Navigation – Plan du site
Recherches

Stations de radio confessionnelles

Leur champ de présence sonore
Gérard Chandès

Résumés

L’auteur cherche à définir les propriétés sonores propres aux radios chrétiennes, principalement catholiques. La première partie de l’article se fonde sur l’étude historique des encycliques et des lettres pastorales du Vatican depuis l’inauguration de Radio Vatican et la seconde partie relève de la sémiologie du son. L’auteur cible les deux caractéristiques principales qui rendent compte de la relation à la transcendance divine : la prédilection pour les longues durées et des effets sonores tels que la réverbération.

Haut de page

Texte intégral

1La sonorité propre à une station radiophonique contribue à son attrait. Elle exprime des stratégies de relation au public et des valeurs. L’identification d’une station radio par sa seule « couleur » acoustique est une expérience quotidienne et banale. La « couleur », ou habillage, ou encore « radiotopie » (Guiganti), résulte d’un ensemble d’interactions entre les éléments sonores propres au studio et à la station : performance du matériel électroacoustique, degré de matité ou de résonance des parois, traitement plus ou moins radiogénique des enveloppes sonores (attaque, maintien, chute) successives qui composent une émission ou un programme, ponctuations, signatures sonores, format des émissions, style énonciatif, prosodie et registre vocal des personnes, cela pour s’en tenir au seul plan de l’expression... L’écoute de la « sonnance » d’une même information à différentes stations, RMC ou France Info par exemple, permet de mesurer les écarts.

2Les observations présentées ici portent sur l’éventuelle existence d’un « son » générique propre à la classe des radios confessionnelles, modalité témoin de ce que les religions — principalement ici la chrétienne — font aux médias. Elles s’appuient sur l’écoute individuelle, à raison de deux journées minimum par station. Ce dispositif de collecte des données peut évidemment comporter des lacunes, mais de nouvelles périodes aléatoires d’écoute n’ont pas apporté d’information contraire. Les limites de l’exercice tiennent au caractère éminemment subjectif de la réception acousmatique. Il en a été tenu compte afin de ne présenter ici que des faits vérifiables par les lecteurs.

3Par radios « confessionnelles » ou « religieuses » nous entendons les radios dont la mission est la diffusion de contenus religieux stricto sensu (messes, sermons, louanges, prières, chants, lecture des Livres) et d’informations séculières interprétées selon une perspective religieuse (actualité politique, économique, sociale, culturelle), sur la totalité du programme : émissions françaises de Radio Vatican, Radios chrétiennes francophones (RCF – réseau national et international de radios locales), Radio Espérance, Radio Notre Dame, Radio Maria, Fréquence protestante, Radio France Évangile. Nous ne prenons pas en compte ici les innombrables stations évangélistes américaines, dont les contenus parlés et musicaux sont le plus souvent commutables. On qualifiera de « profanes » les stations areligieuses, quand bien même elles comporteraient ponctuellement des émissions à contenu religieux : stations laïques avec France Culture et la messe dominicale, le culte de l’Église réformée, stations communautaires telles que Radio Orient et les lectures du Coran le vendredi ou Radio Judaica à Lyon avec le cours sur la Torahet le « silence radio » le jour du shabbat de minuit à 17 h 15.

  • 1 L’audience moyenne est « le pourcentage d’individus regardant une émission à chaque instant, en moy (...)
  • 2 Conseil Pontifical pour les Communications Sociales, 1971, § 126-134. Les encycliques et pastorales (...)

4L’audience de ces stations est restreinte. Aucune ne figure nommément dans le classement d’audience Médiamétrie en libre accès au grand public (novembre 2010). Elles se fondent dans le groupe des 561 radios privées associatives qui se partagent du lundi au vendredi 2,2/82,1 pts d’audience moyenne1 et 1,6/100 de part d’audience (samedi et dimanche 2,3/67,4 AC et 2,2/100 PDA). RCF à Bourges, par exemple, constate 0,5 point d’audience. Radio Notre Dame annonce (site Internet) 1 point d’audience en Île-de-France. Cependant, le critère quantitatif ne saurait exclure de l’analyse le territoire sonore que composent les radios religieuses. La création des stations catholiques, majoritaires en France, répond à une demande réitérée du Vatican depuis 1957 avec une obligation morale de résultats clairement formulée dans l’instruction pastorale Communio et progressio2. Or, les propriétés acoustiques ont une incidence sur l’audience parce qu’elles influencent la construction des représentations mentales. Une composante de l’attitude des auditeurs, en particulier de ceux qui, « séparés de l’Église, recherchent inconsciemment un aliment spirituel » (Communio et progressio, § 150), dépend de la réaction, favorable ou défavorable, aux effets sonores engendrés par la perception des signaux acoustiques surtout lors d’une première écoute, au moment où il sera décidé de persévérer ou de passer à autre chose.

