Navigation – Plan du site
Lectures

Serge AUDIER (2009), La pensée anti-68. Essai sur les origines d’une restauration intellectuelle

Paris, La Découverte/Poche
Pierre Gosselin
Référence(s) :

Serge AUDIER (2009), La pensée anti-68. Essai sur les origines d’une restauration intellectuelle, Paris, La Découverte/Poche

Texte intégral

1« Il y a un avant et un après mai 68 », disait-on dans le langage commun. Or, à la lecture de cet ouvrage, il semble que très rapidement la contre-offensive se soit organisée pour développer une pensée anti-68 afin de nier les acquis de cette « révolution ». C’est ce que démontre l’auteur dans ce livre publié pour la première fois en 2008 et réédité en 2009 avec une postface sur laquelle nous reviendrons au terme de notre écrit.

2Serge Audier précise :

La thèse de ce livre est que la réaction à mai 1968 est bien au cœur d’une partie du discours contemporain sur la crise des sociétés occidentales, que ce discours a été préparé de très longue date et qu’il a structuré durablement les débats intellectuels et politiques en France depuis quarante ans. En particulier, on ne peut comprendre la façon dont s’est effectué, à la fin des années1970, le retour de l’idéologie libérale, puis la renaissance d’un discours qui se voulait « républicain », si l’on ne prend pas en compte la relation et la réaction au legs de mai 1968. […] À strictement parler, la « pensée anti-68 » n’existe pas plus que la « pensée 68 »: il faudrait bien plutôt parler de pensée anti-68 plurielles, comme les politologues ont pu parler de « gauche plurielle » (p. 12).

3Suivons donc, au fil de la lecture, quelques points remarquables de cette « généalogie » du discours anti-68.

4Ainsi, les pensées anti-68 furent dès le début des événements le fait du Parti communiste français sous la forme du « réquisitoire antigauchiste de G. Marchais et J. Duclos » (p. 79). Plus tard, un militant de la cause homosexuelle, Guy Hocquengheim, brossera le portrait du soixante-huitard : « […] il a le nez de Gluksmann, le cigare de July, les lunettes rondes du Coluche, le bronzage de Lang, les cheveux longs de Bizot, la moustache de Debray, la chemise ouverte de BHL et la voix de Kouchner » (p. 40).

5Plus sérieusement, on lira sous la plume de l’un des démographes les plus écoutés de la gauche souverainiste, Emmanuel Todd, que les événements de mai seront à l’origine du « décrochage entre les élites de gauche et le peuple » (p. 43). « La gauche n’aime pas le peuple » est une antienne que l’on retrouvera chez différents auteurs.

6Rétrospectivement, l’intellectuel et militant Régis Debray — qui en mai 68 était en prison en Bolivie — dit « avoir été choqué par l’hédonisme libertaire de Mai où <il s’agissait de jouir sans entraves et non de mourir pour la Cause> » (p. 94).

7La droite plus traditionnelle et d’inspiration libérale, notamment celle qui s’exprime avec les membres du club de l’Horloge — créé en 1974 —, s’inquiète devant cette « société autophage, qui sécrète sa propre destruction en favorisant les droits des individus au détriment de leurs devoirs […] » (p. 171).

8Enfin, nous conclurons avec Bourdieu, qui exprime son scepticisme bien qu’il soit, avec Passeron et leur ouvrage publié en 1964, Les héritiers, à la base de la critique du système d’enseignement, système qui sera tout de même à l’origine de la contestation universitaire. Certes il ne s’est pas totalement retrouvé dans le mouvement au point qu’en 1999, dans un entretien filmé, il déclarera : « 68 a été une fausse révolution qui a fait peur comme une vraie. Et ça ne change rien » (p. 247).

9On ne peut que survoler dans une simple note un ouvrage aussi dense qui prend en compte quarante ans de la vie politique française en illustrant une pensée « plurielle ».

10Nous ne pouvons conclure sans évoquer rapidement la postface de cette nouvelle édition où l’auteur rappelle ceci :

Depuis la parution de ce livre, trois faits justifient que l’on revienne sur les discours anti-68. Le premier, bien sûr, est la commémoration du quarantième anniversaire. Les deux autres sont des événements, qui modifient le paysage mondial: d’abord la crise financière de l’automne 2008 — l’une des plus graves du capitalisme contemporain — et ensuite la victoire de Barack Obama, devenu président des États-Unis en janvier 2009 (p. 379).

11De ces trois faits, le plus important est bien entendu la crise économique, qui est le ciment de cette contre-offensive libérale et pragmatique. On est bien loin du « romantisme » de la pensée de 68 et du « <métro-boulot-dodo> [auquel] a succédé l’aspiration à avoir un emploi et, si possible, des garanties dans un univers où le chômage, la précarité et l’exclusion forment pour beaucoup l’horizon quotidien » (p. 426).

12Ultime conclusion de cet ouvrage sur la pensée anti-68 qui couvre, avec une volonté d’exhaustivité, quarante ans d’une pensée française qui a voulu s’affranchir de l’idéologie de mai 68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gosselin, « Serge AUDIER (2009), La pensée anti-68. Essai sur les origines d’une restauration intellectuelle », Communication [En ligne], Vol. 31/2 | 2013, mis en ligne le 10 septembre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/4334

Haut de page

Auteur

Pierre Gosselin

Pierre Gosselin est chargé de cours à l’ISCEA. Courriel : pierre.gosselin147@dbmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org