Navigation – Plan du site
Articles

Les enjeux des discours de débat dans les médias

Le cas des débats-spectacle
Marcel Burger
p. 125-149

Résumés

Cet article porte sur un genre particulier de débats en vogue dans les médias électroniques : les débats-spectacle. Bien qu’ils affichent une prétention civique d’intérêt général, ces débats visent avant tout à divertir et à fidéliser des auditeurs et téléspectateurs considérés comme des consommateurs d’information. À ce titre, les débats-spectacle satisfont la visée commerciale des médias d’information qui prime de plus sur la visée civique consistant à faire réfléchir, voire à éduquer, des auditeurs et téléspectateurs considérés comme des citoyens. À partir d’une étude de cas emblématique du genre (l’émission télédiffusée française : Du fer dans les épinards), l’attention est portée sur les comportements et le discours de l’animateur vedette avec l’hypothèse que ceux-ci fonctionnent comme l’un des révélateurs du fonctionnement et de l’évolution des pratiques médiatiques de débats et de leurs enjeux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Notre propos se limiteaux médias « d’information » en distinction d’autres pratiques médiatiques c (...)

1Cet article traite des propriétés d’un genre particulier de discours médiatique d’information1 : les débats-spectacle. Avec ce type de débats, très en vogue depuis une trentaine d’années dans les médias électroniques (radio et télédiffusion), les médias d’information manifestent une visée de rentabilisation commerciale qui s’accomplit souvent aux dépens de la qualité des argumentations qui fonde d’ordinaire le genre « débat ». À ce titre, les « débats-spectacle » permettent de considérer l’évolution des pratiques des médias d’information et de leurs enjeux. On admet en effet que le fonctionnement des médias d’information oscille entre la satisfaction d’exigences civiques visant à « éduquer » ou du moins à faire réfléchir les auditeurs et téléspectateurs sur des problématiques d’intérêt public, et la satisfaction d’exigences commerciales par le moyen desquelles on « divertit » pour mieux fidéliser.

2Après avoir précisé le cadre théorique qui sous-tend notre propos et présenté en général la pratique des médias d’information, nous proposons un exposé en trois temps. Dans un premier temps, nous considérons les débats médiatiques en général pour circonscrire la spécificité des débats-spectacle dans un second temps. Enfin, nous présentons une étude de cas particulièrement représentative, selon nous, de la catégorie des « débats-spectacle ». Il s’agit de l’analyse d’un fragment d’une émission de débat télévisé français : Du fer dans les épinards (chaîne privée TF1, 1998).

Cadre théorique et données du problème

3Sur le plan théorique, notre propos se situe globalement dans le cadre de l’interactionnisme social en analyse des discours et de la communication (voir Bronckart, 1997 ; Roulet et al., 2001 ; Burger, 2002a ; Filliettaz, 2002). Schématiquement, une perspective interactionniste sociale en analyse des discours et de la communication souligne le caractère évolutif, historique et social des pratiques de communication déjà proposé, dans une perspective langagière, dans les travaux de Mikhaïl Bakhtine (1984) puis développé, dans une perspective sociologique, notamment par Michel Foucault (1980) et Jürgen Habermas (1987). À ce titre, on insiste, à la suite des travaux de Goffman, sur « la détermination réciproque et continue des comportements des partenaires en présence » (Kerbrat-Orecchioni, 1990 : 17) et par conséquent sur les négociations et les modalités de co-construction du sens dans le cours même de l’interaction (Ghiglione et Trognon, 1993 ; Bronckart, 1997 ; Roulet et al., 2001). Cependant, en amont de l’interaction et de la communication, on suppose que les participants à une interaction mobilisent des savoir-faire intériorisés et supposés en partie partagés qui résultent de leur expérience interactionnelle et reflètent l’historicité des pratiques de communication. Comme ces « savoirs » émergent dans et par les discours tenus dans l’interaction, on peut faire l’hypothèse que les discours eux-mêmes fournissent un accès aux « contrats » qui définissent les enjeux et les modes de participation de chacun (notamment Heritage et Greatbatch, 1992 ; Fairclough, 1995 ; van Dijk, 1997). Nous nous intéressons ainsi au discours en tant qu’il explicite ou permet d’expliciter la pratique des débats dans les médias d’information.

4Le fonctionnement des médias d’information est exemplaire au moins pour deux raisons assez évidentes. Premièrement, comme elles ressortissent à la communication de masse, les activités des médias d’information concernent la construction de l’opinion publique et de la citoyenneté. Cette exigence civique historiquement constitutive et légitimante contraint fortement les discours d’information, notamment en imposant un propos ancré dans l’espace public et marqué d’un souci de crédibilité. Mais, et c’est la deuxième raison évoquée plus haut, les activités des médias sont dans le même temps accomplies par des chaînes de radio ou de télédiffusion ou par un journal de presse particuliers et ressortissent alors à une communication professionnelle. En d’autres termes, les médias sont aussi des entreprises commerciales devant assurer la rentabilité de leur produit : l’information. Une exigence économique détermine alors le discours d’information notamment en imposant un propos attractif voire racoleur souvent ancré dans l’espace privé.

5Ainsi, considérés à la fois comme des entreprises commerciales soumises aux lois du marché et comme des organismes institutionnalisés à visée civique, les médias se trouvent contraints par des exigences complexes et souvent contradictoires. Nous faisons l’hypothèse que les débats médiatiques en général, et les débats-spectacle en particulier, sont des révélateurs privilégiés de ce double fonctionnement. Leur observation fine, qui implique la prise en compte des détails discursifs, doit permettre de mieux saisir quelques-uns des enjeux actuels de l’activité d’information médiatique, notamment le glissement toujours plus perceptible de la sphère publique vers la sphère privée, et le prestige croissant accordé à l’identité professionnelle des « animateur et animatrices » au détriment des identités de « journalistes ».

  • 2  Pour une discussion et une définition des discours « institutionnel », « organisationnel » et du d (...)

6On peut poser que les médias produisent un discours hybride, relevant en même temps d’un discours institutionnel et d’un discours professionnel. Les médias produisent du discours institutionnellement contraint du fait qu’ils s’ancrent fondamentalement dans l’espace public. En d’autres termes, les médias s’adressent, par l’intermédiaire de « journalistes », à des destinataires considérés comme des citoyens, et ils se préoccupent de la participation de ceux-ci à la construction, à l’organisation et à la gestion de l’espace public : espace commun à tous les membres d’une même communauté géopolitique2. On peut poser à la suite de Charaudeau et al. (2001 : 8-13) que le discours médiatique « institutionnel » est en lien avec le monde politique en général, alors que le discours médiatique « professionnel » et le discours médiatique « commercial » s’ancrent dans le monde des affaires, et plus globalement dans la sphère privée de l’entreprise ou de l’individu.