5Dans l’univers médiatique sécularisé et profane, la relation d’intersubjectivité se déploie horizontalement entre les deux pôles d’une dyade : l’énonciateur et l’auditeur. Mais lorsque le médium prend en charge le message religieux, le lien s’établit entre trois instances : Dieu, l’énonciateur et l’auditeur. Cette triade comporte une dimension verticale, celle de la relation entre le divin et l’humain. Il y a des exceptions où seule la relation verticale s’exprime : ce sont les stations dont l’unique propos et l’unique programme sont la lectio divina. Ainsi Radio ZamZam, exclusivement consacrée à la récitation des versets du Coran, dont les effets de vagues vocales contribuent à la puissance hypnotique. Mais généralement, le discours devra satisfaire deux objectifs. D’une part, dire l’omnipotence et l’ubiquité de Dieu, exprimer la transcendance qui suppose une asymétrie radicale de la relation entre le créateur et sa créature. D’autre part, prendre en charge les faits, les événements, l’actualité de l’immanence terrestre, et les interpréter.

6L’appel à la création de stations pour favoriser la prédication et la diffusion de la culture chrétienne, répété dans les encycliques et lettres pastorales, conjugué en France à la perte du monopole d’État en 1981 et plus tard aux possibilités ouvertes par Internet, ont permis l’émergence d’initiatives venant soit d’évêques, soit de groupes de laïcs. L’ouverture favorisant la diversité, le paysage des radios confessionnelles apparaît nuancé selon que les fondateurs ont opté pour l’un ou l’autre des objectifs précités : soit le primat « théophonique » de la transcendance, soit celui des problèmes sociétaux et de la présence chrétienne dans les sociétés actuelles.

7Radio Espérance veut satisfaire le premier objectif. Elle organise la journée autour des trois pôles que sont le rosaire, la messe et la prière en direct. Radio Oméga, ainsi que Radio Maria France, station italienne audible sur le Web, se font une conception plus strictement liturgique et sermonnaire d’une radio chrétienne que Fréquence protestante, RCF et les stations autonomes de son réseau (Accord, Email) ou Radio Notre Dame, plus ouvertes aux actuelles questions de société et d’éthique traitées par le dialogue, la table ronde, l’interview et l’entretien. La ligne éditoriale des stations catholiques appartenant à ce groupe respecte à la lettre l’instruction pastorale d’« inviter au dialogue », assortie d’une précaution : éviter « un style de communication susceptible de suggérer la domination, la manipulation » (Aetatis Novæ, 1992, § 18).

8Cependant, que les stations aient opté pour un contenu surtout ecclésiastique, liturgique, exégétique servi par une énonciation plutôt monologale, ou pour un contenu surtout sociétal, « socio-pastoral » d’énonciation plutôt dialogale, le discours d’ensemble est toujours par définition polarisé par la référence absolue, Dieu. Cette unité confessionnelle semble avoir une incidence majeure sur les propriétés de l’énonciation sonore : il leur faut rendre manifeste l’ubiquité divine. Si la communication sociale et ecclésiale est investie d’une dimension sacrée pour son rôle souhaité « dans la plénitude cachée du Christ glorifié » (Aetatis Novæ, § 6), on comprend que les recommandations pontificales et apostoliques sur le nécessaire professionnalisme technique des radios chrétiennes — mais cela vaut pour toutes les émissions religieuses, quelle que soit la religion — se soient succédé depuis l’encyclique Miranda Prorsus sur le cinéma, la radio et la télévision (1957). Non seulement la mise en ondes doit éviter des comparaisons défavorables avec les radios profanes à forte audience, mais encore elle doit contribuer à la production « des programmes de radio [...] de qualité excellente, de manière à rendre visibles le message de l’Évangile et la mission de l’Église » (Aetatis Novæ, § 31b).

