Navigation – Plan du site
Recherches

Un problème de santé publique méconnu

Les accidents domestiques
Matthieu Grossetête

Résumés

L’auteur vise à comprendre pour quelles raisons les accidents domestiques (près de 11 500 décès chaque année en France) peinent à apparaître comme un problème majeur de santé publique. L’analyse montre que les conséquences des accidents du domicile sur la santé publique sont sous-estimées dans les espaces politique et médiatique, sont plus fréquemment traitées dans les faits divers que dans l’information de santé et sont peu investies par les sociologues alors que l’on peut raisonnablement supposer que les groupes sociaux sont inégaux face à ce risque d’accident.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Plus exactement, la mortalité par accidents de la vie courante (ACVC) — lesquels englobent, à l’ex (...)
  • 2  Notamment après l’année 2002 au moment où le nombre de tués de la route est paradoxalement à son p (...)
  • 3  Ce chiffre n’est pas tiré d’une source en particulier, mais d’un corpus en accidentologie (comme l (...)

1Tous accidents du quotidien ne se valent pas dans les espaces politique et médiatique. On peut s’en apercevoir en comparant les accidents domestiques à ceux de la circulation. Les premiers tuent quasiment autant qu’il y a 20 ans1 en France et apparaissent peu dans les débats publics alors que les seconds y figurent fréquemment2 en dépit du fait qu’ils sont trois fois moins meurtriers et en régression quasi constante depuis les années 1970. Les aléas du domicile (logement, jardin, cours, garage et autres dépendances) provoquent en effet, selon l’Institut de veille sanitaire (INVS), 11 500 décès chaque année en France par chute, noyade, brûlure, morsure, piqûre, suffocation ou intoxication3. Ils causent ainsi plus de la moitié des tués et des blessés par accidents de la vie courante (ACVC) qui sont à l’origine d’environ 20 000 décès annuels (INVS, 2004 : 79 ; EPAC, 2004 : 3), soit la troisième cause de mortalité derrière les maladies cardiovasculaires et le cancer.

2Alors que le problème des accidents de la route est devenu successivement une priorité ministérielle, nationale puis présidentielle entre 1997 et 2002, la question des aléas du domicile n’a pas connu un tel niveau de publicisation. L’échec en 2011 puis en 2013 des mobilisations du Collectif inter associatif de lutte contre les accidents de la vie courante (CLAC) pour l’obtention du label de grande cause nationale contribue à l’attester.

  • 4  Comme c’est le cas s’agissant par exemple de la santé au travail et du stress des cadres, alors mê (...)

3Les accidents domestiques sont, de surcroît, méconnus sociologiquement contrairement aux pays anglo-saxons où leur incidence en fonction du milieu social est étudiée depuis le début des années 2000 (Cubbin et al., 2000 ; Cubbin et Smith, 2002 ; Coupland et al., 2006 ; Kendrick, Mulvaney et Watson, 2007). Ainsi, les aléas du domicile peinent à émerger parmi les préoccupations politiques et journalistiques, par rapport aux accidents survenant dans l’espace public comme ceux induits par la circulation routière. Cette note, qui est issue d’un projet de recherche, vise donc à comprendre pour quelles raisons l’importance politique et les conséquences sanitaires d’un fait social aussi massif et dramatique sont sous-estimées dans l’espace des débats publics par rapport à d’autres enjeux de santé publique plus largement médiatisés4.

4À partir d’un aperçu critique des enquêtes francophones sur le sujet, de recherches documentaires et d’entretiens exploratoires, réalisés auprès de journalistes spécialistes des questions de santé et de médecins urgentistes, cette note vise ainsi à confronter la réalité sociologique des accidents domestiques aux représentations statistiques, politiques et médiatiques dont ils sont l’objet. L’objectif est non seulement de mieux comprendre les rapports entre ce qui est privé de représentation publique et ce qui ne l’est pas, mais également de poser les jalons d’une analyse sociologique des risques d’accident domestique en vue de contribuer à mieux évaluer ces aléas du quotidien dont une importante proportion pourrait sans doute être évitée grâce à une meilleure connaissance des conditions sociales dont ils sont le produit.

5Un problème public étant un fait social retraduit selon les logiques de fonctionnement des espaces politico-administratif, scientifique, associatif et journalistique, nous interrogerons tour à tour ce qui, dans ces différents univers, conduit la question des accident domestique à être si peu visible. Nous verrons notamment que les rares aléas du domicile construits comme des problèmes publics par les journalistes et le personnel politique ne semblent pas correspondre à un portrait plausible du phénomène.

Un angle mort de la statistique publique

  • 5  Par exemple, en 2004, 9 hôpitaux ont participé au recueil pour 88 707 enregistrements (EPAC, 2004  (...)
  • 6  À titre d’exemple, sur les 88 000 accidentés enregistrés dans l’enquête EPAC (2004 : 2), 11 % ont (...)
  • 7  En effet, les demandes du public envers ce type de service généralement encombré sont à la fois mé (...)

6Parce qu’ils se déroulent dans l’espace privé, les accidents domestiques ne font pas l’objet d’un recensement systématique comme c’est le cas pour ceux de la circulation. Les statistiques disponibles sont non seulement peu nombreuses, mais surtout imprécises. En effet, les enquêtes permanentes sur les accidents de la vie courante (EPAC), à partir desquelles l’ampleur sanitaire du phénomène est officiellement évaluée en France, ne concernent que la morbidité domestique et reposent sur le comptage annuel des entrées aux services d’urgence d’une dizaine d’hôpitaux dits « sentinelles », ne recueillant que le genre et l’âge pour décrire les personnes impliquées5. Par ailleurs, le seul enregistrement des accidentés passant aux urgences conduit à considérer sur un même plan les blessés graves qui sont hospitalisés ou qui sont directement admis en service de réanimation6 et les blessés légers ou très superficiellement touchés7. De plus, les conséquences des traumatismes à moyen et à long terme ne sont pas documentées.

