Navigation – Plan du site
Lectures

Jérôme BOURDON (2011), Du service public à la télé-réalité. Une histoire culturelle des télévisions européennes 1950-2010

Bry-sur-Marne, INA Éditions
Pierre Gosselin
Référence(s) :

Jérôme BOURDON (2011), Du service public à la télé-réalité. Une histoire culturelle des télévisions européennes 1950-2010, Bry-sur-Marne, INA Éditions

Texte intégral

1Tout d’abord, écoutons l’auteur présenter son ouvrage :

Ce livre raconte un épisode peu ou pas connu dans l’histoire européenne qui a connu de riches développements : celui de sa culture de masse visuelle. […] D’entrée de jeu, notre sujet pose une question qui a beaucoup agité les esprits, et pas seulement pour procurer une justification à un projet économique : qu’est-ce que l’Europe ? A-t-elle une âme ou (plus modestement) une culture commune ? (p. 9).

2Il poursuit :

[…] je propose donc de revisiter l’histoire du service public « classique », et d’en proposer une évaluation mesurée qui évite les dangers jumeaux de l’idéalisation et de la diabolisation. Le service public de la télévision n’a jamais été aussi créatif, aussi populaire (accessible à une large audience) que ses défenseurs nostalgiques voudraient le croire […] (p. 11).

3Puis, il nous rappelle les trois missions du service public : « […] informer, cultiver, distraire, où l’ordre joue un rôle central : la distraction est seconde par rapport aux deux autres missions » (p. 13). Jérôme Bourdon souligne qu’entre « le moment où ce livre a été commencé (2000) et celui où il se termine, la télévision a continué de changer à un rythme rapide » (p. 68).

4L’ouvrage est divisé en sept chapitres, que nous allons parcourir.

5Le premier chapitre propose « sept débats pour la télévision européenne : service public, âge d’or, publicité, concurrence, télévision commerciale, <nouvelles> technologies, télévisions publiques » (p. 23). Soulignons ici que c’est le moment où nous assistons à un profond changement de l’idéologie qui pilotait les chaînes de télévision qui n’étaient que, principalement, service public. Il va se produire, non seulement une déréglementation, mais un bouleversement de « la conception du média télévisé » (p. 54). 

6Le deuxième chapitre souligne « les politiques de la télévision paneuropéenne ». Or, « depuis les années cinquante, hommes politiques, diplomates, diffuseurs, ont imaginé que la télévision pouvait aider à la formation d’une communauté européenne qui ne soit pas qu’une communauté économique » (p. 77). Nous suivons les différentes étapes de cette tentative de création d’une unité avec notamment, à partir de 1986, les trois plans MEDIA (Mesures pour Encourager le Développement d’une Industrie de Audiovisuel). Le développement d’ARTE, qui se présente principalement comme une « chaîne alternativement française et allemande » (p. 91) plus que comme une chaîne européenne pose le problème de la langue. Si les chaînes commerciales ont voulu, à un moment, se développer autour de l’anglais, c’est devenu « inacceptable politiquement dans l’Europe d’aujourd’hui » (p. 94). Ainsi, « […] une chaîne de télévision européenne commune à un grand nombre de spectateurs est condamnée à demeurer une fiction […] » (p. 96).

7Le troisième chapitre nous propose une réflexion sur la fiction télévisée résumée ainsi : « Shakespeare, Dallas, le commissaire… et le cinéma » (p. 99). Jusque dans les années 1960, les principales télévisions publiques européennes réaliseront des « dramatiques » inspirées de grands textes littéraires. Mais, peu à peu, la diffusion de films de cinéma — le plus souvent américain — occupera de plus en plus de place dans la grille des programmes. Les télévisions publiques subiront la concurrence du privé qui « cherche à <coller> aux préoccupations du public […] l’œil rivé sur les taux d’audience » (p. 117). Les télévisions publiques européennes s’interrogent de moins en moins sur leur fonction par rapport à un patrimoine national et voient, à la baisse, leurs ambitions artistiques.

8Dans le chapitre suivant, l’auteur s’interroge sur la place de l’information à la télévision : « De la télévision au journalisme, histoire d’un aller — et d’un retour » (p. 119). Au cours des années 1980, les télévisions publiques ont effectué un « rapprochements entre l’information et le divertissement (d’où la création du mot-valise infotainment) […] des animateurs s’emparent de sujets réservés aux journalistes dans les magazines à succès, notamment des talk-shows à l’ambiance agitée où la parole profane bouscule celles des experts » (p. 120).

