Navigation – Plan du site
Hors thème

Positivité et négativité du goût culturel

Les tablatures du goût cinématographique
Hervé Glevarec et Michel Pinet

Résumés

Les auteurs proposent, en recourant à une analyse hiérarchique des données sur le goût et l’inappétence en matière de genres cinématographiques issues de l’enquête Pratiques culturelles des Français de 2008, de décrire les univers socioculturels ainsi que les différentes manières de marier appétences et inappétences quant aux genres cinématographiques. Cette analyse des préférences cinématographiques permet de soutenir que d’autres variables que la détermination socioprofessionnelle sont dorénavant structurantes et de montrer que la négativité du goût (le goût conçu avant tout comme un dégoût) n’est qu’une formule possible du principe de l’appétence pour les genres d’un domaine culturel.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

cine, desgano, Francia, géneros, gusto
Haut de page

Texte intégral

1En sociologie de la culture, Pierre Bourdieu (1979) a défendu un modèle dit de « l’homologie structurale » qui établit une correspondance entre la production des biens et la production des goûts, entre le champ de production, celui des biens culturels et celui des goûts. Cette correspondance se fait par l’intermédiaire des dispositions et des compétences des individus qui correspondent à leur position dans l’espace social, celui des consommateurs. Cette « position sociale » est elle-même définie et analysée comme la possession variable de deux sortes de capitaux, culturel et économique. Ce que l’on peut désigner comme positionnalisme du modèle de l’homologie structurale s’accompagne de l’affirmation de la valeur première de ces deux variables dans la détermination des pratiques et des goûts culturels :

Il va de soi, écrit Bourdieu, que les facteurs constitutifs de la classe construite ne dépendent pas tous au même degré les uns des autres et que la structure du système qu’ils constituent est déterminée par ceux d’entre eux qui ont le poids fonctionnel plus important : c’est ainsi que le volume et la structure du capital donnent leur forme et leur valeur spécifiques aux déterminations que les autres facteurs (âge, sexe, résidence, etc.) imposent aux pratiques (1979 : 119).

2Si Bourdieu ne considère pas que seule la position sociale intervient dans la détermination des pratiques et des goûts culturels, il indique clairement qu’elle surdétermine en dernier ressort la forme que déterminent les autres facteurs (en effet, qu’une variable « donne une valeur spécifique » à une autre variable indique qu’elle est statistiquement plus puissante).

3Au regard de cette hiérarchie des variables qui s’applique à l’ensemble des champs culturels, eux-mêmes unifiés par le « marché dominant » que constituent, comme le capital économique, le capital culturel et la légitimité universelle s’appliquant à tous (Bourdieu, 1971), les travaux récents sur les pratiques culturelles ont mis en évidence la valeur de variables antérieurement secondaires comme le sexe, l’âge et la génération, amendant ainsi l’homologie entre « position sociale » (les coordonnées des individus sur la carte des capitaux) et univers de pratiques culturelles. Olivier Donnat avançait dès les années 1990 trois éléments au nombre des raisons qui « interdisent aujourd’hui de référer mécaniquement les univers culturels aux milieux sociaux », à savoir l’existence de catégories socioprofessionnelles moins clairement identifiables à travers les seuls niveaux de ressources et de qualification professionnelle, la valeur prise par l’appartenance générationnelle et « l’hybridation croissante des univers culturels à la faveur de l’incidence des industries culturelles sur les pratiques » (Donnat, 1994 : 345). Les domaines et genres culturels issus de la culture de masse sont les premiers touchés par ces transformations d’une homologie entre goûts et les milieux sociaux. De fait, des conclusions semblables ont été tirées notamment de l’analyse des préférences musicales (Coulangeon et Lemel, 2007 ; Bennett et al., 2009 ; Glevarec et Pinet, 2010). Le domaine culturel du cinéma, « produit d’une culture de masse » (Ethis, 2005 : 10), a été moins pris en considération. Il se diffuse par des vecteurs sociaux et médiatiques qui échappent pour partie aux lieux de l’école et, dans une moindre mesure, de la famille. Le moment cinéphilique des « auteurs » en France, après-guerre, le fait reconnaître comme domaine producteur d’œuvres (de Baecque, 2005), en même temps qu’il instaure un genre du film d’auteur que l’on retrouve comme tel dans les enquêtes sociologiques.

4À propos des préférences actuelles en matière de films, Donnat indique que « les goûts cinématographiques sont liés à l’appartenance de sexe ou d’âge plutôt qu’au niveau de diplôme des personnes » (2009 : 112). S’il note une réserve des milieux les plus diplômés pour les films les plus populaires de la liste et leur appétence, minoritaire, pour les deux films « les plus difficiles » que seraient La vie des autres et Le secret de Brokeback Mountain, il insiste sur le fait que la très grande majorité des cadres ont vu les films « grand public » comme Camping, Titanic ou Les bronzés. Il qualifie leur jugement de « réservé » plutôt que de « rejet », les films Star Wars, Le seigneur des anneaux ou Matrix étant même « plus vus et appréciés dans les milieux de cadres que dans les milieux d’ouvriers » (Donnat, 2009 : 115).

5À partir d’un panel de films plus large que la liste de l’enquête Pratiques culturelles, Jean-Michel Guy notait au début des années 2000 : « En comparaison avec l’âge et le sexe, la position sociale et le niveau d’études semblent jouer ici un rôle moins déterminant, encore qu’il soit indéniable pour certains genres de films » (2001 : 122). Il écrit encore :

  • 1  « L’idée sous-jacente à cette tentative de typologisation des univers culturels était de découvrir (...)

