Navigation – Plan du site
Recherches

L’antimondialisation dans la presse écrite en France

De l’événement au discours social
Julien Auboussier

Résumés

Cette note de recherche revient sur un travail de doctorat portant sur l’antimondialisation dans la presse française. L’objectif est de comprendre comment l’antimondialisation puis l’altermondialisation se sont inscrites comme événement dans l’espace public médiatisé et comment, par la suite, la presse a contribué à la connaissance et à la reconnaissance d’un nouvel acteur politique porteur d’un « discours social spécifique » (Delforce et Noyer, 1999).

Haut de page

Texte intégral

1Le xxie siècle est inauguré il y a dix ans dans les rues de Seattle quand une importante réunion de l’Organisation mondiale du commerce est perturbée par des milliers de manifestants. Du moins, c’est ce que le quotidien français Le Monde annonce le 7 décembre 1999, à l’issu du sommet, en première page : « Le xxie a commencé à Seattle ». C’est, plus exactement, Edgard Morin qui l’affirme, car cet appel de une renvoie à une longue tribune du sociologue que le quotidien du soir accueille dans ses pages « Horizons-Débats » : « Ce qui a surgi à Seattle, c’est la prise de conscience que le contrôle de la mondialisation ne peut s’effectuer qu’au niveau mondial » ; et de constater qu’« il s’est constitué de façon quasi spontanée à partir d’associations, d’ONG, d’expériences locales, une internationale civile ». Le constat du sociologue est largement partagé. C’est que la foule hétéroclite et bigarrée qui se rassemble dans les rues de Seattle pour affirmer qu’« un autre monde est possible » porte en elle de nombreux espoirs. Beaucoup ont envie d’y croire et nombre d’analystes, des plus sérieux aux plus obscurs, y projettent leurs propres attentes, rêves et utopies. Une communauté citoyenne, porteuse d’une conscience planétaire, qui se réunit et affirme à la face des puissants sa volonté de se réapproprier les grandes orientations politiques, économiques et culturelles du monde, c’est une révolution. Et celle-ci est festive, colorée, assez positive pour ne pas être effrayante.

Objectif

2L’objectif du travail proposé n’est ni d’apprécier le potentiel émancipateur de ce que l’on nomme après Seattle « l’antimondialisation » ni la réussite ou l’échec d’un mouvement renommé « altermondialisation » à partir de 2002. La finalité n’est pas, non plus, d’évaluer si ce traitement est positif ou négatif, s’il est juste ou injuste. L’objectif est de comprendre comment l’antimondialisation puis l’altermondialisation se sont inscrites comme événement dans l’espace public médiatisé français et comment, par la suite, la presse a contribué à la connaissance et à la reconnaissance d’un nouvel acteur politique porteur d’un « discours social spécifique » (Delforce et Noyer, 1999). En dernière analyse, nous nous attachons à la capacité de ce discours à s’inscrire au sein de la discursivité sociale. L’objectif est donc triple : analyser l’altermondialisation dans la presse française comme événement, comme acteur et comme discours. Nous insisterons, dans cette note de recherche, sur les résultats au détriment de l’exposé des analyses de discours qui les soutiennent.

Positionnement théorique

3Selon la perspective phénoménologique adoptée, les médias sont abordés comme l’instance contemporaine privilégiée de l’objectivation sociale. C’est en ce sens qu’ils contribuent à définir l’individu dans sa relation à la société. L’information apparaît comme une « forme de connaissance » (Park, 1940) dont l’intérêt est de favoriser un sens et un monde commun dans un monde intersubjectif et, ainsi, d’éloigner le spectre du chaos. Si les médias disposent d’un pouvoir, c’est donc celui de dire le monde commun : « [… pouvoir de fondation […] corrélatif de leur fonctionnement comme supports pratiques d’un mode historique d’objectivation de la médiation symbolique » (Quéré, 1982 : 154). Le monde commun ainsi constitué illustre le compromis, objectivé et toujours précaire, issu des conflits de définitions du monde social promues par les acteurs sociaux. Dès lors, l’efficacité des médias tient à leur capacité d’organisation du monde et de l’ordre social. Le discours médiatique apparaît comme une médiation capable d’insérer toute nouvelle situation, toute nouvelle occurrence, même problématique, en l’intégrant dans une organisation vraisemblable et cohérente du monde (cohérence qui n’est pas ontologiquement nécessaire).

