Navigation – Plan du site
Articles

Critique marxienne de l’économique politique et devenir-usine des sociétés capitalistes avancées

Pistes de réflexion pour une approche communicationnelle critique de la dislocation des organisations
Olivier Sarrouy

Résumés

Le déplacement des dynamiques de valorisation économique et la diffusion massive des technologies numériques d’information et de communication engagent aujourd’hui les organisations dans des formes singulières de dislocation. L’auteur propose d’esquisser les fondements d’une approche communicationnelle critique de ces recompositions centrée sur une analyse des médiations, notamment des médiations économiques, autour desquelles s’ordonne l’organisation sociale de la production sous le capitalisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Notion d’organisation productive par laquelle nous entendons désigner ici toute forme d’organisati (...)

1Un certain trouble semble aujourd’hui affecter le mode d’existence des organisations productives1 ; trouble que nous entendons ici saisir à la jonction de deux mouvements asymétriques : l’avènement d’une économie d’innovation appelant à un éclatement des frontières organisationnelles, d’une part, et l’intégration transversale des technologies numériques d’information et de communication (TNIC) aux différents espaces sociaux, d’autre part. Ces deux trajectoires paraissent en effet converger vers une dislocation progressive des organisations productives (Le Moënne, à paraître). Un nombre croissant d’organisations entreprennent ainsi de réordonner leurs activités afin d’en partager l’ensemble ou une partie avec la foule des internautes ; ceux-ci se trouvent alors invités à participer sous des modalités variées à la conception de nouveaux produits, à l’élaboration de solutions techniques, à la définition des stratégies communicationnelles de l’organisation, voire à la valorisation immédiate des produits. Ce mouvement de dislocation organisationnelle conjugue deux dynamiques a priori antagonistes : il procède d’abord d’une remédiation des multiples acteurs qu’engagent la production et la reproduction industrielle de l’existence sociale — puisque chacun s’y trouve invité à participer au processus collectif de conception des produits en amont de l’échange marchand ; mais il participe aussi d’une extension des formes d’aliénation propres à la sphère marchande — puisque la participation des acteurs à la conception de ces produits en dehors de tout cadre professionnel y consiste aussi en la subsomption d’une part croissante de leurs interactions privées aux exigences propres des dynamiques de valorisation économique contemporaines.

2Nous souhaitons dans cet article esquisser les fondements d’une approche communicationnelle critique de ces recompositions ; approche qui ne chercherait pas en premier lieu à prêter une attention particulière au langage mais à rapporter l’analyse de l’activité et de l’organisation sociale aux médiations symboliques ou matérielles partagées — langages, formations discursives, mais aussi monnaies, institutions juridiques, dispositifs techniques, appareils médiatiques, etc. — par la seule mobilisation desquelles il est donné aux acteurs d’opérer l’organisation pratique de leurs rapports réciproques et de leur rapport au monde2. La spécification de cette approche ressort tout à la fois de considérations théoriques générales et d’un positionnement critique propre à notre objet ; la primauté ontologique accordée à ces médiations — dont il n’appartient à aucun acteur de s’affranchir pour son propre compte — sur les formes d’objectivité sociale, de subjectivité sociale et de pouvoir qu’elles fondent, servira ici un projet d’élucidation critique des médiations économiques autour desquelles s’ordonne l’organisation capitaliste de la production et de la reproduction de l’existence sociale : la marchandise, la valeur et le travail. L’enjeu en sera d’abord de mettre en question les formes d’aliénation sociale que fondent ces médiations par une analyse des conséquences non intentionnelles résultant de leur mobilisation collective. Il s’agira par la suite d’en mettre en question la mutation dont participe peut-être l’actuelle dislocation des organisations productives. Cet article s’organisera donc comme suit.

  • 3  Nous empruntons la notion de fait stylisé à Nicholas Kaldor pour désigner des faits très significa (...)

3Nous commencerons par exposer quelques « faits stylisés3 » de ce mouvement de dislocation organisationnelle ; l’enjeu de cette partie ne sera pas d’expliciter les motifs de notre approche critique, mais de fixer le cadre des phénomènes depuis lequel s’ordonnera la suite de notre réflexion. Nous tenterons notamment de montrer en quoi cette dynamique d’éclatement des frontières organisationnelles participe d’une mise en crise des médiations structurantes autour desquelles s’ordonne l’organisation capitaliste de la production et de la reproduction de l’existence sociale. Nous tenterons par la suite d’esquisser quelques lignes de problématisation critique de ce mouvement ; nous fonderons alors l’élaboration de notre réflexion dans le couplage de deux espaces de théorisation marxistes distincts — et en partie discordants : le courant dit de la « critique de la valeur » et les théories du capitalisme cognitif. Nous emprunterons d’abord au premier une certaine lecture de l’œuvre marxienne se centrant sur l’analyse de ces médiations sociales singulières que constituent la marchandise, la valeur et le travail. Nous montrerons par la suite que cette interprétation de la critique marxienne peut adéquatement nourrir une approche communicationnelle critique des formes d’organisation capitaliste de la production qui s’ordonne autour d’une analyse des formes d’aliénation sociale que fondent ces médiations. Nous tenterons enfin de dégager quelques lignes d’analyse de la possible mutation des formes d’aliénation que signale aujourd’hui la dislocation des organisations productives. Nous emprunterons alors aux théories du capitalisme cognitif certains éléments de réflexion nous permettant d’en penser le sens depuis l’hypothèse d’un devenir-usine des sociétés capitalistes avancées. Nous conclurons enfin en isolant quelques-uns des mécanismes autour desquels s’articule le déplacement des formes d’aliénation que commande cette mutation.

De la dislocation des organisations productives

4Le mouvement de dislocation de l’appareil productif dont nous entendons discuter ici ne constitue pas à proprement parler un phénomène nouveau. Divers travaux témoignent dès les années 1990 d’une crise des formes d’entreprise fortement spatialisées du fordisme (Lazzarato, Moulier Boutang et Negri, 1993 ; Corsani, Lazzarato et Negri, 1996 ; Péraldi et Perrin, 1996 ; Perrin et Rousier, 2000) ; l’analyse des mécanismes productifs d’entreprises comme Benetton permet déjà d’en reconnaître la distribution en un réseau urbain d’unités productives plus ou moins autonomes débordant les formes organisationnelles héritées « sur leur droite, en renouant avec l’efficacité sociale des formes pré-fordistes d’organisation du travail (artisanat, petite entreprise, voire compagnonnage de métier), et sur leur gauche, en inaugurant un entrepreneuriat post-industriel agencé en réseaux et largement fondé sur des productivités communicationnelles » (Nicolas-Le Strat, 2000). Les pratiques que nous nous proposons d’analyser ici s’inscrivent donc dans une dynamique longue d’éclatement des frontières organisationnelles ; mais elles paraissent en même temps en signaler un moment singulier d’institutionnalisation et de radicalisation.

Vers un modèle d’innovation ouverte

5Ce mouvement de dislocation organisationnel semble en effet s’ordonner aujourd’hui autour de principes plus ou moins stabilisés ; en témoigne l’émergence d’un « modèle » d’innovation ouverte (Chesbrough, 2003 ; Chesbrough et al., 2006) visant tout autant à rendre compte des pratiques participant de ce mouvement qu’à en opérer une certaine mise en lisibilité prescriptive. L’innovation ouverte se fonde sur une logique d’ouverture bidirectionnelle de l’organisation aux autres acteurs économiques et sociaux. Son moment d’extériorisation peut ainsi se traduire par la vente de brevets non utilisés, la cession de licences d’exploitation peu valorisées, la création de clusters, etc., tandis que son moment d’internalisation consiste à capter des ressources extérieures à l’organisation — idées, concepts, brevets, etc. — pour les valoriser en les « resocialisant » sur ses propres marchés. « De ce point de vue, la dichotomie entre <modèle fermé> et <modèle ouvert> repose essentiellement sur la nature des frontières de l’entreprise » (Isckia et Lescop, 2011 : 90). Ce modèle semble aujourd’hui susciter un engouement important ; comme le rapportent Thomas Loilier et Albéric Tellier, « des enquêtes affirment qu’une entreprise sur deux ne cantonne plus l’innovation aux centres de R&D mais puise l’inspiration ou les technologies à l’extérieur » (2011). Nous verrons plus loin que la fortune de ce modèle d’innovation ouverte ressort certainement d’un déplacement des motifs conditionnant la valorisation économique des actifs qu’engage l’entreprise. Mais il convient surtout à ce point de notre réflexion de nous arrêter sur les formes organisationnelles singulières qui peuvent naître de la rencontre de ces stratégies économiques et de la dynamique de diffusion massive des TNIC. Car l’innovation ouverte ne se rapporte pas uniquement au développement d’une « coopération » inter-entreprises ; elle renvoie également à une dynamique de dislocation plus profonde des organisations qui, dans la continuité de ce mouvement d’ouverture organisationnelle, en radicalise les motifs en déléguant en tout ou en partie des activités productives à la « foule » des internautes.

Le crowdsourcing

  • 4  Notion résultant de la contraction des mots crowd (la foule) et outsourcing (externalisation), par (...)

