Navigation – Plan du site
Lectures

Christiana CONSTANTOPOULOU (dir.) (2011), Récits et fictions dans la société contemporaine

Tessa Doulkeri
Référence(s) :

Christiana CONSTANTOPOULOU (dir.) (2011) Récits et fictions dans la société contemporaine, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

  • 1  Depuis les années 1990, aux États-Unis puis en Europe, il a été investi par la logique de la commu (...)

1Depuis qu’elle existe, l’humanité a su cultiver l’art de raconter des histoires (art qui se trouve au cœur du lien social). Les « histoires » ont le pouvoir de constituer la réalité : le récit est présent aussi bien dans le mythe, la légende, la fable, le conte, le drame (tragédie ou comédie), la rumeur, l’épopée, la conversation que dans les nouvelles et l’actualité, l’histoire, le fait politique ou le fait divers. Il a une fonction d’échange et est en même temps l’enjeu d’une communication. Depuis les grands « classiques » (R. Barthes, P. Ricœur, G. Genette ou U. Eco) qui ont signalé l’importance du récit dans la dynamique sociale, jusqu’aux analyses plus récentes sur le storytelling1 comme une « machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits » par Ch. Salmon, les sociologues de la communication ne sous-estiment plus son importance.

2Récits et fictions dans la société contemporaine est un ensemble de recherches sur des aspects divers des « récits » qui « racontent » nos sociétés (discours politiques, militaires, scientifiques, historiques, institutionnels, médicaux, organisationnels, techniques, géographiques, journalistiques ou artistiques) ; 16 auteurs, universitaires et chercheurs de pays différents (Belgique, Brésil, Bulgarie, Canada, France, Grèce, Italie, Roumanie) repèrent et analysent quelques grands « récits mythiques » contemporains (puisés dans des études de cas nationaux, mais révélant des « points communs » plus universels), dans le but de contribuer à l’étude des enjeux du storytelling et de l’émergence d’un nouvel ordre narratif. Partant d’études de cas (allant d’analyses de presse aux entretiens en profondeur et aux rumeurs), des questions importantes se posent, comme les suivantes :

3La propagande serait-elle au fondement de la culture occidentale ?

4Comment un discours militaire peut-il monopoliser une identité nationale ?

  • Comment peut-on reconstruire un passé personnel dans le cadre d’une mémoire collective ?

  • Comment le discours d’égalité des citoyens (dans des pays de l’Est) n’a-t-il pas pu finalement dépasser les modèles de la tradition patriarcale ?

  • Les masques du moderne peuvent-ils cacher une réalité « traditionnelle » en matière de management ?

  • Le travail sur soi par le récit peut-il se placer au centre d’une sociologie de la connaissance ?

  • Comment Internet et imaginaire sont-ils liés pour « construire » la représentation de la réalité contemporaine ?

  • La fantaisie actuelle fournit-elle les fondements de l’imaginaire collectif du monde à venir ?

  • Les réussites cinématographiques le seraient-elles aussi en raison de leur fantasme de se délivrer du poids du temps qui écrase et qui tue ?

5Histoire, inconscient, archétypes, jeux de pouvoir, fantasmes, idéologies participent à la toile de fond des récits aux traits souvent uniformisés qui « racontent » le monde qui nous entoure. Parmi les résultats des analyses de discours effectuées, on peut mentionner que le storytelling semble être une métaphore contemporaine des processus de propagande qui s’adapte aux contextes et aux acteurs historiques sans pour cela déroger à son ambition première, c’est-à-dire construire des récits séduisants où la part des faits objectifs est plus factuelle que centrale. Il y a enjeu autour de plusieurs facteurs où souvent, sous le masque de la « modernisation » s’impose un retour aux règles « traditionnelles » (la thèse connue de P. Bourdieu, qui est résumée par la constatation que les questions de goût ou de distinction sont en fait des questions de relations symboliques, économiques et sociales, est tout à fait vérifiée). De même, la médiatisation des événements est une forme de leur « mise en signification » par la narration médiatique dans le nouveau cadre informationnel et communicationnel.