Corpus et méthode

4Le corpus est constitué selon deux modalités complémentaires. Une série de corpus fermés est mobilisée autour de « moments discursifs » forts (Moirand, 2007) ; un autre corpus est resté largement ouvert au cours du travail (un corpus « boule de neige » en quelque sorte). La première modalité de construction du corpus a permis de mobiliser les outils linguistiques dans le cadre d’analyses circonscrites et répondant aux critères de validité scientifique d’une linguistique de corpus. La seconde modalité, qui exige une démarche plus intuitive largement revendiquée au cours du travail, a permis de comprendre et de mettre en valeur certains processus de circulation de sens que l’arbitraire d’un corpus fermé n’aurait pas permis de cibler. Notre attention porte sur huit titres de la presse française : cinq quotidiens, Le Monde, Le Figaro, Libération, L’Humanité, La Croix et Les Échos, un hebdomadaire, Le Point, et un mensuel, Le Monde diplomatique. Nous considérons que les huit titres retenus relèvent de la « presse politique » bien que tous ne partagent pas les mêmes formes d’engagement. Notre attention se porte sur les huit titres à partir de l’année 1999, date à laquelle émerge l’antimondialisation dans la presse.

L’antimondialisation

Avant Seattle

5C’est au cours des années 1980 que l’usage du terme mondialisation se développe réellement, et ce, dans les domaines de l’économie et de la finance. Il s’agit de relayer l’idée selon laquelle l’entreprise nouvelle est dans l’obligation de penser son développement à l’échelle mondiale et non plus dans le cadre national, étroit et contraignant. Terme peu interrogé et dont le recours est largement limité aux domaines économique et financier jusqu’au début des années 1990, il se dégage ensuite de son espace d’usage pour être abondamment discuté au sein des sciences sociales et humaines à partir de 1995 (Dagorn, 1999). Au même moment, le terme jouit d’une promotion médiatique remarquable, et la mondialisation se constitue alors clairement comme objet de débat public. La polysémie du mot en favorise l’investissement idéologique, et le terme apparaît rapidement comme une ressource discursive à la fois partagée et polémique. Très nettement, le terme mondialisation revêt alors les caractéristiques de la « formule discursive » (Krieg-Planque, 2003) : il devient un lieu de rencontre des divers discours sociaux en circulation dans la société et, en ce sens, peut être traité comme un lieu d’affrontement et d’enjeux non seulement discursifs mais aussi sociopolitiques.

6Durant la seconde moitié des années 1990, la mondialisation est ainsi déjà constituée en objet du débat social et des voix s’élèvent pour imposer la mondialisation comme l’origine des maux contemporains. Ces discours, relayés principalement dans les rubriques à « énonciation subjectivisée » (Moirand, 2007), contribuent à une appréhension de la mondialisation comme un processus condamnable car injuste et immoral (et non plus inéluctable, malheureux mais tolérable). Un cadre d’interprétation, construit autour de la dénonciation des effets pervers de la mondialisation néolibérale et qui impose les institutions internationales comme cibles privilégiées, est donc déjà disponible. L’émergence (fin 1999) puis la généralisation des termes antimondialisation (2000-2001) et altermondialisation (à partir de 2002) vont favoriser la convergence des interrogations liées à la mondialisation aussi bien dans l’espace militant que dans l’espace des discours médiatiques.

