Navigation – Plan du site
Recherches

Radio et animation rurale en Côte-d’Ivoire

Raoul Germain Blé
p. 217-226

Texte intégral

1Premier producteur mondial de cacao et troisième pour le café, la Côte-d’Ivoire est un pays dont la richesse est essentiellement agricole. Les paysans, pour la grande majorité analphabètes, sont à la base de cette richesse puisque les activités rurales occupent 90 % de la population active, alors que les productions rurales alimentent 65 % des exportations. Cependant, si l’on tient compte de la situation des médias dans ce pays, on constate l’absence totale d’un support médiatique à vocation rurale, c’est-à-dire qui s’intéresse non plus aux responsables des politiques rurales, mais directement aux ruraux eux-mêmes.

2Cet article vise à présenter les éléments d’une réflexion sur une démarche spécifique d’accompagnement du développement en milieu rural par le canal de la radio. Ce n’est donc nullement une étude exhaustive mais un aperçu du rôle que peut jouer la radio en milieu rural. Dans ce sens, notre travail tente de fournir une orientation à ceux qui ont la responsabilité d’élaborer des projets pour les villageois.

3L’importance de la radio n’est plus à démontrer pour nous qui sommes de culture orale, pour la simple raison qu’elle utilise un vecteur du mode traditionnel de communication : la parole.

La radio participe efficacement à la conservation et à la revalorisation du patrimoine culturel. En effet, çà et là, elle a repris à son compte les fonctions du grand-père ou de la grand-mère qui, le soir, faisait des contes pour les enfants (Institut Culturel Africain, 1985: 23).

4De par cette fonction, elle se rapproche le plus du rôle joué en milieu traditionnel par le griot dans certaines cités. Tandis que celui-ci parle pour un petit groupe, la radio, quant à elle, s’adresse à un groupe plus important en langue officielle ou locale.

5Aujourd’hui, la relation intime entre animation rurale et développement par la radio apparaît comme une nécessité incontournable pour l’éducation, l’amélioration des conditions d’existence et de travail des communautés villageoises. Dans ce sens, des interrogations s’imposent à notre réflexion : l’animation rurale et le média radio peuvent-ils effectivement aider les populations rurales à atteindre des objectifs de participation et de développement ? Quelles précautions faut-il prendre dans la méthode d’accompagnement ? Quels effets peut-on attendre ?

6Dans cette perspective, nous tracerons un tableau du monde rural en Côte-d’Ivoire pour souligner les réalités sociales qui légitiment le choix de notre sujet et l’intérêt qu’il suscite. Les médias apparaissent comme des outils, dont la valeur en soi compte moins que les conditions d’appropriation des messages. Nous pensons qu’il est possible de donner un nouveau rôle aux médias dans l’intégration sociale, afin qu’ils participent pleinement au développement de toutes les couches sociales du pays sans exception.

Le monde rural en Côte-d’Ivoire

7L’espace rural ivoirien est essentiellement agricole et connaît une évolution lente par rapport aux zones urbaines, alors qu’il est le moteur de développement du pays. Deux tiers de la population consacrent l’essentiel de leurs activités à ce secteur dont l’apport annuel représente une très importante ressource budgétaire pour l’État.

8Ce sous-développement rural se constate sur tous les plans. Par exemple, sur le plan social, on note une insuffisance des infrastructures. Les centres de santé n’existent pas et quand ils existent, ils sont sous-équipés. À cela s’ajoute le manque de structures d’encadrement des femmes et des jeunes, ce qui entraîne une démobilisation des jeunes et un fort taux d’exode vers les villes. L’absence d’infrastructure économique pouvant offrir à la population la possibilité d’exploiter judicieusement sa production et le manque d’investissement dans la zone rurale accroissent indéniablement la misère de cette population dont les produits sont achetés à un prix dérisoire. Le manque de nouvelles méthodes d’exploitation des terres en vue d’accroître la productivité et d’améliorer la qualité des produits force les ruraux à garder des méthodes archaïques d’exploitation et de production. Enfin, les médias ignorent le monde rural, l’essentiel étant focalisé sur la société urbaine. Les programmes destinés à cette population sont inexistants, et les rares programmes qu’on diffuse ne tiennent pas compte de ses aspirations et de ses besoins bien réels. Aussi assistons-nous à une diffusion unidirectionnelle, du haut en bas, de l’information.

