Navigation – Plan du site
Lectures

Robert BOURE et al. (2002), Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés

Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires Septentrion
Mustapha Belabdi
p. 169-172
Référence(s) :

Robert BOURE et al. (2002), Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires Septentrion.

Texte intégral

1Comme son titre l’indique, cet ouvrage porte sur l’histoire des sciences de l’information et de la communication (SIC) en France considérée comme un champ disciplinaire récent mais dont les origines remontent à une époque ancienne. À travers les hypothèses de huit chercheurs appartenant à divers domaines, le lecteur prend connaissance de l’évolution des SIC en France et des principaux acteurs ayant fondé ce nouveau domaine de la recherche que d’aucuns hésitent encore à considérer comme discipline.

2Dans sa présentation de l’ouvrage, Robert Boure annonce que ce projet d’écriture réunit les chercheurs autour d’une réflexion sur trois axes. D’abord la production d’une histoire des SIC qui ne s’appuie pas sur les définitions institutionnelles — les chercheurs invités ne sont d’ailleurs pas des historiens — et destinée à des praticiens et autres personnes intéressées par ce domaine. Le deuxième axe est consacré à la relation entre la dimension institutionnelle et les recherches et études produites dans ce domaine et qui a soulevé moult débats. Et, en troisième lieu, il s’agit d’appréhender les SIC selon deux volets : les périodes marquantes de leur histoire et les questions récurrentes qui ont marqué et qui continuent de marquer cette histoire.

3Si le terrain d’étude a été communément défini par le panel des chercheurs, les points de vue demeurent partagés quant aux hypothèses à défendre et aux résultats escomptés. Cette divergence dans les textes serait redevable à l’appartenance disciplinaire des chercheurs des SIC.

4Robert Boure, dans son article sur les bases historiques des SIC, constate que ces dernières n’ont pas d’histoire définie, car c’est un domaine de recherche jeune, dont les objets de recherche, la méthode et la thématique sont encore éclatés. Au niveau de la pratique, Boure attribue les carences à l’interdisciplinarité fondatrice des SIC dont l’action s’étend sans cesse à d’autres perspectives disciplinaires. Selon l’auteur, la reconnaissance officielle des SIC par les instances institutionnelles en France et les travaux de réflexion théorique dans ce domaine constituent les fondements de leur éventuelle histoire.

5Si les données sur l’institutionnel demeurent plus accessibles, il n’en est pas de même pour celles qui retracent les travaux de théorie et de recherche dans le domaine. Boure se réfère aux travaux d’Armand Mattelart sur les origines de la filiation intellectuelle des SIC et à ceux de Bernard Miège sur la pensée théorique. Il évoque, mais sans établir des comparaisons, l’évolution des SIC par rapport à ce qui se passe en Amérique du Nord et dans les autres pays européens. Le texte offre à la fin une vision chronologique et généalogique, plutôt qu’historique, de cette discipline.

6Dans le texte de Jean Meyriat et de Bernard Miège, l’accent est mis sur l’enseignement des SIC après mai 1968 comme élément déclencheur de l’intérêt porté à ces sciences qui

acquièrent — tardivement et difficilement — le statut de discipline universitaire parce qu’elles sont matière d’enseignement et de recherche. C’est dans leur origine même que se trouve la raison première des incertitudes et ambiguïtés qui affectent toute assertion sur leurs fondements théoriques (p. 52-53).

7Le texte présente alors un inventaire chronologique de l’évolution de l’enseignement des SIC dans les universités et instituts supérieurs. Il aborde, dans un deuxième temps, leur développement stratégique à travers l’enjeu institutionnel qui vise l’autonomie des SIC par une définition de ce domaine et la reconnaissance de ses frontières tant au niveau des connaissances fondamentales (sémiologie, sociologie de l’information et de la communication, de la communication de masse, de la littérature) que des connaissances appliquées (biologie, documentologie, filmologie, études de presse, marketing, publicité). Et c’est autour des années quatre-vingt que les SIC ont acquis une assise disciplinaire importante quoique « leur édification comme discipline scientifique est loin d’être achevée » (p. 68). Les auteurs soulignent à cet égard plusieurs limites que les SIC mettront plusieurs années à lever dont leur refus à l’ouverture internationale, leur absence de légitimation, leur trop grande dépendance à la demande diversifiée des étudiants, leur manque de structuration en raison de l’éparpillement des domaines de recherche.

8Ce texte élargit, d’autre part, les questions évoquées par Robert Boure en focalisant sur la disparité des SIC et sur les obstacles qui entravent leur évolution et reconnaissance en tant que champ disciplinaire.

