Navigation – Plan du site
Lectures

Jacques GONNET (2003), Les médias et la curiosité du monde

Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Politique d’aujourd’hui »
Bernard Lamizet
p. 176-179
Référence(s) :

Jacques GONNET (2003), Les médias et la curiosité du monde, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Politique d’aujourd’hui ».

Texte intégral

1Le temps, le poison et la catharsis. Cela commence par la couverture. On y voit le studio du journal télévisé. Sur un écran, sans doute de contrôle, le présentateur du journal. Autour de lui, sur toute la couverture du livre, le décor habituel du « J.T. », les caméras, les rampes d’éclairage, les bureaux et les micros. Mais l’important, comme toujours, avec le diable, est dans les détails. On en retiendra deux.

2Au premier plan, là, juste en bas de la couverture, à l’endroit où la photo rencontre le nom de l’éditeur et de la collection où est publié l’ouvrage, une corbeille à papiers. Le discours de J. Gonnet sur la curiosité commence par une poubelle. Peut-être cela suggère-t-il que la curiosité commence par l’envie de regarder dans cette poubelle, qui cache son contenu à l’abri de sa paroi noire. On n’a pas à savoir ce qu’il y a dans cette poubelle, et c’est justement pour cela qu’on a tellement envie de le savoir. Cela, c’est la curiosité-poison.

3Mais il y a un autre détail curieux, dans cette couverture, qui vient susciter notre curiosité. Et cela nous aide à mieux comprendre le livre, car nous sommes en mesure d’analyser notre propre curiosité. Au centre de la photographie, là, juste sous le titre du livre, presque au milieu de la couverture, juste au-dessus de l’écran de contrôle, une horloge. Et la curiosité, la nôtre, celle du lecteur, commence là : on a envie de lire l’heure qu’elle indique. La curiosité est suscitée par la présence d’un message, d’une information supposée. Ce qui éveille la curiosité, ce n’est pas l’information (quand on l’a, on cesse d’être curieux), non, c’est le sentiment qu’il y a quelque chose à savoir, et qu’on ne peut pas bien savoir. Parce que c’est dans la poubelle, donc caché, ou parce qu’il s’agit de signes (ici : de chiffres) qu’on ne fait que voir, et qu’il nous faut déchiffrer. La curiosité repose sur cette attente, sur ce désir de savoir, de lire, de déchiffrer.

4Alors, on approche ses yeux du livre. Et on lit : 19.58.21. Antenne dans quatre-vingt-dix-neuf secondes. Je ne sais pas si Gonnet a fait attention à une telle mise en scène de son livre, mais elle dit beaucoup sur la curiosité. Car, enfin, c’est bien parce qu’il est 19 h 58 passées que la curiosité du téléspectateur est attisée, éveillée, par l’attente. Plus le temps de l’événement approche, plus l’horizon d’attente se rapproche, et plus l’attente elle-même devient aiguë. La curiosité est ce qui rend possible le suspens, elle construit l’attente en nous rendant sensible notre désir de savoir.

5Dans son livre, Jacques Gonnet envisage les médias du point de vue de leur lecteur et, plus particulièrement, du point de vue de la curiosité, de ce désir de savoir qui est à l’origine de toute recherche d’information. La curiosité, c’est notre ouverture à l’information et, plus généralement, à l’autre ; elle représente une forme de disponibilité. Elle institue un rapport à l’autre, et, d’une certaine manière, elle fonde notre identité sur le rapport à l’autre, en nous faisant structurer par le regard que nous portons sur lui les logiques majeures de notre personnalité.

6La curiosité a, fondamentalement, à voir avec le rapport à l’autre. Être curieux, c’est s’interroger sur l’autre, c’est faire entrer l’altérité dans son existence et dans son activité intellectuelle. On pourrait dire que la curiosité, cette disponibilité à la différence, représente une sorte d’inquiétude sur l’identité. C’est ce qui explique l’infinie variété des domaines évoqués dans le livre de Jacques Gonnet, qui va de la politique à la science, et de la littérature à la philosophie et à la psychanalyse. Être curieux, c’est, d’abord, constater une différence et s’interroger sur elle. C’est découvrir une faille, faille par rapport à ce que l’on attend, faille par rapport à la norme, faille par rapport à l’habitude. La curiosité est éveillée par la différence, et c’est dans cette multiplicité du sens de la différence qu’il importe de penser le sens de la curiosité.

7Le poison, c’est la curiosité conçue comme un défaut — et même, comme on sait, comme un vilain défaut (comme s’il y en avait de bons, mais c’est une autre histoire). Considérer la curiosité comme un défaut, c’est une façon de nous protéger du regard de l’autre. Après tout, sans doute le second regard curieux de la culture judéo-chrétienne — le premier est celui d’Adam et Ève, l’un sur l’autre, quand leurs yeux eurent été dessillés par le serpent – est-il celui que fuit Adam quand il tente de dérober sa nudité à l’œil de Dieu en se cachant comme il peut. C’est ce qui explique que la curiosité soit répréhensible, car elle revient, pour les hommes, à se mettre à la place de Dieu.

8Finalement, ce qui fait de la curiosité un poison, c’est l’atteinte qu’elle impose à notre singularité. La curiosité à l’égard de l’autre est une forme d’agression ; elle enfreint les clôtures et les distances qui représentent, finalement, tout de même, des protections contre le regard de l’autre, mais aussi contre son désir de savoir, contre ses investigations, contre son jugement. C’est pourquoi Gonnet vient nous rappeler la nécessité d’un contrôle de la curiosité, d’une limitation de ses investigations. C’est à l’éthique qu’il assigne ce rôle de limitation de la curiosité. D’où le lien établi par Gonnet entre le constat de l’importance de la curiosité dans le monde et le projet, souvent évoqué, souvent discuté, de l’apparition d’une déontologie des journalistes et de l’institutionnalisation d’une telle déontologie sous la forme d’un ordre des journalistes, sur le modèle de ceux des médecins ou des avocats. Avec le risque, toujours présent, que la limitation, ou l’encadrement, de la curiosité ne soit proche de la censure ou de la limitation de l’information.

