Navigation – Plan du site
Recherches

Le pouvoir d’À votre écoute, coûte que coûte (France Inter)

Frédéric Pugnière-Saavedra

Résumés

Grâce à l’avènement du Web 2.0, l’auditeur d’une émission radiophonique a la capacité de publier ses réactions sous la forme de commentaires sur le site de l’émission. Dans le cadre de cette étude, l’auteur met en évidence l’évolution et les contradictions de l’opinion des auditeurs au moyen des commentaires de l’émission courteÀ votre écoute, coûte que coûte diffusée sur France Inter de janvier à juin 2012. Pendant la diffusion de l’émission, deux professionnels distillent, sous le registre de l’humour décapant, impertinent et non consensuel,des conseils à un appelant à la manière des émissions de libre antenne.

Haut de page

Texte intégral

1Considérant que les émissions radiophoniques font partie de l’audiovisuel (voir définitions du CSA et de l’Ina)1, nous abordons ici l’émission À votre écoute, coûte que coûte2 en tant que forme fictionnelle. Très contestée et diffusée sur France Inter du 16 janvier au 29 juin 2012 à la mi-journée, cette émission courte (sept minutes environ) fait intervenir trois locuteurs : le docteur Philippe de Beaulieu (spécialiste du corps), la psychothérapeute Margarete de Beaulieu (spécialiste de l’esprit) qui, à la manière des émissions radiophoniques de libre antenne, distillent des conseils à un auditeur appelant (le troisième locuteur). Ne sommes-nous pas là face à une mission de service public suggérée à la fois par le titre À votre écoute, coûte que coûte et par le lancement de l’émission (sur le premier mouvement du concerto Alla rustica de Vivaldi3, l’auditeur assiste à une présentation croisée des locuteurs à la suite de laquelle est annoncé le numéro de téléphone à composer pour les joindre, les professionnels rappellent également qu’ils sont « là pour vous » et qu’ils sont « à votre écoute »)4 ? Il s’agit d’une émission qui aborde les sujets contemporains sensibles (l’homosexualité, les handicapés, les Juifs, les pauvres, le secret professionnel, les chômeurs, les minorités, les malades) sous le registre de l’humour décapant, impertinent et non consensuel, car Philippe et Margarete de Beaulieu sont bien sûr de faux professionnels et l’appelant, qui finit presque toujours par raccrocher pour mettre un terme à un dialogue de sourds, n’est pas un quidam, mais un comédien participant à ce jeu de langage ; l’effet pragmatique de l’émission sur l’auditeur est immédiat puisqu’à peine l’émission terminée, des dizaines de commentaires sont publiés sur le site de l’émission par des auditeurs qui manifestent leurs réactions témoignant au mieux de la circonspection, de l’encouragement ou de l’admiration, au pire, de l’exaspération, voire du dégoût. Le graphe ci-dessous illustre la répartition quantitative des commentaires tout au long des 119 émissions.

Figure 1. Totalité des commentaires envoyés pour les 119 émissions

Figure 1. Totalité des commentaires envoyés pour les 119 émissions

2Il est indiscutable que les fictions exercent une forme de pouvoir (améliorer la tolérance sociétale, valoriser un territoire, valoriser une profession, mettre en exergue des défauts de la nature humaine…). Nous postulons ici que l’émission À votre écoute, coûte que coûte exerce également un pouvoir d’influence, mais d’une nature différente. Nous considérons que le pouvoir de cette émission radiophonique se manifeste dans le dispositif technique transformant les mots en actes sur un fond d’humour. Pour cela, nous mobiliserons les outils empruntés à la fois à l’approche socio-communicationnelle (Charaudeau, 2006 ; Jost, 2009) en privilégiant une entrée résolument du côté du récepteur-interprétant et à une analyse linguistique de ce discours médiatique en privilégiant une approche textométrique pour faire émerger la nature du pouvoir des auditeurs.

