Navigation – Plan du site
Recherches

Recomposition du politique à la télévision : entre contraintes communicationnelles et stratégies discursives

Construction d’un cadre méthodologique
Joëlle Desterbecq

Résumés

En partant d’une approche théorique interactionniste, l'auteure propose d’établir un cadre méthodologique sémio-discursif en vue d’analyser empiriquement le cadre de contraintes configuré par les nouveaux formats d’accueil du politique à la télévision et les stratégies discursives à la disposition des locuteurs politiques afin de renforcer ou d’atténuer ce cadre préalable. Cadre de contraintes et stratégies discursives seront définis en référence à l’organisation des relations interpersonnelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir le numéro 24 de la revue Recherches en communication, consacré à la « spectacularisation du p (...)

1Depuis plusieurs années, la présentation télévisuelle du politique se transforme dans le paysage audiovisuel ouest-européen1. Les cadres dits traditionnels d’accueil du politique se modifient en raison des thèmes de débat qui y sont convoqués, de l’identité des participants, du style d’animation ou encore des modes d’écriture télévisuelle qui peuvent désormais inclure quiz, références à la fiction ou à la téléréalité. De nouveaux lieux émergent également : les talk-shows d’infotainment tout comme les programmes relevant du divertissement deviennent des lieux majeurs d’investissement du personnel politique, ainsi que l’a mis en évidence Aurélien Le Foulgoc dans le cas de la France. Ce chercheur a montré que depuis l’année 2000, la majorité des apparitions du personnel politique se fait dans des émissions de plateau du type talk-show et non dans des programmes précisément consacrés au politique (Le Foulgoc, 2003). Ces programmes d’infotainment, auxquels participent donc désormais massivement les représentants politiques, présentent un certain nombre de traits fédérateurs quant à leurs dispositifs : ils sont conduits par des animateurs et non des journalistes, proposent des invités aux statuts sociaux très diversifiés, optent pour la décontraction des modalités d’expression et la marginalisation du discours politique (Neveu, 2003). Aussi, aux transformations quantitatives des participations politiques par genres de programmes correspondraient des transformations qualitatives des dispositifs relationnels et des registres de parole politique.

2En fait, ces transformations dans la présentation télévisuelle du politique visent tant les contenus du discours politique que les mécanismes de la communication. Ainsi, on décèle des modifications dans le discours politique conçu autant comme système de pensée — construction d’une idéalité, problématisation de la vie collective en référence à certaines valeurs — que comme acte de communication, pour convoquer les catégories de Patrick Charaudeau (2005a : 30-35). Ces nouveaux lieux d’accueil du politique et ces nouvelles configurations retravaillent tant le contenu que la relation au politique.

3La présente contribution propose l’élaboration d’un cadre méthodologique sémio-discursif en vue d’analyser empiriquement ces transformations du politique comme acte de communication. Nous scinderons donc — certes quelque peu artificiellement — le lien de réciprocité qui unit ces deux notions pour les besoins de l’analyse. En effet, l’objectif de la recherche dans laquelle s’inscrit cette contribution n’est pas de dresser une histoire des idées politiques mais bien d’envisager comment se positionnent, au fil du temps, les représentants politiques dans le processus de communication télévisuelle. En partant d’une approche théorique interactionniste, nous mettrons successivement au jour des indicateurs pour étudier l’organisation relationnelle verticale, horizontale et agonale des participations politiques télévisées.

L’approche interactionniste

4Pour ce qui concerne l’interactionnisme, l’individu interagit continuellement avec les éléments sociaux. Le comportement individuel s’inscrit dans un débat permanent entre l’individu et son environnement social ; il y a actions réciproques et interprétation de la situation : 

À chaque instant, les partenaires d’une interaction évaluent les circonstances et se positionnent mutuellement en un jeu de réévaluation et de réajustement réciproque. Chacun réagit selon l’interprétation qu’il opère des comportements de ceux qui l’entourent. […] Toute interaction est un processus d’interprétation et d’ajustement et non l’actualisation mécanique d’une conformité (Le Breton, 2008 : 50-51).

5Lorsque l’individu interagit dans un dispositif de communication télévisuelle, « l’environnement social » peut être entendu sous deux acceptions. D’une part, il y a la « situation de communication » telle qu’elle a été configurée dans le programme télévisé auquel l’individu prend part et les « contraintes communicationnelles » qui en résultent. « La situation de communication est comme une scène de théâtre, avec ses contraintes d’espace, de temps, de relations, de paroles, sur laquelle se joue la pièce des échanges sociaux et ce qui en constitue leur valeur symbolique », précise Charaudeau (2005b : 52). Pour ce dernier, la situation de communication rend compte des données de l’espace externe, en fonction desquelles les partenaires détermineront leurs comportements langagiers. Celles-ci regroupent la finalité de l’acte de langage, l’identité des partenaires, le domaine de savoir et le dispositif (Charaudeau, 2005b : 53). D’autre part, l’« environnement social » du dispositif de communication télévisuelle renvoie au contexte politique, économique, social, culturel et technologique dans lequel cette situation est immergée : le système politique, les évolutions technologiques, le passage d’un système audiovisuel public à un système privé, les ressources financières à la disposition des chaînes, les rapports entre espaces privé et public, etc., constituent sans aucun doute des variables explicatives à même de saisir les causes efficientes de ces transformations dans la présentation télévisuelle du politique.