7Compte tenu de ces distinctions, on conçoit que les médias produisent aussi bien du discours professionnel du fait qu’ils fondent sans conteste un domaine professionnel (les médias en général), lequel implique l’engagement d’organisations spécifiques (les médias comme entreprises), ainsi que les membres de la catégorie socio-professionnelle qui les structure (les journalistes). Dans ce cadre, les médias s’adressent principalement à des destinataires considérés comme des consommateurs, et ils se préoccupent alors de capter et de fidéliser ceux-ci pour susciter également l’intérêt des annonceurs à investir dans l’information médiatique. Une telle visée « commerciale » se situe nécessairement aux confins de l’espace public et constitue dès lors une contrainte de fonctionnement foncièrement opposée à la contrainte civique évoquée plus haut.

La complexité des débats médiatiques télévisés

8Les débats médiatiques relèvent d’une activité de communication complexe ou « multiple activity », dans les termes de Jacobs (1999 : 22). On peut parler d’activité complexe dès que se trouvent activées en même temps deux relations de communication entre des participants distincts dont les comportements tendent vers des buts différents et mobilisent des ressources spécifiques. On peut représenter la pratique des débats médiatiques à l’aide d’un schéma, comme ci-dessous :

Figure 1. La complexité des débats médiatiques

Figure 1. La complexité des débats médiatiques
  • 3  La distinction entre une relation « réciproque » et une relation « unilatérale » concerne le mode (...)

9Dans la partie inférieure du schéma, on peut identifier une relation de communication réciproque3, représentée par les traits doublement fléchés, entre un participant que nous appelons « animateur » et au moins deux autres participants que nous appelons « débattants ». Ceux-ci s’engagent dans une activité à proprement parler interactive dont le but est de convaincre un public du bien-fondé d’une opinion, alors que l’animateur est supposé réguler l’interaction. Cependant, un débat médiatique réalise aussi une relation de communication unilatérale, représentée dans la partie supérieure du schéma par un trait fléché simple, entre un participant que nous appelons « journaliste » et une audience de téléspectateurs, collective et anonyme. Le journaliste informe les téléspectateurs des faits et des opinions d’intérêt public. L’activité de communication n’est pas à proprement parler interactive du fait que les téléspectateurs, absents du lieu du débat, ne sauraient intervenir directement dans le discours du journaliste. Ces deux activités de « débat » et d’« information médiatique » peuvent être décrites séparément afin de préciser leurs enjeux.

L’information médiatique comme activité de communication

10Comme nous l’avons déjà écrit, l’information médiatique rend manifeste des enjeux paradoxaux. Les médias assument d’un côté une fonction civique au service de destinataires considérés comme des citoyens. Dès lors, l’information médiatique constitue un moyen légitime de participation à la gestion de l’opinion publique. D’un autre côté cependant, les médias se définissent comme des acteurs économiques. L’information est un produit de consommation servant à finaliser une relation commerciale, si bien que l’activité médiatique devient un moyen tout aussi légitime pour fidéliser des consommateurs en leur proposant un discours d’information « attractif ». On peut détailler ces aspects à l’aide d’un schéma, comme à la page suivante.

  • 4  Ce qui suppose une déontologie particulière dans l’un et l’autre cas : voir les discussions de ces (...)

11Nous nommons « informateur » l’identité d’un journaliste engagé dans une activité d’information médiatique. Celui-ci est le porte-parole d’une instance médiatique composite en relation avec les téléspectateurs considérés sous le double aspect « citoyen » et « consommateur ». Une identité d’informateur implique en tout cas une « sélection » et une « synthèse » de l’information dans une double visée : pédagogique (parce que centrée sur le caractère d’intérêt public de l’information) et démagogique (parce que centrée sur le caractère « attractif » de l’information)4. Comme l’actualité de l’information constitue une contrainte forte, il s’agit de produire un discours ancré dans des événements réels (versus fictifs), récents (versus passés) et attractifs (versus banals) par des genres de discours variés. Ainsi l’information médiatique se réalise-t-elle par des genres factuels plutôt neutres comme le reportage et l’enquête ; ou des genres d’opinion plutôt marqués subjectivement comme l’entretien et le débat. En fait, ces genres constituent eux-mêmes des activités de communication spécifiques du fait d’impliquer d’autres participants dans une autre relation finalisée moyennant d’autres ressources langagières.

Figure 2. L’information médiatique comme activité de communication

Figure 2. L’information médiatique comme activité de communication

Le débat comme activité de communication

12Ainsi, dans le cas d’un débat médiatique, l’activité d’information se combine avec une activité de débat qui comporte ses propres paramètres et valeurs. On peut détailler ceux-ci sur le schéma ci-après :

Figure 3. Le débat comme activité de communication

Figure 3. Le débat comme activité de communication
  • 5  Penz (1996) propose le terme de « infotainment » pour décrire cette réalité complexe des médias. D (...)

13Pour la catégorie des « débattants », au nombre de deux au minimum, un débat consiste fondamentalement en la confrontation d’opinions représentatives de tendances organisant l’espace public. La finalité d’un débat est de convaincre, ou en tout cas de faire réfléchir le public sur une problématique sociale. Dans ce sens, l’activité de débat implique la confrontation d’une pluralité d’opinions exposées avec un certain degré d’expertise discursive. Cette dimension argumentative et polémique des débats explique dès lors la régulation de l’interaction par un participant supposé neutre, « l’animateur », qui sollicite des opinions et fait cesser une controverse trop virulente. Ainsi, compte tenu des remarques sur les enjeux de l’information médiatique, on peut faire l’hypothèse que le débat représente un moyen optimal, sinon pour résoudre la tension entre la visée civique et la visée économique propre à l’information médiatique, du moins pour permettre un ajustement non problématique de ces deux visées à priori contradictoires5.