9Les Africains sont d’accord pour dire que le téléphone n’est plus un luxe mais un facteur clé de l’activité économique et commerciale ainsi qu’une source première de l’enrichissement culturel. À Abidjan et dans les grandes villes de l’intérieur, les télécommunications constituent un véritable moteur de croissance et l’une des principales sources d’emploi et de prospérité. Le rythme de croissance de cette innovation technologique est tel que les citadins peuvent bénéficier des avantages de la société dite de « l’information ». La situation dans le monde rural est radicalement différente. Dans la plupart des communautés villageoises, le système des télécommunications est inexistant pour assurer les services essentiels. Une telle disparité est inacceptable, aussi bien du point de vue purement humanitaire que social. À la lumière de ce constat, quel pourrait être le rôle d’une radio rurale dans la dynamique et l’organisation des sociétés rurales ivoiriennes ?

Radio et animation rurale pour le développement

10Au cœur de la méthode dite d’animation rurale se trouve l’idée que les techniques extérieures seules ne réaliseront pas le changement dans ce milieu et qu’elles doivent s’appuyer sur un dynamisme interne propre aux sociétés rurales. Autour de l’émergence de ce dynamisme interne, la démarche d’animation rurale s’engage dans un processus de changement social total. Les objectifs sont alors de changer les mentalités face au monde moderne, de faire comprendre cet univers nouveau et les règles qui peuvent permettre d’y entrer. Il s’agit de développer un sentiment de confiance et de les motiver pour qu’ils s’assument pleinement. Ensuite, ces démarches visent à placer toutes les formes d’aide extérieure en situation de services vis-à-vis des communautés rurales afin de développer leur sens de la responsabilité. Cette idée de soutenir l’aspect social du changement est la principale caractéristique de l’animation rurale. On ne peut parler d’animation sans évoquer le travail des animateurs qui sont en contact régulier et direct avec la population. Ces démarches d’animation supposent que l’on aborde le problème du développement sous un angle pédagogique plus que sous un angle technique. On parle alors de véritables méthodes d’entraînement mental, d’entraînement à la compréhension du monde. Les dialogues sont très ouverts, ce qui nécessite des phases assez longues, pour réfléchir avec les populations afin que les éléments éparpillés de leur compréhension du monde extérieur commencent à se dessiner et à se mettre en place. On accorde à ces dialogues un temps important d’échanges entre le politique (pour les objectifs), le technicien (pour la transmission du savoir-faire), le journaliste (pour l’information et l’éducation) et les ruraux qui sont les premiers concernés.

11En Côte-d’Ivoire se pose le problème fondamental de la relation à établir entre la communication (infrastructures et activités), d’une part, et les autres objectifs nationaux, d’autre part, c’est-à-dire l’intégration des médias dans les plans de développement. Il ne faut pas oublier que les politiques de la communication vont de pair avec celles qui sont formulées dans d’autres domaines (éducation, santé, agriculture, culture, etc.) et elles doivent être conçues dans un rapport de complémentarité. Il doit y avoir une interface entre la communication et les autres secteurs.

12Il est indéniable que les médias, en général, et la radio en particulier, peuvent contribuer de manière efficace au développement des ruraux. Outil privilégié des politiques de développement, la radio permet l’instauration d’un véritable climat de collaboration entre les différents acteurs concernés, en offrant à chacun la possibilité de s’engager activement dans la vie du village, par l’expression libre des divers points de vue. Dans ce sens, la radio est certainement, de tous les médias, le plus adapté pour trois raisons essentielles.