7Les autres sources de données concernent la mortalité domestique et sont issues du traitement statistique des certificats et bulletins de décès qui ne prévoient pas, a priori, de rubrique permettant de saisir l’insertion socioprofessionnelle des accidentés. On ne connaît donc pas le profil social des personnes impliquées dans ces aléas du domicile en dehors des registres de l’âge et du genre. Ainsi, les enquêtes EPAC (2004 : 2) indiquent que les accidents domestiques touchent en premier lieu les enfants et les personnes âgées et que les hommes sont surreprésentés jusqu’à 50 ans alors que les femmes le sont à partir de 55 ans.

8Il faut dire que l’espace domestique génère, contrairement à l’espace routier, des risques d’accident pour soi plus que pour autrui. Ainsi, dans les représentations statistiques, les accidents domestiques ne semblent pas constitués comme un phénomène relevant de l’activité étatique puisqu’ils ne touchent que des individus dans leur domaine privé ne mettant pas en cause leur catégorie sociale d’appartenance et a fortiori les relations entre ces catégories.

9De plus, le fait que de nombreux accidents du domicile sont « sans coupables », donc sans représentants, c’est-à-dire sans « responsables » pour le personnel politique (mais aussi sans « sources » pour les journalistes), ne facilite pas leur conversion en objet d’action publique. De l’escalier sans barrière pour enfants en passant par les fours dépourvus de porte froide, les causes et les circonstances d’accidents domestiques sont, de surcroît, multiples, donc difficilement appréhendables synthétiquement.

  • 8  Certaines émissions de télévision « populaires » à vocation comique, type Vidéo gag (un programme (...)

10En outre, ces aléas de proximité sont classiquement perçus comme des accidents « bêtes », car facilement évitables. Il faut donc aussi compter sur une certaine forme de « honte et de culpabilité sociale » qui fait sans doute écran à l’enregistrement statistique du phénomène, mais aussi à la mobilisation des pouvoirs publics et des journalistes pour cette cause8.

11Il convient enfin de tenir compte des enjeux économiques attachés à ces accidents dont tout porte à croire qu’ils contribuent à freiner l’implication de l’État. En dehors de la réglementation de certains biens d’équipement des ménages, l’intervention des pouvoirs publics se heurte à de puissants intérêts privés, qu’il s’agisse du secteur assurantiel ou des industriels dans le domaine de l’électroménager.

12Ainsi, les accidents domestiques ne sont pas constitués en objet de calcul et de gouvernement en dépit de leur importance sanitaire. Ils sont approximativement recensés alors qu’ils sont vraisemblablement voués à s’accroître du fait de l’augmentation du nombre de personnes atteignant un âge élevé. En définitive, la manière dont les accidents domestiques sont comptés en dit plus sur ce qui compte pour les représentants de l’État que sur ce qui est effectivement compté. La mise en chiffres des risques d’accident détermine ainsi, à un premier niveau, les représentations de leur coût pour la collectivité.

Un phénomène peu exploré par la sociologie

  • 9  « En 1995, sur 672 234 accidents du travail avec arrêt (soit 46,4 pour mille salariés), il y a eu (...)

13Si l’enregistrement statistique des accidents domestiques minimise leur nombre et donc leur importance sanitaire, la méconnaissance du milieu social des personnes impliquées contribue quant à elle à la sous-estimation de leur importance politique. En effet, les aléas du domicile semblent constituer un risque d’accident socialement sélectif, donc politisable. Or, en dehors du cadre professionnel9 (Lenoir, 1980 ; Ewald, 1986), aucun chiffre officiel en France n’établit de corrélation entre le milieu social et le fait d’être impliqué dans un accident, aussi bien sur la route qu’au domicile, alors que ce lien semble pourtant exister.

14L’exemple de la mortalité routière est, à cet égard, instructif. Alors qu’il est communément admis que les accidents de la circulation résultent de processus uniquement aléatoires et individuels (Grossetête, 2008), l’examen statistique de la catégorie socioprofessionnelle des conducteurs décédés sur la route aboutit à un constat bien différent. Les groupes sociaux sont inégaux face aux accidents de la route. La mortalité routière ne frappe pas au hasard, mais de façon prévisible, touchant en premier lieu les classes populaires (Grossetête, 2010 ; Grossetête, 2012). Le décalage entre le mode de vie très protecteur des cadres urbains et celui des ouvriers, a fortiori à la campagne (Renahy, 2005) où l’on recense plus de 80 % des tués en voiture (ONISR, 2006 : 66), s’exprime dans ces inégalités qui en disent long sur le rapport aux risques d’accidents de toutes sortes qu’encourent objectivement les différents groupes sociaux.

15Tout indique, en effet, que les groupes en déclin sont les plus exposés aux risques d’accident. L’hypothèse n’est pas nouvelle : « Le postulat d’une sur-implication dans les accidents des enfants de la classe ouvrière par rapport à ceux des milieux les plus favorisés a été émis dès 1892 par Engels. Parmi les facteurs invoqués, les fratries nombreuses, les attitudes par rapport à la sécurité et la surveillance des enfants » (Assailly, 1992 : 187). Ainsi, bien qu’une sociologie de la dimension accidentelle de la mort violente — que Jean-Claude Chesnais définit comme « provoquée par une action volontaire (soit d’autrui : homicide, soit de soi-même : suicide) ou par une cause externe brutale appelée accident » (2003 : 4) — reste à faire (en dehors de l’espace routier), on peut raisonnablement supposer, sur la base de la littérature existante, que les inégalités sociales face aux risques d’accident sévissent aussi dans l’espace domestique.

