Navigation – Plan du site
Lectures

Giovanni BECHELLONI et Milly BUONANNO (dir.) (1997), Television Fiction and Identities : America, Europe, Nations

Naples, Ipermedium
Frédéric Demers
p. 160-162
Référence(s) :

Giovanni BECHELLONI et Milly BUONANNO (dir.) (1997), Television Fiction and Identities : America, Europe, Nations, Naples, Ipermedium.

Texte intégral

1Giovanni Bechelloni est sociologue de la culture à l’Université de Florence et Milly Buonanno enseigne la théorie et les techniques de communication de masse à l’Université de Salerne. Ce collectif qu’ils ont dirigé constitue la première publication émanant d’Eurofiction, un observatoire européen lancé en 1996 et réunissant des centres de recherche voués à l’étude de la fiction télévisuelle dans cinq pays (Italie, Espagne, Allemagne, Royaume-Uni et France). Reproduisant les textes d’un colloque qui s’est tenu à Florence à l’occasion du lancement d’Eurofiction, le livre sert d’abord de vitrine à ce projet. L’ouvrage s’intéresse essentiellement au paysage télévisuel dans chacun de ces cinq pays (télévision publique et télévision privée, modes et contextes de production, stratégies des producteurs et des diffuseurs, télévision par câble et par satellite, etc.). Les textes sont publiés en anglais, quoique les remerciements, l’introduction et la contribution de Milly Buonanno figurent aussi en version italienne.

2La première partie offre trois essais sur l’univers changeant de la télévision mondiale. Survolant le paysage télévisuel changeant à l’heure de la convergence médiatique, de la propriété multinationale et d’Internet, Horace Newcomb constate les pressions vers la fragmentation des solidarités nationales autrefois créées, ou renforcées tout au moins, par les médias de masse. Qu’est-ce qui va remplacer la télévision nationale telle qu’on l’a connue ? Il n’a pas la réponse, mais plaide pour le maintien de la diversité culturelle. Richard Paterson et Mauro Wolf servent deux répliques à Newcomb en prenant le parti opposé. La télévision a toujours évolué et les changements actuels sont un prolongement normal dans son histoire. Paterson insiste notamment sur le fait que la crainte des conglomérats internationaux est ancienne mais non justifiée, car ceux-ci doivent et devront toujours s’ajuster aux marchés. Selon lui, les fictions sérielles nationales européennes, reflétant les valeurs et la culture de leurs sociétés d’origine, ne sont pas menacées par la production étatsunienne.

3La seconde partie présente une étude de cas pour chacun des pays associés à Eurofiction. La similitude des situations nationales ressort par-delà certaines variantes. À l’exception de celui de Régine Chaniac sur la France qui n’aborde pas cette question, chaque texte souligne que du point de vue de la cote d’écoute, la fiction sérielle nationale récolte toujours plus de succès que la fiction importée. Cependant, si la première occupe les meilleures cases de la grille de programmes (entendons : les plus rentables en rapport avec les revenus publicitaires), la seconde demeure quantitativement beaucoup plus importante. Les raisons sont d’abord économiques, car produire de telles émissions coûte cher et l’achat de séries étrangères toutes faites s’avère plus rentable. De plus, des considérations politiques entrent parfois en ligne de compte. Pour ces raisons, explique Milly Buonanno, l’offre de fiction italienne sur les six chaînes nationales du pays a chuté de 300 heures à 130 entre la fin des années 1980 et le milieu des années 1990. La similitude ressort également en ce qui concerne le paysage télévisuel. Depuis les années 1980, la déréglementation, la forte concurrence imposée par le secteur privé à la télévision publique et l’arrivée du câble puis du satellite ont altéré les pratiques et habitudes anciennes.

4La dernière partie porte sur la Scandinavie et la Suisse, mais alors que le premier de ces textes poursuit dans la veine des cinq précédents, le second se penche plutôt sur la question des transferts culturels inhérents aux transferts linguistiques opérés dans les cas de doublage ou de sous-titrage.

5L’annexe, enfin, présente l’observatoire Eurofiction et indique, pays par pays, la nature du programme de recherche élaboré dans le cadre de ce projet.

6Malgré son titre et une introduction qui l’inscrit au cœur de la problématique d’Eurofiction, cet ouvrage n’offre au lecteur presque rien à se mettre sous la dent en ce qui concerne la réflexion sur les identités. Les trois premières contributions l’abordent, mais sans toutefois en faire leur véritable fil conducteur. Quant aux sept suivantes, les rares fois qu’elles y réfèrent, elles ne s’aventurent jamais au-delà de quelques affirmations ou considérations très générales et, conséquemment, peu engageantes ou instructives. La popularité constatée de la fiction sérielle nationale constituait pourtant une belle occasion d’articuler une réflexion sur cette thématique.

7Sur le plan formel, il convient de souligner les nombreuses maladresses (coquilles typographiques, fautes d’orthographe, mauvaises césures, etc.) qui résultent d’un travail d’édition bâclé. Par exemple, on devrait lire Jacques au lieu de Jaques (p. 18), the research au lieu de the the research (p. 26), whether au lieu de wheter (p. 30), National Front au lieu de national front (p. 35), independent au lieu de indipendent (p. 67), losers au lieu de loosers (p. 75), asymetry et through au lieu de asymmetry et throught (p. 76), A highly au lieu de An highly (p. 87), preference au lieu de preferance (p. 95), symptomatically et Eugène au lieu de symptomatic et Eugene (p. 139), reorganize au lieu de reorganise (p. 143), its au lieu de it’s (p. 151, deux fois), there may be au lieu de there maybe (p. 153) et they may also au lieu de the may also (p. 155). La liste n’est même pas complète.

8Court, insatisfaisant, mal écrit, ce Television Fiction and Identities n’a rien d’un classique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Demers, « Giovanni BECHELLONI et Milly BUONANNO (dir.) (1997), Television Fiction and Identities : America, Europe, Nations », Communication, Vol. 23/1 | 2004, 160-162.

Référence électronique

Frédéric Demers, « Giovanni BECHELLONI et Milly BUONANNO (dir.) (1997), Television Fiction and Identities : America, Europe, Nations », Communication [En ligne], Vol. 23/1 | 2004, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/3943

Haut de page

Auteur

Frédéric Demers

Frédéric Demers est étudiant doctorant au département d’histoire à l’Université Laval. Courriel : demersfrederic@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org