Comme événement

7L’antimondialisation trouve ses origines dans des mouvements de pensée déjà anciens comme le tiers-mondisme, le syndicalisme paysan, le militantisme chrétien, l’anarchisme (Agrikoliansky et al., 2005). Si la presse française insiste sur sa nouveauté, c’est que l’antimondialisation existe d’abord sous la forme de l’événement et que c’est bel et bien à Seattle, en novembre et décembre 1999, que ce mouvement collectif de protestation acquiert sa visibilité dans l’espace public médiatisé. Seattle constitue l’événement originel au sens où il offre à l’antimondialisation un premier « contexte de description » (Quéré, 1994) et, par là même, une consistance sémiotique permettant sa reconnaissance. C’est une esthétique (des images), des mots d’ordre, des visages (ou, plutôt, un visage, celui de José Bové)… Bref, c’est par et dans l’événement que l’antimondialisation acquiert sa consistance.

8Cette dynamique événementielle est mise en place par la sphère militante. En effet, le contre-sommet de Seattle est un événement provoqué et « anti-routine » (Molotch et Lester, 1996). Les militants réussissent un braconnage de l’attention médiatique dont le succès s’explique notamment par les formes le plus souvent festives que prennent les mobilisations et par l’imaginaire sur lequel s’élaborent les discours : face aux puissants, la « société civile internationale » (Auboussier et Niemeyer, 2010). Dès lors, l’événement n’est donc ni le sommet ni le contre-sommet militant, mais leur affrontement.

9Seattle donne en fait naissance à un paradigme événementiel configuré autour des performances militantes qui ont lieu à partir de l’année 2000. Autrement dit, l’événement anti-routine est l’objet d’une surprenante et rapide « routinisation » et le public, jusqu’alors délaissé des réunions internationales, politiques ou économiques, devient central dans la mise en scène des événements. Chaque performance des militants, autrement dit chaque épisode du paradigme événementiel, offre dès lors l’occasion de « rejouer » l’affrontement.

10Sans doute faut-il noter qu’en se concentrant sur l’événement, la presse contribue à la configuration d’un conflit politique piégé dans le symbolique de l’affrontement sommet/contre-sommet. L’événement originel Seattle en donnait d’ailleurs déjà une première illustration : la politique est pensée dans le temps court de la performance militante et la presse n’hésite alors pas à relayer « la victoire de Seattle », victoire pourtant à court terme et aux répercussions politiques quasi nulles.

Comme acteur

11À partir de Seattle, les militants sont les coproducteurs médiatiquement reconnus de la dialectique sommet/contre-sommet. Mobilisation après mobilisation, le paradigme événementiel qui se configure alors assure la pérennité du mouvement. Comme le note Danny Trom, « une entité collective agissante peut être saisie comme un enchaînement spatio-temporel de performances empiriquement observables » (2001 : 105). Et c’est en effet dans cette dialectique de l’événement et du sens (Ricœur, 1999) que le mouvement acquiert son identité et son récit.

12Si l’antimondialisation se constitue donc autour d’actions symboliques fortes — les performances militantes —, elle se constitue aussi et surtout autour d’un événement discursif constituant : l’apparition du label « antimondialisation ». Il est ce par quoi et à travers quoi l’antimondialisation s’individualise. Le label apposé sur certains événements, discours, organisations, personnes… atteste leur attachement ou de leur inscription au sein d’un cadre d’interprétation construit autour de la dénonciation des effets néfastes de la mondialisation. Rappelons néanmoins que si le label « antimondialisation » apparaît au cours de l’événement Seattle (novembre-décembre 1999), il ne se généralise réellement qu’au cours du début de l’année 2000. Seattle reste, en effet, le temps des désignations, instables et éphémères (« anti-OMC », « manifestants contre les effets de la mondialisation », « société civile internationale », etc.), et pas encore celui de la réelle dénomination de l’acteur politique. Ce n’est donc qu’au cours des jours et des semaines qui suivent Seattle que le label autorise la catégorisation en coordonnant la diversité : c’est la naissance de l’identité et du récit de l’antimondialisation.

