Navigation – Plan du site
Articles

Pratiques alternatives de gestion dans les organisations publiques d’insertion socioéducative brésiliennes

Étude critique de cas
Isabelle Ruelland

Résumés

L’auteure présente une compréhension des dimensions normative et méthodologique ainsi que des effets de pratiques de gestion inspirées d’approches critiques dans dix organisations d’insertion socioéducative brésiliennes. Son analyse repose sur des données issues d’une étude de cas réalisée auprès des acteurs impliqués dans la création et la gestion d’espaces de communication organisationnelle critique. Les résultats révèlent les particularités normatives de dispositifs « éthiques, politiques et esthétiques » propres aux organisations publiques brésiliennes.

Haut de page

Texte intégral

1L’histoire récente des organisations publiques d’insertion socioéducative brésiliennes est marquée par l’engagement de gestionnaires et de professionnelsqui mettent en avant des pratiques de gestion innovantes dans une perspective critique. Les pratiques qu’ils proposent s’avèrent critiques puisqu’ils se soustraient d’une longue tradition dans la plupart des sciences sociales, tradition qui considère que « […] la gestion est avant tout une affaire de rationalité, de technique, de stratégie, de planification, d’acte ou de changement intentionnel, etc. » (Sévigny, 1993 : 118). Ils s’engagent dans cette voie entre autres parce qu’ils sont convaincus que la participation collective à la gestion favorise non pas seulement la production de service socioéducatif de qualité, mais aussi la démocratie organisationnelle et l’émancipation des sujets impliqués (Campos, 2005 ; Silva Paim, 2008 ; Wagner de Lima Gois, 2008 ; Ferreira Mendes, 2007).

2Plusieurs approches influencent ces pratiques de gestion comme la théologie de la libération, la pédagogie des opprimés de Paolo Freire (1975), la recherche-action participative de Fals Borda (1972), certaines théories marxistes, féministes, postcoloniales, etc. (Sandoval, 2000 ; Anadon et Savoie-Zajc, 2007). Celles-ci ont en commun de prioriser un engagement politique et idéologique de transformation organisationnelle à l’égard des inégalités sociales. Plus récemment, des gestionnaires préfèrent se tourner vers une approche « éthique, politique et esthétique ». Concrètement, les dispositifs organisationnels inspirés d’une telle approche prennent la forme d’espaces de communication transversale par lesquels les acteurs impliqués sont invités à critiquer et à transformer les discours et les pratiques institués.

3L’approche éthique, politique et esthétique connaît aujourd’hui un essor dans les établissements publics de services sociaux et de santé du Brésil (Vasconcelos, 2010). De véritables instituts d’actions sociales pluridisciplinaires consacrés à cette approche se sont créés, en lien avec les universités locales, mais aussi avec les activistes de quartier (Cusset, 2003 ; Rolnik, 2000). Bien qu’elle soit surtout répandue au sud et au sud-est du Brésil, cette approche rayonne en Argentine et en Uruguay (Ruelland, 2008). Malgré son déploiement, la littérature spécialisée (Baremblitt, 2003 ; Guattari et Rolnik, 2000 ; Lancetti, 2008 ; Merhy, 2002 ; Passos et al., 2010 ; Saidon, 2008) ne permet pas actuellement de comprendre comment une telle approche influence concrètement les pratiques organisationnelles dans les établissements publics d’insertion socioéducative du Brésil.

  • 1 Pour faciliter la lecture, le générique masculin est utilisé dans l’unique but d’alléger le texte.

4Dans cette perspective, la recherche sur laquelle se fonde cet article a pour objectif de comprendre comment l’approche éthique, politique et esthétique influence la gestion d’organisations publiques à partir de l’analyse de pratiques qui s’en inspirent dans dix établissements d’insertion socioéducative pour jeunes contrevenants1 au Brésil. Plus précisuwément, il s’agit de comprendre les agencements de différentes dimensions des pratiques de gestion inspirées de l’approche éthique, politique et esthétique à partir des discours et des actions des gestionnaires qui les mettent en œuvre. Sans prétendre offrir un panorama exhaustif de toutes les dimensions impliquées dans la construction et la mise en application de telles pratiques, cette recherche se concentre sur l’étude des agencements entre les dimensions normative et méthodologique ainsi que sur les effets produits par ces pratiques.

5Puisqu’ils définissent les modes des communications organisationnelles, nous nous intéressons davantage aux gestionnaires et à leurs pratiques d’organisation des espaces communicationnels. Après avoir exposé une revue de la littérature sur l’approche éthique, politique et esthétique, nous proposons de décrire la démarche méthodologique et le cadre de référence de notre recherche pour par la suite présenter nos principaux résultats ainsi que les pistes de recherche qu’elle fait ressortir.

L’approche éthique, esthétique et politique : un survol théorique

6Qu’elles soient issues de la sociologie critique ou des critical management studies, les recherches adoptant une approche critique des pratiques de gestion ont en commun une volonté de dénoncer les injustices sociales qu’elles contribuent à reproduire dans les organisations publiques ou privées. Dans ces études, on insiste par exemple sur l’importance des relations de pouvoir historiquement et socialement constituées, sur l’inscription des faits économiques et des pratiques de management dans des contextes idéologiques singuliers, qu’elles analysent en misant entre autres sur l’importance du rôle des techniques et des discours dans la formation de la subjectivité. Les conditions de légitimation de la production des discours et des techniques managériaux sont mises en évidence « […] en attirant l’attention sur les <fermetures discursives> que tiennent pour acquis certains postulats et certaines idéologies » (Huault, 2008 : 317). Les pratiques de gestion sont ainsi comprises sous l’angle de la subjectivation qui permet de mieux saisir la relation de plus en plus fine, et de plus en plus individualisée, du couple émancipation-assujettissement (Martuccelli, 1999). Par exemple, l’une des thèses centrales dans les analyses de Michel Foucault (2001b), Gilles Deleuze et Félix Guattari (1980), Michel Hardt (1998), Georges Lapassade (1974), René Lourau (1981), Louis Althusser (2001), Judith Butler (2002) et d’autres est que la subjectivité n’est pas originelle ou fixée d’avance : elle se forme, à un certain degré au moins, dans le champ des forces sociales. Ces analyses ont graduellement vidé de leur contenu toute notion de subjectivité présociale (inconsciente) pour enraciner la production de subjectivité dans le fonctionnement des institutions et des organisations (Hardt, 1998 : 370). Plus précisément, la subjectivité et le sujet se constituent au fil des nombreux agencements (matériels, relationnels) que le sujet crée par ses actes et ses paroles dans un processus en devenir constant. Dans cette perspective, ce sont les nouvelles subjectivités produites par le pouvoir en acte (parole ou geste) qui peuvent transformer les discours et les pratiques de gestion, c’est-à-dire les « modes de subjectivation » de l’organisation.

  • 2  Par exemple, les recherches de la psychologue brésilienne Suely Rolnik exposent comment ces deux f (...)

7Grosso modo, la compréhension des modes de production de subjectivation oscille entre deux extrêmes dans ces différentes études critiques. Il y a d’un côté la subjectivation « capitaliste », qui produit une relation à soi d’aliénation où les valeurs concernent le niveau individuel et narcissique dans un culte de soi. De l’autre côté se situe la subjectivation « éthique, politique et esthétique », qui produit une relation à soi de création où les valeurs concernent davantage l’altérité dans un processus d’invention de nouvelles coordonnées de production subjective facilitant l’affirmation et l’expansion du potentiel de soi et des autres. Cette seconde manière d’aborder les modes de subjectivation varie d’une recherche à l’autre et d’une approche critique à l’autre2. Attardons-nous sur cette seconde approche au cœur des pratiques de gestion brésiliennes sur lesquelles porte cette recherche.

  • 3  On associe souvent ce courant aux auteurs suivants : Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Félix Guatta (...)

8L’approche éthique, politique et esthétique s’inscrit dans un courant philosophique ne faisant pas consensus en ce qui a trait à son appellation. En effet, on le qualifie souvent, pour simplifier, de philosophie de la différence ou de poststructuralisme (Cusset, 2003). Compte tenu des nombreuses différences entre les idées des penseurs qui sont associés à ce courant3, la plupart d’entre eux récusent même l’idée qu’ils forment un « courant » philosophique particulier (Foucault, 2001a). Indépendamment de ce débat, il importe de souligner que cette approche est marquée par une ontologie singulière inspirée de ce que Guattari (1992) nomme le paradigme « éthico-politico-esthétique ». Avec ce paradigme, ce dernier propose une stratégie d’expérimentation à même de créer de nouvelles formes de lecture de la réalité par un refus de tout lieu de vérité. Sa principale caractéristique est la déconstruction des hiérarchies et des frontières qui divisent les champs de connaissances par une rupture permanente des représentations établies.

9Dans cette perspective, connaître revient à inventer un champ de problématisation à partir d’une dénaturalisation des dichotomies (individu-société, objet-sujet, homme-nature, théorie-pratique, etc.) et d’une recréation permanente du champ d’investigation. Sujet et objet ne sont pas perçus comme des réalités qui préexistent à la production de connaissance. Leur agencement vient avant cette dichotomie et construit ses termes. Ils prennent forme ensemble dans le même « fond » présujet et préobjet. Ce fond (aussi nommé « corps-sans-organe ») ne peut être représenté ; il peut être « éprouvé » dans une ouverture esthétique mobilisant la sensibilité ainsi que par une forme de critique éthique, politique et esthétique facilitant la construction permanente d’agencements afin de ne pas priver la pensée de l’éclairage du « champ de possibles non programmés » (Guattari, 1992).

  • 4  L’imaginaire « instituant » est en rupture avec l’« institué » de l’institution. Développer l’imag (...)
  • 5  Pour Deleuze et Guattari (1980), le désir est l’élément de l’autre et de soi qui facilite la trans (...)
  • 6  Cela fait référence à un mode de croissance particulier en biologie : le rhizome se ramifie en de (...)

