Navigation – Plan du site
Lectures

Daniel JACOBI et Jason LUCKERHOFF (dir.) (2010), « À la recherche du <non-public> »

Loisir & Société, 32(1)
Myriam Thériault
Référence(s) :

Daniel JACOBI et Jason LUCKERHOFF (dir.) (2010), « À la recherche du <non-public> », Loisir & Société, 32(1)

Texte intégral

1Une récente contribution portant sur les « non-publics » propose sept articles de neuf chercheurs de la France, du Québec et du Mexique. Ce numéro thématique de la revue Loisir & Société, sous la direction de Daniel Jacobi et Jason Luckerhoff (2010), illustre dans des secteurs culturels et artistiques variés les possibilités d’application du concept de non-public, tout en posant un certain regard critique. L’originalité de la proposition et l’éventail des approches méthodologiques permettent de mesurer le fort intérêt de cet apport scientifique à la connaissance d’une thématique encore trop peu documentée.

2Bien que le discours gouvernemental et institutionnel durant les quarante dernières années, aussi bien au Québec qu’en France, eût été destiné à permettre la réduction des obstacles entre le créateur, le lieu de diffusion et la population, très peu de contributions scientifiques se sont intéressées au non-public. Ce n’est qu’en 2004 que, du point de vue sociologique, l’existence d’un véritable non-public est affirmée (Ancel et Pessin, 2004), ce qui lui a donné « un statut empirique » (p. 12). Pour les auteurs de ce collectif les non-publics sont le produit d’un rapport entretenu entre l’action culturelle fortement ancrée dans des lieux de création et de diffusion d’œuvres d’art légitimes et celle issue de « lieux [de création et de diffusion inattendus] et de formes [artistiques] insoupçonnées » (p. 25).

3Rosaire Garon se réfère, dans le chapitre « Évolution des publics des arts et de la culture au Québec et aux États-Unis : 
mise en perspective », à l’enquête sur les pratiques culturelles des Québécois et des Québécoises de 2004 révélant une baisse de la fréquentation des activités culturelles classiques ainsi qu’une diminution de la place occupée par les institutions culturelles dans l’espace public. Il affirme que la pratique culturelle est désormais « sous le signe de l’éclectique ou de la consommation culturelle omnivore », faisant maintenant place à la multiplicité des pratiques (p. 73). L’institution scolaire serait pour lui le meilleur accès à l’acquisition de capital culturel, nécessaire à l’établissement d’une habitude de pratique à l’âge adulte. Les efforts de démocratisation de l’éducation au Québec depuis 1960 pourraient venir contrer cette baisse et accentuer la tendance à la stabilisation des pratiques culturelles à long terme.

4Pour Julia Bonarccorsi, dans le chapitre « Le non-public comme un ordre de l’action : modalités de présence du mot et glissements terminologiques », la négation dans l’expression « non-public » n’implique pas tellement une réfutation du « public » qu’une redéfinition de son sens, à titre de cible de l’action culturelle. La bibliothèque, lieu où se déroule l’action culturelle, et l’activité de la lecture, une pratique culturelle classique acquise le plus souvent à l’école et pouvant être réalisée à l’extérieur du lieu institutionnel, représentent un exemple probant des variantes des rapports entre usager/public et non-usager/non-public. Les efforts de démocratisation de la bibliothèque sont donc abordés par rapport à l’idéal du lecteur institutionnel, c’est-à-dire l’usager de la bibliothèque. Pour que cette action culturelle se justifie, ceux qui ne l’utilisent pas sont considérés, jusqu’à preuve du contraire, comme des non-lecteurs, qu’ils soient lecteurs en marge de ce lieu, illettrés ou analphabètes. L’objectif est donc de permettre au « nouveau lecteur [nouveau visiteur] de quitter un jour l’accompagnement (la médiation) et de voler de ses propres ailes » (p. 22). L’action culturelle de la bibliothèque ne vise pas tant les capacités du lecteur que les mécanismes de transmission du savoir culturel nécessaire pour créer une réelle habitude de pratique du lieu. Le « non-public » est donc une composante du « non-lieu » où l’action culturelle institutionnelle n’exerce pas son influence.

5Bonarccorsi transporte ensuite l’institution dans un milieu qui relève habituellement du non-public, la rue, et y applique le même raisonnement. On assiste alors au glissement d’une action culturelle structurée, destinée à permettre l’entrée réussie du « non-lecteur » à la bibliothèque, à une action culturelle inverse, en amenant l’institution ou sa symbolique dans l’espace du « non-public ». Le non-public peut donc être public de l’activité « lecture » même « s’il est défini par la négative <qui ne fréquente pas>, <qui n’a pas> » (p. 36). La transmission du savoir culturel nécessaire n’est plus, par le fait même, conditionnelle à l’action culturelle de l’institution et repose sur d’autres interactions et mécanismes d’échange.