Entre mediation technique et mediation audio

3Les pratiques d’écoute de la radio font l’objet de peu d’études si on les compare à celles de sa grande sœur, la télévision. Ce sont les travaux des historiens des médias et des historiens de la radio en particulier (Jeanneney, 1996, 1999 ; Delporte, 2010) qui ont dominé ce champ jusqu’à ce que des sociologues (Glevarec, 2005 ; Glevarec et Pinet, 2007) envisagent l’objet dans son rapport aux usages sociaux et les spécialistes de l’information et de la communication, dans son rapport à ses particularités communicationnelles5 (Charaudeau, 2001, 2008) depuis l’avènement du Web 2.0 et de la baladodiffusion aux alentours de 2002-2005. Ces cinq dernières années, l’innovation technologique a donc touché les radios publiques et privées, qui chacune sont diffusées à la fois sur les ondes hertziennes et sur le Web (on parle d’ailleurs de webradio), disposent d’un site Internet sur lequel chaque émission peut être baladodiffusée, ce qui facilite l’écoute en différé, sur différents supports et partout sur la planète ; le site Internet de l’émission permet également à l’auditeur/podcasteur6 de réagir, de participer, d’exercer une forme de pouvoir au moyen de l’envoi de commentaires7. Le nombre de commentaires par émission est très variable puisqu’il évolue de 0 (émission du 7 mai) à 813 (émission du 18 janvier). Quel que soit le contenu langagier des commentaires (cet aspect sera abordé infra), notons que les auditeurs s’expriment avec aisance et respect des normes grammaticales, ce qui corrobore le capital culturel élevé des auditeurs de France Inter. La radio des années 2010 n’est donc plus un médium à part entière et trouve nécessairement son prolongement sur Internet en faisant participer le récepteur.

4À cette médiation technique s’ajoutent les éléments composant la médiation verbale centrés essentiellement sur les caractéristiques des voix dites de radio des personnages. Les deux professionnels de la banlieue chic à côté de Paris se présentent en tant qu’époux : Margarete, voix féminine, quadragénaire ou quinquagénaire, étire démesurément la voix : « d’aaaaccord» ; ou bien elle place la voix très haut dans le nez, très loin du naturel. Elle rit beaucoup d’une manière faussement naturelle, comme pour se donner la posture professionnelle qui lui fait défaut. Elle pose des questions ouvertes, culpabilisantes et cassantes de façon à susciter une réponse de l’appelant, et corrige systématiquement les erreurs de français des appelants à la manière d’une maîtresse d’école. Philippe a une voix masculine, même âge environ que son épouse, sa voix est parfois écrasée, légèrement nasillarde ; « Paris » devient « Pèris » en traînant un peu, mais sans excès, sinon cela deviendrait le « Péris » avec le « r » fortement grasseyé du « titi parisien ». Il est volontiers moralisateur, fait toutes les liaisons et n’hésite pas à interrompre l’appelant pour apporter une justification qui se trouve erronée. De longs silences apparaissent dès lors que l’appelant les place face à leurs contradictions ; c’est alors qu’ils recourent à la mauvaise foi pour ne pas perdre la face, au risque d’être ridicules. Au fil de l’émission, un portrait peu avantageux8 des deux professionnels se construit, participant à faire réagir l’auditeur.

Manifestation du pouvoir : du dispositif aux commentaires

5À votre écoute, coûte que coûte estune émission feinte de libre antenne, ce qui implique une prise de distance avec les propos qui sont tenus puisque l’humour sous-tend cette émission9. Que ce soit une rupture de logique (Priego Valverde, 2003), une prise de distance (Pugnière-Saavedra, 2007, 2011) ou l’illogisme dans les manières de faire et d’être au regard d’un jugement social de normalité (Charaudeau, 2006, 2012), l’auditeur se trouve malmené par ce qu’il entend, tiraillé entre au moins deux attitudes : l’une de raison, qui le persuade que des professionnels de la santé ne peuvent pas avoir ce genre de propos à ce moment-là de la journée, et qui plus est, sur une chaîne du service public ; l’autre, plus pragmatique, plaçant l’auditeur dans une situation plus passive qui se laisse conduire par l’incongruité ignorant la nature de la chute. Sur le site de l’émission, les auditeurs sont loin d’être unanimes pour qualifier ce type d’humour10 (voir figure 2) ; d’ailleurs, nombreux sont ceux qui ne perçoivent pas l’émission comme étant humoristique.