13La première tient aux habitudes culturelles car la radio, comme nous l’avons déjà rappelé, répond à l’oralité de la tradition africaine, parce qu’elle s’adresse dans la langue du terroir des communautés rurales isolées. Elle peut s’écouter partout et il n’est pas rare de voir le paysan travailler au champ avec son transistor, lui tenant compagnie. Ensuite, avec l’invasion des postes récepteurs de fabrication asiatique, à prix modique, l’acquisition d’une radio transistor est devenue possible pour chaque famille. Dans le pays, il n’est pas rare de trouver dans une même famille trois ou quatre de ces appareils. Enfin, la radio offre la formule la plus économique et la plus rapide pour atteindre les communautés isolées et leur fournir une information technique, médicale, sociale, culturelle, là où elle fait défaut. La facilité d’accès à la radio et son faible coût d’achat continue à en faire l’instrument de développement le plus rentable.

14L’apport de la radio est indéniable pour transmettre des informations dans une langue locale, accessible à tous. Son rôle est de faire prendre conscience de l’utilité de l’information, de favoriser sa diffusion et l’échange entre les différents acteurs concernés par le développement de leur communauté. Pour réussir sa mission, le journaliste doit donc pouvoir maîtriser la langue locale afin d’être à l’aise dans ses contacts quotidiens avec une population fortement analphabète. En fait, un bon animateur doit accorder une importance prioritaire à l’établissement des relations de confiance, voire de confidence. Appuyé par une démarche d’éducation aux adultes, il doit s’investir totalement dans la gestion de ses émissions destinées au développement rural.

15Par contre, la participation de la population rurale au processus de la communication constitue l’une des composantes clés du développement durable. Le point de départ de la communication doit être la population rurale qui discute des problèmes qui la concernent et qui envisage, elle-même, les solutions possibles. Cette recherche de solutions peut être alimentée et développée grâce à de nouvelles discussions ou à des réactions émanant d’autres groupes. C’est ici que peuvent intervenir les médias pour faire prendre connaissance, et conscience, à la plupart des acteurs des problèmes qui les touchent et de la nécessité d’une réflexion générale pour en tirer des leçons vers un réel progrès. Le développement revêt parfois l’aspect d’une bataille d’idées à laquelle les médias contribuent à la fois comme relais et sources d’information alimentant les débats susceptibles d’éclairer les choix essentiels. On assiste ainsi à un échange continu d’idées, de points de vue et d’information à mesure que la communication se réalise. La participation des uns et des autres est déjà, en soi, l’un des aspects du développement  :

[…] à l’écart des formidables mutations du paysage mondial audiovisuel, les campagnes africaines expérimentent de nouveaux et modestes moyens de communication. Dans les journaux en langue locale, les paysans, pour la première fois, prennent la parole. Malgré de nouveaux obstacles et la tentation des États d’imposer leur tutelle, cette presse s’ingénie à souder des communautés qui cherchent à maîtriser leur propre développement (Le Brun, 1988).

16La radio rurale donne ainsi des informations pratiques dont l’objet est d’améliorer l’hygiène, les méthodes de culture, les conditions de vie et de renforcer le sens civique des populations et la formation à la gestion agricole. Enfin, elle doit faire apparaître les besoins existants et suggérer une méthodologie qui permettrait aux ruraux de diagnostiquer et de résoudre, eux-mêmes, leurs problèmes sans intervention extérieure. Pour qu’ils maîtrisent effectivement leur compréhension des problèmes, l’animateur de la radio rurale doit effectuer auprès de ces populations un travail pédagogique de haut niveau qui nécessite une solide expérience.