6Dans cette contribution, nous considérerons le premier cas de figure : les individus communiquant sur la scène télévisuelle doivent tenir compte des données de la situation de communication. Nous reprendrons à Erving Goffman les concepts de cadre, de rôle et de distance au rôle pour caractériser les relations entre partenaires en situation de communication télévisuelle. « Je soutiens que toute définition de situation est construite selon des principes d’organisation qui structurent les événements — du moins ceux qui ont un caractère social — et notre propre engagement subjectif. Le terme de <cadre> désigne ces éléments de base », écrit Goffman (1991 : 19). Dès lors, pour lui, « le réel n’est qu’une succession infinie de réalités sur lesquelles un cadre à chaque fois différent s’impose exigeant certaines prestations des acteurs » (Le Breton, 2008 : 108). Ces « prestations » s’inscrivent dans des rôles, que l’auteur conçoit en tant que « modèles d’action pré-établis que l’on développe durant une représentation et que l’on peut présenter ou utiliser en d’autres occasions » (Goffman, 1973 : 23). Dans cette optique, chaque émission télévisée, chaque situation de communication télévisuelle, peut se concevoir comme un cadre dans lequel l’acteur politique doit réaliser certaines prestations afin de se comporter conformément aux attentes normatives sociales. Le cadre définit un rôle. Aussi, en changeant de lieu — d’émission ou de genre —, on change de cadre et donc de rôle. C’est ce que Goffman appelle le « comportement régional » (1973 : 105). Mais, en même temps, ce rôle n’est qu’une suggestion à la disposition de l’acteur, qui va le reprendre à son compte au départ de son interprétation de la situation. Une marge de manœuvre ou « distance au rôle » est toujours possible. Elle constitue une sorte de signature personnelle qui permet à l’acteur de se distinguer de ceux qui tiennent également ce rôle (Le Breton 2008 : 110).

7Pour étudier comment se positionnent les représentants politiques dans le processus de communication télévisuelle, nous prendrons en considération ces deux dimensions de la présentation de soi : le rôle pré-établi par le genre du programme et sa « ritualisation » (Charaudeau, 1991), d’une part, et la distance prise par le représentant politique à l’égard de ce rôle, d’autre part.

8C’est une distinction semblable entre le rôle préfiguré par la situation de communication et la signature personnelle des protagonistes qu’établit Guy Lochard (2002) lorsqu’il propose de distinguer, s’agissant des émissions télévisées de plateau, les identités sociale, médiatique et discursive. La première renvoie aux « attributions identitaires qui sont potentiellement mobilisables, pour un même sujet, par une instance de production afin de fonder initialement sa présence dans une émission (ou une séquence) de plateau », alors que la seconde, affectée par l’instance télévisuelle, « est entièrement déterminée par le dispositif de l’émission jouant là comme un lieu d’imposition de rôles et de statuts » (Lochard, 2002 : 149 et 151). L’identité discursive, quant à elle, restitue la performance accomplie par les locuteurs médiatiques dans l’analyse socio-communicative des productions télévisuelles. En effet, tenant pour acquis que « la forme effective prise par les échanges dans les programmes à base de paroles n’est jamais prédéterminée » (Lochard, 2002 : 152), l’auteur propose de se départir d’une position médiacentrique en examinant les stratégies discursives qui témoignent de la marge d’appropriation par les acteurs des identités attribuées par la machinerie médiatique. Néanmoins, Lochard souligne la portée théorique de ces distinctions. En référence aux travaux de Sébastien Rouquette et Jean Mouchon, il concède que cette posture théorique peut être empiriquement remise en question : les dispositifs contemporains tendent de plus en plus à assigner les postures identitaires, consacrant certaines formes de parole dominante. Ce constat de « verrouillage » des dispositifs se trouve également dans l’étude diachronique de Patrick Amey consacrée aux dispositifs des talk-shows français. Ce chercheur met au jour le glissement du statut de l’instance télévisuelle qui, « personnifiée par la figure <invasive> du journaliste et de l’animateur, devient tour à tour — mais de façon non exclusive — interlocutrice, instance de médiation ou d’intervention et performeur » (Amey, 2009 : 217). Des glissements qui ne vont pas sans formatages successifs de la parole des locuteurs médiatiques ni restrictions de la marge des « possibles » discursifs :

Dans ce contexte, les acteurs, qu’ils soient élus politiques, experts ou simples profanes, et dès lors qu’ils entendent accéder à ces scènes de parole et entrer dans la « danse » conversationnelle, doivent accepter de se conformer à des rôles qui rendent leur marge de manœuvre de plus en plus ténue (Amey, 2009 : 217).