Figure 2. Paradigme pour qualifier l’humour

Figure 2. Paradigme pour qualifier l’humour

6Parmi les humoristes les plus cités servant de points de référence et de comparaison, on note que ce sont Desproges et dans une moindre mesure Stéphane Guillon qui semblent être les pères dont les auteurs se sont inspirés.

Figure 3. Humoristes cités

Figure 3. Humoristes cités

7La révolution numérique rompt avec le flux radiophonique ordinaire en donnant la possibilité à l’auditeur de participer aux commandes de la programmation infléchissant ainsi le rapport de pouvoir entre diffuseur et récepteur. Dans cette reconfiguration, on accorde une place plus grande à l’auditeur car ses dires peuvent alors se transformer en actes11. Pour cela, nous procéderons à l’analyse non exhaustive12 de trois périodes au cours de la diffusion de façon à étudier la manière dont se manifeste le pouvoir de l’auditeur : la première période se situe au pic du 18 janvier 2012, correspondant au moment où il y a le plus grand nombre de commentaires (soit le troisième jour de diffusion) par rapport à l’ensemble de la diffusion de l’émission ; la deuxième période se situe dans les 50 premières émissions (jusqu’au 30 mars), où l’émission trouve son public ; la dernière période correspond à la dernière émission du 29 juin 2012 avec 163 commentaires.

Tableau 1. Nombre de formes par période

Tableau 1. Nombre de formes par période

8Précisons enfin que ces commentaires sont compilés sur le site par date et constituent un corpus que l’on considère comme légitime en tant qu’il représente une forme d’expression de l’opinion sur une émission radiophonique à un moment donné. Toutefois, les commentaires font l’objet d’un filtrage par un modérateur de la chaîne que certains auditeurs regrettent :

9Exemple

IL est indécent qu’aucune voix ne s’élève sur l’antenne pour écrire au moins un « papier» objectif qui fasse enfin cas de la révolte des auditeurs. Il est encore moins normalque tous nos courriers ne soient pas publiés (commentaire du 18 janvier 2012).

Les commentaires du 18 janvier

10Deux jours après le début de la diffusion, les auditeurs expriment leur ressenti à l’aide de commentaires à forte teneur négative (539 formes) avec des mots signifiant l’hostilité (voir figure 4) par rapport aux réactions favorables (221 formes) avec des mots signifiant la satisfaction (voir figure 5).

Figure 4. Mots pour signifier l’hostilité à l’égard de l’émission

Figure 4. Mots pour signifier l’hostilité à l’égard de l’émission
  • 13  Pour chaque figure, nous n’avons retenu comme seuil que les occurrences qui apparaissent plus de q (...)

11C’est donc davantage sur les terrains de la morale et du jugement que se situent les marqueurs d’hostilité (voir figure 4) alors que c’est sur les terrains de la qualité et de l’aspect drolatique que se situent les marqueurs de satisfaction13 (voir figure 5).

Figure 5. Mots pour signifier la satisfaction

Figure 5. Mots pour signifier la satisfaction

12Ces deux états ne doivent pas masquer des réactions plus profondes et encore plus virulentes que les jugements évoqués plus haut. Des insultes (imbécile(s) : 13 occurrences, idiot(es) : 8 occurrences, débiles mentaux : 11 occurrences, abruti(s) : 14 occurrences) et injonctions sont proférées à l’aide de la modalité impérative (voir figure 6) suivies de représailles, voire de menaces explicites envers France Inter qui représente le service public.