9Le désir de savoir, en ce qu’il éveille tout notre inconscient dans la recherche de la connaissance et dans la mise en œuvre de nos stratégies d’information, renvoie à la conscience d’un manque. Nous sommes curieux parce que nous prenons conscience de ce que nous ignorons des choses. Et nous prenons conscience de cette ignorance même à partir du moment où est suscité en nous le désir de les connaître. On n’est pas curieux de ce dont on ignore même l’existence ; on n’est curieux qu’à partir du moment où le désir de savoir a suscité en nous la conscience de ce que nous ne savons pas.

10En revanche, la curiosité de catharsis est de nature sociale ou politique, elle représente l’ouverture aux autres. La catharsis, comme on sait, c’est la purification que permet le théâtre (à cette traduction, Gonnet préfère le mot épuration). Quand on voit les défauts, les vices, les souillures morales ou politiques représentés chez les autres, on peut s’en guérir soi-même. La curiosité répondrait donc à ce désir de chercher le mal dans les médias pour mieux s’en éloigner, pour mieux s’en tenir à distance dans sa vie et dans son engagement. En ce sens, elle est, comme le dit J. Gonnet, « nécessaire ». Les médias auraient ainsi le rôle de proposer à notre curiosité les malheurs et les défauts du monde, pour que nous soyons mieux persuadés de la nécessité d’agir pour y mettre fin.

11C’est au nom de cette seconde acception de la curiosité, la catharsis, que les médias sont légitimés dans leur mission sociale et politique. La curiosité se voit reconnaître, alors, une dimension nouvelle, annoncée par Térence : je suis homme, et rien de ce qui est humain ne m’est étranger. La curiosité devient cathartique quand elle s’accompagne d’un intérêt, au sens étymologique du terme, c’est-à-dire d’une participation à l’événement qui concerne l’autre, aux difficultés et aux angoisses qui l’assaillent, aux drames qui peuvent être les siens. La curiosité est, alors, ce qui permet l’engagement politique aux côtés de l’autre, elle éveille la solidarité et, en un sens, elle est la condition d’un exercice plein et conscient de la citoyenneté.

12En même temps, la figure de la curiosité mise en scène autour de l’histoire de Schéhérazade, qui sauve sa vie en suscitant la curiosité de son époux, fonde un certain rapport au temps. En effet, la curiosité, c’est aussi l’attente. Être curieux, c’est attendre la suite. Susciter la curiosité, c’est organiser la mise en scène du suspens, qui repose sur la curiosité de l’autre qui, toujours, a envie d’en savoir davantage, de connaître la suite : bref, de maîtriser le temps du récit, pour mieux en maîtriser la force politique et sociale. Finalement, le principe même du récit, en ce qui concerne les médias et les formes de la communication médiatée, c’est la construction d’un temps médiaté qui s’exprime dans l’attente curieuse de l’auditeur. En suscitant l’attente et en la structurant, la curiosité institue notre temps. Être au monde, elle nous fait être au temps.

13Être curieux, dit Jacques Gonnet, est une manière d’être au monde. C’est que la curiosité est plus qu’une simple attente ou une simple envie. La curiosité est un désir au sens où elle structure notre personnalité. Finalement, la curiosité du monde est une forme de sociabilité. D’abord, c’est elle qui rend possible le débat public et, en fin de compte, la démocratie. Pas d’exercice des libertés politiques si la citoyenneté ne se fonde pas, d’abord, sur la curiosité, qui n’est, de fait, pas seulement une volonté de savoir, mais qui est, surtout, un désir de comprendre, un désir de sens. La curiosité est au fondement de la démocratie, car elle engage les citoyens dans la quête de la signification et dans le travail de l’interprétation. Mais c’est justement ce même désir de sens et d’interprétation qui est au fondement de la psychanalyse et de l’investigation de l’inconscient. Ce qui engage Freud à l’exploration de l’inconscient, c’est la curiosité du sens de nos rêves, de nos actes manqués, de nos lapsus. Et, s’il est curieux de les comprendre, c’est qu’eux-mêmes sont curieux, c’est-à-dire qu’ils attisent notre désir de savoir et d’interpréter.

14Être au monde, la curiosité est, ainsi, à l’articulation, à la rencontre, des deux dimensions de notre culture, de notre personnalité, de notre identité. À la fois d’ordre singulier et d’ordre collectif, la curiosité éveille notre relation à l’autre, à la fois dans notre rapport à la subjectivité et dans notre rapport au politique. Histoire de dire qu’il n’y a pas de langage, qu’il n’y a pas de communication sans curiosité. C’est dire l’importance qu’elle revêt dans l’institution de l’espace public, qui repose sur les liens sociaux de solidarité et d’intérêt les uns pour les autres qui unissent les hommes et leur font prendre conscience de leur commune appartenance et de leur commune sociabilité. Au-delà, même, c’est dire que, sans la curiosité, peut-être le monde n’existerait-il pas pour nous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lamizet, « Jacques GONNET (2003), Les médias et la curiosité du monde », Communication, Vol. 23/1 | 2004, 176-179.

Référence électronique

Bernard Lamizet, « Jacques GONNET (2003), Les médias et la curiosité du monde », Communication [En ligne], Vol. 23/1 | 2004, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/3954

Haut de page

Auteur

Bernard Lamizet

Bernard Lamizet est professeur à l’Institut d’études politiques de Lyon. Courriel : bernard.lamizet@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org