9Afin de concilier ces postures théoriques et empiriques témoignant de déplacements et de réinvestissements identitaires, d’une part, et de cadrage des attendus discursifs, d’autre part, nous envisagerons la distance au rôle mise en œuvre par le représentant politique en fonction de l’atténuation ou du renforcement du rôle préfiguré par le cadre de contraintes du programme et non en fonction de l’attitude discordante par rapport à ce cadre. Nous définirons par ailleurs le rôle à la lumière de l’organisation des relations interpersonnelles.

L’organisation relationnelle dans la communication télévisuelle

10Il reste donc à déterminer comment nous envisageons l’organisation relationnelle au sein d’un programme télévisé. L’approche interactionniste en analyse linguistique fournit de nombreux outils pour conceptualiser l’organisation de la relation interpersonnelle, dont nous pourrons nous inspirer moyennant l’adaptation aux particularités de la communication médiatisée.

11Ainsi, dans le tome II de son ouvrage consacré aux interactions verbales, Catherine Kerbrat-Orecchioni s’intéresse à la construction de la relation interpersonnelle dans la pratique langagière. Partant du postulat selon lequel le système d’expression de la relation interpersonnelle s’organise à partir de trois dimensions générales, à savoir la relation horizontale (axe de la distance), la relation verticale (axe de la domination ou système des places) et la relation conflictuelle vs la relation consensuelle (Kerbrat-Orecchioni, 1992 : 35), elle s’emploie à inventorier des marqueurs des relations de distance et de place. Ces marqueurs, désignés respectivement par « relationèmes » et « taxèmes », constituent à la fois des reflets et des constructeurs de la relation entre participants (Kerbrat-Orecchioni, 1992 : 37). Ils peuvent être de nature verbale, non verbale ou paraverbale.

12En référence à cette triple distinction élaborée par Kerbrat-Orecchioni, nous définirons les relations verticale, horizontale et agonale comme les trois dimensions constitutives de l’organisation relationnelle des programmes, au départ desquelles se structureront le rôle et la distance au rôle. Néanmoins, avant de préciser les indicateurs concrets qui permettront d’observer concrètement ces composantes de l’organisation relationnelle en télévision, il convient de s’interroger sur les particularités des relations interpersonnelles au sein de la communication télévisuelle. En effet, comme l’a avancé Lochard en distinguant les trois types d’identités en jeu dans les dispositifs télévisuels (voir supra) :

La prise en compte de cet opérateur de médiation qu’est le dispositif d’une émission est un préalable quand on analyse une séquence de plateau. Car elle revient à réaffirmer que les scènes perçues par les téléspectateurs ne sont pas simplement « télévisées », mais bien reconfigurées par le biais d’une performance « accomplie » collectivement par les sujets filmés et les sujets montrants, ce qui interdit, en conséquence, d’assimiler ces dernières (à partir de simples paramètres internes) aux situations d’échanges ordinaires (Lochard 2002 : 148-149).

13La présence d’un dispositif de médiation ne permet donc pas de transposer tel quel l’appareillage méthodologique fourni par l’approche interactionniste des conversations. Ce dispositif substitue en fait au couple bi-polaire locuteur-interlocuteur des sciences du langage un modèle triangulaire impliquant l’intervention d’une instance tierce. Cette instance pose un cadre contrôlant le déroulement des interactions et, ce faisant, contribue à l’institutionnalisation de la situation de communication télévisée. Il s’agit d’ailleurs d’un trait définitoire des situations de conversations télévisées (broadcast talk) que l’on retrouve dans les travaux de Paddy Scannel (1994) et, plus récemment, de Ian Hutchby (2006). Le premier définit comme suit cette particularité institutionnelle : « Les situations institutionnelles se distinguent des autres par le pouvoir qu’a l’institution d’organiser et de contrôler la nature de la situation et d’imposer ses définitions aux participants » (Scannel, 1994 : 58). Situations institutionnelles, les situations de communication télévisuelles sont, par ailleurs, destinées à un téléspectateur absent. En effet, comme le rappellent Guy Lochard et Jean-Claude Soulages, l’irréductible spécificité de la communication télévisuelle réside dans l’absence structurelle de l’un des « partenaires » de la communication : « le public qui se trouve au bout de la chaîne de la communication, privé de toute possibilité de réponse » (1998 : 82). Tout individu qui tend donc à construire une image de lui-même par l’intermédiaire de la télévision fait ainsi face à deux catégories d’allocutaires : des partenaires représentés dans la « diégèse » et des partenaires non représentés dans cet univers spatio-temporel du récit télévisuel. Avec Gérard Genette (1972 : 255-256), nous les nommerons des partenaires homodiégétiques et hétérodiégétiques. En d’autres termes, la relation de communication au sein de laquelle le locuteur véhicule une image de lui-même tend à se dédoubler en télévision. L’image de soi se construit, d’une part, dans la relation à l’interlocuteur immédiat, direct, présent physiquement dans la diégèse, c’est-à-dire homodiégétique. Elle se construit, d’autre part, dans la relation au téléspectateur : interlocuteur indirect, physiquement absent, hétérodiégétique. Dans la même optique, Marcel Burger parle de l’activation simultanée de deux relations de communication entre les participants aux débats télévisuels : une relation réciproque qui est à proprement parler interactive et une relation unilatérale, non interactive « du fait que les téléspectateurs, absents du lieu du débat, ne sauraient intervenir directement dans le discours du journaliste » (Burger, 2004 : 129).