14On peut en effet faire l’hypothèse que l’activité de débat constitue une mise en abyme de l’idée de démocratie citoyenne (Livingstone et Lunt, 1994). Parce qu’elles sont exposées par des « experts » dans un domaine et, plus fondamentalement, parce que leur confrontation entraîne l’émergence d’une version négociée et en quelque sorte « consensuelle », les opinions débattues symbolisent la construction de l’opinion publique. Dans ce sens, les débats réalisent parfaitement la fonction civique des médias. Situé dans le cadre médiatique, le journaliste endosse alors une identité de simple médiateur : il recueille et rapporte aux téléspectateurs les opinions sans intervenir lui-même de manière prépondérante dans la production du discours d’opinion. À ce titre, le journaliste s’efface de la scène du débat pour assurer idéalement une focalisation sur les débattants. Les débats dans la presse écrite représentent sans doute le mieux cette posture médiatique du fait que les contraintes de l’écrit impliquent autant un exposé synthétique des arguments des débattants qu’une prise de distance facilitant la réflexion de la part du lectorat.

15Cela étant dit, les débats permettent aussi la réalisation de la visée commerciale des médias. En effet, en tant que confrontation d’opinions qui dégénère parfois en véritable « pugilat » verbal, les débats constituent en eux-mêmes des événements spectaculaires, c’est-à-dire attrayants sur le plan médiatique. Dans ce sens, le fait de laisser entendre le conflit en train de se déployer comme c’est le cas des débats radiophoniques, et mieux encore de montrer le conflit comme c’est le cas des débats télédiffusés constitue un excellent moyen de capter un public et de le fidéliser. Une des raisons pour lesquelles les médias proposent tant de débats réside sans doute dans l’obligation de satisfaire des exigences d’audience. Le journaliste joue dans ce cas un rôle différent. Au lieu de s’effacer de la scène du débat, il l’investit de manière manifeste et devient sinon le metteur en scène, du moins l’une des instances responsable du débat lui-même. Autrement dit, placé dans le cadre du débat, le journaliste participe activement à un événement médiatique foncièrement interactif et virtuellement spectaculaire. Au contraire, lorsqu’il est placé uniquement dans le cadre médiatique, il gère une communication monologique et peu attrayante en soi.

16Dans cette optique, on peut considérer les différents genres de débats selon le mode de participation du journaliste. Mais aussi plus généralement selon que les débats manifestent plus ou moins fortement une dimension pédagogique en lien avec la visée civique des médias, ou au contraire une dimension ludique en lien avec une visée économique. Cependant, il est important de garder à l’esprit que tout débat, quel qu’il soit, comporte nécessairement ces deux aspects. Ainsi, visées civique et commerciale se combinent toujours et, à des moments particuliers d’un débat, l’une ou l’autre de ces visées peut dominer la communication et laisser des traces en discours.

17Nous proposons le terme de « débat-civique » pour caractériser un débat où domine la visée civique. L’animateur d’un débat-civique se tient en retrait et laisse aux débattants le soin d’occuper le devant de la scène. Dans ce cas, l’animateur endosse une identité de simple médiateur. La plupart des débats politiques et des débats de société entrent dans cette catégorie qui manifeste un ancrage du propos dans l’espace public (Nelly, 1991 ; Trognon et Larrue, 1994 ; Bourdieu, 1996). Dans le même ordre d’idées, nous proposons d’appeler « débat-spectacle » un débat où domine la visée commerciale. L’animateur d’un débat-spectacle intervient systématiquement et interfère avec le discours des débattants dans le but de provoquer et d’exploiter une polémique. Dans ce cas, l’animateur n’est plus un simple médiateur effacé du débat à proprement parler. Au contraire, il endosse une identité d’acteur dans le débat même puisqu’il y participe. On trouve dans cette catégorie de nombreux débats culturels et des talk-shows dont le succès est dû au prestige d’un animateur ou d’une animatrice vedette. À ce titre, le propos des débats-spectacle s’ancre facilement dans l’espace privé (Burger, 2004a ; Charaudeau et Ghiglione, 1997 ; Shattuc, 1997 ; Hutchby, 1999).

18Dans l’extrait de l’émission française Du fer dans les épinards, la dimension ludique prédomine, même si l’animateur vedette, Christophe Dechavanne, bien connu des téléspectateurs français, rappelle sans cesse que les enjeux du débat sont sérieux. Nous choisissons de centrer l’attention sur le discours de l’animateur pour considérer les unités langagières comme des indices d’une stratégie qui vise à créer une atmosphère confuse et hautement polémique, sans doute pour conférer au débat un tour spectaculaire. À ce titre, le débat Du fer dans les épinards nous paraît emblématique du genre « débat-spectacle ».

Une étude de cas : Du fer dans les épinards

Profil de l’émission

19L’émission en question a fait l’objet d’une diffusion régulière pendant plusieurs mois. Comme son organisation globale reste inchangée et que les mêmes propriétés majeures sont systématiquement mises en évidence, on peut faire l’hypothèse que le public francophone s’est familiarisé avec la routine de l’émission. À ce titre, on peut parler d’« ethos » de l’émission pour renvoyer à l’idée qu’une émission impose progressivement un style propre qui contribue à générer des attentes (Scannell, 1991). À l’évidence, l’ethos de l’émission constitue une forme de contrainte importante sur l’organisation du discours qui s’y tient. Pour ce qui nous occupe, plusieurs éléments sont à prendre en compte, qui semblent favoriser à priori une atmosphère animée et l’émergence systématique d’une confrontation verbale.

20Le thème du débat. Tout d’abord, le thème prédéfini est toujours à forte teneur polémique. Ainsi, l’émission du 27 décembre 1998 dont nous nous proposons d’analyser un extrait porte sur : « Foutez la paix aux jeunes : les bienfaits et les méfaits de la musique techno ». Un tel thème est sensible, car il induit des problématiques d’intérêt public comme la consommation de stupéfiants ou les nuisances sonores et attise sans doute un conflit générationnel. À ce titre, on conçoit que le thème implique dans le même temps un propos ancré dans l’espace public qui satisfasse la visée civique des médias et un propos polémique qui satisfasse la visée commerciale des médias par l’exacerbation possible d’une dimension spectaculaire.

21La scène du débat. Le dispositif scénique du débat constitue un deuxième élément favorisant à priori une dimension spectaculaire. La scène de l’émission Du fer dans les épinards prend la forme d’une arène dont l’animateur occupe le centre alors que les débattants sont regroupés dans les gradins. Physiquement, l’émission départage ainsi les groupes « pour » des groupes « contre » et, par le symbole de l’arène, convoque l’imaginaire de la joute antique, comme c’est souvent le cas pour les débats (Nel, 1991 : 23).

