Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre SKILLING (2001), Mort aux tyrans ! Tintin, les enfants, la politique

Québec, Éditions Nota bene, Coll. « Études culturelles »
Isabelle Roblin
p. 201-207
Référence(s) :

Pierre SKILLING (2001), Mort aux tyrans ! Tintin, les enfants, la politique, Québec, Éditions Nota Bene, Coll. « Études culturelles ».

Texte intégral

1Le rôle des Aventures de Tintin dans la formation de la conscience politique des enfants est exploré dans cet ouvrage, très documenté. L’auteur divise le cycle des 22 albums en deux grandes périodes : la période publique, qui va de Tintin au Congo, premier album de la série, au Sceptre d’Ottokar, où Tintin défend l’ordre social, aide la police « dans des affaires criminelles mettant en danger la sécurité publique » (p. 56) et la période privée, du Crabe aux pinces d’or aux Picaros, dernier album, où c’est l’histoire de Tintin lui-même et sa quête de reconnaissance de l’Autre qui sont privilégiées et où c’est la police qui collaboreà des affaires qui préoccupent essentiellement Tintin et ses proches. Mais, dans les deux cas, l’enjeu est le même : préserver un certain ordre, une certaine stabilité. De nombreux parallèles avec d’autres albums comme Blake et Mortimer, contemporains de Tintin, sont proposés, ainsi que des rapprochements, plus contestables peut-être, avec par exemple les Enquêtes du Commissaire Maigret de Simenon ou les grands « Bildungsroman ». L’ensemble est très intéressant, même s’il comporte, inévitablement vu son découpage, un certain nombre de répétitions. La bibliographie paraît très complète, mais le recours à des critiques contemporains comme Todorov et la typologie des personnages-voyageurs qu’il propose dans Nous et les autres (1989) paraît parfois forcé, d’autant plus que, comme l’auteur le dit lui-même, Tintin est « inclassable » ! Peut-être correspond-il à un souci de l’auteur de légitimer le caractère universitaire de sa recherche, qui pourtant n’est pas contestable.

2Dans l’introduction, Pierre Skilling propose une lecture politique des Aventures de Tintin qui part de l’étude des rapports entre le héros et les personnages et est centrée sur deux idées principales : l’identité « européenne » du héros et la primauté de la raison (p. 20). Il note l’évolution du héros, ethnocentriste dans les premiers albums, et qui devient au fur et à mesure de ses aventures de plus en plus relativiste et critique de l’Europe et de plus en plus préoccupé par son noyau « familial » de Moulinsart : Tintin « devra passer l’épreuve du politique avant de trouver refuge dans son royaume privé » (p. 23). Il remarque également que le héros est fondamentalement humaniste et individualiste : pour Tintin, « mieux vaut délivrer un seul individu que <sauver> virtuellement un peuple par une révolution sanglante » (p. 23).

3La première grande partie traite des « figures de l’autorité politique dans le monde de Tintin » et le premier chapitre se concentre sur « Police et armée – la force publique ».

4L’auteur y fait remarquer que pour l’enfant, ce sont les personnes d’autorité plus que le concept de pouvoir qui représentent concrètement le politique. C’est le cas dans les albums de Tintin. Le héros est théoriquement journaliste, mais c’est en fait un prétexte pour voyager facilement, car il ne publie jamais d’articles. Le point de départ de ses aventures est en général une énigme à résoudre. Tintin est au fond une sorte de policier amateur (doublé d’un journaliste amateur) qui mène l’enquête par-dessus la tête des autorités policières, comme les Dupond/t (qui apparaissent dans 17 des 22 albums) qui « démontrent facilement l’injustice dont peut faire preuve la police judiciaire en Europe occidentale, lorsqu’ils arrêtent des innocents et laissent fuir les coupables » (p. 46). Ils jouent le rôle de faire-valoir, leur nullité renforçant l’intelligence du héros. Les policiers en général sont représentés comme « d’éternels incompétents » (à l’exception des policiers britanniques, très efficaces dans L’Île noire), complètement soumis à leurs supérieurs hiérarchiques et manquant totalement de compréhension des autres cultures. Le seul rôle positif des policiers dans le monde entier, de la Chine à l’Amérique, est d’aider Tintin à s’orienter dans un environnement inconnu. Quant aux chefs de la police, ils sont corrompus (comme Dawson dans Le Lotus bleu) ou démunis de moyens. Tintin joue un rôle complémentaire par rapport à la police : il ajoute « à la compréhension intuitive des policiers la dimension déductive » (p. 63) grâce à son intelligence.