13En effet, c’est dans le discours que les stratégies de dénomination et de catégorisation trouvent à s’objectiver et leurs résultats à apparaître sur le mode du « cela va de soi ». Largement qualificatif dans ses premiers usages (le label qualifie aussi bien une performance, un individu, un groupe, un discours…), le terme antimondialisation revêt rapidement le statut de catégorie, voire de quasi-nom propre, et l’on passe ainsi clairement de la désignation-description à la dénomination. C’est la force du nom : « Donner un nom, c’est assigner à un objet réel un signifiant qui lui assure une consistance symbolique dans l’exercice de la communication et dans les formes de la représentation » (Lamizet, 2002 : 59).

14Dès lors, la diversité sociopolitique de la nébuleuse antimondialiste est voilée par l’émergence d’une cohérence rendue possible par la force du label, par la force du nom. Dans la presse, syndicalisme paysan, militantisme chrétien, écologisme… se retrouvent sous le terme antimondialisation comme catégorie ou comme nom. L’identité collective est un phénomène à la fois ontologiquement subjectif et épistémologiquement objectif au sens où elle s’impose à tous (Searle, 1998 ; Trom, 2001). Dans notre perspective, c’est là que se joue le pouvoir des médias sur la configuration du monde commun, dans cette capacité à objectiver et à institutionnaliser des identités et à dresser le théâtre social et politique. Les médias n’inventent pas les identités ; ils les naturalisent et les fondent en objet sémiotique, c’est-à-dire en ressource commune.

15Pour tout un chacun, l’antimondialisation n’existe que dans les occasions qu’elle offre à la presse d’appliquer à telle ou telle performance le label, c’est-à-dire la catégorie d’appartenance. L’événement apparaît comme un rituel d’institutionnalisation pour un collectif en cours de configuration et le label « antimondialisation » renvoie finalement moins à une réalité qu’à une façon de classer et de comprendre le monde et ses acteurs. Sous l’affirmation descriptive, le label revêt une dimension performative : il permet la désignation et la reconnaissance d’un nouvel acteur collectif de la scène politique.

Comme discours social

16Dès l’après-Seattle, et plus encore avec le nouveau contexte mondial ouvert par le 11 septembre, certains acteurs de l’espace militant font part de leur regret de se voir affubler l’étiquette « antimondialisation ». La valeur adversative du préfixe anti- pose problème. C’est que condamner la mondialisation sied mal à un mouvement qui revendique haut et fort son internationalisme ; c’est aussi que le mouvement est trop souvent réduit par les commentateurs à sa posture critique. À ce titre, l’adoption du préfixe alter- doit illustrer la force de proposition d’un mouvement qui, à partir de 2002, privilégie le dispositif du forum social à celui du contre-sommet dont les violences de Gênes (juillet 2001) ont illustré les limites et les risques.

17Le nouveau contexte encourage ainsi une nouvelle préfixation et le préfixe alter- vient qualifier le radical mondialisation pour rapidement devenir un composé lexical unifié. Le préfixe anti- à valeur antonymique ou adversative est une ressource discursive depuis longtemps diffusée, que ce soit dans des unités figées ou dans des dérivations plus ou moins éphémères. À ce titre, il faut noter que, contrairement au terme antimondialisation, le mot-valise altermondialisation revêt un caractère néologique total. Ainsi, contrairement au préfixe anti-, alter- acquiert une valeur préfixale seulement quand s’opère l’évolution terminologique entre les deux dénominations, c’est-à-dire quand il vient à qualifier le radical mondialisation. Sémantiquement, le couple antimondialisation/altermondialisation est tout à fait intéressant puisqu’à la paronomase s’associe une présupposition inverse sur le plan du contenu.

18Durant l’année 2002, le recours à la nouvelle préfixation est largement commenté dans la presse française et l’origine militante de cette préfixation est indiquée par le recours aux guillemets ou commentée dans des gloses métadiscursives. C’est ensuite au cours de l’année 2003 que les gloses et commentaires métadiscursifs ainsi que les guillemets disparaissent. La communauté langagière dont est issue l’initiative de la nouvelle préfixation n’est alors plus précisée ; les journalistes (et d’autres acteurs sociaux) s’en emparent et l’assimilent. Dès lors, les guillemets n’indiquent généralement plus un emprunt à l’espace militant mais l’énonciation de celui qui, ici et maintenant, exploite le néologisme (homme politique, éditorialiste…). Autrement dit, la communauté dont est issu le néologisme disparaît au profit des acteurs qui l’exploitent ; et le renouvellement des traces de l’interdiscours illustre ainsi le passage, par la médiation de l’espace médiatique, du discours militant à l’exploitation politique.