6Même si les récits sont créés dans une optique instrumentale, ils peuvent aussi être efficaces pour prévenir des dangers, parler de situations préoccupantes, diffuser des valeurs, des normes, des interdits et, enfin, construire une identité ; dans ce sens, les récits (même « personnels ») ne peuvent être simplement considérés comme des discours construits par des discours plus grands qui englobent la pensée des individus. Raconter son histoire construit l’identité d’un individu, mais en même temps travaille à l’histoire des sociétés : les concepts deviennent des points de repère à partir desquels une parole mutualisée peut se construire pour devenir communicable, un récit de soi est partagé et lié aux autres (famille, amis, voisins, institutions, représentations sociales…), permettant de fixer les identités, même dans des cadres « spéciaux » (par exemple celui de la maladie mentale). Les récits sociaux visuels résultent d’un partage très contemporain de connaissance technique et imaginaire qui produit expériences et identités en fusionnant informations et émotions. La production artistique construit une catégorie à part en raison de sa relation plus intime avec l’imaginaire ; on y distingue un monde de valeurs mythique postmoderne qui a ses racines dans les religions monothéistes. Dans les produits de la culture de masse, le symbolique prend sa revanche et comme dans les récits mythiques, il tourne autour de deux thèmes majeurs, ceux de la mort et de l’amour. En dernière analyse, c’est ainsi que les sociétés comprennent l’enjeu de l’existence : par le fantasme et le non-rationnel qui répondent aux questionnements existentiels refoulés et difficiles à « résoudre » en dehors du « rêve ».

7Les constructions sociales narratives perpétuent la banalité du quotidien et entretiennent la réalité comme réel la confortant dans sa cohérence. Les récits sociaux constituent un « cadre de référence » — attitudes, émotions et sentiments sont modelés par ceux-ci ; mais tandis que traditionnellement les grands récits transmettaient des leçons à des générations, de nos jours le storytelling parcourt le chemin en sens inverse (saturant l’espace symbolique de séries et de stories) : il ne raconte pas l’expérience passée, mais met en place des engrenages narratifs qui invitent les individus à s’identifier à des modèles et à se conformer à des protocoles ! Le grand mérite de ce livre réside dans sa tentative de mettre en lumière la part des mythes et des fictions qui sous-tendent les logiques sociales contemporaines.

Haut de page

Bibliographie

BARTHES, Roland (1957), Mythologies, Paris, Seuil.

BOURDIEU, Pierre (1979), La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

ECO, Umberto (1975), La production des signes, Paris, Livre de poche.

FARRUGIA, Francis (2010), « Le syndrome narratif : une <inquiétante étrangeté> », Revue Sociologies [En ligne]. www.Sociologies.revues.org/3152.

GENETTE, Gérard (1983) Nouveau discours du récit, Paris, Seuil.

RICŒUR, Paul (1983), Temps et récit,tome 1 : L’intrigue et le récit historique, Paris,Seuil.

RICŒUR, Paul (1985), Temps et récit, tome 2 : La configuration dans le récit de fiction, Paris, Seuil.

RICŒUR, Paul (1985), Temps et récit, tome 3 : Le temps raconté, Paris, Seuil.

SALMON, Christian (2007), Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1  Depuis les années 1990, aux États-Unis puis en Europe, il a été investi par la logique de la communication et du capitalisme triomphant, sous l’appellation anodine de storytelling.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tessa Doulkeri, « Christiana CONSTANTOPOULOU (dir.) (2011), Récits et fictions dans la société contemporaine », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3729

Haut de page

Auteur

Tessa Doulkeri

Tessa Doulkeri est professeure de communication au Département des médias et du journalisme à l’Université d’Aristote, à Thessaloniki. Courriel : doulkeri@jour.auth.gr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org