[…] le résultat de ce travail n’est pas très concluant : à quelques exceptions près, on a du mal à trouver une cohérence entre la position socioculturelle des gens et leurs connaissances ou leurs goûts en matière de cinéma, ce qui semble confirmer le résultat général de l’étude : la télévision lamine les différences, banalise trop le cinéma pour que les films soient caractéristiques d’un univers culturel. […] Les analyses typologiques n’apportent donc pas d’information nouvelle par rapport à l’analyse sociodémographique classique (2001 : 303)1.

6À l’inverse, le sociologue Julien Duval, à partir d’une exploitation des mêmes donnés d’enquête, affirme que « dans les années 2000, il existe à tout le moins une forme d’homologie entre la structure de l’offre cinématographique et la structure sociale du public » (2011 : 9). Pour soutenir le modèle de l’homologie structurale des publics et des œuvres contre le goût pour des films « grand public », du moins peu « intellectuels », et le goût « réservé » à l’endroit des autres films des catégories supérieures, Duval est amené à qualifier ces films « d’œuvres omnibus », affirmant que les « limites de la notion <d’éclectisme> tiennent à la question des usages et des appropriations différentielles des biens culturels » (2011 : 17). En appeler à l’œuvre « omnibus » pour expliquer qu’un bien culturel est consommé par différentes catégories sociales ou pour rendre compte des pratiques populaires contemporaines des catégories supérieures — par exemple, le fait qu’elles aient regardé de façon massive les films Titanic, Les visiteurs et Les bronzés (Donnat, 2009), c’est, d’une manière ou d’une autre, nier qu’il est consommé — réellement — par ces catégories. C’est renoncer à en tirer les conséquences théoriques en scotomisant du champ de l’interrogation l’apparition de la pratique dans les activités des catégories supérieures. En termes théoriques, la notion d’omnibus est un interprétateur ad hoc qui permet de conserver le modèle homologique, en le supposant quoi qu’il advienne, alors qu’il signale que l’on n’arrive pas à interpréter une pratique dans le modèle de l’homologie. Sur le plan de la logique même, l’argument omnibus est contradictoire en plus d’être scientifiquement a priori, puisque même en supposant un mode distingué d’appropriation, on ne change rien à la nature populaire de ce bien. Il s’agit de retrouver la structure distinctive dans la pratique afin de soutenir l’homologie. « La correspondance a peut-être changé mais ce qui a d’abord, et avant tout, changé, ce sont les deux espaces en correspondance » (Duval, 2011 : 15). Le rapport d’homologie est donc soutenu à la condition d’effacer tout ce qui relève des accrocs à la correspondance que forment les goûts « grand public » et les jugements « réservés » des catégories supérieures.

7Face à ces constats sociologiques divergents bien qu’orientés vers une remise en question du positionnalisme, il semble pertinent de revenir sur les ensembles de goûts et d’inappétences à partir d’un modèle propre à restituer moins une correspondance sociale qu’une diversification. Nous nous situons ici dans le déploiement d’un modèle dit de la « tablature des goûts culturels » qui vise à représenter la configuration des goûts et des pratiques culturels des individus en termes de portefeuilles circonscrits de biens, incomplets en regard de la diversité des genres culturels existants et de leurs œuvres reconnues (Glevarec, 2005 et 2013 ; Glevarec et Pinet, 2009, 2012 et 2013). La tablature est un modèle qui considère que les genres culturels, y compris « populaires », sont devenus, au sein de chaque domaine culturel, incommensurables les uns aux autres au nom de ceci qu’ils sont dorénavant reconnus par les individus et les amateurs comme le lieu d’œuvres (au sens du chef-d’œuvre ou de l’œuvre de qualité) dans leur genre. Cette mise en genre de la culture s’accompagne d’une transformation du jugement de goût qui, devenant jugement culturel davantage que social, est marqué, pour une part croissante des individus, d’un côté par la nécessité de l’argumentation critique (être amateur) (Hennion et Maisonneuve, 2001 ; Hennion, 2003 ; Flichy, 2012) et d’un autre par la tolérance et l’ignorance, jugements partagés de façon plus large qu’auparavant. En soutenant un modèle, appliqué initialement à la musique, nous nous proposons de donner à voir les formes des appétences et des inappétences des individus en matière de cinéma, à partir de l’enquête 2008 sur les pratiques culturelles.

8Le texte qui suit se veut ainsi une discussion des formes du mariage des goûts et des inappétences et de l’importance de la dimension de l’âge en matière de biens culturels, par l’intermédiaire du cas du cinéma. À l’opposé d’une sociologie qui chercherait à faire entrer dans un modèle préconçu, de nature structuraliste par exemple, les pratiques cinématographiques, nous souhaitons restituer ici la configuration de préférences et d’inappétences déclarées que l’analyse statistique permet de faire apparaître pour une population représentative des Français âgés de 15 ans ou plus. Elle permet, on le verra, de soutenir un modèle de la diversification des univers de goûts en matière culturelle et de montrer leur composition diverse en termes de préférences et d’inappétences.

Méthodologie de la classification hiérarchique et modèle de la tablature

  • 2  La valeur-test est un indicateur de l’écart entre la moyenne d’une modalité dans une classe et sa (...)

9La classification hiérarchique est régulièrement employée afin de montrer les « univers » de pratiques des individus (Donnat, 1994 et 2004). Se situant dans cet usage, notre article se propose de décrire les univers de goûts cinématographiques des Français en 2008, leur profil sociologique aussi, et son originalité réside dans leur restitution sous la forme de tablatures construites à partir de la valeur-test2, à la faveur de la question disponible dans l’enquête 2008 sur les goûts, mais aussi sur les inappétences.