19Le préfixe alter- gagne alors une surprenante autonomie et devient une ressource langagière au même titre que son prédécesseur. Assimilé médiatiquement dans son usage préfixal premier (alter-mondialisation et ses dérivés grammaticaux) au cours de l’année 2002, le préfixe alter- s’inscrit dans un processus de circulation créative à partir de 2003. La progéniture discursive issue de l’usage stratégique de ce préfixe profite d’un faible degré de figement et ne traduit aucun projet de lexicalisation. Les exemples sont nombreux : « alter-gauche », « alter-écolos », « alter-information », « alter-économie », « alter-université », « alter-militant », « alter-nationalisme », « alter-monde », « alter-communisme », « alter-protectionnisme », « alter-altermondialiste »… Des formes profitent d’un degré de figement plus important comme « alter-politique » ou « alter-Europe » que l’ensemble des acteurs politiques n’hésite pas à mobiliser. Alors que la préfixation en alter- n’existe tout simplement pas jusqu’en 2002, les dérivés se multiplient ainsi à partir de 2003, ce qui illustre le privilège axiologique dont le préfixe jouit, et ce, bien au-delà de la communauté militante dont il est issu.

Discours de l’alternative et discursivité sociale

20Le préfixe est l’objet d’un usage clairement stratégique. Il relève du mot argument, du moins, du préfixe à valeur argumentative. Sémantiquement, le nouveau préfixe a une valeur fondamentalement politique et contribue à relayer un nouveau « discours social spécifique » (Delforce et Noyer, 1999 ; Delforce, 2010) que nous proposons d’appeler « discours de l’alternative ». Il faut le percevoir comme le discours de l’altermondialisation émancipé de sa relation à l’événement et à l’acteur altermondialiste. Le discours de l’alternative se manifeste dans le recours à la nouvelle préfixation, mais aussi dans la mobilisation d’autres mots d’ordre altermondialistes comme « un autre monde est possible » également largement repris : « une autre Europe est possible », « une autre université est possible »… Mobiliser ce discours, c’est donner à penser que les pratiques, les revendications et les discours actuels peuvent être renouvelés au sein d’un nouvel horizon utopique. Les campagnes électorales européennes de 2004 et 2005 offrent un bel exemple de cette autonomisation du discours de l’alternative. Au centre des débats et des revendications se trouvent l’« alter-Europe » et le mot d’ordre « Une autre Europe est possible ». Ces deux lieux discursifs sont mobilisés par l’ensemble des acteurs politiques, de l’extrême droite à l’extrême gauche. Le préfixe alter- et les mots d’ordre aussi circulent donc, activant à chaque reprise un cadre de référence modélisé selon l’usage stratégique dont ils sont l’objet. Conséquence de cette malléabilité : l’alternative proposée devient finalement signifiante si, et uniquement si, le lecteur saisit l’implicite qui en motive l’usage.

21Dans sa dernière partie, notre travail de doctorat encourage à penser les modes hégémoniques de régulation de la discursivité sociale. Les discours et leurs pratiques, qui coexistent dans une société, ne sont pas juxtaposés ; ils forment un tout dans lequel sont produits et s’imposent des thèmes, des idées, des opinions, des modes, du commun et du légitime, de l’hétérogène et de l’illégitime, des registres de vérité et des formes de connaissance (une gnoséologie). L’hégémonie, telle que nous la concevons à la suite de Marc Angenot (1989), est fondamentalement interdiscours et profondément dialogique, et c’est ce qui l’éloigne de l’idéologie comme texte. Elle régule l’acceptabilité, hiérarchise les thèmes et les rhétoriques et ouvre ainsi un espace défini et contraint de débat et de dissension. Un discours ne prend sens que dans le rapport qu’il entretient à son énonciateur. Or, en passant de bouche en bouche, d’usage en usage, de stratégie en stratégie, le discours de l’alternative est neutralisé dans une rhétorique trop partagée et qui, finalement, en vient à délimiter les interprétations communes et légitimes. Discours politique et fondamentalement critique, le discours antimondialisation a été travaillé par l’interdiscours et les modes hégémoniques de régulation de la discursivité sociale pour muter en un discours de l’alternative dont l’énergie originelle s’est diluée dans les usages, souvent contradictoires, dont il est l’objet et, par là même, dans l’autonomie acquise à l’égard de l’événement et de l’acteur antimondialiste ou altermondialiste.

