Navigation – Plan du site
Articles

« Cher saint Antoine… »

Comment cultuel et rituel inscrivent une situation communicationnelle particulière dans des cahiers de dévotion
Claude Brévot Dromzée
p. 46-69

Résumés

À partir d’un corpus prélevé dans une recherche plus large, l’article présente un mode de communication particulier. Il s’agit de cahiers de dévotions adressées à un saint en un lieu précis. Écriture « ordinaire » de requêtes personnelles, souvent fortes, douloureuses, voire pathétiques. Cet article s’attache à montrer qu’à travers la structure discursive des messages, des rituels d’interaction s’installent. Ceux-ci intéressent le chercheur en communication par le lien qu’ils sous-tendent. La dimension cultuelle liée au cadre de production des énoncés induit une médiation d’ordre symbolique. D’autre part, l’analyse des principaux motifs de requêtes fait apparaître en filigrane l’importance de la relation dans la communication interpersonnelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  La nef mesure 21 mètres et le transept, 18,5 mètres.

1Imaginons un lieu retiré, à la pointe des Ardennes françaises, sur la rive droite de la Meuse, à moins de 30 kilomètres au nord de Charleville-Mézières, entouré de forêts et de terres marécageuses : le hameau des Hauts-Buttés, construit sur un plateau assez élevé (470 mètres). Là passent au cours de l’année environ 60 000 personnes, dont un certain nombre couchent sur le papier leur dévotion à saint Antoine de Padoue, patron de la petite1 église. Si ce culte existe depuis le XVIIIe siècle, ce n’est que depuis 1989 que ces cahiers de dévotion sont rassemblés dans le presbytère attenant : une soixantaine, soit plus de 12 000 pages de recours, de secours, de douleur et de ferveur. Les motifs d’invocation concernent le quotidien (santé, travail, études, emploi…) et le transcendent : cahiers de requêtes, quête de bonheur individuel, voire familial.

2Ce lieu de culte induit un dispositif de pratiques rituelles dont le rassemblement des pèlerins à différents moments de l’année, la prière — qu’elle soit orale ou silencieuse, collective ou individuelle. Ajoutons « l’intention de prière » (selon la terminologie de l’Église) inscrite dans ces cahiers d’écolier. C’est ce positionnement dans un champ discursif particulier ainsi que l’intentionnalité contenue dans l’acte d’écrire qui autorisent l’ancrage de cette étude dans une approche communicationnelle. Ces cahiers de requêtes sont avant tout l’expression de soi, de ses soucis et de ses angoisses. La fonction émotive ou « expressive » (modèle de Jakobson) semble y être dominante. « Cette fonction décrirait tout ce que l’émetteur met de lui-même dans son message, à travers son message, et en plus de la signification référentielle de ce message » (Breton, 2002 : 18).

3Or l’expression de soi, de sa souffrance fait de ces cahiers de « doléances » des supports de requêtes, dans lesquels la fonction « appellative » ou « conative » est fortement présente, et qui usent de moyens d’action différents auprès d’un récepteur désigné, d’une catégorie particulière — du type présent/absent. Si l’allusion à ces catégories concernant l’acte de communication linguistique peut apparaître pertinente pour dégager les fonctions dominantes de ces types de messages, elle n’en reste pas moins inopérante pour rendre compte du contexte et de la structuration des messages, ce qui constitue l’objet général des sciences de l’information et de la communication (Mucchielli, 2001 : 8). Il importe donc que « la question de la communication [soit] de savoir qui parle, sous quelles conditions, avec quels moyens, à qui et à quelles fins » (Attallah, 1991 : 312-314, cité dans Mucchielli, 2001). Questionnement qui fait écho au Who Say What in Which Channel To Whom With What Effect de Lasswell (1948) et qui servira globalement de fil directeur dans cette étude.

Quelle est la part du cultuel dans le contexte de production de ces énoncés ?

  • 2  Selon Valentin Strappazzon, frère mineur conventuel, directeur depuis trente-cinq ans de la revue (...)

4Il convient d’abord de replacer le cadre de la dévotion au récepteur/destinataire sur l’axe diachronique. Saint Antoine de Padoue est l’objet d’un culte très populaire chez de nombreux croyants, même non catholiques (orthodoxes), voire non chrétiens (notamment des musulmans à Istanbul et au Liban)2. Padoue, sa basilique et le tombeau de saint Antoine voient affluer chaque année 3,5 millions de pèlerins. On a pu recenser en Italie 500 « réalités antoniennes » dont 368 paroisses dédiées à saint Antoine ; de même à Paris, d’après une enquête (Van Dijk, 1980) menée en 1978, sur les 103 églises que compte la capitale, 84 seraient le lieu d’un culte populaire spontané, par la présence de simples statues.

5Cette dévotion est née aux lendemains de la mort du saint (1195-1231) et très rapidement, elle se serait propagée au-delà de ses lieux de naissance (Lisbonne) et de mort (près de Padoue). La première manifestation du culte antonien est sans doute le recours pour obtenir ses faveurs, fondé sur la puissance d’intercession dont le saint a été investi dès les lendemains de sa mort. À partir du XIVe siècle, il est le saint le plus représenté, souvent à l’entrée des églises, toujours avec au moins l’un de ses attributs spécifiques. Les plus connus sont le lis (pureté), l’Enfant Jésus (intimité), le Livre (science et sens de la communication), le pain (partage), la bure (humilité) et la flamme (foi).

  • 3  On peut lire à droite : « Saint Antoine pour confondre de faux témoignages et sauver son père, res (...)

6Notons que la symbolique de l’iconographie présente dans ce lieu de culte constitue l’un des « indices de contextualisation » (Maingueneau, 1996 : 48) les plus manifestes lors de la production des énoncés dans ces cahiers de dévotions. Comment interpréter la présence massive de ces indices « plantés » dans le décor de l’interaction ? Le destinataire est symboliquement proche : cahier et stylo sont mis à la disposition des visiteurs devant le retable entièrement consacré à saint Antoine, sur-représenté dans cet espace. Pas moins de cinq types de signes sont présents : deux tableaux illustrant deux scènes hagiographiques3 et, au centre, la statue de saint Antoine surmontée d’un dais qu’encadrent deux ex-voto.

St Antoine nous a tiré [sic] de très grandes inquiétudes. (à droite)

Déshonneur et ruine évités grâce à saint Antoine. Belgique. A.L. (à gauche)

7Le pèlerin — qui passe à l’acte et devient scripteur — peut établir un lien de cause à effet entre la présence symbolique du saint (le retable) et les preuves — non moins symboliques — de l’efficacité de celui-ci (les ex-voto). Il « sait » que sa demande peut être satisfaite : c’est le lieu et le moment pour le faire. Le schéma saussurien de la communication s’applique : metteur – destinataire – feed-back. Le pèlerin exprime sa requête (par la prière ou par le message écrit) à un destinataire symboliquement présent, susceptible de répondre à la demande et de susciter ainsi un mot de remerciement. Ces centaines d’ex-voto qui tapissent le mur de l’église placent le scripteur en situation d’intertexte. Son acte consiste à inscrire sa demande et à s’inscrire dans cet ensemble d’énoncés provenant d’émetteurs multiples.

