Navigation – Plan du site
Lectures

Tristan MATTELART (dir.) (2011), Piratages audiovisuels. Les voies souterraines de la mondialisation culturelle

Paris/Bruxelles, De Boeck/INA, Coll. « Médias Recherches »
Christine Leteinturier
Référence(s) :

Tristan MATTELART (dir.) (2011), Piratages audiovisuels. Les voies souterraines de la mondialisation culturelle, Paris/Bruxelles, De Boeck/INA, Coll. « Médias Recherches »

Texte intégral

1Tristan Mattelart a réuni ici une douzaine de contributions brossant un panorama d’une forme mal connue de la mondialisation culturelle, celle de l’économie souterraine des biens culturels tels que le cinéma, les logiciels, la musique ou la vidéo enregistrées. Ce livre s’inscrit dans la continuité d’un séminaire de recherche organisé en 2007-2009 à l’Université Panthéon-Assas, puis d’un colloque international soutenu par cette même université et l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC). Chaque contribution est accompagnée d’une bibliographie substantielle qui permet d’élargir les points de vue.

2Les auteurs, travaillant dans plusieurs pays, ont conduit des enquêtes et des observations, dans des conditions parfois difficiles ou délicates, pour mettre à jour l’organisation de cette filière qui va de la copie clandestine d’une œuvre à son tirage en grand nombre et à sa distribution commerciale dans des réseaux qui ne sont pas toujours clandestins. Les deux grandes zones géographiques couvertes sont l’Afrique et l’Europe orientale, qui donnent à voir les formes variées de cette économie parallèle, mais aussi les raisons pour lesquelles elle prospère. En effet, si la dimension économique paraît la plus évidente, les dimensions politiques, sociales et culturelles le sont moins. Cette « économie informelle de la culture » répond à des attentes nombreuses, qui dépassent la seule équation du prix : recherches de produits interdits ou inaccessibles, recours aux biens culturels pour échapper à la pauvreté, palliatif aux insuffisances politiques des États et à la faiblesse de ces secteur dans les pays étudiés. Ces pratiques souterraines ont des effets contrastés. Certes, la piraterie élargit l’offre de biens, permettant à ces populations de s’inscrire dans la mondialisation culturelle, mais elle contribue aussi à affaiblir les États, rendant inopérantes les politiques publiques de soutien à la création qui passent aussi, bien sûr, par la lutte contre la piraterie. La production locale, elle aussi très rapidement piratée, accentue la dépendance des artistes du Sud aux industries culturelles du Nord.

3Un premier chapitre rappelle comment les États-Unis, après avoir eux-mêmes largement profité de ces circuits souterrains ont, sous la pression des producteurs d’Hollywood, décidé d’inscrire la lutte contre la piraterie des biens culturels comme une priorité. En Tunisie et au Maroc, ce sont les politiques culturelles qui sont étudiées par l’analyse du rôle des pouvoirs publics dont les stratégies sont parfois très ambiguës au regard des choix faits entre acteurs locaux et acteurs internationaux. Le cas de l’Algérie est traité à partir des produits culturels piratés qui correspondent à un besoin d’ouverture des populations, que confirme une enquête réalisée auprès de consommateurs « pirates ». La situation africaine présente des analogies certaines avec celle du Maghreb. Le tableau présenté ici de l’économie informelle de la communication montre qu’elle est une composante d’une économie informelle plus large. L’essentiel du piratage porte sur les télécommunications, l’audiovisuel et l’informatique, ce qui répond à une forte demande sociale, permet la création d’emplois pour les jeunes instruits qui peinent à s’insérer dans le marché du travail et, surtout, pallie les défaillances des politiques publiques : la situation de l’audiovisuel en Côte d’Ivoire en est une bonne illustration. Le cas du Mali est l’occasion de donner la parole aux artistes et de montrer les difficultés qu’ils rencontrent devant ce phénomène qui les touche autant que les artistes occidentaux. En Corée du Sud, le piratage des productions culturelles étrangères participe très largement à l’expansion des productions nationales, ce qui a conduit à la mise en place d’une politique plus répressive. Le marché du DVD piraté est très prospère en Colombie, car il constitue une filière économique complète dont les productions — issues du piratage des productions nord-américaines — trouvent aussi des débouchés au-delà du pays, ce qui inscrit ce phénomène du piratage des biens culturels dans l’économie globale de la culture. La Russie est un cas intéressant puisque, pendant de longues années, les pouvoirs publics ont encouragé le piratage des produits occidentaux. La distribution de ces produits passe alors par les filières commerciales ordinaires qui font cohabiter produits nationaux, importés et piratés. La situation de la Bulgarie montre que le piratage peut aussi avoir des effets favorables à l’interne, contribuant à diffuser des savoir-faire, créant des attentes qui sont autant de débouchés possibles pour des productions nationales ; en effet, le piratage ici, contrairement au cas malien, touche essentiellement des productions étrangères.

4Le chapitre introductif de Mattelart permet de situer les enjeux globaux de ces pratiques de piraterie. Perçues comme des menaces par les pays occidentaux, elles nuisent aussi aux acteurs locaux. L’application des législations internationales sur la propriété artistique reste très difficile, car celles-ci visent plus souvent à protéger les droits des grandes multinationales de la communication que ceux des productions locales. Si ces pratiques contribuent à la mondialisation des échanges culturels c’est, pour Mattelart, dans le cadre d’une « mondialisation par le bas » qui s’appuie sur les bricolages d’individus et de petits groupes et qui se développe aux marges, « dans les interstices » de la « mondialisation par le haut » qui, elle, reçoit le soutien actif des institutions politiques nationales et des grandes entreprises qui savent tirer profit des règles du droit international. Cette grille de lecture particulière de la mondialisation est fort utile, à l’heure où Internet et le Web, sous l’effet d’un prisme déformant, semblent être les voies uniques du piratage, mais aussi de la circulation des productions culturelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Leteinturier, « Tristan MATTELART (dir.) (2011), Piratages audiovisuels. Les voies souterraines de la mondialisation culturelle », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/3743

Haut de page

Auteur

Christine Leteinturier

Christine Leteinturier est maître de conférences au CARISM/IFP, à l’Université Panthéon-Assas, à Paris. Courriel : christine.leteinturier@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org