Navigation – Plan du site
Lectures

François HEINDERYCKX (2003), La malinformation. Plaidoyer pour une refondation de l’information

Bruxelles, Éditions Labor, Coll. « Quartier libre »
Abdellatif Bensfia
p. 259-265
Référence(s) :

François HEINDERYCKX (2003), La malinformation. Plaidoyer pour une refondation de l’information, Bruxelles, Éditions Labor, Coll. « Quartier libre ».

Texte intégral

1Cet ouvrage/plaidoirie est un essai synthétique et critique des différents aspects relatifs à la collecte, au traitement, au stockage et à la circulation de l’information telle que celle-ci se produit et se gère par les médias occidentaux. C’est aussi un appel à repenser et à reconsidérer l’information.

2Il s’agit en fait d’une analyse du paysage médiatique occidental de ce début du XXie siècle, où François Heinderyckx nous expose ses réflexions personnelles loin des références théoriques, livresques — il se déclare un « gros consommateur de l’information » — mais sans pour autant manquer à la rigueur du chercheur scientifique.

3La démarche entreprise par l’auteur entend soumettre à l’intelligence du lecteur une matière à réflexion en lui offrant une panoplie d’observations, de questions et de propositions. L’unique ambition exprimée de l’auteur dans cette approche « consiste à partager quelques constatations, quelques intuitions qui permettront à chacun de structurer, rationaliser, organiser et verbaliser le malaise diffus qui entoure la gestion de l’information ».

4Ledit malaise est défini par « la non-conformité de l’information accessible aux besoins et attentes légitimes de chacun ». L’auteur qualifie ce phénomène de malinformation, qui, selon lui, caractérise nos temps modernes.

5Partant du constat que la civilisation occidentale est malade de son information, François Heinderyckx nous livre un diagnostic en trois volets dont les éléments interfèrent, avant de nous suggérer sa prescription pour y remédier.

6Le premier volet, intitulé « Le bazar de l’information », entend démystifier la portée de certains éléments déterminants de l’information.

7Ainsi, l’auteur constate d’abord que le mot information exclut ce qu’il appelle l’information-sens (l’information signifiante). C’est-à-dire l’information en tant « qu’élément porteur de sens, susceptible d’éclairer, de renseigner, d’informer sur un sujet particulier ». De même que l’élargissement de la notion de l’information à toutes sortes de données et de signes, ainsi que l’effervescence entretenue par la circulation massive, rapide des informations et messages médiatisés qui sont produits autour de l’activité scientifique et culturelle affectent l’essence même de l’information. Selon l’auteur, cela dilue « l’information signifiante dans ce qui ressemble fort à un océan de données et de signaux qui s’imposent alors comme une assourdissante source de bruit ».

8Par ailleurs, la production abondante des informations renvoie aux problèmes que suscitent leur stockage et leur conservation. Confrontés au phénomène de l’obsolescence, les supports technologiques utilisés dans ces opérations semblent éphémères et vulnérables. D’où les soucis exprimés « quant aux capacités de notre société, écrit l’auteur, à conserver et à transmettre, à long terme, son patrimoine culturel au sens le plus large ».

9L’information-sens, quant à elle, s’avère compromise par la répétition de l’information reproduite dans des formes et des supports différents. Cette redondance, qui « engendre dans les médias une tendance à l’indifférenciation et à l’uniformisation, parfois au conformisme », intervient à trois niveaux :

  • Une redondance primaire : c’est lorsqu’il s’agit de la diffusion, à l’identique, des programmes dans plusieurs médias, partout et en tout moment.

  • Une redondance secondaire : il s’agit des produits médiatiques préexistants, relancés après quelques adaptations et ajustements.

  • Une redondance tertiaire : fait référence à l’usage commun des mêmes sources et donc de la même substance de l’information par les médias. Elle est de ce fait sournoise.