14Notre modèle d’analyse du positionnement des représentants politiques dans le processus de communication télévisuelle vise donc l’analyse du rôle préfiguré dans le programme et de la distance au rôle, que nous définissons à la lumière de l’organisation des relations interpersonnelles. Celle-ci se décline en trois dimensions — la relation horizontale (axe de la distance), la relation verticale (axe de la domination ou système des places) et la relation conflictuelle vs la relation consensuelle — qui doivent être étudiées en référence à deux types de partenaires de la relation : les partenaires homodiégétiques et hétérodiégétiques, ce qui dédouble la situation de communication.

15Il convient à présent de donner un contenu proprement « télévisuel » à l’organisation relationnelle horizontale, verticale et agonale en déterminant quelles en sont les composantes. Ces composantes doivent donc tenir compte du caractère triangulaire de la relation de communication en télévision. La relation horizontale sera étudiée en référence à la personnalisation et à la proximisation. La première vise la mise en exergue des personnalités des mandataires publics — par opposition à leurs idées — tandis que la seconde fait référence à un discours qui tend à rapprocher le mandataire du téléspectateur-citoyen d’un point de vue socio-biographique, socio-cognitif, affectif mais aussi du point de vue de la participation politique, etc. Les deux concepts visent l’emprunt de grilles de perception à la vie quotidienne et non à la scène de débat public, dans une logique de « psychologisation » du discours politique (Neveu et Le Grignou, 1993). Nous inclurons également au sein de la relation horizontale la mise en scène proxémique qui, en référence aux travaux d’Edward Hall, se rapporte à la gestion de l’espace et des distances physiques, ainsi que la participation spectatorielle. Cette dernière composante, à laquelle furent associées les notions d’« empathie », de « fusion », de « projection/identification », de « mimétisme » ou encore d’« identification imaginaire » (Meunier, 2004 : 179), désigne l’adhésion au perçu, l’immersion du téléspectateur dans la diégèse. On peut y rattacher la multiplication des procédés visuels d’implication du destinataire à la scène montrée (Soulages, 2007). La relation verticale, quant à elle, vise avant tout la mise en danger du représentant politique dans le cadre préfiguré par le programme : le politique traqué dans des attitudes discordantes ou affrontant des actes de langage menaçants pour sa propre face, des « Face Threatening Acts » (Brown et Lewinson, 1987). L’examen de la mise en danger du politique dans les émissions de télévision pose, indirectement, la question du rapport de l’instance télévisuelle au pouvoir depuis le « régime de haute fidélité » (Bourdon, 1994) jusqu’à la mise en dérision du politique dans les programmes d’infotainment (voir Lochard, 2006). Corrélativement, la relation verticale se rapporte à l’opacité de l’instance de médiation : d’« interlocuteur » à « performeur » (Amey, 2009 : 217), elle passe d’une stratégie d’effacement énonciatif à un parti pris d’exposition du processus interprétatif, avec des conséquences différentes du point de vue des places attribuées aux partenaires de la relation. Enfin, la relation agonale est marquée par la teneur conflictuelle du programme. Cette composante vise la monstration du politique comme un lieu d’affrontement en renvoyant cette dernière à un jeu de stratégies : « A strategy frame organizes a policy conflict as a clash of political interests and competing strategies (Lawrence, 2000), typically highlighting political machinations of the contending parties, related to their objectives, strategies, and tactics » (Lee et al., 2008 : 700). Cette vision stratégique, décrite comme « cynique » par certains auteurs (voir par exemple Schudson, 1999), peut être soutenue par la dynamique rythmique du programme.