8Le pèlerin est pris dans cet univers de signes qui dépasse le schéma « stimulus/réponse » : les marques visibles (iconique et textuelle) constituent un cadre indiciel prégnant. L’indice est, selon Pierce (cité dans Bougnoux, 1998 : 34), « le signe qui attache » à la chose (ici la dévotion à saint Antoine) et les sujets entre eux (les scripteurs). Bougnoux reformule la fonction de l’indice : « ce qui se montre, s’exprime ou agit sur le mode de la présence réelle : il ne représente pas la chose ou le phénomène, il les manifeste en direct ou en propre » (1998 : 34).

9Indices plutôt qu’icônes (au sens peircien du terme) vu la forme immatérielle du destinataire. On sait que le lien entre une image avec ce qu’elle représente se réalise par ressemblance ou par analogie. Or on ne peut évoquer ici la notion de « ressemblance » entre ces représentations iconographiques et l’élément référent, il s’agit d’une construction symbolique, œuvre collective qui a traversé les âges.

  • 4  Parmi les 2 313 ex-voto répertoriés par F. Roger (soit 65 au mètre carré), 1 787 ne sont pas motiv (...)
  • 5  Dupront (1987 : 438) poursuit ainsi : « D’où que vienne l’élaboration légendaire, en général d’un (...)

10Tous ces signes présents attestent donc non seulement de la présence mais aussi de la puissance du saint. Thaumaturge reconnu par l’Église (il est montré ressuscitant un mort), Antoine de Padoue est reconnu dans son omnipotence par les pèlerins commanditaires des ex-voto. Ainsi le merveilleux du légendaire nourrit-il les formes de dévotion populaire qui s’expriment par l’écriture, qu’elle soit recours (les cahiers) ou reconnaissance (les quelque 2 300 ex-voto4 qui tapissent les murs de l’église). « Le dit, surtout le dit d’un pouvoir respecté, est toujours vérité5 ».

11Les deux scènes qui composent le retable s’imposent au croyant, dans leur réalisme : le saint devient présence vivante, presque en chair et en os — comme le sont et l’ont été tous les pèlerins qui fréquentent cette église. Par un effet de contagion dû au passage des humains, la matière de ces signes antoniens (bois, plâtre) s’est comme humanisée : le saint devient la figure familière que l’on vient prier, supplier et remercier. Si les demandes sont plutôt couchées sur le papier et les formes de reconnaissance gravées dans la pierre, les fonctions interfèrent et il n’est pas rare que le même support soit à la fois remerciement et supplique, comme en témoigne le message suivant, apparenté à un ex-voto : « Merci grand Saint Antoine, vous avez sauvé ma vie, mon honneur, ma réputation. Sauvegardez-moi, ainsi que mon mari et mes enfants ».

12Rapport d’évidente contiguïté entre les supports et d’étroite proximité entre les scripteurs et le destinataire. Entrer dans l’église, c’est rendre visite au saint et laisser une trace écrite dans cette partie droite du transept. C’est ainsi participer à l’édification d’une image par l’écriture, sous-tendue par l’iconographie et l’hagiographie. C’est franchir le seuil (la place habituelle de saint Antoine, « portier » tutélaire) et se recueillir, voire se nourrir dans cet espace saturé de signes qui font redondance.

13Ainsi la part du cultuel est-elle prégnante comme facteur de production, à la fois historique et spatial ; d’autre part, en tant qu’hommage rendu à un saint personnage, cet héritage du cultuel prédispose au genre épidictique, donc à l’histoire de la rhétorique. On reste là dans le champ des sciences de l’information et de la communication, comme l’a montré Breton (2002 : 17) : reconnaître

l’importance de l’héritage rhétorique comme outil exploratoire de la généalogie de ces sciences. Progressivement, au fil de l’histoire s’est dégagé le genre expressif qui excelle d’abord dans des genres littéraires précis (le théâtre, le roman par exemple) et que recouvre toute une pratique spécifique de la communication: l’expression d’un état vécu, pleinement ressenti dans la palette émotionnelle […] parler de soi […] en parlant de soi comme d’un être unique est une pratique de communication d’apparition historique […] récente (Breton, 2002: 19).

14Tel est l’enjeu de ces cahiers de dévotion, motivés par un contexte cultuel précis et révélateur d’un mode de communication d’aujourd’hui.

15La trace du genre épidictique réside dans le « comment dire » articulé sur l’historicité du culte. Or l’Église fournit à ce sujet tout un ensemble de formules dédiées au saint, à l’usage des demandeurs. Cette phraséologie — qui correspond à un culte précis — peut s’apparenter au manuel de « savoir-vivre » dans un rôle formateur et édifiant. Exprimer la demande, c’est donc dire le mérite du destinataire et le remercier — ces deux composantes du genre démonstratif (ou épidictique) défini ainsi par René Bary (cité dans Kibedi-Varga, 1970 : 29) :

les panégyriques, les oraisons funèbres, et les épithalames, les épitaphes, les harangues d’entrée, les lettres de civilité, de conjouissance, de remerciement, et de confiance […] les discours du genre démonstratif, c’est-à‑dire ceux qui ont pour objet de louer, sont très usités parmi nous. Nous connaissons les Panégyriques des Saints, les Oraisons funèbres, les Éloges qui se lisent dans les Académies.

16Dire le mérite, dans les cahiers de dévotion à saint Antoine, c’est souvent l’objet de l’adresse, forme d’exorde avant l’expression du recours. Dire le mérite, c’est affirmer symboliquement l’omnipotence du saint, c’est confirmer les signes déjà existants de sa « présence », c’est mettre toutes les chances de son côté pour la résolution de son problème, c’est aussi se placer dans la logique de la reconnaissance.

Le rituel

17Qu’en est-il du rituel impulsé par le contexte cultuel et concrétisé par ces pratiques d’écriture sur le lieu même du culte ? En quoi la part de ce rituel interfère-t-elle avec une approche communicationnelle ? Traditionnellement, la notion de rite s’inscrit plutôt parmi les objets d’études anthropologiques. Or Pascal Lardellier (2003) rappelle l’autre pôle fondamental de la ritualité : le « rite d’interaction » (cher à Goffman) qui participe à un système de communication. Par ailleurs, il distingue rituel et rite, ce qui permet de rendre compte de deux niveaux de lecture en ce qui concerne les cahiers de dévotion :

Le rituel est l’ensemble de textes, issus en principe de la tradition, qui ordonnance les règles d’organisation du rite [par exemple les rituels de messe]. Le rite, quant à lui, est le rituel en actes, en performance. Il est donc cet espace-temps caractérisant l’accomplissement de quelque chose de l’ordre du symbolique pour ses participants, et par extension pour les communautés ayant recours à lui (2003: 12).