10L’approche éthique, politique et esthétique comme fondement normatif de l’action incite donc à maintenir un point de vue critique permettant de s’agencer à des événements construits au fil de gestes et de paroles libérateurs de désirs enfouis dans la résignation, l’habitude et la perte de sens. En s’inspirant de Cornelius Castoriadis (1999)4, Lapassade (1975) soutient que ces événements facilitent explicitement ou implicitement la production de « forces instituantes » dans l’organisation. Tout comme le désir5 et la production de subjectivité, l’événement est imprévisible : il suit un « mouvement rhizomique »6. Le pouvoir de l’événement est au cœur d’un système conceptuel résolument anti-essentialiste qui formalise des espaces communicationnels critiques producteurs de subjectivité. Ces espaces communicationnels se fondent sur une ouverture éthique, politique et esthétique du sujet : ouverture « éthique » (penser = observer les différences émergentes et affirmer le devenir continu de la production de subjectivité à partir de ces différences), « politique » (penser = s’inscrire dans une lutte contre les forces obstruant ou capturant la production de subjectivité) et « esthétique » (penser = créer comme dans une œuvre d’art au lieu de tendre à la maîtrise d’un champ de savoir particulier) (Rolnik, 1994). Ces trois dimensions dessinent les contours d’une sensibilité à se laisser surprendre et déstabiliser par la différence créée au contact de la réalité toujours autre. En somme, Guattari (1992) considère que le sujet peut, par une attitude singulière — éthique, politique et esthétique —, produire de nouveaux territoires existentiels. En quoi cette approche est-elle différente des autres approches critiques qui se déploient dans les pratiques organisationnelles brésiliennes ?

11La plupart des approches critiques des pratiques de gestion au Brésil s’inspirent plus ou moins fortement des théories marxistes ainsi que de la psychanalyse pour comprendre les processus psychique, organisationnel et social (Sandoval, 2000). La psychanalyse est généralement utilisée pour comprendre et analyser les enjeux psychiques des sujets. Les différents angles d’analyse (dimensions énergétique, économique, topique, relationnelle, etc.) que la psychanalyse a développés pour étudier le système psychique et ses dynamiques convergent vers une conception des bases de l’expérience humaine en perpétuel conflit — conflit entre désirs et réalité, entre pulsions de vie et pulsions de mort, entre le jeu de ces pulsions et la rationalité du moi et du surmoi, etc. Le sujet repose sur des conflits fondamentaux par rapport auxquels il réalise des compromis temporaires ou transitoires. Pour leur part, les grilles d’analyse marxiste, postmarxiste ou tout au moins critique fondent les compréhensions et les conceptions des processus organisationnel et social. De telles grilles orientent l’analyse vers le pouvoir (les conflits de pouvoir, l’autorité, etc.). Les enjeux de pouvoir demeurent au cœur de l’organisation et de son fonctionnement : dans les rapports de domination, d’inégalité, d’aliénation, etc.

12Tant sur le plan psychique que sur le plan social, les référents théoriques critiques orientent les analyses vers le conflit. Dans la pratique, les gestionnaires ou plutôt les praticiens critiques proposent de favoriser la « démocratie conflictuelle » entre tous les membres de l’organisation, où participation et implication dépendent de la constitution d’une base collective de débat mettant en lumière les inégalités fondamentales (Lourau, 1981). Cette dynamique conflictuelle a lieu dans le groupe et est facilitée par une pratique organisationnelle critique spécifique. Par exemple, avec la socioanalyse (Lapassade, 1975), le praticien cherche à confronter le groupe aux enjeux sociaux qui le traversent dans le but de produire des changements sociopolitiques plus larges que l’organisation. Cette pratique de confrontation se heurte souvent au défi de marier les dimensions psychiques, organisationnelles et sociales dans le travail de groupe. En effet, le praticien court le risque de réduire les dimensions sociale et politique à celles du psychique ou, inversement, de nier le psychique et ses résistances en survalorisant le pouvoir social du groupe.

13Dans la perspective de l’approche éthique, politique et esthétique, ce risque peut être évité en renonçant aux représentations dichotomiques de la réalité. De ce point de vue, le groupe est conçu comme une combinaison singulière de composantes hétérogènes ouvrant différents champs de visibilité et de manières de parler (Benevides, 1997). Le groupe n’est pas « […] le lien organique qui unit des individus hiérarchisés, mais un constant générateur de <désindividualisation> » (Foucault, 2001a : 135). Une telle conception remet en question toute définition du groupe comme entité reposant sur un but commun entre ses membres ; il n’y a que l’évidence de l’effet provisoire qui se maintient. Il n’y a pas de disposition ordonnée possible entre les parties, mais plutôt des ouvertures et des bifurcations divergentes qui s’opposent en s’affirmant et en se multipliant, échappant ainsi aux représentations dichotomiques propres aux théories critiques plus classiques (Benevides, 1997 : 186). Pour illustrer ce mouvement, Guattari (1972) reprend la notion de groupe-sujet de Jean-Paul Sartre (1960). En opposition avec le « groupe-sérialisé » (Sartre, 1960) ou le « groupe-assujetti » (Lapassade, 1974) qui est soumis aux forces instituées véhiculées par les institutions qui le traversent, le groupe-sujet se libère de celles-ci tout en potentialisant l’émergence des forces instituantes d’un collectif toujours en train de se faire. Ainsi, « [l]es groupes-sujets ne cessent de dériver par rupture des groupes-assujettis : ils font passer le désir, et le recoupent toujours plus loin, franchissant la limite, rapportant les machines sociales aux forces élémentaires du désir qui les forme » (Deleuze et Guattari, 1972 : 416).

14Par conséquent, au lieu de s’attaquer aux sources de l’exclusion sociale par une approche communautaire de lutte des classes, les gestionnaires et les praticiens qui s’inspirent de l’approche éthique, politique et esthétique s’intéressent davantage à la subjectivité socialement ou collectivement produite. Il n’est pas question pour eux de dissoudre la subjectivité humaine dans la complexité sociale qui ferait perdre au sujet sa capacité réflexive d’agir politiquement sur le monde. L’attention est plutôt portée sur l’affirmation d’un sujet collectif, sur la prise de parole sociale, sur la production collective de subjectivation vers une articulation commune entre vision du monde et intervention dans le monde. Cette conception rejoint en quelque sorte celle de la pensée critique classique (marxisme, école de Francfort)selon laquelle l’ultime valeur du sujet, historiquement construit, réside dans sa capacité réflexive d’agir politiquement sur le monde. Elle s’en démarque aussi puisqu’elle incarne

[…] la possibilité d’une critique pragmatique radicale continue, loin du freudo-marxisme dominant, offrant enfin une alternative théorique détotalisée, affinée, ramifiée, ouverte aux enjeux de l’intensité, des flux de signes et du sujet multiple ; les outils, en un mot, d’une critique sociale pour aujourd’hui (Cusset, 2003 : 345).

15En ce sens, l’approche éthique, politique et esthétique invite à trouver, par tous les moyens possibles, comment se réapproprier la capacité d’être transformé par l’autre ; un peu comme le « frisson du nous » de Samuel Beckett (1961).

16Pour Guattari (1977), la différence entre une pratique organisationnelle alternative inspirée des théories critiques classiques et ce qu’il nomme l’« acte micropolitique » (ou « moléculaire ») de l’approche éthique, politique et esthétique se situe sur le plan de la « politique de signification ». D’un côté, on accepte les significations comme des incontournables, avec la certitude de les retrouver inévitablement à tous les niveaux sémiotiques. De l’autre côté, on les accepte de fait, dans le cadre d’un système organisationnel particulier, mais en contrepartie, on se propose de mener une lutte micropolitique susceptible de creuser ces significations de l’intérieur, de façon à permettre aux multiplicités intensives de se dégager de la tyrannie du « surcodage signifiant » (Guattari, 1977).

17En résumé, les pratiques organisationnelles d’inspiration critique valorisent la conscientisation et la politisation des personnes, des groupes et des organisations en se préoccupant des transformations sociopolitiques plus larges. Avec l’approche éthique, politique et esthétique, un autre courant critique se démarque. Celui-ci repose sur une triple critique du sujet, de la représentation et de la continuité historique linéaire. Il remet en question les discours et les concepts totalisants et réifiants en valorisant plutôt « […] les mouvements spontanés et les insurrections non coordonnées, contre l’image rétrospective, et totalisante, d’un programme réalisé et d’une continuité » (Cusset, 2003 : 157) en plus d’éclairer « […] les effets de pouvoir au sein de formations discursives, et les effets de discours au cœur même des pratiques » (Cusset, 2003 : 341).Comment les fondements normatifs tout comme les conceptions théoriques de l’approche éthique, politique et esthétique influencent-ils les pratiques organisationnelles dans le quotidien de l’organisation publique d’insertion socioéducative ? C’est ce que notre étude cherche à éclairer.

Méthodologie de recherche

18Pour faciliter l’atteinte de l’objectif de cette recherche — comprendre les agencements des dimensions normative, méthodologique ainsi que des effets produits par la gestion inspirée de l’approche éthique, politique et esthétique à partir des discours et des actions des gestionnaires qui la pratiquent —, nous faisons intervenir la démarche qualitative de type exploratoire. Essentiellement, notre étude repose sur un échantillon typique ou intentionnel de dix centres d’insertion socioéducative pour jeunes contrevenants ayant participé à un processus d’intervention organisationnelle s’inspirant de l’approche éthique, esthétique et politique. Cette intervention a été réalisée par un institut spécialisé dans l’accompagnement et dans l’implantation de cette approche critique de la gestion dans les organisations brésiliennes de services publics variés. La période de cette intervention a été choisie parce qu’elle constitue un moment important de débats et de réflexions sur les modes de gestion inspirés de l’approche éthique, politique et esthétique par les acteurs impliqués (gestionnaires, employés, jeunes touchés). Cet institut a été choisi à partir d’une technique d’échantillonnage non probabiliste « boule de neige » et des critères de sélection suivants : nombre d’années de pratique dans la gestion inspirée de l’approche éthique, politique et esthétique, nombre de participations à des activités de réflexions sur le thème de l’approche éthique, politique et esthétique (séminaire, formation, rencontre, colloque, etc.) des praticiens de l’Institut, nombre d’organisations de ce type d’activité, nombre de publications d’articles et de livres portant sur cette même approche et niveau de reconnaissance dans le milieu de la gestion publique (considéré comme une référence dans l’approche éthique, politique et esthétique par le milieu universitaire) de l’Institut.

19L’institut sélectionné est une entité sans but lucratif qui a pour mission d’appuyer et d’accompagner des personnes, groupes et organisations en situation de vulnérabilité sur les plans psychique ou social grâce à une équipe multidisciplinaire composée de professionnels de domaines variés — psychologie, psychiatrie, service social, pédagogie, sociologie et anthropologie. Cet établissement est composé d’une équipe de dix professionnels qui assurent la gestion des différents services. L’envergure de l’intervention observée pour cette étude de terrain a nécessité l’implication de ces dix personnes. Elles ont d’ailleurs toutes été interrogées et observées dans leur pratique.

