Navigation – Plan du site
Recherches

La photographie au service de l’Église

Images de la Grotte de Lourdes (1858-2010)
Sylvaine Guinle-Lorinet et Paul Bernadou

Résumés

Les photographies permettent de cerner les représentations que l’Église catholique forge du cœur du sanctuaire marial de Lourdes : la Grotte. À chaque période de l’histoire du sanctuaire correspond une image précise, créée par le magistère, véhiculée par la photographie, du lieu sauvage et matriciel originel au lieu actuel, sobre, en passant par un lieu sacralisé. Les auteurs avancent que si les images changent, c’est parce que l’Église cherche à adapter son discours au public.

Haut de page

Texte intégral

1L’Église-institution est au service de l’Évangile, qu’elle a la charge de transmettre le plus largement possible. À cette fin, elle sait adopter les médias contemporains pour mieux diffuser le message aux sociétés auxquelles elle le destine. Ainsi de la photographie, des origines de Lourdes à aujourd’hui, où pèlerins et touristes prennent des images grâce à leur appareil numérique ou à leur téléphone portable, où le service de communication des sanctuaires et les archives conservent des milliers de clichés.

  • 1  http://fr.lourdes.org/tv-lourdes/.
  • 2  Reportage FR3, 14 octobre 2010, mis en ligne sur le site des sanctuaires de Lourdes.
  • 3  Un million de téléspectateurs/soir pour la retransmission du chapelet. Reportage TF1, 2 janvier 20 (...)

2Aujourd’hui, Lourdes est passée à l’heure de la Toile. À tout moment, l’internaute peut se connecter sur le site des sanctuaires1 ; plusieurs webcams installées à des endroits divers lui permettent de s’engager dans un pèlerinage virtuel. Dès la page d’accueil, l’internaute reçoit en direct sur son écran l’image de la Grotte. Comme l’explique fort bien Matthias Terrier2, il peut s’imprégner du paysage sonore des lieux : cantiques, prières ou... silence. L’internaute devient « webpèlerin », simultanément dans son bureau ou son salon et à la Grotte. Le message de Lourdes reste le même, son effet est massif3 ; il s’inscrit toujours dans un paradoxe : le temps immédiat de la connexion et le temps long de la prière, le temps du quotidien et le temps du divin.

3En associant la démarche de l’historien à celle de l’anthropologue de la communication, nous proposons de décrypter la manière dont les autorités ecclésiastiques adaptent le message de Lourdes à des époques et des publics variés, en livrant des images différentes d’un lieu qui évolue sur plus d’un siècle et demi.

Quelques remarques préliminaires

  • 4  Lourdes compte alors 4 000 habitants.

4Sur le plan géographique, la ville de Lourdes, qui compte aujourd’hui environ 16 000 habitants, se situe dans le piémont pyrénéen français, au sud-ouest du département des Hautes-Pyrénées (voir annexe). Elle occupe une ancienne cuvette glaciaire creusée par le glacier dit du gave de Pau, puis par le gave lui-même. Le centre-ville, que les Lourdais appellent ville haute, est dominé par un château-fort médiéval perché sur un éperon calcaire. La ville basse est celle des sanctuaires de Notre-Dame de Lourdes, des hôtels et des boutiques de souvenirs. Les sanctuaires, qui couvrent aujourd’hui un domaine de plus de 50 hectares, se sont étendus à partir de la grotte de Massabielle, en bordure du gave de Pau, à l’ouest de la ville. C’est précisément là qu’en 1858 éclate l’affaire Lourdes : une jeune fille de ce bourg pyrénéen4, Bernadette Soubirous, déclare voir quelque chose à la grotte de Massabielle, un endroit isolé près du gave. Les curieux se pressent ; les autorités civiles s’émeuvent, du maire au ministre de l’Intérieur, du procureur au garde des Sceaux, jusqu’à l’empereur Napoléon III... En 1862, l’évêque du diocèse de Tarbes reconnaît la réalité des apparitions mariales. Lourdes semble confirmer aux yeux des fidèles la proclamation, en 1854, du dogme de l’Immaculée Conception (Bouflet et Boutry, 1997) ; il deviendra l’un des sanctuaires les plus importants du monde catholique.

