)

9Afin de pallier les différents écueils méthodologiques des études précédentes et de nous rapprocher de l’expérience « réelle » des jeunes, d’une part, et de mettre à profit les nouvelles technologies de l’information, d’autre part, nous avons élaboré un outil de collecte de données qualitatives relatives à la recherche d’information sur la sexualité sur le Web. Avec l’aide d’un informaticien, nous avons créé un site Internet et demandé à des adolescentes et à des jeunes femmes2 de 17 à 21 ans de tenir un blogue sur leur expérience (présente ou passée) d’utilisation du Web pour s’informer sur la sexualité. Nous avons voulu, d’abord, dresser la liste des sujets sélectionnés par les participantes, noter les renseignements obtenus (ou non) et déterminer l’outil de recherche utilisé (forums de discussion, portails, blogues, vidéos, sites gouvernementaux, sites pornographiques, etc.). Ensuite, nous les avons interrogées sur la façon dont elles intégraient ces renseignements dans leur vie et sur l’importance qu’elles leur accordaient.

10Divers moyens ont été mis à leur disposition pour s’exprimer : entrée de texte, enregistrement vidéo ou enregistrement audio, liens URL et photos téléchargées du Web.

11Afin de respecter la vie privée des participantes et d’encourager la confidence, seuls la chercheuse et son informaticien avaient accès au blogue, dont les entrées étaient protégées par un mot de passe.

12

Figure 1. Page d’entrée du blogue

Figure 1. Page d’entrée du blogue
  • 3  Pour une définition du concept d’agentivité sexuelle et pour une description de la méthode utilisé (...)

13La méthode du blogue « privé » peut se jumeler à d’autres méthodes, comme celles de l’entrevue semi-dirigée ou du groupe de discussion. Le blogue peut alors servir de base aux entrevues individuelles, à titre de canevas général ou de point d’entrée pour approfondir un thème particulier. Ainsi, notre blogue a d’abord servi de base aux entrevues avec les participantes et nous a ensuite permis de cibler un aspect précis de leur expérience de la sexualité, soit l’agentivité sexuelle3.

Le blogue privé

14La méthode du blogue privé utilise l’interface Web des médias sociaux et leurs recours à divers formats électroniques.

Figure 2. Page d’insertion des entrées

Figure 2. Page d’insertion des entrées

15Les participantes peuvent bloguer au moment qu’elles jugent opportun, dans le confort et l’intimité de leur foyer, ce qui contribue à réduire la peur de se sentir jugées par les chercheurs et la gêne que pourrait susciter un sujet aussi délicat. Selon Hookway (2008), l’utilisation du blogue en recherche permet de recueillir des renseignements plus fiables sur des sujets sensibles, comparativement aux sondages ou aux entrevues.

Figure 3. Profil de la participante (page présentant les entrées antérieures)

Figure 3. Profil de la participante (page présentant les entrées antérieures)

16La méthode du blogue privé facilite grandement les échanges lors des entrevues individuelles ou des groupes de discussion. L’information contenue dans le blogue peut servir de point de départ à la conversation et ainsi donner l’impression que « la glace est déjà brisée » entre la chercheuse et les participantes. Les entrevues peuvent de la sorte, si besoin est, pallier les lacunes du blogue privé en posant des questions plus ciblées et permettre du même coup d’évaluer la méthode du blogue, en recueillant les commentaires des participantes sur son utilisation.

17En plus de ces avantages, le recours au blogue privé présente plusieurs points d’intérêt. En voici quelques-uns.

Le blogue privé permet l’expression de l’agentivité personnelle et politique des participantes

  • 4  Allen a fourni aux participants des appareils photo pour qu’ils photographient les comportements q (...)
  • 5  Zukic (2008) montre que le fait d’écrire sur sa propre condition permet plus facilement la confide (...)

18Le concept d’« agentivité personnelle » fait référence à la capacité d’agir de façon compétente, raisonnée, consciencieuse et réfléchie (Smette et al., 2009). Il renvoie, d’une part, à l’idée d’action et, d’autre part, à l’idée de responsabilité : on montre une part d’agentivité lorsqu’on se sent « agent » de ses propres actions (Bulot et al., 2007). À l’instar d’Allen (2008), qui, par la méthode des photo diaries, a voulu savoir comment des élèves d’une école postsecondaire apprenaient au sujet de la sexualité à l’école4, et de Zukic (2008), qui a étudié les écrits autobiographiques de jeunes femmes musulmanes lesbiennes5, nous considérons que la méthode du blogue privé permet aux participantes d’exercer à la fois leur agentivité personnelle (liberté d’interpréter le concept de sexualité) et politique (liberté d’interroger le discours hégémonique).

