Navigation – Plan du site
Articles

La réalité du journalisme

Une exploration à partir de la philosophie de John Searle
Gilles Gauthier
p. 150-181

Résumés

Contre le constructivisme qui tend à nier tout rapport de l’information journalistique à une réalité préexistante, une analyse ontologique en est proposée dans le sillage de la théorie de la construction de la réalité sociale de John R. Searle. Considérant le caractère intentionnel de la nouvelle et prenant appui sur la taxonomie hiérarchique des faits mise de l’avant par Searle, l’auteur définit les principaux faits journalistiques, c’est-à-dire les états de choses sur lesquels porte ou prétend porter l’information journalistique. Ensuite sont identifiés huit types de faits journalistiques bruts, c’est-à-dire la réalité indépendante du journalisme à partir de laquelle les nouvelles sont construites, le plus souvent par itération.

Haut de page

Texte intégral

1C’est une évidence que l’information journalistique procède d’une construction. Une nouvelle est une entité fabriquée. L’actualité est le résultat de l’activité menée par les journalistes et les autres intervenants dans l’espace public. Le constructivisme est donc le seul point de vue possible sur le journalisme.

2Cependant, le constructivisme se présente très souvent dans une version radicale selon laquelle l’information journalistique serait sans relation aucune à une réalité préexistante indépendante ou du moins n’aurait pas un rapport déterminant à cette réalité. Cette idée est exprimée de diverses manières. Sa formulation la plus radicale pose catégoriquement qu’il n’y a pas de réalité brute :

There are no facts « out there » apart from human observers. Events are not events until they are interpreted by human beings (Novak, 1970: 39-40).

[…] il n’existe tout simplement pas de « monde réel » à propos duquel on pourrait tenter d’être objectif (Derville, 1999: 153).

3La négation de l’existence d’un monde extérieur prend parfois la forme d’une mise en cause d’un réalisme spontané attribué aux journalistes :

The journalist’s naïvely empirical view of the world, […] a belief in the existence of a reality, the reality of empirical facts (Glasser, 1984: 16).

Journalists before World War I […] were, to the extent that they were interested in facts, naive empiricists; they believed that facts are not human statements about the world but aspects of the world itself (Schudson, 1978: 6-7).

4Certains ne nient pas carrément l’existence d’une réalité pré-journalistique mais, adoptant le point de vue sceptique, soutiennent que de toute manière elle resterait pour nous inabordable :

Il y a peut-être une réalité irrécusable, mais elle ne nous est pas accessible (Dornan, 1982: 87).

Il n’est pas de saisie de la réalité empirique qui ne passe par le filtre d’un point de vue particulier, lequel construit un objet particulier, donné pour un fragment de réel. Nous avons donc toujours affaire à du réel construit, dès que l’on essaye de rendre compte [par des nouvelles par exemple] de cette réalité empirique et non à la réalité elle-même (Charaudeau, 1997: 145).

5D’autres, enfin, mettent une insistance telle sur la part construite de l’information qu’ils en arrivent à marginaliser, sinon à réduire à néant, son rapport à une réalité préexistante. Ainsi, Jean Charron et Jacques Lemieux se font l’écho des travaux de Harve Molotch et Marilyn Lester (1975 et 1974), Gaye Tuchman (1978 et 1973-1974), Mark Fishman (1982 et 1980) et David L. Altheide (1978) qui

[…] avance[nt] l’idée fondamentale que la nouvelle n’est pas l’événement, mais seulement une construction symbolique de l’événement: c’est en fonction du travail journalistique de production de comptes rendus des événements que ceux-ci sont littéralement construits. En ce sens, on peut dire que les nouvelles sont davantage le reflet des pratiques journalistiques et du cadre organisationnel des médias que le simple reflet d’une quelconque réalité « vraie » (1991: 6).

6Bernard Delforce pousse cette logique jusqu’à son ultime conclusion :

Le fait brut n’est pas l’origine du travail journalistique, il en est le résultat: ce qui se présente finalement comme un fait dans l’écriture de l’article, résulte de toute une série de constructions (1996: 21).

  • 1  J’ai mené ailleurs une critique du constructivisme radical tel qu’il se présente au sujet de la co (...)

7Dans les pages qui suivent, je propose une analyse ontologique du journalisme inspirée des travaux du philosophe John Searle qui, tout en étant foncièrement constructiviste, prend néanmoins le contre-pied du constructivisme radical. Tout en admettant que l’information est un objet construit, je chercherai à démontrer qu’elle est liée à la réalité. Mon objectif est de dégager un point de vue faisant concurrence au constructivisme radical aujourd’hui largement dominant dans les sciences de l’information et de la communication1. La philosophie de Searle me sert à ce propos en quelque sorte de plate-forme théorique.

8Dans un premier temps, je chercherai à établir la dépendance formelle de l’information à l’égard d’une réalité préexistante en faisant ressortir son caractère intentionnel. Je proposerai également une caractérisation de cette réalité du journalisme en dressant une typologie des faits journalistiques, c’est-à-dire des éléments de réalité sur lesquels portent les nouvelles. Dans un second temps, je soumettrai une catégorisation des faits bruts qui donnent lieu aux faits journalistiques et constituent ainsi l’assise fondamentale sur laquelle prennent appui les nouvelles. Ce faisant, je soutiendrai la thèse que l’information est toujours construite, en dernière instance, à partir d’une réalité donnée et donc non construite.

Partie 1. Le mobilier de l’actualité

Fermer les yeux, est-ce que c’est la nuit parce qu’on a fermé les yeux ?

Lars Gyllensten

Le statut logique de l’information

  • 2  Ce ne sont pas tous les états mentaux qui sont intentionnels. La souffrance, par exemple, ou certa (...)

9À force d’affirmer la nature construite de la nouvelle, on en vient à occulter un autre de ses caractères tout aussi évident : son altérité. Une nouvelle n’est pas sui-référentielle : elle porte sur quelque chose d’autre qu’elle-même. La nouvelle est ainsi munie d’intentionnalité, au sens technique retenu par Searle (1983). Telle que ce dernier l’entend, l’intentionnalité est la caractéristique de certaines entités de porter sur ou d’être dirigées vers des objets et états de choses. Selon Searle, c’est une fonction de représentation que permet d’exercer l’intentionnalité. Par extension, le terme désigne donc la capacité de certaines entités de représenter ce sur quoi elles portent, ce vers quoi elles sont dirigées. Toujours selon Searle, il existe une intentionnalité intrinsèque, celle de l’esprit (mind). Les entités qui sont par essence intentionnelles sont les états mentaux qui, comme la croyance, le désir et l’intention (au sens habituel du terme), portent sur un état de choses. Ces états mentaux représentent l’état de choses sur lequel ils portent ou, plus précisément, ont pour contenu une proposition, au sens logique du terme, qui représente cet état de choses2. Considérons un exemple : la croyance que la terre est ronde. Elle porte sur l’état de choses que la terre est ronde. On dira qu’elle représente cet état de choses, c’est-à-dire qu’elle a pour contenu la proposition que la terre est ronde. Il importe évidemment de ne pas confondre état de choses et proposition : un état de choses est un fait, une proposition est d’ordre logique et n’est donc pas contrainte par la réalité empirique. Il y a donc des états mentaux intentionnels, des croyances et autres, qui sont sans correspondance avec la réalité effective : qui représentent un état de choses inexistant. L’intentionnalité peut aussi être dérivée : quand celle des états mentaux est transférée à d’autres entités. C’est ainsi que Searle explique l’intentionnalité du langage, et donc sa capacité représentative. Une assertion, par exemple, représente un état de choses du fait qu’y est exprimée une attitude propositionnelle de croyance en l’existence de cet état de choses.

  • 3  Façon de dire que l’information exige le langage.
  • 4  Qui s’inspire sans originalité aucune des figures par lesquelles Searle schématise l’acte de disco (...)

10Parce qu’elle porte sur autre chose qu’elle-même, une nouvelle est elle aussi de nature intentionnelle et consiste en une représentation. On peut en faire la démonstration par l’analyse assez simple suivante. Informer est une sorte particulière d’assertion3. Une croyance est ainsi exprimée dans l’acte d’informer et dans la nouvelle qui permet d’accomplir cet acte. L’expression de la croyance dans une nouvelle n’est pas facultative ; elle constitue au contraire une condition nécessaire de sa production. La preuve en est qu’un journaliste ne peut sans se contredire diffuser une nouvelle et dénier croire le contenu de la nouvelle. Pour prendre un exemple simple, un journaliste ne peut pas simultanément publier la nouvelle qu’il y a eu tempête de neige hier et prétendre ne pas croire qu’il y a eu tempête de neige hier. L’intentionnalité de la croyance est transférée à la nouvelle du fait que la première est exprimée dans la seconde. L’intentionnalité de la nouvelle fait en sorte qu’elle découle toujours de ce qui est pour elle une réalité. Certes, elle est construite. Mais parce que cette construction consiste en une représentation, la nouvelle procède toujours, formellement, de quelque chose qui lui est logiquement préalable. Il est possible de rendre compte de la nature intentionnelle de la nouvelle par un schéma. Une nouvelle est de la forme logique suivante4 :

11où R désigne la fonction représentative de la nouvelle ;(p), la proposition qui en constitue le contenu de représentation et ÉdC, l’état de choses sur lequel porte la nouvelle et dont (p) est la représentation. Le schéma fait bien voir la relation nécessaire de la nouvelle à un état de choses : il n’y a pas de nouvelle sans état de choses. Une nouvelle consiste à présenter comme étant actualisé un état de choses (suivant une modalité ou une autre). Que l’état de choses soit effectivement réalisé n’est pas, sur le plan logique du schéma, important. Le point crucial est que la nouvelle implique l’état de choses. L’état de choses est une présupposition de la nouvelle : sous peine de ne plus en avoir le statut, une nouvelle ne peut disconvenir porter sur un état de choses.