16Dans cette description des composantes, on entrevoit que notre modèle d’analyse tient compte des deux matériaux sémiotiques en jeu dans la communication télévisuelle : le verbal mais aussi le visuel, chacun d’entre eux visant, à plus ou moins forte dose, l’un ou l’autre des partenaires de la relation. Ainsi, la relation entre partenaires homodiégétiques concerne au premier chef le matériel sémiotique verbal tandis que la relation entre partenaires homodiégétiques et hétérodigétiques concerne d’abord la mise en scène visuelle. C’est cette distinction verbal-visuel/actants-téléspectateurs qu’opèrent Patrick Charaudeau et Rodolphe Ghiglione en distinguant le contrat « interne » du contrat « externe » du programme :

Qu’elle s’applique au genre débat, au genre magazine ou à tout autre genre télévisuel, l’analyse de la mise en scène visuelle d’une émission de plateau ne se situe pas au plan du « contrat interne » (celui qui préside à l’interaction verbale qui se déroule dans l’espace filmé) mais au niveau du « contrat externe » qui relie le téléspectateur aux acteurs médiatiques (Charaudeau et Ghiglione, 1999 : 29).

17Nous distinguerons trois niveaux parmi ces mises en scène verbale et visuelle. S’agissant du matériel sémiotique visuel, nous les nommerons scénographie, tournage et montage, en référence aux travaux de Vincent Amiel (1989 : 104). Quant au matériel verbal, nous nous inspirerons des espaces de comportement langagier définis par Charaudeau (2005b : 54), dont nous redessinerons les contours et les modes de désignation. Ainsi, nous définirons un espace énonciatif pour l’étude des procédés et des rôles énonciatifs, un espace interlocutif pour l’examen de la mécanique interlocutoire et un espace de thématisation. Les indicateurs permettant d’observer concrètement les composantes que nous avons définies ci-dessus seront puisés dans ces trois niveaux d’organisation verbale et visuelle, comme le montre le tableau 1. Ces indicateurs ne sont pas mutuellement exclusifs. En effet, plusieurs d’entre eux permettent d’observer simultanément plusieurs composantes de l’organisation relationnelle. Ainsi en est-il par exemple — en ce qui concerne le matériel sémiotique visuel — de la mise au jour des points de vue ou foyers de vision (Soulages, 2007 : 64-67), qui non seulement permettent de déterminer le niveau d’intégration du téléspectateur dans la diégèse, mais aussi de préciser des cadrages particularisants opacifiant la caméra.

Tableau 1. Dimensions, composantes et indicateurs relatifs à l’organisation des relations interpersonnelles préfigurée par le programme

Tableau 1. Dimensions, composantes et indicateurs relatifs à l’organisation des relations interpersonnelles préfigurée par le programme

Des stratégies croisées

  • 2  Voir pour la Belgique le numéro 24 de Recherches en communication. Pour la France, voir Neveu (200 (...)

18Pour qui tente de se construire une image dans le processus de communication télévisuelle, le dispositif de médiation agit donc comme un filtre qui prédéfinit la relation de communication au sein de laquelle l’« ethos discursif » (Maingueneau, 1999) va s’élaborer. Un ensemble d’indicateurs verbaux et visuels permettent de déterminer ce cadre préalablement défini par l’instance télévisuelle. Toutefois, ces mises en scène relationnelles relèveraient de stratégies croisées. Des recherches ont montré que les deux parties — politique et médiatique — sont bien souvent solidaires de ce qui est proposé dans les programmes, qu’ils soient politiques au sens « strict » ou de tout autre ordre2. Ainsi, à l’issue d’entretiens menés fin 2005 par l’Observatoire du récit médiatique — l’unité de recherche en analyse des médias de l’Université de Louvain — avec des représentants politiques belges, les deux tiers des interviewés se déclaraient a priori favorables à une participation aux programmes de divertissement. La moitié des arguments avancés pour justifier cette participation relève du registre des valeurs communes : il s’agit de montrer l’homme ou la femme « ordinaire » qui se cache derrière le mandataire politique. Parmi les autres arguments stratégiques énoncés par ces représentants politiques, on retrouve le caractère « grand public » des programmes de divertissement. Une participation permettrait donc de toucher un maximum de citoyens en une seule prestation télévisée mais aussi de se faire connaître auprès d’un public différent de celui qui suit les émissions politiques(Desterbecq, 2005 : 81-82).

19Si les stratégies croisées apparaissent dans les entretiens, elles sont aussi observables dans l’espace « interne » des échanges verbaux des programmes. Étudiant un corpus plurigénérique d’émissions télévisées, Guylaine Martel (2009) a montré combien le premier ministre du Québec Jean Charest exploite les contraintes génériques des différents programmes auxquels il participe et en tire avantage pour construire son image médiatique. De manière assez similaire, c’est à l’examen de ces stratégies croisées, issues de l’exploitation des contraintes prédéfinies par le programme, qu’est consacrée la seconde partie de notre recherche. Nous l’aborderons en fonction de la « distance au rôle », à savoir l’atténuation ou le renforcement du rôle prédéfini par l’organisation relationnelle du programme.