6Ce type de pratique organisationnelle est usuellement subsumé sous la notion de crowdsourcing4. Jeff Howe, à qui nous devons la popularisation de cette notion (Howe, 2006 et 2009), en donne la définition suivante : « […] crowdsourcing is the act of taking a job traditionally performed by a designated agent (usually an employee) and outsourcing it to an undefined, generally large group of people in the form of an open call » (2006). Cette définition recouvre un ensemble de pratiques hétérogènes renvoyant à des logiques d’ouverture éventuellement distinctes. Certaines plateformes de crowdsourcing se présentent en effet comme de simples dispositifs de sous-traitance à des experts, professionnels ou amateurs, extérieurs à l’organisation. Les entreprises y lancent des appels publics à la résolution d’un problème — scientifique, technique, etc. — auquel les internautes sont invités à répondre ; l’organisation sélectionne alors la meilleure solution et rétribue l’innovateur en conséquence. Une multitude de plateformes se proposent aujourd’hui d’assurer cette forme particulière de mise en relation des entreprises à la foule des acteurs susceptibles de répondre à leurs besoins, YourEncore, Spigit, Hypios, etc., mais Innocentive en est certainement la plus emblématique : elle compte d’importants clients (Procter&Gamble, Boeing, BP, la NASA, etc.) et les rémunérations peuvent régulièrement y atteindre plusieurs dizaines de milliers de dollars. Le succès de ces plateformes repose sur la baisse radicale des coûts de transaction (Coase, 1987) qu’y engage l’externalisation des activités productives ; la dislocation des réseaux productifs dont elle participe reconduit donc la différenciation d’une sphère productive marchande ici instanciée par le transfert des droits de propriété intellectuelle qui accompagne la rémunération. Mais des formes plus radicales de dislocation des réseaux productifs, se fondant sur la capture et la valorisation économique des interactions non marchandes se déployant depuis l’« extérieur » de l’organisation, émergent aujourd’hui.

7L’intention en est alors de porter les outils et les pratiques de production collaborative du Web 2.0 à la production marchande (Tapscott et Williams, 2006 ; Kozinets et al., 2008) en mobilisant — souvent gratuitement — les internautes dans la conception des produits, la diffusion de l’offre — par les réseaux sociaux — ou même la valorisation immédiate de produits n’ayant d’autre utilité que de mettre en relation leurs utilisateurs. Un nombre toujours plus important d’organisations adopte aujourd’hui ces pratiques : BMW, Dell, Harley-Davidson, Starbucks, Nokia, Phillips, etc. La filière brésilienne de l’automobiliste Fiat a même travaillé sur un projet de concept car dont la conception a été entièrement externalisée auprès des internautes ; et des formes nouvelles d’entreprises émergent qui se proposent de déléguer la quasi-totalité de leurs activités aux internautes : Threadless mobilise une communauté de designers pour concevoir ses t-shirts, Quirky engage les internautes dans la conception de meubles, d’accessoires électriques et d’autres biens durables, tandis que Local Motors leur délègue la création de voitures « en kit » et que Coyote fonde le fonctionnement de ses dispositifs de localisation des zones routières dangereuses sur la remontée d’information de ses utilisateurs. Ces stratégies reconduisent certains aspects de logiques d’innovation ascendante (von Hippel, 2005) préexistants aux technologies numériques. Comme le rappelle Dominique Cardon, « les techniques d’écoute client, la personnalisation des gammes, le recueil des informations dans les SAV, la customisation des produits et services, etc., constituent autant de procédés permettant aux firmes de coller à leur marché en tirant bénéfice des dysfonctionnements, critiques, avis et suggestions que ne cessent de leur adresser leurs clients » (2005). Mais les pratiques auxquelles nous nous rapportons ici se singularisent par l’ampleur du réseau d’acteurs qu’elles mobilisent, leur usage systématique des outils de collaboration de masse du Web 2.0 et la spécificité des modes d’engagement sur lesquels elles reposent. Tandis que les dispositifs de service après-vente ne déployaient que quelques outils minimalistes restreints au cadre étroit de la relation client, ces plateformes entendent tirer pleinement parti de la capacité des nouvelles technologies à assembler de larges réseaux de coopération transversalement aux différentes sphères d’activité sociale instituées.

8Cette dislocation des frontières organisationnelles nous paraît témoigner d’une importante recomposition des motifs autour desquels s’ordonne l’organisation sociale de la production ; recomposition ressortant conjointement d’une réorganisation des réseaux « matériels » de socialisation de la production et d’une mutation des mécanismes en assurant la valorisation économique. Le caractère fortement territorialisé des organisations fordistes assurait en effet l’unité matérielle, temporelle et symbolique d’un espace de travail garantissant la différenciation d’une sphère d’activité productive — c’est-à-dire soumise aux nécessités propres de valorisation du capital — strictement circonscrite par rapport aux autres sphères d’activité sociale ; sphère dont le présent mouvement de dislocation organisationnelle paraît signaler la dissolution. Non pas parce que le travail cesserait d’occuper un rôle structurant dans l’organisation capitaliste de la production, mais parce que l’actuelle configuration productive paraît appeler à une réorganisation des attachements assurant l’articulation des mécanismes de valorisation économique aux différentes sphères d’activité sociale. Il convient donc de mettre en question les formes d’aliénation sociale nouvelles pouvant ressortir de cette dislocation des organisations productives. Nous dégagerons les fondements de ce questionnement en empruntant au courant dit de la « critique de la valeur » une certaine lecture de l’œuvre marxienne s’organisant autour d’une analyse critique des formes d’aliénation sociale qu’ordonnent ces médiations économiques singulières que constituent la marchandise, la valeur et le travail. Nous tenterons plus loin d’en actualiser les motifs depuis un examen des recompositions économiques d’ensemble dont participe ce présent moment de dislocation organisationnelle.

De la critique marxienne de l’économie politique à une approche communicationnelle critique des formes sociales capitalistes

  • 5  Cette liste n’est évidemment pas exhaustive.
  • 6  Par la catégorie de « marxisme traditionnel » — que nous empruntons à Moishe Postone (2009) —, nou (...)

9L’interprétation de la critique marxienne sur laquelle nous nous appuierons dans cette partie renvoie à une lecture spécifique des textes du « Karl Marx de la maturité » construite de façon plus ou moins indépendante par des auteurs tels que Jean-Marie Vincent (1987), Pierre Salama et Tran Hai Hac (1992), Antoine Artous (2006), Robert Kurz (2002), Anselm Jappe (2003 et 2011) ou Moishe Postone (2009)5. Quoique les interprétations de Marx proposées par ces auteurs puissent diverger sur quelques points précis, toutes ont en commun d’opérer un important déplacement par rapport aux approches marxistes « traditionnelles »6 ; tandis que celles-ci visent principalement l’élaboration d’une économique politique alternative aux économies politiques classiques, la lecture de Marx que nous présenterons ici constitue une critique de l’économie politique s’ordonnant autour d’une analyse critique des médiations sociales spécifiques qu’engage l’organisation économique de la production et de la reproduction de l’existence sociale sous le capitalisme : la marchandise, la valeur et le travail. La présentation que nous ferons des travaux de ces auteurs s’efforcera donc de faire abstraction de leurs quelques points de désaccord pour s’attacher à dégager les lignes fondamentales de leur argumentation. Il nous intéressera en particulier que ces interprétations puissent ouvrir sur une approche communicationnelle critique des formes d’aliénation que fondent ces médiations ; approche qui ne se centre pas tant sur les rapports de pouvoir sous-tendant la relation capital/travail, que sur le caractère aliénant des attachements autour desquels s’ordonne l’organisation sociale de la production sous le capitalisme, et dont l’actuelle dislocation des organisations productives signale peut-être la mutation. Il nous importera donc peu de savoir si l’interprétation de Marx sur laquelle nous nous appuierons ici est plus ou moins fidèle que le marxisme « traditionnel » aux textes de Marx. Marx lui-même est très ambigu sur la plupart des points dont nous aurons à discuter, et notre intention n’est pas de réaliser une exégèse rigoureuse de son œuvre. Nous tiendrons donc à des fins de clarté la position que nous exposerons pour celle « de » Marx en convenant — et en nous en souciant à vrai dire assez peu — que cela puisse ne pas être le cas.

Origine et sens de la critique marxienne

10L’œuvre de Marx trouve son origine dans une critique de l’économie politique classique et, plus précisément, dans une critique de la théorie de la valeur de Ricardo. Pour cet économiste, les catégories de marchandise, de travail, de valeur et de capital reflètent un mode d’organisation « naturel » et « transhistorique » des activités de production. Il appartient donc seulement à l’analyse de dégager les « lois » commandant à l’articulation de ces catégories : la valeur d’échange des marchandises est déterminée par la quantité de travail accumulé — le capital — ou vivant qu’elles cristallisent. Le capitalisme ne procéderait donc que d’une reconduction de ces lois dans un contexte de développement du machinisme et d’accroissement de la division du travail. La force de la critique adressée par Marx à l’endroit de l’économie politique repose précisément sur la remise en question de cette succession d’évidences : il y a la marchandise, il y a la valeur, il y a le travail et il y a le capitalen tant que valeur prise dans un mouvement d’auto-accroissement. Marx ne nie évidemment pas que le développement de la production industrielle participe d’une importante recomposition des agencements sociaux qu’engage la reproduction de l’existence sociale. Il prend ainsi acte que la division technique et sociale du travail participe d’une mise en interdépendance radicale des producteurs et d’une subsomption progressive de l’activité individuelle à l’activité collective et sociale ressortant de l’interconnexion de leurs différents travaux. Mais, si Marx ne récuse pas l’étendue de la rupture en quoi consiste le développement du machinisme et de la production à grande échelle, il ne prend pas comme point de départ de son analyse l’étude des logiques d’action et des régimes de rationalité que mobilise cette transformation du processus de production.

