Navigation – Plan du site
Lectures

Valérie CARAYOL (2004), Communication organisationnelle : une perspective allagmatique

Paris, L’Harmattan
Marianne Kugler
p. 253-255
Référence(s) :

Valérie CARAYOL (2004), Communication organisationnelle : une perspective allagmatique, Paris, L’Harmattan.

Texte intégral

1D’entrée de jeu, Valérie Carayol pose les questions auxquelles elle se propose de répondre : Quelles transformations les pratiques de communication organisationnelle génèrent-elles ? À quels types de phénomènes récurrents peut-on les associer et à quels enjeux répondent-elles ? En quoi peuvent-elles remettre en cause les conceptions académiques de la communication ?

2La démarche suivie est rigoureuse, stimulante et originale. Elle s’appuie entre autres sur l’épistémologie génétique de Piaget, qui revendique que la connaissance est « le bagage que le chercheur se construit et qui lui permet de relever les défis qui se posent à lui, dans le cheminement qu’il emprunte […] ».

3Le domaine de la communication organisationnelle tel que circonscrit par l’auteure comprend les interactions organisation-communication dépassant et englobant la communication institutionnelle, les communications opérationnelles et les communications fonctionnelles.

4L’orientation privilégiée, qui donne son titre à l’ouvrage, est celle de la mise en évidence des phénomènes de transformation à l’œuvre au sein des pratiques communicationnelles. « Allagmatique » vient du grec allagma qui veut dire changement. La perspective de recherche choisie par l’auteure est celle d’essayer

d’éclairer les mouvements de transformation et d’actualisation qui animent les pratiques de communication et qui en font des phénomènes labiles et à configurations mouvantes, capables d’engendrer non seulement des représentations ou des actions, mais également d’autres phénomènes complexes […].

5Le livre se compose de quatre chapitres en plus de l’introduction et de la conclusion. Chaque chapitre reprend une des quatre affirmations fréquemment répétées dans les ouvrages de pratique professionnelle : communiquer, c’est anticiper, communiquer, c’est convaincre, communiquer, c’est entretenir le dialogue et l’échange et, en dernier lieu, communiquer, c’est se distinguer pour être reconnu.

6L’auteure, généreusement, nous donne toutes les clés pour suivre le développement de ses idées. Un cheminement complexe, mais très clairement exposé, qui procède de questions posées par l’observation des pratiques ou des discours sur les pratiques vers des références théoriques, vers des observations de terrain, puis retour à la formulation de nouvelles questions.

7C’est ainsi que, tour à tour, Valérie Carayol interroge, sur un même objet communicationnel, le travail de philosophes, d’anthropologues, de linguistes, de chercheurs en sciences de l’information et de la communication, puis celui des professionnels (tant français qu’européens et nord-américains) et compare le tout aux non-dits de la pratique. Il en ressort autant de pistes de recherche à défricher sous de nouveaux éclairages.

8Par exemple, dans le premier chapitre sur l’anticipation, l’auteure s’attarde à la question de la réflexion stratégique préalable à l’action : nécessaire, telle que prônée dans les ouvrages pratiques, mais, de fait, souvent inexistante. Partant de là, elle interroge le rôle de la communication dans son rapport au temps, à la durée ou encore à l’incertitude.

9Le deuxième chapitre s’intéresse à l’opposition apparente entre le rationnel et le sensible. Alors que le discours professionnel met l’accent sur l’argumentation, la délibération et la pratique, Carayol fait de plus en plus place à l’utilisation d’autres registres, mettant en jeu le sensoriel et le sensible.

10Le troisième chapitre s’attaque à la vaste question du lien entre communication et réciprocité. Une communication existe-t-elle sans réciprocité ? Que cache ou cherche à cacher une communication franchement asymétrique ? Qu’en est-il des relations de pouvoir au sein de l’organisation ? Ou encore, de l’idéal de la communication bidirectionnelle–symétrique ?

11Dans le quatrième chapitre, l’auteure aborde une autre des ambivalences de la communication organisationnelle : communiquer pour se différencier des autres ou pour se fondre dans le groupe ?

12Elle réussit en quelque 200 pages à ébranler quasiment toutes les « certitudes » de la communication organisationnelle. Elle rattache le champ de la communication organisationnelle à des champs plus « assis », comme ceux de la philosophie, de la linguistique et de l’anthropologie. De plus, elle illustre son propos d’observations et de résultats de recherches sur le terrain. L’abondance des références permet au chercheur et à l’enseignant de poursuivre et d’approfondir la réflexion sur des thèmes particuliers ou des pratiques spécifiques.

13L’ouvrage est savant, à la fois synthèse d’une fructueuse carrière de chercheure et point de départ d’une nouvelle réflexion sur le domaine. C’est aussi le témoignage éloquent d’une pensée foisonnante et d’une érudition certaine (432 notes infrapaginales accompagnent les 214 pages de texte). C’est un livre important, un livre charnière, l’ébauche d’un cadre théorique cohérent qui permet de situer bien des faits communicationnels « aberrants ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Kugler, « Valérie CARAYOL (2004), Communication organisationnelle : une perspective allagmatique », Communication, Vol. 23/2 | 2005, 253-255.

Référence électronique

Marianne Kugler, « Valérie CARAYOL (2004), Communication organisationnelle : une perspective allagmatique », Communication [En ligne], Vol. 23/2 | 2005, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/4175

Haut de page

Auteur

Marianne Kugler

Marianne Kugler est professeure au Département d’information et communication à l’Université Laval. Courriel : marianne.kugler@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org