16Luc Boltanski observe déjà dans les années 1960 que « la proportion des morts par accident […] augmente considérablement quand on passe des classes supérieures ou moyennes aux classes populaires » (1969 : 98). Pour la période 1970-1972, « dans le groupe d’âge de un à 15 ans, les risques de morts violentes sont dix fois plus forts chez les enfants de manœuvre que chez les enfants de la classe dirigeante », note Chesnais (1981 : 368). Les données établies sur la base de l’échantillon démographique permanent suivi entre 1968 et 1999 conduisent au même constat. Les ouvriers ont 2,25 fois plus de risque de mourir par mort violente que les cadres : 1,77 par accidents de la circulation, 2,21 par chutes accidentelles et 3,15 par suicides (Geoffroy-Perrez, 2006 : 150). Dans le prolongement de ce constat, une enquête de l’INVS montre, pour la période 2000-2002, que chez les hommes âgés de 25 à 54 ans, « les taux de mortalité pour l’ensemble des traumatismes et par type de traumatisme étaient les plus élevés chez les ouvriers et les agriculteurs (à l’exception des accidents de transport terrestre chez les agriculteurs). Ils étaient les plus bas chez les cadres et professions intellectuelles et les professions intermédiaires » (Hermanel et al., 2007 : 1). Plus récemment, les résultats de l’enquête santé et protection sociale 2004, effectuée par tirage au sort parmi les bénéficiaires des trois principaux régimes de sécurité sociale, indiquent que les ouvriers sont ceux qui déclarent le plus grand nombre d’ACVC : environ 25 %, à peu près au même niveau que les employés (Dalichampt et Thélot, 2008a).

  • 10  Ce constat peut aussi être établi à propos des travaux s’attachant à saisir l’incidence de ces acc (...)

17Toutefois, si ces travaux fournissent des indications empiriquement fondées, ils sont dominés par une approche médicale qui n’est pas pleinement satisfaisante d’un point de vue sociologique. En effet, ils ne s’appuient généralement pas sur un raisonnement « toutes choses égales par ailleurs » pour mesurer l’incidence des accidents domestiques selon les catégories sociales. De plus, ces analyses ne prennent généralement pas pour objet le recours aux soins (c’est-à-dire des accidents avérés), mais des déclarations d’accidents10. Le recensement systématique des patients hospitalisés après une admission aux urgences pour accident domestique sur un territoire donné, dont on connaît les caractéristiques morphologiques, permettrait de pallier, pour partie, ce biais.

  • 11  Cette catégorisation peut alors conduire certains travaux (toutefois réflexifs car tenant compte n (...)

18Enfin, ces enquêtes reprennent généralement à leur compte la catégorie des ACVC qui a été élaborée dans une perspective administrative plus que scientifique. Cette catégorie regroupe des accidents qui n’ont rien de semblable tant par le lieu de survenue que par l’âge et l’origine sociale des personnes impliquées. En effet, certains aléas non domestiques mais comptabilisés dans les ACVC sont plus répandus dans les catégories sociales élevées, comme les chutes de cheval, les accidents de ski ou les noyades dans des piscines privées. Ces accidents nous semblent moins être l’expression d’inégalités sociales face aux risques d’aléas que face à l’accès aux loisirs. En outre, la catégorie des ACVC tend à mettre sur un même plan des risques d’accident pour soi, ceux du domicile, avec des risques d’accident pour soi mais aussi pour autrui, dans le cadre scolaire, sportif ou pendant les vacances11.

19En somme, on peut établir l’hypothèse, à partir des enquêtes existantes — qu’il semble pertinent de revisiter sur la base d’un protocole plus attentif au raisonnement sociologique —, que c’est tout le rapport que les individus entretiennent avec le monde social qui se trouverait en jeu dans la propension aux accidents domestiques, ce rapport variant dans chaque catégorie sociale selon le genre, l’âge, mais aussi sans doute l’état matrimonial, le diplôme, la taille de la fratrie ou encore la superficie du logement. Les dispositions face au risques d’accidents sont fonction de la position occupée dans l’espace social et des conditions objectives d’une vie (mariage, procréation, épargne, etc.) qui rend la prévoyance possible (Peretti-Watel, 2005 ; Comby et Grossetête, 2012).

Un révélateur de la stratification sociale

20Les aléas du domicile cristallisent certaines formes d’inégalités sociales face à la vie, à l’instar de la mortalité routière qui apparaît comme un révélateur particulièrement pertinent des principes constitutifs de la stratification sociale et notamment d’un des facteurs sociaux les plus importants en matière de risque d’accident : la répartition des populations dans l’espace. En effet, certains travaux ont depuis longtemps mis en évidence que « la fréquence annuelle des accidents domestiques est inversement proportionnelle à la valeur du logement » (Backett, 1967 : 66). Il faut dire qu’en France, les ouvriers disposent en moyenne pour se loger d’une surface de 34 m2 par personne contre 44 m2 pour les cadres (Briant et Rougerie, 2008). Dans le prolongement de ce constat, quand par exemple presque sept cadres sur dix possèdent un lave-vaisselle, 60 % des ouvriers continuent de nettoyer la vaisselle à la main (Planchat, 2007), donc de s’exposer à des risques de coupure ou de brûlure en manipulant des objets contondants sous de l’eau chaude. En outre, on peut supposer que le nombre d’accidents domestiques va augmenter avec « le surpeuplement (déterminé en fonction du nombre de pièces et de la surface) » qui avait régressé régulièrement jusqu’au début des années 1990, mais qui ne diminue que très modérément dans les années 2000, au point que 500 000 ménages environ pourraient répondre aux critères du droit au logement opposable.

21Ces inégalités ne sont pas, non plus, étrangères à la nette progression du temps libre disponible par personne en emploi (Accordo et al., 2009) qui, dans les milieux populaires, se traduit par un accroissement de la présence au domicile, comme l’indiquent les enquêtes sur le sujet : « Les moins bien dotés culturellement, les inactifs et les ruraux ont des activités moins variées. Ils tendent, en particulier, à accroître le temps consacré aux activités d’intérieur […]. Et à restreindre le nombre et la durée des activités extérieures » (Degenne, Lebeaux et Marry, 2002 : 81).