11L’approche de Marx se fonde sur l’examen des modalités d’échange et de communication par lesquelles se trouve opérée, sous le capitalisme, la médiation des multiples acteurs engagés dans le processus enchevêtré de production et de reproduction de la vie sociale. Sous cet aspect, la socialisation matérielle de la production et l’accroissement du degré d’interdépendance des producteurs ne présument en rien — ou du moins pas entièrement — de la manière dont ceux-ci entrent en rapport les uns avec les autres et s’organisent collectivement pour s’accorder ensemble sur la façon dont ils décident de conduire cette interdépendance. Or, Marx constate que le capitalisme se différencie précisément sur ce point : plutôt que de substituer à toute forme de coordination consciente de cette interdépendance un ensemble de médiations sociales — la marchandise, la valeur et le travail —, il opère « automatiquement » l’organisation : les différents travaux s’y présentent comme autant d’activités formellement privées dont l’interdépendance et l’interconnexion matérielle ne se trouvent réglées que par la circulation « muette » d’une certaine quantité de « valeur » en quoi consiste l’échange de marchandises — dont cette marchandise singulière que constitue la force de travail. Marx va donc s’interroger sur la spécificité de ces médiations et sur ce qu’elle implique quant aux rapports réciproques qu’entretiennent les producteurs ainsi engagés dans le processus collectif de production et de reproduction de leur propre existence sociale. La critique marxienne rejoint ici notre propre projet depuis deux directions distinctes. Nous montrerons ainsi, après en avoir exposé les principaux traits, que cette analyse des catégories structurantes de l’économie politique peut ouvrir sur une approche communicationnelle critique de la pratique économique nous autorisant à mettre en question sous un jour spécifique les formes d’aliénation sociale qu’elle détermine ; et c’est par la suite depuis la caractérisation rigoureuse de ces médiations et des formes sociales qu’elles façonnent que nous pourrons en interroger la possible mutation que paraît aujourd’hui signaler la dislocation progressive des organisations productives.

La marchandise comme « forme cellulaire » de la société capitaliste

12Marx analyse la marchandise en tant qu’unité d’une valeur d’usage et d’une valeur « tout court ». La valeur d’usage d’une marchandise transcrit sa capacité à satisfaire un besoin. Sous cet aspect, chaque marchandise est spécifique : une table, un ordinateur et une pomme de terre ont des valeurs d’usage qualitativement distinctes. Mais, puisque le propre d’une marchandise est de pouvoir être échangée avec d’autres marchandises dans des proportions que détermine sa valeur d’échange, toute marchandise possède également une valeur se représentant dans une certaine quantité d’argent, y compris la force de travail qu’échange le salarié. Or, nous dit Marx, il ne va pas de soi que l’interconnexion des différents travaux nécessaires à la reproduction de notre existence sociale s’opère par la simple attribution d’une « valeur » aux produits de l’activité humaine. Marx va donc s’attacher — à l’encontre des économistes classiques — à démontrer la spécificité de la forme marchandise des produits et à analyser les conséquences de son développement sur la nature des médiations qui lient les producteurs les uns aux autres.

  • 7  Ce qui ne signifie pas que les critères qui président à cette distribution soient nécessairement « (...)

13Marx remarque en effet que dans les formations sociales précapitalistes, seule une minorité de produits prend la forme de marchandises. « La plupart des biens circulent dans le cadre de l’économie de subsistance, des contributions féodales, de l’appropriation directe dans l’esclavage, du troc entre voisins, etc., et n’entrent jamais dans la forme marchandise » (Jappe, 2003 : 66). Ce point a des conséquences importantes sur la nature des motifs qui interviennent dans le processus d’organisation sociale des différents travaux. La distribution des multiples activités nécessaires à la reproduction de l’existence sociale s’y opère ainsi en amont de leur réalisation sur la base de critères qualitatifs propres se rapportant aux besoins définis et aux rapports sociaux qu’entretiennent les différents producteurs7. Chaque activité y prend donc un caractère immédiatement « social » (politiquement, culturellement, etc.) en tant que contribution particulière à un procès collectif duquel elle tire son sens et son utilité, sans que les différents travaux n’y soient à aucun moment disjoints formellement les uns des autres. Le caractère social du processus de reproduction collectif de l’existence n’est donc pas lié à ce que chaque individu « travaille » — de manière générale et abstraite —, mais à ce que chacun participe de façon spécifique à une activité immédiatement collective et appréhendée comme telle.

  • 8  Voir notamment Marx (1971).

14De ce point de vue, la généralisation de la forme marchandise des produits que commande le développement capitaliste procède à une reconfiguration des rapports sociaux que le seul examen des modalités techniques d’organisation de la production ne permet pas de comprendre, pas plus que ne le permet l’étude des structures de classe qui le sous-tendent. Marx consacre ainsi de longues pages à l’analyse des mécanismes techniques, juridiques, politiques, etc., par lesquels s’opère progressivement la substitution d’un rapport purement monétaire aux rapports sociaux structurant les formes « traditionnelles » de production et à ce que cette substitution entraîne sur la nature même de ces activités8. Ainsi, dès lors que se généralise la forme marchandise des produits de l’activité humaine, le caractère social des différents travaux n’est plus lié à ce qu’ils forment une partie spécifique d’un procès collectif, mais à leur universelle « échangeabilité », à ce qu’ils constituent une contribution abstraite, dénuée de toute particularité, à « la masse globale de travail social dans une certaine société » (Jappe, 2003 : 53). Chaque activité se présente alors comme une activité formellement privée — bien que matériellement dépendante des autres — qui ne trouve un caractère social qu’à l’extérieur d’elle-même, comme quelque chose dont il s’agit de s’emparer sur le mode de l’échange marchand — ce qui peut échouer si la marchandise ne se vend pas. Le mode d’association par lequel s’opère l’interconnexion matérielle des travaux interdépendants se sépare formellement des autres modes d’association qui peuvent rassembler les individus (politiques, artistiques, culturels, etc.). Ces formes d’association, leurs spécificités, leurs motifs, leurs déterminations, n’interviennent plus dans l’assemblage du collectif que compose l’interdépendance mutuelle des individus pour la reproduction de leur existence sociale ; ils y deviennent extérieurs. « Dans ces conditions, la socialisation ne se crée que post-festum, comme conséquence de l’échange d’unités de valeur, et non comme sa présupposition » (Jappe, 2011 : 138). Ce détachement engage deux mouvements analytiquement dissociables quoique historiquement dépendants, dont nous verrons plus loin que l’actuel mouvement de recomposition de l’appareil productif opère peut-être la réarticulation. Il renvoie d’abord à la différenciation et à la co-spécification de sphères d’activité sociale initialement inséparées — ou du moins largement intriquées — dont témoigne l’émergence concomitante d’une sphère professionnelle, d’une sphère privée et d’une sphère publique s’ordonnant autour de normes d’action, de règles de présentation de soi et de critères de légitimité distincts. Mais cette dissociation des sphères d’activité sociale se redouble également d’un mouvement — peut-être plus radical — d’autonomisation des motifs ordonnant l’organisation sociale de la production autour des exigences propres de valorisation du capital. Cette autonomisation ne se rapporte pas à l’institutionnalisation progressive des rapports de classe ; elle renvoie à une forme d’aliénation et de domination sociale impersonnelle transversale aux rapports de classe qui résulte de l’instauration du travail en tant que médiation sociale structurante des formes sociales capitalistes.

Le travail abstrait comme médiation sociale

  • 9  Nous pourrions ajouter que, si la valeur mesure bien par quelque aspect la richesse produite, c’es (...)

15À la double dimension de la marchandise correspond en effet, pour Marx, « un double caractère du travail déterminé par la marchandise » (Postone, 2009 : 90), double caractère qui le définit précisément comme « travail » plutôt que comme activité qualitativement différenciable et différenciée. Le travail consiste, selon un premier aspect, en un « travail concret » visant la production de la valeur d’usage de marchandises spécifiques. Mais, en tant que ce travail lie le producteur à d’autres producteurs en se socialisant dans l’échange marchand, en tant qu’il constitue donc une médiation sociale autorisant chaque acteur à bénéficier du travail des autres, le travail ne consiste qu’en un « travail abstrait », défait de toute spécificité, et dont seule compte sa transformation en une certaine quantité d’argent. C’est dans ce double caractère du travail sous le capitalisme que se fonde, selon Marx, le renversement de la production en un système qui ne vise pas prioritairement la satisfaction des besoins mais la production elle-même, et que s’établit ainsi le capital en tant que valeur prise dans un mouvement d’auto-accroissement. Dès lors que le travail prend la double dimension d’un travail concret et d’un travail abstrait, la survie des individus n’est plus conditionnée par leur capacité à produire la richesse matérielle nécessaire à la satisfaction de leurs besoins, mais par leur aptitude à répondre à cette injonction sociale abstraite à produire une certaine quantité de « valeur », vers l’extraction de laquelle le système de production semble désormais entièrement tendu. Or, comme nous allons le voir, la valeur ne constitue pas une simple modalité de mesure de la richesse matérielle produite9 ; sa production y est dépendante de mécanismes propres à chaque configuration historique des forces productives. Nous verrons plus loin que notre interprétation des recompositions organisationnelles contemporaines se fonde précisément sur l’hypothèse d’un déplacement des dynamiques de valorisation économique analysées par Marx.