22Les participants au débat. Enfin, les intervenants et le public constituent aussi des éléments d’une mise en scène favorisant la polémique. Tous les participants exhibent des signes évidents de leur groupe d’appartenance socioculturelle par leurs attributs vestimentaires et les codes corporel et langagier comme soutenant l’une des deux tendances « pour » ou « contre » qui confrontent leurs opinions dans le débat. Quant à l’animateur, il s’agit d’une vedette de la télévision française, Christophe Dechavanne, que le style dynamique et son franc-parler, parfois à la limite de l’impolitesse, ont rendu extrêmement populaire dans les médias francophones.

  • 6  Les conventions de transcription sont les suivantes : (.), (..) ou (...) indiquent les pauses cour (...)

23Dans l’extrait retranscrit ci-dessous6, l’animateur Christophe Dechavanne sollicite l’opinion du porte-parole du gouvernement, M. Boucher, qui s’oppose à celle de Pierrot, un jeune organisateur de soirées techno.

Figure 4. Extrait de l’émission du 27 décembre 1998, chaîne TF

Figure 4. Extrait de l’émission du 27 décembre 1998, chaîne TF

Considérations générales sur l’organisation du débat

24Cet extrait manifeste la structure typique d’une séquence de débat. Trois phases peuvent être clairement identifiées (elles sont indiquées par les petites capitales à droite du texte retranscrit. Par exemple : Phase une). Une séquence de débat débute toujours par une phase de « sollicitation » de l’opinion d’un débattant, elle se poursuit généralement par une phase de « confrontation directe » des opinions et se clôt par une phase caractérisée par un retour à l’expression du premier débattant dont l’opinion, en quelque sorte, se « stabilise ». Considérons ces phases de manière détaillée.

« Sollicitation de l’opinion »

25La première phased’une séquence de débat engage l’animateur et l’un des débattants. L’animateur expose la problématique sociale qui fonde le débat et demande au débattant de s’exprimer en se situant dans le cadre de la problématique pour se définir comme un proposant ou un opposant. Dans cette optique, la phase que nous appelons « sollicitation d’opinion » comporte un ensemble de marques langagières qui la réalisent. Notamment, dans notre extrait, les marqueurs de sélection du débattant ainsi que les marqueurs d’encouragement à parler ; les marqueurs de thématisation de la problématique sociale dans le discours de l’animateur ; et bien entendu les marqueurs de subjectivité qui structurent l’opinion du débattant sollicité :

26marqueurs de sélection du locuteur et encouragement à parler :

  • la référence patronymique : « monsieur Boucher » (ligne 1) ;

  • le pronom de personne : « vous » (ligne 1) ;

  • les marqueurs interrogatifs : « qu’est-ce que » ; « quel » (ligne 5) ;

  • l’impératif : « parlez bien dans le micro » (ligne 5).

27thématisation par l’animateur :

  • Sur le plan du contenu, une phase de « sollicitation de l’opinion » thématise une problématique sociale attestée. On y souligne souvent une opposition ou une contradiction manifeste comme dans notre extrait de la condamnation d’un jeune homme à une lourde peine de prison en dépit d’une autorisation à organiser une soirée techno. L’animateur confère ainsi au discours qu’il sollicite un cadre relativement strict.

28discours d’opinion du débattant sollicité :

  • Le débattant dont l’opinion est sollicitée se définit toujours comme le porte-parole d’une instance collective, ici, le ministère de l’Intérieur. Un débattant exprime très rarement un point de vue individuel. Non seulement il ancre son discours dans l’espace public en énonçant des propositions généralisables, mais il évite généralement ou refuse d’entrer en matière sur des éléments particuliers, ou des événements relevant de la sphère privée de l’individu (voir dans notre extrait les lignes 6 à 8).

« Confrontation directe »

29La deuxième phased’une séquence de débat engage deux débattants l’un contre l’autre, et c’est pourquoi nous proposons le terme de « confrontation directe ». Plus précisément, on observe que le débattant sollicité par l’animateur ne peut pas développer son propos du fait d’être interrompu par un autre débattant. Cette deuxième phase d’un débat médiatique est fortement polémique. Elle constitue par conséquent un moment où la dimension spectaculaire souvent prend le pas sur la qualité de l’argumentation. En plus des chevauchements de paroles qui témoignent d’un désordre sur le plan de l’interaction (lignes 9 à 16) et des manifestations de mécontentement du public (lignes 11 et 14), une phase de « confrontation directe » comporte des indices langagiers typiques :

30des marqueurs référentiels (pointant une relation de communication entre deux débattants) :

  • le pronom de personne « vous » (lignes 16 et 17) ;

  • l’impératif « sachez » (ligne 10) ;

31des marqueurs d’opposition (pointant un différend entre deux débattants) :

  • en tête de réplique : « non mais » (ligne 9) ;

  • la négation « ne pas », « ça a pas » (lignes 10 et 15) ;

  • les contenus assertés d’un côté et niés de l’autre : « y a eu bagarre » versus « y avait pas bagarre » (lignes 8 et 9) ;

32des ponctuants et des marqueurs argumentatifs :

  • « bon alors », « puisque » (lignes 16 et 17).

« Stabilisation de l’opinion »

33Enfin, la troisième phase d’une séquence de débat se caractérise par le retour à l’expression du premier débattant. Elle engage ainsi à nouveau un débattant avec l’animateur une fois que la polémique a cessé, et c’est pour cette raison que nous proposons le terme de « stabilisation de l’opinion ». Cette phase comprend les marqueurs langagiers suivants :

34des marqueurs de réactualisation du discours dans le présent d’énonciation :

  • « je vous en parlerai tout à l’heure, mais ce que je voudrais dire » (lignes 17 et 18) :

35des verbes de parole traduisant l’activité de « dire » :

  • « on en parlera », « je voudrais dire » (lignes 17 et 18) ;

36des marqueurs de thématisation en ancrage dans un dire adjacent :

  • « ce que je voudrais dire c’est que» (ligne 18) ;

37des ponctuants et des marqueurs argumentatifs :

  • « mais », « car », « parce que » (lignes 18, 20, 23, 28) ;

38des marqueurs de subjectivité (pronoms, expressions qui désignent un groupe d’appartenance, termes de modalisation) :

  • « je », « le ministère de l’Intérieur », « voudrais » (lignes 18 et 27).