  • 5  Les trois clichés sont anonymes et non datés. Les auteurs remercient M. Labourie de les avoir auto (...)

5La photographie se développe en même temps que Lourdes ; la carte postale prendra le relais pour porter dans le monde entier des images du sanctuaire marial. Parmi les centaines de photographies qui donnent à voir Lourdes, il est possible de dégager des thèmes privilégiés, dont le premier se réfère au cœur même du sanctuaire, la Grotte. À chaque grande période de son histoire correspond une image précise de la Grotte, créée ou récupérée par le magistère, véhiculée par la photographie. Trois seulement sont ici sélectionnées5, mais elles correspondent, avec de légères variantes, à des centaines de pièces. Ces trois clichés sont tirés de la collection de monsieur Jean Labourie, qui a rassemblé méthodiquement et depuis fort longtemps photographies et cartes postales sur Lourdes, la ville et les sanctuaires. De l’avis même des collectionneurs et des responsables de fonds d’archives, sa collection est l’une des plus remarquables et des mieux documentées ; elle l’amena à participer à la rédaction de nombreux articles sur Lourdes et le conduisit pendant une partie de sa vie professionnelle à exercer les fonctions d’archiviste de la ville.

  • 6  Nous remercions madame Pascale Leroy-Castillo, archiviste du diocèse de Tarbes et Lourdes et des s (...)

6Par ailleurs, trois grands types de collections existent sur place. D’abord, celles des premiers photographes et créateurs de photographies à Lourdes, notamment Viron et Lacaze, dont les descendants animent toujours des studios ; leurs fonds, cependant, n’ont pas toujours été conservés dans de bonnes conditions. Ensuite, les congrégations religieuses installées à Lourdes possèdent leurs collections, liées à leur vie propre. Enfin, et surtout, les sanctuaires Notre-Dame de Lourdes ont aujourd’hui un service de communication qui produit photographies et vidéos ; le service des archives quant à lui conserve un grand nombre de supports photographiques, des origines à nos jours (plaques de verre, plaques stéréoscopiques, tirages noir et blanc, tirages couleur, négatifs, diapositives, films fixes, photographies numériques)6.

La grotte avant la Grotte

Un lieu sauvage

7La photographie livre, au premier plan, l’image d’une eau en mouvement, rivière assez large dont on distingue mal les berges. Il s’agit du gave de Pau, affluent de l’Adour, qui arrose Lourdes. Au second plan se détache une colline rocheuse, couverte d’arbres, d’arbustes et de broussailles, percée en son flanc d’une ouverture en partie masquée par la végétation. Cette ouverture, c’est celle de la grotte de Massabielle, un trou de rocher à l’écart de la ville, là où le gave et le canal de Savy se rejoignent.

8La photographie ne donne à voir aucun sentier, aucune route, aucune réalisation ou présence humaine. Elle offre au regard un lieu désolé, sauvage, où la grotte se révèle comme le plus ancien, le plus naturel, le plus simple des abris, où apparaissent divers éléments du tableau d’un monde originel, un monde minéral et végétal qui ne doit rien à la main de l’homme : le rocher, la végétation, l’eau vive.

9Ce cliché est pris par un opérateur qui se trouve à quelques dizaines de mètres de la grotte, sur la rive droite du gave ; le temps de pose est alors assez long et le cadrage dénote la volonté de montrer la grotte dans son environnement le plus proche. D’autres photographies, en plan plus large, révèlent la silhouette du château-fort qui domine la petite ville, à l’est de la grotte.

Un site païen

10Cette photographie, qui donne à voir avant tout une grotte au bord d’un torrent, se veut neutre. Il s’agit, pour la personne qui a pris le cliché, de saisir un lieu précis, dans une démarche d’ordre géographique ou ethnographique, quasi scientifique donc, en le fixant peut-être pour ceux qui ne peuvent se déplacer.