  • 10  La place nous manque ici pour développer le contenu cette analyse. Pour plus de détails, voir Marx (...)

16Marx montre en effet que, dans le contexte d’une production de masse peu différenciée, les mécanismes du marché et de la concurrence s’articulent de telle sorte que la valeur finale des marchandises se trouve déterminée par la « quantité de travail socialement nécessaire » à leur production, c’est-à-dire par le temps de travail nécessaire à la production d’une marchandise identique « avec le degré moyen d’habileté et d’intensité et dans des conditions qui, par rapport au milieu social donné, sont normales » (Marx, 1963 : 566)10. Ainsi, plus le degré d’accumulation historique du machinisme, de la science, des pratiques organisationnelles, etc., augmente — et plus le temps de travail socialement nécessaire à la production des marchandises se réduit —, plus la valeur des marchandises tend elle-même à diminuer. Dans ce contexte, l’opération par laquelle le travail de l’individu ou de l’organisation se trouve constitué dans l’échange en tant que travail abstrait, et donc en une certaine quantité d’argent, se rapporte ainsi à une simple opération de mesure « implicite » du temps de travail dépensé relativement au temps de travail qu’exige la fabrication d’une marchandise identique dans des conditions moyennes. La valeur n’est donc pas immédiatement liée à la quantité de travail du producteur individuel « contenu » dans la marchandise. Elle constitue une certaine manière de rapporter l’efficacité de ce travail à celui de la société tout entière. « Pour le producteur individuel, la valeur de sa marchandise non seulement n’est pas le résultat de son travail individuel, mais elle se présente déterminée de l’extérieur » (Jappe, 2003 : 63).

La valeur comme « sujet automate » ou la subsomption de la société sous le capital

17Le collectif que compose l’ensemble des producteurs interdépendants se présente ainsi à chacun comme une entité abstraite venant déterminer de l’extérieur la valeur de son propre travail, exigeant de lui qu’il augmente la productivité de son activité pour pouvoir en socialiser les produits dans l’échange marchand. Cette injonction, à laquelle chaque producteur répond pour son propre compte, conduit à la performation répartie d’une diminution progressive de la valeur générale des marchandises et donc du travail de tous. Cette dynamique, bien qu’opérée de façon distribuée par l’ensemble des acteurs économiques, apparaît à chacun comme un mouvement autonome, comme l’expression d’une domination abstraite de la « société ». La société, en tant que « totalité » surplombant les individus, existe donc bien, d’une certaine façon, sous le capitalisme. Non pas en tant que substance évoluant « à côté » ou « au-dessus » des interactions situées, mais comme produit des formes de médiation spécifiques que se donnent les individus pour régler leur interdépendance mutuelle ; comme conséquence du mode d’existence « économique » du collectif qu’assemble la circulation des marchandises et des dispositions par lesquelles celui-ci se trouve re-présenté par chacun de ses membres ; comme effet de l’agentivité propre des « abstractions réelles » auxquelles il délègue son organisation.

Même si l’ensemble de ce mouvement apparaît comme un procès social, et si les moments singuliers de ce mouvement émanent de la volonté consciente et des fins particulières des individus, la totalité du procès n’en apparaît pas moins comme une connexion objective, qui naît de façon tout à fait naturelle ; totalité qui certes, provient de l’interaction des individus conscients, mais ne se situe pas dans leur conscience, n’est pas subsumée comme totalité sous les individus. Leur propre entrechoquement produit une puissance sociale qui leur est étrangère, placée au dessus d’eux ; qui est leur relation réciproque comme procès et pouvoir indépendants d’eux (Marx, 1984/2011 : 135).

  • 11  C’est pour cette raison que Marx parle d’ailleurs de « fétichisme de la marchandise ». En attribua (...)

18Cette tendance inhérente au système marchand va trouver dans le machinisme les conditions technologiques de sa pleine réalisation. Le développement de la grande industrie va ainsi permettre de redoubler et de confirmer depuis l’intérieur même du processus de production les logiques propres de cette dynamique, en favorisant l’instauration d’une trajectoire d’augmentation continue de la productivité, par laquelle va se réaliser la mise en mouvement de l’argent. En libérant la production marchande de ses contraintes techniques, le développement du machinisme favorise le plein développement des dynamiques sociales qu’agencent la marchandise, la valeur et le travail abstrait. Se fonde alors une forme d’aliénation sociale nouvelle : l’absence d’organisation consciente des producteurs et leur subordination aux formes d’organisation sociale que commande la valeur consistent en leur soumission collective à l’automouvement des choses créées par eux. Alors même que chaque individu se voit obligé pour survivre de produire « abstraitement » de la valeur, la capacité de son activité à se socialiser dans l’échange marchand, et donc à produire effectivement de la valeur, se trouve entièrement déterminée de l’extérieur par des contraintes sociales abstraites, réglées par des dynamiques « autonomes ». Cette aliénation ne découle d’aucune domination sociale directe, ni ne se fonde sur aucun groupe social particulier, pas même sur les capitalistes eux-mêmes qui, s’ils profitent certainement de la situation qu’ils occupent dans ce procès, sont tout autant asservis que les « travailleurs » à l’automouvement automatique de la valeur. Elle résulte du fait que nous déléguons l’organisation de notre reproduction sociale aux mouvements de la valeur que nous attribuons en propre aux produits de notre activité11. « La catégorie de valeur, comme catégorie de base des rapports de production capitalistes, est également la détermination initiale des structures sociales aliénées. Rapports sociaux capitalistes et structures aliénées sont identiques » (Postone, 2009 : 237).

19La critique marxienne exposée ici nous paraît ouvrir sur une approche communicationnelle critique adéquate pour penser les recompositions organisationnelles contemporaines ; approche qui nous autoriserait — comme indiqué en introduction de cet article — à rapporter l’analyse de l’activité et de l’organisation sociale aux médiations symboliques ou matérielles partagées disponibles aux acteurs pour opérer l’organisation pratique de leurs rapports réciproques et de leur rapport au monde, et permettrait en même temps d’en saisir empiriquement les modalités d’exercice depuis l’observation située des pratiques des acteurs. Nous entendons en conclusion de cette partie dégager les principaux motifs de cette approche. Nous discuterons par la suite des modalités de problématisation des recompositions organisationnelles contemporaines qu’elle peut fonder.

Critique marxienne et approche communicationnelle critique

  • 12  Nous ne cherchons pas à contester ici l’existence de rapports de classe ou d’inégalités de redistr (...)

20La théorie critique marxienne résumée ici pourrait paraître bien peu appropriée à une approche communicationnelle critique des recompositions organisationnelles contemporaines : la première se présente comme une analyse synthétique des « structures économiques » tandis que la seconde paraît devoir se rapporter à l’étude des pratiques situées par lesquelles se trouve organisée l’action collective. Ces deux approches ne renvoient pourtant pas à deux niveaux distincts de réalité comme existeraient, l’une au-dessus de l’autre, des structures économiques abstraites et des pratiques organisationnelles concrètes. Marx va simplement plus loin dans l’opération analytique de dépliage et de « repliage » des attachements au travers desquels se trouve partagée l’organisation située de l’action collective. La critique marxienne ne consiste pas, en effet, en une économie politique alternative à l’économie politique classique mais bien en une critique de l’économie politique. Elle ne s’adresse pas en premier lieu à la propriété privée des moyens de production, ou aux modalités de redistribution de la richesse sous le capitalisme, mais plutôt au caractère aliénant des médiations que les individus se donnent pour régler leur interdépendance réciproque12. Tandis que les approches communicationnelles de l’organisation — comme la sociologie du travail avant elles — se proposent d’appréhender l’organisation comme une totalité relativement autonome, Marx nous invite plutôt à porter notre attention sur les médiations qui l’attachent aux autres acteurs sociaux sur le mode spécifique de l’échange marchand, et donc à opérer un déplacement de notre objet depuis l’organisation vers les liens qui la traversent. De nombreux travaux se sont en effet proposé ces dernières années de rendre compte du caractère dislocal et disloqué de l’interaction en analysant les opérations de ventriloquie et d’incarnation auxquelles procèdent les acteurs (Cooren, 2010a et 2010b). Ces travaux ont notamment permis d’analyser les effets de présentification et de téléaction permettant aux collectifs de déployer une agentivité propre — en tant que collectifs — depuis l’intérieur même des interactions lorsque les acteurs invoquent leurs textes, règles, etc. (Cooren, 2006 ; Cooren et al., 2008). Mais ces analyses se sont surtout concentrées sur l’étude des effets de présentification et de téléaction de collectifs possédant une identité propre : les « organisations ». Peu de travaux ont ainsi cherché à prendre acte de ce que d’autres « collectifs » téléagissaient également dans les activités de l’organisation lorsque les acteurs attribuaient leurs actions — et les actions de l’organisation — au « marché », à la « conjoncture économique » ou à la « concurrence » qui s’exerce sur leurs activités, en invoquant des bilans comptables, des études de marché, des analyses de compétitivité, etc.