10Dans le même ordre d’idées, « la société de l’information » apparaît comme un cercle réduit de privilégiés qui partagent les puissants moyens financiers, un niveau supérieur d’éducation et la maîtrise de la technologie. Ainsi, l’étendue du « village global » se rétrécit. Le déséquilibre qui caractérise l’accès et l’utilisation des technologies de l’information et de la communication à l’échelle mondiale constitue ce que l’auteur qualifie de « fracture numérique » qui, selon lui, se nourrit des « fractures sociales » et les superpose.

11Toutefois et en dépit de la quantité impressionnante de sources d’information que le développement du WEB offre aux internautes, le réseau Internet n’est nullement la source universelle d’information. Les sites de la majorité des organisations n’offrent que des données partielles, sommaires et donc limitées. Le WEB ne constitue pas en soi une source d’informations, mais un outil pratique et approprié à sa circulation et un mode d’accès à des sources existantes.

12De plus, la pratique de la mise à jour de la masse des documents électroniquement conservés entraîne un état d’instabilité et de volatilité de l’information. Cela entraîne de sérieuses difficultés pour toute recherche d’information originelle, car la course acharnée vers la mise en valeur de l’information « fraîche » (nouvelle et instantanée) privilégie le présent au détriment du passé.

13La technologie avancée en matière d’information et de communication, censée assouvir les besoins et nourrir les enjeux que représente l’information aussi bien pour les individus que pour les organisations, provoque, finalement, un effet dit de surinformation. Une expression maladroite et impropre, explique l’auteur, car nul ne réfute l’excès de l’information utile : de fait lasurinformation dissimule une véritable sous-information. Il s’agit plutôt d’une pollution sensorielle où l’excès de l’information et la surstimulation de nos sens par les divers procédés de la communication promotionnelle favorisent un amalgame de la société de l’information et de la société de consommation.

14Le second volet, intitulé « La malinformation », illustre l’usage défectueux de l’information et sa détérioration.

15François Heinderyckx montre que l’extension excessive de la sphère d’intérêts des individus mène à une inflation de l’information. Celle-ci est tellement diversifiée et disparate qu’elle crée une situation non maîtrisable aussi bien par les professionnels des médias que par le public. Cette explosion informationnelle ne s’accompagne pas de façon proportionnelle d’un développement des facultés perceptives humaines. Il s’ensuit un déséquilibre qui engendre une source de tension que l’on tend à soulager par un processus d’adaptation.

16Laissant aux médias le soin de choisir les informations pour eux, les individus renoncent d’abord à la gestion de l’information, puis subissent une sélection d’information faite par les médias qui souvent cherchent à plaire à tout le monde mais qui ne satisfont personne. Le sentiment d’insatisfaction, selon l’auteur, conduit les individus à rejeter l’information en même temps que ses moyens de diffusion.

17L’auteur suggère que notre position de consommateur nous expose à l’attrait des entreprises commerciales dont les pratiques d’information et de promotion se confondent. Or, si l’on considère l’information comme un élément déterminant dans le processus de décision du consommateur, le recours aux différentes techniques de persuasion pour renforcer et appuyer l’information risque de la polluer en quelque sorte. Car les opérations de promotion, explicites et dissimulées, engagées pour persuader le consommateur contribuent activement à la malinformation. Si les premières sont basées sur une publicité souvent bruyante, spectaculaire et exubérante qui provoque des sensations déplaisantes, les secondes cherchent plutôt à se servir de relais crédibles et légitimes dans les milieux médiatique, institutionnel et scientifique pour cautionner les démarches de promotion commerciale, souvent à leur insu.

18Ces entreprises commerciales s’efforcent et entendent gagner cette « voie royale » qu’est la médiation d’instances crédibles, par des actions de relations publiques et de lobbying, alors que le contrepoids que les pouvoirs publics peuvent exercer dans le contrôle de l’information s’avère relatif. L’auteur affirme que « le législateur contribue peu, dans la plupart des pays, à atténuer la malinformation du consommateur. Pire, il l’aggrave souvent ». Dans une telle situation, seules les associations de consommateurs représentent, en dépit des imperfections de leurs actions, un réel levier pour ceux qui s’engageraient à contrecarrer la malinformation.