18En ce qui concerne l’église des Hauts-Buttés, la place du rituel est induite par l’exclusivité du culte rendu au saint. On a vu la permanence des signes (iconographie, ex-voto) réactivés lors des rassemblements organisés (au moins deux fois l’an), ordonnancés par la hiérarchie ecclésiastique – production de sens dans une communication de masse. Quant au rite — « rituel en actes » — il pourrait être concrétisé en partie par les pratiques d’écriture dont il est question ici. La notion de « performance » évoquée par Lardellier prend tout son sens : « il faut jouer quelque chose physiquement mais le jouer sérieusement. En effet, de ce jeu dépendra une transformation symbolique » (2003 : 26), que le changement de statut soit avant tout personnel, professionnel, voire institutionnel. L’on verra, par l’analyse des motifs évoqués dans les requêtes, l’importance de cette instance de médiation qui place le message dans un contexte de communication. Situations de communication ouvertes et verrouillées parfois par le même mot « merci » dont la fonction est double : confirmer l’importance de l’enjeu en anticipant sur l’aboutissement de la demande ; exprimer un lien — celui de la reconnaissance, proche du lien social qu’on peut trouver dans d’autres situations de communication. La particularité de cette situation réside entre autres dans la prise en compte d’un destinataire au statut spécifique : présent/absent.

19La place du cultuel et du rituel étant ainsi posée, il convient maintenant d’examiner ce que ce genre de discours peut enseigner sur la communication en général.

De quoi s’agit-il ?

  • 6  L’ampleur du corpus est telle que le dépouillement de l’intégralité est en cours ; la partie utili (...)
  • 7  Pour préserver l’anonymat, dans tous les exemples cités, nous avons modifié les prénoms, les patro (...)

20D’une masse6 d’écrits de longueur variable, allant de quelques mots, « Protégez-nous », à une page entière, d’une écriture serrée et parfois préalablement écrite puis glissée entre les feuilles du cahier, voire apposée sur l’une des pages. L’acte d’écrire est alors prémédité, entrepris dans un scénario de demande ou de remerciement, revêtant souvent un caractère pluriel, soit pour les motifs — à bénéfice plutôt personnel (santé, étude, vie professionnelle…) —, soit pour les bénéficiaires (la diaspora familiale, voire la communauté d’amis). Citons deux exemples7 de ce type.

Saint Antoine, merci pour tout ce que vous avez déjà fait pour moi. Éloignez le malheur. Continuez à me protéger. Pardonnez tous mes péchés et le mal que je peux faire. Faites que ma prise de sang redevienne bonne, que ma créatinine et l’urée baissent bien. Que ma santé se maintienne. Que mon travail reprenne bien. Que mon entretien avec l’employeur mardi se passe bien. Priez pour nous, protégez-moi, saint Antoine. A. (02/02/01).

Prières à saint Antoine.

Pour Michèle, afin qu’elle réussisse ses examens.

Pour Michèle, afin que je trouve les moyens nécessaires pour lui payer les vacances cet été. Pour toute ma famille [suivent les prénoms de douze bénéficiaires] afin que vous veilliez sur leur santé et leur vie à tous.

Pour Larissa, afin qu’elle trouve un emploi à la mesure de ses compétences dans une autre société que Moriprix.

Pour Pierre afin qu’il trouve les moyens, qu’il reçoive l’argent nécessaire pour rembourser toutes ses dettes.

Pour Pierre, afin qu’il rencontre quelqu’un.

Afin que je reçoive l’argent nécessaire pour rembourser rapidement mes dettes.

Afin que je puisse enfin vivre une vie prospère, calme, équilibrée, épanouissante avec un esprit en paix.

Afin que je puisse enfin rencontrer quelqu’un qui me convienne parfaitement et nous apporte le bonheur, la sécurité, la protection, à Michèle et à moi-même.

Merci. Jeanne (13/06/01).

21Dans cette procédure d’écrit anticipé et de papier collé, l’exemple 1 est particulièrement intéressant, relevant de la pratique rituelle courante : environ tous les deux mois (c’est-à-dire au maximum deux fois par cahier) apparaissent la même écriture, le même paraphe en guise de signature. Seule la partie centrale (« développement » dans la structure narrative) diffère — selon les besoins du moment, le motif de la santé restant prioritaire. Les formules d’introduction et de conclusion sont identiques — construction en boucle qui rappelle la mise en page épistolaire. Dans le cas de l’exemple 1, l’efficacité symbolique recherchée passe par la réitération de l’acte d’écrire, la nécessité de maintenir le contact, de rester en communication ; la perte du lien s’apparenterait à une mise à distance de soi qui ne pourrait être salutaire quand c’est la fonction expressive qui est au cœur de l’énoncé.

Merci pour tout ce que vous avez déjà fait pour moi. Continuez à me protéger. Préservez-moi du malheur. Laissez-moi vivre dans la joie, le bonheur avec les miens. Que ma santé reste stable, que rien ne s’aggrave, que je ne retourne pas à l’hôpital. Qu’il ne m’arrive rien de grave. Que ma visite de décembre se passe bien et soit favorable pour moi. Que mon mari arrête de boire, que son travail [aille] bien ainsi que le mien. Que nous vivions dans le bonheur. Que toutes ces guerres s’arrêtent. Merci saint Antoine, Priez pour nous, protégez-nous (23/09/01).

22Parce qu’il s’agit encore d’une feuille glissée entre les pages, on peut supposer que ce texte est préalablement écrit dans la sphère privée, comme l’est le courrier qui est ensuite confié à d’autres voies pour parvenir au destinataire. Marlène Albert-Llorca recourt à une belle métaphore pour désigner ce type d’écrit — pratique d’écriture votive étudiée à Pibrac, dans le cadre d’un pèlerinage en région toulousaine : le « courrier du ciel » (Albert-Llorca, 1993). Elle s’interroge sur la motivation du pèlerin à redoubler l’oraison mentale (silencieuse ou psalmodiée) d’une prière écrite. S’il est difficile de répondre à la question qui est posée (quel pouvoir est prêté à ce mode de communication avec le Ciel ?), on peut penser que quand la demande est formulée « deux fois », c’est qu’elle passe du statut de prière (insérée dans une liturgie eucharistique) à celui de vœu, dans la partie la plus personnelle vécue dans cette situation de communication.

23Dans tous les cas de « papiers apportés », on ne peut que supposer l’existence d’un script (Maingueneau, 1996 : 75) qui, selon Maingueneau, inclut une suite d’« évènements stockés et réactivables » : écrire la requête sur le même type de support (bloc de papier, quadrillé petit), « l’a-cheminer » vers le lieu du sanctuaire, apposer cette missive dans ce qui tient lieu de réceptacle des demandes (le cahier), installer sa requête au centre de la page vierge suivante, et ainsi la donner à voir. L’acte d’écrire s’impose comme une incarnation ou mise en mouvement de la personne, de son corps : la notion de « performance » employée par P. Lardellier s’applique à ce script qui tient lieu d’engagement.

Énoncés et énonciateurs : longueur des messages, intentions et motifs

  • 8  À titre d’exemple : le comptage pour les journées des 12-13-14 juin 2001 est le suivant : 229 mess (...)