20Si, à l’instar de l’organisation des relations interpersonnelles, la distance au rôle peut se manifester dans des comportements tant non verbaux ou paraverbaux que verbaux, nous nous limiterons, pour notre part, à l’examen de cette dernière composante. En référence aux distinctions opérées par Lochard, nous chercherons à restituer la performance communicationnelle des protagonistes politiques des programmes au moyen de la mise au jour de leur « identité discursive » (Lochard, 2002). L’examen des stratégies discursives mises en œuvre par les locuteurs politiques est donc aux fondements de notre analyse. Celles-ci se manifestent tant sur le fond que sur la forme du discours. Elles permettent de déterminer si le mandataire public vise à renforcer l’organisation relationnelle horizontale, verticale et agonale d’un programme télévisé politique ou d’infotainment ou à en atténuer les effets. Ainsi, s’agissant de l’organisation de la relation horizontale, un certain nombre de stratégies sur le fond du discours tendent à « psychologiser » les interventions des mandataires publics. En explorant la littérature, nous avons repéré trois types d’énoncés susceptibles d’agir sur cette composante :

  • des énoncés qui valorisent la proximité dans les politiques publiques (pragmatisme, ancrage local, démocratie participative, etc.) (Lefebvre, 2005 ; Le Bart, 2005 et 2009);

  • des énoncés qui valorisent la proximité dans la conception du lien politique ou de l’organisation sociopolitique (Paoletti, 2005);

  • des énoncés qui valorisent la proximité dans la présentation de soi (Paoletti, 2005) : proximité socio-biographique, socio-cognitive ou encore affective/hédonique.

21Tandis que sur la forme du discours, le représentant politique accroît personnalisation ou proximisation en usant d’arguments par l’exemple ou d’arguments fondés sur les valeurs communes, sur l’opinion commune (Breton, 2001), en mettant en danger sa propre face au départ de ce que Peneloppe Brown et Stephen Lewinson (1987) appellent des « face threatening acts » (par des aveux, des excuses, des auto-critiques, etc.) et, enfin, en possédant une capacité de réplique aux actes humoristiques émanant de l’instance d’animation.

22Ces catégories sont toutefois perméables. Comme pour la définition du rôle, les indicateurs de la distance au rôle ne sont pas mutuellement exclusifs. En effet, pour le représentant politique, la capacité de réplique aux actes humoristiques peut également venir rééquilibrer une relation qui tend à devenir dissymétrique. On agit alors, au moyen des procédés de mise en danger, sur l’attribution de places, sur la relation verticale. Parmi les actes de langage qui ont valeur « taxémique », on mentionnera avec Kerbrat-Orecchioni la moquerie, la raillerie, l’ironie, mais aussi la contestation, la réfutation, l’objection, la provocation ou le défi : tous placent celui qui l’accomplit en position haute par rapport à son interlocuteur (Kerbrat-Orecchioni, 1992 et 2008), dénotant un caractère fort, une personnalité réactive. Nous inclurons aussi dans cette catégorie le retournement de rôle : le retournement du rôle de questionnant, par exemple. Toutefois, le représentant politique peut user de stratégies somme toute plus risquées en se mettant lui-même en position basse : aveux, excuses, auto-critiques, autant d’actes de langage qui témoignent d’un « ethos d’<humanité> ». Toutefois, comme l’a mis en évidence Charaudeau (2005a : 114), ce sont des figures difficiles à manier, car elles peuvent être interprétées comme la marque d’une faiblesse.

23Enfin, en situation d’interaction conflictuelle, le locuteur politique peut user sur le fond du discours de stratégies discursives qui concordent avec la dynamique d’affrontement : métaphores guerrières ou opinions présentées comme différentes de celles des adversaires, ce sont des procédés discursifs assez classiques. Mais, plus fondamentalement, Guylaine Martel et Olivier Turbide (2005) ont mis en évidence des procédés formels, rhétoriques, d’accentuation et d’atténuation de l’opposition. Ils distinguent ainsi le contraste et la contradication, procédés qui accentuent les oppositions entre les opinions des représentants politiques, de la concession et de la prolepse, formes atténuées d’opposition qui témoignent d’une attitude conciliante. Et les auteurs de montrer la possibilité d’un détournement intentionnel des contraintes discursives du genre du programme au profit de la construction de l’image publique des représentants politiques (Martel et Turbide, 2005 : 212-213).

Quels enjeux ?

24Le positionnement des représentants politiques dans le processus de communication télévisuelle ne peut donc être étudié qu’en prenant en considération ces deux composantes : le rôle, fait de contraintes verbales et visuelles, et la distance au rôle, faite de stratégies discursives qui atténuent ou renforcent ce cadre préalable.