17Dans une région donnée, l’animateur doit adopter les règles de comportement des groupes par l’observation et l’apprentissage des us et coutumes de la région. Cette façon de procéder leur confère respect et confiance de la part des populations. En s’intéressant aux aspects les plus divers de la vie communautaire, l’animateur rural se situe dans une perspective de changement social. Mais il ne peut pas changer la mentalité des individus sans leur adhésion, si bien qu’il est nécessaire de les associer à l’élaboration des stratégies locales de développement de leurs régions. Personne ne doit décider à leur place. Les émissions qui leur sont destinées auront plus d’effets d’entraînement si les ruraux participent à la prise de décision de leur contenu.

18En dehors des villages situés sur les grands axes routiers, ceux de l’intérieur sont isolés des interlocuteurs qui disposent de solides connaissances techniques et économiques. La radio se révèle ainsi le moyen d’information le plus performant pour surmonter l’obstacle de l’analphabétisme et pour atteindre, en langue locale, les nombreuses populations isolées des zones urbaines. Avec la radio, ces villages isolés deviendront des membres, à part entière, de la population régionale. Au-delà des messages d’éducation, la radio participe au renforcement du sentiment de citoyenneté. Dans le cadre d’une étude au compte de l’Institut Panos à Paris, Abdoulaye Traore souligne à propos du Mali :

[…] à la faveur des événements de mars 1991, la démocratie, les libertés sont tombées comme une manne avec des concepts, des règles et des objectifs précis. Il s’imposait de les expliquer et de les rendre accessibles et consommables par la plus grande masse, le taux d’analphabétisme étant à plus de 80%. Les radios ont ainsi eu un rôle de renforcement du processus démocratique qui venait de naître […]. Et cela ne pouvait se faire qu’à partir des traditions et des besoins des différents milieux sociologiques (cité dans Pascal Berqué, 1998: 64).

19En Côte-d’Ivoire, toutes les régions partagent les mêmes réalités, c’est-à-dire qu’un grand nombre de leurs habitants sont analphabètes, qu’elles ont un très faible pouvoir d’achat et qu’elles souffrent de l’absence d’infrastructures routières et sanitaires. C’est pourquoi l’État se tourne vers la radio pour favoriser l’intégration sociale du milieu rural, pour inventer des solutions aux problèmes concrets que les villageois rencontrent dans leur vie quotidienne, à cause de leur analphabétisme, et pour combler le décalage entre les milieux urbain et rural. La Côte-d’Ivoire fait face à deux choix : soit l’on applique encore aveuglement la politique rigide, officielle du gouvernement, sans tenir compte des moyens, des aspirations et des priorités des principaux concernés, soit l’on élabore un certain nombre de solutions souples qui prennent en considération les réalités de l’environnement dans lequel elles vont être appliquées.

20Ce dernier choix exige la mise sur pied, d’une part, de moyens pour obtenir les avis et les réactions des populations concernées et, d’autre part, de ressources pour évaluer correctement la qualité de cette expression populaire des besoins. Pascal Berqué, coordonnateur du Programme Média pour une Afrique Démocratique à l’Institut Panos à Paris, écrit à ce propos :

[…] toutefois, pour les stations locales, il ne s’agit pas seulement de « passer » un message mais bien de pouvoir répondre aux attentes de leur public, d’être à son écoute et de lui répondre, pour cela, il leur faut disposer de grilles de programmes basées sur des études d’auditoire qui requièrent des techniques longues et onéreuses donc impossibles à adapter par des radios démunies de moyens techniques et humains suffisants (1998: 64).

21C’est en tenant compte de la pauvreté des ruraux et de l’absence de moyens de leurs animateurs que nous suggérons que les universitaires participent à l’évaluation permanente et scientifique des besoins des communautés concernées. C’est sur la base de cette évaluation que les responsables sauront de manière effective comment assister, et si nécessaire réorienter, la méthode dite « d’animation rurale » aux fins de développement.