24Pour différencier la longueur des messages, l’on peut globalement les classer en trois catégories : les plus courts (d’une à deux lignes) ; les plus longs (au-delà de six lignes, parfois une page entière) et ceux de longueur moyenne (de trois à cinq lignes) qui sont les plus nombreux8. Certes, ce type de classement est loin d’être irréprochable : la « longueur » (taux d’occupation de la page) n’étant pas un critère assez pertinent pour être la base d’une analyse rigoureuse. Cependant, l’on peut constater que cet indicateur est opérant quand il s’agit de voir la similitude de certains énoncés courts et presque mimétiques, comme si se jouait entre les scripteurs les moins prolixes un système d’interaction, invitant à entrer, sinon dans « l’orchestre », du moins dans un ensemble de communication qui fait sens. Faute de disposer d’un modèle d’écriture, le scripteur « pressé » adopte celui qu’il a sous les yeux, au même titre que dans la communication interpersonnelle verbale et non verbale se jouent des effets de reproduction.

25Par exemple, sur dix messages courts inscrits le 22/07/01, huit commencent ainsi : « Saint Antoine faites que… ». La mise en page est alors souvent serrée : l’espace est utilisé dans un rapport d’étroite contiguïté, rapprochement solidaire des détresses humaines.

Pour la guérison de nos malades.

Pour la protection de nos enfants,

Pour la paix dans le monde (01/04/01).

26La morphologie des messages les plus courts est assez uniforme : l’adresse au saint, l’expression de la demande suivie d’un « merci » qui parfois tient lieu de signature. Par exemple, quatre relevés de ce type le même jour (04/03/01) :

Pour que l’on trouve rapidement une bonne nouvelle et la solution pour mon fils. Merci saint Antoine;

Merci à saint Antoine. Protégez notre famille;

Priez pour que la justice soit clémente ce vendredi matin;

saint Antoine, protégez mes enfants, aidez-les à vivre dans la tolérance.

27L’usage de l’impératif (tutoiement et vouvoiement) est fréquent, passant par tous les degrés de la requête : protéger, bénir, veiller sur, aider, donner, prier, intercéder… y compris ce qui s’apparente à l’injonction : « Protégez toute la famille rapidement » (30/03/01). C’est encore la fonction expressive qui domine, dans la mise en scène du scripteur, dans la singularité de la personne.

28C’est aussi dans ce format que l’on trouve les tournures nominales, soit du type : « Pour… » suivi du prénom du (des) bénéficiaire(s), de l’être chéri :

Pour maman, pour tout ce qu’elle a fait dans sa vie (19/03/01).

29soit d’aspect télégraphique :

santé. travail. réussite. bonheur. merci (02/04/01).

30Les messages de la deuxième catégorie sont de morphologie plus hétérogène ; certains ne sont qu’une extension du premier format :

saint Antoine, protégez ma fille qui en a grand besoin; aidez-la à reprendre courage. J’ai confiance en vous et je sais que je peux conter [sic] sur vous. Merci saint Antoine (04/03/01).

saint Antoine, protégez-moi et les miens car nous allons vivre de terribles moments dû [sic] à la maladie. Aidez-nous à vaincre toutes nos peurs et mes souffrances. Je vous demande une grande protection et vous en remercie. Amen. Viviane (19/11/01).

31D’autres peuvent contenir des éléments connotés de liturgie officielle :

exaucez-nous, sanctifiez les membres de ma famille (13/06/01);

Gloire à toi, saint Antoine…

Seigneur Dieu d’amour, je viens à toi pour que tu délivres ma famille du mal et que tu protèges mon petit-neveu ainsi que ma fille de la maladie en ce jour où tu as donné ta vie pour nous pauvres pêcheurs, amen (13/04/01).

32Superposition de deux voix, individuelle et institutionnelle, qui fait référence au cadre et à la mise en scène de ces actes d’énonciation. Les traces du rituel institutionnel renforcent la légitimité de la demande ; la réitération de certaines formules accroît magiquement la conviction et permettrait de « tromper » (Albert-Llorca, 1993 : 200) l’attente ! « Efficacité symbolique », écrit Lardellier (2003 : 59) après Claude Lévi-Strauss.

33Les messages les plus longs, et les plus consistants, sont assez souvent polymorphes, intégrant plusieurs séquences et dédiés à des bénéficiaires différents — des membres de la famille (en particulier ascendance et descendance directes) ou des personnes nommément citées :

Saint Antoine, faites que Madame A. guérisse de sa maladie et que Madame B. guérisse de sa leucémie.

Que C. rentre rapidement du […] et qu’elle guérisse suite à son malaise. Protégez toute sa famille.

Que Madame D. retrouve rapidement la paix dans son couple.

Que E. et que F. soient protégés dans leur couple, que personne ne puisse détruire leur amour et faites que leur société fonctionne bien, donne-leur du travail.

Que G. et H. soient protégé [sic] dans leur amour et que tout rentre dans l’ordre pour eux.

Que Madame I. rencontre enfin l’homme de sa vie.

Que Madame J. ai [sic] la réussite professionnelle, qu’elle arrive à vendre rapidement leur maison.

Que Madame K. retrouve son ticket de loto gagnant.

Que Madame L. ai [sic] la réussite professionnelle et la santé.

Que je puisse continuer à faire le bien et à soigner avec mes mains en votre nom.

Que mes enfants soient protégés.

Protégez ma mère Madame M. de son cancer.

Protégez Monsieur et Madame N. et O.

Protégez Madame P.

Protégez Madame Q.

Protégez Monsieur R. et qu’il trouve rapidement une petite femme.

Protégez Monsieur S. et qu’il gagne enfin son procès.

Protégez Madame T. et ses enfants, qu’elle retrouve la paix et le travail

Merci saint Antoine,

Madame U. (21/12/01).

34Les messages de ce type (incluant plus de 20 bénéficiaires) sont assez rares : le volume de l’énoncé laisse supposer une implication certaine dans le contexte d’énonciation, que la page soit collée, copiée ou en écriture immédiate. Combien de temps faut-il pour écrire cette lettre, debout au pied de l’autel, en un lieu qui n’est pas à priori conçu pour l’écriture, au risque d’y être surpris, reconnu ? Cette longue litanie est construite sur une double anaphore (optatif : subjonctif/« protéger » à l’impératif) ; le scripteur se place au centre de ce dispositif et affirme son propre rôle d’intercesseur (« soigner avec mes mains en votre nom ») dans une opération de « médiation rituelle » (Lardellier, 2003 : 209). Selon Lardellier, « la médiation rituelle se soutient du dispositif, qui institue le rite en délimitant un espace-temps particulier, et du contexte, qui renvoie à l’acceptation du primat du symbolique, et son efficacité par ceux qui y participent ».

35C’est parce qu’il est au cœur d’un cadre — à la fois rituel et communicationnel — que ce scripteur s’investit lui-même de la position d’intercesseur, à la fois sur le plan symbolique (« en votre nom ») et technique (« soigner avec mes mains »). Il concrétise ainsi le lien d’humanité qui unit, dans l’interaction, les êtres qui s’expriment dans leur souffrance ; son désir d’efficacité passe aussi par l’appropriation des valeurs chrétiennes, notamment cardinales, qu’il réaffirme indirectement ici : la foi, l’espérance, la charité. Elles participent en général au contexte d’énonciation, à des degrés de conscience différents. Intégrer des vertus, incarner des valeurs posées dans un contexte particulier anime le scripteur qui joue symboliquement ce lien rituel.

Qui écrit ?