  • 7  Dans le cas de la presse écrite, la confrontation des points de vue est le plus souvent mise en sc (...)
  • 8  Nous proposons le terme « identité de rôle », au sens de Goffman (1973), pour qualifier un comport (...)

39Tous les débats quels qu’ils soient s’organisent en une suite de séquences composées chacune des trois phases décrites ci-dessus. Même le débat le plus polémique manifeste une telle organisation, très réglée, en dépit d’une impression de surface où semblent dominer le chaos verbal et communicationnel ou une désorganisation générale (Burger, 2004a ; Burger, 2004b ; Burger, sous presse). Il n’est donc pas inintéressant de repérer les limites structurelles des phases des séquences de débat et principalement l’articulation de ces phases entre elles parce qu’il s’y manifeste les stratégies de communication mises en œuvre par les débattants. Si les débats radio et télédiffusés constituent les cas prototypiques, on observe que les débats retranscrits dans la presse écrite se voient le plus souvent amputés, si on peut dire, de la phase de « confrontation directe » et plus généralement des traces trop évidentes de l’oralité qui caractérise un débat7. Compte tenu de ces remarques, la distinction la plus importante entre un débat-civique et un débat-spectacle réside dans le comportement de l’animateur. En portant l’attention sur les identités de rôle endossées par l’animateur, on observe qu’il agit, respectivement, comme un élément « régulateur » des trois phases dans le cas du débat-civique, ou au contraire comme un élément « déclencheur » de chacune des phases dans le cas du débat-spectacle8. Cependant, dans les faits, un animateur se contente rarement d’agir selon un patron stable. On observe en effet dans la plupart des débats que l’animateur manifeste, selon les moments, tantôt une préoccupation pédagogique qui l’oblige à modérer les confrontations trop polémiques, tantôt une préoccupation ludique qui le force à saisir toutes les occasions pour rendre le débat attrayant. En somme, l’animateur tour à tour favorise le spectacle de la confrontation en la provoquant ou sollicite l’expression argumentée d’opinions en limitant la confrontation. Ce faisant, il manifeste tour à tour un ancrage dans les deux visées civique et commerciale décrites plus haut qui constituent l’enjeu des débats médiatiques.

Les identités de l’animateur et les indices langagiers d’une dimension « spectaculaire »

40Dans l’extrait qui nous occupe, l’animateur endosse, dans chaque phase, des identités qui exacerbent la dimension spectaculaire du débat. Dans l’émission entière, la répétition de moments similaires, où domine une visée commerciale, nous autorise à qualifier ce débat de « débat-spectacle » et à considérer les identités de l’animateur comme un révélateur du genre. Ces identités tranchent par là même avec des attentes propres à des débats où domine une visée civique. On peut spécifier ces identités — ou rôles — dans un tableau, avant de considérer les indices langagiers par lesquels ces identités se réalisent dans chaque phase :

Figure 5. Les identités de rôle de l’animateur dans un débat-spectacle

Figure 5. Les identités de rôle de l’animateur dans un débat-spectacle

Phase de « sollicitation de l’opinion »

41Durant la première phase de « sollicitation de l’opinion », on observe que l’animateur endosse une identité qui vise à provoquer une confrontation directe et à cautionner un débattant. Il s’agit d’un comportement de rôle en rupture avec les attentes propres à la régulation « ordinaire » d’un débat. On suppose en effet un mode de sollicitation neutre ne favorisant pas d’emblée la polémique. L’identité de l’animateur se manifeste plus précisément sur le plan verbal dans l’opposition entre des contenus à connotations positives pour qualifier la réalité vécue par un débattant et des contenus à connotations négatives pour qualifier la réalité que le débattant sollicité est supposé défendre. Ainsi l’animateur attribue-t-il implicitement aux deux débattants un profil identitaire plutôt contrasté :

42voir les connotations positives (en italiques) :

  • « un jeune homme / visiblement un garçon sage / qui organise une soirée » (lignes 1-2)

  • « avec des camarades / qui a une autorisation de la ville » (lignes 1-2) ;

43et les connotations négatives (en italiques) :

  • « qui se fait embarquer et qui prend sept semaines fermes » (ligne 3).

44Le contraste est en outre marqué par :

45le choix du lexique :

  • « se faire embarquer » (versus être arrêté)

  • « prendre sept semaines » (versus être condamné à) ;

46le choix de l’adjectif numéral :

  • « sept semaines » (versus deux mois) ;

47le statut du sujet grammatical : agent versus patient :

  • « un jeune qui organise » (agent) et « se fait embarquer » (patient).

48En fait, par ce biais, l’animateur implicite fortement un jugement négatif à l’encontre du débattant sollicité, c’est-à-dire M. Boucher. Cela revient à placer ce débattant — avant même qu’il ne parle — dans une position où il aura à se justifier. Dans le même temps, cette stratégie de provocation a pour effet de cautionner, voire de prendre parti indirectement pour l’autre débattant et ainsi l’encourager à réagir en initiant une phase de confrontation directe. Dans ce sens, l’animateur semble avant tout animé par le souci de rendre le débat « spectaculaire » en favorisant la polémique pour elle-même, indépendamment de la qualité des arguments énoncés. D’ailleurs, la sollicitation proprement dite reste indirecte, sans formulation claire d’un objet à débattre (voir la ligne 4 : « qu’est-ce que (..) quel heu (..) parlez bien dans le micro »).En tout cas, les réactions du public et celle de Pierrot attestent de l’ancrage du débat dans une phase de confrontation directe.

Phase de « confrontation directe des opinions »

49Durant la phase 2 de « confrontation directe des opinions », l’animateur endosse une identité qui consiste à exploiter et à attiser la polémique plutôt qu’à la réguler pour y mettre fin comme on pourrait s’y attendre dans un débat à visée civique. Par exemple, pour faire cesser les manifestations de mécontentement, on observe que l’animateur s’adresse au public sur un ton enjoué (voir les lignes 11 et 12 : « beu beu beu (.) attendez (.) attendez (..) j’voudrais pas qu’il s’en aille maintenant moi »). Par une telle attitude, l’animateur défend plutôt mollement le droit à l’expression du débattant Boucher. En outre, le fait de prendre le débattant comme objet du discours, et d’y référer ainsi à la troisième personne en évoquant la possibilité qu’il se vexe, revient presque à l’exclure de la communication. Parallèlement, un tel comportement entraîne la construction d’une identité d’animateur « tolérant » qui communique sinon qu’il accepte les affinités du public, du moins qu’il les comprend. Dans ce sens, l’animateur exploite la polémique à son profit.