  • 7  Par souci de confidentialité, nous avons créé un nom fictif pour cet État.

20Les dix organisations publiques d’insertion socioéducative pour jeunes contrevenants auprès desquels a eu lieu l’intervention organisationnelle relèvent du Département de gestion des services et des mesures socioéducatives (SAME) du Secrétariat de la défense sociale du gouvernement de l’État de Rio Preto7 au Brésil. C’est à la SAME que reviennent les tâches de planification, de coordination, de supervision et l’orientation de l’exécution des mesures socioéducatives pour les jeunes contrevenants (accompagnement juridique, curriculum pédagogique, intervention psychosociale, etc.) et de consolidation du réseau de services. Depuis 2000, la SAME oriente ses politiques et ses services afin, d’une part, de consolider le lien avec la famille et la communauté du jeune contrevenant et, d’autre part, de créer des programmes pédagogiques orientés vers la réinsertion socioéducative et la formation permanente des professionnels travaillant auprès du jeune. Dans cet esprit, une nouvelle méthodologie de travail se nommant Cogestion a été implantée en 2001. Celle-ci repose sur la consolidation d’ententes avec des établissements réputés pour leur expertise dans le domaine, comme l’Institut. Un programme de Cogestion s’est construit avec cet institut qui propose un accompagnement touchant à la gestion globale des centres. Par cet accompagnement, l’Institut tient à faciliter l’émergence d’une approche éthique, politique et esthétique dans les modes de gestion par l’intermédiaire de divers dispositifs pratiques. Notre recherche porte sur cet accompagnement ayant eu lieu entre juin 2005 et juin 2008.

21Au moment de l’étude, dix centres pour jeunes contrevenants sont comptabilisés dans l’ensemble de l’État de Rio Preto. Chacun d’eux présente un historique et une structure différents. Les centres comptent de 50 à 200 jeunes. Il n’y a pas de standards de gestion d’un centre à l’autre, à cause des différences entre les formes de partenariat, de financement et de gestion. Un centre est généralement constitué d’un directeur, d’une équipe administrative — incluant une adjointe à la direction, des secrétaires, des coordonnateurs de la sécurité et des coordonnateurs des services offerts aux jeunes —, d’agents de sécurité, d’une « équipe de technique » — nom donné à l’équipe d’intervention auprès du jeune constituée de psychologues, d’ergothérapeutes, de travailleurs sociaux, d’éducateurs et d’avocats — et d’employés de soutien — responsables de l’entretien ménager, chauffeurs, infirmiers et parfois médecins et cuisiniers.

  • 8  Ces dimensions demeurent heuristiques dans le sens où elles permettent de découvrir les situations (...)

22Pour chaque centre à l’étude, nous avons réalisé une trentaine d’heures d’observation en situation, de l’analyse de documents ainsi que des entretiens individuels et collectifs auprès des gestionnaires. Les personnes interviewées ont été choisies en fonction des critères suivants : le type d’engagement dans l’organisation, le niveau d’implication dans les discussions et les pratiques de gestion inspirées par l’approche éthique, politique et esthétique. Par la diversité et la quantité de contenus recueillis, l’analyse des données présentées ici s’appuie sur un canevas heuristique8 d’analyse construit à partir de trois dimensions (normative, méthodologique et effets produits) au cœur des pratiques organisationnelles observées.

23Les aspects normatifs de la pratique organisationnelle font généralement référence à la finalité de la pratique ainsi qu’aux valeurs qui la sous-tendent. Plus précisément, la « conception normative » des gestionnaires inclut ici leurs valeurs (modèle, critère ou idéal normatif des conduites humaines) et l’orientation que ceux-ci donnent à leurs actions (visée de l’action, but, finalité) en fonction de leurs valeurs. Pour sa part, la dimension méthodologique de la pratique organisationnelle fait à la fois référence au cadre de l’action et à son déroulement. Elle prend forme dans les relations avec l’ensemble des personnes y participant et le gestionnaire impliqué. Le cadre et le déroulement de la pratique organisationnelle sont abordés dans leurs aspects méthodologiques en fonction des sous-dimensions sur lesquelles reposent le cadre de cette pratique — le gestionnaire, le rapport à la demande de l’organisation — et son déroulement — le modèle et les stratégies d’action (Dubost, 1987). Finalement, les effets produits renvoient à toute forme d’effet (subjectif, pratique et structurel) des pratiques de gestion observées.

24Ce canevas d’analyse simple facilite la compréhension des paroles et des actions au cœur des pratiques à l’étude. En nous basant sur l’observation des actions et sur l’écoute des paroles de gestionnaires, nous avons pu cerner comment se construisent et s’opèrent de telles pratiques. Les résultats seront présentés en fonction de ces trois dimensions heuristiques.

Cartographie de pratiques de gestion inspirées de l’approche éthique, politique et esthétique au Brésil

Fondements normatifs

25L’approche éthique, politique et esthétique s’agence et transforme la dimension normative (valeurs et finalités d’action) des pratiques de gestion observées.Perçue comme un dispositif de « production de subjectivité », la gestion a pour moyen et fin l’« utopie active » (forme de « vouloir-vivre » continu) à laquelle s’associe la majorité des gestionnaires rencontrés. Dans les dix organisations observées, l’utopie active comme finalité explicite dans les discours se traduit, dans la gestion, par la volonté des gestionnaires à intégrer toutes les personnes d’un même centre (employés et jeunes desservis) de même qu’à construire un processus de travail collectif, dialogique et créatif d’autoanalyse et d’autogestion. L’autoanalyse renvoie ici au processus de dialogue critique producteur de savoir entre les personnes ou les groupes sur leurs difficultés et leurs potentiels ; quant à elle, l’autogestion caractérise le processus d’organisation par lequel se consolident et se mettent en application leurs potentialités permettant de dépasser leurs difficultés. Les gestionnaires rencontrés souhaitent ainsi favoriser la critique et la transformation permanente des modes de gestion institués pour le mieux-être de tous. Sous cet angle, la gestion renvoie à toute action facilitant explicitement ou implicitement la libération des mécanismes instituants de l’organisation.La figure 1 permet d’imager les fondements normatifs des pratiques des gestionnaires observés.

Figure 1. L’utopie active comme fondement normatif de pratiques de gestion

Figure 1. L’utopie active comme fondement normatif de pratiques de gestion
  • 9  Tous les verbatim figurant dans ce texte ont été traduits du portugais brésilien au français par l (...)
  • 10  Para que o instituido fica produtivo ele preciso ser constantemente acompahado pelo devir social d (...)
  • 11  Para nos, um das temáticas privilegiadas é o processo de subjetivação política como os conflitos. (...)

26Comme principe normatif, l’utopie active marque aussi les conceptions que les gestionnaires ont du groupe et de l’organisation. En effet, la plupart d’entre eux valorisent davantage le potentiel instituant de l’organisation. Selon Luciane9, « pour que l’institué soit productif, il doit constamment accompagner le devenir social des forces instituantes10 » (Luciane-1). Sous cet angle, le consensus émergeant dans un groupe de travail est rapidement soupçonné d’être un mode de reproduction des mécanismes d’assujettissement organisationnel. Au dire de Julio, il est préférable de miser sur la créativité des disputes : « Pour nous, une des thématiques privilégiées est le processus de subjectivation politique comme les disputes et les conflits. Ils ouvrent les possibilités d’invention de la multiplicité. Cela importe plus que la recherche d’un consensus groupal11 » (Julio-2). Par son potentiel instituant, la dispute ou le conflit dans le groupe constituent, aux yeux des personnes rencontrées, des leviers facilitant la transformation des pratiques organisationnelles vers un « devenir groupe-sujet » lorsque ceux-ci sont problématisés et critiqués collectivement.

  • 12  A duvida funciona possibilitando a conectividade entre um momento e outro entre o pólo emanciapato (...)

27Dans les discours et les pratiques étudiés, on remarque aussi une posture éthique singulière des gestionnaires, qui repose sur une sensibilité à cerner la part de ce qui est singulier, contingent, arbitraire à travers ce qui est donné comme universel, nécessaire ou obligatoire. Par exemple, un des gestionnaires propose une forme d’« éthique du doute » envers ce qui est institué : « Le doute fonctionne en rendant possible la connectivité entre un moment et un autre, entre le pôle émancipateur-événementiel et le pôle régulateur-néolibéral de la résignation. Le doute est comme un câble qui lie ces deux pôles12 » (Gerardo-3). Sous cet angle, la réflexivité invite à trouver par tous les moyens possibles comment se réapproprier la capacité d’être transformé par l’autre pour ainsi faciliter la production de subjectivité partagée dans la communication organisationnelle.

28La conception normative des gestionnaires à l’étude se traduit finalement parun mode de problématisation collective des relations que les gestionnaires entretiennent avec leurs savoirs a priori, pour cerner les rapports de pouvoir et les modes de subjectivation dans lesquels ils sont nécessairement incorporés. En liant leurs pratiques de gestion au débat épistémologique et politique de la société contemporaine, les gestionnaires cherchent à élucider une position normative engageant les processus organisationnels vers une libération des modes de subjectivation pour la production d’une multiplicité de subjectivités nouvelles.

29Cette problématisation collective se fait autant par l’intermédiaire de dispositifs méthodologiques spécifiques (analyse d’implication, schizodrame) que dans des moments d’échanges spontanés.

Cadres et dispositifs méthodologiques

30L’importance que les gestionnaires rencontrés accordent à l’utopie active et aux forces instituantes influence la priorité qu’ils donnent à certaines méthodologies plutôt qu’à d’autres. Cette considération se traduit notamment par le refus d’une planification systématique de leurs pratiques ainsi que par la création et le renouvellement d’espaces dialogiques au sein de l’organisation au moyen de dispositifs collectifs d’analyse d’implication et de dramatisation.

Le refus d’une planification systématique de la gestion

31La formulation d’une volonté d’agir en contexte organisationnel implique presque toujours l’usage d’un schéma, c’est-à-dire d’un certain nombre de composantes indispensables de la planification de l’action. Les propos de Benedita vont dans ce sens tout en trahissant son affinité avec le modèle de base de l’analyse institutionnelle (Lourau, 1981) :

  • 13  A metodologia de gestão para mim é a típica da analise institucional que é produção de demanda, pr (...)

