Navigation – Plan du site
Lectures

Laurence ALFONSI (2003), François Truffaut – Passions interdites en Europe de l’Est, t.I : Mémoires soviétiques, t.II : Mémoires polonaises, hongroises et roumaines

Biarritz, France, Éditions Atlantica-Séguier, Coll. « Ciné carré »
Ruud van der Helm
p. 249-252
Référence(s) :

Laurence ALFONSI (2003), François Truffaut – Passions interdites en Europe de l’Est, t.I : Mémoires soviétiques, t.II : Mémoires polonaises, hongroises et roumaines, Biarritz, France, Éditions Atlantica-Séguier, Coll. « Ciné carré ».

Texte intégral

  • 1  Voir Communication, 22(2) : 185-192, pour une note de lecture.

1Après l’aventure aux États-Unis et les lectures en Asie1, Laurence Alfonsi nous amène pour un nouveau voyage à la recherche de l’œuvre de François Truffaut, destination Europe de l’Est. En contraste avec ces écrits antérieurs, elle adopte un nouveau style, celui de la narration : Alfonsi, la chercheure, donne la parole à des Européens de l’Est ayant vécu le cinéma de l’autre côté du rideau de fer. Ces personnages, cinéphiles ou professionnels de cinéma, racontent comment Truffaut a pu s’incruster dans le monde socialiste, souvent hostile à la culture occidentale, mais non pas insensible au cinéma truffaldien. Certes, nos interlocuteurs sont fictifs comme dans un roman, mais ce qu’ils nous racontent ne l’est pas pour autant. Derrière les paroles se cachent des articles de presse (cinématographique), des statistiques, des affiches ou des documents qui témoignent de l’importance de Truffaut. Dans ce sens, les Passions interdites sont une extension directe du travail antérieur d’Alfonsi, fondé sur la sociologie de l’art ou ce qu’elle appelle la sociologie esthétique. Par contre, il faut insister davantage sur le mot passions, parce que cet ouvrage est surtout né d’un « désir de donner la parole aux cinéphiles d’Europe de l’Est pour qui aimer le cinéma n’était pas une évidence » et se veut également « un nouvel hommage au remarquable rayonnement international » de Truffaut. Plus que les autres, l’ouvrage est cinéphile, sans prétentions sociologiques.

2L’ouvrage consiste en deux tomes. Le tome I est exclusivement consacré à l’ancienne Union soviétique. Pendant la période socialiste, seulement quatre films furent présentés en salle, hors festivals. Le succès n’en fut pas moindre et notamment La femme d’à côté attira environ 20 millions de spectateurs et les trois autres ont atteint la moyenne nationale. Pas de conclusions hâtives : il s’agit de statistiques russes, qui n’ont jamais indiqué des résultats pour les films étrangers, et dont nous pouvons douter de la précision. Dans un sens plus large, la politique culturelle, parfois avec des ouvertures remarquables, limite en général la distribution de l’œuvre truffaldien, dont l’ensemble et l’évolution importent aussi bien que les films individuels. De plus, la critique dont Truffaut a souvent bénéficié pour s’imposer en tant qu’auteur ne trouve pas terre fertile sous le régime soviétique. Au bout du compte, ce sont notamment les cinéphiles qui ont pu le connaître par les festivals et les rétrospectives, et auxquels Alfonsi veut redonner la parole.

3Le tome II fait le tour de la Pologne, de la Hongrie et de la Roumanie en effleurant rapidement l’ancien RDA. En contraste avec l’USSR, les deux premiers pays ont bénéficié d’une ouverture relativement large au cinéma occidental. Malgré des périodes culturellement difficiles, l’œuvre de Truffaut fut largement distribué, même à la campagne par des cinémas itinérants (en Pologne, il manqua seulement six films, en Hongrie, quatre). De plus, en Pologne, les films bénéficièrent de l’École de graphisme qui a fourni des affiches souvent primées internationalement. En contraste, l’histoire de la Roumanie est marquée par deux périodes distinctes. Avant la dictature de Ceaucescu, presque tous les films furent présentés, jusqu’à La nuit américaine. Après, Truffaut n’a connu aucune sortie officielle. La diversité des climats culturels favorisait donc plus ou moins l’œuvre de Truffaut et elle montre également les multiples visages d’un socialisme souvent jugé monolithique.