9La « couleur », donnée sensible mais invisible, participe au « mystère de la séduction » radiophonique (Charaudeau, 1997). Elle sollicite et active l’intelligence émotionnelle. Elle doit donc participer à l’expression du mystère de la foi. Dans Miranda Prorsus, Pie XII exprimait son admiration pour la radio parce qu’elle permet « d’ouvrir une mystérieuse fenêtre sur le vaste monde » pour peu qu’elle emploie un « art véritable », synthèse de maîtrise technique et de talent artistique. En cela, il explicitait le sentiment de son prédécesseur, Pie XI, qui célébrait la mirabile invenzione marconiana en introduction à son allocution radiophonique prononcée lors de l’inauguration de Radio Vatican (février 1931).

  • 3 Summa Theologica, I, question 67.
  • 4 Sermon XXVIII sur le Cantique des cantiques : De la noirceur et de la beauté de l’Époux. Prérogativ (...)

10L’attention portée par l’Église à la dimension sonore de l’expression religieuse, comme expression du sacré, relève d’une tradition plus que séculaire. Dans Miranda Prorsus, Pie XII cite saint Augustin pour qui la vision subsume l’ensemble des organes sensitifs3 alors que saint Bernard de Clairvaux accorde à l’ouïe la primauté4, car c’est par elle que le Verbe pénètre le cœur : fides ex auditu. La formule pourrait être la devise de toutes les radios religieuses, qu’elles soient chrétiennes, musulmanes ou juives. De cette position découle la préconisation d’ascèse radicale appliquée à l’architecture cistercienne, afin que nul ornement décoratif, sculpture ou mobilier, ne détourne l’attention vers l’œil et ne vienne altérer l’effet de réverbération propre à sublimer la parole et le chant divins (Larcher, 2003).

11En imposant la nécessité d’une signature sonore propre à ce qui constituait alors, par la prière et la prédication, le lieu de médiation où s’exprimait la vision chrétienne du monde, Bernard de Clairvaux reformule une condition sémiotique connue depuis la haute Antiquité : le choix d’effets acoustiques (plan de l’expression) exprime des valeurs (plan du contenu). Réciproquement, l’expression de valeurs implique des décisions acoustiques. Pour tout artefact de médiation par le son, acoustique et axiologie sont les deux visages d’un même Janus communicationnel. Ce qu’ignorent, la plupart du temps, les architectes et commanditaires des bâtiments scolaires et universitaires...

12Les radios confessionnelles possèdent, par nature, un avantage sur leurs consœurs profanes. La situation acousmatique en général est détentrice de force émotionnelle cependant que la répétition des programmes ritualise la journée, la semaine, organise le monde et rassure l’auditeur. Cela vaut pour toute radio. Mais la thématique religieuse vient redoubler pour le croyant, voire, on peut le supposer, pour l’agnostique la sollicitation de l’imaginaire puisque la transcendance est invisible et que son expression est symbolique. En même temps, le rituel liturgique véhicule, jour après jour, cette axiologie très particulière. La conjonction de ce médium, la radio, et de ce contenu, la religion et la spiritualité, permet donc d’économiser les efforts de rhétorique sonore à des fins de représentation et de symbolisation.

13La conséquence est que la signalétique des radios religieuses peut rester, par rapport aux radios généralistes ou thématiques musicales, peu chargée. On constate l’absence totale de ritournelles publicitaires (jingles), la rareté des gimmicks (séquences sonores récurrentes), la présence restreinte de virgules (enveloppes musicales courtes) et la modestie des indicatifs. Les séquences longues telles que les monologues ou les interviews approfondies ne sont pratiquement jamais segmentées, pas plus que les informations d’actualité ne sont séparées les unes des autres par des coupures publicitaires et leurs jingles. Pour l’oreille habituée aux radios commerciales qui clignotent sans interruption, l’absence est saillante.

14La surcharge signalétique s’impose dans les stations qui valorisent la rapidité du tempo, la brièveté et le grand nombre des séquences successives. Engendrant un effet de synecdoque, celles-ci favorisent l’organisation perceptive : l’identification, donc la sélection, donc le tri informationnel. En effet, elles évitent en principe, mais tout en y contribuant parfois, les effets de rémanence liés au pilonnage publicitaire. La rémanence peut en effet s’avérer contre-productive : si le son disparu reste en mémoire, il masquera l’attaque de l’enveloppe sonore suivante. Dans l’ensemble, « la médiatisation sonore est devenue tellement présente partout et en tout moment qu’elle produit un véritable masque sonore cérébral qui rend toute relative la captation des émissions particulières » (Augoyard et Torgue, 1995 : 85) et rend nécessaire la présence de la signalétique. Le tempo des stations confessionnelles étudiées ici relevant d’une tout autre stratégie, qui est celle de la lenteur, il n’impose qu’un usage modéré d’emblèmes sonores. On notera celui de Radio Vatican, suite de timbres carillonnant en premier plan sur fond orchestral, qui rappelle soit les cloches, soit la clochette de l’officiant pendant la messe : emblème universel, compréhensible quel que soit le pays de diffusion et la langue de ce pays.