Conclusion

22À notre avis, le changement en milieu rural dépend, en priorité, de son dynamisme interne. La démarche d’animation rurale, comme certaines autres démarches de développement communautaire, s’engage dans un processus de changement social total. Il s’agit de développer un sentiment de confiance dans les capacités d’intervention, dans les dimensions sociopolitiques du changement, et d’aider les groupes ruraux à maîtriser leurs propres stratégies de développement à long terme. Les formes d’assistance extérieure seront alors sollicitées, non pas comme solutions finales, mais comme des outils au service des stratégies à développer.

23La volonté politique d’utiliser les radios rurales pour le développement des communautés villageoises sera un indice de la prise de conscience réelle des responsables et des décideurs vis-à-vis du rôle qu’ils entendent leur confier. Cette nouvelle approche des dirigeants politiques se justifie par le constat d’échec des actions de grande envergure menées par le passé dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des ruraux.

24De nos jours, tous les projets de développement rural doivent être appuyés par la radio, en ce sens qu’elle mobilise les populations dans la collecte des informations, le choix des thèmes et des stratégies. L’animation rurale constitue donc un ensemble de démarches menées avec méthode qui tient compte des préoccupations des gens et qui se définit dans la réalisation d’une série d’étapes.

25La mise en œuvre des méthodes dites « d’animation rurale » implique à la fois :

  • un changement de mentalité chez tous les acteurs qui interviennent dans le développement rural (les villageois, les politiciens, les techniciens, les journalistes, les administrateurs, etc.) ;

  • la maîtrise du processus et le respect des étapes qui la caractérisent ;

  • la maîtrise des différents outils et supports de communication mobilisés pour sa mise en œuvre ;

  • l’encouragement des espaces d’échange entre les populations et les intervenants.

26L’une des principales tâches qui doivent s’accomplir au cours des prochaines années sera l’établissement de liens entre les journalistes ruraux eux-mêmes, d’une part, et entre les journaux ruraux et les établissements de formation et de recherche, d’autre part. Il faudra également (et ce ne sera pas facile) réorienter l’enseignement pour qu’il ne porte plus seulement sur le journalisme tel qu’il se pratique dans les grandes villes, mais aussi sur la « presse du village ». Structurer et valoriser la profession du journaliste rural signifie un changement profond chez la profession, car

en réalité, les intellectuels dans leur majorité, affichent un mépris souverain pour tout ce qui est rural et le considèrent comme inférieur. Pour certains, il s’agit d’une sous-presse, faite par des para-journalistes pour un péri-public. Pour d’autres, il s’agit d’un journal agricole réservé aux paysans avec tout le mépris lié à ce terme(Konate, 1983).

27L’animation rurale est liée à une volonté politique de décoloniser les relations traditionnelles entre les bureaucraties gouvernementales et les masses rurales. Car « c’est sur cette base que peut se développer une presse produite avec la participation des intéressés pour répondre à leurs besoins de communication » (Le Brun, 1988 : 64). Nous ajoutons que les médias ruraux doivent créer de nouveaux réseaux de communication entre paysans et pas seulement entre eux et les autorités centrales. Les nouveaux rapports entre paysans et fonctionnaires de l’administration doivent être renforcés par la constitution de groupes d’écoute et par l’appropriation d’un espace de pouvoir par les ruraux. C’est dans cet esprit, en Côte-d’Ivoire, que la radio pour le développement rural apporte sa contribution aux populations pauvres et analphabètes qui cherchent à maîtriser leur développement. À condition de s’affranchir de la mainmise du pouvoir central.

28Mais si la méthode de l’animation rurale nous paraît appropriée aux particularités rurales ivoiriennes, une telle opération serait pratiquement vouée à l’échec à long terme si les techniciens et les responsables ne collaborent pas de façon étroite, de préférence à l’intérieur d’un plan de développement précis, et si des changements sociopolitiques et culturels, dont la démocratisation du système de gouvernement, n’étaient pas réalisés.