10Si elle repose sur le même traitement initial des données que la classification (qui commence par une analyse factorielle plaçant dans un même espace multidimensionnel, construit pour optimiser les proximités, individus et modalités), l’approche classique par les coordonnées factorielles présente l’inconvénient de s’appuyer sur une appréhension linéaire (positionnement sur les axes) ou au mieux planaire (positionnement dans les plans factoriels) qui ne donne que des vues partielles (ou parfois mêmes trompeuses si l’on ne prend garde aux indicateurs de qualité de représentation de chaque modalité dans le plan particulier commenté) de la proximité réelle des modalités dans l’espace à bien plus de deux dimensions de l’analyse. Cette limitation à des approches bidimensionnelles tombe avec la classification hiérarchique qui vise à faire des « groupes de proximité » directement dans l’espace complet.

11Mais cette limitation à une ou deux dimensions des espaces considérés dans chaque approche partielle n’est pas la seule motivation de notre préférence ici pour la classification. Au lieu de travailler (c’est ce qu’on fait lorsque l’on commente un plan factoriel) sur les « proximités entre modalités » — ce qui revient à tenir sur chaque modalité un discours unique, celui de son « champ de voisinage » —, le raisonnement en classes de la classification hiérarchique permet de travailler plutôt sur des « bouquets de modalités » désignant les agrégats de pratiques les plus courants, la même modalité pouvant jouer autant de rôles importants pour la compréhension qu’elle trouve d’associations fortes à d’autres dans des bouquets différents. Par là même, cette méthode, qui ne passe pas par la mise en correspondance de chaque modalité avec un lieu de l’espace social des pratiques (quasi-nécessité en revanche pour les approches homologiques), apparaît comme un support ad hoc pour notre approche en termes de tablatures. Puisqu’il ne s’agit plus de lier une pratique à une localisation dans l’espace social (car homologique) des pratiques, on peut s’intéresser aux associations de pratiques (celles qui décrivent le mieux chaque classe) qui ont le plus de sens, ce que vise l’approche en termes de tablatures. En outre, la possibilité de caractériser aussi les classes par ce qui y est significativement moins probable qu’en moyenne permet de donner toute leur place aux manques dans la mise en relief des associations de pratiques — sans être condamnés à voir dans les goûts l’envers nécessaire de dégoûts.

12Nous nous servirons pour notre réflexion des données de l’enquête Pratiques culturelles des Français de 2008 ; cette enquête contient des questions de goût et d’inappétence sur 15 genres de films : films comiques, films d’action, films historiques, biographies, films policiers ou d’espionnage, thrillers, films d’aventures, comédies dramatiques, films d’animation, dessins animés, films d’horreur ou d’épouvante, films d’auteur, documentaires, westerns, films érotiques, films de science-fiction, films d’amour ou sentimentaux et comédies musicales. L’enquête porte aussi sur le goût pour 13 films en particulier (Les bronzés, Pirates des Caraïbes, Camping, Star Wars (La guerre des étoiles), Brice de Nice, Shrek, Matrix, Le Titanic, Le seigneur des anneaux, Astérix et Obélix, Les visiteurs, La vie des autres et Le secret de Brokeback Mountain).

  • 3  Nous n’avons pas retenu les variables illustratives dans les représentations graphiques de façon à (...)

13Nous avons effectué une classification hiérarchique de la population, avec élimination des répondants n’ayant pas déclaré un goût pour au moins un genre cinématographique (40 personnes sur 5 004, soit N = 4964). La classification a été faite sur la base des questions portant sur les genres cinématographiques, à savoir 15 variables actives créées en synthétisant dans une trichotomie goût/inappétence/indifférence les réponses aux deux questions de l’enquête, l’une sur les genres préférés et l’autre sur les genres peu appréciés. Enfin, l’interprétation de la classification a été enrichie par l’ajout des variables illustratives suivantes3 :

  • Des variables sociodémographiques : catégories d’âge, de sexe et croisement des deux, PCS avec deux niveaux de détail, diplôme le plus élevé, taille de l’agglomération habitée, pays de naissance (France/Europe du Sud/autre Europe/reste du monde), « origine » si parents nés à l’étranger ;

  • Deux variables de pratiques culturelles : temps hebdomadaire passé devant la télévision et fréquence des sorties au cinéma ;

  • Les 13 variables de réponse concernant les 13 films de la liste, trichotomisées sur le modèle des variables actives de genres cinématographiques.

  • 4  N’ont été représentées que les valeurs-tests fortement significatives (valeur absolue supérieure à (...)

14Dans le prolongement de notre figuration du goût culturel sous la forme de graphiques représentant la structure du goût en positivités et négativités (appétences et inappétences) pour chaque genre, et selon l’ordre de prévalence propre à chacun d’eux, nous avons représenté la structure des goûts de chaque classe statistique sous la forme d’histogrammes qui reprennent la valeur-test (indicateur de significativité de l’écart positif ou négatif à la moyenne pour cette classe) des goûts, indifférences et inappétences dans la structure du rapport aux genres cinématographiques4.

15Les genres proposés dans l’enquête fonctionnent comme catégories a priori proposées aux enquêtés. Aussi, le questionnaire fait naturellement fond sur des genres supposés partagés d’une part et manifeste les dimensions contemporaines du domaine cinématographique d’autre part. De fait, il peut y avoir un écart entre le genre proposé et l’expérience que l’enquêté en a, mais il s’y manifeste aussi une objectivation du contenu et des limites esthétiquement pertinentes du domaine cinématographique en France d’un autre côté.

Les classes de goûts et d’inappétences

Le rejet jeune des genres pédagogiques (classe 1)

16La classe 1 (environ 9 % de la population enquêtée) se caractérise avant toute chose par la force du refus affiché des genres définis comme sérieux, soit ici les films historiques et biographiques. On peut d’ailleurs faire l’hypothèse que l’absence dans cette tête de liste du film d’auteur doit plus à la faible reconnaissance de ce que cette appellation recouvre qu’à une plus grande tolérance à son égard. Le seul goût positif nettement renforcé ici est celui pour le film d’action, doublé d’un attrait moins significatif pour les films d’horreur et les films comiques. Si certains films de genre, comme les films érotiques ou la science-fiction, ne sont pas ici plébiscités, l’indifférence à leur égard est forte alors que leur rejet est significativement plus faible qu’en moyenne. Ici on rejette ce qui s’apparente à du contenu intellectuel, le reste étant renvoyé à une indifférence qui écarte les positions extrêmes.