  • 12  Par contraste, la probable moindre exposition des femmes de milieux aisés aux aléas du domicile es (...)

22Par ailleurs, si les accidents domestiques ne sont pas des accidents du travail stricto sensu, ils semblent toutefois être, dans bien des cas, des accidents du travail domestique. Ainsi, l’implication dans ces aléas est aussi liée aux différences de genre. En effet, la sur-implication des hommes masque celle des femmes à partir de 55 ans, qui ne peut toutefois être simplement liée à une plus longue espérance de vie les conduisant à être surreprésentées parmi les personnes âgées (INVS, 2006). Lorsque l’on songe que la cuisine est généralement considérée comme la pièce la plus « dangereuse » du domicile par les « experts » du problème, on comprend alors que l’implication des femmes dans les accidents domestiques est aussi une conséquence directe de leur place « dans le système d’exigences masculines » (Schwartz, 1990 : 234). Le fait qu’elles soient plus fréquemment victimes de chutes (EPAC, 2004 : 2) et de brûlures (INVS, 2005 : 19) que les hommes appuie cette hypothèse. Ainsi peut-on supposer que plus la division du travail domestique est marquée, comme c’est le cas dans les milieux populaires, plus les femmes sont exposées aux accidents du domicile12.

23S’agissant plus particulièrement des enfants, les différences d’exposition liées à l’âge semblent aussi sanctionner d’abord les milieux populaires puisque selon les travaux anglo-saxons sur le sujet (Hapgood, Kendrick et Marsh, 2000), l’implication dans ces aléas tient moins à la probité de la surveillance des parents qu’au taux d’équipements de protection.

24En somme, si, comme le suggérait Chesnais (1981), les classes populaires meurent plus de leur motorisation que de leur exploitation, leurs membres semblent aussi plus fréquemment « victimes » de leur sédentarité, ou plus exactement de leur présence au domicile, que dans les autres groupes sociaux.

Un thème d’actualité déclassé

  • 13  Pour les travaux fondateurs, voir Becker (1966) et Gusfield (1981) ; pour une synthèse en français (...)

25Les problèmes publics sont collectivement construits et ne sont donc pas des objets de préoccupation par nature13, c’est-à-dire corrélés à leurs caractéristiques propres et notamment à leur importance sanitaire objective (Gilbert et Henry, 2009). La relative invisibilité publique des accidents domestiques est donc indissociable de la position de ce thème d’actualité dans la hiérarchie de l’information diffusée par les médias dits « grand public », le champ journalistique constituant un univers stratégique pour peser sur le jeu politique (Champagne, 1990).

  • 14  Sur les transformations de l’information médicale, voir Marchetti (2010).

26Or cette question de santé publique n’occupe globalement pas une position centrale dans la hiérarchie de l’information. Un premier indice tient au fait que les journalistes spécialistes des questions de santé14 habituellement en charge de ce thème d’actualité sont rattachés à des services ou rubriques mal classés dans les hiérarchies de l’information diffusée dans les journaux télévisés, comme la santé qui est par exemple rattachée au service Société dans les rédactions de TF1 et France 2 (et ne fait donc plus l’objet d’un service à part comme c’était le cas par le passé). Ce constat se traduit dans les mots et les expressions mêmes des journalistes pour décrire la position de ce thème dans cette hiérarchie, et encore plus dans les perceptions du thème chez leurs rédacteurs en chef, comme l’illustrent les propos de l’un d’entre eux, médecin et spécialiste des questions de santé dans la rédaction de France 2 :

  • 15  Entretien réalisé en février 2011.

Il y a des sujets qu’ils n’aiment pas [sous-entendu : les rédacteurs en chef], tu ne sais pas pourquoi, c’est une méconnaissance. Par exemple, j’ai un sujet qui est au marbre [c’est-à-dire en attente de diffusion] depuis un mois sur une technique suisse de musicothérapie qui réduit par deux le nombre de chutes des personnes âgées. Les chutes en France, c’est 9 000 morts par an, deux milliards d’euros de dépenses. Ils ont publié dans une revue américaine, c’est scientifique, mais ça fait un mois et demi qu’il n’est pas diffusé. Arrive le tsunami, après la Lybie et le sujet, il traîne15.

27Ces propos soulignent les profits heuristiques que l’on peut tirer d’une enquête par entretiens auprès des professionnels de l’information afin de saisir la hiérarchisation changeante des intérêts journalistiques, les rapports de force internes aux rédactions ou encore la relation avec les sources qui sont autant de facteurs influant sur la médiatisation des accidents domestiques. Il en va de même des possibilités d’illustration de ce thème d’actualité. Compte tenu des réorganisations intervenues dans les rédactions de télévision (suppression des services spécialisés, hégémonie des services d’« informations générales »), la possibilité d’adjoindre une « bonne illustration » (victimes ou coupables aisément identifiables et « représentables ») à un « bon sujet » est un atout maître. Si les images d’une porte de cage d’ascenseur ou d’un molosse constituent dans la culture professionnelle des journalistes de télévision de « bonnes images », un escabeau renversé face à un placard n’a guère de chances d’être retenu en conférence de rédaction.

  • 16  On ne compte qu’un seul homme parmi les journalistes santé des rédactions de TF1 et France 2.

28En outre, la médiatisation des accidents domestiques semble révélatrice de l’influence du genre des journalistes sur le traitement de l’information. Ainsi, la féminisation des journalistes (Neveu, 2000 ; Damian-Gaillard,Frisqueet Saïtta, 2010) couvrant les questions de santé16 explique sans doute la faible présence des accidents domestiques dans les médias. Jeunes, issues de formations généralistes (Marchetti, 2010) et moins spécialisées que leurs prédécesseurs (issus de formations scientifiques ou médicales), ces femmes peinent généralement à imposer leurs sujets, a fortiori dans l’univers très masculin du journalisme. De ces rapports socioprofessionnels de genre découle, sans doute plus largement, le principe de l’invisibilité sociale de la question du travail domestique.