5La police et l’armée représentent « les deux faces d’une même médaille, celle de la sécurité » (p. 60). Les militaires ne sont pas plus habiles que les policiers et les militaires de grade inférieur obéissent également aveuglément aux ordres pour la plupart irrationnels de leurs supérieurs ; mais Tintin fait preuve du même respect pour l’institution militaire que policière. L’armée n’est jamais représentée dans la communauté politique de résidence de Tintin, mais elle est omniprésente en Amérique latine, « image renversée de l’État dont Tintin est le citoyen » (p. 60), où elle est souvent l’instrument d’hommes avides de pouvoir personnel et de territoires à conquérir, alors que Tintin défend une certaine forme de pacifisme, même s’il participe à la défense de populations ou de pays en danger (Lotus bleu, Sceptre d’Ottokar) et défend un humanisme moderne fondé sur le respect de l’individu.

6Dans le chapitre 2, « Le roi et le dictateur – les autorités dirigeantes », l’auteur distingue deux sortes d’autorité politique : les régimes dictatoriaux (totalitaires ou républicains) et les monarchies légitimes. Tintin préfère la monarchie éclairée, qui est indubitablement la forme politique défendue dans les albums. Cependant, les monarques sont traités différemment : le roi des Babaor’m dans Tintin au Congo n’est qu’un grand enfant qui joue à imiter les Européens (son sceptre est un rouleau à pâtisserie) alors que le Maharadjah des Cigares du Pharaon ou le roi de Syldavie, qui est présenté comme un bon roi, qui gouverne en ayant à l’esprit le bien de son peuple (comme le montre l’emblème de la monarchie, le pélican, symbole chrétien qui figure l’abnégation et le sacrifice de soi), sont traités avec beaucoup de respect par Tintin, ainsi que Wang, figure d’autorité dans le Lotus bleu, même s’il n’est pas l’un des acteurs du pouvoir gouvernemental. Autre monarchie, pétrolière celle-là, défendue par Tintin : celle de l’émir du Khemed dans Tintin au pays de l’or noir. Sa richesse pétrolière fait de lui un jouet des capitalistes occidentaux qui n’hésitent pas à fomenter un coup d’État pour s’assurer de lucratifs contrats. C’est pour le protéger et lui garantir une certaine indépendance vis-à-vis des multinationales et de leur appétit guerrier que Tintin s’allie à l’émir (nouvelle preuve de son anti-capitalisme viscéral). La complexité de la situation politique au Moyen-Orient est simplifiée par Hergé : le pétrole remplace le sceptre comme symbole de l’autorité de l’émir et s’il en perd le contrôle, sa position à la tête du pays est compromise. Pour Hergé, l’attrait de la monarchie est double : à la fois elle est garante de la stabilité politique du pays, mais aussi elle permet de conserver dans les albums une dimension de conte de fées dans la perspective d’une lecture des Aventures de Tintin comme œuvre pour la jeunesse. Le roi de Syldavie, le Maharadjah de Rawahapoutalah ou l’émir du Khemed (tous souverains de royaumes imaginaires, comme les rois des contes de fées) sont de « bons » monarques et ceux qui veulent s’emparer de leur royaume sont cupides et sans scrupules. En les sauvant, Tintin défend une cause juste. Cependant, contrairement aux héros de contes de fées, Tintin n’obtient pas la main d’une jolie princesse en récompense des services qu’il a rendus, mais il est décoré (Le sceptre d’Ottokar, mais aussi Picaros) et honoré (Cigares du Pharaon). Tintin lui-même semble aspirer à une certaine noblesse et rêve d’une sorte de royaume dont la représentation est le château de Moulinsart.

7La promesse d’une révolution non sanguinaire suffit cependant pour que Tintin admette la légitimité d’un régime, notamment en Amérique du Sud, où la situation politique est présentée de manière caricaturale (cinq coups d’État en 22 albums au San Theodoros qui mettent/remettent au pouvoir de façon cyclique Alcazar ou Tapioca, chacun aidé par une puissance étrangère, politique ou économique — la Bordurie pour Tapioca, « l’International Banana Company » pour Alcazar) mettant l’accent sur le caractère « traditionnellement » arbitraire du pouvoir militaire. Les révolutions sont amorales et leurs effets nuls : les deux célèbres vignettes du départ et du retour du San Theodoros dans Les Picaros montrent que l’arrivée d’Alcazar, ami de Tintin, au pouvoir ne change rien à la misère du peuple. Tintin est fondamentalement pacifiste et anticapitaliste mais n’est pas un révolutionnaire. Il « respecte le devoir de non-ingérence dans les affaires d’un État dictatorial étranger » (p. 78) sauf quand les citoyens de ces pays risquent de payer de leur vie les caprices de leurs chefs politiques.