19Une telle méthode, estime Allen, « enables young people to actively participate in the meaning made of [the contents] » (p. 368). En effet, puisque les participants d’Allen ont eu la liberté de déterminer le contenu et la composition des images qu’ils devaient prendre pour l’étude, on leur permettait, d’une certaine façon, d’interpréter librement certains concepts, dont celui, pourtant primaire, de sexualité : « Despite being primed that the focus of the research was <sexuality>, participants chose to capture moments of school life that they explicitly characterised as non-sexual » (p. 569). Plus encore, selon Allen, la méthode a permis de diminuer de façon draconienne la perspective top-down qui existe la plupart du temps entre chercheurs et participants.

20La méthode du blogue privé permet également aux participants d’augmenter l’expression de leur agentivité personnelle. En effet, à l’instar d’Allen, nos participantes ont la possibilité d’interpréter le concept de sexualité. Elles ont pu, par exemple, décider si, pour elles, la sexualité incluait les relations interpersonnelles avec leurs copains ou les discussions avec leurs parents. Elles ont également pu déterminer ce qui constituait un apprentissage ; elles ont donc eu la liberté de faire ou non la distinction entre divertissement et information.

Le blogue privé permet l’expression de soi et les confidences chez une population précise

21Selon Stern (1999), Internet constitue « a safe place » (p. 5) où les filles peuvent s’exprimer librement « without fear of endangering themselves, their relationships, or their <realities> » (p. 39). Le Web serait un endroit où elles peuvent construire leur identité et leur réalité sociale de façon active, en utilisant leurs propres mots et leurs propres moyens (Grisso et Weiss, 2005).

22Plus encore, parce que le site Web que nous avons conçu reprend la navigation dans une forme très proche des médias sociaux, les participantes acceptent relativement facilement les exigences de la méthode, malgré l’effort qu’elles représentent (Hookway, 2008). D’ailleurs, plusieurs d’entre elles ont spontanément reconnu avoir trouvé du plaisir à alimenter le blogue. Cet élément est crucial : dans une étude sur les motifs qui poussent les gens à tenir ou à lire des blogues, il a été montré que le plaisir associé à cette activité constituait le facteur le plus important de motivation (avant même toute perception de son utilité) (Hsu et Lin, 2008).

23Pour certaines participantes, la méthode a encouragé d’autant plus facilement les confidences qu’elles étaient conscientes que le blogue était privé et que la chercheuse « n’était pas là pour [les] juger », ce qui suggère que les risques d’autocensure ont ainsi pu être diminués.

24Les résultats que nous avons obtenus vont en ce sens. Parmi la trentaine de jeunes femmes qui ont accepté de tenir leur blogue, plusieurs ont abordé, et avec candeur, des sujets délicats qui auraient difficilement pu être développés dans une rencontre en personne, compte tenu du niveau de gêne qu’ils peuvent provoquer. Relations sexuelles douloureuses, masturbation, homosexualité, avortement, pornographie, virginité, craintes d’avoir contracté une infection transmise sexuellement, etc. : tous ces sujets ont été abordés dans le blogue, et ce, dès les premières semaines.

Le blogue privé encourage l’apprentissage et la réflexivité chez les participantes

25Selon Yang (2009), l’utilisation de blogues dans le processus permet une réflexion plus critique que celle que peuvent susciter les entrevues et les groupes de discussion. Dans son étude sur l’utilisation de blogues dans un curriculum universitaire chez des étudiants en enseignement de langues secondes, les deux tiers des participants ont déclaré « that it was easy and comfortable to post comments and challenge their peers on the blog instead of discussing the issues in a face-to-face context » (p. 17), ce qui a fait en sorte que les commentaires ont été plus réfléchis.

26Si le blogue privé ne permet pas l’affichage de commentaires entre les participantes (puisqu’il est privé), il exige néanmoins que les réflexions soient mises par écrit. La chercheuse, parce qu’elle peut interagir avec les participantes (notamment par courriel), peut les amener à pousser plus loin leur réflexion. Cette interactivité peut s’avérer bénéfique : « [Participants] reported that due to such challenges set by the instructors their thinking went deeper and became more critical » (Yang, 2009 : p. 17).

Le blogue privé est susceptible d’augmenter la littératie liée au Web auprès des filles

27Selon Farmer (2008), toute activité qui inclut une composante Web permet aux adolescentes et aux jeunes femmes d’augmenter leur compréhension et leur connaissance de cet outil, un avantage important qui peut leur permettre notamment d’être plus compétitives lors de l’entrée sur le marché du travail.

28Le blogue privé aurait comme avantage « auxiliaire » d’augmenter la littératie liée au Web chez les participantes. Par exemple, après avoir obtenu les outils nécessaires et réalisé qu’elles ont les compétences pour le faire, certaines d’entre elles pourraient décider de créer leur propre blogue, une compétence recherchée par plusieurs employeurs.