Figure 6. Injonctions de certains auditeurs

Figure 6. Injonctions de certains auditeurs

13Les personnes déposant un commentaire se qualifient par leur statut et par rapport au médium (auditeur) en ajoutant un complément indiquant leur fidélité ou leur relation affective avec la chaîne de service public... n’hésitant pas à la personnifier.

14Quelques exemples

Comment, vous, « fidèles auditeur »» de France Inte,, avez-vous pu croire que c’était du premier degré

J’écoute France Inter depuis des années, et je vous avoue que je passe de très bons moments...

Désormais, je n’allume plus ma radio préférée à 12 h 20

Que t’arrive-t-il France Inter?

15Cette relation affective avec la chaîne n’empêche pas certains de boycotter au mieux cette émission, au pire toutes les émissions de France Inter.

16Quelques exemples

adieu France Inter

Mais je vous remercie tout de même de m’avoir poussée à revenir sur France Culture que j’avais un peu délaissée

Moi en tout cas je passe sur France info pendant 10 mn

J’ai même éteint la radio au milieu d’émission tant ces propos me révoltaien,,

Tant pis pour France inter, je pars

c’est affligeant, je n’écouterai plus France Inter pour

je boycotte désormais, tellement déçue du niveau

J’éteins France inter dès 12 h 20

Je viens d’éteindre mon poste . . . il est 12 h 20

Vivement que cette « émission» cesse

17Heureusement, de nombreux messages de soutien et de réconfort constituent le contrepoint des réactions globalement défavorables.

18Quelques exemples

continuez Philippe et Magarete

Génial, continuez, bravo pour l’audace, continuez!!

mille mercis et surtout continuezà nous déranger enfin une émission qui fait honneur au service public

Chapeau les artistes, continuez même s’il y a des râleurs . . . * années continuez n’écoutez pas les grincheux Pour reprendre un autre psychothérapeute de la chain: « Surtout ne lâchez rien »». Merci à Inter de nos offrir un de ses rares moments d’humour noir

Les posts des 50 premières émissions (deux mois et demi environ)

19De l’ensemble des formes de cette période et si l’on s’en tient à l’observation des pronoms personnels sujets, on constate nettement que l’auditeur est dans l’expression :

  • 14  Notons que c’est la datation à l’anglo-saxonne qui prévaut ici : 01.16 signifie le 16 janvier.

de son opinion: je préfère, pense, partage, souhaite, trouve, crois14…;

de son état: je suis choqué, surpris, scandalisé…;

ou d’une action: je zappe, change…

20Du côté des personnes dont l’auditeur parle (ils/Ils), on constate que ce sont leurs caractéristiques morales qui sont mises en avant (226 occurrences) : certaines sont franchement favorables (ils sont de très bons comédiens, géniaux…), mais la plupart sont encore défavorables (ils sont tarés, débiles, lamentables, idiots, dingues, ignobles, lourds, manipulateurs, méprisants, réacts, cathos, nuls, tellement odieux, méchants, cons…). De même avec l’auxiliaire avoir : « ils ont du talent, de l’humour » côtoie « ils ont ce qu’il y a de plus ignoble chez certains professionnels… »

Figure 7. Fréquences relatives des pronoms personnels sujets (Je, je/Ils, ils)

Figure 7. Fréquences relatives des pronoms personnels sujets (Je, je/Ils, ils)

21Outre la pronominalisation, les De Beaulieu sont désignés par des lexèmes dont certains sont neutres (les deux chroniqueurs [12], animateurs [84], comédiens [33], compères [15], intervenants [19], personnages [33], médecins [16], protagonistes [12], présentateurs [11]) ou d’autres négatifs (les deux Guignols [10], ces deux imbéciles [4]…).

