Navigation – Plan du site
Lectures

Paul BLETON (dir.) (2001), Hostilités

Québec, Éditions Nota bene, Coll. « Études culturelles »
Bernard Lamizet
p. 163-166
Référence(s) :

Paul BLETON (dir.) (2001), Hostilités, Québec, Éditions Nota bene, Coll. « Études culturelles ».

Texte intégral

1Hostilités est un ouvrage collectif sur les représentations de la guerre dans l’espace public, tant dans la littérature que dans ce que l’on est convenu d’appeler la « paralittérature » et au cinéma. L’esprit dans lequel a été conçu cet ouvrage collectif est annoncé dès l’introduction de P. Bleton et de N. Spehner. Il s’agissait de proposer des outils de réflexion et d’analyse sur la représentation de la guerre, dans un moment de grande tension, se signalant par des guerres à la fois étrangères et familières par le truchement de la culture médiatique.À partir de là, il s’agit de définir une limite entre le réel et l’imaginaire, dans une situation dans laquelle « depuis ses origines, la culture médiatique a tendu à rendre de plus en plus poreuse la distinction entre fait et fiction. Guerres des nouvelles et guerres des fictions, discours et images […] Tel était le contexte », disent P. Bleton et N. Spehner, dans leur introduction, pour situer l’ouvrage et faire apparaître ses significations et ses ambitions.

2L’ouvrage se présente comme une suite d’études sur des points particuliers de la représentation de la guerre. Ces études sont accompagnées de bibliographies élaborées par chacun de leurs auteurs, mais l’ouvrage comporte aussi deux abondantes bibliographies d’ensemble sur des études consacrées à des récits de guerre, ainsi que sur des récits de guerre. Cette abondante bibliographie, signée par Norbert Spehner, offre un tour d’horizon assez complet de la production éditoriale sur la guerre — tant en matière de fiction qu’en matière d’ouvrages de réflexion sur la guerre dans les médias et dans la littérature.

  • 1  Outre l’introduction de Paul Bleton (Télé-Université, Montréal) et de Norbert Spehner (critique li (...)

3La nécessité d’une réflexion sur la représentation contemporaine de la guerre dans le champ des sciences de l’information et de la communication n’échappera à personne. En ce sens, l’ouvrage collectif dirigé par P. Bleton1 relève d’un projet dont l’importance n’est ni à démontrer ni à justifier. Et l’exploration du thème de la guerre est un travail tout à fait fondamental à mettre en œuvre pour mieux comprendre comment naît et se développe un point majeur du discours politique des médias et de la fiction, faisant apparaître dans l’espace public la dimension réelle de la violence de la guerre, sa dimension symbolique et sa dimension imaginaire. On peut, toutefois, se demander, à la lecture de l’ouvrage, si le pari est gagné, en ce qu’il demeure un certain nombre de zones d’ombre qui nous obligent à questionner l’ouvrage de façon un peu critique.

4La première critique que l’on fera à l’ensemble des contributions de l’ouvrage est de s’en tenir à une lecture souvent proche de la paraphrase, qui ne donne les moyens ni de comprendre la signification et les connotations des ouvrages analysés, ni d’apprécier leur dimension proprement politique, compte tenu des conditions de leur diffusion dans l’espace public que ces ouvrages viennent irriguer de représentations de la guerre. On se demande, en particulier, devant l’analyse de tant d’ouvrages de différents genres et appartenant à différents modes d’expression, quels sont ceux qui proposent une condamnation de la guerre et quels sont ceux qui, au contraire, consistent dans une glorification et dans une mise en avant. Sans doute n’est-il pas possible de penser la guerre, ni de la raconter, sans assumer vis-à-vis d’elle une certaine position, qui définit le lieu politique d’où l’on parle dans l’espace public, et ce sont ces positions que l’ouvrage ne définit pas de façon assez claire.

5Par ailleurs, l’un des axes forts annoncés dans l’introduction aurait pu constituer une thématique structurante de cet ouvrage collectif : il s’agissait de l’articulation entre réalité et fiction. L’ouvrage aurait pu partir de cette réflexion un peu forte de Jenny Cristina Thompson, selon qui « toutes les histoires de guerre sont par définition des fictions » (p. 59). En effet, d’une part, sans doute convient-il de nuancer quelque peu une telle affirmation, d’autre part, elle constitue, indépendamment de sa valeur, un axe majeur d’interprétation et de réflexion sur la littérature et les représentations médiatées de la guerre. À condition que le concept même de fiction soit interrogé et analysé de façon approfondie dans son usage à propos de représentations de guerre. On aurait même pu se demander si une représentation de la guerre est seulement possible, compte tenu des souffrances dont elle est nécessairement porteuse et de la relation à la mort qu’elle entretient nécessairement, au cours de sa mise en scène des événements racontés. On regrette, ainsi, que ce concept, si important, n’ait pas fait l’objet d’une reformulation critique à propos de la guerre, et que, nulle part, l’ouvrage ne s’interroge sur les conditions particulières dans lesquelles la figure de la guerre nous oblige à redéfinir ou à repenser l’articulation entre fiction et réalité — entre réel, symbolique et imaginaire.