La méthodologie de gestion, pour moi, c’est la typique de l’analyse institutionnelle qui est la production de demande, la production de l’offre, l’analyse de l’offre et de la demande, l’analyse de l’implication et de la surimplication, l’analyse des structures de pouvoir, des structures de prestige, diagnostic et proposition d’un dispositif d’évaluation13 (Benedita-1).

32Toutefois, pour la plupart des gestionnaires rencontrés, un modèle d’action planifiée, aussi critique soit-il, limite le potentiel instituant de la gestion :

  • 14  Não da para placar a realidade num modelo. […] Estão-se lá da multiplicidade, da diferença, do dev (...)

Il est impossible de plaquer la réalité dans un modèle. […] Si nous sommes dans la multiplicité, la différence, le devenir, le modèle ne nous intéressent pas. Ce qui nous intéresse, c’est l’immanent ou la façon dont se connectent ces fragments, ces modèles avec les machines techniques et pratiques14 (Éliane-2).

  • 15  Nosso pratica nasce no encontro. Ela tem uma forma própria de colocar o movimento no grupo, na org (...)

33La planification de l’action a un sens pour Roberta si elle s’agence à une constante remise en question des modes de subjectivation institués : « Notre pratique naît dans la rencontre. Elle a sa propre manière de pousser le mouvement dans le groupe, dans l’organisation15 » (Roberta-3). Même si sa pratique se produit dans la rencontre, Roberta, tout comme la plupart de ses collègues, ne prétend pas gérer son centre sans se référer à son bagage d’expériences et de savoirs. Elle propose plutôt de ne pas s’y astreindre. Les rencontres de cogestion collectives facilitent cette distanciation :

  • 16  Nos encontros de gestão coletiva preparamos o trabalho para madurecer o processo, mas não podemos (...)

Dans les rencontres de gestion collective, nous préparons le travail pour rendre le processus plus mature, mais nous ne pouvons pas garantir qu’il va se dérouler comme nous l’avons préparé. Des fois, nous ne faisons rien comme prévu, mais cette préparation est fondamentale pour pouvoir aller plus loin que la reproduction du même16 (Éliane-1).

34En résumé, la distance critique et créative dans la planification de l’action demeure, pour la plupart des gestionnaires rencontrés, plus importante que la planification elle-même. Comme nous l’observerons dans les lignes suivantes, les dispositifs collectifs d’analyse de l’implication et de dramatisation, le schizodrame, facilitent cette distanciation.

Des dispositifs collectifs d’analyse de l’implication dans la gestion

35Tout comme dans les pratiques de l’analyse institutionnelle française (Lapassade, 1975 ; Lourau, 1981) et brésilienne (Baremblitt, 1992), un des dispositifs collectifs importants des pratiques de gestion observées consiste à comprendre institutionnellement l’implication de chacun dans le processus organisationnel quotidien. Ce processus d’« autoanalyse » est intégré à la plupart des réunions sur lesquelles reposent la gestion et la production de services offerts aux jeunes telles que les assemblées générales, les conseils de gestion ou les rencontres des équipes de travail constituées de gestionnaires, de professionnels et de jeunes. L’analyse de l’implication constitue une pratique assidue de débat collectif sur les agencements entre les dynamiques de savoir et de pouvoir de l’organisation et les enjeux sociaux plus larges qui la traversent. Ces moments de débat et d’analyse critique ont généralement lieu à la fin des réunions dans les dix centres observés. Ils durent en moyenne trente minutes pour une réunion de travail de deux heures. Ils peuvent parfois durer plusieurs heures lorsque des disputes éclatent.

36Les conversations au cœur de l’analyse d’implication sont animées par un participant à tour de rôle. L’animateur oriente les échanges de manière à favoriser le questionnement critique des enjeux sociaux qui traversent le centre. Par un style d’animation directif et interrogatif, les participants sont entre autres invités à cerner comment émergent les « mécanismes de reproduction institués » des personnes, des groupes et de l’organisation. À titre d’exemple, le consensus est souvent perçu comme un mode d’assujettissement dans le groupe. Il a été observé, à plusieurs reprises, comment la dispute est reçue positivement puis intégrée comme levier de transformation des pratiques. Certaines de ces disputes ont d’ailleurs permis la transformation du modèle d’intervention auprès des jeunes dans trois des centres à l’étude. Des animateurs plus expérimentés proposent aussi des exercices de dramatisation nommés « schizodrames » pour problématiser les pratiques organisationnelles vers d’autres modes de mise en commun.

Le schizodrame comme dispositif organisationnel de dramatisation

37Autant dans leur discours que dans la pratique, les gestionnaires rencontrés mettent l’accent sur l’importance de créer des « pratiques » spontanées. Ils utilisent ce terme pour définir autant l’organisation dans son ensemble que les multiples stratégies d’action s’apparentant à une forme de « bricolage » propre à la schizo-analyse :

  • 17  O esquizoanálista e aquele que é capaz de bricolar. Porque o tempo inteiro ela tenta ativar o caos (...)

Le schizo-analyste est celui qui est capable de bricoler parce qu’à tout moment, il tente d’activer le chaos, le simulacre pour potentialiser ce que les dispositifs d’ordre et de stabilité ne potentialisent pas. Il n’y a pas de recette pour ça, alors tu dois être ouvert pour vivre ces moments où tu dois tout changer et inventer le nouveau. La schizo-analyse te donne cela. Elle te place dans la création, dans l’invention de nouveaux espaces. Par exemple, un jour, je suis arrivée dans une place pour travailler avec un groupe, il y avait des bancs, des chaises, etc. Tout m’empêchait de travailler. J’ai dû organiser l’espace immédiatement ; en enlevant les chaises et j’ai commencé un schizodrame17 (Nina-3).

  • 18  À titre d’exemple, ces pratiques visent, par l’intermédiaire du corps, du jeu, de la transe, etc., (...)
  • 19  O esquizodrama se concentra mais na <realteridade> que <transversalisa> as representações para desconstruir-lhas, <deterritorializar-lhas> e derivar-lha</deterritorializar></transversalisa></realteridade> (...)

38En s’inspirant de la schizo-analyse de Deleuze et Guattari (1972), les gestionnaires rencontrés nomment « schizodrame » l’enchaînement de dramatisation facilitant la rupture avec les modes de subjectivation institués. À première vue, le schizodrame ressemble au psychodrame de Jacob Lévy Moreno (1946) ainsi qu’aux techniques de travail corporel de la contre-culture ouest-américaine des années 196018. Cette forme de dramatisation s’en distingue aussi dans la manière dont elle travaille les représentations sociales avec les participants. Benedita nous explique à ce sujet que « le schizodrame met plutôt l’accent sur la <réaltérité> qui <transversalise> les représentations pour les déconstruire, les <déterritorialiser> et les faire dériver de leur orbite reproductive, figée, instituée19 » (Benedita-2).

39Dans chacune des rencontres observées, l’activité de dramatisation se vit en trois temps : dramatisation, discussion collective centrée sur le senti des personnes durant la dramatisation et reflet critique de l’animateur adoptant un style interrogatif. Ces trois temps ne constituent pas une méthodologie systématique à respecter. Or, cette division facilite notre compréhension de leur rapport à la dramatisation dans l’action. Cette démarche en trois temps a lieu minimalement deux fois dans une même rencontre. La première dramatisation permet de caricaturer la réalité vécue par les participants (dans leur travail ou dans la vie en général) tandis que la seconde permet de réinventer cette même réalité. Voici quelques exemples.

40Dans une rencontre avec des professionnels d’un même centre, un psychologue expose ses difficultés à intervenir auprès des jeunes. L’animateur (cette fois un gestionnaire) propose alors de reproduire une intervention typique auprès d’un jeune. Pour ce faire, il divise les participants en sous-groupes. Après avoir laissé les personnes discuter et analyser ce qu’elles ont senti et perçu au cours de l’exercice, ce dernier propose une autre dramatisation. Voyons comment l’animateur décrit cet enchaînement :

  • 20  Trabalhamos a clinica do devir e da diferença repetição. É muito interessante porque o atendimento (...)

Nous avons travaillé la klinique du devenir et de la différence-répétition. Cela a été intéressant, car leur travail d’intervention est très institué. Alors, les gens ont dramatisé l’intervention typique d’un psychologue auprès d’un jeune : « Bonjour ! Ça va bien ? Comment a été ta journée ? Bonjour ! Comment ça va ? Comment ça va ? Bonjour ! Bonne journée ! » Ensuite, nous avons créé une dramatisation qui fuyait cette reproduction, une intervention inespérée qu’il ne penserait jamais faire… Inventive et tout. Cet exercice a exposé un grand contraste qui nous a permis de discuter beaucoup de choses20 (Mauricio-2).

41La pratique du schizodrame repose sur différentes kliniques de dramatisation comme celle « du devenir et de la différence-répétition » à laquelle Mauricio fait allusion. Pour Mauricio et la plupart des gestionnaires rencontrés, la klinique (avec un k) se différencie de la clinique commune qui se pratique généralement avec des phases de passivité du « patient » et à partir d’une spécialisation et d’une professionnalisation uniques et exclusives. Leur klinique provient du terme grec Klinamer (dérive, invention), qui fait plutôt allusion à une série de modalités d’un travail en active collaboration entre les praticiens et les participants. Dans les rencontres de dramatisation, le choix de kliniques se fait en fonction des paroles exprimées par les participants au début de la rencontre. Elles sont aussi parfois créées durant les rencontres avec les participants.

42Dans une autre rencontre à laquelle participaient trois gestionnaires, neuf employés (quatre éducateurs, un secrétaire, trois agents de sécurité et un cuisinier), deux jeunes et un parent de jeune d’un même centre, l’animateur (cette fois le parent d’un jeune) a utilisé les kliniques du « devenir fou » et du « devenir enfant ». Ce dernier a invité le groupe à se diviser en trois sous-groupes afin de réaliser trois dramatisations reproduisant une intervention d’équipe auprès d’un adolescent. Après une longue discussion autour de ces trois dramatisations, l’animateur propose de dramatiser cette même situation en donnant une contrainte différente à chacun des sous-groupes : l’un d’eux devait dramatiser l’intervention « en devenir fou » (comme si la folie guidait son intervention), l’autre « en devenir enfant » (comme si son « enfant intérieur » guidait l’intervention) et le dernier groupe devait intervenir auprès du jeune sans aucun des professionnels.