22Sur cette période se dessinent trois profils d’auditeurs (voir tableau ci-dessous) exerçant chacun un pouvoir de nature différente au moyen des commentaires. Certains commentaires se répondent entre eux, on devine que certains sont sincères alors que d’autres sont l’objet d’une sorte de jeu de la part de leur auteur pour surenchérir ou pour provoquer autrui. D’ailleurs, le fait d’exposer son jugement et ses arguments à l’ensemble de la communauté fait ici boule de neige et fait réagir les détracteurs.

Tableau 2. Profils d’auditeurs

Tableau 2. Profils d’auditeurs

23L’étude de la manière dont le pouvoir se manifeste dans le corpus implique que nous nous centrions sur les actes directement exprimés dans les commentaires. Pour cela, nous avons trié des groupes de formes construites à partir de la racine : conserv + (conservez, conservons…), arrêt + (arrêtons, arrête…), continu + (continuons…), maint + (maintien, maintenons…) et suppr + (supprimez, suppression…) en supprimant les occurrences non pertinentes pour chaque groupe de formes de façon à étudier leur répartition au fil de la chronologie.

Figure 8. Racines des actes

Figure 8. Racines des actes

24Nous observons clairement que fin janvier, les auditeurs s’expriment pour faire valoir leur volonté d’arrêter la programmation de l’émission.

25Exemples

Au secours arrêter ce supplice parce que France Inter n’est plus ici une radio respectable

c’est NUL NUL et NUL. fidèle de france inte,, j’espère que le genre va s’arrêter bientôt! mercredi 18 janvier 2012

26Toutefois, ce désir exprimé par certains d’arrêter la diffusion est suivi de près par le désir de ceux qui souhaitent son maintien à l’antenne.

27Exemples

jeudi 23 février 2012 à 12: 22 0 et la preuve indiscutable du maintien salutaire de cette émission

J’aime cet orni (objet radiophonique NI) et souhaite qu’il continue à voler sur nos ondes

Merci pour cette série d’émissions! Pourvu que cela continue longtemps

28On constate au-delà du 20 janvier que le désir majoritaire des auditeurs de conserver cette émission à l’antenne est suivi de près par le désir de ceux qui veulent sa fin. Cette légère avance au profit des fans montre que l’auditeur a les moyens d’exercer son pouvoir par son expression et par la communauté qu’il crée.

Les commentaires du 29 juin

29La dernière diffusion est un peu particulière dans la mesure où les comédiens font leur sketch en direct15, révélant ainsi leur véritable identité. Laurent Lafitte (dans le rôle de Philippe) et Zabou Breitman (dans le rôle de Margarete) font leur dernier sketch et révèlent ensuite les secrets de fabrication de cette émission qui a suscité tant de réactions de la part des auditeurs, et finalement assez peu dans la presse sur les médias. L’heure n’est donc plus à l’expression de la méchanceté dans les avis publiés, mais au soulagement pour certains. En effet, les propos désobligeants ont pratiquement disparu (voir figure 9).

30Et c’est l’expression des remerciements qui domine (voir figure 10). On peut supposer que ce sont majoritairement les auditeurs ayant apprécié cette émission qui ont envoyé un commentaire, les autres étant satisfaits qu’il s’agisse de la dernière.

Figure 10. Évolution de l’expression de la satisfaction et des remerciements

Figure 10. Évolution de l’expression de la satisfaction et des remerciements

Conclusion

31Cette analyse mériterait bien sûr d’être complétée et largement approfondie. Il s’agit de montrer par l’exemple d’À votre écoute, coûte que coûte comment l’apparition du Web 2.0 a favorisé l’expression de soi sur Internet et comment l’expression de ses opinions sur ce médium peut avoir des conséquences sur la durée de diffusion d’une émission radiophonique. En dépit des réactions défavorables, voire hostiles au début de la diffusion, on constate que la nature des commentaires a évolué (quasi-disparition des propos orduriers) et la demande de supprimer l’émission de la grille s’est estompée, mais n’a pas complètement disparu. Notons également que malgré certains propos brutaux, l’émission a été maintenue non seulement parce qu’une communauté importante d’auditeurs exprimait ce désir par ses commentaires, mais également parce que le directeur des programmes (Philippe Val) a voulu maintenir une émission inventive, audacieuse et de qualité.