15Peu d’emblèmes, mais paradoxalement une forte empreinte sonore. « L’empreinte sonore caractérise une communauté, son unique ou qui possède des qualités qui le font tout particulièrement remarquer ou prendre en considération par les membres de cette communauté » (Schafer, 2010 : 32). Celle-ci tient à des écarts avec les stations commerciales perceptibles aussi bien à l’écoute régulière (longue durée) qu’en primo-audition, et qui laissent moins un sentiment d’absence que l’impression « en creux » d’une non-présence positive. La série des « moins » par rapport à une identité référentielle peut engendrer le « plus » d’une autre identité.

16À l’absence relative de signalétique, il faut ajouter trois « créneaux ». D’abord, la très faible fréquence de variétés françaises et anglo-saxonnes, avec pour corollaire l’absence de la novlangue en usage dans les stations thématiques musicales (Skyrock, Fun Radio, RTL2, etc.). Le créneau est rempli par la musique sacrée, la musique classique, les chants de louange en français et du gospel (notamment Radio France Évangile). Ensuite, la rareté des plateaux à plusieurs participants dont les prises de parole se recouvrent et altèrent la qualité du rapport signal/bruit. Sont privilégiés les monologues et les dialogues sur le modèle question-réponse. Enfin, l’absence de retransmissions sportives, de leur couleur sonore ainsi que des effets induits de dramatisation : tempo très vif et exclamatif du commentaire, modulations de l’amplitude par crescendo suivi de decrescendo (effets de vague) émises à la fois par la rumeur de la foule et la voix du journaliste selon l’évolution du jeu. Ajoutons le fréquent « effet téléphone » par filtrage des graves. Si effets de vague ou « rythmes extra-musicaux » (Chion, 2010) il y a, ils apparaissent pendant la transmission des cérémonies religieuses au moment du sermon, des prières et des chants, ou encore pendant la prédication publique à l’occasion de rassemblements de fidèles.

17Le déficit d’exclamations, de polyphonie, de variations d’amplitude autres que celles inhérentes à la musique sacrée et à la louange est remarqué par l’auditeur habitué à circuler sur la bande FM. Il contribue, en première instance, à la configuration de cette empreinte. Il a pour effet mnémo-perceptif de minimiser l’effort de sélection des unités et ensembles sonores jugés porteurs de sens, il dispense l’auditeur de l’« effet cocktail » qui consiste à focaliser l’attention sur l’une ou l’autre des unités sonores dans un environnement à plusieurs sources d’intensité égale. Cependant, il n’est pas besoin d’enquête qualitative pour admettre que cette modération dans le recours aux figures sonores sera reçue ou bien comme un dépouillement propice à la réflexion morale autant qu’à l’envol spirituel, ou bien comme une austère grisaille peu attractive à la comparer avec les « pages en couleur » des stations commerciales.

18Autre facteur d’identité, la gestion du fond, dont la grandeur pertinente est celle de la durée. Observons d’abord que la tendance est marquée à ralentir le débit vocal, à l’exception peut-être de la prédication évangéliste, d’autant que la parole lue, qui stylise l’émotion, concurrence la parole spontanée. Constatons ensuite que la longueur de la majorité des émissions et des prises de parole individuelles contraste avec le système de séquences brèves, de coupures, voire de chevauchements de plans sonores propres aux stations commerciales. Si les émissions consacrées à la vie chrétienne dans la cité ou à l’exégèse dépassent rarement 5 minutes sur Radio Oméga, elles peuvent atteindre 15 minutes (monologues) sur Radio Espérance, avec une moyenne de 8 à 10 minutes sur Radio Notre Dame. Les célébrations liturgiques, dont le chapelet, atteignent, voire dépassent les 60 minutes. L’ensemble des interventions parlées se caractérise par le déploiement discursif sans interruption. Le tempo à « basse fréquence » du discours laisse place à la respiration, aux silences, ce en quoi il se différencie des compressions discursives habituelles sur les grandes radios commerciales.