6Enfin, la critique portera sur l’analyse proposée ici de l’articulation entre l’histoire et la fiction — thème majeur qui n’est, sans doute, pas sans relation avec l’articulation envisagée entre réel, symbolique et imaginaire. La guerre constitue l’un des événements au cours desquels la rencontre entre l’histoire et la fiction est la plus importante. Au cours des récits de guerre, l’histoire des événements réels et celle des événements de fiction sont articulées l’une à l’autre, avec des types de personnages distincts, les personnages de l’Histoire, intervenant dans des événements qui se sont réellement produits, venant croiser des personnages de roman, intervenant dans ce que l’on peut appeler l’espace fictionnel de cette littérature. On peut regretter, en particulier, que n’ait pas été pleinement analysée cette articulation entre le réel et la fiction dans cette littérature et cette paralittérature sur la guerre. Cette remarque prend un relief particulier à propos de l’analyse de P. Verdaguer sur le roman policier et sur la présence de la guerre à l’horizon de ses récits.

7Le traitement de l’image, qu’il s’agisse de couvertures de livres ou d’illustrations de photos-romans ou de romans dessinés, fait l’objet, dans Hostilités, d’études consacrées surtout à la façon dont l’image interprète ou ré-interprète le réel qu’elle représente. On peut, en particulier, regretter que ces études ne fassent pas apparaître une réflexion plus globale sur ce que l’on peut appeler l’esthétique iconique de la guerre. Sans doute la guerre constitue-t-elle un champ thématique particulièrement important dans lequel se met en œuvre une esthétique particulière rendant visibles la souffrance singulière et les conflits politiques collectifs auxquels conduisent les événements qu’elle représente. Les analyses de S. Giet sur Nous deux ou celle de C.-M. Pons sur Gerfaut ouvrent, ainsi, d’intéressantes perspectives, mais, malheureusement, sans les approfondir tout à fait.

8Enfin, demeure la question de la mémoire de la guerre. Celle-ci se pose de deux façons. La première est celle de la commémoration et de la façon dont les médias et la littérature (« paralittérature » comprise) participent de l’œuvre collective de mémoire de la guerre. La seconde est, au contraire, celle du refoulement de la mémoire de la guerre et de la disparition de la figure de la guerre, hors des champs du discours et de la représentation. Cette question de la mémoire de la guerre est abordée, ici, de trois façons qu’il serait intéressant d’approfondir. D’une part, il s’agit de la rencontre entre le temps politique, celui de la représentation de la guerre, et le temps de l’événement représenté. On peut, ainsi, lire d’intéressantes remarques, à propos du film Normandie-Niémen, par M. Rolland qui articule cette représentation au rapprochement diplomatique entre la France et l’U.R.S.S. qui a été amorcé par la France en 1958. D’autre part, il s’agit de l’articulation, dans la mémoire, entre le désir singulier et la violence collective de la guerre, comme le montre l’étude sur la littérature allemande par J. E. Michaels, qui articule, de façon intéressante, la lecture de la fiction et l’analyse de son accueil dans l’espace politique. La critique, par C.-M. Pons, des couvertures de la collection « Gerfaut » propose, elle aussi, une réflexion sur ce thème, sans, malheureusement, aller jusqu’au bout de l’analyse comme aurait pu le permettre, par exemple, une investigation fondée sur les concepts de la psychanalyse. Enfin, la question de la mémoire est abordée à propos de plusieurs réflexions sur la propagande et l’idéologie (comme celle que propose E. Ozerski ou É. Nardout-Lafarge), mais sans que ces concepts soient pleinement définis, ce qui atténue la portée de l’analyse et de la critique.

Haut de page

Notes

1  Outre l’introduction de Paul Bleton (Télé-Université, Montréal) et de Norbert Spehner (critique littéraire), l’ouvrage comporte des contributions de Jenny Cristina Thompson (doctorante à l’Université du Maryland, aux États-Unis), de Jennifer E. Michaels (professeure au Grinnell College en Iowa), d’Elena Ozerski (chercheure à Montréal sur la littérature russe), de Michel Rolland (professeur à l’Université de Cergy-Pontoise), de Christian-Marie Pons, professeur de communication à l’Université de Sherbrooke, de Pierre Verdaguer (professeur à l’Université du Maryland), de Sylvette Giet (GERICO, Lille III) et d’Élisabeth Nardout-Lafarge (professeure, Université de Montréal).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lamizet, « Paul BLETON (dir.) (2001), Hostilités », Communication, Vol. 23/1 | 2004, 163-166.

Référence électronique

Bernard Lamizet, « Paul BLETON (dir.) (2001), Hostilités », Communication [En ligne], Vol. 23/1 | 2004, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/3946

Haut de page

Auteur

Bernard Lamizet

Bernard Lamizet est professeur à l’Institut d’études politiques de Lyon. Courriel : bernard.lamizet@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org