12Si, donc, il y a bel et bien construction en journalisme, si la nouvelle est certainement un objet construit, ce n’est cependant pas ex nihilo comme l’affirme ou l’implique le constructivisme radical. La construction journalistique n’est pas libre et désordonnée au sens où elle est toujours relative à une réalité à la fois visée et présupposée. Il y a une dépendance formelle de l’information à ce qui est pour elle réalité. On peut démontrer encore plus solidement ce lien en faisant état d’un autre trait de l’intentionnalité : la direction d’ajustement. Les états mentaux et les autres entités intentionnels ont, selon Searle, une direction d’ajustement. Leur contenu de représentation est lié à la réalité représentée dans un certain sens. Par exemple, une croyance ainsi qu’une assertion et une nouvelle dans lesquelles une croyance est exprimée ont la direction d’ajustement esprit – monde : leur contenu de représentation doit correspondre à la réalité sur laquelle elles portent. Afin de tenir compte de sa direction d’ajustement, le schéma de la nouvelle demande à être modifié de la manière suivante :

  • 5  À l’opposé, d’autres états intentionnels comme le désir et l’intention ainsi que d’autres actes de (...)
  • 6  C’est à partir de cette considération que je soutiens que la vérité est une visée intrinsèque du j (...)

13À la direction d’ajustement esprit – monde sont corrélatives des conditions de satisfaction. Selon que la croyance, l’assertion et la nouvelle correspondent ou non à la réalité qu’elles représentent, elles seront vraies ou fausses5. C’est son rapport à la réalité, suivant l’exigence de sa direction d’ajustement, qui détermine donc la valeur ou la qualité fondamentale de la nouvelle : sa véracité. La nouvelle vraie est celle qui rapporte un état de choses effectivement réalisé alors que la fausse nouvelle prétend rapporter comme existant un état de choses qui n’est pas effectivement actualisé6.

14À la suite de la caractérisation qui précède de l’intentionnalité de l’information, il est possible de marquer une distinction entre nouvelles et faits journalistiques. Les faits journalistiques sont les états de choses donnant lieu à des nouvelles;celles-ci sont les représentations « informationnelles » des faits journalistiques.

Les faits des nouvelles

15Une fois établie la nécessaire relation de l’information à la réalité, on peut chercher à déterminer les différents éléments de celle-ci qui, de fait, font l’objet d’une appropriation journalistique. En effet, bien qu’il n’y ait pas de restriction de principe qui se pose à l’information, il est évident que certains états de choses plus que d’autres deviennent matière à information. Dans les pages qui suivent, j’identifierai les principaux types de faits journalistiques : ces états de choses qui, parmi l’ensemble de la réalité préalable à l’information, sont essentiellement retenus pour faire des nouvelles. Comme les faits journalistiques sont distincts des nouvelles, leur repérage sert à établir une typologie non pas de l’information mais plutôt de la réalité journalistique.

  • 7  En écartant donc les textes d’autres genres rédactionnels : commentaires, analyses, chroniques, re (...)

16La réalité, qu’elle soit transposée ou non en information, n’est évidemment pas homogène : elle est faite de différents types de faits. Sans doute est-il possible d’en proposer des catégorisations diverses. Celle mise de l’avant par Searle (1995) présente l’avantage d’être développée au sujet de la réalité sociale sur laquelle porte manifestement la part la plus importante de l’information journalistique. J’appliquerai la typologie searlienne des faits à un corpus de presse afin, d’abord, de donner des exemples des différents types de faits journalistiques et, ensuite, d’établir un premier relevé de la réalité du journalisme. Ce corpus regroupe les 207 nouvelles parues à la une du quotidien La Presse en janvier et février 2002. Il a été établi en ne retenant que les seuls articles d’information7 et en isolant la nouvelle principale ou centrale de chacun des articles. En référence à la catégorisation searlienne a ensuite été identifié le type de fait sur lequel porte chacune de ces nouvelles.

  • 8  En fait, la distinction primitive de Searle est entre faits physiques bruts et faits mentaux mais (...)
  • 9  « Que vienne la neige ! » (12.01). Nous référerons ainsi par son titre et sa date de publication à (...)
  • 10  « Gagliano anéanti » (16.01).
  • 11  « Sharon regrette de ne pas avoir <liquidé> Arafat » (01.02).

17Dans sa structure essentielle, la taxinomie hiérarchique des faits de Searle résulte de sa caractérisation de l’intentionnalité. La distinction primordiale qui en découle est celle entre faits intentionnels et faits non intentionnels. Ces derniers sont de l’ordre du donné. Searle en distingue deux sous-types : les faits physiques bruts comme il y a de la neige sur le mont Everest et les faits mentaux non intentionnels comme le fait d’avoir mal8. Dans le corpus de presse que nous considérons, l’absence de neige9 est un exemple de fait brut;le ministre Gagliano est déprimé10, un exemple de fait mental non intentionnel. Par opposition, les faits intentionnels comme Pierre veut boire de l’eau procèdent de représentations. Un exemple tiré de notre corpus est le regret de Sharon de ne pas avoir fait assassiner Arafat11.

  • 12  « Le <nouveau> président promet de changer de cap » (03.01).
  • 13  « Les Québécois souhaitent des élections au printemps » (05.02).
  • 14  Tout en suggérant que ces distinctions valent aussi pour les faits intentionnels singuliers.

18Searle propose une typologie multidimensionnelle des faits intentionnels, c’est-à-dire relativement à plusieurs principes de différenciation croisés. Un premier clivage est entre les faits intentionnels singuliers comme Pierre veut boire de l’eau et les faits intentionnels collectifs comme des hyènes poursuivent un lion. Dans notre corpus, le président Duhalde s’engage à changer de politique12 est un exemple de fait intentionnel singulier et les Québécois souhaitent une élection13 un exemple de fait intentionnel collectif. Au sujet des seuls faits intentionnels collectifs, Searle présente une série de distinctions étagées14.

  • 15  À la différence des règles normatives qui s’appliquent à des activités préexistantes, comme les rè (...)

19L’opposition fondamentale, à ses yeux, entre les différents types de faits intentionnels est celle entre faits fonctionnels et faits non fonctionnels. Un fait fonctionnel est créé par assignation de fonction. La notion d’« attribution (ou d’imposition) de fonction » est centrale dans la théorie searlienne de la construction de la réalité sociale. Selon Searle, l’une des capacités les plus remarquables des êtres humains (et de certains animaux) est celle d’assigner une fonction aux objets. Ainsi, nous attribuons au cœur la fonction de pomper le sang, à une pierre la fonction de presse-papier et à tel objet au bout pointu la fonction de tournevis. Notre appréhension et notre expérience du monde se développent essentiellement dans l’exercice de cette aptitude à imposer une fonction aux choses. Les fonctions, qui peuvent par ailleurs être assignées tout autant à des objets naturels qu’à des objets construits expressément à cette fin, n’ont pas trait à une caractéristique intrinsèque des objets mais plutôt à une caractéristique que Searle qualifie de « relative à l’observateur ». Par exemple, ce n’est pas d’elle-même qu’une pierre est un presse-papier mais seulement quand nous lui faisons jouer ce rôle. Autrement dit, une fonction n’est jamais d’ordre causal (même si elle peut être assignée relativement à une caractéristique causale de l’objet). Searle soutient qu’il est possible d’expliquer la réalité sociale comme résultant essentiellement de l’attribution de fonction par intentionnalité collective (suivant des règles d’un type particulier, les règles constitutives15). La thèse la plus audacieuse de la théorie de la construction de la réalité sociale de Searle est que toute assignation de fonction s’applique, en dernier ressort, à un fait brut.

  • 16  « Le mollah Omar s’évapore en moto » (06.01).
  • 17  « Chrétien pris à partie à Moscou » (17.02).
  • 18  « Pénible relève de la garde à Québec » (30.01).
  • 19  « L’U de M formera des superinfirmières » (04.02).

20Sur le plan ontologique, il est possible de différencier les faits intentionnels selon qu’ils procèdent ou non d’une attribution de fonction. Les premiers sont des faits fonctionnels comme le cœur pompe le sang ; les seconds, des faits non fonctionnels comme des hyènes poursuivent un lion. Dans notre corpus, des exemples de faits non fonctionnels sont l’évasion du mollah Omar en moto16 et la manifestation de colère des Russes17 ; des exemples de faits fonctionnels sont un remaniement ministériel18 et la création d’un nouveau programme de formation universitaire19.

  • 20  « Un peu d’alcool chaque jour prévient l’Alzheimer » (25.01).
  • 21  « Jean Coutu fait un don sans précédent de 12,5 millions à son alma mater » (17.01).
  • 22  « Les Patriots remportent le Super Bowl » (04.02).

21Une assignation de fonction peut avoir trait à un intérêt utilitaire : quand une fonction est imposée pour servir une fin humaine. De telles fonctions sont appelées par Searle des fonctions « agentives ». Les fonctions de presse-papier, de tournevis et de chaise sont des exemples de fonctions agentives. D’autres fonctions sont non agentives dans la mesure où elles sont imposées sans que ce soit pour servir une fin pratique (mais plutôt, par exemple, dans le cadre général de l’explication d’un phénomène). La fonction attribuée au cœur de pomper le sang est un exemple de fonction non agentive. Parallèlement, il faut distinguer les faits fonctionnels agentifs et non agentifs. Qu’un marteau enfonce un clou est un fait fonctionnel agentif puisqu’il a trait à une fonction servant une fin humaine pratique;que le cœur pompe le sang est un fait fonctionnel non agentif parce qu’il ne résulte pas d’une assignation de fonction vouée à un intérêt humain. La consommation quotidienne modérée d’alcool réduit le risque de démence sénile20 est un exemple de fait fonctionnel non agentif tiré du corpus de presse sous examen;Jean Coutu fait un don à l’Université de Montréal21 et l’équipe des Patriots gagne le Super Bowl22 sont des exemples de faits fonctionnels agentifs.