  • 9  À titre d’exemple, citons la période des 12-13-14 juin 2001 : sur 229 messages, 75 sont identifiab (...)

36Il est difficile de répondre à cette question puisque tous les messages ne sont pas signés. Quand ils le sont, c’est parfois par de simples initiales ou un paraphe illisible ; rares sont ceux dont on peut déchiffrer la signature9. Des éléments de personnalisation, voire d’identification peuvent être introduits dans le texte, suppléant à l’anonymat.

Saint Antoine je suis venu maintes fois te demander de l’aide dans ce que j’ai entrepris voilà maintenant dix ans et tu as écouté et réaliser [sic] mes prières. Sachant que tu côtoies mes proches (qui me sont très chers) et que tu es auprès du Seigneur Dieu, je te demande par cette prière que j’ai fait [sic], de donner la force, le courage aux grands parents de mon épouse, faites qu’ils puissent être heureux jusqu’à la fin de leurs jours. Pour finir, je voudrais te dire également merçi [sic], merci pour tout (25/11/01).

Saint Antoine, protège-moi, garde-moi dans ma volonté de faire revenir vers moi A. et B. Merci (19/01/02).

Protège-nous toujours et donne-nous aussi la santé et fais que nous soyons toujours heureux en couple et le plus longtemps possible. Veille sur nous et nos familles. Quelqu’un qui passe de temps en temps (31/01/02).

Saint Antoine, merci pour votre bonté, protégez notre famille et accordez-nous du travail et accordez un regard à nos désirs (02/02/02).

37En guise de signature, et même d’adresse, le mot « merci », élément de communication phatique, que l’on retrouve dans les 1 787 ex-voto « non motivés » (Roger, 1971) qui tapissent les murs de l’église. Il s’agit bien d’une relation épistolaire, dont l’efficacité, pour ceux qui la pratiquent, repose sur un ensemble de codes, par exemple celui de la civilité. C’est ainsi que peuvent cohabiter tutoiement et déférence — comme le montre le message cité plus haut (25/11/01). Le contexte de l’énonciation s’inscrit dans la solennité du lieu, où silence et recueillement sont de mise. Si l’oraison et la prière sont des actes d’expression personnelle, ceux-ci sont rarement « signés » ; ils sont pourtant porteurs d’émotions et de sentiments intimes, à des degrés différents de conscience. Selon Maurice Gruau,

l’histoire humaine et l’observation des comportements montrent que des hommes semblent trouver une aide dans l’utilisation de ce que nous nommerions les outils rituels. Certains hommes, à certains moments de leur existence, se trouvent mieux quand ils peuvent traiter, médiatiser un événement particulier ou les menues choses de la vie quotidienne à l’aide de rituels, comme d’autres le font à l’aide du sport, de la musique, de la danse, de la peinture ou d’un autre art (1999: 19).

38Le travail de Gruau consiste à observer et à comprendre la gestuelle traditionnelle inhérente à une pratique religieuse. Il s’agit moins d’une étude de la foi — bien que son statut de curé puisse l’y conduire — que d’une observation « de l’intérieur » d’un ensemble de rites. Parce qu’ils matérialisent des désirs, des peurs et surtout des demandes, ces rites constituent un site ethnologique digne d’intérêt. Quand les demandes passent par l’écriture et tissent — par leur contiguïté, voire leur interaction — un espace communicationnel intentionnel, finalisé, elles peuvent intéresser un chercheur en sciences de la communication.

39Même si de nombreux « indices de contextualisation » convergent vers l’expression d’une croyance, on peut considérer ces messages écrits comme des situations de communication : le mot « merci » ouvre et verrouille les énoncés, renfermant l’implicite d’une demande forte, signée ou pas.

40Quand le message est, par sa signature, sexué, il s’agit souvent d’une femme (les deux tiers des scripteurs dans le premier corpus étudié). Il en est de même pour l’écriture du journal intime qui est presque exclusivement féminine — jeunes filles en fleurs qui se confient à leur journal —ce « continent englouti » dont Philippe Lejeune (1993 : 25) s’est fait l’explorateur. On mentionnera aussi, à la lumière de l’étude qu’a consacrée au sujet J. Delumeau, le rôle traditionnellement dévolu à la femme dans l’éducation des enfants, dans la transmission du patrimoine moral et religieux. Dans ces trois cas, la femme occupe la place centrale, son rôle peut varier en fonction de l’âge et d’éléments socioprofessionnels mais son statut peut paraître en filigrane dans les énoncés. Philippe Lejeune recense la thématique abordée dans les journaux intimes, lus « au kilomètre » : l’éducation, le corps, l’amour, la mort et les choix de vie — le mariage, le couvent ou le célibat laïque. En ce qui concerne les cahiers de dévotion, et en dehors de toute considération de nature graphologique, seule l’allusion à la descendance peut permettre au lecteur d’affirmer que le scripteur type serait une grand-mère soucieuse de sa santé, du bien-être et de la réussite des siens, tant dans la vie scolaire que professionnelle !

Merci saint Antoine d’avoir sauvé notre petit-fils lors des évènements du 11/9. Merci d’avoir rassemblé notre famille. Aidez notre fils à trouver un emploi et aidez notre vieille maman dans sa vieillesse (17/11/01).

saint Antoine, protège mes enfants, petits-enfants, toute ma famille et moi (29/11/01).

Pour qui écrit-on ?

41L’intentionnalité s’exprime, comme on l’a vu précédemment, dans la dynamique prépositionnelle (« pour ») suivie d’un prénom, d’un motif, du collectif « famille ». Une analyse de discours approfondie révélerait pleinement la place occupée par ce mot — lieu où se jouent les tensions et les pulsions, microcosme constitué de multiples interactions. Il s’agit d’œuvrer pour un « plus », en soulignant d’abord le type de « désordre » : le manque, la carence.

pour la réunion d’une famille désunie (03/09/01).

saint Antoine priez pour toute ma petite famille, surtout pour ceux qui ont le plus besoin. Je pense à mon petit-fils qui porte votre prénom; faites qu’il se mette en peine de chercher du travail. Priez pour la santé de tous nos malades. Merci. Adrien Nadine (02/09/01).

saint Antoine fait [sic] que mon travail revienne comme avant, dans de bonnes conditions jusqu’à la retraite. Protège toute ma famille, mes amis et mes animaux. Gilbert (30/09/01).

saint Antoine faites sortir du coma le fils d’une amie. Merci (30/09/01).

42La plupart des messages — à l’exception des plus brefs — relèvent de la pluralité d’intentions. On écrit à la fois pour des personnes et des raisons différentes. Le passage à l’acte d’écrire s’inscrit dans un script d’initiative par rapport à l’institution religieuse. On peut rapprocher cette observation de l’analyse que fait Marc Augé : « Bien des catholiques, par exemple, entendent pratiquer à leur façon comme si la capacité de la religion à ordonner et orienter le quotidien de chacun (sa capacité de cosmologie intermédiaire) s’émoussait à son tour » (1994 : 88). Il poursuit ainsi :

Tout se passe au total comme si l’une des caractéristiques de notre époque était de réattribuer aux individus la responsabilité de créer les modes de relation à autrui susceptibles de leur permettre de vivre, de combler solitairement le déficit symbolique qu’entraîne l’affaissement des cosmologies intermédiaires et des médiations instituées.