  • 16  Ces propos concernent davantage les chaînes du groupe Radio France que les chaînes radiophoniques (...)

32Revenons à la nature du pouvoir d’influence de cette fiction qui se situe davantage du côté du stimulus/réponse de l’auditeur (l’auditeur écoute un épisode, l’analyse avec ses clés d’interprétation à un moment donné et réagit sur le Web en publiant un commentaire) que du côté de la contemplation d’une production divertissante. Le stimulus/réponse est l’expression de l’opinion sur le site des programmes et permet davantage la participation (l’auditeur ajoute des précisions, pose des questions, donne son opinion, son jugement…)16que l’interactivité qui est, selon nous, plutôt réservée à la télévision (spectacularisation de l’envoi des minimessages en direct dans les prime times, envoi de tweets en direct à l’occasion de retransmissions sportives…). Les commentaires à la radio peuvent avoir une capacité de nuisance considérable et expriment dans certains cas une action sur la programmation dans le but de créer une communauté de pression sur le programmateur, ce qui pose alors clairement la limite d’action des auditeurs sur le directeur des programmes. Comment se reconfigure le rôle de chacun ? Le directeur des programmes doit-il suivre l’opinion générale qui se dessine dans les commentaires ? L’opinion majoritaire est-elle toujours légitime ? Si le programmateur suit l’opinion majoritaire, quelle place reste-t-il à la prise de risque, à la diffusion d’émissions non consensuelles ? S’il ne prend pas en compte l’avis des auditeurs, cela ne reviendrait-il pas à nier tous les apports liés à l’apparition du Web 2.0 ?

33Cette émission montre enfin que la recherche d’un consensus en humour n’est pas possible parce qu’on touche là à de l’intersubjectivité. N’essaie-t-on pas ici de créer un contre-modèle en mettant en lumière les imperfections de ces deux professionnels pour brouiller les pistes de la bienséance ?

Haut de page

Bibliographie

BURGER, M. (2008), L’analyse linguistique des discours médiatiques, Québec, Nota bene.

CHARAUDEAU, P. (2001), « Visées discursives, genres situationnels et construction textuelle » dans Analyse des discours. Types et genres, Toulouse, Éditions Universitaires du Sud.

CHARAUDEAU, P. (2006), « Des catégories pour l’humour ? », Questions de communication, n° 10, p. 19-41.

CHARAUDEAU P, (2008) « La justification d’une approche interdisciplinaire de l’étude des medias », [En ligne]. http://www.patrick-charaudeau.com/La-justification-d-une-approche.html. Page consultée le 7 avril 2013

CHARAUDEAU, P. (2012), « Des catégories pour l’humour » dans Maria Dolores Rivero Garcia, Humour et crises sociales, regard croisé France-Espagne, Paris, L’Harmattan, p. 7-44.

DELEU, C. (2006), Les anonymes à la radio. Usages, fonctions et portée de leur parole, Bruxelles, De Boeck.

DELPORTE, C. (2010), Histoire des médias en France, de la Grande Guerre à nos jours, Paris, Flammarion.

GLEVAREC, H. et PINET M. (2007), « L’écoute de la radio en France. Hétérogénéité des pratiques et spécialisation des auditoires », Questions de communication [En ligne]. 12 | 2007. http://questionsdecommunication.revues.org/2435. Page consultée le 18 juin 2012.

GLEVAREC, H. (2005), Libre Antenne. La réception de la radio par les adolescents, Paris, Colin/INA.

