Navigation – Plan du site
Lectures

Monique SAUVAGE et Isabelle VEYRAT-MASSON, avec la collaboration de Géraldine POELS (2012), Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours

Paris, Nouveau Monde
Pierre Gosselin
Référence(s) :

Monique SAUVAGE et Isabelle VEYRAT-MASSON, avec la collaboration de Géraldine POELS (2012), Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours, Paris, Nouveau Monde

Texte intégral

Notre « histoire de la télévision » se nourrit des travaux de sociologie politique de l’une des auteures [Isabelle Veyrat-Masson] et du regard particulier que fournit à l’autre [Monique Sauvage] sa connaissance, de l’intérieur, du média télévision. Cet ouvrage bénéficie également de l’attention informée et porteuse de questions nouvelles d’une chercheuse de la plus récente génération [Geraldine Poels] (p. 12).

1Voici pour la présentation de cet ouvrage qui réussit en 400 pages à décrire et à analyser avec précision une histoire aussi complexe — et mouvementée — que celle de la télévision française en partant des pionniers — Barthélémy, de France — pour arriver à la TNT en passant par les différents standards — « avec le 819 lignes […] Les fabricants de récepteurs ne voient s’ouvrir, outre le marché français, que Monaco et le Vatican… » (p. 41) — et les multiples réformes — RDF, RTF, ORTF, éclatement en sept sociétés (1974) jusqu’à l’ouverture au privé à partir de 1984.

2Il est possible de lire cet ouvrage de la première à la dernière ligne ou, grâce à une table des matières très détaillée, de l’ouvrir comme un dictionnaire pour chercher la réponse à une question que l’on se pose.

3La télévision est sûrement le média le plus présent dans notre société et celui qui a connu les plus grands bouleversements tant sur le plan technique que sur le plan politique.

4Les auteures nous rappellent que dès 1936,

Georges Mandel annonce son intention d’autoriser pour la fin de l’année trois projets de télévision privées […]. En juillet 1936, le nouveau ministre des PTT du Front populaire, Robert Jardillier, enterre ces projets en se déclarant résolument hostile à « une télévision capitaliste ». La télévision demeurera cinquante ans sous le régime du monopole, jusqu’à ce qu’un autre gouvernement socialiste en décide autrement (p. 28).

5C’est une particularité de la télévision en France, son rapport permanent au pouvoir. Ainsi, « Georges Pompidou lui-même prend position au cours d’une conférence de presse, le 2 juillet 1970, en déclarant : <Être journaliste à l’ORTF ce n’est pas la même chose qu’être journaliste ailleurs. L’ORTF qu’on le veuille ou non, c’est la Voix de la France> » (p. 96). Denise Bombardier (1975) reprendra l’expression comme titre de sa remarquable étude sur la télévision française.

6Mais « [c]ontrairement à la T.S.F., la télévision sera d’emblée conçue comme entreprise de spectacle. Son modèle industriel et son projet d’usage sont toutefois directement inspirés de la radio diffusion » (p. 24), même si celle-ci s’émancipera grâce aux radios « périphériques » puis aux radios « libres ».

7Au fil de la lecture, nous suivons les évolutions qui ont marqué ces décennies télévisuelles, comme le précisent les auteures :

Ce sont bien les changements qui frappent le plus. Un Hibernatus des années 1950 serait stupéfait par bien des choses de la télévision d’aujourd’hui : le vocabulaire choisi, le ton employé, les codes vestimentaires, la présence décomplexée du nu et du sexe, les politiques moqués, la diversité ethnique à l’écran, l’intimité exhibée, la marginalité dévoilée dessinant un patchwork baroque de la société (p. 365).

8Nous comprenons ainsi que le simple mot télévision a pris en presque un siècle des acceptions bien différentes.

9En guise de conclusion, nous laisserons la parole au préfacier Jean-Noël Jeannenet :

Sereine et ferme, riche d’une érudition maîtrisée, cette nouvelle histoire de la télévision — de ces ouvrages que l’on garde à portée de main, en outil de référence pour de multiples consultations — me paraît bâtie d’une façon qui la rend propre à toucher beaucoup de monde […].

10Nous partageons totalement cet avis.

Haut de page

Bibliographie

BOMBARDIER, Denise (1975), La voix de la France. Les Français et leur télévision vus par un observateur étranger, Paris, Robert Laffont.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gosselin, « Monique SAUVAGE et Isabelle VEYRAT-MASSON, avec la collaboration de Géraldine POELS (2012), Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/3746

Haut de page

Auteur

Pierre Gosselin

Pierre Gosselin est chargé de cours à l’Institut des Sciences de la Communication et de l’Éducation d’Angers. Courriel : pierre.gosselin147@dbmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org