Navigation – Plan du site
Lectures

Armand MATTELART (2010), Pour un regard-monde. Entretiens avec Michel Sénécal

Montréal, Presses de l’Université de Montréal, Coll. « Champs Libres »
François Demers
Référence(s) :

Armand MATTELART (2010), Pour un regard-monde. Entretiens avec Michel Sénécal, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, Coll. « Champs Libres »

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage comprend une liste des principaux sigles utilisés, une bibliographie de Mattelart et un i (...)

1Ce n’est pas une biographie mais plutôt, comme le titre l’indique, une sorte d’entrevue-fleuve où l’intervieweur s’efface devant l’interviewé, sauf en ce qui concerne le prologue/introduction et les questions1. À un point tel d’ailleurs qu’il est légitime de qualifier l’interviewé de coauteur du livre. L’autre coauteur, Michel Sénécal, professeur titulaire à la Télé-université, dispose manifestement d’une connaissance approfondie et détaillée de l’œuvre de son interlocuteur (dont il a été un doctorant). On devine vite que les questions-réponses ont fait l’objet d’un montage serré, dès qu’on remarque la minutie avec laquelle les notes en bas de page complètent l’information au sujet des œuvres dont il est question dans l’échange. Ce sont d’ailleurs les ouvrages de l’intellectuel Armand Mattelart qui constituent l’épine dorsale du texte. Les livres, les articles et les rapports de recherche sont à l’avant-scène de l’histoire, présentée chronologiquement, de ce Belge d’origine qui a fini par être intégré sur le tard à l’appareil universitaire français (l’Université Rennes 2 puis finalement Paris 8).

2Le propos est clairement de retracer le déploiement d’une œuvre en mettant en fil rouge l’évolution des idées. D’ailleurs, le sixième et dernier chapitre, intitulé « Cartographie d’une trajectoire », en est explicitement la synthèse. Le livre offre quand même une sorte de biographie parce que le commentaire de l’œuvre par son auteur ouvre plein de fenêtres sur le contexte de sa vie : sa formation, ses maîtres à penser, ses relations avec les collègues des milieux universitaires et de la recherche, ses voyages, ses rencontres. Ainsi, le chapitre 1, intitulé « Un horizon cosmopolite », donne d’entrée de jeu les informations biographiques indispensables sur les années de formation, d’abord en Belgique (doctorat en droit à l’Université catholique de Louvain), puis à Paris (Institut de démographie), jusqu’au départ pour le Chili (chapitre 2).

3Dès les premières pages, on voit se dessiner le panorama de l’après-guerre chez les intellectuels européens de la francophonie. L’Europe est ruinée, mais dispose d’acquis substantiels en matière grise. L’époque est donc à l’émigration des cerveaux. Cette émigration peut prendre deux ou trois pistes déjà défrichées. L’une domine la scène : les colonies. Par aventure, pour aider, pour évangéliser. On entre alors dans la décolonisation il est vrai, et certaines zones du monde sont moins hospitalières pour les anciens maîtres, l’Afrique du Nord et l’Indochine notamment — ou le Congo pour la Belgique. Mais, même après la colonisation, il y a des canaux qui restent ouverts, ceux des communautés catholiques par exemple. D’une certaine façon, ce sont des réseaux de ce dernier type qui vont conduire Mattelart au Chili. (Ces filières fourniront d’ailleurs aux universités québécoises de langue française l’apport de main-d’œuvre qualifiée pour le bond en avant de l’éducation supérieure et universitaire que la Révolution tranquille a impulsé dans les années 1960.)

4En même temps — du moins les théories du postcolonialisme le laissent penser —, la France en particulier a graduellement reconverti son colonialisme en « rayonnement » intellectuel. Mattelart deviendra à sa façon l’un de ses porte-flambeaux. Après son expulsion du Chili lors du coup d’État contre Allende en 1973 et le succès des explications communicationnelles qu’il fournira à cet événement, on le voit entrer dans le réseau international de l’intelligentsia de langue française, avec les invitations, les séjours, les voyages, les rencontres et les contrats de recherche que cela implique et que nous dévoilent les évocations qu’il en présente dans ce livre, même si elles prennent souvent la forme de récits allusifs.

5L’entrée de Mattelart dans le vaste monde par la porte chilienne, à un « moment historique » qui le projettera dans un passage par « l’exil » (titre du chapitre 4), l’introduira aussi dans les réseaux intellectuels sud-américains dont l’insertion dans le domaine universitaire des communications est alimentée dans ces années-là par les organismes internationaux de développement, dont l’Unesco, et par les activités révolutionnaires de la période. En conséquence, Mattelart sera sacré spécialiste de l’Amérique latine comme d’autres Français deviendront experts d’autres coins du monde, sur la base de leur séjour sur le terrain et des théorisations qu’ils en tireront, ou de leur séjour en tant que professeur invité.

6Plus récemment, la perspective de sa pensée, après ses prises de conscience de l’international, du politique et de la géopolitique, s’est élargie encore et l’a conduit à la thématique de la mondialisation, passant par celle de la communication-monde, « une notion qu’il forge en s’inspirant du temps-monde de Fernand Braudel » (p. 8). Là encore apparaît la continuité de sa trajectoire. Dans sa jeunesse, la Belgique est encore un pays colonisateur et, pour un intellectuel, la curiosité pour le monde extérieur va de soi. Comme Obélix, Mattelart est tombé dans la potion du regard-monde — que voilà un titre tout à fait approprié. Le Chili va élargir cette perspective et, en même temps, mettre en branle la pensée réflexive sur ce qui n’était jusque-là qu’un « allant de soi », une disposition « naturelle ». Il faut dire qu’entre les deux moments, il y avait eu une formation de démographe, une discipline « empirique » alors collée à la géographie et baignant dans la problématique du tiers-monde. Après le Chili, l’angle géopolitique des communications deviendra son terrain de recherche permanent, jusqu’à le conduire à pratiquer l’archéologie du savoir en reconstituant l’histoire intellectuelle de La mondialisation de la communication (1996).

7Manifestement, cette trajectoire intellectuelle a aussi quelque chose à voir avec l’Amérique latine, le terrain principal de ses recherches empiriques. La découverte de l’Amérique en 1492 n’est-elle pas le moment et le lieu d’une fantastique accélération de la conquête du monde par l’Europe ? Les élites de l’Amérique latine ne sont-elles pas depuis le départ entièrement tournées vers les capitales de l’Europe (plus tard vers les grandes villes nord-américaines) ? Plus qu’ailleurs, leur perception du monde n’est-elle pas excentrée, comme si leur pensée se développait spontanément sur la base d’une carte géographique, d’une mappemonde, d’une sensibilité extrême aux distances et aux problèmes de communication ? Pour devenir Sud-Américain, Mattelart aura dû déployer, analyser, théoriser son regard-monde.

8Je recommande particulièrement les pages où Mattelart présente comme deux branches d’un même projet critique les cultural studies et l’économie politique, d’une part réaction à l’empirisme et d’autre part dépassement du marxisme (p. 225 à 230). Mattelart se situe explicitement dans les deux, l’économie politique et les cultural studies première manière, celle du Britannique Raymond Williams.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage comprend une liste des principaux sigles utilisés, une bibliographie de Mattelart et un index des noms.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Demers, « Armand MATTELART (2010), Pour un regard-monde. Entretiens avec Michel Sénécal », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/3742

Haut de page

Auteur

François Demers

François Demers est professeur au Département d’information et de communication, à l’Université Laval. Courriel : francois.demers@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org