Navigation – Plan du site
Lectures

Denis RUELLAN (2011), Nous, journalistes. Déontologie et identité

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble
Franck Bousquet
Référence(s) :

Denis RUELLAN (2011), Nous, journalistes. Déontologie et identité, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble

Texte intégral

1Dans son nouvel ouvrage, Denis Ruellan poursuit un travail entamé depuis plus de vingt ans. En choisissant cette fois d’étudier les discours sur la morale professionnelle tenus par les organisations ayant vocation à représenter les journalistes, il analyse de nouveau les mouvements par lesquels la profession journalistique se régule, se définit et s’auto-institue. Après une introduction fournie dans laquelle il pose les bases théoriques et méthodologiques de son travail, il procède à une périodisation chronologique en cinq époques dans laquelle il met en relation la situation de l’information en France et les débats qui concernent la pratique journalistique, ses responsabilités et la délimitation de ses frontières à travers la question de la déontologie.

2En effet, pour Ruellan, la déontologie est un objet qui ne peut s’étudier sans être déconstruit. Pour lui, la morale professionnelle n’est rien d’autre qu’un instrument de régulation qui participe à la définition et à l’institutionnalisation de la vie collective d’un groupe. Empruntant à Michel Foucault la notion de raréfaction discursive, il examine la façon dont certaines organisations, revendiquant la représentation de la profession, s’emparent de la question déontologique soit pour contrôler la prolifération des discours sur la pratique journalistique venant d’instances ou de groupes proches des journalistes, soit pour restreindre ces discours en boutant hors de la définition de la profession ceux qui les tiennent. Les modalités de contrôle de la prolifération ou de sa restriction sont ainsi plus ou moins présentes selon les périodes, dans le discours des instances s’instituant pour représenter, défendre et définir la profession, selon que celle-ci entretient avec tous ceux qui sont au-delà de ses frontières une relation de négociation ou d’exclusion. La question des frontières floues du journalisme et de l’importance des organisations professionnelles dans leurs définitions — question qui anime le travail de l’auteur depuis longtemps — est donc encore fondamentale dans cet ouvrage.

3La déontologie devient donc primordiale, non pas pour ce qu’elle dit, pour le contenu de ses textes fondateurs et de ses chartes, mais pour le réseau de relations qu’elle révèle, pour le type de relation qu’elle prescrit et pour la hiérarchie de positions qu’elle prévoit entre les acteurs participant à la fabrication et à la transmission de l’information.

4La morale professionnelle est par conséquent, comme le dit l’auteur, « une affaire de relations avec toutes les composantes sociales qui font et ainsi fondent l’identité du journalisme » (p. 21). Ainsi, toutes les chartes professionnelles depuis 1918 ont d’abord pour fonction de régler les relations avec les autres entités qui prétendent définir le journalisme et donc de contrôler la prolifération des discours sur celui-ci. Pour autant, elles peuvent admettre également l’existence de ces discours et ainsi les légitimer, mais c’est alors pour mieux les incorporer et pour affirmer par là même la prééminence du journalisme. 

5En conséquence, trois partis pris président au travail de terrain que l’auteur réalise ensuite, à partir desquels il délimite et justifie un corpus : tout d’abord la centralité du discours comme modalité de construction d’une identité professionnelle ; puis la prise en compte, en tant que source, des discours tenus par les différentes organisations regroupant les journalistes à travers le temps ; et enfin la profondeur historique, puisqu’il propose une étude segmentée sur près d’un siècle et demi.

6Cinq périodes sont alors déterminées, et Ruellan les aborde de la même façon : tout d’abord en posant de manière très pédagogique les principales questions politiques, économiques et sociales qui agitent alors le monde de la fabrication et de la transmission de l’information, puis en examinant comment y ont répondu les discours des organisations de journalistes. La question de la restriction ou du contrôle de la prolifération constitue ainsi la porte d’entrée privilégiée pour analyser ces discours.