  • 23  « Le général Dallaire honoré » (23.01).
  • 24  « Procès des Hells Angels. Le juge Boilard veut augmenter le per diem des jurés » (06.02).

22Les faits (intentionnels fonctionnels) agentifs peuvent être institutionnels ou non. Les faits institutionnels sont obtenus par ou résultent de l’imposition d’une fonction à un objet uniquement par acceptation collective et sans égard aucun à une caractéristique brute, causale ou autre, de l’objet. Searle donne à une telle fonction le nom de « fonction-statut ». C’est l’imposition des fonctions-statut qui crée les symboles et institutions. Un exemple d’assignation d’une fonction-statut est l’argent : quand est attribuée à un bout de papier (qui n’a rien dans sa constitution physique pour jouer ce rôle) une certaine valeur monétaire. À l’opposé, certaines fonctions agentives sont imposées relativement à un trait brut de l’objet, par exemple la fonction d’être une baignoire ou un tournevis. Que tel bout de papier soit un billet de 5 $ ou que telle personne soit avocat sont des exemples de faits institutionnels;que telle chose soit une baignoire et que telle autre chose soit un tournevis sont des faits non institutionnels. Aucun fait agentif non institutionnel ne donne lieu à une nouvelle dans le corpus de presse étudié. Par contre, le général Dallaire a reçu le Aegis Award du Centre de l’Holocauste britannique23 et le juge Boilard a l’intention d’ajuster le salaire des jurés24 sont des exemples de faits agentifs institutionnels.

  • 25  « Un lobbyiste monnaie grassement ses accès auprès du ministre Baril » (17.01).
  • 26  « Les caïds de la drogue sortent toujours de prison au sixième de leur peine » (14.02).
  • 27  « La direction reconnaît son incapacité à atténuer les effets de la pénurie d’infirmières » (20.02 (...)
  • 28  « Tremblay promet aux sans-abri des places dans les refuges » (08.01).

23Une dernière distinction faite par Searle établit deux types de faits institutionnels : les faits institutionnels linguistiques, qui résultent de l’attribution d’une fonction de signification à des éléments langagiers, et les faits institutionnels non linguistiques, qui dérivent d’une imposition de fonction ne nécessitant pas le recours au langage. Qu’une phrase ait telle signification est un fait institutionnel linguistique et que telle personne ait été élue premier ministre du Québec est un fait institutionnel non linguistique. Deux exemples de faits institutionnels non linguistiques tirés de notre corpus sont André Desroches monnaye ses entrées auprès du gouvernement québécois25 et les trafiquants de drogue et les blanchisseurs d’argent sale ne restent pas longtemps en prison26. Dans le même corpus, la direction du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) admet qu’elle ne pourra pas faire de miracle pour les infirmières27 et le maire de Montréal promet des places aux sans-abri28 sont des exemples de faits institutionnels linguistiques.

24Les faits journalistiques du corpus des articles de une de La Presse de janvier et février 2002 se distribuent dans les catégories de la typologie searlienne de la façon indiquée dans le tableau de la page suivante.

25Dans la mesure où ces résultats seraient, dans leurs grandes lignes, confirmés par l’analyse d’autres corpus de presse et seraient ainsi généralisables à l’ensemble de l’information journalistique, ils fourniraient un portrait de la réalité du journalisme. Ils donneraient à voir l’apport de chacun des types de faits à la construction de l’information. Sur la foi des données du tableau, quelques hypothèses générales peuvent d’ores et déjà être avancées  :

  1. la réalité journalistique est elle-même construite ;

  2. la réalité journalistique est sociale ;

  3. la réalité journalistique est anthropocentrique ;

  4. la réalité journalistique est symbolique ;

  5. la réalité journalistique est linguistique.

Tableau 1. Les faits journalistiques des nouvelles de la Une de La Presse janvier et février 2002

Tableau 1. Les faits journalistiques des nouvelles de la Une de La Presse janvier et février 2002

26La réalité journalistique est elle-même construite. La presque totalité des faits journalistiques de notre corpus (194 des 207) sont des faits intentionnels. C’est dire que la réalité journalistique y est constituée, à près de 94 %, de représentations. L’information ne porte donc sur un réel (directement) donné que pour une très faible part : sur une réalité physique brute à un peu plus de 4 % et sur des faits mentaux non intentionnels à un peu moins de 2 %. La réalité journalistique à partir de laquelle les nouvelles sont construites est ainsi essentiellement construite. Cela veut dire, puisque l’information est elle-même intentionnelle, que la très grande majorité des nouvelles sont des représentations de représentations : l’objet sur lequel porte une nouvelle, qui n’est pas elle-même sui-référentielle, est également dirigé vers autre chose que lui-même. Dans sa part la plus importante, l’information est une altérité sur altérité ou, pour le dire plus justement eu égard à la problématique ici traitée, le journalisme est une construction sur construction.

27La plupart du temps, l’information n’est donc pas en relation directe avec une réalité donnée, indépendante de toute représentation. Elle est tout au contraire quasi monopolisée par un monde qui, bien qu’il lui soit préalable, est lui-même façonné. Cela est sans doute l’une des raisons de la dérive constructiviste : l’information étant essentiellement une construction sur construction et son lien immédiat avec des faits bruts étant tellement ténu, on peut en arriver à considérer qu’elle n’est que construction et à marginaliser son rapport à la réalité donnée au point de l’occulter tout à fait.

28Cette inclination est encore accentuée par la possibilité que l’information porte sur des faits journalistiques qui soient eux aussi des constructions de constructions. En effet, un fait intentionnel peut donner lieu à un autre fait intentionnel sur lequel peut également être élaboré un troisième fait intentionnel et ainsi de suite sans qu’il y ait de limite de principe à un tel processus d’itération. La représentation est une activité où il peut y avoir régression à l’infini. Ainsi – mais ce n’est pas la seule figure de cas possible –, il peut y avoir une nouvelle au sujet d’une nouvelle originelle, une nouvelle au sujet de cette nouvelle de deuxième niveau et ainsi de suite indéfiniment. Qu’une telle situation se produise couramment ou même occasionnellement et se dégage l’impression, fondée ou non, de baigner dans une construction intégrale. En tout cas, l’information semble alors encore plus éloignée de la réalité brute jusqu’à en paraître complètement coupée.

  • 29  Par stipulation, les faits sociaux sont pour Searle les seuls faits intentionnels collectifs. Par (...)

29La réalité journalistique est sociale. Les faits collectifs comptent pour 92 % des faits intentionnels et 86 % de la totalité des faits journalistiques. Les représentations constitutives de la réalité de l’information n’ont pas trait, surtout, à des individus mais à des groupes, à des communautés et à l’ensemble d’une société. Autrement dit, la construction journalistique s’exerce sur une réalité essentiellement sociale29. Il ne s’agit pas là d’une bien grande découverte. En vertu, en effet, de la fonction sociale, précisément, qui lui est dévolue ou de la vocation de service public qui lui est assignée, il n’est pas étonnant que la presse porte principalement sur la vie collective.

30La réalité journalistique est anthropocentrique. Parmi les faits intentionnels, 156 sont des faits fonctionnels et 154 de ces faits fonctionnels sont des faits agentifs. Environ 75 % des faits journalistiques sont donc à la fois fonctionnels et agentifs. Cela signifie que, les trois quarts du temps, la réalité journalistique est constituée de faits découlant de fonctions que les êtres humains attribuent aux phénomènes naturels ou aux objets qu’ils créent et très majoritairement de fonctions assignées afin de servir des intérêts humains. Les fonctions, nous l’avons déjà vu, ne sont pas des caractéristiques intrinsèques des objets mais sont relatives à l’observateur. Et un grand nombre de ces fonctions, nous l’avons aussi déjà souligné, ont une fin utilitaire.

31Les nouvelles portent surtout sur des faits qui ne sont pas établis eu égard à ce que sont les choses en elles-mêmes et pour elles-mêmes mais plutôt relativement aux rôles que nous leur faisons jouer, et, au surplus, ces emplois servent un intérêt pratique humain. L’information, donc, a trait principalement aux fonctions que les êtres humains confèrent aux choses et l’exercice de ces fonctions est en outre avantageux pour les êtres humains. La réalité journalistique est largement articulée autour de préoccupations humaines;l’information est une activité essentiellement anthropocentrique.

32La réalité journalistique est symbolique. La totalité des faits fonctionnels agentifs du corpus étudié sont aussi des faits institutionnels. C’est donc également à 75 % que la réalité des nouvelles de la une de La Presse des mois de janvier et février 2002 découle de l’imposition de fonctions-statut. Pour le dire autrement, dans une très forte proportion, les faits auxquels sont consacrées les nouvelles n’existent qu’à l’intérieur d’institutions. Ce résultat correspond tout à fait au sens commun : l’information apparaît porter principalement sur des occupations politiques, économiques, culturelles réalisées au sein de cadres structuraux établis par des collectivités humaines.

33La réalité journalistique n’est pas pour une part importante seulement sociale mais aussi symbolique. Elle est constituée de faits dérivés de l’assignation d’une fonction à des entités qui ne peuvent l’exercer en vertu de leurs caractéristiques propres mais uniquement en raison de l’acceptation de tous, autrement dit de faits créés par intentionnalité collective.

34La réalité journalistique est linguistique. Certains faits institutionnels sont linguistiques. Ils procèdent de l’attribution d’une fonction de signification à des énoncés. Dans notre corpus, les faits linguistiques comptent pour plus de la moitié des faits institutionnels, 88 sur 154, et pour plus de 42 % de l’ensemble des faits journalistiques. Plus de quatre nouvelles sur dix portent sur la parole, plus précisément sur des actes de discours (Searle, 1969). La réalité journalistique est de la sorte éminemment discursive. La chose n’étonne qu’à moitié si l’on tient compte de l’importance du langage dans le développement des institutions humaines et, plus généralement, dans le rapport des êtres humains au monde.