JEANNENEY, J.-N. (1996), Une histoire des médias, des origines à nos jours, Paris, Seuil.

JEANNENEY, J.-N. (dir.) (1999), L’écho du siècle. Dictionnaire historique de la radio et de la télévision en France, Paris, Hachette Littératures.

PUGNIERE-SAAVEDRA, F. (2007), Analyse descriptive des déclencheurs de l’humour à travers deux programmes télévisuels de format court : Les Deschiens et Caméra Café. Thèse de doctorat en sciences du langage sous la direction de Sophie MOIRAND à l’université de la Sorbonne nouvelle, Paris 3.

PUGNIERE-SAAVEDRA, F. (2011), Le phénomène Deschiens à la télévision. De la genèse du programme sériel à la manifestation de l’humour, Paris, L’Harmattan, Coll. « Audiovisuel et communication ».

PRIEGO-VALVERDE, B. (2003), L’humour dans la conversation familière, Paris, L’Harmattan.

RIVERO GARCIA, M.-D. (2012), Humour et crises sociales, regard croisé France-Espagne, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1  Les définitions que livrent le CSA et l’Ina de l’audiovisuel incluent les émissions radiophoniques, d’où cette proposition de contribution. « La définition de la communication audiovisuelle repose, en partie, sur l’énumération des services qui la composent. En effet, elle regroupe les services de radio, les services de télévision et les services de médias audiovisuels à la demande. Par ailleurs, un contenu qui ne serait pas susceptible d’être regardé comme étant de la radio ou de la télévision et qui ne relèverait pas de la communication au public en ligne est également rattaché à la communication audiovisuelle » (http://www.csa.fr/Services-interactifs/Web-TV-Web-Radio/La-definition-des-services-relevant-de-la-communication-audiovisuelle). « Ce que l’on nomme communément audiovisuel est l’ensemble des techniques de communication sonore et/ou visuelle ou alliant le son et l’image » (http://www.ina-sup.com/ressources/dossiers-de-laudiovisuel/mutation-des-metiers-effacement-des-frontieres).

2  http://www.franceinter.fr/emission-a-votre-ecoute-coute-que-coute.

3  Le générique commence sur le premier mouvement du concerto de Vivaldi Alla rustica in G-Major, RV 151 en sol majeur.

4  http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=263157. Ce lancement s’est ensuite réduit après l’émission du 22 janvier 2012.

5  Notons que des groupes de recherches se consacrent entièrement aux études sur la radio (par exemple, le GRER — Groupe de recherche sur les études de la radio —, le CHR — Comité d’histoire de la radiodiffusion).

6  Le podcasteur type est plutôt masculin : près de 7 sur 10 sont des hommes. Il est également plutôt jeune : 1 sur 2 a moins de 35 ans et près de 1 sur 3, de 35 à 49 ans. Près de 1 sur 5 est un jeune à la maison – moins de 25 ans vivant au domicile parental. Plus de 1 sur 5 en est à l’étape de vie « nouveaux parents », c’est-à-dire ayant la charge d’enfants de moins de 11 ans. Et 14 % sont, quant à eux, des « parents expérimentés », soit ayant la charge d’enfants qui ont tous atteint leurs 11 ans. Cette pratique est également très CSP+ : 1 podcasteur sur 2 est CSP+. Et elle est davantage liée à la région parisienne : 28,5 % des podcasteurs sont des Parisiens (par rapport à 18,6 % des individus âgés de 13 ans ou plus). Étude de médiamétrie : http://www.audiencelemag.com/index.php?article=40.

7  Rappelons qu’une même personne peut anonymement, sous sa vraie identité ou sous un pseudo, publier un ou plusieurs commentaires (notons qu’elle ne peut pas en supprimer), elle peut également répondre à une réaction précédente. L’auditeur peut déposer un commentaire sur une émission qui n’est pas celle du jour (baladodiffusion oblige) et Radio France bloque l’ajout de commentaires après 25 jours de façon à ne pas augmenter démesurément l’espace dévolu aux archives.