43Durant les discussions qui ont suivi cette dramatisation, plusieurs participants partageaient leurs désirs d’offrir des services inspirés par le « devenir enfant ». Par exemple, une psychologue s’est rappelé un moment où elle avait perdu le contrôle avec un groupe de jeunes jusqu’à ce qu’elle décide de botter vers eux un ballon qui roulait par hasard en sa direction. Elle attribue ce geste à son « devenir enfant », geste qui lui a permis de régler la situation vécue puisque les jeunes ont commencé à se lancer la balle au lieu de s’échauffer contre le fait que les repas étaient en retard. Ils lui ont même relancé le ballon pour l’inviter à se joindre à eux, à son grand bonheur ! Pour conclure la rencontre, l’animateur revient sur toutes ces anecdotes et expériences « instituantes » afin de souligner le potentiel d’une pratique inspirée par le « devenir autre ». Le devenir est aussi au cœur de la conception que les gestionnaires rencontrés ont des effets issus de leurs pratiques.

Le « devenir » comme effet produit par la gestion

44Pour les gestionnaires rencontrés, l’organisation et la gestion « deviennent » constamment au fil de la communication. À l’idée d’effet, de changement ou de résultat issu d’un processus planifié, la plupart d’entre eux préfèrent celle du « devenir » :

  • 21  O conceito de mudança está infectado pela perspectiva adaptacionista, a perspectiva de quem pensa (...)

Le concept de changement est infecté par la perspective adaptative ; la perspective de celui qui pense au consensus social et au modèle universel de régulation à travers la démocratie représentative occidentale. Pensons que la question pour la schizo-analyse n’est même pas la métamorphose, c’est le <chaosmose> tu vois ? Alors, nous pensons au devenir, à la re-singularisation, à la déterritorialisation, etc. Puisque la schizo-analyse suppose cette ontologie de la réalité, puisqu’elle ouvre un champ pour cette copossibilité, cette comutation ; sentir cela dans la pratique permet de montrer que réellement plusieurs de ces frontières auxquelles nous obéissons dans la pensée (avec les modèles, avec les étapes qui produisent x ou y résultats) ne correspondent pas à la réalité. Enfin, il se crée beaucoup plus que ce qui se planifie. J’ai vu cela ! Et ça fonctionne comme ça ! La schizo-analyse me permet de voir ce devenir autre en moi et en tout. Elle m’ouvre aux infiltrations spontanées en créant de la mobilisation et des stratégies, en consolidant la production de subjectivité avec les personnes engagées dans le processus organisationnel21 (Gerardo-3).

  • 22  O gestor não pode saber o que vai dar porque não depende só de você depende do que acontece no « e (...)

45Ce gestionnaire traduit l’idée de changement en termes de « production de subjectivité » émergeant de manière « spontanée ». C’est-à-dire qu’au lieu de découler d’un processus linéaire (cause à effet) ou d’un processus systémique (dynamique d’interaction avec input, mécanismes d’autorégulation, entropie et output), la production de subjectivité fonctionne de manière spontanée. Comme effet spontané, voire « rhizomique », cette production « ignore » les divisions entre les dimensions et les effets psychologiques, groupaux, organisationnels ou sociaux. Elle provoque — et est provoquée par — des synthèses connectives « entre » cette multiplicité d’éléments. Ainsi, « le gestionnaire ne peut pas savoir ce que son action va donner parce que cela ne dépend pas seulement de lui. Cela dépend aussi de ce qui se passe <entre> la multiplicité de dimensions22 »(Luciane-1). Comment alors saisir ce devenir constant dans la pratique ? Sara nous propose une piste de réponse :

  • 23  É difícil perceber quando há devir. O devir é uma coisa muito subtil. É muito no encontro com o Ou (...)

C’est difficile de percevoir quand il y a devenir. Le devenir est une chose très subtile. Il se produit dans la rencontre avec l’autre. Pour moi, ça se passe beaucoup dans le corps. Je le sens dans le corps. Je le perçois dans le corps des autres. Je ne sais pas comment l’expliquer. Mais enfin, je cherche à miser sur les devenirs possibles dans les rencontres. Elle me rappelle en permanence qu’ils traversent tout23 (Sara-3).

46Tout comme Sara, la plupart des praticiens rencontrés s’appuient sur l’idée du devenir pour justifier le fait de ne pas développer de mécanismes d’évaluation des effets de leur pratique. De leur point de vue, la question du devenir peut se limiter à la formulation suivante : en quoi ma pratique facilite-t-elle la mise en commun d’un certain « vouloir-vivre » (« utopie active ») par-delà la résignation devant les difficultés de contribuer à la réinsertion socioéducative des jeunes contrevenants dans le contexte social brésilien actuel ? Une telle conception demeure ambiguë en ce qui concerne les effets concrets produits par leurs pratiques.

47Il a cependant été observé certains effets tels que la consolidation de dispositifs participatifs dans la gestion interne des dix centres à l’étude — comités de travail, consolidation de conseil de gestion, utilisation d’assemblée générale incluant les jeunes touchés —, la transformation du climat organisationnel — meilleur travail d’équipe, plus d’autonomie, esprit plus positif et créateur, participation des jeunes au processus d’insertion, etc. —, la vitalité de communication organisationnelle reposant entre autres sur des débats et la problématisation collective des liens entre la perte de sens de l’institution d’insertion socioéducative, la répétition des interventions auprès des jeunes et la demande sociale implicite d’éradication de la misère issue d’un contexte socioéconomique brésilien. Tous ces éléments constituent, selon les gestionnaires rencontrés, des exemples de « transformations micropolitiques ».

48Toutefois, sur une note critique, Benedita souligne un aspect important au sujet du travail dans son centre :

  • 24  Vocês fizeram coisas e vocês notaram diferenças na cultura e na gestão das unidades, mas não diret (...)

On fait des choses et on note des différences dans la culture et dans la gestion des centres, mais pas directement chez les jeunes. Vous connaissez le problème des jeunes contrevenants au Brésil ? Vous connaissez les paradoxes intrinsèques de l’objectif de réinsertion socioéducative de ce jeune dans une société où il n’y a pas de place pour lui ? Nous savons que plusieurs d’entre eux ne vont nulle part. Nous savons que leur espérance de vie est de trois ans après leur sortie du centre24 (Benedita-2).

  • 25  O jovem infrator esta dando uma risada da gente ! Porque é muita enganação. Como que fica a nossa (...)

49Dans le contexte socioéconomique brésilien actuel, l’insertion socioéducative des jeunes contrevenants passant par les centres est quasi incompatible avec le « destin machinique » d’exclusion (parfois tragique et mortel) qui attend la majorité d’entre eux. Ce paradoxe alimente un sentiment d’impuissance ainsi qu’une perte de sens par rapport aux pratiques censées contribuer au bien-être et à la dignité de ces jeunes dans le cadre organisationnel des centres. Pour Sara, les jeunes touchés demeurent bien conscients de ce paradoxe : « Le jeune rit de nous ! Parce que c’est beaucoup de leurres ! Que devient notre éthique ? On fait ce travail pourquoi alors ? On se leurre vraiment ! Nous sommes dans un grand leurre collectif par ce travail que nous savons palliatif25 » (Sara-1).

50Conscients du destin d’exclusion de la majorité d’entre eux, certains des gestionnaires rencontrés proposent une ligne d’action qui se situe quelque part entre l’amélioration du fonctionnement et des services des centres et la « transformation micropolitique » de la société capitaliste qui, selon eux, est à l’origine de l’exclusion chronique des jeunes défavorisés.

  • 26  As possibilidade de transformações micropoliticas pela dignidade dos jovens param a partir do mome (...)

Les possibilités de transformations micropolitiques vers la dignité des jeunes s’arrêtent à partir du moment où un sentiment de résignation nous gagne : quand nous nous résignons, nous oublions nos désirs de dévier cette réalité et à partir de ce moment, nous devenons des instruments-technologiques-humains pour n’importe quelle finalité. Nous nous laissons capturer, adapter à la subjectivation néolibérale26 (Benedita-2).

51Comment construire une ligne d’action entre le désir de changer la réalité de ces jeunes et une réalité organisationnelle institutionnalisée, précaire, s’inscrivant dans contexte social et économique en partie responsable de leur exclusion sociale et économique ? Certains gestionnaires comme Benedita croient que c’est en s’agençant aux paroles et aux actions des jeunes que l’« utopie active » prend forme dans les centres :

  • 27  Tentar sentir esta ambivalência, esta complexidade do paradoxo da missão destas Unidades é fundame (...)

Essayez de sentir cette ambivalence, cette complexité à propos du paradoxe de la mission des centres, c’est fondamental pour l’utopie active, mais une question reste : quelle est la parole de ces jeunes ? Répondre à cette question, c’est comme détourner une situation où le destin est la mort afin de dribler avec cette situation avec eux. C’est inventer avec eux pour lutter contre la concentration de richesses. C’est se centrer sur le destin machinique du jeune pour mieux comprendre les machines qui produisent son exclusion. Et ainsi dévier avec lui, en créant une rupture avec les paradoxes de la société néolibérale27 (Benedita-3).

  • 28  O desafio era que os adolescentes realmente fossem protagonistas da gestão participativa nas unida (...)

52Carolina remarque pour sa part que : « Le défi reste que l’adolescent soit un réel protagoniste de la gestion participative des centres. Mais avec les pratiques organisationnelles, c’est encore une fois de plus un processus pour l’adolescent et non pas avec lui28 » (Carolina-1). Ce constat amène à mettre en question le potentiel réel des pratiques organisationnelles d’inspiration éthique, politique et esthétique à transformer les rapports de savoir et de pouvoir dans les organisations de services publics tels que les centres d’insertion socioéducative pour jeunes contrevenants. Ce point important nécessite que nous nous y attardions plus amplement.

53Le contexte socioéconomique brésilien influe grandement sur le sens de la mission de réinsertion socioéducative des dix centres pour jeunes contrevenants observés. Pour les gestionnaires et les travailleurs de ces établissements, cette mission demeure quasi impossible à mettre en application, même avec l’approche éthique, politique et esthétique. Sara en témoigne :

  • 29  Neste contexto louco, os jovens estão em perigo permanente de voltar na criminalidade ou no narcot (...)

Dans ce contexte fou, les jeunes courent constamment le risque de retourner dans la criminalité ou dans le narcotrafic. Pour la plupart d’entre eux, le centre est la maison. Ils volent pour y retourner. Certains nous disent : « Ici, c’est un hôtel cinq étoiles. » Parce que quand ils sortent, ils vont sous la pluie, vont de nouveau vers le risque. Dans une certaine mesure, ils savent cela. Cela marque leurs subjectivités et aussi celle de tous les travailleurs du centre. Cela crée une ambivalence, un paradoxe en lien avec le sens de la mission de réinsertion pour les travailleurs et pour moi aussi29 (Sara-3).