Haut de page

Bibliographie

ACCT (1989), La radio rurale locale : notre arbre à palabre, Paris, ACCT.

AMIN, Samir (1973), Le développement inégal, Paris, Éditions de Minuit.

AMIN, Samir (1976), Impérialisme et sous-développement en Afrique, Paris, Éditions Antropos.

BARA, Gueye (1991), Introduction à la méthode accélérée de recherche participative, Freudenberger.

BELLONCLE, Guy (1979), Le chemin des villages, Paris, Édition de l’Harmattan.

BENOT, Yves (1973), Qu’est-ce que le développement ?, Paris, Maspero.

BERQUÉ, Pascal (1998), Le Courrier, juillet-août, p. 64.

BINET, J. (1977), Information et développement en Afrique contemporaine, no 94 (novembre).

BLÉ, Raoul Germain (1999), « La télévision : le medium comme idéologie », EN-QUËTE, PUCI, no 4 (mai).

BLÉ, Raoul Germain (2000), « L’influence de la télévision : un point de vue africain », Media Development, avril.

BODIGUEL, Maryvonne (1986), Le rural en question, Paris, Éditions de l’Harmattan.

CHONCHOL, Jacques (1986), Paysans à venir : les sociétés rurales du tiers-monde, Paris, La Découverte.

CLERC, Marce de (1984), L’éducateur et les villageois, Paris, Éditions de l’Harmattan.

CLERC, Marce de (1989), Communiquer au village, 2 volumes, revue du CESAO.

D’ARCY, Davis Case (1992), La boîte à outils de la communauté, FAO.

DIAZ, B. J. (1977), La communication et le développement rural, Paris, UNESCO.

FALCONI, Aldo (1992), Les bases de l’audiovisuel, Kinshasa (Zaïre), Éditions Saint-Paul d’Afrique.

FAO (1994), La communication pour le développement à dimension humaine, FAO.

GRET (1993), La passion radio, Paris, Éditions du GRET.

INSTITUT CULTUREL AFRICAIN (1985), La fonction culturelle de l’information en Afrique, Dakar, NEA.

KONATE, Sidiki (1983), Les mutations communicationnelles en Afrique : cas de la presse au Mali. Thèse de doctorat de 3e cycle, Nice, Université de Nice, UFR Civilisation.

KOUCHNER, Jean (1991), Radio locale, mode d’emploi, Paris, Éditions CFPJ.

LE BRUN, Olivier (1988), Le Monde diplomatique, no 404 (juillet), p. 22.

LECAILLON, J., et G. DIMITRI (1977), Inégalité des revenus et développement économique, Paris, Presses universitaires de France.

LEFEVRE, Jean-Michel (1998), Savoir communiquer à l’ère des nouveaux médias, Paris, Éditions Dunod.

NDIAYE, Raphaël (1989), Communication à la base, Sénégal, ENDA.

OCIC (1989), Tradition orale et nouveaux médias, Paris. (Coll. « Cinémédia ».)

QUERRE, François (1991), Les mille et un mondes, manuel de radio rurale, FAO.

SULTAN, Jacques (1980), « La communication traditionnelle en Afrique noire », Revue française de communication, no 4, p. 35-44.

TUDESQ, André-Jean (1999), Les médias en Afrique, Paris, Éditions marketing S.A.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raoul Germain Blé, « Radio et animation rurale en Côte-d’Ivoire », Communication, Vol. 23/2 | 2005, 217-226.

Référence électronique

Raoul Germain Blé, « Radio et animation rurale en Côte-d’Ivoire », Communication [En ligne], Vol. 23/2 | 2005, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://communication.revues.org/4153 ; DOI : 10.4000/communication.4153

Haut de page

Auteur

Raoul Germain Blé

Raoul Germain Blé est professeur chercheur au Département des sciences de la communication, Université de Cocody, Abidjan. Courriel : bleraoulgermain@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org