9Point commun entre toutes les télévisions européennes : le journal télévisé qui est un moment clé dans le déroulement de la grille des programmes, quel que soit le pays. Ainsi, même dans les pays totalitaires (Espagne, Portugal, Grèce des années 1960), le rituel du journal télévisé est suivi par les téléspectateurs, même « si c’est le moment où l’on se moque, à voix basse, du retour régulier sur l’écran du leader national que les journalistes doivent célébrer » (p. 126).

10Les années 1980 voient la systématisation du présentateur-rédacteur en chef du journal télévisé. C’est, pour reprendre l’expression américaine, l’anchor-man du journal — les plus célèbres furent Walter Cronkyte puis Dan Rather. Ainsi, comme dans « d’autres domaines, après une longue attente, la télévision européenne rejoint la télévision américaine » (p. 130).

11Dans le cinquième chapitre, intitulé « Divertissement. Le retour du refoulé », l’auteur nous montre que si les télévisions publiques ont, dès leurs débuts, proposé des divertissements et des jeux, là encore, l’inspiration américaine s’est peu à peu infiltrée dans le choix des programmes. Ainsi, on note que les « exemples d’inspiration américaine abondent dans les premières années de la télévision italienne » (p. 154). Mais a contrario, la France « a sans doute été le pays où le volume d’adaptations américaines a été le plus faible » (p. 157), et elle a même conçu quelques jeux originaux — Le mot le plus long, Fort Boyard — qui ont connu des développements sur les télévisions européennes.

12La présentation de ces émissions de divertissement a généré un genre particulier, propre à ce média : celui de l’animateur. Un personnage qui est une vedette à sa façon, mais l’auteur souligne que les dirigeants des télévisions publiques ont une attitude ambiguë par rapport à ces personnages, « exploitant leur succès sans les mettre en avant, leur préférant des <créateurs> plus respectés […] » (p. 166). Et Bourdon de rappeler que le premier Européen qui ait « analysé les bases de la popularité de l’animateur, dans un article fameux : <Phenomenologia [sic] de Mike Bongiorno> » (p. 167), fut Umberto Eco en 1961.

13L’avant-dernier chapitre nous conduit à la télé-réalité, « [g]enre étrange s’il en est, nouveau venu, mais le plus bruyant » (p. 173). Les télévisions publiques auront du mal à s’adapter à ce nouveau type de programme. Certes, « [l]’Europe du Sud aura plus de succès avec un autre genre, le talk-show [qui] va retrouver la tradition <confessionnelle-psychologique> présente en France et en Italie dès le début des années quatre-vingt » (p. 187) sous une forme plus intimiste que les talk-shows à l’américaine comme celui d’Oprah Winfrey (sur CBS de 1986 à 2008). Il faudra attendre les dernières années du XXe siècle pour que les télévisions européennes adoptent les « jeux-réalités », où les candidats « soigneusement choisis […] ne cherchent pas à montrer leur savoir […] », où « les larmes, les disputes, les cris, les étreintes […] sont des ingrédients essentiels » (p. 190).

14Le dernier chapitre interroge : « Du public à l’audience, ou le retour de la populace ? Le public est un personnage singulier dans l’histoire de la télévision […] » (p. 203). Difficile de le rencontrer, jusqu’à la naissance de l’Audimat, qui, avec la déréglementation de l’espace télévisuel dans toute l’Europe — à commencer par l’Italie de Berlusconi —, va « engendrer une nouvelle forme de <populace>, entendez la vision d’un peuple ignorant, se délectant non de violence mais d’une culture jugée pauvre et vulgaire » (p. 216). Et l’auteur de conclure : « La télévision de service public manque aujourd’hui de défenseurs. Elle n’a cessé de céder du terrain et de réduire le territoire de ses ambitions » (p. 228). Voilà la conclusion quelque peu pessimiste de cet ouvrage particulièrement documenté, somme de travail sur l’évolution des télévisions publiques dans la sphère européenne étayée par plus de 300 références bibliographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gosselin, « Jérôme BOURDON (2011), Du service public à la télé-réalité. Une histoire culturelle des télévisions européennes 1950-2010 », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/3722

Haut de page

Auteur

Pierre Gosselin

Pierre Gosselin est chargé de cours à l’Institut des Sciences de la Communication et de l’Education d’Angers. Courriel : pierre.gosselin147@dbmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org