6Dans le chapitre « Être à la fois public et non-public. Quand le public des salles de cinéma Art et Essai est non-public des films Art et Essai », Michaël Bourgatte fait état de deux études menées auprès des amateurs de salles de cinéma Art et Essai de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur diffusant des films de « niche » (culture savante), mais également des blockbusters (culture populaire). Ces institutions obtiennent un label par le gouvernement français selon des critères bien précis. Ces cinéphiles semblent statistiquement plus âgés, « comme si l’adaptation aux films Art et Essai était progressive » (p. 160). Les adolescents (lycéens) acquièrent leurs « connaissances cinématographiques » avec les moyens technologiques et les outils de diffusion domestiques. L’acquisition du savoir nécessaire pour l’appréciation des films Art et Essai semble donc corrélée à la confrontation aux œuvres en question. Cependant, Bourgatte ne précise pas si des mécanismes d’accompagnement existent à l’intérieur des cinémas.

7Toutes les catégories de visiteurs qui fréquentent les salles de cinéma d’Art et Essai, autant pour les films de niche que pour les films commerciaux, expriment un fort sentiment d’appartenance au lieu. Les salles Art et Essai semblent donc être accessibles à tous, sans exception, ce qui rend la notion de « non-public » par rapport à ce lieu institutionnel inadéquate. La constitution du « non-public » se rapporterait donc aux films Art et Essai, à l’œuvre, et l’action culturelle viserait leur appropriation, conformément à la politique culturelle de l’État. Les salles Art et Essai rempliraient donc deux fonctions culturelles : une fonction pratique (« tangible ») et une fonction « symbolique », permettant aux habitués d’apprécier un « discours sur l’art et la société » et aux autres de profiter simplement d’une sortie au cinéma (p. 153). Les spectateurs en mesure de percevoir et de pratiquer la fonction symbolique du lieu constitueraient les publics, ceux pour qui la relation pratique suffit seraient les non-publics, ils fréquenteraient « ces salles de cinéma comme des non-lieux » (p. 154).

8Le processus de labellisation des films Art et Essai repose sur des critères réservés à une communauté d’experts, faisant appel à leur expérience et leur sensibilité, et ce, indépendamment « de la réception du film par le public » (p. 155). Les superproductions ne s’en trouvent pas sans valeur, du moins pour les publics les visionnant. Bourgatte y voit alors une sorte de bataille entre la place occupée par des œuvres cinématographiques légitimes et celle que prennent les films commerciaux dans l’espace public. La transmission du savoir culturel est perçue par ces acteurs culturels comme le lien essentiel à établir avec le visiteur, afin que survienne la fréquentation des salles Art et Essai pour ces films de niche, sans quoi la labellisation et l’action culturelle deviendraient caduques.

9Pour faciliter la définition des cibles à atteindre, les couples « public et films [labellisés], donc reconnus et légitimes et non-public et films [populaires] » (illégitimes) sont alors créés (p. 159). Les non-publics ne correspondraient pas aux spectateurs « idéaux » ou « attendus » « par le gouvernement, les acteurs culturels ou les professionnels du cinéma » (p. 159). Les efforts de rapprochement entre les œuvres (films Art et Essai) et les non-publics (publics de films commerciaux) sont donc nécessairement teintés de cet idéal. Pour Bourgatte, les non-publics existeraient par leur non-confrontation à certaines œuvres d’art jugées incontournables ou difficilement accessibles pour le visiteur non initié. Le seul fait d’entrer ou non dans un lieu exposant des œuvres reconnues ne suffirait donc pas à catégoriser les groupes d’individus en « public » ou « non-public ».

10Luz Marìa Ortega Villa s’est intéressée à la consommation culturelle du « non-public » d’un point de vue sociologique dans le chapitre « <Non-publics> of legitimized cultural goods. Who are they ? ». Elle a choisi la communauté de Mexicali, au nord-ouest du Mexique, caractérisée par de faibles revenus et un niveau de scolarité peu élevé. Ses principales conclusions révèlent que la consommation culturelle tous azimuts des jeunes est plus élevée que celle des autres groupes d’âge étudiés. La structure familiale aurait également un effet sur le type de biens culturels consommés et sur la prise de décision des individus. Les personnes sondées n’ignorent en rien l’existence de l’offre de biens culturels classiques (légitimes) et la façon de les consommer, seulement « ils considèrent que ces biens ne sont pas pour eux », préférant ceux de la culture populaire (p. 132). Pour la plupart, l’école sensibilise déjà les jeunes à cette culture savante, ils ne jugent donc pas nécessaire de s’en préoccuper davantage.