  • 13  Habermas commet d’ailleurs cette erreur. Il en découle chez lui la formulation d’une opposition on (...)
  • 14  Il existe évidemment des formes non économiques d’appropriation de tous par chacun. Pour Marx, le (...)

21L’erreur serait évidemment de reléguer l’analyse de ces phénomènes à l’« économie » et de ne pas voir que ces textes et les figures qui les peuplent constituent bien un mode de présentification spécifique des acteurs sociaux extérieurs à l’organisation13. En effet, ces textes ne constituent pas une pure construction « discursive » des acteurs. Ils résultent de la mise en forme des traces que laisse la circulation des marchandises et de l’argent sur le gigantesque réseau — impossible à suivre en pratique — qui relie de loin en loin l’organisation à l’ensemble des autres acteurs sociaux sur le mode de l’échange marchand. Ces textes ne constituent donc pas de simples outils de gestion des affaires internes de l’organisation, mais ce par quoi se trouve rassemblé et présentifié en situation le collectif qu’assemble ce réseau de circulation de marchandises et d’argent. Ils sont le résultat dans l’ici et maintenant de l’action que chacun des autres producteurs a délégué aux produits de son activité en tant que marchandises « possédant » une valeur leur conférant une agentivité propre. Toute la force de la critique marxienne est de nous inviter à voir dans ce rapport spécifique qu’entretiennent les acteurs au collectif qu’ils composent une singularité propre au mode d’existence aliénant des collectifs « économiques » qu’assemble la circulation des marchandises, et non la conséquence de « lois » transhistoriques appelées par quelque nécessité à devoir sous-tendre le processus de production et de reproduction de notre existence sociale. L’approche marxienne entretient sur ce point une étrange intimité — que nous avons, il est vrai, quelque peu forcée — avec la théorie latourienne de l’acteur-réseau. Bruno Latour nous invite en effet à prêter une attention particulière à la spécificité des médiateurs par lesquels se trouvent composés les collectifs. Les médiateurs, nous dit-il, sont « des modes d’existence. Des êtres qui rassemblent et assemblent le collectif de façon aussi extensive que ce que [nous avons] appelé jusqu’ici le social en [nous] limitant à une seule version standardisée des assemblages ; si [nous voulons] suivre les acteurs eux-mêmes, alors [nous devons les suivre eux] aussi » (2007 : 347). Or, c’est précisément à la spécificité de ces médiateurs (la marchandise, la valeur et le travail abstrait) que s’intéresse Marx et à la différence qu’ils opèrent en amenant les différents acteurs qu’ils relient à ne plus se rapporter les uns aux autres qu’en déléguant leurs actions réciproques aux produits de leurs activités et à la valeur qu’ils portent. Non pas parce qu’il serait a priori déshumanisant de procéder à des énoncés collectants et de rassembler dans de si simples formes la complexité des interactions nécessaires à la reproduction de l’existence sociale, mais parce que ces médiateurs confèrent au collectif qu’ils assemblent un mode d’existence aliénant, ne se présentant à chacun de ses acteurs que sous un pur rapport d’extériorité, comme un être sur lequel ils n’ont aucune prise et aux exigences duquel ils ne peuvent que répondre. C’est donc, pour le dire comme Gabriel Tarde (1999), aux formes spécifiques par lesquelles s’opère l’appropriation économique de tous par chacun que Marx adresse sa critique14.

22Cette perspective nous invite à reconstruire une approche communicationnelle critique des formes d’organisation sociale de la production qui ne se centre plus tant sur les individus en situation de pouvoir ou sur les modalités de redistribution de la richesse que sur l’« acteur-réseau » que compose l’association de ces individus et de ces textes par lesquels se trouvent présentifiés tous les acteurs économiques « extérieurs » à l’organisation. Car au regard de l’analyse présentée ici, dire que « le manager » rationalise l’activité de travail, c’est ne pas prendre en considération la spécificité du réseau de médiateurs avec lesquels il partage son action : son bilan comptable, son étude de marché, etc. Comme le rappelle Latour, dès lors que notre regard se détourne des individus pour se porter sur les relations qui les traversent, il devient impossible d’attribuer une source univoque à l’action. N’apparaît plus, alors, qu’un ensemble de « médiateurs faisant faire des choses à d’autres médiateurs » (Latour, 2007 : 316). C’est d’ailleurs dans cette optique que Latour se propose de substituer la notion d’attachement à celle de réseau. « L’attachement désigne à la fois ce qui émeut, ce qui met en mouvement, et l’impossibilité de définir ce faire faire par l’ancien couplage de la détermination et de la liberté » (Latour, 2000). Ce déplacement nous permet de prendre toute la mesure de la critique marxienne, qui ne porte ni sur une classe d’individus ni même sur l’existence générale d’attachements, mais sur la nature spécifique des attachements marchands par l’intermédiaire desquels il est donné aux individus d’organiser leur interdépendance réciproque. L’émancipation ne consiste pas plus pour Marx que pour Latour en la constitution d’un sujet souverain libéré de tout attachement, mais en la substitution de bons attachements aux mauvais attachements. L’analyse marxienne ne se propose que de pointer la bêtise et la violence des attachements « économiques » qui nous sont disponibles pour nous rapporter les uns aux autres dans le processus de reproduction de notre existence sociale.

23Cette approche communicationnelle critique nous invite à mettre en question sous un jour spécifique l’actuel mouvement de dislocation organisationnelle ; car il convient alors de déterminer si le moment de remédiation des différentes sphères d’activité sociale dont il procède participe d’un dépassement ou d’une simple mutation des formes d’aliénation sociale que fondent la marchandise, la valeur et le travail. Nous entendons esquisser dans la suite de cet article les fondements de ce questionnement depuis une analyse des transformations d’ensemble qui affectent le capitalisme depuis une trentaine d’années. Nous essaierons ainsi de montrer que cette remédiation des différentes sphères d’activité sociale ne participe pas tant d’un dépassement que d’une simple mutation des formes d’aliénation sociale capitalistes ; mutation ressortant d’un déplacement des dynamiques de valorisation économique en direction de l’innovation, de la créativité, de la connaissance et de l’intelligence sociale diffuse.

Du capitalisme industriel au capitalisme cognitif ou l’avènement d’une société-usine

24La suite de notre réflexion s’organisera ainsi depuis l’hypothèse d’une recomposition d’ensemble des formes d’organisation sociale que commande la forme marchandise des produits ; recomposition dont nous entendons ici exposer synthétiquement les principaux facteurs. Il nous importe en particulier que la plupart des analyses s’accordent à attribuer cette restructuration à un épuisement interne — se manifestant dès la fin des années 1960 et le début des années 1970 — des mécanismes co-dépendants de valorisation économique et de régulation sociale du fordisme ; effondrement ressortant d’une baisse tendancielle du taux de profit (Lipietz, 1982), d’une contestation généralisée de l’organisation scientifique du travail et de la norme de l’emploi salarié à vie, et du développement progressif d’une scolarisation de masse. L’affaiblissement des gains de productivité et des supports d’extraction du surtravail aurait ainsi marqué la limite historique des formes structurelles du fordisme, que les grandes grèves des années 1960 et 1970, la rupture des accords de Bretton Woods et les chocs pétroliers successifs seraient venus achever de déstabiliser (Coriat, 1994a).

25Ces éléments convergent vers l’hypothèse d’une recomposition immanente des mécanismes de valorisation du capital : l’automatisation de la production et la réduction historique du temps de travail socialement nécessaire à la production des marchandises — et donc la réduction tendancielle de la valeur de ces marchandises — auraient progressivement invalidé l’efficience des mécanismes d’extraction de la valeur propres à la production industrielle de masse peu différenciée et incité les entreprises à élaborer des stratégies d’extraction des mécanismes de la concurrence commandée par les prix et la productivité ; stratégies d’extraction reposant sur la différenciation des produits et l’intensification du rythme des innovations (Plihon, 2004). Il convient ainsi de nous dégager sur ce point des interprétations de Marx sur lesquelles nous nous sommes reposés jusqu’ici. Celles-ci semblent en effet accorder au caractère temporel de la valeur une dimension « essentialisée ». Pourtant, si cette proposition est bien présente chez Marx, elle ne paraît pas constituer un axiome anhistorique, mais plutôt la conclusion d’une analyse se rapportant à une étape située du développement capitaliste. L’essence temporelle de la valeur décrite par Marx semble donc plutôt devoir être appréhendée comme une « essence opératoire » — « à la Deleuze » — dont il convient aujourd’hui d’enregistrer la transformation ; transformation faisant signe vers la nécessité de mettre en question à nouveaux frais les formes d’aliénation qu’ordonnent la marchandise, la valeur et le travail.

  • 15  Il convient néanmoins que nous clarifiions notre position à l’égard de ces analyses. La notion de (...)

26Nous entendons dans cette partie dégager les principaux motifs de ce questionnement depuis une analyse des modalités de réarticulation des mécanismes de valorisation économique aux différentes sphères d’activité sociale dont procède cette recomposition. Nous emprunterons les principaux éléments de cette réflexion à un ensemble de travaux d’inspiration marxiste y définissant l’avènement d’un capitalisme « cognitif » et d’un « devenir-usine » des sociétés capitalistes avancées15. Nous esquisserons pour conclure quelques lignes de problématisation des formes d’aliénation sociale nouvelles que fonde peut-être cette mutation ; nous essaierons notamment de montrer que celles-ci s’ordonnent autour d’une sorte de maïeutique sociale telle que les entreprises s’y trouvent désormais amenées à organiser les devenirs sociaux autour de leurs vecteurs de valorisation économique propres.

