Navigation – Plan du site
Articles

Introduction

De la critique en communication des organisations
Thomas Heller, Romain Huët et Bénédicte Vidaillet

Texte intégral

1Le projet éditorial de ce numéro de la revue Communication est de nourrir le débat sur l’activité critique dans le champ d’études de la communication des organisations. Il s’agit, dans cinq articles choisis, de mettre en évidence quelques-unes des orientations critiques mises en œuvre dans ces travaux. L’expression « communication des organisations » renvoie aux travaux destinés à saisir la disparité des formes organisationnelles tant du point de vue des pratiques et dispositifs qui y sont institués que des modalités de leur constitution par la communication. Ce champ d’études est vaste et interdisciplinaire quand bien même bon nombre de chercheurs se situent dans les sciences de l’information et de la communication, les sciences de la gestion ou encore la sociologie.

2Le projet d’objectiver et de clarifier les usages de la critique dans ce champ de recherche est nécessaire bien qu’épineux. Puisqu’un champ de recherche s’applique à traiter de problèmes provenant de la vie sociale, il importe de prendre la mesure de la manière dont les chercheurs tentent de mettre en cause les organisations, tant du point de vue de leur structuration que de celui de leurs effets sur la vie sociale. Par ailleurs, le contexte social, marqué en creux par une crise économique inédite, offre à la communauté scientifique de nouveaux problèmes à étudier, les expériences sociales négatives se manifestant sous des formes actualisées, renouvelées et parfois inédites. Citons en quelques-uns qui intéressent ce champ d’études pour poser les jalons d’une future discussion.

Une crise de l’appropriation du monde, une crise de l’agir

3Le premier problème qui occupe les chercheurs trouve son origine dans le profond décalage qui existe entre la communication des organisations dans sa fonction symbolique de représentation du réel et ce que vivent les travailleurs au quotidien. D’ailleurs, ces derniers sont généralement tenus dans une parfaite ignorance des délibérations stratégiques.

4En bref, les discours managériaux et plus largement les communications d’entreprises paraissent souffrir d’une crise de la crédulité sans précédent (D’Almeida, 2001). À cela s’ajoute la difficulté sans cesse plus grande qu’éprouvent les individus à saisir le monde avec les complexes médiations qui s’y jouent. Au final et comme le souligne F. Fischbach (2009), cette difficulté conduit à une « crise de l’appropriation ». Les individus éprouveraient toujours plus de difficultés à s’approprier le monde dans lequel ils vivent et travaillent.

5Toujours selon F. Fischbach, cette crise de l’appropriation a pour corollaire la généralisation de « l’impuissance à agir sur le cours des choses ». Les pensées des sujets sociaux sont sans « rapport pragmatique au cours des choses », et ces derniers ont tendance ou bien sont poussés à « se replier sur leur intériorité, seul refuge qu’il leur reste dans ce monde inappropriable ». C’est la « douloureuse impasse de la souffrance où le sujet est coupé du monde » (Fischbach, 2009 : 9-11). Le salarié, le consommateur ou encore le militant syndical voit le monde, mais ne peut le penser comme étant le sien ou possiblement le sien. La vogue du « management par le sens » et l’intérêt pour le sensemaking à visée instrumentale, l’explosion des thématiques consensuelles du développement durable ou de la responsabilité sociale des entreprises, témoignent de ces tentatives confuses pour réimpliquer les individus dans le réel afin qu’ils puissent s’approprier le monde et y exercer une certaine maîtrise. Il s’agit de donner des raisons de croire en ces organisations et en ces discours managériaux. Les professionnels ont donc la difficile tâche de redorer la respectabilité des organisations dans un contexte de défiance assez radicale.

L’extension sans précédent de dispositifs de désubjectivation

6Le second problème susceptible de stimuler la critique renvoie à l’extension radicale des dispositifs qui configurent les rapports sociaux selon des logiques capitalistes qualifiées de néolibérales.

7Ce qui est remarquable dans ce contexte, c’est que les notions qui ont porté les revendications d’émancipation à un moment donné – autonomie, créativité, authenticité, réalisation de soi, etc. – font dorénavant partie de la panoplie managériale de la mise au travail. Ce qui n’était envisageable qu’en dehors des rapports de production et qui était aussi soutenu par une remise en cause radicale des institutions, est devenu possible au sein même des rapports de production. Le coup de force est grand et conduit même certains auteurs à envisager un processus de désinstitutionnalisation dont la conséquence est la désubjectivation et la perte d’autonomie.

8Ce recentrage de la raison productive sur le soi, arrimé à de nouvelles formes d’organisation plus individualisantes, à de nouvelles pratiques relationnelles (coaching), conjugué aussi à de nouvelles contraintes d’efficacité, à l’essor et à l’industrialisation des services ainsi qu’au développement considérable des technologies de l’information et de la communication dans le procès de travail, renouvelle les objets sur lesquels porter un regard critique ; mais aussi, ce contexte et la façon dont il est vécu par les agents invitent à revenir sur les catégories de la critique, en raison des répercussions de ces changements sur la façon de les penser.

« Une » critique ou « des » critiques

9Le défi de ce numéro de Communication ne consiste pas simplement à mieux cerner des thématiques d’études critiques dans le champ de la communication et des organisations. L’enjeu est aussi théorique. Face aux oracles proclamant la crise de la critique, il est utile de faire le point à la fois sur les critères de définition de ce qui est « critique » et de mettre en lumière la façon dont les chercheurs l’envisagent concrètement dans leurs travaux, qu’ils se revendiquent d’une filiation théorique où le dessein critique est reconnu ou qu’ils s’attachent à une entreprise plus fragmentaire, plus éparse, mais qui n’en demeure pas moins un élément constitutif de l’opération critique.