11Celui qui contemple cette vue du site de Massabielle est conduit à éprouver certaines émotions : angoisse, peur, sens du mystère. Le photographe a-t-il souhaité susciter ces réactions ? Il est difficile de le dire, d’autant plus qu’il faut faire la part des conditions naturelles : la photographie a été prise en hiver, ou au tout début du printemps, à un moment où la luminosité est assez faible. Les contingences techniques – temps de pose, contraintes du développement – influent aussi sur la qualité du cliché.

12Toutefois, il convient de souligner que les premiers à regarder cette photographie furent des Pyrénéens, tout imprégnés de l’imaginaire montagnard, où la roche, l’eau, la végétation jouent un grand rôle. Les voyageurs qui visitent les Pyrénées au XIXe siècle soulignent dans leurs écrits le maintien de rites très anciens et raillent la naïveté des autochtones, qu’ils présentent comme les Indiens de la France. Pierres et rochers sont vénérés : des bouquets de fleurs sont déposés au pied des menhirs ou sur la table des dolmens par des femmes venues prier pour un amant ou demander la grâce d’être mères. Les croyances magiques attachées aux eaux sont tout aussi vivaces ; ainsi, un peu partout, le soir de la Saint-Jean, la population se réunit près des sources et recueille une eau à laquelle elle attribue des vertus particulières (Soulet, 2004).

Un lieu porteur d’avenir ?

13La photographie peut être rapprochée d’autres documents, gravures ou lithographies, qui campent une grotte éloignée de la réalité, semblable à un utérus, une matrice. La grotte, la caverne, comme la roche, témoignent de la nature féminine d’un monde premier, originel ; ouverture vivante, elles renvoient à la mère. La grotte se trouve au premier rang des valeurs matricielles. Dans la symbolique des rêves par exemple, elle renvoie à « un espace-temps sans archives accessibles que fut le séjour intra-utérin » (Romey, 2005, p. 324).

  • 7  Il faudrait ajouter une quatrième fonction : la grotte d’accès à l’autre monde, par laquelle il es (...)

14Dans la dynamique onirique, ce symbole assure au moins trois fonctions. Tout d’abord, la grotte de renaissance, qui s’offre comme le lieu d’expression d’un épisode de renaissance psychique. Ensuite, la grotte initiatique que le rêveur ou la rêveuse doit atteindre pour y recevoir la révélation d’une valeur essentielle (Bernadette Soubirous traversera l’eau pour atteindre la grotte ; elle affirmera avoir vu, puis les jours suivants, avoir reçu plusieurs messages). Enfin, la grotte au trésor où s’établit un rapport nouveau aux valeurs de l’avoir et de l’être (à Lourdes, Bernadette Soubirous appartient à l’une des familles les plus pauvres de la petite ville, elle n’a rien, elle n’est rien, mais l’Église catholique considère qu’elle a été choisie ; elle en fera une sainte en la béatifiant le 14 juin 1925, puis en la canonisant le 8 décembre 1933)7.

  • 8  Outre les réponses aux interrogatoires auxquels elle fut soumise, Bernadette Soubirous livra, aprè (...)
  • 9  Les Psaumes, comme le Coran, font des vents des messagers divins.

15Toutes ces composantes symboliques liées à la grotte sont renforcées par celles de l’eau, présente au premier plan de la photographie. Les eaux vives, tumultueuses, renvoient aux origines de la vie ; elles évoquent à la fois un moyen de purification et un agent de régénération ou de guérison... Pour celui qui connaît les récits8 que fit Bernadette Soubirous des événements du 11 février 1858, il faudrait ajouter le vent. La jeune fille déclara en effet que, pour rejoindre ses deux compagnes, Toinette et Jeanne, elle préféra se déchausser pour traverser l’eau ; elle entendit alors comme un coup de vent (Laurentin, 1957) qui lui fit lever la tête en direction de la grotte... Le vent appartient aux forces naturelles ; mais, invisible et imprévisible, il est pour l’homme de foi représentation d’un souffle divin9, acceptation de se laisser conduire par l’Esprit.