L’hégémonie du travail immatériel

27Le sens de la recomposition dont nous entendons discuter ici peut être dégagé de l’actuel déplacement du « contenu » du travail en direction d’activités toujours plus créatives, communicationnelles, coopérationnelles et intensives en connaissance. L’intention n’en est pas uniquement de prendre acte du rapide développement des secteurs d’activité intensifs en production symbolique ou relationnelle — recherche et développement, communication, services à la personne, etc. — ni d’abord d’attester de l’effet des TNIC sur ces diverses activités ; il s’agit plus profondément de rendre compte d’une réorganisation globale de l’appareil productif autour d’une certaine catégorie d’activités à fortes composantes analytiques, symboliques et relationnelles, que les théoriciens du capitalisme cognitif subsument — de façon quelque peu maladroite — sous la notion de « travail immatériel ». Cette transformation empirique du contenu du travail paraît en effet témoigner d’une hégémonie nouvelle du « travail immatériel » ; notion d’hégémonie qu’il convient ici d’appréhender dans une perspective marxiste en tant qu’elle désigne une tendance du travail immatériel à se trouver placé au cœur de la chaîne de valorisation économique et à imprimer en même temps ses caractéristiques propres à l’ensemble des activités productives. De même que le développement industriel — initialement circonscrit à un ensemble restreint de secteurs — a finalement participé d’une réorganisation générale des activités humaines autour de normes anthropologiques intégrant ses spatialités, ses temporalités et ses rationalités propres, l’hégémonie du travail immatériel paraît signaler l’avènement d’un nouveau moment du développement des « forces productives » appelant à une réorganisation générale des activités humaines autour de ses motifs de valorisation économique propres.

Du capitalisme industriel au capitalisme cognitif

28L’hégémonie du travail immatériel paraît ainsi marquer notre sortie du capitalisme industriel et notre entrée dans un capitalisme cognitif pouvant être défini dans une grammaire régulationniste (Boyer, 2000) comme :

[…] un système d’accumulation associant un mode de production capitaliste, un régime d’accumulation privilégiant la connaissance et la créativité, et un mode de régulation caractérisé par des rapports sociaux fondamentaux et des comportements tournés vers l’innovation, la nouveauté et le partage des droits y afférent (Dieuaide et al., 2003).

  • 16  À titre d’exemple, l’entreprise Foxconn, premier producteur mondial de composants électroniques, a (...)

29L’hypothèse fondamentale sous-tendant cette approche est donc que l’innovation, la connaissance, la capture de la créativité et de l’intelligence sociale distribuée se présentent aujourd’hui comme les principaux vecteurs de création de valeur (Moulier Boutang, 2008 et 2010). Précisons, puisque ce point fait régulièrement l’objet de fâcheux malentendus, que cette proposition ne récuse ni l’importance quantitative du travail « matériel » à l’échelle mondiale ni son rôle dans la production de la valeur d’usage des marchandises. Mon ordinateur ou mon bureau constituent bien évidemment, en tant qu’objets concrets, le produit d’un effort physique qui n’est aucunement destiné à être « dématérialisé ». Cette approche soutient en revanche que la valeur des marchandises semble devoir se rapporter toujours plus à des caractéristiques indépendantes du temps de travail socialement nécessaire à leur production ; alors que, et parce que, l’automatisation progressive de la production16 a enjoint les entreprises à s’extraire des mécanismes de la concurrence par la seule productivité, la valeur des marchandises semble toujours davantage devoir relever de ce qui, précisément, ne peut se rapporter au temps de travail que requiert leur production : leur marque (Willmott, 2010), l’innovation technologique ou « sociale » qu’elles cristallisent, leur capacité à intégrer les consommateurs dans des réseaux de pratiques, etc. La stratégie économique d’Apple témoigne ouvertement de ce déplacement : d’abord parce que la rapide obsolescence de leurs produits — une nouvelle version en est lancée chaque année — en configure largement le rythme des ventes ; ensuite — et peut-être surtout — parce que l’écart entre le coût de production et la valeur finale de ces produits y repose pour une large partie sur l’intégration d’une communauté de clients et de développeurs extérieurs à l’organisation. Le développement d’applications dédiées vendues sur la plateforme d’Apple contribue ainsi, par le mécanisme des rendements croissants d’adoption, à augmenter l’utilité du produit.

30Cette recomposition engage des transformations sensibles dans l’organisation du travail : la mutation des logiques de production industrielle — production allégée, juste-à-temps, etc. (Coriat, 1994b) —, la spécification du changement comme régime de fonctionnement « permanent » de l’organisation (Le Moënne, 2008 ; Orlikowski, 1996), la reconfiguration des dispositifs managériaux autour d’un « savoir-être » (Boltanski et Chiapello, 1999 ; Linhart, 2010), la multiplication des dispositifs de mobilisation subjective des salariés(Floris, 1996), l’importance aujourd’hui manifeste des échanges sociaux que mobilise la coopération organisationnelle (Alter, 2010), le développement de la communication d’entreprise (Le Moënne, 1998)et du marketing (Floris et Ledun, 2005), etc., témoignent ainsi de ce que le positionnement économique de l’organisation ne résulte plus tant de son aptitude à accroître son niveau de productivité que de sa capacité à valoriser l’ensemble des savoirs, des affects, des imaginaires, des pratiques sociales, etc., qu’engage le processus d’innovation transversalement aux phases de conception, de production, de distribution et de consommation.

Vers l’avènement d’une société-usine

31Mais ce déplacement des dynamiques de valorisation économique en direction d’« un savoir vivant non réductible à des machines [et de] l’opinion partagée en commun par le plus grand nombre d’êtres humains » (Moulier Boutang, 2008 : 58) participe surtout d’une profonde recomposition des mécanismes de co-spécification des différentes sphères d’activité sociale. Car il implique que l’efficace des activités productives y dépend finalement moins de l’efficience des opérations déployées depuis « l’intérieur » des cadres spatiaux, temporels et symboliques de l’entreprise que des dispositions de l’organisation à capter et à valoriser économiquement une richesse sociale qui lui est pour une large part « extérieure » et ne lui appartient pas en propre. Cette mutation ne tient pas seulement à ce que le degré de « compétence » des salariés se trouve immédiatement lié à leur environnement social — qualité de l’éducation, degré de développement des infrastructures, qualité de vie, etc. — bien plus qu’à leur environnement professionnel ; elle procède plus profondément d’une réorganisation radicale des attachements assurant l’articulation des mécanismes de valorisation économique aux différentes sphères d’activité sociale qu’engage le processus étendu d’innovation : le capitalisme cognitif paraît ainsi se caractériser par la constitution progressive en vecteur de valorisation économique de l’ensemble des médiations disponibles aux acteurs pour organiser leurs rapports réciproques et leurs rapports au monde transversalement aux différentes sphères d’activité sociale instituées. L’importance qu’ont aujourd’hui les imaginaires publicitaires dans le processus de construction identitaire et l’influence qu’exercent les nouvelles industries numériques sur l’organisation de nos relations privées — Facebook — ou de notre intelligence collective — Google (Sarrouy, 2012) — témoignent de façon radicale de ce déplacement. Les mécanismes de valorisation du capitalisme industriel ne trouvaient à s’actualiser que dans le cadre circonscrit des frontières spatiales, temporelles et symboliques du travail ; le capitalisme cognitif paraît aujourd’hui en étendre le domaine d’exercice à l’ensemble des activités sociales en tant que la disposition des organisations à valoriser les actifs qu’elles engagent ne semble plus tant se rapporter à leur capacité à optimiser l’organisation du travail qu’à leur aptitude à se constituer en tant que médiation indispensable aux acteurs pour organiser leurs rapports réciproques et les devenirs qui en ressortent. C’est depuis la compréhension de ce déplacement qu’il nous est possible de donner sens à la diffusion des modèles d’innovation ouverte et des pratiques de crowdsourcing ; c’est qu’ils autorisent une intégration transversale des acteurs sociaux au processus d’élaboration de ces médiations — en assurant ainsi l’adéquation aux pratiques sociales censées les accueillir — tout en ordonnant l’organisation de ce processus autour des vecteurs de valorisation économique propres à l’organisation : sa marque, ses imaginaires, son réseau d’utilisateurs, son écosystème technique, etc.

32Ce déplacement signale l’avènement d’une société-usine en quoi consiste la subsomption générale de la société aux mécanismes de valorisation économique du capital ; subsomption par quoi nous entendons désigner ici tout à la fois une réorganisation des activités sociales — y compris et surtout des activités hors travail — autour de médiations positionnées par les organisations productives en tant que vecteurs de valorisation de leur capital, mais aussi la saturation des mécanismes productifs par un ensemble de normes sociales extérieures à la pratique économique — puisque la mobilisation de ces médiations par les acteurs n’y est pas a priori motivée par quelque intention de valorisation économique. Alors même que — et parce que — « le contexte entier de la reproduction est subsumé sous la règle capitaliste [...], les relations vitales qui le constituent deviennent directement productrices » (Negri et Hardt, 2004 : 440). Il convient donc pour conclure d’esquisser quelques lignes de problématisation des formes d’aliénation sociale nouvelles qu’ordonne cette réarticulation des mécanismes de valorisation économique aux différentes sphères d’activité sociale.