10Étymologiquement, le terme de critique désigne l’acte de discernement, d’examen et de jugement (Ladmiral, 1995). Rappeler ce lieu commun étymologique ne nous avance pas pour autant. D’ailleurs, on pourrait considérer que toute construction d’un objet de recherche est un travail critique dans la mesure où les chercheurs sont tenus de rompre avec les conceptions habituelles de l’objet à étudier. En tirant profit de l’observation des pratiques sociales et organisationnelles, il s’agit de disqualifier et de défaire la façon dont les profanes s’expliquent le monde organisationnel dans lequel ils évoluent (Paugam, 2010). Mais plus encore, le chercheur s’efforce d’agencer, de recoller et de recontextualiser les formes organisationnelles pour en extraire des significations nouvelles. En d’autres termes, le geste critique est un acte élémentaire de la recherche en tant qu’il s’agit d’éprouver le réel pour en faire naître un nouvel intelligible (Lemieux, 2010).

11Une telle conception générale ne convient pas puisqu’elle vide l’opération critique de toutes ses particularités et des formes diverses qu’elle a pu historiquement prendre. En suivant F. Coste, un autre écueil pourrait être de réduire l’idée de critique aux travaux des encyclopédistes et des penseurs du Siècle des lumières du XVIIIe siècle. Non seulement parce que l’équation « Lumières = naissance de la critique est grossière mais aussi parce qu’elle dévalue ce qui a précédé et ce qui a suivi cette ère » (Coste, 2007 : 26). L’actualité de la critique est précisément marquée par l’abandon d’une conception de celle-ci au singulier (Fossier et Manicki, 2007).

12À partir de là, il peut être utile de lancer le débat en tentant de cartographier quelques grandes orientations critiques couramment employées dans le champ d’études de la communication des organisations. La tentative de cartographier est nécessairement maladroite, voire grossière tant la critique comprend un enchevêtrement de pratiques, de manifestes, d’influences, d’objets et de revendications qu’il paraît a priori difficile de résumer. D’ailleurs, les bibliographies des cinq auteurs sélectionnés témoignent de cet éclatement de la critique : Foucault, Honneth, Boltanski, Habermas, Marx, Bourdieu, Castoriadis, Deleuze, Latour, Althusser, Negri, etc.

La critique ouvrante et l’opération de dénonciation radicale

13La première orientation critique est sans doute la plus générale. L’opération critique renvoie à la contestation polémique en tant qu’elle proteste contre ce qui est. Elle exprime le grand refus. Les connaissances en communication des organisations sont produites en vue de condamner celles-ci. Il s’agit de donner à voir les nécessités qui règnent dans les existences des individus affiliés à de multiples organisations. Cette critique cherche à enflammer les esprits et à susciter l’indignation contre ce qui est. Elle exalte la négativité du monde au moyen du langage de la perte, du malheur, du désespoir, de la décadence ou encore de la régression. Le but est d’atteindre les facultés sensibles du lecteur en donnant à la misère une forme expressive et une intelligibilité pour la refuser et la combattre. Les organisations, produites et façonnées par de multiples dispositifs et communications, ruineraient l’être et s’étendraient à l’ensemble des sphères de l’existence. La dénonciation se réalise dans le creux du désespoir et de l’écrasement total.

14On trouve ce type de critique dans les travaux notamment d’E. Diet (2009), qui procède à une critique radicale de l’idéologie managériale. Celle-ci atteindrait les conditions d’existence des sujets. Elle produit de la double contrainte (devenir « sujet » « performant »), désymbolise le monde, favorise une « déculturation mortifère », légitime la « violence économique et sociale », inscrit des « logiques de dissociation et de déliaison », « déculture », « désubjective », bref un ensemble de discours qui « mutilent les capacités qu’ont les sujets à dire et à penser ». Certains auteurs, tel E. Enriquez (2006), vont jusqu’à affirmer que la rationalité instrumentale qui domine les organisations exprime une « pulsion de mort ».

15Cette forme de critique radicale s’insurge contre la difficulté de penser un ordre politique capable de défier l’ordre existant (Zizek, 2002). L’engagement radical serait sous-évalué au grand regret de bon nombre de théoriciens de la critique. De toute évidence, l’intérêt d’une telle formulation de la critique est de frapper l’imagination théorique du lecteur. Au moyen de l’exagération, elle contribue à objectiver certaines perceptions que nous pouvons avoir du monde organisationnel. Elle ménage un espace à la radicalité, à la provocation et à la dénonciation crue et sans pudeur des formes modernes des communications organisationnelles. Elle est ce qu’A. Honneth appelle une « critique ouvrante » (Honneth et al., 2006). Au sein de celle-ci, il place les travaux de M. Horkheimer et de T. Adorno. Toutefois, pour nous, le programme de ces auteurs relève d’une seconde orientation de la critique, à savoir la critique normative, dans la mesure où leurs travaux ne se contentent pas de dénoncer, mais ils visent la transformation politique de la société au moyen d’une théorisation idéale de la société plus ou moins aboutie. En quelque sorte, c’est « la théorie qui commande la transformation de la société » (Ladmiral, 1995).

16En effet, Adorno et Horkheimer ont donné au projet critique trois tâches précises (1974 : 12 sq) :

  • « Faire prendre conscience à toute théorie de l’intérêt social qui l’anime et la détermine ». Cela signifie que les finalités de la recherche ne s’autodéterminent pas, mais qu’elles s’imposent. Il importe alors de saisir les « forces sociales qui imposent les problèmes à résoudre » ;

  • « Émanciper par la rationalisation du réel ». L’enjeu est de penser une « organisation rationnelle » de la société pour « donner naissance à une communauté d’hommes libres ». L’entreprise critique vise alors à l’édification d’une « société conforme aux exigences de la raison en portant à la conscience les contradictions du système » ;

  • « Déconstruire le devenir de la raison pour en distinguer les différentes figures ». La raison prend « différentes figures dont certaines, comme le capitalisme et le nazisme, sont factices ». Face aux « formes défigurées de la raison », il s’agit de discerner ce qui peut être considéré comme une « figure valable de la raison ».