19Une autre manifestation de la détérioration de l’information serait la malinformation du citoyen. L’exercice de la citoyenneté exige la participation périodique aux différentes élections politiques et à l’examen critique de l’action des élus. Sauf que le contexte dans lequel sont fournies les informations dont nous avons besoin pour remplir nos devoirs est perturbé et trouble :

  • la pression variable et continue de la classe politique que l’auteur qualifie de tension électorale traduit le souci de l’élu à penser constamment à sa réélection. Cette tension, par laquelle le corps électoral cherche à exercer son contrôle sur ses élus, « peut nuire à la transparence de l’action politique en favorisant une rupture entre réalité et apparences, entre le fonctionnement des institutions et l’image qu’en perçoit le citoyen » ;

  • le développement du marketing politique tend à associer les candidats aux élections à des produits de consommation usuelle, ce qui risque d’amplifier et de masquer cette distinction fondamentale ;

  • les taux significatifs de dépolitisation et le sentiment pour beaucoup d’être mal informés encouragent le rejet du politique ;

  • la démagogie politique fait en sort que l’on distingue de moins en moins les « politiciens et leurs partis » ;

  • la ruée vers les sondages d’opinion transforme la vie politique en une « course hippique » qui se prête à toutes les manipulations.

20Le troisième volet, intitulé « Les médias, catalyseur de la malinformation », examine la responsabilité des médias.

21La malinformation, c’est aussi une responsabilité des médias, nous rappelle l’auteur. Bénéficiant du monopole de la diffusion de l’information et agissant dans un espace de pluralité et de concurrence, les médias s’efforcent de satisfaire et donc de séduire le public souvent « par un souci de préserver un marché plus que par celui de veiller à l’éducation citoyenne des masses ». En cherchant également à intéresser des audiences compactes et hétérogènes, et à répondre à tous leurs besoins, les médias s’emploient à des pratiques qui affectent le fond et la forme de l’information et entretiennent par conséquent « une déplorable spirale de malinformation ». L’auteur propose d’illustrer ce phénomène par les tendances suivantes :

  • sous prétexte de ne pas ennuyer et de faire gagner du temps au public, la pratique journalistique tend à faire bref, et donc à abréger l’information au point de ne donner aux événements, dans le cas de la radio et de la télévision, qu’un sens limité et simplifié. Une carence toutefois que la presse écrite, qui traverse présentement une crise d’identité, ne peut combler. Cette même pratique favorise les faits au détriment du sens et opte pour un type d’information où la description et la narration l’emportent sur l’analyse et l’argumentation ;

  • la sélection de la matière à diffuser, vu son flux, suscite nombre d’interrogations. Elle n’apparaît pas naturelle. Les critères de pertinence et de primauté qui déterminent le choix de telle ou telle information, ainsi que la forme de sa présentation, renvoient à des considérations centrées sur ce que le public souhaiterait recevoir. Le processus de sélection se trouve donc tributaire d’une démarche où les journalistes détermineraient ce que les gens veulent savoir mais pas forcément ce qu’ils doivent savoir. D’autant plus que la gestion des surfaces des médias ne permet ni une sélection ni une adaptation rationnelle de l’information.

22Le choix des nouvelles repose sur la recherche de l’émotion dans son acception large, dont les images constituent le principal vecteur. Cela dit, l’information illustrée, même la plus triviale, a de fortes chances d’être diffusée. L’auteur qualifie ce phénomène de « tyrannie de l’image », qui affecte doublement la sélection des informations, d’abord en limitant la diffusion des nouvelles sans images, puis en offrant plus de visibilité aux nouvelles disposant d’images sensationnelles.