Graphique 1. Tablature des goûts de la classe 1.

Graphique 1. Tablature des goûts de la classe 1.

Champ : ensemble des Français âgés de 15 ans ou plus ayant affiché une préférence pour au moins un genre de films. Source : enquête Pratiques culturelles des Français 2008, DEPS, ministère de la Culture/Clersé/LCP-CNRS.

17La classe 1 est fortement caractérisée par le rapport de ses membres aux films historiques et biographiques. Premièrement par un très fort écart positif à la moyenne dans l’inappétence pour ce genre (valeur-test de + 35). Et secondairement par une moindre tendance à l’indifférence à l’égard de ces films (valeur-test de - 22).

18Lorsque l’on observe les valeurs-tests fortes des variables sociodémographiques illustratives, l’image de cette classe de goûts apparaît comme celle de jeunes, et même très jeunes, lycéens et un peu plus fortement lycéennes. Les films plébiscités plus qu’ailleurs confirment cette image : Brice de Nice, Les bronzés, Astérix, Pirates des Caraïbes, Les visiteurs, alors que le goût pour La vie des autres est significativement plus faible qu’ailleurs (voir le tableau 3 sur les films préférés selon les classes).

Le goût masculin pour les films de genre (classe 2)

19Difficile de parcourir la liste des genres qui typent cette classe 2 (représentant 10 % des enquêtés) sans penser d’emblée à un univers de valeurs masculines. Films de science-fiction, d’horreur et d’animation sont plébiscités, alors que le goût pour les films comiques est très en dessous de la moyenne (et l’indifférence à leur égard élevée) et que l’inappétence pour les films sentimentaux et les comédies musicales s’affiche avec une force particulière. S’il s’agit bien d’un univers masculin — les valeurs-tests des variables illustratives le confirment —, il est intéressant de noter que les films d’action ne sont pas ici l’objet d’écarts notables à la moyenne. La classe 2 peut être vue comme celle d’un bouquet typiquement masculin de films de genre, certes populaires (les films emblématiques sont ici Star Wars, Matrix et Le seigneur des anneaux), mais qui ne fait pas de place notable à d’autres genres populaires comme le film d’action ou le film policier.

Graphique 2. Tablature des goûts de la classe 2.

Graphique 2. Tablature des goûts de la classe 2.

Description des huit classes avec tablatures V1HG.

20Si la classe 1 était celle des plus jeunes, lycéens plus qu’étudiants, à légère prédominance féminine, les valeurs-tests des variables illustratives indiquent que la classe 2 est celle de classes d’âge qui suivent immédiatement, et parfois de jeunes adultes, mais surtout, comme le laissait penser la liste des genres plébiscités, avec une franche coloration masculine (valeur-test de 7,1).

Le goût féminin pour les films sentimentaux et le rejet des films d’action et policiers (classe 3)

21La classe 3 (14 % des enquêtés) n’échappe pas plus que la classe 2 aux stéréotypes de genre les plus classiques. Un goût massif pour les films sentimentaux, et à un degré moindre pour les comédies musicales et les films comiques, y est associé à une forte indifférence (et, ce qui n’est pas tout à fait pareil, à un fort déficit de goût déclaré) aux films policiers et d’action (mais pas d’aventures). Et comme un écho renversé de l’inappétence de la classe 2 aux films qui plaisent ici (films sentimentaux et comédies musicales), l’inappétence est forte dans cette classe 3 pour les films de science-fiction et d’horreur, genres phares de la classe 2 (et à un degré moindre pour les films érotiques). Ce tableau est celui de l’univers de goûts féminins comme le montre la valeur-test de l’item « femmes » (13,8), valeur très forte pour un item illustratif.

Graphique 3. Tablature des goûts de la classe 3.

Graphique 3. Tablature des goûts de la classe 3.

Description des huit classes avec tablatures V1HG.

22Mais cet univers féminin est aussi plutôt populaire (mais en ce qui a trait aux employées — valeur-test de 6,4) avec en outre une forte sous-représentation des catégories aisées et cultivées. Il n’est pas non plus un univers jeune (valeur-test de 8,4 pour les 50-64 ans). À noter — c’est un des rares cas de valeur-test importante attachée aux variables de pays d’origine —, il y a une surreprésentation significative des personnes nées dans un pays d’Europe du Sud. On ne sera pas étonné de voir, parmi les quelques films objets d’une question spécifique dans l’enquête, Titanic être le seul plébiscité ici positivement, les seuls autres écarts significatifs à la moyenne (mais toujours négatifs) concernant des films rattachés aux genres peu appréciés ici (Matrix, Star Wars, Le seigneur des anneaux…).

Le goût populaire (masculin) pour les films d’action et comiques (classe 4)

23Ce sont deux genres très grand public, les films d’action et les films comiques, qui donnent son sens à cette classe 4 (15 % des enquêtés). Tous les autres genres, si l’on exclut les films d’aventures avec une valeur-test positive de 7,3, sont l’objet d’un déficit de goût ou d’une indifférence (mais rarement d’un désamour) qui fait de cette classe de goûts masculins une classe bien différente de la classe 2. Autant celle-ci s’appuyait sur un goût pour des genres, au sens de films de genre, bien délimités et pouvant susciter un rapport d’amateur, autant il s’agit ici d’un goût pour le cinéma de distraction du box-office, qui n’exclut d’ailleurs pas un goût déclaré pour certains films vedettes appartenant aux genres phares de la classe 2.

Graphique 4. Tablature des goûts de la classe 4.