54Devant le peu de possibilités d’intégration socioéconomique, les jeunes contrevenants replongent souvent dans la criminalité. Ces activités constituent, la plupart du temps, les seuls moyens dont ils disposent pour survivre, même si elles demeurent extrêmement risquées pour leur vie. Par exemple, lors de la visite d’un centre, le directeur nous présente une photo de tous les jeunes de l’établissement datant de 2004. En nous la montrant, il pointe un à un les visages en soupirant : « Celui-là est décédé ! Celui-là aussi ! Celui-ci ! etc. », jusqu’à ce qu’il nous explique que plus de la moitié des jeunes présents en 2004 étaient morts (en mai 2006).

Enjeux de l’approche éthique, politique et esthétique dans la gestion d’organisations publiques d’insertion socioéducative brésiliennes

55La gestion repose sur des compétences singulières. Pour les gestionnaires rencontrés, l’« art » de la gestion repose principalement sur des « compétences éthiques, politiques et esthétiques ». À plusieurs reprises, ils font effectivement l’éloge de l’« efficacité » de ces compétences pour dénouer les paradoxes entre la logique néoproductiviste et le bien-être des personnes dans les centres pour jeunes contrevenants. Le sens qu’ils donnent à ces compétences leur permet de trouver un équilibre symbolique entre leurs pratiques de gestion, leurs valeurs, leurs volontés de transformation « micropolitique » et la dure réalité sociale brésilienne.

56Différemment de leurs collègues des approches critiques inspirées du marxisme et de certains penseurs latino-américains tels que Paulo Freire (1975) et Orlando Fals Borda (1972) — qui s’attaquent aux sources de l’exclusion sociale par une approche communautaire de lutte des classes —, les gestionnaires rencontrés dans le cadre de cette recherche s’affairent exclusivement à redéfinir le concept « psychologisant » de subjectivité. En liant leurs pratiques de gestion à un débat social et critique, ils cherchent à élucider une position normative engageant les processus de gestion vers une libération des modes de subjectivation pour la production d’une multiplicité de subjectivités nouvelles.

57Dans le cas observé, cette problématisation des modes de subjectivation transparaît dans leur conception du lien entre la misère chronique des jeunes contrevenants des centres et le néolibéralisme. Cet entendement prend la forme d’une analyse collective constante des paradoxes entre une demande pour l’amélioration de l’institution d’insertion socioéducative des jeunes contrevenants et les pressions économiques liées au contexte néolibéral brésilien. Sans pour autant s’indigner devant l’ampleur de la tâche visant à transformer leur contexte socioéconomique ni se leurrer devant le potentiel de leur pratique organisationnelle à changer les modes de production de la société, ces gestionnaires tentent de trouver comment construire certaines « transformations micropolitiques » avec les différents acteurs du milieu. En ce sens, ils ne prétendent pas produire un changement sociopolitique révolutionnaire comme celui promu par certaines théories critiques classiques. Ils prétendent plutôt faciliter l’expression d’un « mouvement de vie », une « utopie active » construite au fil de gestes et de paroles libérateurs des désirs enfouis dans la résignation et l’habitude. Ils tentent ainsi de redéfinir les rapports à l’organisation, et ce, en perçant l’épaisse couche du « ce qui va de soi » voilant les possibles en devenir. Pour eux, il n’est pas nécessaire que les jeunes, pour s’émanciper, possèdent les centres et les fassent marcher eux-mêmes. Il suffit plutôt qu’ils montrent à l’occasion qu’ils peuvent le faire ; il suffit qu’ils fassent une démonstration de capacité qui est aussi une démonstration de communauté (Rancière, 1998 : 91). Cela revient à faire vivre l’instituant dans le champ organisationnel par et par-delà telle ou telle pratique alternative de gestion.

58Toutefois, la valorisation quasi idéologique du potentiel micropolitique des dispositifs de gestion inspirés de l’approche éthique, politique et esthétique de la part des gestionnaires rencontrés produit certains écarts dans les pratiques observées. Ceux-ci se situent, d’une part, entre les discours des gestionnaires sur l’éthique de participation et la participation effective des jeunes touchés à la gestion et, d’autre part, entre la soi-disant « production de subjectivité » et les effets concrets produits par leurs pratiques. Bien que ces gestionnaires dénoncent dans leurs discours des pratiques reproduisant une hiérarchie de savoir et de pouvoir entre eux et les jeunes contrevenants impliqués dans l’organisation, ils favorisent parfois ce types de pratiques par leurs actions. Cependant, au lieu de se fonder sur la rationalisation technocratique ou sur le « néomanagement » (Rouillard, 2008), cette hiérarchie repose sur des normes implicites de « production instituante » et d’émancipation collective dans les processus organisationnels. Comment alors favoriser l’émergence et le maintien d’espaces communicationnels critiques sur le plan social lorsque les exigences de transformation et d’émancipation dont ils se réclament se muent en ordre dominant dans l’organisation (Honneth, 2006) ? Ce questionnement pose de nouveaux défis pour la recherche sur la démocratisation dans les organisations publiques du Brésil et d’ailleurs.

59Conscients des limites de leurs pratiques, les gestionnaires rencontrés luttent par contre pour ne pas réduire leurs actions aux fonctions classiques de la gestion telles que la planification, l’évaluation et le contrôle. Cette posture éthique se déploie dans toute son intensité dans leurs pratiques quotidiennes. En effet, cette recherche révèle une longue démarche de gestion vouée à l’émergence de dispositifs d’autoanalyse et d’autogestion dans différentes institutions de réinsertion socioéducative constituées de lois, de politiques, de gouvernements — aux échelons fédéral, étatique, municipal —, d’établissements, de programmes d’intervention, de professionnels, de jeunes contrevenants, etc. Agencer une telle proposition « instituante » à une institution préoccupée par le contrôle et la réinsertion des jeunes contrevenants constitue un défi de taille ! Les gestionnaires rencontrés se croient à même de le relever avec l’approche éthique, politique et esthétique comme fondement normatif et méthodologique.

60Leur grande considération de l’« instituant » influence la priorité qu’ils donnent à certaines méthodologies plutôt qu’à d’autres. Cette influence se traduit notamment par l’utilisation systématique de dispositifs d’autoanalyse et d’autogestion tels que les rencontres d’analyse d’implication. À ces dispositifs s’ajoute l’application systématique d’un dispositif inspiré de théories de Deleuze et Guattari (1972) : le schizodrame. Pour eux, il ne fait aucun doute : la dramatisation et l’expression corporelle dans le cadre du schizodrame demeurent les dispositifs de transformation micropolitique par excellence. Cela se passe comme si leur schizodrame avait un potentiel de transformation micropolitique intrinsèque !

61Finalement, l’approche éthique, politique et esthétique amène les gestionnaires rencontrés à concevoir les effets produits par leurs pratiques non pas comme des résultats découlant d’un processus planifié, mais comme des émergences « rhizomiques » ayant lieu à tout moment. Un tel entendement complexifie la compréhension de l’effet de leurs actions sur les centres pour jeunes contrevenants. Les gestionnaires s’appuient sur une telle conception pour justifier le fait de ne pas développer de mécanisme d’évaluation des effets de leur pratique. Ils déclarent produire des « transformations micropolitiques » dans les centres pour jeunes contrevenants. Celles-ci demeurent difficiles à mesurer ; or, par cette posture normative, il n’est même pas nécessaire de le faire. Nous avons toutefois observé des effets semblables à ceux mis en relief par les interventions classiques de Kurt Lewin (1967) comme la transformation des attitudes et des modes de fonctionnement des groupes, la réorganisation des tâches, la consolidation des équipes de travail, l’intensification de la participation personnelle, de la communication entre les participants et des processus internes de rétroaction. Autrement dit, au cours de nos observations, des prises de parole et des problématisations collectives se sont produites, facilitant l’ouverture à une multiplicité de « possibles » dans les actions quotidiennes. Cette ouverture a produit de nouvelles façons de faire dans les dix organisations publiques d’insertion socioéducative brésiliennes.

Conclusion

62Sans prétendre offrir un panorama exhaustif de toutes les dimensions impliquées dans la construction et la mise en application de pratiques de gestion inspirées de l’approche éthique, politique et esthétique, il a été proposé de se pencher sur l’étude des agencements entre les dimensions normative et méthodologique ainsi que sur les effets produits par des pratiques de gestion telles qu’observées dans dix centres d’insertion socioéducative pour jeunes contrevenants brésiliens. Plus précisément, il était question de comprendre les agencements des différentes dimensions constituant une pratique alternative de gestion à partir des agencements entre les discours et les actions des sujets qui la pratiquent. Comme un canevas heuristique d’analyse, ces trois dimensions ont facilité la compréhension des paroles et des actions au cœur de ces pratiques.

63À l’aune de ces réflexions, force est de reconnaître que les discours et les actions des gestionnaires observés se distinguent par la grande valorisation de fondements normatifs alternatifs de la gestion ainsi que par une approche théorique de la méthodologie et des effets produits par leurs pratiques. La valorisation de fondements normatifs alternatifs de la gestion se traduit par des discours portant sur une éthique appliquée singulière : l’approche éthique, politique et esthétique. En pratique, cette approche se traduit par la création et l’animation de dispositifs d’analyse de l’implication et de dramatisation de la gestion des centres afin que ces dispositifs deviennent des leviers de production de nouveaux modes de subjectivation porteurs d’une certaine « utopie active ». Pour sa part, l’approche théorique de la méthodologie et des effets se traduit par l’utilisation d’un vocabulaire inédit (schizodrame, transformation micropolitique, production de subjectivité, utopie active, devenir et force instituante) inspiré de l’analyse institutionnelle (Lapassade, 1974 ; Lourau, 1981) et de la schizo-analyse (Deuleuze et Guattari, 1972). Les gestionnaires rencontrés utilisent ce vocabulaire pour expliquer la planification, les stratégies d’action et les effets de leurs pratiques. Une telle approche demeure ambiguë en ce qui concerne les effets produits. Elle occulte entre autres une ressemblance avec les effets produits par les pratiques organisationnelles axées sur une approche téléologique du changement comme la transformation des modes de fonctionnement des groupes, la consolidation des équipes de travail et du climat organisationnel, l’intensification de la participation personnelle et des processus internes de rétroaction (Lewin, 1967).