11Pour Ortega Villa, les non-publics de la culture classique, savante ou légitime ne doivent pas être réduits à ce seul état ; s’ils ne sont pas les publics visés par cette offre culturelle, ils le sont pour d’autres biens, dont la télévision, et d’autres produits de la culture de masse. D’ailleurs, l’offre culturelle classique est déterminée par une faible majorité de groupes occupant des positions privilégiées, comme le mentionnait Bourgatte. Les critères priorisés par ces petits groupes d’experts mettent en valeur une quantité infime de biens culturels. Citant Bourdieu (1984), l’auteure s’interroge sur cette impression de relation privilégiée à la culture et constate qu’il suffirait probablement de modifier le format ou le contenu de l’objet culturel pour augmenter l’intérêt du non-public envers celui-ci.

12Dans leur étude du phénomène du non-public, Hanna Gottesdiener et Jean-Christophe Vilatte, dans le chapitre « Un déterminant de la fréquentation des musées d’art : la personnalité », adoptent une perspective psychologique, en définissant les caractéristiques de la personnalité susceptibles de freiner ou de motiver la décision de visiter les musées des beaux-arts et d’art moderne. Selon eux, la pratique de la visite des musées d’art s’ancre dans « une relation affective, et ce le plus souvent au cours de l’enfance ou de l’adolescence » (p. 53), où « les traits de personnalité et le goût pour l’art » (p. 59) sont les dénominateurs communs du choix de visiter le musée ou non. Tout comme Ortega Villa, ils observent que la famille et la structure sociale dans laquelle l’individu évolue influencent la quantité et le type de biens culturels consommés.

13Un lien assez fort existerait entre la nature de la perception qu’ont les non-visiteurs de musées et les visiteurs des musées et leur non-fréquentation. Les personnes interrogées qui fréquentent les musées des beaux-arts et les musées d’art moderne ont une image favorable du visiteur, alors que ceux qui n’ont pas visité ces musées ou qui les ont peu visités ont une image plutôt défavorable. L’étude permet également d’établir « qu’aller ou ne pas aller au musée est un comportement qui n’est pas anodin au point de vue identitaire » (p. 50) : le visiteur et le non-visiteur y voient un geste social plus important que la seule volonté de s’y rendre ou non. Bourgatte avait également relevé que visiter une salle Art et Essai était avant tout un geste social avec une importante charge symbolique.

14Daniel Jacobi et Jason Luckerhoff ont eux aussi donné la parole à des visiteurs et à des non-visiteurs français et québécois de deux activités culturelles fortement publicisées : la visite de la ville touristique et patrimoniale d’Arles et la visite de l’exposition blockbuster Égypte éternelle du Musée des beaux-arts de Montréal. L’objectif du chapitre « Public et non-public du patrimoine culturel : deux enquêtes sur les manifestations différenciées de l’intérêt et du désintérêt » est de mieux saisir le point de vue des visiteurs et des non-visiteurs sur la fréquentation du musée et son accessibilité. Ces représentations ont été combinées aux critères socioculturels décrivant habituellement les publics (revenu, niveau de scolarité et capital culturel).

15Ces auteurs affirment que favoriser l’accès à une ville patrimoniale ou à une exposition de grande envergure ne suffit pas à intéresser le non-public à la culture légitime ou à le transformer en public du patrimoine culturel, tout comme l’ont fait Bonarccorsi, Bourgatte et Ortega Villa. L’implication des bailleurs de fonds, privés ou publics, semble conduire les institutions à vouloir atteindre des audiences records afin de justifier leur existence. Le déploiement de mécanismes de communication sophistiqués, la gratuité ou l’application de tarifs spéciaux durant la semaine de relâche scolaire ne permettent cependant pas de convaincre de visiter davantage la Ville d’Arles ou l’exposition vedette du Musée des beaux-arts de Montréal. Ces mécanismes de stimulation de l’accessibilité sont toutefois considérés comme des mesures de démocratisation de la culture et du développement des habitudes de visite, en somme un processus par lequel l’individu pourrait passer de « non-public » à « public ».

16Les mécanismes de mise en marché et les stratégies de marketing « culturel » ou de tourisme culturel ne sont donc pas le parfait exemple d’une activité culturelle qui se démocratise. Selon certains acteurs, le format et le sujet de l’activité culturelle, dans ce cas-ci une exposition, ne suffisent pas à générer une affluence continue au musée. L’expérience de visite, « le contenu [et] les outils de médiation », donc de transmission, assureraient l’atteinte de l’objectif de l’élargissement des publics à long terme (p. 113). Les moyens utilisés pour rejoindre les non-publics semblent par contre scindés en deux. Les acteurs culturels peuvent choisir d’adapter les « contenus culturels aux intérêts du public habituellement non participant » ou d’élaborer une multitude d’outils et de mécanismes de médiation pour permettre aux non-pratiquants d’apprivoiser les œuvres légitimes (p. 113). Ce dilemme semble donc commun à toutes les actions culturelles consacrées à la transmission du savoir culturel nécessaire à l’appropriation des œuvres de la culture classique.