43Prendre l’initiative, pour le scripteur, revient à s’approprier une pratique d’abord institutionnelle : le Verbe s’impose dans les Écritures au croyant, au pèlerin. « Prendre la plume » est un acte d’autonomie, une « façon » d’ordonner et d’orienter par lui-même son quotidien.

  • 10  Statistiques sur un corpus restreint (12-13-14 juin 2001) : 229 messages.

44On prend la plume contre les désordres du monde, à l’intention de ses proches : sa descendance (42 %), soi-même (24 %), l’autre (conjoint, compagne… : 6 %). Les autres bénéficiaires sont les défunts (5,7 %) et toux ceux dont le statut n’est pas identifiable (seul le prénom est mentionné)10.

saint Antoine protège toute ma famille, pour mes parents qu’ils reposent en paix. Merci Pierrette (02/09/01).

une énorme pensée pour Marcel qui se repose la haut [sic]. Aline (05/09/01).

  • 11  Selon la classification établie par D. J. M. Soulas de Russel (2002).

45Les « demandes à intention personnelle » rejoignent en partie les motifs des « demandes à intention familiale »11 en ce qui concerne le thème de la santé (38 % dans le corpus restreint du 13 juin 2001). D’une part, il s’agit de demandes générales et préventives de préservation du capital de santé, à la manière des vœux formulés pour le Nouvel An. Le cahier, où sont coécrites toutes ces formes d’expression de soi adressées à la même figure charismatique, représente une communauté virtuelle d’êtres liés par ce rituel. Le cahier devient alors autre chose qu’un support papier ; il est « média rituel » et permet aux scripteurs d’être « spect-acteurs » (Lardellier, 2003 : 201) par le jeu de miroirs qui s’établit.

46La plupart du temps, derrière la formule votive, se cachent la détresse de la situation, l’urgence du secours — à mettre sans doute en rapport avec le grand âge de certains scripteurs :

saint Antoine prie pour la paix. Protège ma famille de la maladie. Veille sur mes petits-enfants. Merci (06/10/01).

Faites que je me délivre de l’angoisse et de la maladie. Alice (28/09/01).

saint Antoine priez pour mes yeux, que je puisse continuer à me débrouiller seule. Merci (28/09/01).

47D’autre part, les demandes sont relatives aux dysfonctionnements du corps (maladie, opération) et aux aléas de la vie (accidents). Elles attestent d’un sentiment d’impuissance individuelle : on invoque le saint thaumaturge pour qu’il vienne en aide à l’institution médicale qui peut avoir en charge le malade, l’opéré, l’accidenté. Il s’agit de poser une demande en s’opposant à une organisation :

saint Antoine aidez une grande malade. Soulagez ses souffrances (07/10/01).

je mets [sic] un ami qui doit subir une opération sous la protection de saint Antoine (15/10/01).

Pour un couple gravement malade (23/10/01).

saint Antoine, je ne demande pas la guérison complète mais au moins une amélioration pour mon épouse. Protège-nous de tout mal (30/10/01).

48Elles sont parfois à « plusieurs voix » : on reconnaît, d’un message à l’autre, le bénéficiaire pour qui se conjuguent les efforts de chacun (réseau familial ou amical). Le message peut se transformer, au moins partiellement, en ex-voto, en cas d’amélioration, lui-même embrayeur d’une demande d’une autre nature. Ainsi s’établit une sorte de contrat entre scripteur et destinataire. C’est ce « merci » qui rapproche symboliquement le scripteur du destinataire dans un acte de communication où le sens de la relation est essentiel. Tout fait sens dans cet espace-temps particulier. Dans le renouvellement ou la persistance de la demande apparaît la marque du lien social, communication « orchestrale », selon G. Bateson.

49On retrouve le sens du « merci », que Lardellier énonce ainsi : « reprenons conscience que merci, justement, sésame et clôture de tout don, se situe tellement près d’être à la merci, au sens de dépendre… » (Lardellier, 2003 : 114) :

saint Antoine, je vous remercie pour tous les vœux que vous m’avez déjà exaucés ainsi que la joie d’avoir retrouvé ma petite-fille mais en ce moment j’ai un problème dans mon travail. J’ai fait des démarches pour trouver un autre travail afin de gagner plus d’argent pour élever correctement ma fille et rembourser tout ce que je dois et aussi pour faire plaisir à toutes les personnes que j’aime. Je vous en remercie si votre bonté — et je sais qu’elle est grande — pouvait réaliser cette démarche pour que je puisse trouver un autre travail… (20/05/01) [nom, prénom, adresse complète].

merci saint Antoine pour tout ce que tu as fait. J’ai hélas encore besoin de ton aide une fois de plus. Ivan (22/05/01).

merci saint Antoine de m’avoir écouter [sic], il faut encore aider mon fils Serge à guérir complètement. Merci. Sa maman (06/10/01).

50L’aspiration à la réussite (dans les études et dans la vie professionnelle) et la demande de protection au quotidien figurent dans les thèmes évoqués en deuxième lieu (39 % dans le corpus restreint du 13 juin 2001). L’étude (Roger, 1971 : 76) des ex-voto du site a déjà montré le « caractère profondément social du culte de saint Antoine des Hauts-Buttés », même si les situations relatives à l’emploi sont moins souvent évoquées sur les murs de l’église que dans les cahiers mis à la disposition des pèlerins. Demandes d’ordre « temporel » quand il s’agit de réussites à divers examens (brevet, bac, permis de conduire…) ou entretiens d’embauche. Un des usages de cette écriture rituelle consiste à reconstruire l’espace social et les tensions qu’il peut générer. Devenir « producteur d’écriture » (Fabre, 1993 : 152) témoigne du pouvoir dont l’écriture est investie comme mode de communication réparateur. Les désordres du monde imposent une remise en ordre qui passe par l’acte même d’écrire.

Pour les examens blancs de ma fille cette semaine (10/02/02).

saint Antoine, priez pour moi car je passe à la fin juin mon baccalauréat. Protégez de même toute la famille. Claudie C. (10/02/02).

faites que je puisse trouver un maître d’apprentissage Irène (10/02/02).

aidez-nous à trouver une place d’apprenti pour notre petit (13/06/01).

51Les affaires de justice (procès, sentiment d’injustice…) sont celles qui, par rapport aux institutions précédemment évoquées (médecine, famille, école), sont le moins amplement décrites. Reflet d’une mise à distance du pouvoir judiciaire — puissance immanente devant laquelle s’exprime la posture d’impuissance ? Incarnation d’un pouvoir quasi divin dans ce qu’il a d’anonyme et d’écrasant ? On remarque que l’expression de la quête est soit vague et dominée par d’autres objets de recours, soit elle se développe tel un feuilleton, en plusieurs épisodes :

Que saint Antoine nous aide à sortir d’une situation d’indivision familiale difficile. [signature: 6 initiales] (16/02/01).

Saint Antoine protège-nous. Faite [sic] que je ne passe pas au tribunal mardi. Cd (20/02/01).