7Pour la période allant de 1879 à 1918, c’est la quête de légitimité au sein de l’espace public qui paraît primordiale. Les associations professionnelles affichent en effet une morale collective en se posant la question des sanctions individuelles qu’elles refuseront pourtant toujours d’appliquer.

8De 1918 à 1943 vient le temps de la définition de frontières du journalisme, avec la création du Syndicat National des Journalistes et l’adoption de la loi de 1935 qui marque son succès par la reconnaissance officielle de ses points de vue. La question n’est pas de définir ce qu’est un bon journaliste, mais plutôt de savoir qui peut entrer dans la profession et qui doit en être exclu.

9De 1943 à 1980, la question centrale réside pour l’auteur dans les rapports entre équipes journalistiques et propriétaires de journaux. L’idéal de la Libération voulant sortir la presse du marché se heurte à la reconstruction capitalistique du monde de la presse. Le mouvement de création des sociétés de rédacteurs incarne alors cette problématique économique, ces rédacteurs revendiquant un rôle dans la direction des titres pour lesquels ils travaillent.

10De 1980 à 1995, ce sont les relations avec les professionnels de la communication ainsi que la dérégulation du secteur audiovisuel qui semblent structurer les frontières des débats. L’organisation Reporters sans frontières prend alors à bras-le-corps la tête d’un questionnement déontologique auquel tous les grands noms ou presque de la profession vont prendre part, symbole d’un flottement important et d’une crise de confiance : le pouvoir des communicants s’accroît, menaçant le monopole des journalistes dans la transmission et la fabrication de l’information.

11Enfin, la dernière période, couvrant de 1995 à 2010, est marquée par la réintroduction du public, notamment par Internet qui favorise l’autonomie dans la consommation et la production d’information dans un contexte de défiance et de crise économique qui touche les principaux supports de presse. Les professionnels et les amateurs de la critique des médias paraissent ainsi s’emparer d’un débat dans lequel les organisations de journalistes ont eu du mal à entrer.

12Ainsi, pour Ruellan, aujourd’hui comme hier, la déontologie n’est pas un sujet en soi pour les journalistes et leurs organisations. Elle n’est abordée que lorsqu’il y a d’autres enjeux, lorsqu’ils y sont obligés pour réguler leurs relations avec d’autres acteurs de la chaîne de l’information. Les organisations s’en tiennent toujours à définir les cadres, les structures, les frontières de la profession et du débat afin d’organiser une discussion sur la morale professionnelle qui est toujours repoussée.

13Cet ouvrage, centré sur les discussions internes à la profession et sur les discours des organisations la structurant, comporte deux dimensions : il est accessible pour les étudiants désireux de faire le point sur l’évolution des débats qui ont construit la profession journalistique depuis sa première structuration en France, mais il est aussi un important travail de chercheur montrant que le concept foucaldien de raréfaction est une porte d’entrée pertinente pour comprendre les discours sur la morale professionnelle d’un groupe qui revendique le monopole de la production d’information.

14La question du choix de la périodisation nous semble en revanche poser question. En effet, autant les deux premières périodes s’inscrivent entre des dates charnières pour le journalisme en France, reconnues par les historiens, autant les trois dernières paraissent davantage être des hypothèses de travail, car la preuve qu’elles ont été marquées par un discours dominant aussi nettement reconnaissable reste à préciser. En outre, pour chaque époque, l’auteur choisit délibérément d’étudier la norme, les discours qu’il juge dominants, en oubliant la marge, soit tous les autres discours moins audibles mais néanmoins présents.

15Il s’agit donc bien d’une pièce supplémentaire, fondamentale mais pas unique, dans l’étude du travail d’auto-institution de cette profession, qui vient utilement compléter celles construites par les ouvrages précédents de Ruellan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Bousquet, « Denis RUELLAN (2011), Nous, journalistes. Déontologie et identité », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/3744

Haut de page

Auteur

Franck Bousquet

Franck Bousquet est membre du LERASS de l’Université de Toulouse. Courriel : franck.bousquet@iut-tlse3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org