8Il n’y a dans les albums qu’un seul « véritable » dictateur, le maréchal bordure Plekszy-Gladz (omniprésent mais jamais montré en personne), qui est à la tête d’un régime totalitaire intégrant à la fois « des éléments du fascisme nazi et du communisme stalinien », véritable « synthèse du totalitarisme » (p. 73) incluant la dimension symbolique (les moustaches), avec des prétentions à la domination planétaire. Même si L’Affaire Tournesol n’est pas une œuvre de théorie politique, on peut la voir comme une sorte de version BD, à l’usage des enfants, de l’essai de 1954 de Hannah Arendt sur The Origins of Totalitarianism.

9Les albums présentent une image peu flatteuse de l’idéologie politique, de droite comme de gauche. Mais la problématique du pouvoir — que l’on prend ou que l’on perd — et de l’autorité politiques y est importante. La politique est un jeu, auquel Tintin ne s’intéresse pas vraiment et Hergé présente au jeune lecteur « une image ridiculisée de la quête du pouvoir » (p. 94). Pour Tintin, l’important, c’est que les individus ne soient pas mis en péril par ce jeu politique.

10Dans la deuxième partie, l’auteur analyse « la communauté politique de Tintin et l’image de l’autre ». Le chapitre 3 traite de « l’Europe, communauté politique de Tintin ».

11Dans l’univers politique des albums, l’Europe est présentée comme « lieu des références, comme lieu d’origine des représentations de l’Autre » (p. 101). Tintin en est le représentant — il n’y a pas de « belgitude » du héros malgré la nationalité de Hergé à part quelques allusions, quelquefois sur le mode de la dérision, comme dans la célèbre exclamation : « Vive le général Alcazar et les pommes de terre frites » dans L’oreille cassée. La question de l’identité politique européenne se pose. Elle se constitue par la négative : l’Européen se reconnaît comme tel « lorsqu’il entre en contact avec les espaces politiques non européens » (p. 106). La mission de Tintin est de défendre les droits de l’homme contre ses ennemis, ce qui est une idée typiquement européenne.

12Tintin est plus un héros de roman de formation qu’un héros de littérature (au sens large, incluant la BD) pour enfants. Traditionnellement, l’apprentissage se fait en deux temps : par le voyage (expérience de l’étranger, essentielle dans Tintin) et par le contact avec l’art (peu présent malgré le soin avec lequel Hergé plante le décor de ses histoires). D’après l’auteur, les Aventures de Tintin se présentent comme de courts romans (tradition littéraire typiquement européenne) que l’on peut qualifier de formation, car ils racontent « l’apprentissage de l’individu aux prises avec la complexité de la réalité sociale et politique et qui cherche sa place dans un monde hétérogène » (p. 107). On y trouve des références à plusieurs événements historiques (conflit sino-japonais dans Le Lotus bleu, conquête de l’espace dans Objectif Lune et On a marché sur la lune), mais aussi à des phénomènes plus généraux qui dépassent l’historicité. L’apprentissage aboutit à l’acquisition par Tintin — et le jeune lecteur — d’un certain sens critique.

13Dans le chapitre 4, « Découverte de l’Autre et vision ethnocentrique », l’auteur examine les rapports de Tintin avec l’étranger et notamment la question souvent évoquée du racisme.