25Depuis une vingtaine d’années, des recherches ont été consacrées à ces évolutions des dispositifs télévisuels, en France et en Belgique à tout le moins, où ces transformations sont depuis nettement moins longtemps ancrées dans la couverture télévisuelle du politique qu’en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, par exemple. D’autres travaux ont été consacrés aux transformations des discours et de la communication politique que l’on dit actuellement en « crise » (voir Renard, 2006). L’objectif de notre recherche n’est évidemment pas de tout « réinventer » en redécouvrant les transformations à l’œuvre depuis une vingtaine d’années. En revanche, notre but est d’articuler ces deux champs d’études des dispositifs et des stratégies discursives afin de se départir d’une position médiacentrique qui attribuerait à l’instance télévisuelle des transformations beaucoup plus profondes. Par ailleurs, l’objectif de notre recherche est également comparatif dans la mesure où nous visons des transformations diachroniques et interculturelles. Il s’agit d’évaluer la part des constantes et des variables dans les stratégies et les dispositifs ou encore de repérer les régularités transgénériques afin de mettre au jour des configurations propres à certaines époques ou certains contextes socioculturels (voir Lochard, 2001).

26Quels sont les lieux qui structurent le plus fortement l’organisation relationnelle et, par conséquent, le rôle affecté au mandataire ? S’approprie-t-on davantage ces contraintes aujourd’hui ou se les approprie-t-on moins ? Les cadres de contraintes et les stratégies discursives évoluent-ils avec le temps et selon les pays ? Joue-t-on sur toutes les dimensions de l’organisation relationnelle au fil du temps ? Ce ne sont que quelques questions auxquelles le cadre méthodologique que nous venons de dresser doit permettre de répondre. Comme le précise le sociologue Georges Balandier, le politique ne disparaît pas, car il est indissociable du tragique; il change simplement de forme (Balandier, 1992). Notre recherche s’inscrit dans l’examen de ces recompositions du politique par l’intermédiaire de la télévision.

Haut de page

Bibliographie

Amey, Patrick (2009), La parole à la télévision. Les dispositifs des talk-shows, Paris, L’Harmattan.

Amiel, Vincent (1989), « Petit précis naïf d’une mise en scène de la réalité à la télévision », Communication et langages, 79, p. 103-109.

BALANDIER, Georges (1992), Le pouvoir sur scènes, Paris, Balland.

Bourdon, Jérôme (1994), Haute fidélité. Pouvoir et télévision, 1935-1994, Paris, Seuil.

Breton, Philippe (1996/2001), L’argumentation dans la communication, Paris, La Découverte, Coll. « Repères ».

Brown, Peneloppe et Stephen C. LEVINSON (1987), Politeness. Some Universals in Language Usage, Cambridge, Cambridge University Press.

Burger, Marcel (2004), « Les enjeux des discours de débat dans les médias : le cas des débats-spectacle », Communication, 23(2), p. 125-149.

CHARAUDEAU, Patrick (dir.) (1991), La télévision. Les débats culturels. « Apostrophes », Paris, Didier Érudition, Coll. « Langages, discours et sociétés ».

CHARAUDEAU, Patrick et Rodolphe GHIGLIONE (1997), La parole confisquée. Un genre télévisuel : le talk-show, Paris, Dunod.

CHARAUDEAU, Patrick et Rodolphe GHIGLIONE (dir.) (1999), Paroles en images. Images de paroles. Trois talk-shows européens, Paris, Didier Érudition, Coll. « Langages, discours et sociétés ».

CHARAUDEAU, Patrick (2005a), Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert.

Charaudeau, Patrick (2005b), Les médias et l’information. L’impossible transparence du discours, Bruxelles/Paris, De Boeck & Larcier/INA, Coll. « Médias recherches ».

Desterbecq, Joëlle (2005), « Le regard des journalistes et des politiques sur les émissions politiques », Recherches en communication, 24, p. 67-93.

GENETTE, Gérard (1972), Figures III, Paris, Seuil.

GERSTLÉ, Jacques et al. (1992), « La couverture télévisée des campagnes présidentielles. L’élection de 1988 aux États-Unis et en France », Pouvoirs, 63, p. 53-69.

GOFFMAN, Erving (1973), La mise en scène de la vie quotidienne. Tome I, Paris, Minuit.

Goffman, Erving (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

hutchby, Ian (2006), Media Talk. Conversation Analysis and the Study of Broadcasting, Maidenhead, Open University Press, Coll. « Issues in Cultural and Media Studies ».

JOST, François (2001/2003), La télévision du quotidien. Entre réalité et fiction, Bruxelles/Paris, De Boeck & Larcier/INA, Coll. « Médias recherches ».

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine (1992), Les interactions verbales. Tome II, Paris, Armand Colin.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine (2008), Les actes de langage dans le discours. Théories et fonctionnement, Paris, Armand Colin, Coll. « Cursus ».

LE BART, Christian (2005), « La proximité selon Raffarin », Mots. Les langages du politique, 77, p. 13-28.

