Navigation – Plan du site
Lectures

Denis SIEFFERT (2009), La nouvelle guerre médiatique israélienne

Paris, La Découverte, Coll. « Cahiers libres »
Aimé-Jules Bizimana
Référence(s) :

Denis SIEFFERT (2009), La nouvelle guerre médiatique israélienne, Paris, La Découverte, Coll. « Cahiers libres »

Texte intégral

1Cet ouvrage est consacré à l’enjeu médiatique de l’opération militaire israélienne portant le nom de code Plomb durci, qui a été menée à Gaza du 27 décembre 2008 au 17 janvier 2009. Dès son introduction, Denis Sieffert annonce l’objectif du livre, qui consiste à opposer un contrepoids au récit médiatique dominant sur les événements qui se sont produits durant cette opération militaire dans les territoires palestiniens et qui ont fait de nombreuses victimes civiles. L’auteur, qui a été correspondant au Proche-Orient depuis 1986, conteste les représentations dominantes du conflit avec l’ambition d’amener le lecteur à « remettre en cause une information qui lui est trop souvent livrée comme un prêt à consommer » (p. 7). Les remises en cause de cet ouvrage de 150 pages s’attaquent aux simplifications et aux fabrications des discours officiels et médiatiques. Après un premier titre publié (avec Joss Dray) en 2002 au lendemain de la deuxième Intifada, La nouvelle guerre médiatique israélienne s’attarde sur la « guerre de l’image » qui, selon l’auteur, a été perdue par Israël sans pour autant être gagnée par le mouvement palestinien Hamas.

2Pour Sieffert, l’intervention militaire israélienne se situe dans le contexte plus large du conflit israélo-palestinien et de ses soubresauts sociopolitiques et militaires de part et d’autre des belligérants. L’intérêt singulier de l’auteur se porte sur la « communication israélienne » et sa force de pénétration dans le monde occidental. Cette communication des messages officiels est

[…] ce qu’on appelle la « Hasbara » — littéralement l’« explication » — terme utilisé à la communication des autorités israéliennes en direction de l’étranger et qui puise dans un argumentaire officiel, se rattache à des peurs réelles, et parfois fondées, et à de profondes évolutions culturelles (p. 17).

3La « Hasbara », poursuit l’auteur, se fonde sur la trame de fond suivante : « Quelles que soient les circonstances, il faut montrer qu’Israël lutte pour sa survie face à un monstre (terroriste et qui veut le détruire) » (Cypel, 2005 : 270, cité par Sieffert, p. 17). Selon lui, les médias israéliens sont des relais de cette communication qu’il associe à la désinformation.

4Le premier de six chapitres présente une suite d’opérations de communication destinées à imposer certains points de vue favorables à l’État hébreu. C’est le cas notamment de l’accréditation de l’idée d’une « offre généreuse » qui avait été faite à Yasser Arafat au moment des négociations de Camp David en juillet 2000 et que le leader palestinien a refusée. C’est aussi le cas du retrait unilatéral israélien de Gaza en août 2005 présenté comme un acte pacifique. Le livre veut pointer du doigt d’autres angles qui ne font pas la manchette. Comme « l’actualité se repaît d’événements qui ont un début et une fin » (p. 29), le blocus de Gaza, inscrit dans la durée, est un non-événement dans l’actualité internationale. L’auteur renvoie souvent à la presse occidentale, mais son analyse, à l’extérieur d’Israël, est entièrement basée sur la couverture du conflit par et dans la presse française.

5L’ouvrage rapporte plusieurs événements auxquels est accolé un vocabulaire de la propagande : occultations et omissions des grands médias au sujet du blocus de Gaza et de ses conséquences économiques désastreuses, orchestration des expulsions des colons de Gaza, duperie et double langage à propos de la décolonisation en même temps qu’on annonce des plans d’extension des colonies ailleurs.

6Le deuxième chapitre est consacré au traitement du Hamas dans les médias. Servie par la rhétorique de certains commentateurs pro-israéliens, la désinformation jette l’anathème politique sur le Hamas et cherche à dépolitiser le mouvement palestinien, uniquement envisagé sous le prisme du terrorisme et du fanatisme. Pour l’auteur, l’analyse du Hamas ne doit pas s’arrêter au premier jugement, celui notamment des attentats-suicides ; il plaide pour une lecture qui replace le Hamas dans une rationalité politique qui s’inscrit dans le contexte large du conflit.

7Le troisième chapitre présente, à grands traits, l’évolution politique du Hamas, de sa charte fondatrice au « coup de force » de juin 2007. L’image du Hamas a été forgée par une propagande qui l’expurge totalement du contexte colonial pour la maintenir dans le registre du terrorisme international. Le discours officiel israélien et ses relais médiatiques internes comme externes insistent beaucoup plus sur les éléments les plus incriminants venant du Hamas en vue de sa délégitimation. La conclusion de l’auteur est que ce portrait peu reluisant du Hamas dans le discours officiel et dans les médias occidentaux a plus à voir avec les ratés du processus de paix israélo-palestinien qu’avec les liens originels du Hamas aux Frères musulmans égyptiens dont il est issu.

8Le quatrième chapitre s’arrête sur la rupture de la trêve conclue entre l’État d’Israël et le Hamas en juin 2008. Sieffert montre comment la machine de communication israélienne a imposé le point de vue selon lequel le Hamas a été l’agresseur en lançant les roquettes Qassam en direction des villes israéliennes tandis qu’Israël a été la victime de cette agression. Il reproche par ailleurs aux médias d’avoir trop facilement accrédité la thèse officielle israélienne en distillant des faits pourtant contradictoires sans les expliquer.