La tâche est de réinscrire la critique en communication des organisations dans un examen général de la société

17Selon nous, l’immense intérêt de cette approche est d’inscrire la critique de la communication des organisations dans un examen général de la société. C’est en saisissant les transformations historiques qu’il sera possible d’appréhender de manière critique la communication des organisations en tant que symptôme de la société. L’opération critique vise à « dialectiser les phénomènes pour les ramener à des processus d’ensemble » (Horkheimer, 1974). Pour faire simple, la raison « valide » ne « réside pas dans une seule idée », elle existe dans un « système d’idées pris dans sa globalité ». Une idée « a une signification à partir du moment où elle est replacée dans la totalité de la connaissance » (Horkheimer, 2001 : 19). La tâche de la critique est donc « d’apporter de la raison dans le monde ». L’effort premier est d’aboutir à des conséquences concrètes qui « améliorent, en dernier et en ultime ressort, la vie humaine » (Horkheimer, 2001 : 355).

Une critique arbitraire ?

18Bon nombre de chercheurs, au premier rang desquels on trouve les successeurs d’Adorno et Horkheimer au sein de l’école de Francfort, ont exprimé de sérieuses réserves sur un tel projet. Encore une fois, Honneth (2006) en exprime quelques unes dans un langage particulièrement direct. D’abord, ces travaux sont contestés dans la mesure où leurs projections « manqueraient de base empirique ». Au fond, la « négativité flirterait avec l’arbitraire ». Les analyses « exagéreraient les caractéristiques décisives du présent ». Toujours selon Honneth, les propositions peuvent paraître « étroites et unilatérales », quelque peu « spéculatives ». Enfin, elles ne se rapportent pas à une « théorie de la société » comme ont pu tenter de le faire les théoriciens de l’école de Francfort à partir de J. Habermas. De fait, les opérations de dénonciation sont critiquables en tant qu’elles ne reposent pas sur des « bases argumentatives suffisamment fondées pour se justifier et donner une image du monde plausible » (Honneth et al., 2006). Or, on le sait, la force d’un tel programme critique réside pourtant dans sa capacité à décrire et à nommer rigoureusement les phénomènes en question.

La critique normative au secours de la critique ouvrante

19À partir d’Habermas, la critique normative se renforce et cherche la fondation philosophique qui lui manquait. Il est le premier à formuler une théorie de la société sur une base communicationnelle. Il donne à la critique une fondation qui se réfère explicitement à une dimension normative basée sur des arguments rationnels précis à même de soutenir une conception idéale de la société. Dans la tradition de l’école de Francfort, les connaissances produites poursuivent les visées de l’émancipation en tant qu’elles constitueraient des ressources pour les sujets sociaux dans leurs efforts pour se défaire des structures de la domination et de saisir les occasions d’émancipation qui demeurent dans chaque organisation. Selon cette orientation, le théoricien critique définit un socle de valeurs à l’aune duquel il juge la situation présente. Il met en crise l’ordre social, mais en prenant le soin de définir cet idéal normatif. C’est en quelque sorte l’affirmation des critères de jugement. Le travail théorique et la dénonciation des « pathologies sociales et communicationnelles » qui gangrènent les organisations sont repérables à l’aune d’un « normal » que le théoricien s’attache à définir. Toute la question est alors de définir les potentialités qui pourraient possiblement se réaliser. Comme le souligne Honneth (2006), cette approche est fondamentalement un questionnement sur le « devenir de l’homme ».

20Le risque existe assurément d’introduire un édifice théorique impraticable et inatteignable. Comme le souligne F. Flipo (2011), l’enjeu n’est pas seulement conceptuel. Il réside aussi dans la définition du champ du possible. L’approche critique se réfère alors à un « possible meilleur », c’est-à-dire par exemple à une organisation viable qui permettrait une activité non aliénante (Quiniou, 2006). Plus que de dénoncer, il convient de s’acquitter d’une tâche supplémentaire qui consiste en une définition de « la possibilité au sein de laquelle l’homme exercera son plein potentiel ». Critiquer, selon les termes de Y. Quiniou, consiste à « examiner le réel à la lumière d’une valeur et donc à adopter sur l’objet critiqué ces points de vue normatifs que cet objet ne porte pas en lui et y importer, en quelque sorte de la valeur à partir d’une instance de valorisation qui n’est pas seulement une instance d’intellection » (2006 : 86).

21Sur ce point, les travaux de K. Marx sont exemplaires en tant que le penseur a toujours cherché à reconstruire positivement ce dont il est le critique en assignant à la philosophie une fonction clairement révolutionnaire. La critique ne peut se borner à ressaisir spéculativement le réel, elle doit avoir prise sur celui-ci en redonnant de la teneur au sens des possibles. La critique se doit d’être réaliste, c’est-à-dire qu’elle doit se rapporter à un concret réel constitué par les conditions matérielles caractéristiques d’une situation historique et d’un mode de production particulier (Lenormand et Manicki, 2007).

22De manière générale, les travaux d’Habermas ont connu un vif succès dans l’étude des communications organisationnelles avant de connaître un essoufflement dans les années 2000. Ce succès repose probablement sur le fait que son projet de théorie sociale est basé sur la communication, entendue ici comme une dynamique d’interaction qui vise l’intercompréhension réciproque et la production intersubjective de l’entente. Par ailleurs, il offre des points d’appui normatifs accessibles pour des chercheurs peu habitués à discuter de l’idéal d’une société raisonnable.