14La première expédition hors Europe a pour cadre l’Afrique (Tintin au Congo) mais Tintin, ambassadeur d’une culture dominante, y est en fait chez lui puisqu’il s’agit du Congo belge, et que son aventure conforte « l’imaginaire colonialiste avec tous ses clichés » (p. 116). Les Africains sont représentés de façon caricaturale : infantiles, peureux, paresseux, parlant « petit nègre » (image typique de l’époque, comme la publicité pour Banania le montre), mais pour autant il n’y a pas, selon l’auteur, de véritable racisme dans l’album. Contrairement à celle de l’Indien d’Amérique dans l’album suivant, la représentation du Noir africain n’est pas non plus celle du « bon sauvage », car il n’y a pas de critique de la société européenne de référence et la société africaine est clairement représentée comme étant en retard sur l’Europe. Une « image paternaliste de l’Afrique, qui tend à justifier les colonies » (p. 121), est proposée, où l’Autre n’est perçu que comme un élément du décor. Quand Tintin va en Amérique, le but est « d’aller voir ce qui se passe dans le pays du capitalisme le plus pervers, après être allé dénoncer l’enfer du communisme soviétique » (p. 122-123). On trouve dans cet albumla même vision stéréotypée qu’en Afrique (cowboys et indiens, gangsters, etc.) conforme à la vision des USA véhiculée par les westerns qu’ont les enfants européens de l’époque. Là non plus il n’y a pas de racisme de la part de Tintin qui reconnaît aux Indiens, même « folkloriques », le droit au respect de leur propriété (ici, un puits de pétrole) contrairement aux « businessmen » américains, qui sont des escrocs : on retrouve ici un anticapitalisme évident et l’influence « boy scout » dans l’admiration du dessinateur pour les Indiens. Les Noirs américains sont eux aussi exploités par les Américains blancs et l’auteur s’interroge sur la contradiction entre le traitement des Noirs africains et américains et fait un parallèle intéressant entre Hergé et Alexis de Tocqueville « qui a aussi bien condamné l’attitude américaine vis-à-vis des Indiens que défendu le colonialisme français en Algérie » (p. 127).

15Dans le chapitre 5, « L’Autre semblable et la vision humaniste », Pierre Skilling examine la suite des Aventures de Tintin à l’étranger et notamment en Asie.

16C’est dans les Cigares du pharaon que Tintin rencontre Rastapopoulos l’apatride, incarnation même du Mal et du capitalisme sauvage, immoral et inhumain qui favorise toujours « ses intérêts financiers au mépris des êtres humains et de leur dignité » (p. 132). Sa nature criminelle apparaîtra clairement dans le Lotus bleu, qui représente un véritable tournant dans les Aventures de Tintin, car à partir de cet album et jusqu’au dernier de la série, la relation de Tintin à l’Autre sera de plus en plus respectueuse. On y retrouve des éléments anticapitalistes et anti-impérialistes (notamment à travers le personnage de Gibbons, révoltant), mais surtout un premier véritable échange entre Tintin et un autochtone, Tchang. C’est le début d’une amitié profonde et durable entre le héros et un personnage non européen ainsi que d’un véritable engagement politique de Tintin en faveur des droits de l’homme.

17À partir de L’oreille cassée, les aventures de Tintin se déroulent dans des pays imaginaires. Le héros franchit une nouvelle étape et devient capable de porter un regard critique sur sa propre culture. Il y a dans l’album un véritable éloge du « bon sauvage » à travers le personnage de l’explorateur anglais Ridgewell, qui a renoncé à la « civilisation » et partage la vie des Arumbayas, dont la société est plus stable (même si cet équilibre apparaît menacé dans les Picaros à cause de l’alcool fourni par le général Tapioca) et somme toute plus harmonieuse que celle du général Alcazar. Enfin, après que Tintin a fait l’effort de s’ouvrir à l’Autre, l’Autre s’ouvre maintenant à lui : son action est officiellement reconnue dans le Sceptre d’Ottokar par le roi Muskar qui le décore de l’Ordre du Pélican d’Or, faisant de Tintin le premier étranger à être ainsi récompensé.

18Le chapitre 6, « Relativisme, allégorisme et désenchantement du politique », examine le deuxième cycle des Aventures, où les préoccupations du héros sont plus individuelles (par exemple les divers enlèvements de Tournesol) et où il s’agit pour lui de construire progressivement un espace privé, une « famille » constituée de lui-même (et de son chien Milou), de Haddock, marin aux origines aristocratiques (rappel de la partialité d’Hergé pour le régime monarchique) et au langage coloré, et de Tournesol, archétype du savant distrait. C’est dans le Crabe aux pinces d’or que Tintin rencontre Haddock et dans le Trésor de Rackham le Rouge qu’il fait la connaissance de Tournesol. Il s’installe à Moulinsart, demeure ancestrale de Haddock, à partir d’Objectif Lune : le héros voyageur est devenu sédentaire.

