Navigation – Plan du site
Lectures

Peter LEE-WRIGHT, Angela PHILLIPS et Tamara WITSCHGE (2012), Changing Journalism

London, Routledge, Coll. « Communication & society »
Christine Leteinturier
Référence(s) :

Peter LEE-WRIGHT, Angela PHILLIPS et Tamara WITSCHGE (2012), Changing Journalism, London, Routledge, Coll. « Communication & society »

Texte intégral

1Cet ouvrage rend compte des transformations en cours dans l’univers du journalisme à partir d’une vaste étude menée entre 2007 et 2010 dans le cadre d’un projet Space of News conduit au sein du Goldsmiths Leverhulme Media Research Centre. Les chercheurs associés à ce projet ont travaillé essentiellement par entretiens (170) et observations ethnographiques (3 rédactions britanniques : BBC, Manchester Evening News, Guardian) pour proposer des réponses à la question des transformations du rôle des journalistes dans les sociétés démocratiques, inscrivant cette problématique dans le cadre des changements sociotechniques liés à la généralisation des dispositifs numériques en ligne ; ils ont également mobilisé une importante littérature référencée en bibliographie. Ces questions sont déjà assez largement documentées en France et dans les pays francophones, mais la synthèse proposée ici offre des compléments d’analyse liés à la situation particulière de la Grande-Bretagne et à la dimension politique retenue pour l’analyser. Il s’agit donc ici de traiter, sous l’angle de l’économie politique, de la transformation du journalisme et plus largement de l’information générale et politique dans les démocraties. Comment préserver l’idéal démocratique d’un « service public » de l’information pluraliste nécessaire à la vie citoyenne ?

2La crise économique que traversent les médias « classiques » est largement liée au nouveau paradigme économique portée par les acteurs d’Internet qui redéfinissent à la fois les contours des industries de l’information et le lien traditionnellement « descendant » entre public et journalistes. Ces modifications s’inscrivent dans un cadre plus large de transformation des économies, mais surtout de l’organisation du travail qui, en survalorisant l’individu, conduit à une déstructuration des collectifs de travail, en l’occurrence ici les rédactions. Les idéologies professionnelles évoluent elles aussi, sous la pression d’un moindre engagement individuel, mais surtout d’une diminution forte de la figure du journaliste comme acteur social important. La crise financière qui touche les grands médias mène à une crise du travail, de son offre en réduction constante, mais aussi de sa qualité, si l’on compare la situation actuelle aux périodes antérieures. La constitution de monopoles dans les industries médiatiques entraîne un affaiblissement de la liberté du journaliste ; le poids croissant de l’audience sur la définition des contenus conduit à de nouvelles pratiques professionnelles, bien éloignées de principes que cherchent encore à garantir la Press Complaints Commission ou les chartes propres à certaines rédactions, comme celle de la BBC.

3Dans ce contexte fluide et mouvant, les pratiques professionnelles sont elles aussi reconfigurées. Si la production multimédia à laquelle sont désormais astreints les journalistes en est la partie la plus visible, ce n’est pas nécessairement la plus discutée ni celle qui comporte le plus de risque pour la préservation de la qualité de l’information. La dynamique du « multitâche » touche l’ensemble des professions ; associée à la contrainte de l’immédiateté, elle contribue à une forme d’industrialisation du travail intellectuel dont la dimension réflexive se trouve ainsi de plus en plus absente. L’exemple de la transformation du reportage, et de la mort annoncée du modèle du « grand reportage » construit dans les périodes antérieures, en est l’illustration la plus significative : le culte de l’instantanéité, de la vitesse, l’homogénéisation des formats que génère le numérique sont en contradiction avec la nécessaire lenteur qu’exigent la préparation et la réalisation d’un reportage ou d’une enquête pour que le sujet traité le soit avec suffisamment de profondeur et donc de qualité analytique. La tyrannie de la technologie, qui entraîne la survalorisation des réactions instantanées des internautes, conduit à une forme de démagogie informationnelle qui n’a plus grand-chose à voir avec l’information de qualité. L’idéologie dominante, qui pose la technologie Web comme la solution, alors même que ce dispositif n’a pas encore permis la construction d’un modèle économique pertinent de production de l’information, contribue à ruiner les anciens modèles professionnels, y compris dans le rapport des journalistes à leurs sources.

4S’il ne s’agit pas de contester l’apport que peut représenter la contribution des internautes à la production ou à l’analyse de l’information, l’idéologie du « tous journalistes » tend à minorer la valeur et la qualité de l’information, donc à minorer aussi la réalité de l’expertise journalistique. En dehors des photos amateurs de quelques grands événements, les contributions des internautes représentent très rarement une production d’informations nouvelles sur des événements dont les grands médias n’auraient pas rendu compte ; elles sont essentiellement la reprise et le commentaire de nouvelles déjà publiées, ce qui contribue à une uniformisation de l’offre. Et c’est ce rôle précis de l’internaute comme commentateur et re-diffuseur des informations, donc comme sélectionneur des nouvelles, qui désormais est retenu pour évaluer l’information, plutôt que sa qualité intrinsèque (nouveauté, profondeur) : le nombre des reprises sur les réseaux sociaux par exemple devient ainsi un critère de qualité. S’il est maintenant nécessaire que le journaliste prenne en compte la parole et la relation avec les internautes, donc ses publics, il convient qu’il puisse préserver une distance suffisante, en conformité avec une éthique renforcée qui lui permette d’échapper au flux mainstream et à l’une de ses caractéristiques, la reprise circulaire des faits et des informations. Une question récurrente se pose alors pour les journalistes, celle de la production de la « vérité » qui n’est pas toujours populaire.

5Si toute prévision est impossible, les auteurs insistent, dans leur conclusion, sur le rôle que doivent jouer les États pour préserver la production d’une information politique de qualité dans un contexte pluraliste propre aux démocraties. La régulation par le seul marché d’un espace économique dominé par des opérateurs commerciaux ne peut pas favoriser l’émergence d’un marché pluraliste de l’information comme celui construit, avec ses insuffisances certes, depuis le XIXe siècle. Les auteurs en appellent aussi, in fine, à l’énergie et à l’enthousiasme des jeunes journalistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Leteinturier, « Peter LEE-WRIGHT, Angela PHILLIPS et Tamara WITSCHGE (2012), Changing Journalism », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/3738

Haut de page

Auteur

Christine Leteinturier

Christine Leteinturier est maître de conférences au CARISM/IFP, à l’Université Panthéon-Assas, à Paris. Courriel : christine.leteinturier@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org