Navigation – Plan du site
Lectures

Jérôme BOURDON (2000), Introduction aux médias, 2e édition

Paris, Montchrestien, Coll. « Clefs-Politique »
Annik Dubied
p. 167-168
Référence(s) :

Jérôme BOURDON (2000), Introduction aux médias, 2eédition, Paris, Montchrestien, Coll. « Clefs-Politique ».

Texte intégral

1Montchrestien réédite l’ouvrage d’introduction aux médias de Jérôme Bourdon, dont la première édition était parue en 1997. Cette nouvelle édition reprend la structure de l’ancienne, avec quelques ajouts et modifications.

2On retrouve donc, avec plaisir, la réflexion de Jérôme Bourdon, qui se déploie en trois temps.

3Une première partie propose un panorama original des différentes « théories » ou perspectives sur les médias à l’œuvre dans le champ. Bourdon propose une classification « quadri-polaire » de ces théories, qu’il situe à plus ou moins grande distance des pôles optimiste, pessimiste, « prophétique » et scientifique. Cet ordonnancement du champ est particulièrement propice à la réflexion et à la confrontation (constructive) des perspectives.

4Une deuxième partie se concentre sur les progrès, mais aussi sur les débats ayant trait aux publics et aux « documents » médiatiques — Bourdon choisit de privilégier ce terme au détriment de ceux de « discours » ou de « messages », trop connotés à ses yeux. Autrement dit, cette partie se penche sur les recherches portant sur « […] <l’aval> et le <milieu> du processus de diffusion […] » (p. 55). De nouveau, le panorama proposé stimule la réflexion et permet de montrer l’évolution de la recherche en la matière, et ses enjeux.

5Enfin, une troisième partie insiste sur l’importance des travaux développés en socioéconomie et en sociologie des professions en matière de médias. Ces travaux sont à leur tour présentés très clairement, et leur exposé met en évidence les enjeux qui y sont liés. Là comme ailleurs, des concepts essentiels — de la « diffusion » à la « profession », en passant par le « service public » — sont expliqués.

6Ce vigoureux petit ouvrage, que l’auteur revendique comme orienté — « […] toute mise au point est aussi prise de position » (p. 9) —, a le grand mérite de stimuler la réflexion en proposant des catégorisations heuristiquement fertiles, qui s’offrent à la discussion, voire à la contestation, de manière exemplaire. Truffé de définitions conceptuelles utiles et situées dans leur contexte d’émergence, capable d’expliquer rapidement mais limpidement et sans simplisme une somme impressionnante de théories, ce petit livre pourra donc être profitable aussi bien à l’étudiant en analyse des médias qu’au chercheur confirmé qui souhaite se réinterroger sur son champ.

7Et si l’on peut discuter, voire contester, certaines affirmations — « […] pour être bon spécialiste des médias, il faut être sociologue » (p. 17) —, c’est justement parce que l’auteur a le courage d’offrir à la réflexion et à la critique un texte orienté, constructif et stimulant.

8Bien sûr, les présentations courtes et synthétiques imposées par ce genre d’ouvrage sont parfois frustrantes : l’auteur passe par exemple très rapidement sur les apports de la sémio-pragmatique ou de l’analyse énonciative à l’analyse des documents. Parfois aussi, l’exposé de toutes ces perspectives donne l’impression d’une recherche atomisée, en perpétuelle confrontation. Bourdon lui-même insiste néanmoins sur les convergences actuelles des recherches. À la fin du premier chapitre, par exemple, il souligne « […] que des évolutions récentes, tant sociales que théoriques, conduiront peut-être à reconsidérer les partages théoriques proposés, et vont dans le sens d’une relative convergence » (p. 49). Plus loin, en conclusion il insiste : « […] le souci de la nuance a gagné tous ceux qui travaillent sur le public, public auquel on concède partout quelque autonomie » (p. 147). Même si l’auteur lui-même n’emploie pas l’expression d’« interdiscipline », il semble que la « convergence » qu’il évoque soit de cet ordre : elle suggère que toutes ces perspectives, un peu atomisées pour les besoins de la présentation, peuvent travailler ensemble à éclairer un objet (les médias) considéré comme commun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annik Dubied, « Jérôme BOURDON (2000), Introduction aux médias, 2e édition », Communication, Vol. 23/1 | 2004, 167-168.

Référence électronique

Annik Dubied, « Jérôme BOURDON (2000), Introduction aux médias, 2e édition », Communication [En ligne], Vol. 23/1 | 2004, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/3948

Haut de page

Auteur

Annik Dubied

Annik Dubied est professeure au Département de sociologie de l’Université de Genève. Courriel : annik.dubied@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org