16Cette première photographie ne comporte aucune date, mais elle est certainement réalisée au mois de février ou mars 1858. Avant le 11 février 1858, il n’y a en effet guère de raison de photographier ce site, où les porcs de la commune pâturent l’été, où se rendent les plus pauvres pour ramasser du bois mort, où se retrouvent aussi, selon la rumeur lourdaise, certains couples illégitimes. Mais les événements deviennent une affaire ; les autorités civiles se concertent ; le maire, le commissaire de police, le procureur s’émeuvent, enquêtent, se demandent s’il ne faudrait pas interdire l’accès à la grotte ; les agents municipaux et la maréchaussée de l’arrondissement sont mobilisés pour maintenir un ordre menacé. Il importe alors de fixer le lieu pour la postérité. Peu à peu en effet, les habitants de Lourdes et des villages voisins viennent sur place pour se rendre compte, pour « voir » ; l’historien bien entendu n’a pas à se prononcer sur la réalité des apparitions, il constate que les foules se déplacent et croient. Ainsi, la première photographie permet de découvrir un lieu sauvage, originel, à fortes résonances païennes, qui est aussi un lieu matriciel, sur le point d’enfanter. La grotte est porteuse de la Grotte ; c’est sous l’objectif du photographe que se prépare ou se produit la métamorphose.

La Grotte, au cœur du pèlerinage

Un sanctuaire

17Sur ce deuxième cliché, la grotte de Massabielle apparaît comme un lieu protégé, fermé de hautes grilles de fer forgé qui délimitent un espace clos. Le lieu est sanctuarisé. Il porte la marque de l’Église catholique et des événements qui se sont déroulés en 1858, reconnus comme authentiques quatre ans plus tard par Mgr Laurence, évêque du diocèse de Tarbes. Le 18 janvier 1862, ce dernier publie un mandement qui porte jugement sur les apparitions : il reconnaît dans les événements de Lourdes « le doigt de Dieu » et proclame que « l’Immaculée Marie, Mère de Dieu, a réellement apparu à Bernadette Soubirous, le 11 février 1858 et jours suivants au nombre de dix-huit fois, dans la grotte de Massabielle ». Ce texte constitue la charte de fondation de Lourdes (Billet, 1971).

18Les autorités ecclésiastiques peuvent désormais aménager le site. Mgr Laurence fait acheter la prairie de Savy, pour permettre de descendre plus facilement jusqu’à la grotte ; de nouveaux chemins sont tracés. L’évêque demande l’autorisation de repousser le gave afin d’installer un parvis devant la grotte, ce qui sera accordé à son successeur en 1874. La première procession, au sens liturgique du terme, se déroule le 4 avril 1864, à l’occasion de la bénédiction solennelle de la statue de la Vierge, réalisée par le sculpteur lyonnais Fabisch ; elle réunit plus de 10 000 personnes. Deux ans plus tard, le 21 mai 1866, la seconde procession de même type rassemble de 40 000 à 50 000 personnes pour la première messe célébrée devant la grotte, où l’on a installé un autel (Billet, 1971). Grilles, statue, autel sont visibles sur la photographie.

Un lieu théâtralisé ?

19Cette photographie est souvent reproduite avec des variantes qui montrent des pèlerins, souvent des femmes, à genoux, en prière, devant la grotte. Le site apparaît comme un lieu théâtralisé. Les grilles rappellent les barrières en bois installées entre le 14 juin et le 5 octobre 1858 pour empêcher les gens de venir sur place prier et déposer des offrandes. Les grilles ont donc valeur d’obstacle ; par là même, elles incitent à un mouvement dirigé de l’extérieur vers l’intérieur, un mouvement du monde vers l’intimité du sanctuaire. Les grilles séparent la « scène » des apparitions du lieu où peut se tenir le public des fidèles ; le photographe donne donc à voir une sorte de scène de théâtre, un lieu de rapport entre acteurs et spectateurs.

  • 10  Bernadette Soubirous est la première future sainte photographiée (Laurentin, 1978).

