Navigation – Plan du site
Lectures

Josette BRUN (dir.) (2009), Interrelations femmes-médias dans l’Amérique française

Québec, Presses de l’Université Laval
Sébastien Couvrette
Référence(s) :

Josette BRUN (dir.) (2009), Interrelations femmes-médias dans l’Amérique française, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

  • 1 Josette Brun est professeure au Département d’information et de communication de l’Université Laval

1Dans ce collectif dirigé par Josette Brun1, douze essais abordent la question de la place des femmes et de leur parole dans l’espace médiatique francophone au Canada, depuis le XVIIe siècle jusqu’à nos jours. La pluralité des approches — analyse de contenu, étude de cas, biographie, entrevue, témoignage — adoptées par les collaboratrices (et un collaborateur) témoigne de la vaste étendue de ce champ d’études qui se situe au carrefour de l’histoire des femmes, des rapports sociaux de sexe et des médias.

2Le premier essai du recueil, signé par Dominique Deslandres, pose d’entrée de jeu et de manière théorique l’un des principaux objectifs de l’ouvrage, qui est de situer le rôle actif des femmes, souvent occulté dans les analyses traditionnelles, dans la société, les médias et les communications. L’auteure propose d’examiner la place du féminin en fonction du concept d’agentivité, qui exprime « la capacité d’un agent à agir sur son monde » dans les limites des possibilités offertes par le cadre socioculturel d’une époque. Elle montre ainsi que l’Europe du XVIIe siècle favorise, par la montée du religieux et la place occupée par les femmes dans les pratiques d’écriture, le parcours de Marie de l’Incarnation — notamment auteure de plus de 10 000 lettres —, qui, dans sa singularité, illustre bien les limites de l’espace dans lequel les femmes de cette époque peuvent agir et s’exprimer. Le texte d’Anne Marie Lane Jonah reprend sensiblement la même réflexion en cherchant à rendre compte de l’expérience de trois femmes en Acadie au XVIIIe siècle. Afin de montrer les modalités d’expression des voix féminines dans ce contexte particulier, l’auteure analyse le contenu de lettres et d’une notice biographique écrites par des hommes au nom de ces femmes. La démarche de l’auteure est intéressante, mais la démonstration reste au final peu convaincante.

3Dans son texte, Julie Roy traite de la présence des voix féminines dans la presse québécoise des XVIIIe et XIXe siècles. L’auteure propose une analyse perspicace des « stratégies de légitimation du discours féminin » à partir de textes et de lettres publiés dans la presse et accompagnés d’un pseudonyme féminin ou de formules visant à définir l’auteur(e) comme un « je » féminin. Elle tire la conclusion que, dans un espace public dominé par le masculin, la presse écrite représente un moyen efficace de faire entendre les voix de femmes, même si elle tend à les confiner dans des champs d’action et d’intervention perçus comme relevant du féminin. Une analyse similaire est réalisée par Agnès Torgue, qui s’intéresse aux représentations des femmes et à l’expression de leur parole dans deux grands journaux acadiens de 1887 à 1920. Dans les deux publications étudiées, l’image et la voix des femmes s’inscrivent globalement dans une conception traditionnelle et conservatrice de la place et du rôle que ces dernières doivent occuper dans la société.

4Trois textes examinent le parcours de journalistes qui ont été actives dans la première moitié du XXe siècle. Pour Chantal Savoie, les réalisations d’Anne-Marie Gleason correspondent aux possibilités offertes à une femme dans les domaines du journalisme et de la littérature au Québec au tournant du XXe siècle. Sous le pseudonyme de Madeleine, la journaliste a tenu la chronique « À nos correspondants » dans les pages féminines de La Patrie, où elle discutait notamment du théâtre, surtout comme lieu de sociabilité et de vedettariat, et faisait la critique de textes soumis par les lectrices et lecteurs du quotidien. Les interventions de Madeleine la situent à la fois en tant que femme, devant faire preuve de modestie dans ses commentaires, et en tant qu’autorité littéraire s’inscrivant dans la tradition des salonnières. Plutôt que de se concentrer sur les limites imposées à l’action de Madeleine, l’auteure souligne les stratégies, conscientes ou non, adoptées par la journaliste afin de faire valoir sa voix dans l’espace médiatique et littéraire.