52Dans cette liste des motifs cités, peu de cas est fait de deux catégories que l’on aurait supposé mieux placées. La première concerne les soucis d’ordre spirituel (l’idée d’une « bonne mort », qu’il s’agisse du trépas ou de l’état). Il faut distinguer deux types de souci : le lien affectif qui s’exprime dans la supplication de ne pas voir souffrir les siens au terme de leur vie et qui s’inscrit pleinement dans un processus de communication interpersonnelle. Le souci d’ordre spirituel concerne le salut — valeur éminemment chrétienne. La demande s’inscrit alors dans la dynamique de « l’intention de prière », relayée sur les lieux par le représentant de l’Église. Ces motifs apparaissent à peine pour 4,5 % dans le corpus de 229 messages (juin 2001). Si saint Antoine fait partie, depuis sa canonisation, de la liturgie officielle et s’il est présenté par l’Église comme « témoin de l’Évangile », c’est avant tout comme saint thaumaturge, proche du peuple et du quotidien de chacun qu’il est perçu, à la lecture de ces cahiers de dévotion. Les causes d’intérêt terrestre l’emportent, dans l’explicite, sur le souci de l’au-delà :

Priez pour notre mère, belle-mère et grand-mère R. qui nous a quitté [sic] hier. Acceuillez-la [sic] près de vous et qu’elle retrouve le bonheur auprès des siens aujourd’hui disparus. Qu’elle repose en paix… Ses enfants, petits-enfants (13/10/02).

Prenez soin de Carine qui vous a rejoint vendredi… (25/02/01).

Merci d’avoir aider [sic] notre mère à nous quitter sans souffrances. En cette période d’examens médicaux, restez s’il vous plaît près de nous, pour de bons résultats. Une prière également pour tous ceux qui nous sont chers. Michel et Manon (14/02/01).

53Quoi qu’il en soit, il faut noter la similitude sémantique et syntaxique pour implorer la protection de saint Antoine sur les proches — morts et vivants réunis dans la bienveillante attention de l’intercesseur : « je te confie… » ; « protège… » ; « apporte la paix à… ». Le fil de la communication est maintenu au sein du message qui, adressé au même destinataire, permet de réaliser une communication intergénérationnelle. Lardellier (2003 : 22), faisant allusion à Mauss, parle de « l’efficacité symbolique du rite ». L’écrit, par la juxtaposition des signifiants, exprime la capacité à transformer le réel, à refonder le lien entre les individus, dans une sorte de continuum symboliquement institué et légitimé.

  • 12  Dans le corpus restreint (229 messages, 12-13-14 juin 2001), un seul message contient ce motif. D’ (...)

54Le second motif attendu et peu représenté12 consiste à invoquer saint Antoine pour retrouver les objets perdus, survivance de la tradition, plutôt que de la dévotion, populaire. A. Strappazzon cite ce témoignage d’une jeune femme antillaise : « Ma grand-mère avait une grande dévotion à saint Antoine. Chaque fois qu’elle perdait quelque chose, elle le priait et elle le trouvait » (1994 : 117).

55Quand on trouve ce motif dans les cahiers, la demande peut être associée à d’autres (puisqu’on est là !) qui semblent prioritaires. Mais que signifie la « perte d’un objet » ? Parcourir ces cahiers, c’est se rendre compte de la récurrence du thème de la perte, du deuil, du manque. Écrire consisterait donc à dresser la liste, au fil des énoncés, de ces chers « objets perdus » : la santé, le bonheur, la réussite… Écrire pour combler un vide (affectif, matériel…), écrire pour réparer un dés-ordre — manque insupportable. Il s’agit « d’établir » la communication pour se sentir relié, de la r-établir par nécessité ontologique, face aux creux de la vie :

saint Antoine, rend [sic] moi la santé c’est tout ce que je te demande… (01/04/01)

saint Antoine, priez pour que je trouve le bonheur dans ma vie… (01/04/01)

56Écrire serait saisir cette « chose profane » qu’est le cahier d’écolier mis à disposition dans l’église et « l’affecter à un usage rituel » (Gruau, 1999 : 35) par l’acte même de l’énonciation en ce lieu.

57Derrière ces pages de recours, d’expression, de réitération, se cache la part de l’implicite, parfois dans l’euphémisme :

Pour une intention particulière. Merci (13/02/01).

Protégez ma famille et faites pour le mieux pour ce qui me préoccupe (10/03/01);

58parfois dans le non-dit de l’argumentaire :

À chaque fois que je viens, c’est pour demander quelque chose. Je pense souvent à vous, saint Antoine… (21/02/01).

59« Exhortations, lettres d’avis, de conseil, de demande et de consolation… » peuvent être, selon Bary, des occasions où l’on rencontre le genre délibératif. Le cadre de l’église des Hauts-Buttés est aussi indice de contextualisation pour l’expression de ce genre rhétorique ; le sermon dominical, dont l’objet est d’exhorter à la vertu et de dissuader du vice, et les légendes (note 9) qui accompagnent le retable et les ex-voto qui se donnent à lire, sont autant d’exemples, de preuves qui, par analogie, incitent le scripteur à formuler une demande valide. Soutenu par la foi, du moins par l’espérance (l’une des trois vertus théologales), celui-ci affirme la continuité du lien à la fois temporel (il revient ou perpétue une tradition familiale) et interpersonnel (réseau familial ou amical)  :

Ma mère avait une grande dévotion pour vous, saint Antoine. Je suis son fils, veuf, en recherche d’une compagne avec de belles valeurs. René (13/06/01).

Saint Antoine, comme tous les mois, je te demande de protéger A., B. et tout le reste de ma famille de la maladie et de tous les malheurs. Protèges [sic] C. ma fille, ne nous séparent [sic] jamais. Merci A. M. (18/02/01).

60Ce qui peut tenir lieu d’exorde contient ce « merci », mot écrit tant de fois sur les murs de l’église et sur les pages de ce cahier :

Merci pour ta miséricorde (20/02/01)…

Merci pour tout ce que vous avez fait et surtout avoir retrouvé ma fille huit ans après (18/02/01).

Conclusion

61Que nous offrent aujourd’hui les cahiers des Hauts-Buttés dédiés à saint Antoine ?

62Rappelons d’abord le fait que cette église est régulièrement fréquentée : le nombre de scripteurs sur treize ans (entre 1989 et 2001) étant sensiblement le même, autour du 13 juin — de 266 à 229. Le nombre total de cahiers (60 aujourd’hui) confirme cette assiduité. Or l’on connaît la crise que traverse l’Église, en termes de recrutement des prêtres et… des fidèles ! Gruau le rappelle à la fin de son ouvrage : « Il y a trente ans, la moyenne du nombre annuel d’ordinations en France dépassait mille. Elle est maintenant proche de cent : 121 en 1994, … 122 en 1997. On estime qu’actuellement huit cents prêtres diocésains disparaissent chaque année en France » (1999 : 205).

63Il y a donc là « matière » à réflexion. Quel poids représentent ces écrits au sein d’une institution en crise pour un chercheur en communication ?

64Dans un axe d’anthropologie de la communication, il s’agit de situations, parmi d’autres (Lallement, 2002 : 422), engendrées par une logique d’actions (script). L’accent est mis sur la relation — fondement de la communication — qui s’établit à travers ces énoncés. Relation à l’autre, qu’il soit destinataire ou bénéficiaire de la demande, présent ou absent. Relation à soi dans l’expression de son identité, de son statut.