23Il résulte de cette pratique de sélection de l’information une importance considérable accordée à l’événement en tant que tel au détriment du processus. Selon l’auteur, « la propension à évoquer un processus dépend de la nature et de la fréquence des événements que l’on peut y rattacher ». S’ajoute à cela l’inadéquation remarquée entre le descriptif et l’explicatif. L’imitation et l’alignement des médias sur les choix de leurs concurrents accentuent les biais de la sélection, ce que l’auteur nomme le « mimétisme éditorial » et que Bourdieu appelait « circulation circulaire de l’information » :

  • la répartition thématique, selon des rubriques, pratiquée par les médias donne lieu à une segmentation arbitraire de l’information, car « ces rubriques correspondent en fait davantage à l’organisation des rédactions qu’aux catégories mentales, cognitives du public ». L’intérêt prééminent accordé à certaines rubriques, comme les faits divers, submerge les phénomènes pertinents sous des vagues d’informations anodines et favorise, selon l’auteur, la malinformation ;

  • les carences des médias sont justifiées, encore, par la fragilité de la démarche journalistique liée aux conditions de l’exercice de ce métier et à sa dévalorisation. Toutefois, le conformisme et la dispersion observés dans la gestion aussi bien des ressources que de l’espace rédactionnel ne justifient pas les dérives d’un journalisme jugé passif. Des dérives qui se manifestent également dans la remise en question du fondement même du journalisme actif, dans l’illusion de l’instantanéité et de la proximité, et dans l’info-divertisement. À cet égard l’auteur écrit : « Donner les atours de l’information à quelque chose qui n’en relève pas insinue la confusion des genres et l’équivoque, provoquant un estompement de la norme » ;

  • les tendances observées de la pratique médiatique qui reposent sur des solutions faciles, rapides et plaisantes, conduisent le public vers un modèle très répandu « qui est un peu à l’information ce que le fast-food est à la gastronomie ». Ce modèle nutritionnel qualifié de malbouffe est certes pratique et satisfaisant mais loin de l’équilibre alimentaire tant recommandé, critique que l’on peut transposer à la malinformation.

24Au terme de ce constat critique, et afin de dépasser le piège de la malinformation, F. Heinderyckx propose quelques pistes/remèdes selon une approche analogique permettant d’appréhender le phénomène autrement.

25Une première piste considère la malinformation à la lumière de la mauvaise alimentation (malbouffe). « Le divertissement et l’émotion, écrit Heinderyckx, sont à l’information ce que les glucides et les lipides sont à l’alimentation : utiles et même indispensables à des doses raisonnables, ils deviennent nocifs et pathogènes lorsqu’ils sont consommés en excès. » Une deuxième piste incite à revoir les critères de sélection de l’information. Se souciant uniquement de satisfaire une certaine demande du public et de se procurer une part plus grande du marché, les médias favorisent ce qui est attendu plutôt que ce qui est nécessaire. Ainsi, ils « renoncent à leurs responsabilités de médiation de l’actualité censée éclairer leurs publics ». Une troisième vise le relativisme du concept de « l’information personnalisée », et démystifie en effet l’intérêt de l’information sur mesure à laquelle on associe la dispersion des contenus et la fragmentation des publics. La dernière piste fait l’éloge de l’éducation globale réservée à la fois aux enfants et aux adultes. L’auteur fait référence à l’éducation à l’information et aux médias susceptible de développer une efficience à « refuser le mélange de genres, réclamer le sens, et ainsi se détourner des produits malinformants ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdellatif Bensfia, « François HEINDERYCKX (2003), La malinformation. Plaidoyer pour une refondation de l’information », Communication, Vol. 23/2 | 2005, 259-265.

Référence électronique

Abdellatif Bensfia, « François HEINDERYCKX (2003), La malinformation. Plaidoyer pour une refondation de l’information », Communication [En ligne], Vol. 23/2 | 2005, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/4179

Haut de page

Auteur

Abdellatif Bensfia

Abdellatif Bensfia est professeur à l’Institut supérieur de l’information et de la communication (ISIC), à Rabat. Courriel : abensf@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org