Graphique 4. Tablature des goûts de la classe 4.

Description des huit classes avec tablatures V1HG.

24Masculine (l’item « hommes » apparaît avec une valeur-test de 12,6), plutôt populaire (ouvrière plus qu’employée) et jeune, cette classe de goûts cinématographiques éloignés d’un univers d’amateurs et tournés vers le cinéma commercial est-elle celle d’une pratique des films qui passerait surtout par la télévision ? Au contraire, l’item de fréquentation « moyenne » du cinéma en salle (3 à 11 fois par an) y est un peu plus forte qu’en moyenne, et le nombre de ceux qui n’y vont jamais un peu plus faible, comme l’est celui des gros consommateurs de télévision.

Le goût pour le film policier (classe 5)

25Avant tout classe d’un genre, les films policiers, et presque d’un genre seulement, la classe 5 (22 % des enquêtés) voit ce genre doté de la plus forte valeur-test (50,7) rencontrée dans l’analyse. Seul un autre genre (le western) y est l’objet d’un goût positif renforcé même s’il l’est moins significativement (valeur-test de 13). Deux genres au contenu didactique (films historiques et documentaires) y sont plus souvent qu’en moyenne marqués par l’inappétence, mais c’est aussi le cas des films d’action — ce qui confirme le caractère pointu du goût pour le genre policier déclaré ici. Pour tous les autres genres, les écarts significatifs à la moyenne sont soit un déficit de goût positif, soit une indifférence renforcée.

26Mais cette focalisation renforcée sur un genre cinématographique semble loin de caractériser un rapport d’amateur qui pointerait une des formes de la cinéphilie. Peut-être parce qu’il constitue aussi, par des séries très populaires (et notamment les grands succès de la production française), un des piliers de la fiction télévisuelle, le genre policier rime ici avec éloignement accentué des salles obscures (valeur-test de 6,2 pour l’item « cinéma : jamais ») et fréquentation renforcée de la télévision.

Graphique 5. Tablature des goûts de la classe 5.

Graphique 5. Tablature des goûts de la classe 5.

Description des huit classes avec tablatures V1HG.

27Un peu plus masculine que féminine — mais la valeur-test concernée, 4,4, est éloignée des valeurs fortes des classes 2 et 4 —, cette classe de goûts est tirée significativement (mais pas exclusivement) vers la population la plus âgée (65 ans ou plus) et les catégories ouvrières. Les items de diplôme, en revanche, typent assez peu (dans un sens comme dans un autre) l’appartenance à cette classe. La liste de films proposée dans l’enquête du ministère ne fournit pas l’occasion d’écarts importants, positifs comme négatifs — mais il est vrai que cette courte liste ne comportait aucun film du genre policier prisé ici.

Le goût âgé pour le cinéma instructif (classe 6)

28Les genres « sérieux » (films historiques et documentaires), objets d’un désamour avoué ou au mieux d’une indifférence renforcée dans toutes les classes précédentes, sont pour la classe 6 (13 % des enquêtés) l’emblème d’un rapport au cinéma qui ne met en avant positivement aucun autre genre. Mais cette quasi-revendication de sérieux ne s’accompagne d’aucun rejet des genres peu valorisés, à l’exception et avec des écarts plutôt modestes des trois genres très typés que sont les films de science-fiction, d’horreur et d’animation. Tout au plus les genres les plus populaires (films d’action, policiers, comiques, sentimentaux) sont-ils l’objet d’une indifférence renforcée. Ce même écart d’indifférence s’observe aussi pour deux genres moins populaires (comédie dramatique), voire « élitistes » (film d’auteur).

Graphique 6. Tablature des goûts de la classe 6.

Graphique 6. Tablature des goûts de la classe 6.

Description des huit classes avec tablatures V1HG.

29Ce rapport sérieux plus qu’« intellectuel » au cinéma est, à regarder les variables illustratives, le fait de catégories âgées, souvent retraitées, cadres ou anciens cadres supérieurs et moyens, mais qui ne sont pas particulièrement éloignés des salles obscures (à peine un peu plus nombreux qu’en moyenne à ne se rendre « jamais » au cinéma). Quant à la liste de films proposés par l’enquête, elle ne semble leur donner aucune occasion de démarquage positif, tout au plus permet-elle quelques constats de simple déficit de goût affirmé pour de gros succès du box-office (Matrix, Pirates des Caraïbes, Les bronzés, Brice de Nice).

Le goût diplômé pour les films « intellectuels » (classe 7)

30La classe 7 (11 % des enquêtés) se distingue comme la classe 6 par la valorisation de genres peu appréciés dans les cinq premières classes, mais dans un rapport presque inversé : ici ce sont les genres plus « intellectuels », films d’auteur (valeur-test de 29,1) et comédies dramatiques (valeur-test de 40,0), qui sont l’objet de très fortes préférences affirmées. Et les genres sérieux mais plus « didactiques », films historiques et documentaires, sont même l’objet d’un surcroît d’indifférence (valeur-test de 5) bien qu’ils soient un peu moins qu’en moyenne frappés de désamour.

Graphique 7. Tablature des goûts de la classe 7.

Graphique 7. Tablature des goûts de la classe 7.

Description des huit classes avec tablatures V1HG.

31Les variables illustratives montrent que cette classe de goûts est très marquée par l’appartenance aux catégories supérieures, en termes de PCS et de niveau d’étude, un peu par le sexe (elle est plus féminisée — valeur-test de 7,2), mais pas par l’appartenance aux catégories âgées, à la différence de la classe 6. Mais c’est aussi sur la fréquentation des cinémas que s’opposent les deux classes. Ici, l’item correspondant à la cadence maximale (une fois par mois ou plus) est beaucoup plus fréquente qu’en moyenne (alors qu’au contraire le temps passé devant la télévision est plus souvent limité).