Partie 2. La matière première brute du journalisme

C’est quelquefois une satisfaction pour notre volonté de puissance que de penser que « nous » faisons le monde, que la réalité n’est elle-même rien d’autre qu’une construction sociale, modifiable à volonté et sujette aux changements futurs qui « nous » paraissent appropriés. De même, il semble choquant qu’il y ait une réalité indépendante de faits bruts – aveugles, sourds, indifférents, et totalement imperméables à nos préoccupations. […] Mais quand on met à plat et au grand jour les thèses et les arguments des antiréalistes, sans fards ni falbalas, ils tendent à paraître passablement ridicules. D’où l’obscurité et même l’obscurantisme de nombre de ces discussions.

John R. Searle

35La réalité journalistique est le monde à partir duquel se déploie le discours d’information. Elle constitue le domaine sur lequel opère l’intentionnalité de la nouvelle, c’est-à-dire sa faculté de représenter l’état de choses vers lequel elle est dirigée. Elle forme le donné préjournalistique auquel le journalisme est subordonné. Cette subordination contredit le constructivisme radical selon lequel l’information journalistique ne serait pas constituée à partir d’une réalité préalable et fait émerger, au sujet de l’ontologie journalistique, un réalisme formel : les nouvelles ne sont pas construction pure mais sont édifiées à partir de faits qui leur sont préalables. Le journalisme, s’il est bel et bien construit, l’est à partir d’une réalité qui lui est logiquement antécédente.

36Cependant, la réalité journalistique est elle-même essentiellement construite. Les faits dont elle est constituée sont en effet très majoritairement des faits intentionnels, des faits qui procèdent de représentations. Le plus souvent donc, une nouvelle est une représentation de représentation, une construction à partir d’une construction. Mais alors, le constructivisme radical n’est-il pas, pour l’essentiel, préservé ? Si, en effet, la plupart des faits journalistiques sont construits, la presque totalité des nouvelles n’est-elle pas parfaitement affranchie de toute réalité non construite ? Pour le dire plus conformément à la manière habituelle d’envisager les choses – en regard de laquelle le constructivisme radical est très souvent formulé –, si la réalité sociale, qui est la source d’alimentation principale de l’information journalistique, est elle-même le produit d’une construction, comment ne pas reconnaître, en quelque sorte par transitivité, l’autonomie des nouvelles par rapport à une réalité donnée ?

37Je soutiendrai, dans la suite du texte, que la réalité journalistique, si elle est bel et bien en majeure partie construite, l’est à partir d’une réalité qui, elle, en dernière instance, est primitive. Ce faisant, je formulerai un réalisme non plus formel mais empirique. Plus précisément, je défendrai la thèse que les faits journalistiques ne sont pas érigés ex nihilo mais toujours à partir de faits bruts et donc non construits.

38Dans la défense générale de cette thèse, j’appliquerai au journalisme l’une des idées majeures de la théorie de la construction de la réalité sociale de Searle, celle de la dépendance des faits institutionnels à l’égard des faits bruts. Ensuite, je proposerai une typologie originale des principaux faits journalistiques bruts : ces réalités premières à partir desquelles soit sont élaborées directement les nouvelles, soit sont constitués des faits sociaux donnant lieu à des nouvelles. Cette classification des faits journalistiques bruts, qui sera exposée relativement au même corpus de presse que la typologie des faits journalistiques de la première partie de l’article, fait voir, au moins en une première approximation, la composition du donné préjournalistique ainsi que les principales articulations entre faits bruts et faits journalistiques qui président à la construction de l’information.

L’idée searlienne d’une réalité physique primitive

  • 30  Sauf avis contraire, les citations et les références seront celles de la traduction française de S (...)
  • 31  Les faits institutionnels sont pour Searle une sous-classe des faits sociaux. Comme ils jouent un (...)

39Searle développe une théorie de la réalité sociale qui tout à la fois admet son caractère construit évident et prétend en révéler l’ancrage dans la réalité physique. La question plus précise ou encore le paradoxe qu’il cherche à éclairer est celui de faits qui n’existent « que par l’accord des hommes » (Searle, 1995 : 14)30 dans un monde physico-chimique. Parmi d’autres, il donne pour exemples de ces faits sociaux institutionnels31 l’argent, les propriétés foncières, les gouvernements et les mariages. De tels faits font problème aux yeux de Searle en raison des trois thèses ontologiques auxquelles il adhère par ailleurs : une thèse réaliste (l’existence d’une réalité externe), une thèse naturaliste antidualiste (l’unicité ontologique du monde existant) et une thèse physicaliste (la nature foncièrement physico-chimique de ce monde unique).

  • 32  En fait, Searle propose pour la première fois la distinction entre faits bruts et faits institutio (...)

40Searle, d’abord, considère qu’il existe une réalité complètement indépendante des représentations humaines. Selon lui, en effet, il y a un monde parfaitement autonome qui n’a pas besoin des êtres humains et de leur appréhension pour exister et qui donc aurait existé même s’il n’y avait jamais eu d’hommes et continuerait d’exister si les hommes venaient à disparaître. Pour Searle, par exemple, le fait qu’il y ait de la neige au sommet du mont Everest fait partie de cette réalité indépendante. Searle, donc, admet l’existence de faits bruts en marge de celle des faits sociaux32. Contrairement aux faits sociaux, comme celui d’un George W. Bush président des États-Unis, les faits bruts, comme la neige au sommet du mont Everest ou encore le soleil à cent cinquante millions de kilomètres de la terre, ne requièrent pas d’institutions humaines pour exister. Autrement dit, selon Searle, s’il existe bel et bien une réalité construite, celle qui comprend les faits sociaux, il existe également une réalité qui n’est pas construite mais donnée, celle des faits bruts. Il y a un monde construit mais aussi un monde non construit ou plutôt, comme nous le verrons en détail plus loin, le monde est, pour une part, construit, et, pour une autre part, donné.

  • 33  Voir ses chapitres sept et huit (1995).
  • 34  Il se trouve par ailleurs que Searle défend aussi une thèse « correspondantiste » de la vérité : l (...)
  • 35  Voir à ce sujet Le Moigne (1995 : 67).
  • 36  Voir, par exemple, Piaget (1937).
  • 37  Exploré à la Kuhn (1970) ou à la Foucault (1969).
  • 38  Mise au jour par Habermas (1979).

41La thèse réaliste de Searle a un statut épistémologique assez particulier. Il prend autant de soin à chercher à l’établir et à spécifier en quoi elle consiste précisément qu’à réfuter son contraire et ses arguments33. Telle qu’il la précise, sa thèse réaliste est une thèse exclusivement ontologique. Ce n’est pas une thèse au sujet de la vérité34, ni au sujet de la connaissance, ni au sujet du langage. Elle ne fait que poser l’existence d’un monde indépendant de toute représentation humaine. D’aucune façon, la thèse réaliste de Searle ne dit quoi que ce soit sur la constitution de la réalité externe ou sur la connaissance que nous pouvons en développer. Par conséquent, rien de ce qu’on peut par ailleurs établir à propos du primat du sujet connaissant dans le processus de connaissance35, de l’implication du sujet dans la connaissance36, du creuset socio-économico-historique de la connaissance37 ou de la fixation utilitariste du savoir38 ne peut, aux yeux de Searle, être invoqué contre sa thèse réaliste. Notamment, Searle souligne avec force que sa thèse réaliste est tout à fait compatible avec le relativisme conceptuel : l’idée selon laquelle la réalité ne peut être appréhendée qu’à l’intérieur d’un système de représentations et qu’il peut y avoir une pluralité de systèmes distincts de représentations d’une même réalité dont certains peuvent même être concurrents. Encore une fois, la thèse réaliste searlienne ne fait que prétendre qu’il existe une réalité indépendante de nos représentations. Que la connaissance de cette réalité nécessite un système de représentations et puisse s’élaborer dans plusieurs systèmes distincts de représentations est une question complètement différente.

  • 39  Mais l’existence d’une réalité externe peut constituer une « thèse » au sens plus simple d’une aff (...)

42Pour Searle, donc, si la connaissance de la réalité est construite, ce n’est pas le cas de toute la réalité elle-même. Les faits sociaux sont construits de même que la connaissance des faits sociaux. Par contre, la réalité brute n’est pas construite mais donnée même si la connaissance des faits bruts est construite. La thèse réaliste de Searle s’oppose tout autant au scepticisme en ce qu’elle autorise la connaissance du monde, au solipsisme en ce qu’elle ne réduit pas la réalité et la connaissance de la réalité aux seuls états mentaux, à l’idéalisme phénoménologique en ce qu’elle ne cantonne pas la réalité à la seule conscience et au constructivisme social en ce qu’elle admet une réalité indépendante des représentations collectivement créées. Dans la défense de sa thèse réaliste, Searle adopte une stratégie essentiellement négative : il s’objecte aux différentes formes d’antiréalisme plutôt qu’il ne cherche à faire la démonstration du réalisme. C’est que Searle considère qu’il n’est en fait pas possible de mener pareille démonstration. Il lui semble que tout argument à l’appui du réalisme présuppose le réalisme ! À proprement parler, l’existence d’une réalité indépendante de toute représentation humaine ne lui apparaît pas relever d’une thèse, au sens d’une proposition ou d’une théorie qu’on prétend appuyée sur des arguments, ni même d’une hypothèse mais d’une condition à priori des thèses et hypothèses qu’on peut formuler au sujet de la réalité39. En cela, l’existence de faits bruts est un réquisit « transcendantal » au sens kantien du terme : elle est une condition d’intelligibilité des énoncés porteurs de connaissance.