Haut de page

Bibliographie

AGRIKOLIANSKY, Eric et al. (dir.) (2005), L’altermondialisme en France : la longue histoire d’une nouvelle cause, Paris, Flammarion.

ANGENOT, Marc (1989), « Hégémonie, dissidence et contre-discours. Réflexions sur les périphéries du discours social en 1889 », Études littéraires, 22(2), p. 11-24.

AUBOUSSIER, Julien et Katharina KIEMEYER (2010), « Antimondialisation et société civile dans la presse française et allemande », dans Jay ROWELL et Anne-Marie SAINT-GILLE, La société civile organisée aux XIXe et XXe siècles : perspectives allemandes et françaises, Paris, Presses universitaires du Septentrion, p. 203-215.

DAGORN, René (1999), « Une brève histoire du mot mondialisation », dans Michel BEAUD et al., Mondialisation. Les mots et les choses, Paris, Karthala, p. 187-204.

DELFORCE, Bernard et Jacques NOYER (1999), « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiatisation : constructivisme et discursivité sociale », Études de communication, 22, p. 13-39.

DELFORCE, Bernard (2010), « Discursivité sociale/discours sociaux : penser les enjeux de l’information », dans Aurélie TAVERNIER et al., Figures sociales des discours, Lille, Éditions du Conseil scientifique de l’Université Charles-de-Gaulle, p. 57-72.

JEANNERET, Yves (2008), Penser la trivialité, vol. 1 : La vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès-Lavoisier.

LAMIZET, Bernard (2002), Politique et identité, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

PARK, Robert Ezra (1940), « News as knowledge », American Journal of Sociology, 45(5), p. 669-686.

MOIRAND, Sophie (2007), Les discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Linguistique nouvelle ».

MOLOTCH, Harvey et Marilyn LESTER (1996), « Informer : une conduite délibérée. De l’usage stratégique des événements », Réseaux, 75, p. 23-39.

QUÉRÉ, Louis (1994), « Le langage dans l’organisation sociale de l’expérience », Sociétés contemporaines, 18-19, p. 17-41.

KRIEG-PLANQUE, Alice (2003), Purification ethnique : une formule et son histoire, Paris, Éditions CNRS.

RICŒUR, Paul (1999), « Événement et sens », Raisons pratiques, 2, p. 41-56.

SEARLE, John Rogers (1998), La construction sociale de la réalité sociale, Paris, Gallimard.

TROM, Danny (2001), « Grammaire de la mobilisation et vocabulaire de motifs », dans Daniel CEFAÏ et Danny TROM, Les formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques, Paris, Édition de l’EHESS, p. 99-134.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Auboussier, « L’antimondialisation dans la presse écrite en France », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 13 septembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/4219 ; DOI : 10.4000/communication.4219

Haut de page

Auteur

Julien Auboussier

Julien Auboussier est membre de l’Équipe lyonnaise en information et communication (ELICO) de l’Université de Lyon. Cette note de recherche porte sur un travail de doctorat aujourd’hui soutenu (2009), « L’antimondialisation dans la presse écrite en France : événement, problème public et discours social ». Cette thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication a été menée sous la direction de Jean-François Tétu, à l’Université de Lyon, en France. Courriel : auboussier_julien@hotmail.com.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org