19La logique de déploiement s’exprime également par les représentations spatiales inhérentes à la perception de deux effets acoustiques : celui de la compression et celui de la réverbération. Contrairement aux pratiques majoritaires des dix premières stations classées par Médiamétrie, la tendance générale de la mise en ondes n’a pas systématiquement recours à la compression, c’est-à-dire à la recherche d’une égale intensité entre les sources proches et lointaines. Lorsqu’elle est utilisée, elle reste modérée. Par conséquent, les stations observées ici conservent les différents plans propres au message source. Il est vrai que le procédé d’écriture dominant est, comme signalé supra, celui du monologue et du dialogue en studio, sources ponctuelles sur fond neutralisé. La profondeur du champ sonore s’exprime lors des retransmissions de prédication publique en extérieur ainsi qu’au moment des célébrations dans l’église, plus rarement le temple. Les pleurs ou les cris des enfants pendant la messe, qui surgissent des profondeurs lointaines de la nef, en sont une bonne illustration.

20L’élément central du discours ecclésiastique était et reste la messe, puisque celle-ci remémore et réalise le mystère central du christianisme, la présence réelle du Christ par l’Eucharistie. La création de Radio Vatican avait pour objectif de permettre la diffusion au plus loin de la parole de l’Église et la participation des éloignés et des malades à la liturgie dominicale. La retransmission de la messe est donc, la séquence dominicale de France Culture mise à part, un contenu à fort marquage identitaire. La profondeur du champ sonore est l’une de ses caractéristiques. Une autre est la réverbération, effet majeur également désigné comme « effet cathédrale ». Préconisé par saint Bernard (voir supra), il a traversé les siècles et constitue l’effet sonore de référence.

21La réverbération « est liée aux grands rassemblements rituels et solennels dans les cathédrales et les grottes sacrées ». Elle crée une enveloppe qui active « le sentiment du collectif et l’échange de la communication sociale » ainsi que « la perception de la présence de quelque chose ou de quelqu’un à côté de soi » (Augoyard et Torgue, 1995 : 124). Elle sollicite donc la conscience d’une communion aussi bien entre les participants qu’entre le fidèle et l’objet de son culte, fidèle présent dans l’église, mais également auditeur à distance. Même si la réverbération peut affecter l’intelligibilité du vocal et du tonal, la situation acousmatique exerce pleinement sa fonction : rendre sensibles le lointain – la communauté des participants pour l’axe horizontal de la mise en relation – et l’invisible – la Trinité et sa puissance transcendante pour l’axe vertical. En somme, la réverbération renforce une caractéristique essentielle de la réalité sonore : l’ubiquité. Elle s’avère donc particulièrement efficiente à rendre sensible, pour les croyants, l’ubiquité de la présence divine.

22Ces quelques observations tendent à confirmer méthodiquement l’impression spontanée : il existe effectivement un champ de présence propre aux stations confessionnelles, défini par des contenus, qu’il n’y avait pas lieu de détailler ici, et par un système expressif singulier. Celui-ci se construit en infraction aux règles d’énonciation radiophonique les plus courantes, soit par manque de professionnalisme, soit par choix délibéré. La caractéristique majeure du champ de présence radiophonique et religieux est la prédilection pour l’extensité : temporelle avec des durées très longues en regard des normes de l’univers radio, spatiale avec les effets de profondeur de champ et de réverbération jugés majoritairement malvenus dans cet univers.

23La religiosité radiophonique repose sur la cohésion des valeurs et de l’expression sonore qui doit réaliser leur mode de présence. Deux instances sémiotiques doivent être exprimées : la visée d’un perfectionnement sur terre, individuel et collectif, et la saisie par les fidèles de la présence transcendante (Fontanille, 1999). L’instance de la visée correspond à une obligation : parvenir, pas après pas, dans les difficultés et les pièges, à un accomplissement moral et spirituel conforme aux valeurs chrétiennes. Le rythme à basse fréquence, majoritaire dans les programmes étudiés ici, affirme la progressivité de chaque parcours individuel et du parcours de l’humanité. Il faut arriver àl’amélioration, de même que l’auditeur est invité à persévérer dans son attention jusqu’à la fin du discours, alors que celui-ci se déploie lui-même progressivement, en autant d’étapes qu’il paraît nécessaire à son énonciateur. La valeur de lenteur associée au découpage en unités formatées par la longue durée est inhérente à la visée d’un avènement.