Ce n’est pas le Hamas qui a rompu la trêve dans les faits, mais c’est le Hamas qui annoncera le 19 décembre 2008 qu’il ne la reconduit pas. Et c’est évidemment Israël qui a bruyamment relayé le communiqué du Hamas, véritable aubaine pour l’État hébreu. De fait, les tirs de roquettes qui interviendront après le raid israélien, et plus intensément encore, après que le Hamas aura pris sa décision de ne pas reconduire la trêve, deviendront la cause « officielle » du retour de la violence. La communication, aussi habile d’un côté que maladroite de l’autre, aura inversé le lien de causalité (p. 84).

9Pour l’auteur, la véritable explication du refus de la trêve par le Hamas est le rejet de la levée du blocus de Gaza. Il ajoute : « Ce blocus, qui comme un fait exprès, n’existe jamais dans le discours israélien » (p. 95).

10Le cinquième chapitre est construit autour de plusieurs thèmes récurrents de la propagande israélienne. Selon l’auteur, en accréditant la thèse d’une « guerre à armes égales », la rhétorique propagandiste et ses relais réussissent à faire accepter le fait que l’État d’Israël et le Hamas sont des puissances équivalentes dont le succès du premier se mesure à l’aune de la force du second. La « fausse symétrie » entre la ville israélienne de Sdérot, cible privilégiée des tirs de roquettes du Hamas, et Gaza, cible des bombardements de l’aviation israélienne, est selon Sieffert un autre trait de la propagande. L’attention médiatique disproportionnée en faveur de Sdérot, au moment où les journalistes occidentaux ne peuvent pénétrer à Gaza, traduit, remarque-t-il, cette fausse symétrie. Parmi les thèmes de la propagande, on notera également, à partir du 11 septembre 2001, la réinterprétation du conflit israélo-palestinien à l’aune de la théorie du « choc des civilisations » de Samuel Huntington. Cette réinterprétation qui disculpe l’État hébreu vise à déplacer l’espace local du conflit vers un espace global marqué par une guerre planétaire de religion. En outre, le Hamas est accusé de recourir aux « boucliers humains », car « si le Hamas agit au cœur même des zones urbaines, Israël est exonéré de tout devoir envers la population civile » (p. 109-110). L’auteur dénonce aussi le discours de certains pacifistes qui ont soutenu l’opération militaire de Gaza et les organismes et agences pro-israéliens qui se proposent de fournir à la presse occidentale des listes d’experts, des contacts et des informations biaisées sur le conflit.

11Le sixième et dernier chapitre revient sur l’indignation dans la presse française qui a été provoquée par la violence de l’attaque israélienne sur Gaza et la contre-attaque médiatique pro-israélienne qui a réfuté notamment la disproportion des forces en présence et dénoncé les dérapages des manifestations pro-palestiniennes accusées de vouloir « importer le conflit » en France. Aux mensonges qui se fondent sur l’argument selon lequel « il n’y a pas d’autre choix » face à un ennemi dont le désir est de voir la destruction d’Israël, l’auteur rétorque en dénonçant une propagande et une désinformation qui gomment les souffrances palestiniennes : « Comme toujours, les conditions d’existence imposées aux Palestiniens, le blocus, n’existent pas. L’insatisfaction devant l’impasse de toute discussion sur le statut final n’existe pas non plus » (p. 133).

12S’il est naturel et souhaitable pour les organisations communautaires juives en France de condamner les actes d’antisémitisme, l’auteur dénonce par contre l’appui inconditionnel de l’action militaire pendant que les télévisions du monde entier montrent les images atroces dans les villes palestiniennes sous les bombardements israéliens et remet en cause l’appel de ces organisations à l’interdiction de toute manifestation pro-palestinienne sous prétexte qu’il y a des éléments radicaux qui prônent un discours haineux et antisémite.

13La conclusion de cet ouvrage réitère l’objectif du livre, qui est d’exposer les contresens médiatiques méthodiquement orchestrés par la communication israélienne à l’endroit des opinions intérieure et internationale. L’auteur rappelle l’existence d’une propagande qui cherche à diaboliser l’ennemi palestinien et à nier le caractère dramatique des conditions de vie des Palestiniens. Ces contresens médiatiques et cette propagande opèrent facilement dans le contexte idéologique particulier, note l’auteur :

La peur de l’islam qui a envahi le monde, notamment depuis les attentats du 11 septembre 2001, a d’une certaine façon resserré ce sentiment d’appartenance commune à l’Occident dont bénéficie l’État hébreu. Une grille de lecture qui nie les enchaînements de l’histoire a isolé l’islamisme radical en le définissant comme un phénomène sui generis (p. 147).

14Sieffert n’est pas convaincu que cette grille de lecture justificative va durer sans un véritable engagement israélien vers une paix durable.

15Cet ouvrage de facture grand public aurait certainement pu être enrichi par une analyse de la couverture médiatique étendue à d’autres médias internationaux et non uniquement à la seule presse française. Quelques références à la sociologie de l’information pour expliquer les mauvais réflexes des médias et quelques emprunts à l’univers conceptuel de la propagande et de la désinformation n’auraient pas été de trop.

Haut de page

Bibliographie

CYPEL, Sylvain (2005), Les emmurés. La société israélienne dans l’impasse, Paris, La Découverte.

SIEFFERT, Denis et Joss DRAY (2002), La guerre israélienne de l’information. Désinformation et fausses symétries dans le conflit israélo-palestinien, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aimé-Jules Bizimana, « Denis SIEFFERT (2009), La nouvelle guerre médiatique israélienne », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/3749

Haut de page

Auteur

Aimé-Jules Bizimana

Aimé-Jules Bizimana est professeur à l’Université du Québec en Outaouais et membre du Groupe de recherche interdisciplinaire sur la communication, l’information et la société (GRICIS). Courriel : aime-jules.bizimana@uqo.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org