8  Le couple habite au Vésinet, banlieue chic et bourgeoise de l’ouest parisien. Philippe et Margarete ont un dogue allemand qui s’appelle Diegfried. Ils ont fait leurs études à Tours. Margarete a vécu en Argentine. À la maison, c’est elle qui prépare les repas pendant que Philippe met la table. Philippe a redoublé sa première année de médecine, prescrit souvent de la cortisone pour tout remède…

9  D’ailleurs, un procédé humoristique éculé consistant à recourir à la mise en abyme est ici mobilisé : émission du 19 mars (http://www.franceinter.fr/emission-a-votre-ecoute-coute-que-coute-l-auditrice-qui-etait-contre-l-emission) où l’émission parle d’elle-même ; émission du 29 juin (http://www.franceinter.fr/emission-a-votre-ecoute-coute-que-coute-a-bon-entendeur) où les comédiens s’adressent à eux-mêmes.

10  Il s’agit ici des 18 premiers termes apparaissant en valeur absolue se rapportant à l’humour.

11  Rappelons toutefois que l’usage qui est fait de ce forum ne consiste pas à participer à l’écriture de la narration des sketches comme peuvent l’être les forums de fans de série ; les auditeurs utilisent ce forum pour essentiellement exprimer leurs opinions, souhaits, regrets, insatisfactions.

12  Pour cela, nous utiliserons Lexico3, logiciel de textométrie conçu par A. Salem (laboratoire Syled) de l’Université de Paris 3.

13  Pour chaque figure, nous n’avons retenu comme seuil que les occurrences qui apparaissent plus de quatre fois pour ne pas lister les hapax et ainsi brouiller l’interprétation des données.

14  Notons que c’est la datation à l’anglo-saxonne qui prévaut ici : 01.16 signifie le 16 janvier.

15  http://www.dailymotion.com/video/xruoyj_a-votre-ecoute-la-derniere-en-live_fun.

16  Ces propos concernent davantage les chaînes du groupe Radio France que les chaînes radiophoniques privées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Totalité des commentaires envoyés pour les 119 émissions
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3783/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 2. Paradigme pour qualifier l’humour
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3783/img-2.png
Fichier image/png, 161k
Titre Figure 3. Humoristes cités
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3783/img-3.png
Fichier image/png, 85k
Titre Tableau 1. Nombre de formes par période
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3783/img-4.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 4. Mots pour signifier l’hostilité à l’égard de l’émission
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3783/img-5.png
Fichier image/png, 204k
Titre Figure 5. Mots pour signifier la satisfaction
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3783/img-6.png
Fichier image/png, 85k
Titre Figure 6. Injonctions de certains auditeurs
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3783/img-7.png
Fichier image/png, 102k
Titre Figure 7. Fréquences relatives des pronoms personnels sujets (Je, je/Ils, ils)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3783/img-8.png
Fichier image/png, 389k
Titre Tableau 2. Profils d’auditeurs
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3783/img-9.png
Fichier image/png, 151k
Titre Figure 8. Racines des actes
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3783/img-10.png
Fichier image/png, 177k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3783/img-11.png
Fichier image/png, 77k
Titre Figure 10. Évolution de l’expression de la satisfaction et des remerciements
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3783/img-12.png
Fichier image/png, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Pugnière-Saavedra, « Le pouvoir d’À votre écoute, coûte que coûte (France Inter) », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/3783 ; DOI : 10.4000/communication.3783

Haut de page

Auteur

Frédéric Pugnière-Saavedra

Frédéric Pugnière-Saavedra est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, à l’Université́ Bretagne-Sud/Rennes 2, PREFics, EA 4246. Courriels : frederic.pugniere-saavedra@univ-ubs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org