Le blogue privé permet d’inclure l’étude des images dans le devis de recherche

29Le fait d’utiliser une méthode qui permet d’intégrer, par le moyen d’hyperliens, des images, des sites Web et des vidéos comporte de nombreux avantages, dont celui d’obtenir des données plus riches. Liebenberg (2009) estime que le fait de demander aux participants de prendre en photo des scènes de leur vie personnelle (ou, dans notre cas, d’en sélectionner sur Internet) leur fournit l’occasion d’être réflexifs et les encourage à verbaliser les raisons pour lesquelles telle ou telle image leur est significative. Au moment de l’entrevue, leur pensée et leur expérience seront mieux articulées et leur discours, plus explicite sur la façon dont ils interprètent leur propre réalité, ce qui encourage du même coup leur agentivité personnelle.

Le blogue privé enrichit les études précédentes sur la sexualité

30Il existe peu d’études qui ont intégré à leur devis une analyse qualitative de la recherche de renseignements sur la sexualité sur Internet. La méthode du blogue privé utilise une approche qui valorise la mémoire, l’expression d’opinions et la manifestation des comportements habituels de recherche sur le Web, ce qui complète et enrichit les études sur la capacitédes participants à fouiller sur le Net.

31Lorsque la méthode du blogue privé se jumelle à l’entretien, l’enrichissement n’est que plus grand. Le blogue a représenté pour nos participantes des espaces de réflexion sur la place de la sexualité dans leur vie et, au moment des entretiens, elles ont poursuivi leur réflexion sur d’autres éléments, comme la distribution du pouvoir dans leur vie de couple et leur niveau d’agentivité sexuelle.

Défis liés à la méthode

32Malgré les nombreux avantages que procure la méthode du blogue privé, celle-ci, comme toute autre méthode, présente certains défis, dont celui de la capacité des participants d’écrire sur une base régulière et celui, corollaire, de la capacité du chercheur à réagir également sur une base régulière aux blogues de ceux-ci.

33Comme le blogue demande un plus grand investissement en matière de temps et de travail qu’une simple entrevue d’une heure, le recrutement d’un nombre suffisant de participants s’avère plus difficile. Le nombre d’abandons représente également un défi majeur.

Conclusion

34La méthode du blogue privé offre plusieurs avantages : elle permet d’obtenir des données riches, pointues et pertinentes. Nos blogueuses ont participé de façon franche et enthousiaste et ont fourni des données qui, en raison de la nature privée et volontaire de la méthode, étaient comparables à la confidence, ce qui constitue un gage de fiabilité que n’obtient pas toujours l’observation directe et invasive. Mais, surtout, la méthode propose une façon simple, peu coûteuse et efficace de pallier les diverses lacunes des précédentes études sur la recherche de renseignements sexuels sur Internet par des jeunes. Comme le souligne Hookway (2008), « [w]ith adequate research parameters in place, blogs can have an important and valuable place in the qualitative researcher’s toolkit »(p. 107).

35Enfin, puisqu’il s’agit d’un outil « personnalisable », c’est-à-dire adaptable aux besoins particuliers de différentes recherches, et spécialement celles qui exigent un haut degré de confidentialité, la méthode du blogue privé gagnerait à être mieux connue des chercheurs en sciences humaines et sociales.

Haut de page

Bibliographie

ALLEN, Louisa (2008), « Young people’s <agency> in sexuality research using visual methods », Journal of Youth Studies, 11(6), p. 565-577.

BUHI, Eric R. et al. (2009), « An observational study of how young people search for online sexual health information », Journal of American College Health, 58(2), p. 101-111.

BULOT, V. et al. (2007), « Agentivité : se vivre ou se juger agent ? », L’Encéphale, 33(4), p. 603-608.

DÖRING, Nicola M. (2009), « The Internet’s impact on sexuality : A critical review of 15 years of research », Computers in Human Behavior, 25(5), p. 1089-1101.

ELLIOT, H. (1997), « The use of diaries in sociological research on health experience », Sociological Research Online, 2(2) [En ligne], http://www.socresonline.org.uk/2/2/7 (Page consultée le 4 mai 2010).

FARMER, Lesley (2008), Teen Girls and Technology : What’s the Problem, What’s the Solution ? New York/Londres, Teachers College Press/ALA Editions.

GRAY, Nicola J. et al. (2002), « Adolescent girls’ use of the Internet for health information : Issues beyond access », Journal of Medical Systems, 26(6), p. 545-553.

GRISSO et WEISS (2005), « What are gURLs talking about ? Adolescent girls’ construction of sexual identity on gURL.com » dans Sharon R. MAZZARELLA,, Girl Wide Web : Girls, the Internet, and the Negotiation of Identity, New York, Peter Lang, p. 31-49

HETSRONI, Amir (2007), « Adolescents’ perceived usefulness of information on sexuality : A cross-cultural comparison of interpersonal sources, professional sources and the mass media », Atlantic Journal of Communication, 15(2), p. 134-152.