23Dès lors, la voie est toute trouvée pour interroger de manière critique les modalités et les formes de gouvernance des organisations. Ces recours sont quelquefois un peu abusifs d’autant qu’Habermas a toujours écrit et clamé haut et fort que « l’agir communicationnel » était un concept inopérant dans le champ économique qui ne peut viser rien d’autre qu’un agir stratégique, car l’ensemble est régulé par des rapports de pouvoir et des rapports monétaires (Habermas, 2012). Dès lors, en aucun cas l’espace des relations sociales dans le domaine économique ne pourrait être un lieu d’émergence typique des subjectivités agissantes, et donc, l’édifice conceptuel habermassien n’est pas une ressource constructive pour combattre certaines formes de domination. Dans le cadre économique, il est impossible de penser une forme d’organisation idéale permettant aux sujets de se réaliser sans entraves. Faisant fi des intentions de l’auteur, bon nombre de chercheurs ont « appliqué » le projet habermassien pour étudier la communication des organisations.

La reconnaissance, un concept plus approprié ?

24Actuellement, et depuis une vingtaine d’années, les travaux d’Honneth, successeur d’Habermas à la tête de l’école de Francfort, se multiplient. Par la théorie de la reconnaissance, il s’agit de penser les « conditions d’autoréalisation des sujets sociaux et leur accès à l’autonomie » (Honneth, 2008). L’auteur redonne de la teneur à la critique en diagnostiquant les aspects des pathologies sociales, mais surtout en déplaçant le concept de l’agir communicationnel pour le placer plus au centre de la dimension conflictuelle et antagoniste des pratiques sociales grâce au principe de reconnaissance et à son inverse, celui de « mépris social » (Honneth et Haber, 2007). Le projet d’Honneth ouvre des perspectives plus évidentes que celui d’Habermas pour penser les organisations, en particulier les activités de travail. D’abord parce qu’il attire l’attention sur la conflictualité des rapports sociaux qui est d’une telle force que l’intercommunication est enrayée ou bloquée. Ensuite, si ce n’est pas le cœur de son approche, il admet que c’est bien par le travail que les individus parviennent à valoriser leurs capacités et à leur donner une utilité sociale (Renault, 2007). La reconnaissance dépend donc en partie du travail qui est compris comme une forme indéniable de participation au monde (Honneth et Haber, 2007). Enfin, force est de reconnaître que les discours managériaux regorgent de référence à la reconnaissance. Pour Honneth (2008), ces formes de reconnaissance n’en demeurent pas moins potentiellement aliénantes, ce qui les rapproche alors davantage de la méconnaissance ou encore du mépris. Elles ne consistent pas alors à favoriser chez l’individu l’exercice de son autonomie, ce qui se manifesterait par un accroissement de son pouvoir personnel, mais au contraire elles suscitent son assujettissement à l’ordre social. Selon cette perspective, la reconnaissance, assimilée à une idéologie, perd son sens positif.

25Ces récents recours aux travaux d’Honneth dans le domaine des communications organisationnelles font encore peu droit aux limites de son approche. On a notamment reproché à sa théorie sa base psychologisante qui tend à rabattre la reconnaissance sur une affaire de réalisation de la personne alors qu’elle est aussi une « affaire de justice » (Fraser, 2004).

26Qu’on le veuille ou non, l’école de Francfort a ouvert un boulevard pour les chercheurs en communication en affirmant qu’une société démocratique était avant tout une société de libre communication et de partage des expériences. L’organisation idéale serait alors cette organisation qui assurerait une forme de vie sociale au sein de laquelle il existerait une distribution diversifiée et étendue des opportunités pour que se déploie une libre circulation des idées, des expériences et pour favoriser une large reconnaissance des intérêts multiples inhérents à toute organisation. Dans cette configuration, les travaux critiques dans le champ de la communication des organisations s’attachent à porter au jour les multiples restrictions communicationnelles qui entravent les potentialités des individus.

Le problème de la prétention totalisante de la critique normative 

27En dépit de leur évident succès, les travaux de Francfort ont suscité de nombreuses critiques. La possibilité même d’importer une normativité extérieure n’est pas sans poser problème. Une telle proposition pourrait avoir quelque chose de totalitaire. Penser une société guidée par des valeurs universelles et stables n’est pas sans risque, car cela présuppose la possibilité d’un idéal de vie dont la démonstration empirique à l’échelle de l’humanité fait défaut. Les tentatives d’universaliser certains principes s’en trouvent suspectes. Le danger est clairement de réifier les identités collectives, d’enfermer les individus dans des contextes qui leur sont assignés par l’extérieur au moyen de l’imposition d’une vision du monde inadaptée à la diversité des cultures (Taylor, 2002). D’ailleurs, historiquement, ce sont bien les philosophes occidentaux qui ont monopolisé le travail de définition des critères de la vie bonne.

28On remarquera que les références aux inégalités de genre et de race sont bien souvent les thématiques oubliées de ce courant critique. D’ailleurs, de manière générale, elles sont également totalement absentes du champ d’études francophones en communication des organisations en dépit de leur pertinence pour mettre en cause le projet francfortiste. Comme le souligne N. Fraser (2004), les actes d’oppression sont mixtes : ils renvoient tant à l’injustice sociale qu’à la reconnaissance des identités dépréciées. Elle fait ici référence aux ressources critiques qui se centrent sur les injustices liées au genre, à l’ethnie ou à la race, c’est-à-dire tous les mouvements qui visent à faire reconnaître les identités dépréciées telles que le féminisme culturel, l’antiracisme critique, les subaltern studies, les post-colonial studies.