29Par ailleurs, à l’instar d’autres « causes », cette thématique est aussi, par sa faible visibilité publique, un laboratoire d’analyse de la professionnalisation des sources d’information des journalistes et notamment de la concurrence accrue entre les différents entrepreneurs de cause dans la production « d’événements de routine » (Moloch et Lester, 1997), c’est-à-dire destinés à émerger rituellement dans l’espace médiatique. Sauf événement exceptionnel, les journalistes en charge des questions de santé sont dépendants de cette actualité institutionnelle routinière composée des campagnes de communication des institutions publiques ou associatives et surtout des journées, semaines ou années (nationales, internationales ou mondiales) consacrées à telle ou telle autre pathologie, pour produire leurs reportages ou écrire leurs articles. Si ces occasions se multiplient parce qu’elles permettent aux structures étatiques et associatives d’interpeller à moindre coût par l’intermédiaire de l’espace médiatique les acteurs politiques, les agents et organisations en charge des accidents domestiques sont confrontés à une concurrence accrue, compte tenu de leur profusion. Selon un site Internet qui les répertorie17, on peut recenser plus de 230 « journées de… », dont certaines sont programmées le même jour. Pourtant, dans le même temps, la durée des journaux télévisés reste stable, voire tend à diminuer depuis 2009 (INA, 2010).

30Ainsi, le thème des accidents domestiques s’offre comme un objet de recherche pertinent pour saisir les principes de compréhension de l’espace journalistique dans la lutte pour faire exister une cause à prétention « universelle ». C’est précisément parce que ce thème d’actualité ne constitue pas un enjeu saillant dans les débats publics qu’il est particulièrement pertinent pour saisir des processus généraux de sélection et de construction des problèmes publics dans les médias de grande diffusion. En ne s’intéressant qu’aux problèmes qui accèdent massivement à « l’actualité » dite « grand public », on s’interdit de réfléchir aux processus invisibles de médiatisation tout en soumettant le principe d’autonomie scientifique aux logiques de sélection à l’œuvre dans l’espace journalistique.

Quand les faits divers masquent le fait social

31Les rares accidents domestiques qui émergent dans l’espace médiatique semblent révélateurs d’une tendance profonde de l’information généraliste qui oppose la montée des faits divers (INA, 2009) et de l’information de service au recul de l’information politique (Kaciaf, 2005 ; Saïtta, 2006). Faute d’apparaître dans l’actualité politique sinon médicale, c’est-à-dire d’être cadrés comme un problème de santé publique, les accidents domestiques semblent plutôt constituer une importante source de faits divers (à dimension parfois politique) : chiens meurtriers, noyades, accidents liés à l’usage d’une bombe aérosol, canapés et jouets inflammables, etc. À titre d’exemple, dans les journaux télévisés pour la période 1999-2008, les accidents en tout genre représentaient, selon l’INA (2009), la catégorie de faits divers la plus couverte, 25,6 %, derrière les atteintes aux personnes, 37,2 %.

32Par ailleurs, les aléas domestiques rapportés dans les médias ne semblent pas correspondre « à une description lucide des accidents les plus typiques (chutes de personnes âgées) » (Darras, 2006 : 56). Il suffit de lire le journal : « Un adolescent tué par un dépoussiérant » (journal télévisé de France 3, 5 décembre 2001) ; « Une campagne contre une hécatombe silencieuse » (journal télévisé de TF1, 31 octobre 2005) ; « Miraculé après une chute de sept étages » (Le Parisien, 5 août 2009). À l’instar de la médiatisation des suicides (Baudelot et Establet, 1984), des risques liés à l’amiante (Henry, 2007) ou à la circulation routière (Grossetête, 2012), les modes d’exposition les plus massifs aux accidents domestiques ne retiennent manifestement pas l’attention des journalistes. Les aléas domestiques extraordinaires (par le nombre de victimes, la qualité sociale des accidentés, le lieu ou l’heure de survenue) restitués dans les « faits divers » semblent masquer l’actualité plus ordinaire du « fait social ».

33Les accidents domestiques les plus courants étant sans doute trop anodins, ils échappent, par leur banalité, à la dramaturgie habituelle des faits divers et peinent donc à devenir des objets de préoccupation publique. Par contraste, les aléas extraordinaires bénéficient, à la faveur de leur caractère spectaculaire, d’une importante visibilité médiatique et politique malgré leur rareté.

34On peut en outre supposer que la distinction entre ces aléas domestiques médiatiques et ceux qui, trop ordinaires, ne le deviennent pas suit les différents échelons de la stratification sociale, l’accident modal étant celui des classes populaires. Ainsi, tous les risques d’accident domestique ne se valent pas médiatiquement, mais sans doute aussi socialement si l’on songe, par exemple, à une personne âgée qui chute seule dans les escaliers de l’immeuble sans ascenseur où elle vit et à l’enfant qui se noie dans la piscine privée de ses parents. Alors que l’on recense chaque année plusieurs milliers de morts par chute en France18, le premier type d’accident fera sans doute moins écho aux préoccupations journalistiques que le second malgré le fait qu’on ne compte, par exemple, que 19 décès de ce genre entre juin et septembre 2009 parmi les 122 noyades d’enfants de moins de 6 ans en piscine privée enregistrées cet été là19.

  • 20  Selon un dossier de presse de l’ex-ministère du Logement : « Sécurité des ascenseurs », 15 juillet (...)
  • 21  En juin 2001, un enfant se tuait en tombant dans la gaine d’un ascenseur à Clichy-sous-Bois. Le 19 (...)
  • 22  Il convient également de tenir compte de la question du genre, qui semble peser lourdement sur l’a (...)