Le rejet féminin et populaire des films « violents » (classe 8)

32La petite classe 8 (7 % des enquêtés) est bien différente des autres en ceci qu’elle ne se définit, pour l’essentiel, que par de fortes déclarations d’inappétence, appliquées à des genres très grand public (films policiers, d’action ou comiques). Ce qui la différencie radicalement de l’autre « classe d’inappétence » que constitue la classe 1, qui réunit on l’a vu les catégories très jeunes autour du rejet des genres élitistes. Seul un léger surcroît d’appétence pour les films sentimentaux ou documentaires donne une indication positive sur les films un peu plus valorisés dans cette classe.

Graphique 8. Tablature des goûts de la classe 8.

Graphique 8. Tablature des goûts de la classe 8.

Description des huit classes avec tablatures V1HG.

33L’examen des variables sociodémographiques illustratives suggère une explication de cette classe de goûts définie surtout par ce qu’elle n’aime pas. Il s’agit d’un groupe âgé, comportant une grande majorité de femmes, souvent d’origine populaire, qui rejettent des types de films probablement jugés trop violents ou rapides, peut-être « choquants » — films policiers ou d’action, films faits « pour d’autres », et on peut faire l’hypothèse que si l’attitude à l’égard des films érotiques est un surcroît d’indifférence plutôt qu’un rejet comme celui des films violents, c’est parce que cet item correspond au fait de ne pas parler d’un genre trop éloigné pour être même mentionné. Et si le fait de « ne jamais aller au cinéma » est plus fort ici qu’en moyenne (valeur-test de 4,3), soit une petite majorité dans ce cas, cela ne fait pas de la classe 8 une classe d’étrangers au cinéma.

Amendements à l’homologie structurale et positivités des goûts

34La partition que permet l’analyse hiérarchique laisse entrevoir plusieurs manières de marier goûts et dégoûts quant aux genres cinématographiques. Deux classes, très déterminées par les variables d’âge et de génération, sont structurées par le rejet de certains genres. La classe 1, composée de jeunes, se construit sur un refus des genres « didactiques », probablement associés aux valeurs de l’école. La classe 8, à l’autre extrémité de l’échelle des âges, traduit une certaine distance à ce qui apparaît comme les goûts dominants d’un monde qui appartient désormais à d’autres générations. Dans les deux cas, la variable de statut socioprofessionnel, même si elle n’est pas le lieu d’une corrélation d’appartenance majeure, est plutôt orientée du côté des catégories populaires.

35Une seule sur les huit classes, la classe 2, associe un goût très affirmé à une forte prise de distance à l’égard de genres qui apparaissent peu dignes d’intérêt. Mais on est bien loin de ce qui serait une confrontation entre un « goût cultivé » au sens classique et un goût commun, puisqu’il s’agit pour les membres de la classe 2 d’affirmer une proximité, qui peut aller jusqu’aux attitudes de fans, avec un cinéma ditde genre (science-fiction, horreur, animation) qui n’est pas qualifiable naturellement d’élitiste (de nombreux films blockbusters y ont eu un succès de masse) mais qui peut amener à affirmer un rejet d’autres genres, eux-mêmes populaires. Si l’âge joue un certain rôle (les catégories au-delà de 50 ans ne sont guère représentées ici), c’est plutôt une logique de genre qui colore cette attitude puisque ce sont très majoritairement des hommes qui se retrouvent dans ce positionnement de goût/dégoût qui tient à distance les genres réputés plus « féminins ».

36Et s’il y a bien une classe du « goût cultivé », la classe 7, qui plébiscite les genres de la cinéphilie au sens classique, il n’est pas sans intérêt de voir qu’on n’y manifeste pratiquement aucun rejet des genres supposés populaires, tout au plus une moindre attraction ou une plus grande indifférence. C’est presque le cas aussi de ce qui pourrait apparaître comme la « classe du goût sérieux » (celle qui plébiscite le cinéma historique et documentaire), la classe 6. Tout au plus y rejette-t-on un peu plus souvent qu’en moyenne les films de genres très typés (science-fiction, horreur ou animation).

37Trois classes enfin sont construites sur de fortes préférences pour un ou deux genres surtout complétées d’une indifférence renforcée à l’égard de certains des autres genres (les inappétences n’en étant pas totalement absentes, mais renvoyées quand elles existent à des écarts plus légers à la moyenne). L’une, la classe 4, correspond à un goût mainstream masculin, autour des films d’action et des films comiques, son équivalent féminin étant la classe 3 où ce sont les films sentimentaux et les comédies musicales qui complètent le même attrait pour les films comiques. Et c’est enfin, dans la classe 5, le genre policier qui offre à plus d’un enquêté sur cinq (surtout dans les tranches âgées) l’occasion d’énoncer un goût quasi hégémonique (mais qu’on peut soupçonner d’être plus « télévisuel » que cinématographique) qui ne s’accompagne pourtant d’aucune inappétence renforcée.

Conclusion

  • 5  La distinction paraît en 1979 et les données mobilisées datent pour l’essentiel de la décennie 196 (...)

38En regard du modèle dispositionnaliste soutenu par Bourdieu, qui rapporte la logique de structuration des univers culturels à la position sociale des individus dans un espace des capitaux économique et culturel, notre article soutient l’amendement nécessaire à ce modèle, à la faveur de la place prise par les variables d’âge et de sexe. La position sociale n’est pas la détermination la plus forte par rapport à ces deux variables. Il permet aussi de discuter une assertion de Bourdieu quant à la nature négative du goût (notamment dominant) : les goûts sont négatifs, ils sont socialement, sinon structurellement des dégoûts. À plusieurs reprises dans La distinction, Bourdieu affirme que le goût qu’il observe alors — le goût de ceux qui ont et peuvent avoir du goût, le goût distingué — est un dégoût5.