Dislocation des organisations et mutation des formes d’aliénation sociale

33Certains auteurs voient dans ce déplacement un réencastrement progressif des activités économiques aux autres sphères d’activité sociale que la généralisation de la forme marchandise des produits avait formellement séparées (Arvidsson, 2009 et 2011) ; réencastrement signalant l’avènement d’un capitalisme « éthique » tel que les motifs commandant à la production s’y trouvent saturés de normes sociales — écologiques, esthétiques, éthiques, etc. — extérieures à la stricte sphère productive. Cette hypothèse apparaît fortement contestable dans la mesure où le caractère a priori tautologique des axiomes du système marchand — les individus y sont obligés pour survivre de produire non pas la richesse matérielle nécessaire à la satisfaction de leurs besoins mais une certaine quantité de « valeur » — ne semble pas le moins du monde invalidé par l’actuel déplacement des logiques de valorisation économique. La configuration tautologique des mécanismes productifs continue de s’y opposer à toute forme d’autonomie sociale et d’organisation socialement évaluée de la satisfaction des besoins. La présente dislocation des organisations productives — nous entendons ici la distribution des ressources et activités attachées aux mécanismes de valorisation économique — ne signe pas la fin de toute disjonction pratique et symbolique des différentes sphères d’activité sociale ; mais le grand partage qu’elle instancie en enjoignant aux acteurs d’agir, sur leur temps de travail, au nom d’une organisation spécifique — les positionnant ainsi en rapport d’extériorité aux autres acteurs sociaux — n’y repose simplement plus sur les mêmes mécanismes : cette mise en extériorité ne se fonde plus sur une séparation matérielle — puisque les acteurs de l’organisation y agissent avec des acteurs extérieurs à l’organisation — mais sur une différenciation purement symbolique dont il convient d’évaluer les effets pratiques et les formes d’aliénation sociale qui en ressortent.

34Cette recomposition procède en premier lieu d’une extension du domaine d’activité depuis l’intérieur duquel les pratiques des acteurs se trouvent in-formées par l’exigence de leur adéquation au mode d’existence économique des collectifs qu’assemble la circulation des marchandises. Nous avons vu plus haut que le propre de la médiation marchande est en effet d’attribuer aux collectifs qu’elle assemble un certain mode d’existence « économique » tel que ce collectif ne se présente à chacun de ses membres que sous un rapport d’extériorité abstrait ; rapport exercé et in-formé par la médiation réciproque d’un ensemble d’énoncés collectants — bilans comptables, études de marché, etc. — évaluant la seule disposition de leur activité à se socialiser dans l’échange marchand. Le domaine d’exercice de ces médiations se trouvait jusqu’ici circonscrit à l’espace du travail et de son organisation ; celles-ci semblent aujourd’hui déterminer la configuration d’un nombre toujours plus important des médiations que mobilisent les acteurs transversalement aux différentes sphères d’activité instituées : l’organisation de nos relations sociales par Facebook s’y trouve ordonnée de façon spécifique par l’exigence de valorisation économique des traces numériques qu’elles abandonnent ; la médiation algorithmique et linguistique des internautes proposée par Google se trouve redoublée et configurée par la médiation économique entre offreurs de biens et consommateurs potentiels que constituent les régies publicitaires « personnalisées » (Kaplan, 2011) ; l’engagement des acteurs dans la conception et la diffusion de l’offre marchande par les plateformes de crowdsourcing y consiste en la subsomption d’une part croissante de leurs interactions « privées » aux mécanismes de valorisation du capital. Le rapport singulier que configure la mise en relation marchande des acteurs au collectif « économique » qu’ils composent tend ainsi à ordonner l’organisation d’un nombre toujours plus large d’activités extérieures à la seule sphère productive.

35Mais cette extension du domaine d’exercice des médiations économiques se redouble également d’une recomposition des dynamiques propres aux devenirs sociaux dont elles règlent l’actualisation : c’est que l’injonction sociale abstraite à produire de la valeur ne se traduit plus tant — ou du moins plus seulement — par une intensification du rythme de production que par une intensification du rythme des recompositions que ces médiations imposent aux formes de vie qu’elles ordonnent transversalement aux différentes sphères d’activité instituées. La présente dislocation des organisations productives et la diffusion progressive des pratiques de crowdsourcing témoignent ainsi de ce que le partage symbolique des différentes sphères d’activité sociale tend dorénavant à structurer l’organisation d’une sorte de maïeutique sociale telle que le travail y consiste de plus en plus en l’organisation stratégique des devenirs sociaux débordant l’entreprise autour de ses vecteurs de valorisation économique propres ; maïeutique dont le rythme et les motifs se trouvent déterminés non pas par quelque volonté collective de transformation sociale — en quoi pourrait consister une pratique politique (Castoriadis, 1975) — mais par cette nécessité abstraite à alimenter le cycle incessant du travail qui valorise du capital et du capital qui emploie du travail.

Haut de page

Bibliographie

ALTER, Norbert (2010), Donner et prendre. La coopération en entreprise, Paris, La Découverte.

ARTOUS, Antoine (2006), Marx et le fétichisme. Le marxisme comme théorie critique, Paris, Syllepse.

ARVIDSSON, Adam (2009), « The Ethical Economy : Towards a Post-Capitalist Theory of Value », Capital & Class, 33(97), p. 13-29.

ARVIDSSON, Adam (2011), « Ethics and Value in Customer Co-Production », Marketing Theory, 11(3), p. 261-278.

BOLTANSKI, Luc et Ève CHIAPELLO (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

BOYER, Robert (2000), Théorie de la régulation, Paris, La Découverte.

BRYNJOLFSSON, Erik et Andrew MCAFEE (2011), Race Against The Machine. How the Digital Revolution is Accelerating Innovation, Driving Productivity, and Irreversibly Transforming Employment and the Economy, Cambridge, Digital Frontier Press.

CARDON, Dominique (2005), « De l’innovation ascendante », internetactu.net [En ligne]. http://www.internetactu.net/2005/06/01/de-linnovation-ascendante. Page consultée le 5 août 2012.

CASTORIADIS, Cornelius (1975), L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.

CHESBROUGH, Henry (2003), Open Innovation. The New Imperative for Creating and Profiting from Technology, Harvard, Harvard Business School Press.

CHESBROUGH, Henry et al. (2006), Open Innovation. Researching a New Paradigm, Oxford, Oxford University Press.

COASE, Ronald (1987), « La nature de la firme », Revue française d’économie, 2(1), p. 133-163.

COOREN, François (2006), « The Organizational World as a Plenum of Agencies » dans François COOREN et al. (dir.), Communication as Organizing : Empirical and Theoretical Approaches to the Dynamic of Text and Conversation, Mahwah, Lawrence Erlbaum Associates, p. 81-100.

COOREN, François (2010a), Action and Agency in Dialogue. Passion, Incarnation and Ventriloquism, Amsterdam, John Benjamins Publishing Company.

COOREN, François (2010b), « Ventriloquie, performativité et communication », Réseaux, 5(163), p. 33-54.

COOREN, François et al. (2008), « The Coproduction of Organizational Presence : A Study of Médecins Sans Frontières in Action », Human Relations, 61(10), p. 1339-1370.

CORIAT, Benjamin (1994a), L’atelier et le robot. Essai sur le fordisme et la production de masse à l’âge de l’électronique, Paris, Christian Bourgois.

CORIAT, Benjamin (1994b), « La théorie de la régulation. Origines, spécificités et perspectives », Futur antérieur.

CORSANI, Antonella et al. (1996), Le bassin de travail immatériel (BTI) dans la métropole parisienne, Paris, L’Harmattan.

DIEUAIDE, Patrick et al. (2003), « Le capitalisme cognitif », Journées d’étude MATISSE.

FLORIS, Bernard (1996), La communication managériale. La modernisation symbolique des entreprises, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

FLORIS, Bernard et Marin LEDUN (2005), « Le marketing, technologie politique et forme symbolique du contrôle social », Études de communication, 28, p. 125-140.

HOWE, Jeff (2006), « The Rise of Crowdsourcing », Wired News [En ligne]. http://www.wired.com/wired/archive/14.06/crowds.html. Page consultée le 5 août 2012.

HOWE, Jeff (2009), Crowdsourcing. Why the Power of the Crowd is Driving the Future of Business, New York, Crown Business.

ISCKIA, Thierry et Denis LESCOP (2011), « Une analyse critique des fondements de l’innovation ouverte », Revue française de gestion, 1(210), p. 87-98.

JAPPE, Anselm (2003), Les aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Paris, Denoël.

JAPPE, Anselm (2011), Crédit à mort. La décomposition du capitalisme et ses critiques, Paris, Nouvelles Éditions Lignes.

KAPLAN, Frédéric (2011), « Quand les mots valent de l’or », Le Monde diplomatique, novembre 2011, p. 28.

KOZINETS, Robert V. et al. (2008), « The Wisdom of Consumer Crowds », Journal of Macromarketing, 28(4), p. 339-354.