50Ceci dit, l’animateur aussi attise franchement la polémique entre les deux débattants. Par exemple, il semble prendre parti pour Pierrot et contre Boucher lorsqu’il interrompt ce dernier pour réorienter le discours sur un thème très sensible (voir la ligne 15 : « la dernière rave de Lille puisque vous en parlez (..)je me permets de vous interrompre »). Par conséquent, la réaction immédiate et véhémente de Pierrot est tout à fait attendue. Cette réaction, qui relance la confrontation directe, se trouve même en quelque sorte légitimée par l’animateur.

51Ceci étant dit, comme lors de la phase précédente, l’animateur n’explicite pas sa demande de dire (ce qui représente pourtant une condition pour que les téléspectateurs comprennent de quoi il retourne), mais l’ancre dans un contexte manifestement connu des deux débattants. De manière significative, l’animateur alors s’efface au lieu d’intervenir, ce qui constitue encore un moyen d’attiser la polémique. La confrontation se déploie en effet sous l’autorité des débattants eux-mêmes, et c’est Boucher qui force la transition vers la phase 3 durant laquelle il pourra s’exprimer (voir ligne 18 : « on en parlera (..) si vous voulez (..) je vous en parlerai tout à l’heure »).

Phase de « stabilisation de l’opinion »

52Durant la phase 3 de « stabilisation de l’opinion », l’animateur endosse une identité qui consiste à s’ingérer dans le discours du débattant qui s’exprime et à le valider, alors qu’on s’attendrait à ce qu’il laisse parler le débattant et prenne simplement acte de l’opinion exposée. Un tel comportement de rôle constitue encore une manière de déséquilibrer la communication et de la rendre conflictuelle. Plus précisément, on observe que se forme une coalition dont l’animateur est partie prenante, par exemple lorsqu’il énonce un jugement personnel pour lancer la discussion (voir la ligne 22 : « mais les raves je croyais que c’était des endroits cool où les gens dansaient »).

  • 9  En effet, un endroit dont le toit risque de s’écrouler ne peut pas être qualifié de « cool ».

53Du fait de la présence du marqueur d’opposition « mais » et de l’imparfait, on peut faire l’hypothèse que l’animateur expose ici un point de vue révisé destiné à être rejeté par le débattant Boucher. Plus précisément, l’animateur se ferait le porte-parole d’un point de vue « naïf » qui ne serait pas vraiment le sien, mais celui d’une instance non experte, ignorante de la vraie réalité et désormais désireuse d’en savoir plus. Par exemple, ce point de vue pourrait être soutenu par quiconque parmi le public penserait que « les raves c’était des endroits cool où les gens dansaient ». Or, Boucher confirme ce jugement sur un mode ironique9 et l’animateur à son tour valide le propos du débattant (voir l’énoncé de Boucher aux lignes 23 et 24 : « ah oui mais (.) mais ça peut être cool (.) avec un toit qui risque de vous tomber sur la tête (…) ». Et la réplique de l’animateur à la ligne 25 : « ah (..) ben ouais d’accord »).

54Cette réplique est très intéressante car elle révèle une forme particulière de connivence entre un débattant et l’animateur. D’abord, on observe que le discours de l’un vient confirmer le discours de l’autre tant sur le plan du contenu que sur celui de la formulation puisque les mêmes mots sont littéralement repris. À cette forme d’empathie linguistique s’ajoute ensuite le fait que soit validé un énoncé ironique, c’est-à-dire un énoncé nécessitant un certain savoir-faire interprétatif. Compte tenu de ce qui précède, on peut considérer que cette coalition entre Boucher et l’animateur est d’autant plus vexatoire pour Pierrot que le registre langagier utilisé (« c’est cool ») est précisément celui qu’on attribuerait à Pierrot et aux jeunes générations en général. En d’autres termes, le jugement révisé proposé à la discussion par l’animateur représente non seulement un point de vue naïf qu’on ne saurait défendre, mais il représente aussi virtuellement une raillerie à l’encontre de Pierrot.

55En somme, dans chacune des phases de cette séquence de débat, l’animateur se construit une identité de maître d’œuvre. Par les prises de rôles décrites ci-dessus, il provoque et orchestre la polémique plus qu’il ne la régule. Autrement dit, l’animateur se soucie moins des opinions exprimées que de la dynamique spectaculaire, présente dans tout débat, qu’il cherche sans cesse à relancer.

Conclusion

56L’hypothèse au cœur de cet article est que l’identité d’un animateur de débat constitue un révélateur de la double logique de fonctionnement des médias. En effet, tout média doit satisfaire une exigence civique en informant d’un état de l’espace public par une visée didactique. C’est d’ailleurs cette dimension citoyenne qui fonde la légitimité des pratiques médiatiques d’information. Cela dit, tout média s’ancre dans un marché de forte concurrence économique qui l’oblige à se démarquer des pairs en développant continûment de nouvelles stratégies de captation et de fidélisation du public. Présenter l’information médiatique sous un angle racoleur et accentuer la dimension spectaculaire ou ludique de certaines pratiques — comme dans notre cas la pratique des débats — constituent des moyens privilégiés pour conquérir des parts de marché et « faire de l’audimat ».

57Dans le cas de l’émission animée par Christophe Dechavanne, les enjeux civiques ne sont pas niés. Bien au contraire, puisque l’animateur lui-même assigne explicitement une telle portée à l’émission : une problématique d’intérêt public (l’univers des fêtes « techno ») est débattue en sollicitant des opinions légitimes du fait représentatives d’une tendance d’opinion (celle d’organisateurs et celle du gouvernement français). De plus, ces opinions paraissent raisonnables et crédibles parce que les sujets qui les défendent semblent à même de prouver la véracité de leur dire ou du moins leur sincérité. Cela étant dit, des deux plateaux de la balance — celui du civisme et celui du spectacle — l’émission Du fer dans les épinards charge clairement le second par l’entremise des prises de rôles de l’animateur.

58En effet, celui-ci ne se contente pas de gérer le débat, mais il y participe. De plus, de manière symptomatique, il soutient tour à tour l’une et l’autre des tendances incarnées par les débattants, ce qui a pour effet de provoquer la polémique pour elle-même, sans égards pour l’argumentation. À ce titre, on observe que l’animateur laisse très peu s’exprimer les débattants. Il intervient au contraire systématiquement afin de favoriser le passage à une « phase de confrontation directe » qui représente virtuellement le moment le plus spectaculaire d’une séquence de débat. Une autre stratégie consiste à faire durer ou relancer cette phase. Ainsi, sur l’ensemble du débat, la phase de « confrontation directe » domine nettement au détriment de la « phase de sollicitation » ou de la « phase de stabilisation de l’opinion » (Burger, 2004a et 2002c).