20La Grotte devenue une scène de théâtre s’inscrit dans le combat contemporain des deux France, l’une tournée vers la raison, le progrès, avec comme fer de lance la médecine, l’autre vers la foi, mais qui, avec l’instruction des guérisons de Lourdes, occupe aussi le terrain médical. Le combat des deux France mènera à la séparation de l’Église et de l’État en 1905, avant que la Première Guerre mondiale ne fonde l’Union sacrée. Ces deux France ont leurs héros et leurs hérauts, qui tous utilisent les moyens de communication de leur temps. Ainsi, le fondateur de la neurologie moderne, Charcot, présente dans ses cours des malades, souvent des femmes, dont les photographies sont diffusées ; il est mis en scène dans un tableau de Brouillet, Une leçon de Charcot à la Salpêtrière (1887). Le Dr Boissarie, second médecin à la tête du Bureau des constatations médicales des sanctuaires, organise, lui, au Cercle du Luxembourg, une conférence, ce dont rend compte en images Le Pèlerin du 9 décembre 1894 (Harris, 2001) ; il y présente plusieurs malades guéris à Lourdes, des femmes en majorité. De même que Charcot fait paraître de nombreux articles illustrés dans la Nouvelle iconographie de la Salpêtrière, de même l’Église catholique fait photographier Bernadette Soubirous10 et les « miraculés ».

Un lieu où s’opèrent des miracles ?

21La photographie révèle donc un lieu théâtralisé ; y contribue le fait que sur les parois de la grotte sont suspendues des béquilles, bien visibles de l’extérieur. Elles sont accrochées comme des ex-voto, comme autant de preuves de guérison ; elles renvoient au pèlerinage et à la présence des malades. Permettant l’appui, le soutien, comme les bâtons de pèlerin, ces béquilles évoquent symboliquement la longue succession de pas, de haltes, d’obstacles qui constituent le pèlerinage, maintenant bien ancré à Lourdes, et ce, même si l’on y vient fréquemment en train. Les béquilles représentent l’une des caractéristiques de ce sanctuaire, la présence et la souffrance des malades, qui « n’ont jamais manqué à Lourdes » (Billet, 1971) : au début, des voitures à cheval les conduisent jusque devant la grotte ; le National organise ensuite un véritable accompagnement des malades.

22Abandonnées à la grotte, les béquilles symbolisent aussi ce qui a souvent « retenu l’attention » (Billet, 1971) : le miracle. Dès le temps des apparitions, tous ceux qui venaient à Massabielle des villages alentour ont pris l’habitude d’utiliser l’eau de la source mise au jour par Bernadette Soubirous le 25 février 1858, en lotion, en boisson, et des guérisons se seraient produites, consécutives ou non à l’usage de l’eau. En 1860, date à laquelle la commission canonique rend son enquête, sept cas ont été reconnus à la fois par la médecine et par l’autorité ecclésiastique compétente puis, les guérisons se multipliant, un organisme de contrôle, le Bureau des constatations médicales, est mis en place en 1882. Sur ces guérisons miraculeuses, les passions se déchaînent, bien révélatrices de l’opposition des deux France au tournant du XXe siècle. Ainsi, en 1891, un Zola s’interroge et ne peut se défaire de son regard critique, tandis que quelques années plus tard, en 1903, un Alexis Carrel rend hommage au sérieux du contrôle...

Un retour aux origines

Une grotte dégagée

23La troisième photographie livre au regard une grotte transformée. Les grilles ont été ôtées, les béquilles et autres cannes aussi. Seuls se dressent visibles de loin des éléments stables : la statue de la Vierge dans le creux du rocher, un autel, bloc de pierre quasi brut. Ils s’accompagnent de pièces mobiles qui pourraient être ôtées facilement au besoin : prie-Dieu, crucifix, décoration florale, luminaire garni de cierges.

24En suivant une allée délimitée par des cordes ou des barrières, les pèlerins peuvent désormais entrer dans la grotte elle-même, se glisser le long de la paroi en passant derrière l’autel, comme ils le feraient en empruntant le déambulatoire d’une église. Lorsqu’ils se trouvent à l’intérieur de la grotte, ils peuvent découvrir au sol un élément invisible sur la photographie : une plaque de verre recouvrant la source que la jeune Bernadette Soubirous mit au jour le 25 février 1858.