  • 40  C’est au sujet du traditionnel mind-body problem que Searle expose le plus explicitement son natur (...)

43En reconnaissant l’existence de faits bruts non construits tout autant que de faits sociaux construits, Searle doit admettre une certaine dualité ontologique : les faits bruts et les faits sociaux sont tout à fait distincts les uns des autres. Mais il n’adhère pas pour autant au dualisme. Au contraire, il défend une thèse naturaliste farouchement antidualiste40. Pour lui, le monde dans lequel nous vivons est un. À proprement parler, il n’y a pas une réalité brute et une réalité sociale, mais plutôt un mode de réalité brute et un mode de réalité sociale (et sans doute aussi d’autres modes de réalité) au sein d’une seule et même réalité. En référence à la réalité sociale, Searle exprime son naturalisme antidualiste de la manière imagée suivante : « Le monde des décisions de la Cour suprême et de l’effondrement du communisme est le même monde que le monde de la formation des planètes et de l’effondrement de la fonction d’onde en mécanique quantique » (1995 : 157-158).

44Mais si le monde est un, s’il n’y a qu’une réalité, comment rendre compte de l’intégration en ce monde unique de faits aussi radicalement distincts que les faits bruts et les faits sociaux ? Comment comprendre que ce monde indivisible soit pour une part donné et pour une autre part construit ?

45La question se pose d’autant plus que Searle adhère aussi à une thèse physicaliste. Pour lui, le monde unique a pour « […] caractéristiques […] fondamentales […] celles que décrivent la physique, la chimie et les autres sciences de la nature » (1995: 9).

46Mais alors comment dépeindre et caractériser les faits sociaux qui, par définition, échappent à une description purement physico-chimique ? En effet, les faits comme l’argent, les propriétés foncières, les gouvernements et les mariages sont construits « par l’accord des hommes » dans le cadre d’institutions. Le problème de Searle est de savoir

[…] comment le monde des institutions [le monde des faits sociaux] fait partie du monde « physique ». [Comprendre quelle est] la place de la réalité sociale [et] institutionnelle […] au sein d’une seule et même réalité physique (1995: 158).

47La solution de Searle consiste à lier les faits sociaux aux faits bruts. Les faits sociaux sont bel et bien construits « par l’accord des hommes » et en cela sont irréductibles aux faits bruts même s’ils sont construits à partir de faits bruts qui, eux, n’ont pas besoin de cet accord pour exister. Voilà sans doute l’idée centrale de la théorie searlienne de la construction de la réalité sociale. À ses yeux, non seulement la construction de la réalité sociale n’est pas faite ex nihilo mais elle est menée à partir d’une réalité qui, elle, n’est pas construite mais donnée : « […] la réalité socialement construite requiert une réalité […] à partir de laquelle elle est construite. […] une réalité socialement construite présuppose une réalité qui, elle, ne l’est pas » (1995 : 243).

48Autrement dit, les faits sociaux sont ontologiquement dépendants de faits bruts : « Pour construire de l’argent, de la propriété, et du langage, par exemple, on a besoin de ces matériaux bruts que sont les bouts de métal, de papier, de terre, des sons et des marques, par exemple » (1995 : 243).

  • 41  Lui-même n’utilise pas le terme de « physicalisme » pour caractériser cette idée alors qu’il emplo (...)

49Le physicalisme de Searle pose simplement cette relation de dépendance des faits sociaux aux faits bruts41.

50De ses thèses réaliste, naturaliste et physicaliste émerge l’ontologie d’ensemble suivante :

  • il existe une réalité donnée, indépendante des représentations humaines;

  • il existe également une réalité sociale qui est construite à partir de la réalité brute ;

  • il y a ainsi une « priorité logique » des faits bruts sur les faits sociaux ;

  • la réalité sociale n’est donc pas radicalement distincte de la réalité brute bien qu’elle ne s’y réduise pas ;

    • 42  Il n’est pas ici possible de rendre compte dans toute sa complexité du vaste dispositif conceptuel (...)

    au total, il y a une et une seule réalité constituée de faits bruts et de faits sociaux (et autres faits construits) émanant des faits bruts42.

  • 43  D’une certaine manière, l’existence de faits sociaux est ainsi une preuve de l’existence de faits (...)

51Searle se refuse ainsi à adhérer à la vue dichotomique la plus habituelle sur la construction qui considère que le construit et le donné s’excluent l’un l’autre, que ce qui est construit n’est pas donné et est sans rapport au donné. Selon lui, tout au contraire « […] une réalité socialement construite présuppose une réalité indépendante de toutes les constructions sociales, parce qu’il faut bien quelque chose à partir de quoi construire la construction » (1995 : 243)43.

52Si les faits sociaux et institutionnels sont construits à partir des faits physiques, si c’est le monde indépendant des représentations humaines qui constitue leur point de départ, la réalité préserve son unité. Il n’y a qu’un seul monde, conformément à la thèse naturaliste antidualiste de Searle;malgré la distinction entre fait social et fait brut, ils appartiennent tous deux à la même réalité. Il y a des faits bruts et des faits sociaux construits à partir de certains d’entre eux.

53Simplement, le monde est hiérarchisé. Il l’est, d’abord, en un sens simple : les faits bruts sont premiers par rapport aux faits sociaux qui, en quelque sorte, viennent s’y ajouter. En cela, les caractéristiques physico-chimiques sont bien, suivant la thèse physicaliste de Searle, les caractéristiques fondamentales du monde : elles suffisent à décrire les faits bruts qui donnent lieu aux faits sociaux. Bien sûr, ces derniers ne sont pas réductibles à une description physico-chimique mais ils dépendant néanmoins de faits bruts.

54La hiérarchie de la réalité est cependant plus complexe. Elle ne comporte pas que deux seuls paliers. C’est qu’il est possible, selon Searle, de construire un nouveau fait social à partir d’un premier fait social lui-même construit à partir d’un fait brut. Il peut donc y avoir itération dans la construction de la réalité sociale. Searle donne entre autres exemples le fait d’exercer une fonction comme maire d’une ville :

[…] les expressions individuelles des préférences des votants sont comptées comme le fait de voter dans une élection. Une suite d’actes de [discours] de ce type, une fois authentifiés par les autorités, sont comptés comme une élection. Le fait d’obtenir un nombre suffisant de voix est compté comme le fait de gagner. Gagner et prêter serment sont comptés comme le fait de devenir maire d’une ville (1995: 152).

55Il est fait état, dans la première partie du présent article, de ce phénomène d’itération en journalisme. Non seulement une nouvelle est-elle un fait institutionnel construit à partir d’un autre fait institutionnel quand elle porte sur la réalité sociale mais il arrive qu’elle soit construite à partir d’une autre nouvelle. Ce processus d’itération dans la construction des faits sociaux, en journalisme comme ailleurs, est en principe infini : il n’y a pas de limite supérieure à la création d’un nouveau fait social à partir d’un fait social.

56Il y a cependant une limite inférieure à ce phénomène : comme toute construction doit avoir un point de départ, il faut bien qu’un fait construit, quel que soit le nombre de faits intermédiaires eux-mêmes construits qui concourent à sa construction, soit lié en dernière instance à un fait qui n’est pas lui-même construit mais au contraire donné. Si elle n’est pas toujours directe et immédiate, la dépendance des faits construits aux faits bruts n’en demeure pas moins toujours nécessaire. Autrement dit, il y a dans la réalité un niveau plancher de faits bruts ou encore un fond de faits bruts à partir duquel peuvent être constituées les différentes strates de la réalité sociale, y compris les faits journalistiques

Les faits journalistiques bruts

57De quoi est fait le niveau plancher de la réalité journalistique ? À partir de quels faits bruts les nouvelles sont-elles construites le plus souvent par la médiation de faits eux-mêmes construits ? Il est clair que les faits bruts, pas plus que les faits construits, ne sont homogènes. Je cherche ici à mettre au point une typologie de la matière première journalistique, c’est-à-dire des différents types de faits physiques bruts que la construction de l’information prend comme points de départ. J’ai pour objectif, ce faisant, de proposer un réalisme journalistique intégral : montrer qu’il n’y a pas de nouvelle sans donné à partir duquel elle est constituée.

58Afin d’éviter tout risque de confusion, je demande au lecteur d’adopter avec moi les conventions linguistiques suivantes. Ce qui a été jusqu’ici appelé et qui continuera d’être appelé « faits journalistiques » sont les éléments de réalité à partir desquels les nouvelles sont construites. Les faits journalistiques ne constituent qu’une sous-classe de la classe totale des faits. L’information, en effet, opère par sélection : on ne produit des nouvelles qu’avec une partie seulement de ce qui se passe dans le monde. L’un des résultats les plus spectaculaires de l’analyse empirique menée plus haut au sujet des faits journalistiques est qu’ils sont très majoritairement des faits construits (c’est la proportion, 94 %, qui est surtout surprenante). C’est dire que la construction journalistique procède essentiellement par itération – il s’agit là non pas d’un découverte mais de la confirmation d’une intuition assez naturelle. Les nouvelles sont rarement en relation immédiate avec la réalité donnée mais résultent plutôt de faits eux-mêmes déjà construits. Comme la chose a déjà été soulignée, c’est en raison de cet éloignement généralisé, du fait que l’information loge surtout à des niveaux élevés de réalité par rapport à son niveau plancher qu’on en vient, dans le constructivisme radical, à perdre de vue son rattachement à une réalité donnée. Les nouvelles étant essentiellement des constructions à partir de constructions, on peut finir par perdre de vue leur origine première dans un fait brut.

  • 44  La sélection de l’information est un argument souvent invoqué à l’appui du constructivisme radical (...)