La sociologie critique dans le creux des querelles et des antinomies philosophiques

29Le courant de la sociologie critique constitue une autre orientation forte de la critique. Plus familier aux chercheurs travaillant sur la communication des organisations, il s’est développé dans le sillage des débats philosophiques refusant bien souvent d’arbitrer entre, d’un côté, « l’arrogance technocratique » qui prétend libérer des hommes malgré eux et, de l’autre, la démission vers un « irrationalisme nihiliste » (Bourdieu, 1980). Ainsi, dans la pratique, ils ne discutent pas vraiment ces disputes philosophiques. On pourrait même dire qu’ils s’appuient aussi bien sur le « socle théorique de la posture rationaliste qu’ils s’instruisent de l’expérience sociale » (Vanbenberghe, 2011 : 55). De manière globale, leur rupture avec la philosophie académique réside dans l’affirmation de se rapprocher radicalement du monde concret de la société et des organisations. L’extériorité du point de vue normatif est contestée, car celui-ci passe sous silence la logique des pratiques sociales. Un auteur comme P. Bourdieu (pour ne citer que lui) s’est attaché à rendre compte des ressorts de la domination, de l’oppression, et des logiques de pouvoir écrasantes et assujettissantes. La tâche du scientifique est de « dévoiler » les causes réelles des problèmes sociaux. Ceux-là se comprennent à l’aune d’une analyse des structures sociales, économiques, politiques et linguistiques, car celles-ci sont à l’origine des expériences sociales négatives. L’essentiel de l’attention est donc porté sur les divers déterminants sociaux et économiques qui affectent les personnes dans leurs aspirations à l’autonomie, à la liberté et au bonheur. Selon Bourdieu d’ailleurs, la mission du sociologue est de « porter à la conscience les mécanismes qui rendent la vie douloureuse, voire invivable » (1993 : 1453-1454). Ainsi, pour dépasser le stade des projections, la sociologie invite la critique à se rapprocher du social, à le « fréquenter » pourrait-on dire, à supposer que les philosophes rationalistes étaient retirés du monde. La description sociologique est donc ici au service de la critique au sens où elle fournit des synthèses polémiques sur la base d’un examen rigoureux des expériences sociales et de leurs logiques internes. En bref, la sociologie critique a l’immense intérêt de fournir des descriptions et des conceptualisations insoupçonnées sur les ressorts du pouvoir, de la domination et de la violence. La dénonciation est basée sur une description pratique des principes de fonctionnement de l’ordre social.

30Il faut bien reconnaître que la sociologie critique ne s’autosuffit pas. Néanmoins, sa logique est triple : premièrement, elle suppose que la prise de conscience des éléments de la réalité qui nous assujettissent est une première étape vers la libération quand bien même tous admettent qu’il ne suffit pas de connaître ce qui nous écrase pour nous en déprendre. Deuxièmement, l’opération critique tend à déculpabiliser les sujets sociaux en tant qu’ils sont désormais incités à imputer leurs malheurs à des causes sociales et non à des causes individuelles. Voilà pourquoi le travail sociologique a pour visée essentielle de rediriger les plaintes sur la brutalité de la société, de l’organisation du travail ou des mécanismes économiques pour ne citer que ces exemples. Troisièmement, il ne suffit pas de comprendre les structures sociales à la base du malheur. Les obstacles sociaux sont omniprésents si bien qu’ils peuvent paraître insurmontables au point que les individus peuvent en conclure que l’existence sociale épuise le désir d’agir et étouffe les aspirations. C’est pour cette raison que l’entreprise critique consiste non seulement à faire advenir ces paroles dans les champs académiques et politiques, mais aussi à les rapprocher, au moins dans leurs lectures, en pointant ce qu’elles partagent comme catégories communes en dépit de leurs manifestations éclatées et variées. Ce rapprochement a pour finalité de faire naître une synthèse partielle et polémique sur ce qui pose problème dans la société ou dans les organisations et d’entraîner ainsi les sujets dans des luttes politiques visant à rendre le monde plus habitable.

31L’immense intérêt de la sociologie critique est incontestablement de renseigner de façon plus précise les mécanismes qui produisent des expériences négatives. Elle contribue également à mettre au jour les mécanismes sociaux de certains problèmes, et non seulement à leur donner une intelligibilité, mais aussi à renforcer leur visibilité. En revanche, il lui est reproché de manquer bien souvent d’envisager les modalités concrètes d’un projet d’émancipation et de réforme de la société qui s’appuierait sur une définition explicite des critères de jugement qui préside à la critique (Vandenberghe, 2011). Tout jugement moral repose sur une certaine idée de ce que devrait être la vie bonne (Gautier, 2011). Sur ce point, il est assez incontestable que la critique non normative souffre d’un manque de clarté. Elle n’a pas les contours d’un genre identifiable, aussi souple qu’il puisse être.

Que faire de la « critique ordinaire » ?