64En somme, les pratiques de gestion à l’étude reposent sur des discours et des actions traversés par des fondements normatifs particulièrement « explicites », une méthodologie, ainsi que des effets « implicites ». La singularité de ces pratiques ne repose donc pas sur les méthodes utilisées et sur les effets produits, mais plutôt sur la constante volonté des praticiens d’agencer les paroles et les actions des différents acteurs dans la construction de subjectivations collectives nouvelles. Les actions et les paroles empreintes d’une telle volonté caractérisent cette manière « éthique, politique et esthétique » de s’agencer au dispositif organisationnel dans toutes ses dimensions. Par ailleurs, une telle approche ouvre la voie à une plus grande considération des fondements normatifs traversant toute pratique de gestion, c’est-à-dire à une plus grande considération de la responsabilité sociale du gestionnaire face à l’instrumentalisation de sa pratique.

65In fine, une telle recherche montre que la critique sociale passe par d’autres pratiques expérimentées dans le champ organisationnel. Elle fait ressortir l’importance, au Brésil, d’approches théoriques et pratiques telles que l’analyse institutionnelle et la schizo-analyse laissées-pour-compte dans les écrits récents (Bonneville et Grosjean, 2011) portant sur la communication organisationnelle critique. Ces ouvrages mettent plutôt l’accent sur des théories foucaldiennes et habermasiennes pour définir le champ de la communication organisationnelle critique. Par ailleurs, notre étude ouvre d’autres pistes de recherche, telles que l’analyse des approches brésiliennes de la communication organisationnelle critique et de leurs différences avec celles issues d’autres contextes sociaux ainsi que l’étude des pratiques alternatives de gestion fondées sur les principes normatifs de théories poststructuralistes. Plus précisément, ce sont les processus de construction d’espaces dialogiques dans les organisations ainsi que les dynamiques conversationnelles qui s’y produisent qui devraient être davantage étudiés afin de mieux comprendre la portée et les limites de nouvelles pratiques de gestion inspirées d’approches critiques.

Haut de page

Bibliographie

ALTHUSSER, Louis (2001) Écrits philosophiques et politiques, tome 2,Paris, Stock.

ANADON, Marta et Lorraine SAVOIE-ZAJC (2007), « La recherche-action dans certains pays anglo-saxons et latino-américains : une forme de recherche participative » dans Marta ANADON (dir.), La recherche participative : multiples regards, Montréal, Presses de l’Université du Québec, p. 102-123.

BAREMBLITT, Gregorio (1992), Compêndio de analise institucional e outras correntes teoria e pratica,Belo Horizonte, Biblioteca do Instituto Félix Guattari.

BAREMBLITT, Gregorio (2003), Introdução a esquizoanálise, Belo Horizonte, Biblioteca do Instituto Felix Guattari.

BECKETT, Samuel (1961), Comment c’est, Paris, Minuit.

BENEVIDES, Regina (1997), « Dispositivos em ação : o grupo », Saude loucura, 6, p. 183-191.

BONNEVILLE, Luc et Sylvie GROSJEAN (2011), La communication organisationnelle : approches, processus et enjeux, Montréal, Chenelière Éducation.

BUTLER, Judith (2002), La vie psychique du pouvoir : l’assujettissement en théories, Paris, Éditions Léo Scheer.

CAMPOS, Gastao Wagner de Sousa (2005), Um método para analise e co-gestao de coletivos, Sao Paulo, Hucitec.

CASTORIADIS, Cornelius (1975/1999), L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.

CUSSET, François (2003), French theory : Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte.

DELEUZE, Gilles et Félix GUATTARI (1972), Capitalisme et schizophrénie, Paris, Minuit.

DELEUZE, Gilles et Félix GUATTARI (1980), Mille plateaux, Paris, Minuit.

DUBOST, Jean (1987), L’intervention psychosociologique, Paris, Presses universitaires de France.

FALS-BORDA, Orlando (1972), Révolutions inachevées en Amérique latine, Paris, Desclée de Brouwer.

FERREIRA MENDES, Vera Lucia (2007), Uma clinica no coletivo, experimentaçoes no programa de saude familia, Sao Paulo, Hucitec.

FOUCAULT, Michel et al. (2001a), Dits et écrits 1954-1988, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, Michel, et al. (2001b), L’herméneutique du sujet : cours au Collège de France (1981-1982), Paris, Gallimard.

FREIRE, Paolo (1975), L’éducation-pratique de la liberté, Paris, Cerf.

GUATTARI, Félix (1972), Psychanalyse et transversalité. Essais d’analyse institutionnelle, Paris, Maspero.

GUATTARI, Félix (1977), La révolution moléculaire, Fontenay-sous-Bois, Recherches.

GUATTARI, Félix (1980), « Entretien » dans Jacques ARDOINO (dir.), L’intervention institutionnelle, Paris, Payot, p. 109-142.

GUATTARI, Félix (1987), « Les schizoanalyses », Chimères, 1, p. 1-21.

GUATTARI, Félix (1989), Cartographies schizoanalytiques, Paris, Galilée.

GUATTARI, Félix (1992), Chaosmose, Paris, Galilée.

GUATTARI, Félix et Suely ROLNIK (1986/2000), Micropolitoca : cartogragias do desejo, Petropolis, Vozes.

HARDT, Michel (1998), « La société mondiale de contrôle » dans Éric ALLIEZ (dir.), Gilles Deleuze une vie philosophique : rencontres internationales, Rio de Janeiro, Sao Paulo, 10-14 juin 1996, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance, p. 98-113.

HONNETH, Alex (2006), La société du mépris : vers une nouvelle théorie critique, Paris, La Découverte.

HUAULT, Isabelle (2008), « Les approches critiques du management » dans Géraldine SCHMIDT (dir.), Le management : fondements et renouvellements, Auxerre, Sciences humaines éditions, p. 315-323.

LANCETTI, Antonio (2006/2008), Clinica peripatetica, Sao Paulo, Hucitec.

LAPASSADE, Georges (1974), Groupes, organisations, institutions,Paris, Gauthier-Villars.

LAPASSADE, Georges (1975), Socianalyse et potentiel humain, Paris, Gauthier-Villars.

LEWIN, Kurt (1959/1967), Psychologie dynamique ; les relations humaines, Paris, Presses universitaires de France.

LOURAU, René (1981), L’analyse institutionnelle, Paris, Minuit.

MARTUCCELI, Danilo (1999), Sociologies de la modernité : l’itinéraire du XXe siècle, Paris, Gallimard.

MERHY, Emerson Elias (2002), Saúde : a cartografia do trabalho vivo, Sao Paulo, Hucitec.

MORENO, Jacob Lévy (1946), Psychodrama, New York, Beacon House.

PASSOS, Eduardo et al. (2009/2010), Pistas do método da cartografia : pesquisa-intervenção e produção de subjetividade, Porto Alegre, Editora Sulina.

RANCIÈRE, Jacques (1998), Aux bords du politique, Paris, La Fabrique.

RHÉAUME, Jacques (1985), « Théarapie et action culturelle », Sociologie et sociétés, 17(1), 109-126.

RHÉAUME, Jacques et Robert SÉVIGNY (1988), Sociologie implicite des intervenants en santé mentale, Montréal, Éditions Saint-Martin.

ROLNIK, Suely (1994), « Pespectiva etico-estetico-politica no trabalho de pesquisa », Cadernos de subjetividade, 1, p. 75-97.

ROLNIK, Suely (2000), « Esquizoanálise e antropofagia » dans Éric ALLIEZ (dir.), Gilles Deleuze : uma vida filosofica, Sao Paulo, Le Plessis-Robinson, p. 451-463.

ROLNIK, Suely (2006), Cartografia sentimental, transformação comtemporâneas do desejo, Porto Alegre, UFRGS/Sulina.

ROUILLARD, Christian (2008), De la réingénierie à la modernisation de l’État québécois, Québec, Presses de l’Université Laval.

RUELLAND, Isabelle (2008), Intervention organisationnelle inspirée de la schizo-analyse au Brésil : analyse critique d’un cas. Mémoire de maîtrise en communication organisationnelle sous la direction de Jacques RHÉAUME, Montréal, Université du Québec à Montréal.

SANDOVAL, Salvador (2000), « O que há de novo na psicologia social latino-americana ? » dans Regina HELENADE FREITAS CAMPOS et Pedrinho GUARESCHI (dir.), Paradigmas em psicologia social, a perspectiva Latino-Americana, Petropolis, Vozes, p. 101-109.

SARTRE, Jean-Paul (1960), Critique de la raison dialectique, précédé de Question de méthode, Paris, Gallimard.

SÉVIGNY, Robert (1993), « Pratiques alternatives en santé mentale et gestion du social », Sociologie et sociétés, 25(1), p. 111-123.

SILVA PAIM, Jairnilson (2008), Reforma sanitaria Brasileira, contribuçao para a compreensao critica, Rio de Janeiro, Edufba/Editora Fiocruz.

VASCONCELOS, Eduardo Mourão (2010), Desafios políticos da reforma psiquiátrica brasileira,Sao Paulo, Hucitec.

WAGNER DE LIMA GOIS, Cezar (2008), Saude comunitaria, pensar et fazer, Sao Paulo, Hucitec.

Haut de page

Notes

1 Pour faciliter la lecture, le générique masculin est utilisé dans l’unique but d’alléger le texte.

2  Par exemple, les recherches de la psychologue brésilienne Suely Rolnik exposent comment ces deux formes de subjectivité s’entrelacent dans l’histoire sociale et culturelle du Brésil moderne. Elle rappelle que dans les années 1920, plusieurs artistes modernistes brésiliens se regroupent pour critiquer la primauté du « régime identitaire » de la représentation. Ce mouvement souligne l’importance de ne pas s’identifier de manière définitive en intégrant constamment de nouvelles références, un peu comme la culture brésilienne et ses nombreux métissages. Il valorise par ailleurs la liberté d’hybridation des références par l’expression et l’improvisation de langages en s’opposant à toute forme de représentation qui s’impose comme nécessaire dans une société industrielle émergente (Rolnik, 2000). C’est l’éloge de la « subjectivité éthique, politique et esthétique » comme force de création permanente (Rolnik, 2000), dont la production continue repose sur une sensibilité à la présence vive de l’autre (Rolnik, 2006). Selon Rolnik (2000), le néolibéralisme et son idéologie néoproductiviste tendent à instrumentaliser cette subjectivité plus « flexible ». En fait, celle-ci constitue l’une des bases culturelles facilitant le déploiement de cette idéologie. Avec les représentations et les images de « paradis consumériste » et de « bonheur plastique » constamment projetées par la publicité se construit une forme d’idéal collectif nourri par la peur d’être exclu de ce « paradis ». La sensibilité à se transformer continuellement dans ses rapports à l’autre propre à l’approche éthique, politique et esthétique s’effrite devant cette peur (Rolnik, 2006). Les personnes préfèrent réorganiser leur vie en fonction de ces images jusqu’à y mouler et y figer leur subjectivité.