59J’appelle « faits journalistiques bruts » les faits bruts qui donnent lieu, directement ou par l’intermédiaire d’un ou de plusieurs faits construits, à des nouvelles. Comme les faits journalistiques ne représentent pas toute la réalité préalable à l’information, les faits journalistiques bruts ne constituent qu’une partie de la réalité brute en raison, toujours, de la sélection au cœur de la construction de l’information44. Les faits journalistiques bruts sont ces faits donnés et non construits sur lesquels quelquefois portent directement les nouvelles mais qui le plus souvent servent de points de départ à la construction de faits sociaux de différents niveaux qui, pour certains d’entre eux, aboutissent à des nouvelles.

60Je présente l’hypothèse que la réalité physique primitive du journalisme est faite de huit principaux types de faits bruts :

  • des phénomènes naturels,

  • des faits biologiques,

  • des faits mentaux non intentionnels,

  • des accidents humains,

  • des gestes ponctuels,

  • des comportements continus,

  • des tendances, dispositions et propensions,

  • des manifestations verbales.

  • 45  Une classification plus fine pourrait sans doute être calquée sur le modèle des différentes scienc (...)

61Il s’agit là d’une proposition de typologie encore tout à fait exploratoire qui demandera à être testée par d’autres analyses empiriques. Je la présente ici en fonction de deux ordres de considérations : les indications qu’il arrive à Searle de donner au sujet du niveau plancher de la réalité sociale (en caractérisant cependant certains de ses éléments d’une manière distincte de la sienne) et l’analyse du corpus de presse ayant servi à la typologie des faits journalistiques45. Après avoir fait état de chacun des types de faits journalistiques bruts, j’examinerai comment ils contribuent aux nouvelles du corpus. De la sorte, je me trouverai à suggérer une première caractérisation de la réalité journalistique brute.

62Les phénomènes naturels. Les phénomènes naturels sont les faits bruts qui sont les premiers admis par Searle simplement parce qu’ils sont les plus évidents : ceux dont l’existence manifeste le plus visiblement qu’il y a une réalité non construite. Il en donne pour exemples la présence de neige au sommet du mont Everest et le fait que le soleil se trouve à cent cinquante millions de kilomètres de la terre. On peut intégrer à la réalité physique naturelle les objets matériels, par exemple les différents matériaux à partir desquels l’argent est construit, morceaux de métal, bouts de papier, écritures comptables et traces magnétiques informatisées.

  • 46  « Que vienne la neige ! » (12.01), « La lave n’épargne rien : 40 morts et 300 000 sinistrés » (20. (...)

63Dans le corpus étudié, une chute de neige et une irruption volcanique sont des exemples de phénomènes naturels servant de points de départ à des nouvelles46. Dans ces deux exemples, la nouvelle, fait construit, est créée directement à partir du fait brut physique et donc sans processus d’itération. Mais comme l’information est très majoritairement une construction à partir d’une construction antérieure, il serait aisé de trouver des exemples de nouvelles portant sur un fait lui-même construit à partir d’un phénomène naturel. Ce serait le cas, par exemple, d’une nouvelle au sujet de l’aide gouvernementale apportée aux victimes d’un tremblement de terre. Cette remarque vaut pour les autres types de faits journalistiques bruts qui seront maintenant examinés.

  • 47  « Le dernier maître à penser » (la mort de Pierre Bourdieu) (05.02), « Bugs Bunny en deuil ! » (la (...)

64Les faits biologiques. De la même manière que la science physique traditionnelle a en quelque sorte éclaté en une foule de différentes sciences ou que ces autres sciences (ou parties de sciences) se sont peu à peu détachées du tronc originel de la physique, on peut souhaiter distinguer certains types de faits bruts de la réalité « physique » au sens strict. À considérer notre corpus, ce sont alors les faits biologiques (physiologiques, neurologiques et autres) qui émergent le plus immédiatement. La mort est un de ces faits biologiques qui donnent lieu à des nouvelles47.

  • 48  « Gagliano anéanti » (16.01), « Brodeur reste calme » (24.02).

65Les faits mentaux non intentionnels. Quand Searle met de l’avant sa taxinomie hiérarchique de faits dont s’inspire notre typologie des faits journalistiques, la distinction première qu’il pose est celle entre faits intentionnels et faits non intentionnels. Les faits intentionnels, dont la caractéristique est d’exercer une fonction de représentation, sont, au premier chef, ceux qui dérivent d’états psychologiques intentionnels comme la croyance, le désir et l’intention, qui sont les entités intentionnelles intrinsèques. Comme les faits non intentionnels sont, par opposition, ceux qui sont de l’ordre du donné, Searle reconnaît comme faits bruts, en plus des faits purement « physiques », les faits mentaux non intentionnels découlant des états mentaux non intentionnels comme le fait d’avoir mal. Voici deux exemples de faits mentaux non intentionnels tirés du corpus sous examen : le ministre Gagliano est déprimé et le gardien de but Brodeur reste calme48.

  • 49  « Catastrophe ferroviaire en Égypte. Les 370 victimes ont péri dans l’incendie qui s’est déclaré à (...)

66Les accidents humains. Si une nouvelle peut avoir pour objet un phénomène naturel, elle peut également porter sur une catastrophe d’origine humaine, c’est-à-dire un accident ou tout autre forme de mouvement ou agissement désordonné découlant d’une erreur ou autre négligence. L’accident humain se distingue d’autres formes d’actions en ce qu’il n’est pas prémédité : il ne résulte pas d’une conduite délibérée. Dans le corpus étudié, un exemple d’accident humain est une catastrophe ferroviaire49.

  • 50  « Alicia Keys coiffe U2 » (28.02), « Incident <diplomatique> à Toronto » (14.01).

67Les gestes ponctuels. Si, dans sa théorie de la construction de la réalité sociale, Searle cherche essentiellement à rendre compte de la structure logique des faits institutionnels, il est aussi amené à fournir certaines indications au sujet de leur construction effective. C’est ainsi qu’il suggère, au passage, quel fait brut pourrait être à l’origine de tel ou tel fait social. Un premier groupe de faits bruts qu’il évoque de la sorte est constitué des gestes ponctuels. Une action singulière peut en effet servir de point de départ à un fait construit. Un premier exemple est le déplacement d’une pièce dans un jeu comme les échecs : bouger la pièce revient à la jouer, éventuellement à mettre son adversaire en échec et, sur un plan plus général, à jouer aux échecs. Searle donne deux autres exemples de gestes ponctuels qui sont des faits journalistiques bruts dans la mesure où ils donnent effectivement lieu à des nouvelles : traverser la ligne des buts en possession du ballon qui compte comme un touché au football et l’expression d’une préférence, par exemple au moyen d’une inscription sur un bout de papier servant de bulletin de vote, qui compte comme le fait de voter dans une élection. Dans notre corpus, la remise d’un prix lors d’une cérémonie officielle et une poignée de main entre deux personnalités publiques sont des exemples de gestes ponctuels50.

  • 51  Un Canadien membre d’Al-Qaida » (26.01), « Même l’éducation va à la dérive » (04.01).

68Les comportements continus. Un autre type d’actions qui peuvent aussi constituer des faits journalistiques bruts sont les comportements continus. Contrairement aux gestes ponctuels, ils s’inscrivent dans une certaine durée temporelle. C’est ainsi que se distinguent des gestes ponctuels les deux exemples donnés par Searle : la possession d’un objet et la cohabitation de deux personnes à partir desquelles sont respectivement construits les faits sociaux de la propriété et du mariage. Deux autres exemples de comportements continus constituant des faits journalistiques bruts tirés de notre corpus sont un séjour en un lieu déterminé et la réception d’un salaire51.

  • 52  « Sixième baisse consécutive des assistances pour le Canadien » (08.01), « Procès des Hells Angels (...)

69Les tendances, dispositions et propensions. Searle explique la formation des gouvernements (et on pourrait ajouter de certaines autres instances de pouvoir) au moins partiellement par la tendance des hommes et autres groupes sociaux de primates à s’organiser hiérarchiquement et à accepter la domination que certains peuvent exercer sur les autres (1995 : 115). De telles propensions et dispositions forment une classe spécifique de faits bruts. Les tendances à se regrouper pour assister à des manifestations sociales et celle de se donner des règles de fonctionnement en société sont des exemples de notre corpus de cette sorte de faits journalistiques bruts52.

  • 53  « Tremblay promet aux sans-abri des places dans les refuges », « Bush brandit le spectre d’un défi (...)

70Les manifestations verbales. Searle accorde un rôle central au langage dans la construction de la réalité sociale. Selon lui, le langage ne fait pas qu’accompagner ou ne permet pas que de rendre compte des faits sociaux ; il est un élément constitutif d’un grand nombre d’entre eux. Ainsi, les déclarations performatives sont-elles partie prenante de beaucoup de faits sociaux, par exemple proclamer l’ouverture d’une session parlementaire et déclarer la guerre. Ces actes de discours ont une origine « matérielle » : des sons, des signes ou marques graphiques ou tout autre espèce de manifestations verbales. Un grand nombre de nouvelles du corpus étudié portent sur des actes de discours et ont donc pour point de départ premier de telles manifestations verbales, par exemple une promesse ou encore une déclaration d’intention53.

71Les nouvelles du corpus des articles publiés à la une de La Presse de janvier et février 2002 se rattachent aux différents types de faits journalistiques bruts de la manière indiquée dans le tableau 2.

Tableau 2. Les faits journalistiques des nouvelles de la Une de La Presse de janvier et février 2002

Tableau 2. Les faits journalistiques des nouvelles de la Une de La Presse de janvier et février 2002

72Se dégagent de ce tableau trois principales observations au sujet de la matière première du journalisme qui demanderont à être corroborées par de nouvelles études empiriques :

  1. la réalité journalistique brute est essentiellement humaine ;

  2. la réalité journalistique brute est, pour une part importante, langagière ;

  3. l’action humaine non langagière constitutive de la réalité journalistique brute est surtout virtuelle.