  • 10  Scollon (1998 : 92) souligne à juste titre que les destinataires cibles d’un événement médiatique (...)

59On observe dans notre extrait d’autres propriétés typiques des débats-spectacle. Par exemple, l’animateur ponctue très rarement une séquence de débat en faisant la synthèse ou en reformulant le propos à l’attention du public. Alors que dans les débats-citoyens, les moments de synthèse constituent une propriété essentielle de l’activité médiatique, les débats-spectacle se caractérisent justement par l’attitude inverse (Livingstone et Lunt, 1994 : 55-59). Défini dans un cadre où domine la dimension ludique (versus pédagogique), le débat n’a pas d’autre enjeu que de proposer un spectacle plus ou moins divertissant mis en scène par le média10.

60L’étude de cas présentée dans cet article s’inscrit dans une recherche plus vaste sur les débats médiatiques qui doit permettre d’affiner les propriétés des deux grands genres de débats : le débat-civique et le débat-spectacle. Par exemple, hormis les dimensions culturelles et idéologiques des débats qui plaident en faveur d’une approche contrastée (le débat médiatique français, voire européen, n’équivaut pas le débat médiatique nord-américain), il apparaît déjà que l’ancrage du propos dans l’espace public versus dans l’espace privé constitue un critère déterminant qui a été peu abordé ici.

61Pour conclure, nous aimerions souligner l’importance d’une conception du fonctionnement de la pratique d’information médiatique comme doublement contrainte par la spécificité d’une économie de marché et par une mission citoyenne. Seule une telle conception, qu’on pourrait qualifier de « non naïve », permet d’envisager et d’expliquer l’organisation complexe des discours d’information médiatique en général et des discours de débat plus spécifiquement. Paradoxalement, en dépit du nombre important d’études sur les médias et les débats, le rôle du discours dans la constitution et l’évolution des pratiques des médias d’information et de leurs enjeux est minimisé. La perspective adoptée dans cet article, parce qu’elle est centrée sur le « détail » des discours, c’est-à-dire sur le fonctionnement des marques langagières, nous paraît offrir une analyse pertinente.

Haut de page

Bibliographie

BAKHTINE, Mikhaïl (1984), Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard.

BARGIELA-CHIAPPINI, Francesca, et Catherine NICKERSON (1999), « Business writing as social action », dans Francesca BARGIELA-CHIAPPINI et Catherine NICKERSON (dir.), Writing Business. Genres, Media and Discourse, Harlow, Pearson Education, p. 1-32.

BELL, Alan, et Peter Garrett (dir.) (1998), Approaches to Media Discourse, Oxford, Blackwell.

BOURDIEU, Pierre (1996), Sur la télévision. Suivi de L’emprise du journalisme, Paris, Éd. Raisons d’agir.

BRONCKART, Jean-Paul (1997), Activité langagière, textes et discours, Paris, Delachaux & Niestlé.

BURGER, Marcel (1999), « Identités de statut, identités de rôle », Cahiers de linguistique française, 21, p. 35-59.

BURGER, Marcel(2000), « Scènes d’actions radiophoniques et prises de rôles, informer, débattre, divertir », Revue de sémantique et de pragmatique, 7, p. 179-196.

BURGER, Marcel (2002a), Les manifestes : paroles de combat. De Marx à Breton, Paris, Delachaux et Niestlé.

BURGER, Marcel (2002b), « Identities at stake in social interaction : The case of media interviews », Studies in Communication Sciences, 2(2), p. 1-20.

Burger, Marcel(2002c), « Encenaçõ discursivas na mídia : o caso do debate-espetáculo », dans Ida MACHADO et al., Ensaios em Análise do Discurso, Belo Horizonte, NAD/FALE/UFMG, p. 201-222.

BURGER, Marcel (2004a), « Le discours des médias comme forme de pratique sociale : l’enjeu des débats télévisés », dans Roger BLUM (dir.), Wes Land ich bin, des Lied ich sing : Medien und Politische Kultur, Bern, I.M.W.

BURGER, Marcel (2004b), « The function of the discourse of the host in a TV talk show », dans Carlos GOUVEIA, Carminda SILVESTRE et Lu’sa AZUAGA (dir.), Discourse, Communication and the Enterprise : Linguistic Perspectives, Lisbon, Ulices.

BURGER, Marcel (2005), « La complexité argumentative d’une séquence de débat politique médiatique », dans Guylaine MARTEL et Marcel BURGER (dir.), Argumentation et communication dans les médias, Québec, Éditions Nota bene.

CHARAUDEAU, Patrick (1997), Le discours d’information médiatique, Paris, Nathan.

CHARAUDEAU, Patrick, et al. (2001), La télévision et la guerre. Déformation ou construction de la réalité ?, Paris, De Boeck Université.

CHARAUDEAU, Patrick, et Rodolphe GHIGLIONE (1997), La parole confisquée, Paris, Dunod.

CORNU, Daniel (1994), Journalisme et vérité. Pour une éthique de l’information, Genève, Labor et Fides.

DREW, Paul, et John HERITAGE (1992), « Analyzing talk at work : An introduction », dans Paul DREW et John HERITAGE (dir.), Talk at Work, Cambridge, Cambridge University Press, p. 3-65.

FAIRCLOUGH, Norman (1992), Discourse and Social Change, Cambridge, Polity Press.

FILLIETTAZ, Laurent (2001), La parole en action. Éléments de pragmatique psycho-sociale, Québec, Éditions Nota bene.

FOUCAULT, Michel (1970), L’ordre du discours, Paris, Gallimard.

GHIGLIONE, Rodolphe, et Alain TROGNON (1993), Où va la pragmatique ? De la pragmatique à la psychologie sociale, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

GOFFMAN, Erving (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, tome 1, Paris, Minuit.

GOFFMAN, Erving (1983), « The interaction order », American Sociological Review, vol. 48, p. 1-17.

HABERMAS, Jürgen (1987), La théorie de l’agir communicationnel, tome 1, Paris, Fayard.

