Navigation – Plan du site
Lectures

Yves AGNÈS (2008), Manuel de journalisme

Paris, La Découverte
Emmanuel Derieux
Référence(s) :

Yves AGNÈS (2008), Manuel de journalisme, Paris, La Découverte.

Texte intégral

1Au terme de sa vie professionnelle, Yves Agnès (qui fut successivement journaliste dans la presse de province, rédacteur en chef au Monde, directeur du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes, à Paris) livre ici le résultat de son expérience et de sa réflexion sur les pratiques des journalistes de la presse écrite, en France. Empruntés à la presse de ce pays, les exemples et les appréciations et commentaires qu’il donne sont assurément de nature et de portée plus générales.

2L’essentiel de l’ouvrage constitue, à l’usage des (futurs) professionnels, une sorte de manuel ou de guide des bonnes pratiques journalistiques : « chercher l’information », « choisir et hiérarchiser », « le titre », « le compte rendu », « le reportage », « l’interview », « la mise en pages »… Pourrait-on cependant prétendre apprendre ainsi le journalisme dans un livre ? De façon qui pourrait paraître paradoxale par rapport à l’objet présenté, l’auteur de la préface conclut celle-ci en mentionnant que « le journalisme est un métier. Un métier qui s’apprend en travaillant ». Cela n’est-il pas susceptible d’être perçu comme une remise en cause de l’utilité tant du contenu du volume que des fonctions, de directeurs de centres de formation professionnelle, exercées, à un certain moment de leur vie active, par le préfacier comme par l’auteur ? Le public des lecteurs, qui n’aura pas à en faire l’application, sera-t-il, par curiosité intellectuelle ou pour mieux apprécier les comportements des journalistes et la qualité de l’information qui lui est offerte, intéressé par une connaissance du savoir-faire et des méthodes journalistiques ou bien, pour lui, seul le résultat du travail accompli compte-t-il ?

3Un premier chapitre, intitulé « Le journalisme » et que, en reprenant un de ses intertitres, on pourrait être tenté de qualifier de « journalisme à la française », s’efforce de définir ce que sont les fonctions et qualités du journalisme et donne quelques indications sur la situation générale de la presse et les conditions d’exercice de cette activité (nombre de journalistes, conditions d’attribution de la carte d’identité professionnelle, distinction entre « mensualisés et pigistes »…) en France. À la fin de ce chapitre, il est fait mention d’une « profession en quête de crédibilité ». Il y est indiqué que sont « en cause : les erreurs, inexactitudes, approximations […] une hiérarchie de l’information complètement déformée […] des manquements individuels à la déontologie […] des emballements collectifs ». L’auteur interroge alors : 

[…] comment une profession sans charte déontologique nationale reconnue par tous et sans instance d’éthique capable d’indiquer les bonnes pratiques […] pourrait-elle se réformer ? Depuis plus d’un siècle, les journalistes et les éditeurs de presse ont toujours refusé une telle instance. Mais le « quatrième pouvoir » ne peut jouer efficacement son rôle dans la société que s’il accepte un minimum de discipline. Il n’y a pas de liberté sans responsabilité (p. 33).

4Ce thème de la « déontologie » constitue l’objet d’un nouveau chapitre (qui ne figurait pas dans la première édition de 2002). Y sont dénoncés les comportements contraires et définies les pratiques conformes à des exigences de ce type. Sont donnés divers exemples de codes de portée générale et de chartes rédactionnelles propres à divers médias. C’est une question à laquelle l’auteur consacre maintenant toute son énergie en tant que président de l’Association pour la préfiguration d’un Conseil de presse (APCP).

5À défaut de pouvoir prétendre apprendre leur métier dans un livre, les journalistes y trouveront des repères d’appréciation des bonnes pratiques professionnelles. S’il éprouve les mêmes préoccupations, le public pourra également s’y référer utilement et avec intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Derieux, « Yves AGNÈS (2008), Manuel de journalisme », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/4314

Haut de page

Auteur

Emmanuel Derieux

Emmanuel Derieux est professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris 2), spécialiste de droit et déontologie des médias. Courriel : emmanuel.derieux@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org