65Écriture au quotidien, écriture « ordinaire » qui témoigne de pratiques rituelles courantes, prégnantes. Ces actes représentent des situations de communication à part entière, échanges sémiotiques volontaires. Qu’il s’agisse de communication, d’expression de soi ou de communication inter-personnelle, voire sociale, ces énoncés tissent un réseau d’interactions à travers des motifs qui instituent le lien social.

66Ils sont produits dans une situation d’intercession, qu’elle ait lieu entre les scripteurs, entre les bénéficiaires (dédicataires), et naturellement entre les deux catégories. Intercession virtuelle adressée à saint Antoine et, parfois sur le même plan, aux défunts les plus proches et intercession réelle de la part du prêtre qui intègre l’essentiel des prières à l’exercice de son sacerdoce. Il s’agit d’écrire pour agir et pour faire agir.

67Une façon de dire : « je pense à vous »…

Haut de page

Bibliographie

ALBERT-LLORCA, Marlène (1993), « Le courrier du ciel », dans Daniel FABRE (dir.), Écritures ordinaires, Paris, POL.

AUGÉ, Marc (1994/1997), Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier Flammarion, Coll. « Champs ».

BARY, René (1669), La rhétorique françoise, Amsterdam.

BOUGNOUX, Daniel (1998), Introduction aux sciences de la communication, Paris, La Découverte, Coll. « Repères ».

BRETON, Philippe (2002), « L’ancrage des sciences de l’information et de la communication dans l’histoire de la rhétorique et de son influence culturelle », dans Actes du XIIIe Congrès National des Sciences de l’Information et de la Communication, Marseille, 7-9 octobre.

DUPRONT, Alphonse (1987), Du sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, Gallimard.

FABRE, Daniel (dir.) (1993), Écritures ordinaires, Paris, POL.

GOFFMAN, Erwin (1973), La mise en scène de la vie quotidienne. Les rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit.

GRUAU, Maurice (1999), L’homme rituel. Anthropologie du rituel catholique français. Essai d’une ethnologie de l’intérieur, Paris, Métailié.

KIBEDI-VARGA, A. (1970), Rhétorique et littérature. Études de structures classiques, Paris, Didier.

LALLEMENT, Emmanuelle (2002), « Faire de la communication sans le savoir : pour une anthropologie descriptive des situations de communication », dans Actes du XIIIe Congrès National des Sciences de l’Information et de la Communication, Marseille, 7-9 octobre.

LARDELLIER, Pascal (2003), Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication, Paris, L’Harmattan, Coll. « Communication et Civilisation ».

LASSWELL, H. D. (1948), The Structure and Function of Communication in Society.

LEJEUNE, Philippe (1993), Le Moi des demoiselles. Enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil.

MAINGUENEAU, Dominique (1996), Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuil.

MUCCHIELLI, Alex (2001), Les sciences de l’information et de la communication, 3e édition, Paris, Hachette, Coll. « Les Fondamentaux ».

ROGER, François (1971), « Le culte de saint Antoine de Padoue aux Hauts-Buttés (Ardennes). Un siècle d’ex-voto (1871-1971) », Revue historique ardennaise, no 5, p. 69-94.

SOULAS, D. J. M. (2002), « Les cahiers votifs de la Vierge des Trays ou le dépouillement d’un scrutin mystique en Sologne », communication au colloque Dévotions populaires, CEPLECA, Reims, 25-27 avril.

STRAPPAZON, Valentin (1994), Petite vie de saint Antoine de Padoue, Paris, Desclée de Brouwer.

VAN DIJK, Willibrord-Christian (1980), « État actuel du culte à saint Antoine de Padoue dans les églises paroissiales de Paris », dans Il Santo, I volti Antichi e attuali del santo di Padova, colloquio interdisciplinare su « l’immagine di s. Antonioi », Padova, Edizioni Messagero, p. 105-121.

Haut de page

Notes

1  La nef mesure 21 mètres et le transept, 18,5 mètres.

2  Selon Valentin Strappazzon, frère mineur conventuel, directeur depuis trente-cinq ans de la revue Le Messager de saint Antoine, diffusée dans 150 pays. Auteur de plusieurs ouvrages consacrés à Antoine de Padoue, il travaille actuellement à la traduction française des sermons du saint (1 400 pages).

3  On peut lire à droite : « Saint Antoine pour confondre de faux témoignages et sauver son père, ressuscite un mort » et à gauche : « Au commandement de saint Antoine, l’âne se prosterne devant le saint Sacrement et abandonne sa nourriture ».

4  Parmi les 2 313 ex-voto répertoriés par F. Roger (soit 65 au mètre carré), 1 787 ne sont pas motivés, c’est-à-dire que figure sur la plaque de marbre un seul mot : merci.

5  Dupront (1987 : 438) poursuit ainsi : « D’où que vienne l’élaboration légendaire, en général d’un fonds commun où la mise en forme est de clercs, la matière du besoin populaire, elle, donne au fait, au saint, au miracle, une autre épaisseur, frémissante, parfois bouleversante, à tout le moins marquée de supra-humain, élargissant ainsi les limites sensibles du créé, et établissant entre les réalités physiques et le monde du divin une manière de plain-pied qui peut devenir plénitude ».

6  L’ampleur du corpus est telle que le dépouillement de l’intégralité est en cours ; la partie utilisée dans cet article se rapporte à l’année 2001, plus spécialement autour de la date du 13 juin (fête du saint).

7  Pour préserver l’anonymat, dans tous les exemples cités, nous avons modifié les prénoms, les patronymes et les noms de lieux et parfois même omis volontairement toute marque de personnalisation.

8  À titre d’exemple : le comptage pour les journées des 12-13-14 juin 2001 est le suivant : 229 messages en tout dont 86 courts, 118 de longueur intermédiaire et 25 de plus de six lignes.

9  À titre d’exemple, citons la période des 12-13-14 juin 2001 : sur 229 messages, 75 sont identifiables, 54 sont écrits de la main d’une femme, 14 d’une main d’homme et 7 représentent une demande plurielle (couple, famille).

10  Statistiques sur un corpus restreint (12-13-14 juin 2001) : 229 messages.

11  Selon la classification établie par D. J. M. Soulas de Russel (2002).

12  Dans le corpus restreint (229 messages, 12-13-14 juin 2001), un seul message contient ce motif. D’après l’enquête réalisée auprès des pèlerins de Padoue, ce motif représente 5 % des demandes (devant « la bonne réussite des fiançailles et le mariage » : 4 %).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Brévot Dromzée, « « Cher saint Antoine… » », Communication, Vol. 23/2 | 2005, 46-69.

Référence électronique

Claude Brévot Dromzée, « « Cher saint Antoine… » », Communication [En ligne], Vol. 23/2 | 2005, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/4074 ; DOI : 10.4000/communication.4074

Haut de page

Auteur

Claude Brévot Dromzée

Claude Brévot Dromzée est maître de conférences à l’IUT de Reims, France. Courriel : c.brevot-dromzee@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org