Des travaux importants

  • 11  Respectivement évêques en 1882-1899 et 1899-1927.
  • 12  Mgr Laurence avait détaché l’Œuvre de la Grotte de la juridiction du curé de Lourdes et l’avait co (...)

25La photographie témoigne des agencements qui ont été entrepris à Lourdes sous l’épiscopat de Mgr Théas (Guinle-Lorinet, 1993). En fait, les autorités ecclésiastiques n’ont jamais cessé d’aménager le sanctuaire marial, pour permettre un accès aisé au lieu et l’accueil de foules nombreuses. Ainsi, des années 1880 aux années 1930, notamment sous les épiscopats de Mgr Billère et de Mgr Schoepfer11, les réalisations se sont multipliées : percement du boulevard de la Grotte et érection du pont Saint-Michel, construction de la basilique du Rosaire, de l’abri des Pèlerins, de l’hôpital Notre-Dame des Douleurs et de l’asile Notre-Dame, permettant l’hébergement des malades, mise en place de la pénitencerie, du chemin de Croix, de la résidence des chapelains12.

26Placé à la tête du diocèse et du sanctuaire en 1947, Mgr Théas doit préparer les cérémonies du centenaire des apparitions qui se tiendront en 1958. En raison du développement de l’automobile, puis des transports aériens, des foules plus nombreuses qu’auparavant sont attendues. L’évêque entreprend donc la construction d’un grand abri, susceptible de recevoir 20 000 personnes ; ce sera la basilique Saint-Pie X.

27Évêque du centenaire, P.-M. Théas a en outre le souci d’inscrire son action dans le sillage de celle de Mgr Laurence, l’évêque des apparitions. Aussi cherche-t-il à renouer avec les origines de Lourdes. Plus canoniste et moraliste que théologien, il veut en faire préciser le message, en tenant compte des acquis récents de la théologie mariale. Pour cela, il fait appel à un spécialiste, l’abbé René Laurentin : ce dernier, qui pensait n’avoir qu’à recueillir une histoire toute faite pour en dégager le sens théologique, comprend que pour préciser le message de Lourdes, il lui faut d’abord préciser l’histoire de Lourdes. Avec l’aide de Bernard Billet et de plusieurs équipes de chercheurs, le travail est effectué en trois grandes étapes : l’invention des archives, exploration dans toute la France qui permet d’exhumer des pièces que l’on croyait perdues à jamais, l’édition des documents, sans en écarter aucun, et la présentation de chaque pièce, accompagnée de références précises et de toutes ses variantes. Ces recherches permettent à Laurentin de préciser le message de Lourdes : pauvreté, prière, pénitence. Ce message, il revient bien entendu au magistère, notamment local, de l’interpréter, de l’expliquer aux fidèles qui viennent à Lourdes, ce que Mgr Théas fait sans relâche.

28Comme il faut retrouver le message initial de Lourdes, il faut en revenir au dépouillement originel de la grotte, que l’on débarrasse donc de ses grilles, de la chaire à prêcher, de tous les ex-voto. La sacristie, jusque-là très proche, est détruite et déplacée, les piscines aussi. Ce retour aux origines, à la simplicité, au dépouillement, annonce déjà les réformes liturgiques instaurées par le concile Vatican II, ainsi que les bouleversements qui touchent l’Église après mai 1968. Beaucoup de catholiques souhaitent que l’on en revienne à une Église « servante et pauvre », pour reprendre une expression très fréquente sous la plume ou dans la bouche de prêtres et de laïques contestataires ; les cérémonies deviennent d’une grande sobriété, les objets du culte, parfois en simple terre cuite, ne plaisent pas aux fidèles les plus conservateurs, habitués aux pompes et aux ors d’antan...

À la découverte d’archétypes

  • 13  Psaumes 18, 3 ; 19, 15.
  • 14  Matt. 21, 42 ; Luc 20, 17 ; Paul I Cor. 10, 41.