32Les positions sur les tâches de la sociologie critique ne sont pas unanimes. Bon nombre de voix se sont élevées pour polémiquer contre les théoriciens des années 1970-1980. Un courant qui se présente comme la « nouvelle sociologie critique » entend bien offrir un sérieux décalage avec les maîtres de l’époque (Boltanski, 2009 ; Fischbach, 2009 ; Dodier, 2005) . Le reproche essentiel qui a été fait à la sociologie critique réside dans le fait que les théoriciens accordent bien trop peu d’importance à la critique ordinaire, c’est-à-dire ce que les gens font de manière délibérée pour contester et mettre en cause l’ordre social (Ogien, 2011). Comme le rappelle Dodier (2005), l’enseignement de Boltanski et de ses collègues est clair : le rôle de la théorie ne serait pas d’ouvrir vers la prise de conscience ou de confronter le réel à des normes abstraites, mais de s’ancrer dans les pratiques effectives des sujets sociaux en tentant d’en élucider le sens et le contenu normatif. Par exemple, si les sujets sociaux estiment qu’ils vivent des situations de manière négative, destructrice et violente, c’est qu’ils formulent implicitement des attentes à l’égard de celles-ci, lesquelles renvoient à des principes normatifs qui de fait font défaut dans la situation (Dodier, 2005). C’est pourquoi, selon cette perspective, il convient de mettre en évidence d’une part, la façon dont les sujets sociaux s’y prennent pour dénoncer ce qui les empêche de satisfaire leurs attentes normatives et d’autre part, les conceptions de la justice qui président à leur jugement. Ces approches font contrepoids aux problèmes posés par la critique systématique, totale, surplombante et exhaustive. Le geste critique se doit d’être nécessairement plus étroit et plus précis. Le diagnostic ne peut s’élaborer sans se rattacher à des références concrètes et à des situations telles qu’elles sont vécues par les individus. Au fond, les partisans de ce courant appellent à renoncer au souci de généralité pour embrasser le détail.

33Ainsi présentée, cette nouvelle sociologie critique est profondément inspirée par le pragmatisme de Dewey ou encore de Putnam. Elle prend acte que les gens savent ce qu’ils font. Ces derniers possèdent indéniablement des compétences critiques (Boltanski, 2009), c’est-à-dire qu’ils sont en mesure de former une critique intelligente des normes et des valeurs auxquelles ils sont confrontés (Ogien, 2011). La démarche du chercheur ne peut alors se priver des explications que donnent les profanes à propos de leur situation. Par conséquent, le travail du chercheur est de collecter et de rassembler ces éléments épars de vie, pour les faire parvenir au rang d’une idée que les subalternes se font du monde. L’intervention du chercheur est modeste : il doit être en mesure de restituer l’expérience sociale négative du point de vue des acteurs dans la pluralité des configurations singulières en évitant autant que possible de les aplatir ou de déréaliser les attentes normatives ordinaires au moyen d’un discours théorique uniforme.

34En résumé, la nouvelle sociologie critique se démarque de la sociologie critique classique au sens où il s’agit avant tout d’insister sur les compétences critiques des sujets sociaux et sur leur capacité à se ménager des espaces de liberté par rapport aux cadres auxquels ils sont soumis pour exercer leur autonomie et leur liberté personnelle. Pour un auteur comme Boltanski, le geste critique réside précisément dans l’objectivation des constituants dans un contexte. Cela signifie que l’enquêteur restitue la perspective des subalternes. Il restitue leurs plaintes, leurs détresses, leurs mécontentements, leurs condamnations, leurs demandes de réparation, voire l’expression politique qui peut s’en dégager (Boltanski, 2007). Le travail scientifique aura alors tendance à célébrer la forme du reportages ethnographique sur les expériences de travail au sein des divers contextes organisationnels tout simplement car il est le seul capable, pense-t-on, de saisir la vie dans son épaisseur, dans sa fluidité et dans sa fugacité. Les chercheurs ont pour visée de se saisir de l’ordinaire et de reproduire ce qu’ils observent en tentant au maximum de « sauver les phénomènes » (Quéré, 2004). Au caractère abstrait du théoricisme ou encore de l’idéalisme, incapable de s’approcher des phénomènes dans leurs manifestations subtiles, par quelque médiation que ce soit, on oppose la manifestation désordonnée et foisonnante de l’existence concrète que permettrait de saisir le reportage ethnographique. Cette approche est une réaction légitime contre l’intellectualisme et l’idéalisme abstrait. Son principal écueil est de s’égarer dans la multiplicité des expériences éclatées, contradictoires et singulières. Certes, la critique ne peut se fonder qu’à partir d’observations concrètes. Mais le geste critique ne se limite pas à un enregistrement empirique du réel. Toute l’opération réside dans l’élaboration d’une synthèse à même de donner une image de la négativité dans ses manifestations les plus fréquentes. Si cela n’est pas le cas, le risque est de tomber dans une sociologie de l’individu réduite au psychologisme où la souffrance et les malheurs ne seraient vécus que comme des expériences existentielles ou psychologiques ce qui rend difficile le principe de « solidariser les déchus du monde » (Revault d’Allonnes, 2008). Or, la critique se rapporte avant tout au politique. Bien sûr, comme le rappelle E. Renault (2009), il n’y a pas lieu d’opposer l’aspect politique et l’aspect existentialiste, mais plutôt de les lier. L’expérience de la négativité que restituent les enquêtés peut, dans certains cas, déboucher sur le refus des situations vécues et non sur une rumination de l’ordre des choses. La négativité sous-jacente à l’énonciation de la souffrance s’exprime alors en termes sociologique et politique et non plus seulement en termes existentialiste ou psychologique (Fossier et Manicki, 2007 ; Renault, 2009). Selon ce point de vue, la posture critique se construit par le bas, c’est-à-dire en partant de l’empirie. Elle ne débouche pas nécessairement sur une synthèse totale, mais porte au jour la profondeur des écarts entre les théorisations scientifiques et les théorisations ordinaires. La tâche du chercheur est de donner aux problématiques singulières, psychologiques, émotionnelles, et existentielles une figuration théorique et politique. La critique sociale est alors située à la hauteur des expériences ordinaires et quotidiennes tant du point de vue langagier que du point de vue des expériences sociales négatives soumises à la théorisation (Foessel, 2008). La finalité est ainsi de contribuer à former les contours d’une communauté d’intérêts entre les subalternes en pointant leur commune expérience de l’injustice et en recomposant les fragments disjoints de la réalité en un ordonnancement qui accuse et dénonce l’ordre social (Boltanski, 1995, Revault d’Allonnes, 2008). Selon cette perspective, il nous faut bien admettre que l’approche pragmatique peut concourir à un enrichissement de la théorie sociale en donnant toute la place aux paroles des gens touchés et en essayant de reconstruire un sens objectif de ces modalités d’expression de la souffrance (Boltanski, 2007).

