Navigation – Plan du site
Lectures

Noëlle BATT et al. (2001), L’art et l’hybride

Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes
Frédérique Calcagno-Tristant
p. 157-159
Référence(s) :

Noëlle BATT et al. (2001), L’art et l’hybride, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes.

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage collectif L’art et l’hybride dépasse largement cette thématique et cette mise en articulation. En effet, l’hybride n’est qu’un prétexte à une perpétuelle recherche définitionnelle de l’art. Dès le premier article de Dominique Château, « La performance contre l’œuvre » (p. 9-23), nous comprenons qu’il s’agit d’interroger les frontières et les limites de l’art. L’auteur n’aborde en aucune manière l’hybridité de l’art, mais réenvisage la définition de l’art à travers celle de la « performance » :

J’appelle « performance » toute manifestation artistique qui consiste dans l’exécution d’une action par un ou plusieurs artistes, cette action étant plus importante que tout résultat, éventuellement toute œuvre, dont elle pourrait occasionner la production (p. 11).

2De ce fait, Dominique Château nous parle à travers le happening d’un art « événementiel », « éphémère » (p. 10), dont « l’œuvre s’évanouit » (p. 15), c’est-à-dire qu’il rappelle l’engagement existentiel, éthique, actionnel et esthétique de l’art. Michel Costantini, dans « Il est dans les monts du Léon » (p. 203-211), conclut d’ailleurs en disant que le « travail de l’hétérogénéité […] pourrait être considéré comme spécifique d’une époque, la nôtre […] » (p. 206). Nous pouvons même, semble-t-il, généraliser ces propos à tout travail artistique.

3Ces deux articles bouclent ainsi parfaitement la réflexion théorique autour des « Transactions artistiques et pensée de l’art » (Avant-Propos, p. 5), alors que l’ensemble des autres productions discourent plus spécifiquement sur le phénomène hybride.

4Ainsi, Christian Doumet, « Céder, ne pas céder aux <vocations> (Baudelaire face à la musique) » (p. 25-52), organise sa démonstration selon deux catégorisations sensorielles, visible versus audible perçu sur le mode psychanalytique attirance versus répulsion. Ces articulations permettent, à travers les conceptions de Baudelaire et de Wagner, de repenser la limite des arts (poésie et musique). En effet, à travers les « vocations » de Baudelaire, l’auteur nous indique que

la musique, d’un côté comme de l’autre, ne se contente pas de fournir un équivalent sonore à la fugacité visuelle. Elle creuse le visible en direction de ce qu’il n’est pas, de ce qu’il ne saurait être à lui seul : un signe affectif agrandi aux dimensions de l’universel, un affect cosmicisé (p. 29).

5Ensuite, les articles s’enchaînent multipliant les différentes manières de poser l’hybridité. Tom Conley, « Cartographies de films » (p. 53-71), découpe le film en « espaces multiples » ; Béatrice Picon-Vallin, « La mise en scène et le texte » (p. 103-116), construit le rapport entre la mise en scène et le texte en termes soit de contrepoint, ou de dissonance, soit de redondance. Quant à Marie-Claire Ropars-Wuilleumier, « En rêvant à partir de fictions énigmatiques » (p. 131-151), elle esquisse une première définition de l’hétérogénéité : « L’hétérogénéité esthétique tiendrait alors à ce double mouvement contraire par où une forme s’invente, scripturale ou artistique, dans la différence d’une forme autre, d’art ou d’écriture » (p. 148). Ainsi, tout au long de cet ouvrage collectif, les synonymes se précisent pour figurer l’hybride :

transposition, médiations, négociations, différentiel, hétérogénéité, coopération, contamination, croisement, collaboration, association, transaction, combinaison, malaxage, coexistence, mixage, partage, passage, métissage, rencontre, détour, irruption, ouverture, transgression, confluences, croisements, interférences, dissemblance, transition, accidentel, dissonances, diversité, composite, création, mélange, brassage…

6Mais finalement, de cette longue liste, il ne reste rien d’un discours sur l’hybride, si ce n’est une tentative à chaque fois avortée pour définir l’art. Nous trouvons alors à ce stade de confusion de petites vérités, si grandes soient-elles, glissées çà et là : Noëlle Batt, « Que peut la science pour l’art ? De la saisie du différentiel dans la pensée de l’art » (p. 73-82) et « Les éléments… qui composent l’œuvre ont la possibilité de changer de valeur par contamination contextuelle, sous la responsabilité d’un regard et d’un cerveau humain » (p. 80) ; Sandro Bernardi, « Le Minotaure c’est nous… De Godard à Pasolini » (p. 117-129) et « L’art serait donc un mouvement de représentation, de l’irreprésentable, la recherche d’une forme sans forme, d’une forme faite de plusieurs formes » (p. 126) ; Pierre Sorlin, « Histoire de l’art, pensée de l’art » (p. 153-172) et « […] toute œuvre artistique met en jeu une série de transactions » (p. 153) ; Tiphaine Samoyault, « L’hybride et l’hétérogène » (p. 175-186) et « L’hétérogène dépend ainsi d’un point de vue, ou plus généralement de la réception » (p. 185) ; Jean-Michel Rey, « Questions d’esthétique » (p. 187-202) et « L’art n’aurait en fait jamais véritablement respecté les circonscriptions de son concept » (p. 192).

7Le lecteur se nourrit donc d’un foisonnement d’idées et de concepts qu’il doit organiser selon sa propre quête. Les articles sont très disparates dans leurs approches et ne commencent à s’articuler qu’avec les deux pages-bilan de Béatrice Bloch, « L’œuvre <manifestement> Hétérogène ? Propositions pour un débat » (p. 173-174). Michel Constantini, « Il est dans les monts du Léon » (p. 203-211), finira d’affirmer leur cohérence en resituant l’apport de chaque analyse. Et puis rappelons-nous de l’« Avant-Propos » (p. 5-8) signé Christian Doumet, Michèle Lagny, Marie-Claire Ropars, Pierre Sorlin, qui centre l’ouvrage sur « […] l’hétérogénéité de certaines formes artistiques […] retenue comme opérateur de réflexion théorique » (p. 5). Quoi qu’il en soit, et malgré un problème de coordination des articles, cette étude collective traduit un réel travail de réflexion sur l’art en tant que tel et sur sa perception sociale et culturelle. Il manque néanmoins pour parachever le tout un point de vue de la théorie sémio-cognitive et de la perception sensible sur l’Art et l’Hybride. Ainsi, ne pourrait-on pas rapporter ces deux entités à une mise en discours de l’imperfection (Hjelmslev, De l’imperfection) ? L’art serait ainsi un acte énonciatif, c’est-à-dire un discours qui inscrirait la position du sujet dans son rapport au monde. Il s’agirait ici pour le sémioticien de révéler les indices du corps parlant et de montrer en quoi et comment l’hybride fait valeur et surtout sens dans l’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Calcagno-Tristant, « Noëlle BATT et al. (2001), L’art et l’hybride », Communication, Vol. 23/1 | 2004, 157-159.

Référence électronique

Frédérique Calcagno-Tristant, « Noëlle BATT et al. (2001), L’art et l’hybride », Communication [En ligne], Vol. 23/1 | 2004, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://communication.revues.org/3941

Haut de page

Auteur

Frédérique Calcagno-Tristant

Frédérique Calcagno-Tristant est docteur en science de l’information et de la communication, Centre de recherches Images et Cognitions, Université Sorbonne Panthéon, Paris I et chargée de cours à l’Université catholique de l’Ouest.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org