35Le traitement médiatique des accidents d’ascenseurs, c’est-à-dire de l’un des plus visibles des aspects du problème, offre un bon exemple de ce principe de sélection ainsi que du décalage entre l’importance médiatique et l’importance sanitaire des enjeux. En effet, on ne compte qu’une quinzaine d’accidents de ce type en France, mortels ou particulièrement graves, entre 1998 et 200220. Pour autant, la couverture de quelques accidents survenus à intervalles réguliers21, spectaculaires par leur gravité plus que par leur fréquence, semble avoir suffi pour qu’une loi (la loi dite Robien du 2 juillet 2003) ait été promulguée. En outre, la question du danger des ascenseurs est d’autant plus pertinente, du point de vue de « la fabrique de l’opinion publique » (Champagne, 1990), qu’elle touche particulièrement les catégories sociales plutôt aisées : à l’époque de cette controverse, 10 % des 420 000 ascenseurs recensés en France se trouvaient dans un habitat social et 54 % dans un habitat résidentiel (soit 227 800 selon le ministère du Logement en 2002), le reste du parc étant situé dans les bâtiments publics et les commerces. Ainsi conviendrait-il d’interroger plus finement l’importance journalistique, mais aussi sanitaire, politique et juridique des différents types de risques d’accident domestique en fonction des groupes sociaux touchés par chacun d’entre eux22.

36En somme, bien que certains accidents domestiques fassent l’ouverture des journaux télévisés ou la une des quotidiens d’informations générales, les plus fréquents sur le plan statistique semblent remarquablement absents. Ce constat mérite d’être actualisé empiriquement selon les supports médiatiques et les différents types d’aléas domestiques en procédant, sur le modèle d’enquêtes précédemment réalisées (Grossetête, 2008 ; Devillard et Marchetti, 2009 ; Grossetête et Marchetti, 2012), à l’examen statistique des programmes télévisés archivés à l’INA et des articles des principaux titres de presse écrite, car tout porte à croire qu’il existe un écart important entre la réalité objective du phénomène et sa représentation publique telle qu’elle peut être saisie dans l’espace médiatique.

Conclusion

37La méconnaissance des populations les plus exposées aux différents types d’accident, en dehors du cadre professionnel, constitue bel et bien une faille de l’État dans son usage du concept probabiliste de risque. Cet impensé se répercute alors, par le truchement des sources d’information des journalistes, pour l’essentiel publiques et associatives, sur la couverture médiatique des accidents domestiques qui contribue à rendre méconnaissables les facteurs sociaux dont ils sont le produit. De l’analyse des déterminants collectifs des aléas du domicile à celle de leur publicisation, il y a donc matière à défricher un terrain de recherche peu exploré de la sociologie des médias en interrogeant le réalisme social de ce que les journalistes appellent « l’actualité ». Derrière l’universalisme apparent des préoccupations sanitaires « médiatiques », on retrouve généralement dans la sélection et le traitement de l’information une forme de rapport au corps plus répandue dans les groupes sociaux favorisés, dont sont désormais issus la plupart des journalistes (Lafarge et Marchetti, 2011), ce qui rappelle, comme l’écrivait Boltanski en son temps, que « <l’actualité> dans le domaine médical (mais aussi sans doute dans quantité d’autres domaines) n’est pas donnée en partage aux membres des différentes classes sociales » (1969 : 69).

Haut de page

Bibliographie

ACCORDO, Jérôme et al. (2009), 50 ans de consommation en France, INSEE.

ASSAILLY, Jean-Pierre (1992), Les jeunes et le risque, Paris, Vigot.

BACKETT, Edward Maurice (1967), Les accidents domestiques, Genève, Organisation mondiale de la Santé.

BAUDELOT, Christian et Roger ESTABLET (1984), Durkheim et le suicide, Paris, Presses universitaires de France.

BECKER, Howard (1966), Social Problems. A Modern Approach, New York, Wiley.

BELORGEY, Nicolas (2011), « <Réduire le temps d’attente et de passage aux urgences>. Une entreprise de <réforme> d’un service public et ses effets sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, 189, p. 16-33.

BOLTANSKI, Luc (1969), Prime éducation et morale de classe, Cahiers du Centre de sociologie européenne, Paris, Éditions de l’EHESS.

BRIANT, Pierrette et Catherine ROUGERIE (2008), « Les logements sont plus confortables qu’il y a vingt ans et pèsent davantage sur le revenu des ménages », France Portrait Social, INSEE, p. 103-116.

CHAMPAGNE, Patrick (1990), Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, Minuit.

CHATELUS, Anne-Laure et Bertrand THELOT (2011), « Les accidents de la vie courante chez les enfants scolarisés en CM2 en 2004-2005 », Santé publique, 23, p. 183-193.

CHESNAIS, Jean-Claude (1981), Histoire de la violence, Paris, Robert Laffont.

CHESNAIS, Jean-Claude (2003), « Les morts violentes dans le monde », Population et sociétés, 395, p. 1-4.

COMBY, Jean-Baptiste et Matthieu GROSSETÊTE (2012), « <Se montrer prévoyant> : une norme sociale diversement appropriée », Sociologie, 3(3), p. 251-266.

COUPLAND, Christine et al. (2006), « Inequalities in Hospital admission Rates for Unintentional Poisoning in Young Children », Injury Prevention, 12, p. 166-170.

CUBBIN, Catherine, Felicia B. LECLERE et Gordon S. SMITH (2000), « Socioeconomic Status and Injury Mortality : Individual and Neighborhood Determinants », Journal of Epidemiologic Community Health, 54-57, p. 517-524.

CUBBIN, Catherine et Gordon S. SMITH (2002), « Socioeconomic Inequalities in Injury : Critical Issues in Design and Analysis », Annual Review of Public Health, 23, p. 349-375.