  • 6  Cette analyse était pour partie relayée à propos du cinéma par Guy, qui s’en distingue dans un sec (...)

Les goûts (c’est-à-dire les préférences manifestées) sont l’affirmation pratique d’une différence inévitable. Ce n’est pas par hasard que, lorsqu’ils ont à se justifier, ils s’affirment de manière toute négative, par le refus opposé à d’autres goûts : en matière de goût, plus que partout, toute détermination est négation : et les goûts sont sans doute avant tout des dégoûts, faits d’horreur ou d’intolérance viscérale (« c’est à vomir ») pour les autres goûts, les goûts des autres (Bourdieu, 1979 : 59-60)6.

39Sur les huit classes statistiques de goûts, deux sont de rejet, trois sont des classes de goûts affirmés et trois autres sont des classes de goûts positifs dominants. Le goût cinématographique ne répond pas à une formule unitaire et a fortiori génératrice du dégoût, particulièrement pour la classe de goûts composée de catégories supérieures âgées.

Haut de page

Bibliographie

BENNETT, Tony et al. (dir.) (2009), Culture, Class, Distinction, Oxon/New York, Routledge.

BOURDIEU, Pierre (1971), « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, 22(1), p. 49-126.

BOURDIEU, Pierre (1979), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

COULANGEON, Philippe et Yannick LEMEL (2007), « Is <Distinction> Really Outdated ? Questioning the Meaning of the Omnivorization of Musical Taste in Contemporary France », Poetics, 35(2-3), p. 93-111.

DE BAECQUE, Antoine (2005), La cinéphilie. Invention d’un regard, histoire d’une culture. 1944-1968, Paris, Hachette Littératures.

DONNAT, Olivier (1994), Les Français face à la culture : de l’exclusion à l’éclectisme, Paris, La Découverte.

DONNAT, Olivier (2004), « Les univers culturels des Français », Sociologie et sociétés, 36(1), p. 88-103.

DONNAT, Olivier (2009), Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Enquête 2008, Paris, La Découverte/Ministère de la Culture et de la Communication.

DUVAL, Julien (2011), « L’offre et les goûts cinématographiques en France », Sociologie, 2(1), p. 1-18.

ETHIS, Emmanuel (2005), Sociologie du cinéma et de ses publics, Paris, Armand Colin, Coll. « 128 ».

FLICHY, Patrick (2010), Le sacre de l’amateur : sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Seuil.

GLEVAREC, Hervé (2005), « La fin du modèle classique de la légitimité culturelle. Hétérogénéisation des ordres de légitimité et régime contemporain de justice culturelle. L’exemple du champ musical » dans Éric MAIGRET et Éric MACE (dir.), Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, Armand Colin/Ina, p. 69-102.

GLEVAREC, Hervé (2013), La culture à l’ère de la diversité. Essai critique trente ans après La distinction, Paris, Éditions de l’Aube.

GLEVAREC, Hervé et Michel PINET (2009), « La <tablature> des goûts musicaux : un modèle de structuration des préférences et des jugements », Revue française de sociologie, 50(3), p. 599-640.

GLEVAREC, Hervé et Michel PINET (2012), « Tablature et structuration du goût musical. Goûts, inappétences et indifférences musicales en 2008 » dans Emmanuel BRANDL, Cécile PREVOST-THOMAS et Hyacinthe RAVET (dir.), 25 ans de sociologie de la musique en France, Tome 1, Paris, L’Harmattan, p. 73-101.

GLEVAREC, Hervé et Michel PINET (2012), « Tablatures of Musical Tastes in Contemporary France : Distinction without Intolerance », Cultural Trends, 21(1), p. 67-88.

GLEVAREC, Hervé et Michel PINET (2013), « De La distinction à la diversité culturelle, éclectismes qualitatifs, reconnaissance culturelle et jugement d’amateur », L’Année sociologique, 2, p. 21-e34. En pré-publication numérique sur Cairn.fr

GUY, Jean-Michel (2001), La culture cinématographique des Français, Paris, La Documentation française.

HENNION, Antoine (2003), « Engager son propre goût : entretien autour de la sociologie pragmatique d’Antoine Hennion », Ethnographiques.Org [En ligne]. 3. http://www.ethnographiques.org Page consultée le 12 mai 2013.

HENNION, Antoine (2009), « Réflexivités. L’activité de l’amateur », Réseaux, 153, p. 55-78.

HENNION, Antoine et Sophie MAISONNEUVE (2001), Figures de l’amateur, Paris, La Documentation française.

MORINEAU, Alain (1984), « Note sur la caractérisation statistique d’une classe et les valeurs-tests », Bulletin technique Centre statistique informatique appliquées, 2(1-2), p. 20-27.

Haut de page

Annexe

  

Tableau 1. Répartition des catégories socioprofessionnelles dans les classes.

Tableau 1. Répartition des catégories socioprofessionnelles dans les classes.

Champ : ensemble des Français âgés de 15 ans ou plus ayant affiché une préférence pour au moins un genre de films. Source : enquête Pratiques culturelles des Français 2008, DEPS, ministère de la Culture/Clersé/LCP-CNRS.

Tableau 2. Structure sociodémographique des classes de goûts.

Tableau 2. Structure sociodémographique des classes de goûts.

Champ : ensemble des Français âgés de 15 ans ou plus ayant affiché une préférence pour au moins un genre de films. Source : enquête Pratiques culturelles des Français 2008, DEPS, ministère de la Culture/Clersé/LCP-CNRS.

Tableau 3. Films préférés selon les classes.

Tableau 3. Films préférés selon les classes.

Champ : ensemble des Français âgés de 15 ans ou plus ayant affiché une préférence pour au moins un genre de films. Source : enquête Pratiques culturelles des Français 2008, DEPS, ministère de la Culture/Clersé/LCP-CNRS. Exemple de lecture : 43,2 % des membres de la classe 1 ont déclaré « aimer particulièrement » Les bronzés.

