Navigation – Plan du site
Lectures

John Durham PETERS (1999), Speaking Into the Air. A History of the Idea of Communication

Chicago, The University of Chicago Press
Érik Neveu
p. 256-258
Référence(s) :

John Durham PETERS (1999), Speaking Into the Air. A History of the Idea of Communication, Chicago, The University of Chicago Press.

Texte intégral

1S’il se classe aisément comme un livre d’une qualité remarquable, l’ouvrage que John Durham Peters a dédié à une histoire de l’idée de communication bouscule quelque peu les catégories de rangement académiques. C’est une histoire sans doute puisque les débats thématisés au fil des chapitres suivent grosso modo une progression chronologique. Mais il s’agit plus encore d’une histoire des catégories d’analyse et des débats philosophiques sur la communication, encore que ce cadrage soit restrictif puisque l’auteur sollicite aussi avec bonheur des textes purement littéraires (Melville, Dickens, Hawthorne, Borges…).

2Durham Peters observe combien la place centrale du mot communication, la polarisation de nombreux débats sociaux sur le bien-communiquer, les effets et méfaits de la communication datent pour l’essentiel de la fin du XIXe siècle et des périodes postérieures. Il nous invite alors à une plongée conceptuelle dans ce qu’était la communication avant la communication. Quels signifiés les philosophes et créateurs ont-ils associés à cet espace sémantique, sur quoi ont porté débats, inquiétudes et passions en ces domaines depuis le Phèdre ?

3En restant volontairement en deçà de la moitié du XXe siècle — et donc en renonçant au corpus de textes qui peuvent évoquer les médias modernes que sont la télévision ou Internet —, l’auteur reconstruit une séquence de discussions et de problématisations, qu’il déploie selon un fil à dominante chronologique. Le menu ainsi composé passe par les questions du « dialogue et de la dissémination », les traditions spiritualistes en matière de conception de la communication et leur mise en débat ultérieure par Hegel, Marx et Kierkegaard. Figurent encore au catalogue des débats la question du dialogue avec les morts, plus largement celle des défis et mystères de toute forme de communication qui abolirait-rétracterait la distance et le temps, la définition de ce que peut être une communication authentique, celle de l’incommunicabilité (pouvons-nous discuter avec des êtres d’une altérité radicale : machines, animaux, extra-terrestres ?). Le programme, donné ici en se tenant assez près des titres des chapitres, peut sembler un curieux patchwork associant de « grandes » questions philosophiques et des sujets plus profanes, voire même légers (tel le spiritisme comme forme de communication avec les esprits), des débats purement conceptuels et des discussions aux enjeux beaucoup plus pratiques, suscitées par divers développements des technologies de la communication. Cette hétérogénéité même rend assez bien compte de l’intention du livre qui est d’explorer les significations contradictoires placées derrière l’idée de communication, de comprendre la recomposition incessante des problématisations suscitées par cette question depuis la philosophie grecque. Durham Peters montre par exemple comment dans les années 1920 débattre de communication, c’est à la fois parler de l’opinion publique et de la coordination des actions sociales, rêver à une dissolution du brouillard sémantique et à la sortie des citadelles du moi dans la communication interpersonnelle, chercher des ponts vers l’altérité…

4L’image du patchwork, si on en retient la connotation d’une œuvre d’art réussie, est appropriée pour rendre compte du style singulier de ce livre. Sa puissance, sa séduction — ses aspects plus discutables aussi — viennent de l’imbrication globalement réussie d’une discussion proprement philosophique, des jeux de renvois entre celle-ci et l’usage d’un ensemble d’œuvres littéraires, judicieusement sélectionnées pour symboliser des résonances entre des débats intellectuels et des expressions romanesques des mêmes humeurs et sensibilités. La réussite de la marqueterie tient enfin à sa manière d’intégrer un ensemble de références à des travaux de sciences sociales. Sur ce dernier point, il faut rendre à l’auteur un double hommage. Enfin, un Nord-américain anglophone qui connaît d’autres langues que l’anglais et qui prend appui sur des travaux allemands ou français ! Mais c’est simultanément la manière très propre, très harmonieuse de combiner textes philosophiques, œuvres de création et références de science sociales qui suscite l’admiration. L’écriture du livre réussit à éviter à la fois le jargon et la cuistrerie des références gratuites.

5L’impression globale qui se dégage est celle d’une œuvre de grande qualité. Une riche culture interdisciplinaire et une inventivité critique se combinent pour produire un livre stimulant et donner le trop rare plaisir d’un texte dont l’inclassabilité vient tromper les horizons d’attente du lecteur académique.

6Peut-être l’analogie du patchwork peut-elle aussi fournir la clé de la frustration que peut suggérer une première lecture. Speaking Into the Air prend au sérieux la polysémie du mot « Communication », exhume un riche corpus de textes et de réflexions et aide son lecteur à les intégrer dans ses recherches ou ses enseignements. En déplaçant la focale vers le détail, les parties constitutives de ce livre-patchwork, on en soulignera la riche érudition, une clarté d’exposition qui parvient à rendre intelligible à des non-spécialistes un ensemble de débats philosophiques, plus encore à montrer pourquoi et comment ceux-ci peuvent constituer des projecteurs capables d’éclairer des débats contemporains, de nous aider à penser les multiples facettes de la communication. Réussite totale, alors, du choix des fragments à l’exécution de l’ensemble ? C’est précisément dans l’entre-deux qu’une discussion critique peut faire sens. L’articulation entre chapitres est plus convaincante dans les intentions affichées que dans la réalité des enchaînements et emboîtements. Lire cette histoire de l’idée de communication, c’est parfois avoir le sentiment d’un grand texte fait de pièces et de morceaux, d’éclairages qui ne parviennent qu’imparfaitement à venir à bout d’une sensation de morcellement. Il n’est d’ailleurs pas sûr que cette insatisfaction — qui doit peut-être à l’habitus d’un lecteur français, socialisé aux plans bien symétriques et aux jardins à la française transposés au livre — ne puisse se traduire en compliment. Le morcellement irréductible, la mosaïque sont aussi dans la catégorie même de la « communication » telle qu’elle est aujourd’hui socialement construite. Et le bon usage de Speaking Into the Air est peut-être le mode de la relecture, du retour sur des fragments en fonction des besoins d’une recherche ou d’une réflexion, une fois cernée la structure globale du patchwork.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Érik Neveu, « John Durham PETERS (1999), Speaking Into the Air. A History of the Idea of Communication », Communication, Vol. 23/2 | 2005, 256-258.

Référence électronique

Érik Neveu, « John Durham PETERS (1999), Speaking Into the Air. A History of the Idea of Communication », Communication [En ligne], Vol. 23/2 | 2005, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/4177

Haut de page

Auteur

Érik Neveu

Erik Neveu est professeur de science politique à l’Institut d’études politiques de Rennes. Courriel : erik.leteure@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org