HERITAGE, John, et David GREATBATCH (1991), « On the institutional character of institutional talk : The case of news interviews », dans Deirdre BODEN et Don ZIMMERMAN, Talk and Social Structures, Cambridge, Polity Press.

HUTCHBY, Ian (1999), « Rhetorical strategies in audience participation debates on radio and TV », Research on Language and SocialInteraction, 32(3), p. 243-267.

JACOBS, Geert (1999), Preformulating the News, Amsterdam, Benjamins Publ. Co.

JUCKER, Andreas H. (1995), « Mass media », dans Jeff Verschueren et al., Handbook of Pragmatics, Amsterdam, Benjamins Publ., p. 1-14.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine (1990), Les interactions verbales, tome 1, Paris, Armand Colin.

LEVINSON, Stephen (1992), « Activity types and language », dans Paul DREW et John HERITAGE (dir.), Talk at Work, Cambridge, Cambridge University Press, p. 66-100.

LIVINGSTONE, Sonia, et Peter LUNT (1994), Talk on Television. Audience Participation and Public Debates, London, Routledge.

LOCHARD, Guy, et Jean-Claude SOULAGES(1993), « Talk-show : la part de l’image », Psychologie française, 38(2), p. 145-160.

NEL, Noël (1991), Le débat télévisé, Paris, Armand Colin.

PENZ, Hermine (1996), Language and Control in American TV Talk Shows, Tübingen, Günter Narr.

ROULET, Eddy et al. (2001), Un modèle et un instrument d’analyse de l’organisation du discours, Berne, Lang.

SCANNELL, Paddy (1991), « Introduction : The relevance of talk », dans Broadcast Talk, London, Sage, p. 1-13.

SCOLLON, Ron (1998), Mediated Discourse as Social Interaction. A Study of News Discourse, London, Longman.

SHATTUC, Jane M. (1997), The Talking Cure, London, Routledge.

SHOTTER, John (1995), Conversational Realities, London, Sage.

TROGNON, Alain, et Janine LARRUE (1994), « Les débats politiques télévisés », dans Pragmatique du discours politique, Paris, Armand Colin, p. 55-126.

VAN DIJK, Teun A. (1990), « Social cognition and discourse », dans H. GILES et Peter W. ROBINSON (dir.), Handbook of Language and Social Psychology, New York, J. Wiley & Son, p. 163-183.

VAN DIJK, Teun A. (1997), « Discourse as interaction in society », dans Teun A. VAN DIJK, (dir.), Discourse as Social Interaction, London, Sage, p. 1-37.

Haut de page

Notes

1  Notre propos se limiteaux médias « d’information » en distinction d’autres pratiques médiatiques comme le divertissement ou la publicité (Charaudeau, 1997).

2  Pour une discussion et une définition des discours « institutionnel », « organisationnel » et du discours « commercial », voir en particulier Drew et Heritage (1992 : 4-10) ; Jacobs (1999 : 3-15) ; Bargiela-Chiappini et Nickerson (dir.) (1999 : 1-5).

3  La distinction entre une relation « réciproque » et une relation « unilatérale » concerne le mode de communication entre les participants : interactif pour une relation réciproque, et non interactif pour une relation unilatérale (Burger, 2004a ; Burger et Filliettaz, 2002). Dans le même esprit, Jucker (1995) propose une distinction semblable : « talk with relation » versus « talk for relation ».

4  Ce qui suppose une déontologie particulière dans l’un et l’autre cas : voir les discussions de ces aspects notamment dans Habermas (1987), Cornu (1994), Livingstone et Lunt (1994) et Bourdieu (1996).

5  Penz (1996) propose le terme de « infotainment » pour décrire cette réalité complexe des médias. Dans le même ordre d’idées, Livingstone et Lunt (1994 : 9) soulignent l’obligation des médias à passer d’un modèle de service public à un modèle de marché impliquant de « devenir plus accessible et populiste » et d’intégrer par conséquent des formes de participation d’un public non expert à la gestion d’événements médiatiques (par opposition à une participation externe limitée à des spécialistes, c’est-à-dire des experts dans un domaine, par exemple des politiciens).

6  Les conventions de transcription sont les suivantes : (.), (..) ou (...) indiquent les pauses courtes et plus ou moins longues ; les soulignements indiquent des chevauchements de paroles ; les annotations entre crochets informent des réalités non verbales. Les petites capitales identifient le locuteur (ex. : ANIMATEUR) et les numéros dans la marge renvoient simplement aux lignes du texte retranscrit. Quant aux informations en petites capitales, par exemple : PHASE UNE, sur la partie droite de la transcription, elles concernent l’organisation structurale du débat que nous traitons plus bas.

7  Dans le cas de la presse écrite, la confrontation des points de vue est le plus souvent mise en scène par chaque débattant dans son propre discours ou se trouve orchestrée par l’animateur en phase de sollicitation de l’opinion (Burger, 2005).

8  Nous proposons le terme « identité de rôle », au sens de Goffman (1973), pour qualifier un comportement récurrent (c’est-à-dire non contingent) d’un participant à une activité de communication. Pour une définition de la notion d’« identité » et de son importance dans la gestion de la communication, voir Burger (1999, 2000, 2002a et 2002b).

9  En effet, un endroit dont le toit risque de s’écrouler ne peut pas être qualifié de « cool ».

10  Scollon (1998 : 92) souligne à juste titre que les destinataires cibles d’un événement médiatique sont toujours à quelque degré des « spectateurs » (« watchers ») d’un spectacle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La complexité des débats médiatiques
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4113/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 2. L’information médiatique comme activité de communication
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4113/img-2.png
Fichier image/png, 16k
Titre Figure 3. Le débat comme activité de communication
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4113/img-3.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 4. Extrait de l’émission du 27 décembre 1998, chaîne TF
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4113/img-4.png
Fichier image/png, 198k
Titre Figure 5. Les identités de rôle de l’animateur dans un débat-spectacle
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4113/img-5.png
Fichier image/png, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Burger, « Les enjeux des discours de débat dans les médias », Communication, Vol. 23/2 | 2005, 125-149.

Référence électronique

Marcel Burger, « Les enjeux des discours de débat dans les médias », Communication [En ligne], Vol. 23/2 | 2005, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/4113 ; DOI : 10.4000/communication.4113

Haut de page

Auteur

Marcel Burger

Marcel Burger est rattaché au Laboratoire d’analyse linguistique des discours médiatiques (LALDIM), Université de Lausanne. Courriel : marcel.burger@frmod.unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org