LE BART, Christian (2009), « Les présidentiables de 2007 entre proximité et surplomb. Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal vus par Libération », Mots. Les langages du politique, 89, p. 39-55.

Le Breton, David (2008), L’interactionnisme symbolique, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Quadrige ».

Lee, Nam-Jin et al. (2008), « Framing policy debates : Issue dualism, journalistic frames, and opinions on controversial policy issues », Communication Research, 35(5), p. 695-718.

Lefebvre, Rémi (2005), « La proximité à distance. Typologie des interactions élus-citoyens » dans Christian LE BART et Rémi LEFEBVRE (dir.), La proximité en politique. Usages, rhétoriques et pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Coll. « Res Publica ».

Le Foulgoc, Aurélien (2003), « 1990-2002 : une décennie de politique française à la télévision. Du politique au divertissement », Réseaux, 118(2), p. 23-63.

Le Grignou, Brigitte et Erik NEVEU (1993), « Intimités publiques. Les dynamiques de la politique à la télévision », Revue française de science politique, 43(6), p. 940-969.

LOCHARD, Guy et Jean-Claude SOULAGES (1993), « Talk-show : la part de l’image », Revue de psychologie française, 38(2), p. 145-160.

LOCHARD, Guy et Jean-Claude SOULAGES (1998), La communication télévisuelle, Paris, Armand Colin.

Lochard, Guy (2001), « Penser autrement l’histoire de la communication télévisuelle », L’Année sociologique, 51(2), p. 439-453.

LOCHARD, Guy (2002), « Identités sociales, médiatiques et discursives à la télévision : de la mobilité à l’instabilité », Questions de communication, 2, p. 145-158.

Lochard, Guy (2006), « Le traitement humoristique des personnalités politiques dans les talk-shows français », Questions de communication, 10, p. 65-79.

Maingueneau, Dominique (1999), « Ethos, scénographie, incorporation » dans Ruth AMOSSY (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Paris, Delachaux et Niestlé, p. 75-100.

Martel, Guylaine et Olivier TURBIDE (2005), « Argumentation et performance communicationnelle. Le débat politique médiatisé » dans Marcel BURGER et Guylaine MARTEL (dir.), Argumentation et communication dans les médias, Québec, Éditions Nota bene, p. 193-215.

Martel, Guylaine (2009), « Construction de l’image médiatique des politiciens. Des stratégies en plusieurs genres pour toutes les identités », Colloque international Le français parlé dans les médias 2009, Lausanne, Université de Lausanne.

Meunier, Jean-Pierre et Daniel PERAYA (1993/2004), Introduction aux théories de la communication. Analyse sémio-pragmatique de la communication médiatique, Bruxelles, De Boeck & Larcier, Coll. « Culture et communication ».

Neveu, Erik (2003), « De l’art (et du coût) d’éviter la politique. La démocratie du talk-show version française », Réseaux, 118(2), p. 95-134.

Paoletti, Marion (2005), « Domestiquer la représentation politique. Les professions de foi pour les élections législatives de 2002 », Mots. Les langages du politique, 77, p. 29-40.

Renard, Ludovic (2006), Le traitement télévisuel de la politique. Les recompositions symbolico-cognitives de la politique à la télévision (1996-2006). Thèse de doctorat en science politique sous la direction de Pierre SADRAN, Université Montesquieu-Bordeaux IV, École doctorale de science politique de Bordeaux.

Scannel, Paddy (1994), « L’intentionnalité communicationnelle dans les émissions de radio et de télévision », Réseaux, 12(68), p. 49-63.

Schudson, Michael (1999), « Social origins of press cynicism in portraying politics », American Behavioral Scientist, 42(6), p. 998-108.

Soulages, Jean-Claude (2007), Les rhétoriques télévisuelles. Le formatage du regard, Bruxelles/Paris, De Boeck & Larcier/INA, Coll. « Médias recherches ».

Haut de page

Notes

1  Voir le numéro 24 de la revue Recherches en communication, consacré à la « spectacularisation du politique », qui inclut des réflexions sur la Belgique, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie et la Grèce.

2  Voir pour la Belgique le numéro 24 de Recherches en communication. Pour la France, voir Neveu (2003).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Dimensions, composantes et indicateurs relatifs à l’organisation des relations interpersonnelles préfigurée par le programme
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4209/img-1.png
Fichier image/png, 137k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Desterbecq, « Recomposition du politique à la télévision : entre contraintes communicationnelles et stratégies discursives », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 21 juin 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/4209 ; DOI : 10.4000/communication.4209

Haut de page

Auteur

Joëlle Desterbecq

Joëlle Desterbecq est aspirante du FRS-FNRS (Fonds de la recherche scientifique-Fonds national de la recherche scientifique en Communauté française de Belgique) et membre de l’Observatoire du récit médiatique de l’Université catholique de Louvain. Courriel : joelle.desterbecq@uclouvain.be.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org