29Trois éléments renvoient aux origines du site. Deux sont visibles sur la photographie. La pierre, le rocher tout d’abord. La paroi de la grotte et sa forme se profilent bien, ainsi que la niche où se dresse la statue de Marie. L’importance des pierres et des rochers dans les rites païens longtemps maintenus dans les Pyrénées a déjà été soulignée. Il faut en outre se référer à la symbolique de la pierre, du rocher dans les religions du Livre et dans le message de l’Église catholique. D’autant plus que l’autel, à la Grotte de Lourdes, est un bloc monolithique. Dans la plupart des religions, le rocher figure l’immutabilité. Dans l’Ancien Testament, il symbolise la force de Yahvé, la solidité de son Alliance. Les psalmistes invoquent Dieu comme un rocher13. L’Évangile fait de Pierre la pierre fondamentale de la construction ecclésiale et du rocher le symbole du Christ14.

  • 15  Is. 42, 6.
  • 16  Jn 8, 12 ; 9, 5 ; Matt. 5, 14 ; Paul II Cor. 4, 6.

30Ensuite, la lumière. Sur la photographie apparaît un luminaire garni de cierges, qui brûlent nuit et jour. De par le monde, la révélation la plus appropriée de la divinité s’effectue par la lumière. La lumière succède aux ténèbres, tant dans l’ordre de la manifestation cosmique que dans celui de l’illumination intérieure. Dans l’Ancien Testament, elle symbolise constamment, en particulier dans les Psaumes, la vie, le salut, le bonheur accordés par Dieu, qui est lui-même la lumière ; le Messie lui aussi apporte la lumière15. La symbolique chrétienne prolonge cela : Jésus est la lumière du monde ; les croyants doivent l’être en devenant les reflets de la lumière du Christ16. À Lourdes, présents depuis les apparitions, les cierges en brûlant et en éclairant expriment la force de l’amour des fidèles, et parce qu’ils sont allumés l’un à la flamme de l’autre, ils imposent l’idée de la continuité de la vie. Les cierges informent les psychés sur les processus de sublimation, sacrifiant de la matière pour obtenir de la lumière dans les méandres obscurs du sens de la vie (Bernadou, 2008).

31Le troisième élément n’est guère visible sur la photographie, il s’agit de l’eau. Les parois de la Grotte suintent d’humidité ; la source « découverte » par Bernadette Soubirous coule toujours. Celui qui regarde ce cliché et qui connaît Lourdes sait que dans le sanctuaire sont installés des griffons où l’on peut emplir gourdes ou bouteilles et des piscines où se baignent les malades. Comme l’un de ses prédécesseurs, Mgr Gerlier, qui soulignait que le miracle de Lourdes se passait dans les âmes et les confessionnaux, P.-M. Théas aimait à rappeler que Lourdes est une source, que l’on y vient pour faire pénitence et se convertir (Guinle-Lorinet, 1993). L’eau, la source renvoient à l’eau du baptême, sacrement premier et fondamental selon les théologiens catholiques, celui d’une nouvelle naissance purifiante et sanctifiante, qui permet d’insérer celui qui le reçoit dans la communauté ecclésiale.

32À Lourdes, les pèlerins convergent vers la Grotte pour revivre l’aventure spirituelle de la voyante. L’Église peut ainsi s’adresser, dans un monde désenchanté où triomphent les valeurs matérielles, à un public très large, qui dépasse les seuls catholiques.

33Sans prendre position sur le caractèrenaturel ou surnaturel des événements, notre démarche scientifique nous amène à cette question : les pèlerins de Lourdes ne seraient-ils pas conduits aussi à cheminer dans les voies universelles de l’inconscient collectif (Bernadou, 2008), réactivant des archétypes dans leur expérience sensible et intérieure ?

Haut de page

Bibliographie

BERNADOU, Paul (2008), Lourdes 1858-2008. Anthropologie de la communication d’un fait religieux et de ses médiatisations. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication sous la direction du Pr. Claude NOSAL, Metz, Université Paul-Verlaine.

BILLET, Bernard (1971), « Le fait de Lourdes » dans Jean-Baptiste LAFFON (dir.), Le diocèse de Tarbes et Lourdes, Paris, Letouzey et Ané, p. 231-252.