19Le Temple du Soleil amène le lecteur à « jeter un regard particulier sur les valeurs occidentales modernes liées à la science, opposées au respect de la tradition religieuse cultivée par les Incas d’Hergé » (p. 147) qui vivent en autarcie totale, condition de leur survie. Tintin fait preuve d’un grand respect pour leurs croyances, même s’il les manipule pour sauver sa vie et celle de sa « famille » : le héros — et le jeune lecteur — prennent conscience du relativisme des cultures. Par contre, il n’y a pas dans On a marché sur la lune de population à sauver ou de contact avec une autre culture (ce n’est pas de la science-fiction) mais néanmoins c’est bien d’une quête de connaissance de soi et des autres qu’il s’agit. Tintin marche sur la lune au nom de l’humanité entière et non pas d’un pays particulier et sa mission « privée » est de ramener sa « famille » à terre, soudée par l’aventure. Il y a un aspect politique à la mission : pour éviter la guerre et enseigner la paix, il faut préserver l’harmonie dans sa propre maison. Dans les albums suivants, alors que Tintin au Tibet est une ode à l’amitié, à la tolérance, à l’ouverture à l’Autre, dans L’affaire Tournesol, Coke en Stock et les Picaros le voyage est vécu par un Tintin désabusé comme une contrainte interrompant la tranquillité bien gagnée de Moulinsart. Cette quiétude est troublée quand Tintin reçoit la visite de l’Autre chez lui : cet autre n’est pas nécessairement étranger (ainsi le vendeur d’assurances Séraphin Lampion dans L’affaire Tournesol) et s’il l’est, ce n’est pas en tant que tel qu’il dérange. Dans Coke en Stock, Abdallah est insupportable non pas parce qu’il est Arabe mais parce qu’il est l’enfant gâté à qui l’on passe tous les caprices. Seuls les personnages secondaires (Nestor, les Dupond/t et même Milou) conservent leurs préjugés par rapport à l’Autre même si dans Coke en stock les Noirs, musulmans de surcroît, sont toujours représentés comme naïfs et émotifs. Dans Les bijoux de la Castafiore, les « Autres », ici les Romanichels, éternels gens du voyage, sont invités à Moulinsart par Haddock et c’est la Castafiore qui est vraiment encombrante. Grâce à ses voyages, Tintin a acquis les outils intellectuels qui lui permettent de considérer les Bohémiens comme des semblables et de présumer de leur innocence. Cependant, Tintin représente maintenant l’Européen bien installé par rapport à l’immigrant sans attache. Dans Tintin et les Picaros, dernier album de la série, le prétexte du voyage est de sauver la Castafiore et les Dupond/t, prisonniers du général Tapioca. Tintin, par méfiance mais aussi parce qu’il est devenu casanier, hésite à quitter Moulinsart, ce qui fait que Haddock part d’abord seul. Arrivé au bout de son itinéraire, Tintin, désabusé, est devenu relativiste et « a compris que les passions politiques et le goût des hommes pour le pouvoir ne disparaîtront pas. Il n’empêche pas les coups d’État, il se contente de limiter les dégâts […] » (p. 163), même s’il reste universaliste sur un plan, celui des droits de l’Homme. Tintin, au début citoyen d’un pays d’Europe, est devenu progressivement une sorte de citoyen du monde.

20Dans la conclusion, l’auteur revient brièvement sur les prises de position politiques d’Hergé, accusé de sympathies pour l’extrême droite, en soulignant que Tintin est toujours du côté des opprimés et qu’il y a parfois contradiction entre la vie d’un auteur et son œuvre. Au fur et à mesure des Aventures de Tintin, le politique et la foi en l’État du héros se dévaluent dramatiquement. Tintin devient simple citoyen européen, habitant Moulinsart. Mais il a une haute idée du rôle du citoyen, qui est de défendre les droits de ceux qui ne peuvent se défendre contre les abus de l’État ou du système économique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Roblin, « Pierre SKILLING (2001), Mort aux tyrans ! Tintin, les enfants, la politique », Communication, Vol. 23/1 | 2004, 201-207.

Référence électronique

Isabelle Roblin, « Pierre SKILLING (2001), Mort aux tyrans ! Tintin, les enfants, la politique », Communication [En ligne], Vol. 23/1 | 2004, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/3963

Haut de page

Auteur

Isabelle Roblin

Isabelle Roblin est Maître de Conférences en anglais, Unité de Recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel (HLLI), Université du Littoral-Côte d’Opale. Courriel : isabelle.roblin@univ-littoral.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org