3  On associe souvent ce courant aux auteurs suivants : Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Félix Guattari, Luce Irigaray, Jacques Lacan, Bruno Latour, Jean-François Lyotard, Michel Serres, Paul Virrilio, Michel Foucault, Julia Kristeva, Jean Baudrillard, etc. (Cusset, 2003).

4  L’imaginaire « instituant » est en rupture avec l’« institué » de l’institution. Développer l’imaginaire social instituant dans l’organisation signifie la création, la présentification, le faire être en continu (Castoriadis, 1999).

5  Pour Deleuze et Guattari (1980), le désir est l’élément de l’autre et de soi qui facilite la transformation mutuelle et la production sociohistorique de subjectivité. Il demeure au cœur des transformations sociales et psychiques de toutes les subjectivités. Ainsi la libération du désir face aux forces instituées facilite-t-elle l’émergence du nouveau.

6  Cela fait référence à un mode de croissance particulier en biologie : le rhizome se ramifie en de multiples directions et croît en accord avec les agencements qui se créent en fonction d’une logique non hiérarchique sans début ni fin. On le rencontre toujours au milieu entre les représentations, les modèles et les théories produisant des agencements nouveaux (Deleuze et Guattari, 1980 : 36).

7  Par souci de confidentialité, nous avons créé un nom fictif pour cet État.

8  Ces dimensions demeurent heuristiques dans le sens où elles permettent de découvrir les situations du point de vue des acteurs, plutôt que de chercher uniquement en fonction de nos présupposés (Rhéaume et Sévigny, 1988).

9  Tous les verbatim figurant dans ce texte ont été traduits du portugais brésilien au français par l’auteure. Les noms utilisés sont fictifs. Chaque sujet a été interviewé à trois reprises. Les entretiens sont codés de la manière suivante : Gerardo-1, Gerardo-2, Gerardo-3 ; Luciane-1, Luciane-2, etc.

10  Para que o instituido fica produtivo ele preciso ser constantemente acompahado pelo devir social das forças instituintes (Luciane-1).

11  Para nos, um das temáticas privilegiadas é o processo de subjetivação política como os conflitos. Eles abrem as possibilidades da invenção da multiplicidade. Isso importa mais que a busca de um consenso grupal (Julio-2).

12  A duvida funciona possibilitando a conectividade entre um momento e outro entre o pólo emanciapatorio-acontecimal e pólo regulator-neoliberal da resignação. Como um cano que liga estes dois pólos (Gerardo-3).

13  A metodologia de gestão para mim é a típica da analise institucional que é produção de demanda, produção de oferta, analise da oferta e demanda, analise da implicação e da sobre implicação, analise das estruturas de poder, das estruturas de prestigio. Contrato provisório, diagnostico e proposta de um dispositivo de avaliação (Benedita-1).

14  Não da para placar a realidade num modelo. […] Estão-se lá da multiplicidade, da diferença, do devir não interessa o campo do modelo. O que interessa mesmo é esta realidade, o devir, o movimento. O que interesse é a imanência ou como se conecta estes fragmentos, estes modelos com as maquinas técnicas e práticas (Eliane-2).

15  Nosso pratica nasce no encontro. Ela tem uma forma própria de colocar o movimento no grupo, na organização (Roberta-3).

16  Nos encontros de gestão coletiva preparamos o trabalho para madurecer o processo, mas não podemos garantir que vai ser como preparamos. Às vezes fazemos nada como combinamos, mas aquela combinação é fundamental para ir alem do planejado par ir alem da reprodução do mesmo (Eliane-1).

17  O esquizoanálista e aquele que é capaz de bricolar. Porque o tempo inteiro ela tenta ativar o caos, o simulacro, para potencializar aquilo que os dispositivos de ordem e de estabilidade não potencializam. E não tem receita para isso então você tem que ser aberto para viver estes momentos onde você tem que mudar tudo e inventar o novo. A esquizoanálise te da isso. Ela te coloca na criação, na invenção de novos espaços. Por exemplo, um dia cheguei num lugar para trabalhar grupo, tinha bancos, cadeiras e tal. Tudo que me impedia de trabalhar ! Tive que adequar o espaço assim imediatamente ; tirando as cadeiras, botando papeis jornais e comecei um esquizodrama (Nina-3).

18  À titre d’exemple, ces pratiques visent, par l’intermédiaire du corps, du jeu, de la transe, etc., à « subjectiver » radicalement les individus et les groupes contre la culture rationnelle instrumentale dominante (Rhéaume, 1985).

19  O esquizodrama se concentra mais na <realteridade> que <transversalisa> as representações para desconstruir-lhas, <deterritorializar-lhas> e derivar-lhas da sua órbita reprodutiva, fixa, instituída (Benedita-2).

20  Trabalhamos a clinica do devir e da diferença repetição. É muito interessante porque o atendimento técnico ele é muito institucionalizado. Eles dramatizaram o atendimento padrão do psicólogo. (oi tudo bem ? Como que foi seu dia hoje ? Tem algumas novidades ? Oi tudo bem, etc.)Depois nos criamos uma dramatização que fugiu desta reprodução ! Um atendimento inesperado que eles já mais fariam inventivo etc. Dai deu um contraste muito grande daí deu para agente conversar muitas coisas (Mauricio-2).

21  O conceito de mudança está infectado pela perspectiva adaptacionista, a perspectiva de quem pensa no consenso social e num modelo universal de regulação através da democracia representativa ocidental. Vamos pensar que a questão para esquizoanálise nem é metamorfose é caosmose sabe ? Então pensamos em devir, resingularizaçao, deterritorialisaçao, etc. Uma vez que e a esquizoanálise supõe esta ontologia da realidade, uma vez que ela abriu o campo para esta co-possibilidade esta comutação ; sentindo isso na pratica vai mostrando que realmente muitas das fronteiras que obedecemos no pensamento com os modelos com as etapas que produz x ou y resultados são arbitrarias elas não corresponde a realidade. Em fim, se cria muito mais do que se planeja. O que devem na consultoria vai alem do contrato apresentado em termo molar com um conjunto de procedimento de metas de resultados. Tenho visto isso ! Esta funcionada assim mesmo ! E esquizoanálise me possibilita a ver este devir - outro em mim e em tudo. Ela me abriu as infiltrações espontâneas criando mobilização e estratégias fortalecendo a produção de subjetivação com todos os envolvidos no processo (Gerardo-3).

22  O gestor não pode saber o que vai dar porque não depende só de você depende do que acontece no « entre » esta multiplicidade de dimensão (Luciane-1).

23  É difícil perceber quando há devir. O devir é uma coisa muito subtil. É muito no encontro com o Outro. Para me passa muito no corpo. Eu sinto no corpo, percebo nos corpos dos agentes e tal. Não sei como explicar. Mas enfim, acho que a esquizoanálise me permite de apostar nos devires possível nos encontros. Ela me lembra permanentemente que eles atravessam o tempo tudo (Sara-3).

24  Vocês fizeram coisas e vocês notaram diferenças na cultura e na gestão das unidades, mas não diretamente no jovem. Vocês conhecem o problema de jovem infrator no Brasil ! Vocês sabem dos paradoxos intrínsecos da meta de reinserção sócio-educativa daquele menino numa sociedade onde não tem lugar para ele ? Sabemosque muitos deles não vão a lugar nenhum. Sabemos que o prazo de vida deles é de 3 anos depois ter saído da Unidade (Benedita-2).

25  O jovem infrator esta dando uma risada da gente ! Porque é muita enganação. Como que fica a nossa ética ? Fazemos este trabalho para que daí ? A gente vai se enganando mesmo. E o jovem sabe disso ! Estamos num alto engano coletivo dentro de um trabalho que você sabe que é paliativo mesmo (Sara-1).

26  As possibilidade de transformações micropoliticas pela dignidade dos jovens param a partir do momento que a resignação nos ganha. Quando nos resignamos nos esquecemos nossos desejos de desviar esta realidade e daí nos tornamos instrumentos tecnológicos -humanos para qualquer meta. Nos deixamos capturar, adaptar a subjetivação neoliberal (Benidita-2).

27  Tentar sentir esta ambivalência, esta complexidade do paradoxo da missão destas Unidades é fundamental para a Utopia Ativa, mas a questão fica : qual é a palavra dos jovens ? Responder a esta pergunta é como dar volta a uma situação em que o destino é a morte para driblar com ela junto com eles. É de inventar com eles para lutar contra a concentração de renda. Centrar-se no destino - máchinico do jovem para entender melhor as maquinas que produzem a exclusão dele. E assim desviar junto com ele raspando os paradoxos da sociedade capitalista neoliberal (Benedita-3).

28  O desafio era que os adolescentes realmente fossem protagonistas da gestão participativa nas unidades. Mas com as práticas organizacionais é ainda um processo para o adolescente e não com ele (Carolina-1).

29  Neste contexto louco, os jovens estão em perigo permanente de voltar na criminalidade ou no narcotráfico. Para muitos deles a unidade é a casa. Eles roubam para voltar dentro. A gente escuta de alguns : « Aqui é um hotel 5 estrelas ». Porque quando eles saem, eles vão para chuva, vão para o risco novamente. Em alguns registros eles sabem disso. Isso mexe com as subjetividades deles e de todos os trabalhadores da unidade. Cria uma ambivalência, um paradoxo em relação com o sentido da missão de reinserção para os trabalhadores e para me também (Sara-3).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’utopie active comme fondement normatif de pratiques de gestion
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3917/img-1.png
Fichier image/png, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Ruelland, « Pratiques alternatives de gestion dans les organisations publiques d’insertion socioéducative brésiliennes », Communication [En ligne], Vol. 31/1 | 2013, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/3917 ; DOI : 10.4000/communication.3917

Haut de page

Auteur

Isabelle Ruelland

Isabelle Ruelland est doctorante au Département de sociologie de l’Université de Montréal ainsi que chargée de cours au Département de communication sociale et publique et à l’École de travail social de l’Université du Québec à Montréal. Courriel : ruelland.isabelle@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org