BOUFLET, Joachim et Philippe BOUTRY (1997), Un signe dans le ciel. Les apparitions de la Vierge, Paris, Grasset.

GUINLE-LORINET, Sylvaine (1993), Pierre-Marie Théas, un évêque à la rencontre du XXe siècle, Tarbes-Toulouse, AGM-GRHI.

HARRIS, Ruth (2001), Lourdes. La grande histoire des apparitions, des pèlerinages et des guérisons, traduit de l’anglais par Marie-Lise Hiaux-Heitzmann, Paris, J.-C. Lattès.

LAURENTIN, René (1957-1966), Lourdes. Dossier des documents authentiques, 7 volumes, Paris, Lethielleux.

LAURENTIN, René (1978), Visage de Bernadette, I. Présentation, II. Album, Paris-Lourdes, Lethielleux-Œuvre de la Grotte.

ROMEY, Georges (2005), Dictionnaire de la symbolique des rêves, Paris, Albin Michel.

SOULET, Jean-François (2004), Les Pyrénées au XIXe siècle. L’éveil d’une société civile, Bordeaux, Éditions Sud Ouest.

Haut de page

Notes

1  http://fr.lourdes.org/tv-lourdes/.

2  Reportage FR3, 14 octobre 2010, mis en ligne sur le site des sanctuaires de Lourdes.

3  Un million de téléspectateurs/soir pour la retransmission du chapelet. Reportage TF1, 2 janvier 2011, sur le site de la chaîne.

4  Lourdes compte alors 4 000 habitants.

5  Les trois clichés sont anonymes et non datés. Les auteurs remercient M. Labourie de les avoir autorisés à publier ces photographies issues de sa collection. Ils expriment aussi leur gratitude au P. Charriez et à sœur Marie-Ancilla pour leurs informations.

6  Nous remercions madame Pascale Leroy-Castillo, archiviste du diocèse de Tarbes et Lourdes et des sanctuaires Notre-Dame de Lourdes, qui nous a fourni ces renseignements. À ces trois types de collections, on pourrait ajouter la mémoire des vieilles familles lourdaises.

7  Il faudrait ajouter une quatrième fonction : la grotte d’accès à l’autre monde, par laquelle il est donné de vivre la réconciliation avec une personne disparue. Lorsque Bernadette affirmera avoir vu « Aquéro », « cela » en patois bigourdan, on évoquera à Lourdes le fantôme d’Elisa Latapie, morte en octobre 1857.

8  Outre les réponses aux interrogatoires auxquels elle fut soumise, Bernadette Soubirous livra, après avoir reçu de l’instruction, six récits autographes des événements de 1858.

9  Les Psaumes, comme le Coran, font des vents des messagers divins.

10  Bernadette Soubirous est la première future sainte photographiée (Laurentin, 1978).

11  Respectivement évêques en 1882-1899 et 1899-1927.

12  Mgr Laurence avait détaché l’Œuvre de la Grotte de la juridiction du curé de Lourdes et l’avait confiée aux missionnaires de l’Immaculée Conception ou Pères de Garaison.

13  Psaumes 18, 3 ; 19, 15.

14  Matt. 21, 42 ; Luc 20, 17 ; Paul I Cor. 10, 41.

15  Is. 42, 6.

16  Jn 8, 12 ; 9, 5 ; Matt. 5, 14 ; Paul II Cor. 4, 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvaine Guinle-Lorinet et Paul Bernadou, « La photographie au service de l’Église », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://communication.revues.org/3856 ; DOI : 10.4000/communication.3856

Haut de page

Auteurs

Sylvaine Guinle-Lorinet

Sylvaine Guinle-Lorinet est maître de conférences en histoire contemporaine, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et membre du laboratoire de recherches Identités, territoires, expressions, mobilités (ITEM). Courriel : sylvaine.guinle.lorinet@wanadoo.fr

Paul Bernadou

Paul Bernadou est docteur en sciences de l’information et de la communication, à l’Université Paul Verlaine (Metz) et membre du Centre de recherche sur les médiations (CREM). Courriel : paul.bernadou@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org