9Dans une perspective différente, Jean-François Tétu aborde les origines des SIC à travers la question des études sur la réception puis de la sémiotique et de la tradition philologique. Il explique comment plusieurs chercheurs dans ces domaines ont bifurqué vers les SIC comme Robert Escarpit, Roland Barthes ou encore, dans une moindre mesure, A. G. Greimas et O. Ducrot. La réflexion de Tétu sur les origines littéraires des SIC renforce l’idée d’interdisciplinarité de ce champ d’études. L’auteur considère, somme toute, que « l’histoire de cette discipline par rapport à ses origines littéraires apparaît comme l’histoire d’une émancipation d’autant plus rapide que les <littéraires> n’ont jamais cherché à retenir les sciences de l’information et de la communication » (p. 89).

10Les propos de J.-F. Tétu témoignent de l’ampleur des ressources des SIC et de la minceur de leurs frontières.

11Le texte sur les dynamiques de l’institution sociale traite de l’inventaire quantitatif et qualitatif des travaux consacrés aux SIC, de leur répartition dans les universités, des thèmes abordés, de leur reconnaissance universitaire, des domaines négligés comme ceux des documentalistes et des bibliothécaires. Il est aussi question de l’avancée de la recherche à partir des années quatre-vingt-dix, facilitée par les outils informatiques et l’Internet et qui ont permis l’intégration de nouvelles composantes. Dans une perspective plus réduite, l’article de V. Couzinet porte sur la revue Documentaliste-sciences de l’information et sa contribution à la visibilité de cette spécialité dans le champ des SIC. Ce texte propose une étude historique des articles parus ainsi qu’un inventaire des sujets abordés.

12Enfin, le dernier article de l’ouvrage traite de la communication organisationnelle dans les SIC. Selon l’auteure, « la communication organisationnelle se présente comme une tentative de problématisation des questions articulées du lien social et du sens pour, dans et par l’organisation vers un paradigme de la médiation » (p. 154).

13Elle reconnaît que les difficultés de théorisation de la communication organisationnelle et la place ambiguë qu’elle occupe au sein des SIC sont, en partie, liées à l’association des termes « communication » et « organisation » mais aussi au langage utilisé par les universitaires et le monde de l’entreprise, notamment autour des relations publiques et du marketing, que l’auteure définit comme des « territoires historiques » de la communication des entreprises. Ces difficultés sont passées par une tentative de contrôle des discours communicationnels par les praticiens puis par le processus de légitimation basé sur la formation académique obligée, notamment au troisième cycle.

14Au terme de cette présentation, il apparaît que les SIC, telles qu’elles sont présentées dans l’ouvrage, représentent une réalité particulière du champ des savoirs en France et qui se démarque amplement des traditions nord-américaines comme de celles d’autres pays européens. L’intérêt de ces textes réside dans le fait d’avoir passé en revue une panoplie de recherches et de terrains d’investigation ayant contribué de près ou de loin à l’histoire des SIC. Presque tous les auteurs, malgré leurs obédiences différentes, s’accordent à reconnaître la vulnérabilité fondatrice de ce domaine né au confluent d’autres champs de savoir. Ils mettent en relief les faits saillants à travers l’histoire qui conjugue indéniablement l’initiative institutionnelle, la tradition académique et la pratique organisationnelle et évoquent le début de la consolidation des acquis. En parlant des origines des SIC, les auteurs ont exploré les écrits académiques, les démarches de reconnaissance institutionnelles, les aspects transdisciplinaires, les recherches en entreprise, etc., en vue de construire le patrimoine référentiel de cette discipline émergente. Pourtant, malgré la consistance des résultats, l’ouvrage présente certaines limites. En effet, il est difficile, à l’ère du brassage incontournable des savoirs, de prétendre réduire l’évolution de la recherche disciplinaire à un cadre strictement local et encore moins chercher à fonder l’originalité d’une discipline qui connaît un développement à l’échelle internationale. Plusieurs recherches et études d’ailleurs, à la fois académiques et professionnelles, peuvent enrichir l’expérience française en la matière et lui assurer davantage de force et de présence dans plusieurs autres contrées. D’autre part, l’oscillation constante entre les autres terrains d’étude fragilise les SIC au niveau de leurs concepts et de leurs fondements théoriques là où, par ailleurs, elles se développent avantageusement selon la perspective communicationnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Belabdi, « Robert BOURE et al. (2002), Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés », Communication, Vol. 23/1 | 2004, 169-172.

Référence électronique

Mustapha Belabdi, « Robert BOURE et al. (2002), Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés », Communication [En ligne], Vol. 23/1 | 2004, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/3949

Haut de page

Auteur

Mustapha Belabdi

Mustapha Belabdi est chargé de cours à l’UQAM. Courriel : belabdi.mustapha@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org