73La réalité journalistique brute est essentiellement humaine. Parmi les faits journalistiques bruts, deux seuls n’ont pas intégralement trait aux êtres humains, les faits physiques et les faits biologiques. Même si ce n’est pas toujours le cas, ces deux derniers types de faits bruts peuvent avoir un caractère humain : quand ils sont relatifs à la constitution physique ou biologique de personnes (comme la mort dans les exemples précédemment donnés). Les six autres faits journalistiques bruts sont intrinsèquement d’ordre humain. Ils ont trait respectivement à des états psychologiques (les états mentaux non intentionnels), des bévues et impairs (les accidents humains), l’action humaine qu’elle soit passagère (les gestes ponctuels), permanente (les comportements continus) ou seulement en puissance (les tendances, dispositions et propensions) et la parole (les manifestations verbales). Dans le corpus étudié, c’est tout près de 90 % des faits journalistiques bruts qui relèvent de ces catégories à dimension humaine.

74Il a déjà été établi, dans la première partie du présent article, que la réalité journalistique est essentiellement anthropocentrique, au sens où les nouvelles portent (les trois quarts du temps) sur des faits qui découlent de l’attribution par les êtres humains de fonctions, très souvent utilitaires, à des phénomènes naturels ou à des objets créés à cette fin. Le rapport de l’information à l’humain est encore plus serré. Ce sont non seulement les faits journalistiques mais également la réalité brute du journalisme qui sont essentiellement humains. Le non humain comptant ainsi pour une part minime dans le point de départ initial de l’information, il n’est pas très étonnant que l’information présente le caractère réflexif qui est le sien. Les nouvelles sont des créations humaines qui, en très grande majorité, portent d’une façon ou d’une autre sur les êtres humains.

75La réalité journalistique brute est pour une part importante langagière. 45 % des faits journalistiques bruts sont des manifestations verbales. Elles sont à l’origine des faits journalistiques linguistiques, les déclarations ou autres actes de discours accomplis par les acteurs sociaux qui donnent lieu à des nouvelles, mais également d’un certain nombre d’autres faits journalistiques institutionnels qui, par itération, se rattachent aussi au niveau plancher des sons, signes écrits ou autres types de matérialité langagière. Près de la moitié du temps, la matière première de l’information est, dans le sens littéral de l’expression, un « univers de discours ».

76L’action humaine non langagière constitutive de la réalité journalistique est surtout virtuelle. Cinq des huit types de faits journalistiques bruts relèvent de l’action humaine. Seuls les faits physiques, les faits biologiques et les états mentaux non intentionnels ne sont pas de nature pragmatique. L’ensemble des faits bruts relatifs à l’action humaine compte pour plus de 85 % des faits journalistiques bruts du corpus. Si on met à part les manifestations verbales pour ne considérer que l’action non langagière, on constate que les tendances, dispositions et propensions (21,8 %) sont plus nombreuses que les accidents humains, les gestes ponctuels et les comportements continus réunis (17,9 %). L’action humaine non langagière qui sert de point de départ à la construction journalistique est donc surtout virtuelle. Elle relève plus des conditions permettant ou facilitant des opérations ou interventions que de ces opérations ou interventions effectives.

Pour une reconsidération de la question de la vérité en journalisme

77Contrairement à ce que pose le constructivisme, l’information journalistique ne procède pas d’une construction pure qui serait indépendante d’une réalité donnée. Tout au contraire, les nouvelles sont construites à partir de faits journalistiques qui, quand ils sont eux-mêmes construits, relèvent de faits bruts. Il y a dépendance non seulement formelle mais également empirique de l’information à l’égard d’une réalité préexistante.

  • 54  Un nouveau cas, celui des journalistes Jason Blair et Rick Bragg du New York Times, éclate au mome (...)

78Il s’agit là d’une exigence logique : l’information, contrairement à une œuvre de fiction, prétend rendre compte de ce qui se passe (partiellement) dans le monde. Par définition, l’actualité, comme la science, implique le réel. Bien sûr, cela n’empêche pas l’erreur ou la tromperie. Intentionnellement ou non, une nouvelle peut présenter comme étant le cas, ce qui, de fait, ne l’est pas54. La possibilité du mensonge ne prouve pas que l’information est sans rapport à la réalité. Elle illustre, tout au contraire, le caractère normatif de ce lien : c’est précisément quand une nouvelle manque à rendre compte de ce qui est qu’elle est dite « fausse » nouvelle. Une nouvelle est véritablement une nouvelle quand elle représente de façon appropriée la réalité.

79La question de la relation de l’information à la réalité débouche ainsi sur celle de son rapport à la vérité. Ailleurs (Gauthier, 2004b), j’examine les implications du réalisme affirmé dans les pages qui précèdent sur la problématique de la vérité journalistique. J’essaie de montrer que, même si le constructivisme aujourd’hui dominant tend à mépriser et à ridiculiser la notion de vérité, elle est une composante intrinsèque de la construction journalistique.

Haut de page

Bibliographie

ALTHEIDE, David L. (1978), « Newsworkers and newsmakers : A study of news use », Urban Life, 7(3), p. 359-378.

BERGER, Peter, et Thomas LUCKMANN (1967), The Social Construction of Reality ; A Treatise in the Sociology of Knowledge, Garden City, Doubleday.

CHARAUDEAU, Patrick (1997), Le discours d’information médiatique : la construction du miroir social, Paris, Nathan.

CHARRON, Jean, et Jacques LEMIEUX (1991),« Les médias, les sources et la production de l’information », dans Jean CHARRON, Jacques LEMIEUX et Florian SAUVAGEAU (dir.), Les journalistes, les médias et leurs sources, Boucherville, Gaëtan Morin éditeur.

DELFORCE, Bernard (1996),« La responsabilité sociale du journaliste : donner sens », Les Cahiers du journalisme, 2, p. 16-32.

DERVILLE, Grégory (1999),« Le journaliste et ses contraintes », Les Cahiers du journalisme, 6, p. 152-177.

DORNAN, Christopher (1982), « La logique positiviste sous le canon électronique », Communication, 4(3), p. 79-90.

FISHMAN, Mark (1980), Manufacturing the News, Austin, University of Texas Press.

FISHMAN, Mark (1982),« News and nonevents : Making the visible invisible », dans James S. ETTEMA et Charles D. WHITNEY (dir.), Individuals in Mass Media Organization : Creativity and Constraint, Beverly Hills, Sage, p. 219-240.

FOUCAULT, Michel (1969), L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

GAUTHIER, Gilles (2003),« Critique du constructivisme en communication », Questions de communication, 3, p. 185-198.

GAUTHIER, Gilles (2004a), « Journalisme et réalité : l’argument constructiviste », Communication et langages, 139, p. 17-25.

GAUTHIER, Gilles (2004b), « La vérité, visée obligée du journalisme. Le réalisme journalistique », Les Cahiers du journalisme, 13, p. 164-179.

GLASSE, Theodore L. (1984),« Objectivity precludes responsibility », The Quill, 72(2), p. 13-16.

HABERMAS, Jürgen (1968/1979), Connaissance et intérêt, Paris, Gallimard.

KUHN, Thomas (1970), The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, Chicago University Press.

LE MOIGNE, Jean-Louis (1995), Les épistémologies constructivistes, Paris, Presses universitaires de France.

MOLOTCH, Harvey, et Marilyn LESTER (1974),« News as purposive behavior », American Sociological Review, 39, p. 101-113.

MOLOTCH, Harvey, et Marilyn LESTER (1975),« Accidental news : The great oil spill as local occurrence and national event », American Journal of Sociology, 81(2), p. 235-260.

NOVAK, Michael (1970), The Experience of Nothingness, New York, Harper and Row.

PIAGET, Jean (1937), La construction du réel chez l’enfant, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé.

SCHUDSON, Michael (1978), Discovering the News : A Social History of American Newspapers, New York, Basic Books.

SEARLE, John R. (1969), Speech Acts. An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Cambridge University Press.

SEARLE, John R. (1983), Intentionality. An Essay in the Philosophy of Mind, Cambridge, Cambridge University Press.

SEARLE, John R. (1995), The Construction of Social Reality, New York, Free Press. Traduction française (1998), La construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard.

SEARLE, John. R. (1998), Mind, Language and Society, New York, Basic Books.

TUCHMAN, Gaye (1973-1974),« Making news by doing work : Routinizing the unexpected », American Journal of Sociology, 79(1), p. 110-131.

TUCHMAN, Gaye (1978), Making News : A Study in the Construction of Reality, New York, Free Press.

Haut de page

Notes

1  J’ai mené ailleurs une critique du constructivisme radical tel qu’il se présente au sujet de la communication et du journalisme (Gauthier, 2003 et 2004a).

2  Ce ne sont pas tous les états mentaux qui sont intentionnels. La souffrance, par exemple, ou certaines formes d’anxiété sont sans contenu de représentation et donc démunies d’intentionnalité. Par ailleurs, en plus des états intentionnels portant sur un état de choses qu’on appelle « attitudes propositionnelles » comme la croyance, le désir et l’intention, existent aussi des états intentionnels objectaux, comme l’amour, qui portent sur un objet et dont le contenu se limite à une représentation de l’objet.

3  Façon de dire que l’information exige le langage.

4  Qui s’inspire sans originalité aucune des figures par lesquelles Searle schématise l’acte de discours et l’état intentionnel.

5  À l’opposé, d’autres états intentionnels comme le désir et l’intention ainsi que d’autres actes de discours comme l’ordre ou la promesse et les productions massmédiatiques distinctes de la nouvelle auxquelles ils peuvent donner lieu, ont la direction d’ajustement monde – esprit : c’est la réalité sur laquelle ils portent qui doit correspondre à leur contenu de représentation. Cette direction d’ajustement différente leur confère des conditions de satisfaction contraires à celles de la croyance, de l’assertion et de la nouvelle : pour que le désir et l’intention, l’ordre et la promesse ainsi que les productions massmédiatiques afférentes soient réussis, il faut que la réalité se transforme ainsi qu’ils le spécifient.