DALICHAMPT, Marie et Bertrand THÉLOT (2008a), Les accidents de la vie courante en France métropolitaine. Enquête santé et protection sociale 2004, Saint-Maurice, INVS.

DALICHAMPT, Marie et Bertrand THÉLOT (2008b), « Les accidents de la vie courante selon l’enquête décennale Santé 2002-2003 », Revue française des affaires sociales, 1, p. 71-79.

DAMIAN-GAILLARD, Béatrice, Cégolène FRISQUE et Eugénie SAÏTTA (2010), Le journalisme « au féminin » : assignations, inventions et stratégies, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

DARRAS, Éric (2006), « La force supposée des hard news », Les nouveaux dossiers de l’audiovisuel, 10, p. 55-57.

DELMAS, Corinne (2011), « Stress et souffrance au travail des cadres : enjeu syndical et médiatique » dans Paul BOUFFARTIGUE, Charles GADEA et Sophie POCHIC (dir.), Cadres classes moyennes : vers l’éclatement ?, Paris, Armand Colin, p. 249-259.

DEVILLARD Valérie et Dominique MARCHETTI (2008), « La <sécurité routière>, un programme sans risque. La neutralisation d’un problème politique et social à la télévision », Réseaux, 147, p. 149-176.

DEGENNE, Alain, Marie-Odile LEBEAUX et Catherine MARRY (2002), « Les usages du temps : cumuls d’activités et rythmes de vie », Économie et statistique, 352-353, p. 81-99.

EPAC (2004), Résultats 2004, INVS.

EWALD, François (1986), L’État providence, Paris, Grasset.

GEOFFROY-PERREZ, Béatrice (2006), Analyse de la mortalité et des causes de décès par secteur d’activité de 1968 à 1999 à partir de l’échantillon démographique permanent, Saint-Maurice, INVS.

GILBERT, Claude et Emmanuel HENRY (dir.) (2009), Comment se construisent les problèmes de santé publique, Paris, La Découverte.

GROSSETETE, Matthieu (2008), « L’État conducteur. La circulation de la sécurité routière dans les journaux télévisés français » dans Dominique MARCHETTI (dir.), Communication et médiatisation de l’État. La politique invisible, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 23-52.

GROSSETETE, Matthieu (2010), « L’enracinement social de la mortalité routière », Actes de la recherche en sciences sociales, 184, p. 38-57.

GROSSETETE, Matthieu (2012), Accidents de la route et inégalités sociales. Les morts, les médias et l’État, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, Coll. « Champ social ».

GROSSETETE, Matthieu et Dominique MARCHETTI (2012), La médiatisation des handicap(é)s en France. L’exemple des programmes des chaînes de télévision, rapport pour l’Appel à recherches « Handicap et perte d’autonomie », Mission Recherche de la DREES-CNSA.

GUSFIELD, Joseph (2009), La culture des problèmes publics, Paris, Économica.

HAPGOOD, Rhydian, Denise KENDRICK et Patricia MARSH (2000), « How Well Do Socio-Demographic Characteristics Explain Variation in Childhood Safety Practices ? », Journal of Public Eealth Medicine, 22, p. 307-311.

HENRY, Emmanuel (2007), Amiante : un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

HERMANEL, Céline et al. (2007), « Disparités de mortalité par traumatisme selon les catégories socioprofessionnelles, France métropolitaine, 2000-2002 », note de synthèse, Saint-Maurice, INVS.

INVS (2004), Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 11 mai 2004, p. 19-20.

INVS (2006), Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 31 octobre 2006, 42, p. 328-330.

INA (2009), « Catastrophes et faits divers, drames dans les JT », Inastat, 13.

INA (2010), « Des nouvelles de l’info », Inastat, 18.

KENDRICK, Denise, Caroline MULVANEY et Michael WATSON (2007), « Does Targeting Injury Prevention Towards Families in Disadvantaged Areas Reduce Inequalities in Safety Practices ? », Health Education Research, 24(1), p. 32-41.

LAFARGE, Géraud et Dominique MARCHETTI (2011), « Les portes fermées du journalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, no 189, p. 72-99.

LENOIR, Rémi (1980), « La notion d’accident du travail : un enjeu de luttes », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 32-33, p. 77-88.

MARCHETTI, Dominique (2010), Quand la santé devient médiatique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

MORMICHE, Pierre et Jean-François RAVAUD (2000), « Handicaps et incapacité » dans Didier FASSIN et al. (dir.), Les inégalités sociales de santé, Paris, La Découverte, p. 295-314.

NEVEU, Erik (1999), « L’approche constructiviste des problèmes publics : un aperçu des travaux anglo-saxons », Études de communication, 22, p. 41-57.

NOLLET, Jérémie (2009), « Croiser analyse des politiques publiques et sociologie des médias : genèses et usages des concepts de mis à l’agenda et de construction des problèmes », communication au Congrès de l’Association française de science politique, Grenoble.

ONISR (2006), Grands thèmes de la sécurité routière en France, Paris, La Documentation française.

PERETTI-WATEL, Patrick (2005), « La culture du risque, ses marqueurs sociaux et ses paradoxes », Revue économique, 56(2), p. 71-392.

PLANCHAT, Cédric (2007), « Protéger l’environnement : un objectif pour une grande majorité de Français », INSEE Première, 1121.

RENAHY, Nicolas (2005), Les gars du coin, Paris, La Découverte.

SCHWARTZ, Olivier (1990), Le monde privé des ouvriers, Paris, Presses universitaires de France.

ZARCA, Bernard (1990), « La division du travail domestique. Poids du passé et tensions au sein du couple », Economie et statistique, 228, p. 29-40.