5Pour sa part, Andrée Lévesque analyse les grands thèmes abordés par Éva Circé-Côté dans ses chroniques publiées de 1900 à 1916 dans différents journaux et signées de pseudonymes féminins ou masculins. Bien que la journaliste se soit intéressée à des sujets variés comme la politique, le nationalisme et la religion, la chercheuse se penche essentiellement sur ses écrits portant sur les femmes, le journalisme et l’éducation. L’étude montre bien comment la pensée et l’idéologie féministe de cette écrivaine ont évolué en fonction du contexte socioculturel de son époque.

6De son côté, Yves Frenette propose un survol de la vie et de la carrière de la journaliste, écrivaine et folkloriste Marie-Rose Turcot, de la région d’Ottawa. Alors que l’auteur indique qu’elle a été active au sein de regroupements artistiques, littéraires et féminins, son travail de journaliste au quotidien Le Droit et à la station de radio CKCH située à Hull, qui aurait dû être le point central du propos conformément aux intentions de ce collectif, est évacué en quelques lignes au profit de sa production littéraire.

7Les cinq derniers textes du collectif situent les interrelations femmes-médias dans une perspective contemporaine. Ce groupe d’essais s’amorce avec une entrevue réalisée par Yasmine Berthou et Josette Brun avec la journaliste Colette Beauchamp, auteure du livre Le silence des médias publié en 1987. La journaliste témoigne de son expérience dans la rédaction et la réception critique de son ouvrage pionnier sur la domination du masculin dans les pratiques journalistiques et les médias. L’entrevue soulève les enjeux de la place actuelle des femmes dans les entreprises de presse, sujet approfondi par les deux essais suivants. Le texte de Marlène Rateau traite de la mise sur pied de l’émission de radio Pawòl Fanm à Montréal dans les années 1990, des difficultés d’être une femme d’origine haïtienne dans les grands médias canadiens et québécois et des possibilités offertes par la radio alternative et communautaire. L’étude de Marie-Linda Lord porte sur la place des femmes dans les fonctions de premier plan au sein des grands médias écrits et électroniques francophones au Canada en ce début de XXIe siècle. L’auteure avance que la situation s’est améliorée au cours des dernières décennies, mais qu’elle reste néanmoins inégalitaire, particulièrement en Acadie.

8Finalement, les deux derniers textes du recueil s’intéressent à la construction de discours sur le féminin dans les médias au XXIe siècle en analysant la couverture médiatique du phénomène de l’hypersexualisation des adolescentes au Québec (Caroline Caron) et le contenu de sites Web québécois et francophones qui, en soutenant défendre les droits des hommes, tiennent des propos antiféministes et dénigrants à l’égard des femmes (Louise Langevin). Par leur approche respective, les auteures montrent que les médias peuvent contribuer à diffuser une vision de la réalité s’inscrivant dans une logique simpliste, dualiste et antagoniste des rapports sociaux de sexe. Bref, par la multiplicité des approches préconisées et la diversité des sujets exploités, cet ouvrage montre bien la complexité des interrelations femmes-médias et de leur évolution dans le temps. Souhaitons que la démarche stimule la réflexion sur le sujet en incitant d’autres chercheurs (dont des hommes…) à s’y intéresser.

Haut de page

Notes

1 Josette Brun est professeure au Département d’information et de communication de l’Université Laval.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Couvrette, « Josette BRUN (dir.) (2009), Interrelations femmes-médias dans l’Amérique française », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3724

Haut de page

Auteur

Sébastien Couvrette

Sébastien Couvrette est chargé de cours au Département d’information et de communication à l’Université Laval et chercheur professionnel à l’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française. Courriel : sebastien.couvrette.1@ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org