KURZ, Robert (2002), Lire Marx, Paris, La Balustrade.

LATOUR, Bruno (2000), « Factures/Fractures : de la notion de réseau à celle d’attachement » dans André MICOUD et Michel PERONI (dir.), Ce qui nous relie, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 189-208.

LATOUR, Bruno (2007), Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

LAZZARATO, Maurizio et al. (1993), Des entreprises pas comme les autres : Benetton en Italie, le Sentier à Paris, Paris, Publisud.

LE MOËNNE, Christian (1998), Communications d’entreprises et d’organisations, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

LE MOËNNE, Christian (2008), « L’organisation imaginaire ? », Communication & Organisation, 2(34), p. 130-152.

LE MOËNNE, Christian (à paraître), « Technologies de l’information et de la communication et dislocation des entreprises. Vers une socio-économie de normes et de formes », Actes du colloque sur les imaginaires de la communication, Tours.

LINHART, Danièle (2010), La modernisation des entreprises, Paris, La Découverte.

LIPIETZ, Alain (1982), « Derrière la crise : la tendance à la baisse du taux de profit », Revue Économique, 33(2), p. 195-233.

LOILIER, Thomas et Albéric TELLIER (2011), « Que faire du modèle de l’innovation ouverte ? », Revue française de gestion, 1(210), p. 69-85.

MARX, Karl (1963), Œuvres, tome 1 : Économie 1, Paris, Gallimard, Coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

MARX, Karl (1971), Un chapitre inédit du capital, Paris, Union générale d’Éditions.

MARX, Karl (1984/2011), Manuscrits de 1857-1858 dits « Grundrisse », Paris, Éditions Sociales.

MOULIER BOUTANG, Yann (2008), Le capitalisme cognitif. La nouvelle grande transformation, Paris, Éditions Amsterdam.

MOULIER BOUTANG, Yann (2010), L’abeille et l’économiste, Paris, Carnets Nord.

NEGRI, Antonio et Michael HARDT (2004), Empire, Paris, 10/18.

NICOLAS-LE STRAT, Pascal (2000), « L’exode du travail hors de sa condition salariale », le-commun.fr [En ligne]. http://www.le-commun.fr/index.php?page=l-exode-du-travail-hors-de-sa-condition-salariale. Page consultée le 5 août 2012.

ORLIKOWSKI, Wanda J. (1996), « Improvising Organizational Transformation Over Time : A Situated Change Perspective », Information Systems Research, 7(1), p. 63-92.

PÉRALDI, Michel et Évelyne PERRIN (dir.) (1996), Réseaux productifs et territoires urbains. Cultures urbaines, marchés, entreprises et réseaux, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

PERRIN, Évelyne et Nicolas ROUSIER (dir.) (2000), Ville et emploi : le territoire au cœur des nouvelles formes de travail, Paris, Éditions de l’Aube.

PLIHON, Dominique (2004), Le nouveau capitalisme, Paris, La Découverte.

POSTONE, Moishe (2009), Temps, travail et domination sociale. Une réinterprétation de la théorie critique de Marx, Paris, Mille et une nuits.

QUÉRÉ, Louis (1991), « D’un modèle épistémologique de la communication à un modèle praxéologique », Réseaux, 9(46-47), p. 69-90.

RIFKIN, Jeremy (2005), La fin du travail, Paris, La Découverte.

SALAMA, Pierre et Tran HAI HAC (1992), Introduction à l’économie de Marx, Paris, La Découverte.

SARROUY, Olivier (2012), « Des algorithmes comme actants interactionnels : formes organisationnelles et normes techniques dans le contexte des nouveaux médias » dans Actes du colloque ICA Regional Conference : communiquer dans un monde de norme. L’information et la communication dans les enjeux contemporains de la mondialisation, 7-8 mars 2012, Lille/Roubaix.

TAPSCOTT, Don et Anthony D. WILLIAMS (2006), Wikinomics. How Mass Collaboration Changes Everything, New York, Penguin.

TARDE, Gabriel (1999), Monadologie et sociologie, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond.

VINCENT, Jean-Marie (1987), Critique du travail. Le faire et l’agir, Paris, Presses universitaires de France.

VON HIPPEL, Eric (2005), Democratizing Innovation, Cambridge, MIT Press.

WILLMOTT, Hugh (2010), « Creating <Value> Beyond the Point of Production : Branding, Financialization and Market Capitalization », Organization, 17(5), p. 517-542.

Haut de page

Notes

1  Notion d’organisation productive par laquelle nous entendons désigner ici toute forme d’organisation sociale visant la valorisation économique des agirs qu’elle ordonne.

2  La définition de cette approche s’inspire librement de celle qu’expose Louis Quéré (1991). Nous entendons néanmoins nous démarquer de cette position en en évacuant le logocentrisme latent et en en portant les principaux schèmes à l’analyse de phénomènes usuellement ignorés dans ces travaux.

3  Nous empruntons la notion de fait stylisé à Nicholas Kaldor pour désigner des faits très significatifs ne pouvant néanmoins être chiffrés avec certitude.

4  Notion résultant de la contraction des mots crowd (la foule) et outsourcing (externalisation), parfois traduite par l’expression d’approvisionnement par les foules.

5  Cette liste n’est évidemment pas exhaustive.

6  Par la catégorie de « marxisme traditionnel » — que nous empruntons à Moishe Postone (2009) —, nous entendons une certaine lecture de l’œuvre de Marx centrée sur l’analyse des mécanismes d’exploitation.

7  Ce qui ne signifie pas que les critères qui président à cette distribution soient nécessairement « égalitaires », « justes » ou « rationnels ». La plupart découlent de rapports d’autorité politiques et religieux.

8  Voir notamment Marx (1971).

9  Nous pourrions ajouter que, si la valeur mesure bien par quelque aspect la richesse produite, c’est de façon bien singulière puisqu’en totale indifférence à la spécificité des marchandises qui en constituent le support. De ce point de vue, un ordinateur, une poule ou une bombe à fragmentation sont des « porteurs » de valeur parfaitement indifférenciés, dont nous conviendrons pourtant qu’ils ne participent pas de façon identique à l’augmentation de la richesse matérielle.

10  La place nous manque ici pour développer le contenu cette analyse. Pour plus de détails, voir Marx (1963 : en particulier 561-568)

11  C’est pour cette raison que Marx parle d’ailleurs de « fétichisme de la marchandise ». En attribuant une « valeur » aux produits de l’activité humaine, nous leur conférons une agentivité qui apparaît comme leur étant propre quand de toute évidence, aucun produit ne possède « en lui-même » une valeur. Le terme de fétichisme a fait couler tellement d’encre et suscité tellement de malentendus que nous avons préféré nous en passer ici.

12  Nous ne cherchons pas à contester ici l’existence de rapports de classe ou d’inégalités de redistribution de la richesse sous le capitalisme. Nous soulignons simplement que dans l’interprétation de la critique marxienne proposée ici, ces inégalités sont secondes en ce qu’elles se fondent elles-mêmes sur les logiques propres de la marchandise, de la valeur et du travail.

13  Habermas commet d’ailleurs cette erreur. Il en découle chez lui la formulation d’une opposition ontologisée entre « travail » et « interaction ». Voir sur ce point Postone (2009).

14  Il existe évidemment des formes non économiques d’appropriation de tous par chacun. Pour Marx, le second problème vient du fait que, sous le capitalisme, les formes d’appropriation économique tendent à polariser toutes les autres.

15  Il convient néanmoins que nous clarifiions notre position à l’égard de ces analyses. La notion de capitalisme cognitif constitue en effet une notion duale visant tout autant à rendre compte des récentes mutations de l’appareil productif qu’à orienter un projet de réactualisation des catégories fondamentales du marxisme ; projet reposant sur une interprétation de Marx sensiblement distincte de la lecture sur laquelle nous nous appuyons dans cet article. Nous nous attacherons donc à faire preuve d’une certaine prudence dans la mobilisation des concepts que nous emprunterons ici à ce dispositif théorique. Si nous nous approprierons l’interprétation des recompositions économiques et sociales contemporaines qu’ils portent, nous conserverons une certaine distance par rapport au projet critique qui en sous-tend la formulation — projet dont nous ne pourrons malheureusement discuter ici par manque de place.

16  À titre d’exemple, l’entreprise Foxconn, premier producteur mondial de composants électroniques, a récemment entrepris d’automatiser sa chaîne de production pour faire face à la « hausse » des salaires chinois. Sur près d’un million d’employés, 500 000 se verront ainsi remplacés par des machines d’ici à 2015. Le fondateur de l’entreprise précise qu’il veut « faire grimper ses travailleurs, […] plus haut sur la chaîne de valeur ajoutée, au-delà du travail industriel de base » (Le Monde du 3 août 2011). De nombreux ouvrages se proposent d’ailleurs d’analyser ce processus d’automatisation progressif de la production (voir à titre d’exemple Rifkin, 2005 ; Brynjolfsson et McAfee, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Sarrouy, « Critique marxienne de l’économique politique et devenir-usine des sociétés capitalistes avancées », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3880 ; DOI : 10.4000/communication.3880

Haut de page

Auteur

Olivier Sarrouy

Olivier Sarrouy est professeur à l’Université Rennes 2 et membre du Laboratoire PREFics. Courriel : olivier.sarrouy@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org