24Le mode d’efficience « parvenir » est donc celui qui prime, par opposition à celui qui focalise le projet central du système médiatique : le mode « survenir » (Zilberberg, 2011). Le « survenir » se caractérise par la célérité de l’événement, de l’inattendu qui surgit, de sa transmission aux médias, de la parole médiatique elle-même avec pour manifestation l’accélération du tempo et les nombreuses démarcations puisqu’il faut rendre compte de tout en même temps. Dans l’événement qui survient réside la valeur première des radios généralistes et des thématiques d’information parce qu’il permet le scoop et répond à l’une des attentes de ce sujet indéfini mais réel qu’est le « grand public » : le charme de la surprise.

25Les radios confessionnelles exercent un charme d’un autre ordre, à quoi tient de manière décisive leur radiogénie. Ce charme agit par la couleur sonore des célébrations. Les manifestations sonores produites dans ces circonstances — vagues vocales et tonales, profondeur de champ, résonances et tout particulièrement réverbération — deviennent les garants de la présence invisible. Elles affirment et confirment pour les fidèles l’éclat du sacré, tout en favorisant le sentiment d’appartenance à la communauté par la communion.

  • 5 Association catholique mondiale pour la communication (www.signis.net).

26Reste à découvrir comment évolueront les radios chrétiennes, en particulier celles du réseau SIGNIS5. La radiogénie analysée ici semble convenir à des auditeurs dont la pyramide des âges est vraisemblablement à l’image de celle de la presse religieuse en France : inversée. La question se pose de savoir si les structurations sonores actuelles résisteront à d’éventuelles stratégies de développement vers de nouveaux publics, si le fondement dogmatique possède une plasticité suffisante pour soutenir des habillages sonores d’aspect plus séculier, pour renouveler la « communauté acoustique » (Schafer, 2010) sans perte de l’identité originaire.

Haut de page

Bibliographie

AUGOYARD, Jean-François et Henry TORGUE (1995), À l’écoute de l’environnement. Répertoire des effets sonores, Marseille, Parenthèses.

CHARAUDEAU, Patrick (1997), Le discours d’information médiatique, Paris, Nathan.

CHION, Michel (2010), Le son. Traité d’acoulogie, Paris, Armand Colin.

FONTANILLE, Jacques (1999), Sémiotique du discours, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

GUIGANTI, Bruno, Radiotopie et habillage sonore, [En ligne]. http://joy.nujus.net. Page consultée le 19 octobre 2012.

LARCHER, Hubert (2003), L’acoustique cistercienne et l’unité sonore, Méolans-Revel, Désiris.

SCHAFER, Raymond Murray (2010), Le paysage sonore, traduit de l’anglais par Sylvette Gleize, Marseille, Wildproject-Domaine sauvage.

ZILBERBERG, Claude (2011), Des formes de vie aux valeurs, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 L’audience moyenne est « le pourcentage d’individus regardant une émission à chaque instant, en moyenne, sur la durée d’émission » (source : www.mediametrie.fr). L’unité de calcul est le point, qui correspond à 1 % de la population de la zone de diffusion touchée.

2 Conseil Pontifical pour les Communications Sociales, 1971, § 126-134. Les encycliques et pastorales sont accessibles sur www.vatican.va.

3 Summa Theologica, I, question 67.

4 Sermon XXVIII sur le Cantique des cantiques : De la noirceur et de la beauté de l’Époux. Prérogatives de l’ouïe sur la vue en ce qui concerne la foi, in MIGNE, Patrologia Latina, t. 183, p. 924.

5 Association catholique mondiale pour la communication (www.signis.net).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Chandès, « Stations de radio confessionnelles », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/3826 ; DOI : 10.4000/communication.3826

Haut de page

Auteur

Gérard Chandès

Gérard Chandès est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Limoges. Cette étude s’inscrit dans un programme de recherche en sémiologie et sémiotique du son conduit en partenariat entre l’Université de Limoges (Centre de recherches sémiotiques) et la Fondation La Borie en Limousin, « lieu de création pour la musique et les arts du son » (www.fondationlaborie.com). Courriel : gerard.chandes@unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org