Haut de page

Notes

1  « L’idée sous-jacente à cette tentative de typologisation des univers culturels était de découvrir des <résistances> culturelles à l’appropriation, par un groupe socioculturel, des références cinématographiques propres à un autre groupe. Nous partions, par exemple, de l’hypothèse que l’univers d’un adolescent amateur de films d’action serait hermétique à des films du <patrimoine> ou réputés intellectuels ou pour intellectuels. Or ce n’est pas le cas. Ceci ne veut pas dire que l’hypothèse de l’existence d’univers culturels relativement cloisonnés soit fausse, mais que le cinéma ne contribue que faiblement à la constitution des appartenances » (Guy, 2001 : 303).

2  La valeur-test est un indicateur de l’écart entre la moyenne d’une modalité dans une classe et sa moyenne générale. Plus cet écart est significatif, mieux la modalité caractérise la classe. Elle est exprimée en nombre d’écarts types d’une loi normale. La probabilité d’un écart aussi grand entre les deux moyennes est égale aux chances d’atteindre ce nombre d’écarts types pour une loi normale. On évalue en quelque sorte la distance moyenne générale et la moyenne dans le groupe, en nombre d’écarts d’une loi normale. Voir le détail de la définition dans Morineau (1984).

3  Nous n’avons pas retenu les variables illustratives dans les représentations graphiques de façon à permettre une lisibilité des tablatures. Nous renvoyons le lecteur aux tableaux de répartition des catégories socioprofessionnelles dans les classes et de structure sociodémographique des classes de goûts mis en annexe.

4  N’ont été représentées que les valeurs-tests fortement significatives (valeur absolue supérieure à 5).

5  La distinction paraît en 1979 et les données mobilisées datent pour l’essentiel de la décennie 1960.

6  Cette analyse était pour partie relayée à propos du cinéma par Guy, qui s’en distingue dans un second temps, dans La culture cinématographique des Français : « Pratiquement tout le monde aime un genre musical particulier, et qui plus est, un genre très <marqué> — et très <marquant>. Ce n’est pas le cas en matière de cinéma et doublement : d’une part, parce que le goût cinématographique se définit plus par le rejet (du goût présumé d’autrui) que par l’affirmation positive d’une préférence, d’autre part, parce que les goûts cinématographiques positifs, qui s’expriment par un <j’aime beaucoup>, sont précisément peu marqués : ce sont les goûts de tout le monde » (2001 : 112).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Tablature des goûts de la classe 1.
Légende Champ : ensemble des Français âgés de 15 ans ou plus ayant affiché une préférence pour au moins un genre de films. Source : enquête Pratiques culturelles des Français 2008, DEPS, ministère de la Culture/Clersé/LCP-CNRS.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3753/img-1.png
Fichier image/png, 28k
Titre Graphique 2. Tablature des goûts de la classe 2.
Légende Description des huit classes avec tablatures V1HG.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3753/img-2.png
Fichier image/png, 27k
Titre Graphique 3. Tablature des goûts de la classe 3.
Légende Description des huit classes avec tablatures V1HG.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3753/img-3.png
Fichier image/png, 32k
Titre Graphique 4. Tablature des goûts de la classe 4.
Légende Description des huit classes avec tablatures V1HG.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3753/img-4.png
Fichier image/png, 31k
Titre Graphique 5. Tablature des goûts de la classe 5.
Légende Description des huit classes avec tablatures V1HG.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3753/img-5.png
Fichier image/png, 27k
Titre Graphique 6. Tablature des goûts de la classe 6.
Légende Description des huit classes avec tablatures V1HG.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3753/img-6.png
Fichier image/png, 29k
Titre Graphique 7. Tablature des goûts de la classe 7.
Légende Description des huit classes avec tablatures V1HG.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3753/img-7.png
Fichier image/png, 25k
Titre Graphique 8. Tablature des goûts de la classe 8.
Légende Description des huit classes avec tablatures V1HG.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3753/img-8.png
Fichier image/png, 22k
Titre Tableau 1. Répartition des catégories socioprofessionnelles dans les classes.
Légende Champ : ensemble des Français âgés de 15 ans ou plus ayant affiché une préférence pour au moins un genre de films. Source : enquête Pratiques culturelles des Français 2008, DEPS, ministère de la Culture/Clersé/LCP-CNRS.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3753/img-9.png
Fichier image/png, 118k
Titre Tableau 2. Structure sociodémographique des classes de goûts.
Légende Champ : ensemble des Français âgés de 15 ans ou plus ayant affiché une préférence pour au moins un genre de films. Source : enquête Pratiques culturelles des Français 2008, DEPS, ministère de la Culture/Clersé/LCP-CNRS.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3753/img-10.png
Fichier image/png, 86k
Titre Tableau 3. Films préférés selon les classes.
Légende Champ : ensemble des Français âgés de 15 ans ou plus ayant affiché une préférence pour au moins un genre de films. Source : enquête Pratiques culturelles des Français 2008, DEPS, ministère de la Culture/Clersé/LCP-CNRS. Exemple de lecture : 43,2 % des membres de la classe 1 ont déclaré « aimer particulièrement » Les bronzés.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3753/img-11.png
Fichier image/png, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Glevarec et Michel Pinet, « Positivité et négativité du goût culturel », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3753 ; DOI : 10.4000/communication.3753

Haut de page

Auteurs

Hervé Glevarec

Hervé Glevarec est directeur de recherche au CNRS – Laboratoire Communication et politique (LCP), à Paris. Courriel : herve.glevarec@lcp.cnrs.fr

Michel Pinet

Michel Pinet est chargé de recherche au CNRS – Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSE)/MESHS/Université Lille 1. Courriel : michel.pinet@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org