6  C’est à partir de cette considération que je soutiens que la vérité est une visée intrinsèque du journalisme (Gauthier, 2004b).

7  En écartant donc les textes d’autres genres rédactionnels : commentaires, analyses, chroniques, reportages, billets, etc.

8  En fait, la distinction primitive de Searle est entre faits physiques bruts et faits mentaux mais comme il les situe sur le même plan et aussi parce que sa taxinomie ne porte ensuite que sur les différents types de faits intentionnels après qu’il en eut fait une sous-classe des faits mentaux, c’est l’opposition entre faits intentionnels et faits non intentionnels qui est ici prise comme point de départ. J’introduirai les différents types de faits de la taxonomie de Searle d’abord en reprenant un exemple que lui-même donne (si nécessaire en l’adaptant à mon propos). Ensuite, je donnerai pour les différents types de faits des exemples tirés du corpus de presse sous examen.

9  « Que vienne la neige ! » (12.01). Nous référerons ainsi par son titre et sa date de publication à la nouvelle portant sur un fait donné en exemple.

10  « Gagliano anéanti » (16.01).

11  « Sharon regrette de ne pas avoir <liquidé> Arafat » (01.02).

12  « Le <nouveau> président promet de changer de cap » (03.01).

13  « Les Québécois souhaitent des élections au printemps » (05.02).

14  Tout en suggérant que ces distinctions valent aussi pour les faits intentionnels singuliers.

15  À la différence des règles normatives qui s’appliquent à des activités préexistantes, comme les règles de circulation automobile, les règles constitutives, par exemple les règles du jeu d’échecs, créent l’activité qu’elles régulent : jouer aux échecs, c’est appliquer les règles des échecs et on ne joue pas aux échecs à défaut d’appliquer ces règles.

16  « Le mollah Omar s’évapore en moto » (06.01).

17  « Chrétien pris à partie à Moscou » (17.02).

18  « Pénible relève de la garde à Québec » (30.01).

19  « L’U de M formera des superinfirmières » (04.02).

20  « Un peu d’alcool chaque jour prévient l’Alzheimer » (25.01).

21  « Jean Coutu fait un don sans précédent de 12,5 millions à son alma mater » (17.01).

22  « Les Patriots remportent le Super Bowl » (04.02).

23  « Le général Dallaire honoré » (23.01).

24  « Procès des Hells Angels. Le juge Boilard veut augmenter le per diem des jurés » (06.02).

25  « Un lobbyiste monnaie grassement ses accès auprès du ministre Baril » (17.01).

26  « Les caïds de la drogue sortent toujours de prison au sixième de leur peine » (14.02).

27  « La direction reconnaît son incapacité à atténuer les effets de la pénurie d’infirmières » (20.02).

28  « Tremblay promet aux sans-abri des places dans les refuges » (08.01).

29  Par stipulation, les faits sociaux sont pour Searle les seuls faits intentionnels collectifs. Par ailleurs, il distingue les faits sociaux des faits institutionnels tels qu’ils seront sous peu définis à sa suite.

30  Sauf avis contraire, les citations et les références seront celles de la traduction française de Searle (1995), généralement de bonne qualité.

31  Les faits institutionnels sont pour Searle une sous-classe des faits sociaux. Comme ils jouent un rôle déterminant dans la réalité sociale humaine, eux seuls seront ici considérés. Les expressions « faits sociaux » et « faits institutionnels » doivent donc, à partir de maintenant, être entendues comme synonymes l’une de l’autre.

32  En fait, Searle propose pour la première fois la distinction entre faits bruts et faits institutionnels non pas dans sa théorie de la construction de la réalité sociale mais dans sa théorie des actes de discours (1969).

33  Voir ses chapitres sept et huit (1995).

34  Il se trouve par ailleurs que Searle défend aussi une thèse « correspondantiste » de la vérité : la thèse suivant laquelle il y a des faits dans le monde qui rendent vrais des énoncés et que ces énoncés sont vrais parce qu’ils correspondent aux faits dans le monde (voir son chapitre neuf, 1995). Mais Searle lui-même souligne que sa thèse réaliste n’est pas identique à sa thèse correspondantiste pas plus qu’elle ne l’implique ; il affirme même que sa thèse réaliste est parfaitement compatible avec toute autre thèse de la vérité que sa thèse correspondantiste. C’est en prenant appui sur la thèse correspondantiste de la vérité de Searle que j’établis le rapport nécessaire du journalisme à la vérité (Gauthier, 2004b).

35  Voir à ce sujet Le Moigne (1995 : 67).

36  Voir, par exemple, Piaget (1937).

37  Exploré à la Kuhn (1970) ou à la Foucault (1969).

38  Mise au jour par Habermas (1979).

39  Mais l’existence d’une réalité externe peut constituer une « thèse » au sens plus simple d’une affirmation ou d’une allégation. C’est ainsi qu’il faut entendre ici le terme.

40  C’est au sujet du traditionnel mind-body problem que Searle expose le plus explicitement son naturalisme, plus précisément alors son « naturalisme biologique » (biological naturalism). Selon lui, l’esprit relève d’un processus qui, s’il est interne et subjectif, n’en est pas moins biologique, c’est-à-dire causé par l’activité neurologique du cerveau. Par conséquent, Searle renvoie dos à dos le dualisme et le matérialisme. Selon lui, l’esprit est lié au cerveau ; on n’a donc pas à tenter d’établir son autonomie par rapport au cerveau pas plus que de l’y réduire. (Voir, en particulier, le chapitre 2, 1998.)

41  Lui-même n’utilise pas le terme de « physicalisme » pour caractériser cette idée alors qu’il emploie par ailleurs les termes de « réalisme » et de « naturalisme ». Il est toutefois justifié, si l’on prend soin de préciser que son point de vue n’est pas réductionniste, de qualifier son point de vue de « physicaliste » en regard de ce qu’il affirme au sujet des « caractéristiques fondamentales du monde » : il ne ramène pas les faits sociaux à des faits bruts mais plutôt les y rattache.

42  Il n’est pas ici possible de rendre compte dans toute sa complexité du vaste dispositif conceptuel de la théorie de la construction de la réalité sociale de Searle. Disons seulement que, selon lui, c’est par intentionnalité collective que les hommes, en attribuant des fonctions à des faits bruts ou déjà construits, créent des faits institutionnels régis par des règles constitutives.

43  D’une certaine manière, l’existence de faits sociaux est ainsi une preuve de l’existence de faits bruts : si la construction implique un point de départ non construit, la réalité sociale construite nécessite une réalité donnée. On cerne ici l’opposition radicale de Searle au constructivisme social : la réalité ne peut pas être totalement construite puisque la reconnaissance d’une réalité (partiellement) construite implique logiquement la reconnaissance d’une réalité qui, elle, n’est pas construite.

44  La sélection de l’information est un argument souvent invoqué à l’appui du constructivisme radical. Ainsi que le démontre le développement qui suit, une position réaliste sur le journalisme est parfaitement compatible avec la reconnaissance de la sélection.

45  Une classification plus fine pourrait sans doute être calquée sur le modèle des différentes sciences. Serait-ce faire preuve d’un « scientisme » de mauvais aloi ou d’un positivisme dépassé — le positivisme est l’ennemi caricatural que se donne souvent le constructivisme — que de constituer une typologie des faits bruts à partir de l’approche scientifique différenciée de la réalité ?

46  « Que vienne la neige ! » (12.01), « La lave n’épargne rien : 40 morts et 300 000 sinistrés » (20.01).

47  « Le dernier maître à penser » (la mort de Pierre Bourdieu) (05.02), « Bugs Bunny en deuil ! » (la mort de Chuck Jones) (24.02).

48  « Gagliano anéanti » (16.01), « Brodeur reste calme » (24.02).

49  « Catastrophe ferroviaire en Égypte. Les 370 victimes ont péri dans l’incendie qui s’est déclaré à bord » (21.02).

50  « Alicia Keys coiffe U2 » (28.02), « Incident <diplomatique> à Toronto » (14.01).

51  Un Canadien membre d’Al-Qaida » (26.01), « Même l’éducation va à la dérive » (04.01).

52  « Sixième baisse consécutive des assistances pour le Canadien » (08.01), « Procès des Hells Angels » (15.01).

53  « Tremblay promet aux sans-abri des places dans les refuges », « Bush brandit le spectre d’un déficit budgétaire » (08.01).

54  Un nouveau cas, celui des journalistes Jason Blair et Rick Bragg du New York Times, éclate au moment où j’écris ces lignes et s’ajoute à la longue liste des malversations journalistiques ayant fait scandale ces dernières années.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4120/img-1.png
Fichier image/png, 3,0k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4120/img-2.png
Fichier image/png, 3,4k
Titre Tableau 1. Les faits journalistiques des nouvelles de la Une de La Presse janvier et février 2002
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4120/img-3.png
Fichier image/png, 33k
Titre Tableau 2. Les faits journalistiques des nouvelles de la Une de La Presse de janvier et février 2002
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4120/img-4.png
Fichier image/png, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Gauthier, « La réalité du journalisme », Communication, Vol. 23/2 | 2005, 150-181.

Référence électronique

Gilles Gauthier, « La réalité du journalisme », Communication [En ligne], Vol. 23/2 | 2005, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/4120 ; DOI : 10.4000/communication.4120

Haut de page

Auteur

Gilles Gauthier

Gilles Gauthier est professeur au Département d’information et communication, Université Laval. Il tient à remercier ses collaboratrices Maryse Beauchemin, Nathalie Fecteau et Stéphanie Martin. Courriel : gilles.gauthier@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org