35La nouvelle sociologie critique a manifestement pris acte des apports des interactionnistes et des ethnométhodologues, au sens où il s’agit de se pencher plus en avant sur la parole des individus et sur leurs actions en tant qu’elles témoignent des multiples libertés partielles et provisoires que ces derniers se donnent par rapport aux cadres. En effet, dans les institutions les plus totalitaires qui puissent exister, on voit bien que les individus se ménagent des espaces pour infléchir le cours des choses et pour exercer leur autonomie (Enriquez, 2006 ; Goffman, 1968).

Le chercheur est-il un « porte-parole », un « passeur de parole », un « traducteur » ou encore un « révélateur » ?

36Au final, en suivant Ogien (2011), on pourrait dire que deux postures épistémologiques s’affrontent. Pour la sociologie critique classique, l’analyse porte d’abord sur les déterminants sociaux, économiques et politiques, c’est-à-dire sur les causes structurelles des situations qui échappent aux consciences individuelles. Cela nécessite d’opérer une « rupture épistémologique » avec le sens commun pour « dévoiler » ce qui configure les expériences que les individus se font du monde. On s’appuiera alors volontiers sur les catégories classiques de la critique comme celles d’idéologie, d’aliénation ou encore de la réification, laissant de côté les idées que les personnes touchées peuvent se faire des problèmes qu’elles affrontent. Pour la nouvelle sociologie critique, au contraire, il s’agit de considérer que l’opération critique ne peut se passer des individus concernés. Elle prend acte que les individus savent ce qu’ils font si bien que le chercheur a essentiellement un travail de recomposition et de traduction à opérer pour donner à ces multiples contestations ordinaires une forme « entendable » et acceptable dans les espaces académiques et politiques. Cela explique en grande partie la méfiance des tenants de ce courant à l’égard des concepts classiques issus des théories critiques comme ceux « d’idéologie », « d’aliénation » ou de « réification » (Voirol, 2008).

37Ces différents courants et débats trouvent de multiples résonnances dans le champ d’études des communications et des organisations (en particulier en sciences de l’information et de la communication et en sciences de la gestion). Premièrement, les chercheurs ne peuvent penser la critique sans dialoguer avec les différents courants évoqués. Deuxièmement, nombre de questions restent irrésolues. Les chercheurs en communication des organisations ont probablement quelque chose à dire sur la généralisation de discours managériaux producteurs de déni ou sur les dispositifs organisationnels et managériaux qui empêchent les individus de percevoir leur propre situation comme une forme d’injustice sociale. Bref, autant de problèmes communicationnels et organisationnels qui empêchent les individus de représenter leurs intérêts et de s’engager dans une lutte politique consciente.

38Le clivage de posture entre la sociologie critique et la nouvelle sociologie critique peut encore résider dans les travaux scientifiques. Au fond, que le chercheur se positionne comme un porte-parole qui cherche à convaincre les subalternes de percevoir leur situation comme une question d’injustice sociale ou qu’il se considère comme un professionnel à même de déceler ce qui est caché et ce qui écrase les individus dans une posture de dévoilement, l’enjeu reste d’offrir des ressources intellectuelles à la contestation sociale. Pour cela, il faut continuer à mettre au jour l’étendue des potentialités étouffées par les institutions et ou les structures de pouvoir. C’est peut-être ainsi que l’utilité sociale de ce champ d’études pourrait être posée : non pour répondre à des demandes sociales provenant d’organisations déjà puissantes et oppressives, mais plutôt pour définir les situations problématiques en termes d’intercommunication sociale lorsqu’elle est enrayée ou bloquée. La critique en communication des organisations peut passer certes par la mise au jour des dispositifs aliénants, déréalisants ou mortifères. Plus positivement, elle peut aussi s’acquitter de la tâche de mettre en lumière les règles qui limitent l’acceptabilité des revendications et de leur expression. C’est aussi et peut-être surtout travailler avec les acteurs des « marges » (Ladmiral, 1995 ; Selek, 2010).

La présentation des textes

39En regard de ce cadrage très général sur le sens de la critique, la logique voudrait que nous proposions des textes qui s’ancrent dans l’une ou l’autre des perspectives énoncées.

40Notre démarche a été différente.

41Dans le premier article, Olivier Voirol revient sur l’idée répandue qu’il y aurait, à l’heure actuelle, un épuisement de la critique. Cet épuisement est principalement envisagé dans le domaine pratique, c’est-à-dire que les expériences sociales négatives sont vécues et ressenties par les sujets sociaux, mais leur conceptualisation dans une perspective de transformation sociale fait souvent défaut. La difficulté à nommer, à décrire ou à rendre intelligibles les mécanismes ou les causes de ces expériences négatives en vue de leur dépassement affaiblit radicalement la possibilité même de la contestation. Voirol se propose donc d’étayer ce qui pousse à affirmer l’existence d’une crise de la critique pratique. Plus encore, il tente d’articuler cette crise de la critique pratique avec l’épuisement concomitant de la critique théorique. Celle-ci connaît elle aussi un net fléchissement dans la mesure où elle peine à commander de nouvelles orientations pratiques à même de constituer un point d’appui pour que les sujets sociaux se déprennent des différentes formes sociales à l’origine de leurs souffrances. Pour Voirol, s’il existe une crise de la critique, c’est l’articulation entre la praxis et la théorie qui demande à être revisitée. C’est la raison pour laquelle l’auteur revient sur les rapports historiques qu’ont entretenus la critique théorique et la critique pratique tant chez Marx que chez les théoriciens de l’école de Francfort. Pour Voirol, le renouvellement de la critique est précisément en train de s’opérer, mais pour ce faire, il convient avant tout de prendre la mesure de l’effondrement du paradigme de la praxis. Il termine son article autour d’une reformulation du paradigme de la « praxis » d’un point de vue communicationnel.