Haut de page

Notes

1  Plus exactement, la mortalité par accidents de la vie courante (ACVC) — lesquels englobent, à l’exception des accidents de la circulation et du travail, les aléas qui surviennent au domicile, en vacances, dans un établissement scolaire ou dans le cadre d’une activité sportive — a régressé de moins de 10 % de 1979 à 1999 (INVS, 2004 : 73) alors que le nombre de tués de la route a diminué d’un peu plus de 35 % durant le même laps de temps, passant de 12 500 à 8 000 morts annuels.

2  Notamment après l’année 2002 au moment où le nombre de tués de la route est paradoxalement à son plus bas niveau historique (Grossetête, 2012).

3  Ce chiffre n’est pas tiré d’une source en particulier, mais d’un corpus en accidentologie (comme l’enquête permanente sur les accidents de la vie courante ou l’enquête santé et protection sociale de 2004) qui a montré que les accidents domestiques représentent de 50 % à 70 % des ACVC. Par extrapolation, on estime donc que les décès par ACVC suivent cette tendance.

4  Comme c’est le cas s’agissant par exemple de la santé au travail et du stress des cadres, alors même que certains travaux (voir par exemple Delmas, 2011) indiquent que les atteintes à la santé des salariés sont plus fortes pour les ouvriers et les employés.

5  Par exemple, en 2004, 9 hôpitaux ont participé au recueil pour 88 707 enregistrements (EPAC, 2004 : 1).

6  À titre d’exemple, sur les 88 000 accidentés enregistrés dans l’enquête EPAC (2004 : 2), 11 % ont nécessité une hospitalisation.

7  En effet, les demandes du public envers ce type de service généralement encombré sont à la fois médicales et sociales, comme l’observe Nicolas Belorgey (2011) quand il note une surreprésentation des catégories défavorisées ou précaires aux urgences.

8  Certaines émissions de télévision « populaires » à vocation comique, type Vidéo gag (un programme diffusant des vidéos de chutes filmées par des particuliers), tournent ces accidents en dérision. En donnant à rire des accidents domestiques, ce type de programme contribue, en propre, à leur sous-estimation du phénomène.

9  « En 1995, sur 672 234 accidents du travail avec arrêt (soit 46,4 pour mille salariés), il y a eu 712 décès et 60 250 accidents ayant entraîné une incapacité permanente, dont les trois quarts chez les ouvriers qualifiés ou non », selon Pierre Mormiche et Jean-François Ravaud (2000 : 302).

10  Ce constat peut aussi être établi à propos des travaux s’attachant à saisir l’incidence de ces accidents chez les enfants. Ainsi, la principale enquête francophone sur le sujet (Chatelus et Thélot, 2011) repose sur les seules déclarations d’élèves de CM2 durant la période scolaire (entre septembre 2004 et juin 2005), c’est-à-dire, de surcroît, la moins représentative du phénomène compte tenu de sa saisonnalité, la fréquence des accidents domestiques augmentant durant l’été d’après les entretiens exploratoires que nous avons effectués avec des médecins urgentistes.

11  Cette catégorisation peut alors conduire certains travaux (toutefois réflexifs car tenant compte notamment des biais de mémorisation ou de chevauchement) à conclure que « les caractéristiques socio-économiques comme le revenu du ménage, la catégorie socioprofessionnelle ou le niveau d’études du chef de famille n’étaient pas significativement associées au risque d’accident de la vie courante» (Dalichampt et Thélot, 2008b : 74). Le résultat de cette étude provient, en outre, vraisemblablement du fait que la part des accidents domestiques dans l’échantillon retenu est particulièrement basse : 30 % alors qu’ils représentent chaque année au moins 50 % des ACVC selon les données EPAC.

12  Par contraste, la probable moindre exposition des femmes de milieux aisés aux aléas du domicile est sans doute un bénéfice secondaire d’une division du travail domestique plus équitable au sein de ces milieux (Zarca, 1990) et d’un recours plus fréquent aux services marchands pour « faire faire » les activités ménagères.

13  Pour les travaux fondateurs, voir Becker (1966) et Gusfield (1981) ; pour une synthèse en français, voir Neveu (1999) et Nollet (2009).

14  Sur les transformations de l’information médicale, voir Marchetti (2010).

15  Entretien réalisé en février 2011.

16  On ne compte qu’un seul homme parmi les journalistes santé des rédactions de TF1 et France 2.

17  Source : http://www.journee-mondiale.com/plan.php (consulté le 28 juin 2011). À titre d’exemple, la Journée mondiale des premiers secours, liée directement à la question des accidents domestiques, entre en concurrence avec celle de la prévention des suicides qui est programmée le même jour.

18  Par exemple, selon les effectifs de décès de l’année 2009, disponibles sur le site du Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc), 73 % des personnes décédées à la suite d’une chute accidentelle en France (5 867 décès dont la cause initiale était codée « chute ») avaient plus de 75 ans.

19  Selon un interview en ligne de Bertrand Thélot : http://www.elfe-france.fr/index.php/fr/interview-bertrand-thelot (consulté le 10 octobre 2012).

20  Selon un dossier de presse de l’ex-ministère du Logement : « Sécurité des ascenseurs », 15 juillet 2002.

21  En juin 2001, un enfant se tuait en tombant dans la gaine d’un ascenseur à Clichy-sous-Bois. Le 19 mai 2002, un accident similaire se produisait à Strasbourg. Le 16 juin 2002, une adulte était grièvement blessée à la suite du dysfonctionnement d’une cabine à Amiens.

22  Il convient également de tenir compte de la question du genre, qui semble peser lourdement sur l’acceptabilité des risques d’accident, comme le montre par exemple l’accident de la route qui touche surtout les hommes et qui est priorisé contrairement à l’accident domestique, qui touche davantage les femmes et qui est secondarisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Grossetête, « Un problème de santé publique méconnu », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 13 mai 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/3868 ; DOI : 10.4000/communication.3868

Haut de page

Auteur

Matthieu Grossetête

Matthieu Grossetête est chercheur postdoctorant au Centre de sociologie européenne (CSE). Courriel : matgro@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org