17Dans le chapitre « Du non-public des musées
aux publics de la gratuité », Jacqueline Eidelman définit les principaux effets d’un programme gouvernemental de gratuité durant tout un semestre de 2008 où l’accès à tous les musées français était libre de droits tous les premiers dimanches du mois et cherche cherchait à invalider cette « idée la plus souvent répandue [qui veut] que la mesure de gratuité ne suscit[e] guère plus que l’intérêt du public habituel qui, soit, en [fait] un usage immodéré (effet aubaine), soit, s’en détourn[e] assez vite (effet lune de miel) » (p. 173). Elle remet également en question la perception selon laquelle il existerait un non-public des musées français. Elle se base sur deux principaux indicateurs pour invalider cette affirmation : « […] la très importante augmentation du volume des visites dans les musées depuis un demi-siècle et la nature complexe de l’identité de visiteur » (p. 173). Les programmes de gratuité dans les institutions culturelles contribueraient également à l’acquisition d’habitudes de pratiques culturelles à long terme.

18Selon Eidelman, les effets de l’expérimentation de la gratuité sur le volume de fréquentation des 14 musées ciblés ont été importants : « […] ils [ont] reçu en moyenne 56 % de visites de plus que pour la même période de l’année précédente » (p. 183). En ce qui concerne le non-public mobilisé, le cas parisien est différent, les visiteurs de ces institutions demeurent les habitués même lors des journées de gratuité. En dehors de Paris par contre, les étudiants et les milieux modestes ont été le plus souvent mobilisés par la gratuité. Parce qu’elle a attiré dans les musées un public plus près sociologiquement de la population française typique ou moyenne, la mesure de gratuité permettrait l’accélération de la démocratisation culturelle, assurerait le renouvellement des publics et profiterait à « l’avancement de la carrière de visiteur » (p. 94), qui doit nécessairement être entamée au préalable ou commencée avec cette mesure de gratuité.

19En conclusion, les auteurs de ce numéro semblent s’entendre sur la nécessité de mettre en œuvre des mécanismes de transmission du savoir culturel pour que s’opère l’habitude de visite ou de consommation de produits culturels issus de la culture classique ou savante. Pour plusieurs auteurs, il s’agit de réussir à accorder l’importance nécessaire à la réception et à l’expérience de visite réelle plutôt qu’à celle dictée par les experts et de suivre différents modèles d’acquisition du savoir culturel. Ceux-ci sont liés à l’individu (expériences personnelles, émotions, personnalité, perceptions) ou à son environnement (famille, école, institution culturelle, programme de gratuité, condition socioéconomique) et agissent à l’intérieur de plusieurs fonctions culturelles à la fois. Il existerait deux catégories de non-public, celui relatif au lieu, qui ne fréquente pas et qui a probablement le savoir culturel nécessaire pour le faire ou peut-être pas, et celui relatif à l’œuvre, pour laquelle il ne semble pas posséder les connaissances nécessaires ni la possibilité de les acquérir.

20Les statistiques sont formelles : la participation à la culture s’accroît avec l’âge. L’essentiel du savoir culturel semble être acquis à l’école et à l’intérieur des contextes sociaux et familiaux, et ce, dès le plus jeune âge. Il vient cependant un temps où ces environnements ne peuvent plus remplir ce rôle et influencer la fréquentation. Subsistent alors les questions que la lecture de ce numéro de la revue Loisir & Société nourrit. Lorsque le capital culturel est faible ou inexistant, comment un individu adulte en fait-il l’acquisition ? Comment fait-il « avancer sa carrière de visiteur » ? Quels outils de transmission seraient les plus appropriés pour réaliser cet objectif d’éducation à la culture ? Pour quels types de non-publics ? La transformation des contenus culturels et des conditions de visite par la multiplication des moyens de transmission du savoir culturel pourrait-elle compromettre la participation d’un public acquis ?

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU, Pierre (1984), Distinction. A Social Critique of the Judgement of Taste, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Thériault, « Daniel JACOBI et Jason LUCKERHOFF (dir.) (2010), « À la recherche du <non-public> » », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3735

Haut de page

Auteur

Myriam Thériault

Myriam Thériault est candidate à la maîtrise en loisir, culture et tourisme à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Courriel : myriam.theriault@uqtr.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org