HOOKWAY, Nicholas (2008), « <Entering the Blogosphere> : Some strategies for using blogs in social research », Qualitative Research, 8(1), p. 91-113.

HORVATH, Keith J. et al. (2007), « A daily Web diary of the sexual experiences of men who have sex with men : Comparisons with a retrospective recall survey », AIDS Behavior, 11, p. 537-548.

HSU, Chin-Lung et Judy Chuan-Chuan LIN (2008), « Acceptance of blog usage : The roles of technology acceptance, social influence and knowledge sharing motivation », Information & Management, 45, p. 65-74.

JONES, Rachel K. et Ann E. BIDDLECOM (2011), « Is the Internet filling the sexual health information gap for teens ? An exploratory study », Journal of Health Communication, 16(2), p. 112-123.

LANG, Marie-Ève (2011), « L’agentivité sexuelle des adolescentes et des jeunes femmes : une définition », Recherches féministes, 24(2), p. 189-209.

LIEBENBERG, Linda (2009), « The visual image as discussion point : Increasing validity in boundary crossing research », Qualitative Research, 9(4), p. 441-467.

SMETTE, Ingrid et al. (2009), « Responsible victims ? Young people’s understandings of agency and responsibility in sexual situations involving underage girls », Young : Nordic Journal of Youth Research, 17(4), p. 351-373.

SMITH, Meghan et al. (2000), « The content and accessibility of sex education information on the Internet », Health Education & Behavior, 27(6), p. 684-694.

SNEE, Helene (2008), Web 2.0 as a Social Science Research Tool, Social Sciences Collections and Research, ESRC Government Placement Scheme, Londres, The British Library.

STERN, Susannah R. (1999), « Adolescent girls’ expression on Web home pages : Spirited, sombre, and self-conscious sites », Convergence : The Journal of Research into New Media Technologies, 5(4), p. 47-52.

SUZUKI, Lalita K. et Jerel P. CALZO (2004), « The search for peer advice in cyberspace : An examination of online teen bulletin boards about health and sexuality », Applied Developmental Psychology, 25, p. 685-698.

YANG, Shih-Hsien (2009), « Using blogs to enhance critical reflection and community of practice », Educational Technology & Society, 12(2), p. 11-21.

ZUKIC, Naida (2008), « Webbing sexual/textual agency in autobiographical narratives of pleasure », Text and Performance Quarterly, 28(4), p. 396-414.

Haut de page

Notes

1  Cette recherche a été rendue possible grâce au soutien financier du CRSH, de CTVglobemedia et du Fonds de soutien au doctorat de la Faculté des lettres de l’Université Laval. Nous tenons également à remercier chaleureusement Mme Estelle Lebel pour ses judicieux conseils et Vincent Fortin pour son aide à la programmation du site Web qui a accueilli les blogues.

2  Si nous nous sommes intéressée uniquement à l’expérience de la recherche d’information sur la sexualité par des femmes, c’est en raison du « deuxième degré » de notre recherche doctorale, qui concerne le développement de l’agentivité sexuelle des jeunes femmes. L’expérience de l’acquisition de l’agentivité sexuelle chez les jeunes femmes diffère grandement de celle des garçons en raison d’une socialisation différente. Ce « deuxième thème » de notre recherche doctorale a justifié que l’intérêt soit porté exclusivement sur les usages du Web des filles. Cependant, la méthode aurait très bien pu se prêter à une étude sur les usages du Web par les garçons ou à une étude comparative entre les sexes.

3  Pour une définition du concept d’agentivité sexuelle et pour une description de la méthode utilisée pour obtenir des données à ce sujet, voir Lang (2011).

4  Allen a fourni aux participants des appareils photo pour qu’ils photographient les comportements qu’ils jugeaient sexuels dans leur quotidien afin d’encourager un dialogue réflexif lors des entrevues et des groupes de discussion.

5  Zukic (2008) montre que le fait d’écrire sur sa propre condition permet plus facilement la confidence et l’expression de « l’agentivité politique ». Elle définit le concept comme « the reworking and the reappropriating of [...] culturally organized spaces », ce qui renverse ou du moins transforme les relations de pouvoir (p. 403).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Page d’entrée du blogue
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2. Page d’insertion des entrées
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 3. Profil de la participante (page présentant les entrées antérieures)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3672/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Ève Lang, « Entre blogues et web diaries », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3672 ; DOI : 10.4000/communication.3672

Haut de page

Auteur

Marie-Ève Lang

Marie-Ève Lang est doctorante en communication publique et membre du Groupe de recherche sur les images et les représentations sociales (IDEA) du Département d’information et de communication, à l’Université Laval. Cette note de recherche est tirée de son projet doctoral. Courriel : marie-eve.lang.1@ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org