4Ainsi, pour apprécier l’intérêt de l’ouvrage, il faut mettre en relation le socialisme avec le projet truffaldien. Ce dont il s’agit est la confrontation entre la philosophie truffaldienne fondée sur l’individu, ses passions et ses angoisses, et l’idéologie du socialisme qui met en avant les classes et la vie en tant que société. Pour cela, les interprétations des films par les critiques offrent une excellente piste de réflexion. Lorsque nous prenons Les quatre cents coups de 1959, que nous considérons le plus parlant — notamment parce que ce film a été présenté dans tous les pays sélectionnés —, il apparaît un paysage diversifié. Par exemple, en Russie, un critique remarque à l’égard du film que « le destin de la jeunesse, c’est le destin du pays et de son avenir ». Faut-il comprendre la censure russe dans ce contexte-là, lorsqu’elle ajoute un commentaire final optimiste sur le destin du jeune Antoine perdu sur les quais (il aurait soi-disant été récupéré par les associations) ? En contraste, la féministe polonaise Irina Krzywicka y voit une preuve du besoin d’une éducation sexuelle, notamment du père. Le journal Vas Népe en Hongrie insiste davantage sur l’accusation de la société capitaliste, inhumaine pour les jeunes qu’elle marginalise. Ou encore, une photo d’une annonce en RDA qui dévoile un subtil changement de titre : Sie küssten un sie schlugen ihn, ils l’ont embrassé et battu (par ailleurs le même titre qu’en RFA). Cette analyse croisée entre pays au sein d’une même idéologie paraît tout à fait intéressante et fertile. En effet, les personnages d’Alfonsi touchent à ces questions, mais malheureusement ne les mènent pas jusqu’au bout. La grille d’analyse sur la base des États-nations, souvent suivant la chronologie de l’histoire, et par les yeux d’un de leurs citoyens empêche un tel angle de vue. Peut-être pouvons-nous attendre une telle analyse dans un écrit futur ?

5Évidemment, les Passions interdites est surtout un ouvrage cinéphile : son public se limite principalement aux amateurs de Truffaut. C’est pour cela que le livre ne nous offre pas de véritables analyses de la culture de l’Est ; les narrateurs formulent leurs idées en termes d’hypothèses. Il faut comprendre ces idées dans le sens d’un aperçu, d’une vue approximative. C’est donc une sociologie sans prétentions qui nous permet d’apercevoir, mais qui ne nous permet pas de percer la culture. Le choix de la narration directe accentue cette position : la multiforme de la culture au sens large doit passer par l’entonnoir de l’individu, du cinéphile. L’insatisfaction chez le lecteur qui peut en être le résultat pourrait être vue comme un défaut, mais je le considèrerais davantage comme un atout : Passions interdites est l’apéritif qui suscite l’appétit pour en vouloir lire et en comprendre plus.

6Deux dernières remarques doivent compléter notre lecture. D’abord, il est important de savoir qu’il s’agit d’un ouvrage plus que de deux tomes. Bien que le premier tome puisse être lu indépendamment, le deuxième ne peut l’être sans connaître le premier. La raison en est simple : la préface est obligatoire pour comprendre les intentions cinéphiles d’Alfonsi, d’autant qu’il s’agit de fiction sociologique et non pas d’entretiens ou de discours réels. Or, le deuxième tome n’a pas de préface, et risque de faire errer le lecteur. L’annexe filmographique du tome I, pratique pour ceux qui ne connaissent pas l’ensemble de l’œuvre truffaldien, n’est pas reproduit non plus. Or, les Passions interdites est vraiment un livre indivisible (comme l’Europe en tant que continent ?), malgré tout divisé pour des raisons inconnues.

7Finalement, l’ouvrage débute avec une citation de Robert-Louis Stevenson, extraite de sa nouvelle Le cas étrange du Dr Jekyll et de Mr Hyde. Un choix remarquable et non sans intérêt. Il semble audacieux de lier Truffaut, cinéaste de l’amour, à Dr Jekyll, plutôt passionné par la dualité humaine entre le bien et le mal. En même temps, il s’agit d’une citation qui accentue la recherche de Truffaut, comparable avec celle de Dr Jekyll, en quête de la nature humaine multiple. Toutefois, Truffaut le fait sans à priori et surtout avec la lucidité de la phénoménologie. En réalité, ce qui lie Stevenson à Truffaut, c’est qu’ils insistent tous les deux sur l’individu comme unité de réflexion. Voici dès le début ce qui marque l’œuvre de Truffaut en Europe de l’Est : la confrontation entre l’individu et l’idéologie socialiste. En accord avec la tradition truffaldienne, il vaudrait mieux éviter de le voir comme la confrontation entre le bien et le mal.

Haut de page

Notes

1  Voir Communication, 22(2) : 185-192, pour une note de lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ruud van der Helm, « Laurence ALFONSI (2003), François Truffaut – Passions interdites en Europe de l’Est, t.I : Mémoires soviétiques, t.II : Mémoires polonaises, hongroises et roumaines », Communication, Vol. 23/2 | 2005, 249-252.

Référence électronique

Ruud van der Helm, « Laurence ALFONSI (2003), François Truffaut – Passions interdites en Europe de l’Est, t.I : Mémoires soviétiques, t.II : Mémoires polonaises, hongroises et roumaines », Communication [En ligne], Vol. 23/2 | 2005, mis en ligne le 18 juin 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/4174

Haut de page

Auteur

Ruud van der Helm

Ruud van der Helm, École Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts, Paris. Courriel : vanderhelm@engref.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org