42Jean-François Chanlat, quant à lui, revient sur les champs critiques dans le domaine de la gestion : les critical management studies, d’une part, et le champ francophone des études critiques en management, d’autre part. Plutôt que de présenter les forces de ces champs théoriques, il tente d’éclairer ce qui les a précédés. Au final, il s’agit de revenir sur les origines de la pensée critique dans le domaine de la gestion. Cet important travail de genèse théorique ouvre de nombreuses voies tant pour resituer la contribution des sciences de la gestion à une pensée critique sur les organisations, que pour penser l’articulation avec les chercheurs en communication qui ont d’importants points de contact avec ces études. Cette genèse des études critiques dans le domaine du management constitue peut-être le point de départ d’une réflexion sur les intérêts sociaux et pratiques qui déterminent ces diverses orientations de recherche à un moment historique donné.

43Le troisième article, rédigé par Olivier Sarrouy, s’attaque au vaste champ de recherche de l’intégration des technologies numériques d’information et de communication au sein des organisations productives. Il vient interroger les nouvelles formes de médiations symboliques et organisationnelles qui tendent à structurer les rapports sociaux au sein des organisations productives, voire encore qui tendent à créer des formes organisationnelles singulières. L’article est innovant pour au moins deux raisons. La première est qu’il s’attache à éclairer les conséquences pratiques des recompositions organisationnelles des organisations productives. La seconde est qu’il opère une confrontation féconde des travaux de Marx et des théoriciens du capitalisme cognitif qui proposent des interprétations sensiblement différentes de celles du premier. Sarrouy introduit ainsi bon nombre d’auteurs trop méconnus dans le champ d’études des communications organisationnelles en dépit des ressources théoriques et critiques qu’ouvrent leurs travaux (Marx, Postone, Lazzarato, Moulier, Negri, pour ne citer qu’eux). Dans le but d’ouvrir une approche communicationnelle critique, l’auteur articule cette confrontation théorique avec les acquis des travaux sociologiques récents qui se situent dans le sillage de B. Latour. Ce travail constitue sans doute un point de départ pour une approche communicationnelle critique des formes sociales capitalistes, ce qui est fondamental devant la massification des technologies numériques d’information et de communication au sein des organisations.

44Le texte de Julien Tassel se propose d’aborder le lien entre le mouvement de désinstitutionnalisation et le sentiment d’accélération sociale que certains travailleurs pourraient ressentir dans leurs activités de travail. À partir de l’exemple du Groupe Caisse d’Épargne, il tente de montrer les contradictions qu’engendre ce double mouvement chez les travailleurs. Tassel se donne également pour tâche d’expliquer comment les organisations, en particulier la Caisse d’Épargne, édifient par le discours des cadres interprétatifs à même d’aider les salariés à accepter les changements sociaux et d’apaiser les contradictions que ceux-ci font naître. Tassel se lance dans une étude microsociale qui invite à une prise de distance envers les récits identitaires d’entreprises en particulier en pointant leur structure, leur grammaire, leur système pour ainsi dire, mais aussi en décelant leur fragilité au sens où ces récits identitaires demeurent des fantasmes généraux et généreux de l’entreprise qui ne sont pas pour autant sans conséquences pratiques. Il s’agit ici d’une activité critique classique qui vise à démystifier l’ordre organisationnel et ses discours. Son travail d’articulation entre la dimension institutionnelle et la façon dont les salariés vivent dans leur quotidien de travail les tensions liées au sentiment d’une accélération radicale du temps et des actions au sein de l’entreprise ouvre une nouvelle fois de nombreux ponts entre les chercheurs en information et communication et les chercheurs en gestion.

45Enfin, Isabelle Ruelland propose de présenter et de discuter les effets des pratiques de gestion commandées par des approches critiques dans le domaine socioéducatif au Brésil. Ce focus sur les pratiques organisationnelles alternatives vise à montrer à la fois les principes qui les structurent et les formes concrètes qu’elles prennent. La critique est ici envisagée comme une activité intellectuelle qui génère des forces pour transformer le monde. Tout l’intérêt de cet article est de pointer la visée transformatrice de la critique en rendant visibles les initiatives alternatives pratiques portées par les acteurs sociaux. Le projet est donc de faire connaître leur façon d’envisager l’organisation, mais aussi leur manière d’y intervenir en mettant en œuvre des dispositifs organisationnels inspirés par les théories critiques. C’est donc une autre facette de la critique qui est proposée dans cet article : une critique qui se légitime par le mode de vie alternatif et contestataire qu’elle ouvre. L’étude de formes gestionnaires alternatives a l’avantage majeur d’organiser une rencontre entre la critique et le politique. C’est en quelque sorte la pratique du monde idéalisé en acte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Heller, Romain Huët et Bénédicte Vidaillet, « Introduction », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3794 ; DOI : 10.4000/communication.3794

Haut de page

Auteurs

Thomas Heller

Thomas Heller est professeur à l’Université Lille 3. Courriel : thomas.heller@univ-lille3.fr

Romain Huët

Romain Huët est professeur à l’Université Rennes II. Courriel : romain_huet@yahoo.fr

Articles du même auteur

Bénédicte Vidaillet

Bénédicte Vidaillet est professeure à l’Université Lille 1. Courriel : benedicte.vidaillet@univ-lille3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org