Navigation – Plan du site
Lectures

Peter BENNETT, Alex KENDALL et Julian McDOUGALL (2011), After the Media – Culture and Identity in the 21st Century

New York/Oxon, Routledge
Katharina Niemeyer
Référence(s) :

Peter BENNETT, Alex KENDALL et Julian MCDOUGALL (2011), After the Media – Culture and Identity in the 21st Century, New York/Oxon, Routledge

Texte intégral

1C’est d’abord le titre de l’ouvrage proposé par les auteurs qui intrigue par son aspect provocateur. La première question que les lecteurs peuvent se poser est : qu’entendent les auteurs par After the Media ? L’explication est livrée dès l’introduction de l’ouvrage (p. 6). Les auteurs avancent que l’idée même de considérer les médias comme objet d’étude est toujours et déjà compromise. En s’appuyant sur Jean-François Lyotard et plus précisément sur son concept du postmoderne, ils expliquent que l’adverbe after ne désigne guère un changement temporel ou historiographique. Au contraire, le titre fait référence à un changement d’état d’esprit ou d’éthique (p. 7) et non au fait de s’aligner sur les travaux portant sur le Web 2.0 ou 3.0. En introduisant le terme after, il ne s’agit pas d’annoncer la disparition des médias, mais d’amorcer et de développer une nouvelle réflexion sur les cultural studies after the media, car ceux-ci auraient brouillé l’étude de la culture pendant trop longtemps et tout particulièrement la question des publics et des usages. L’objectif de l’ouvrage est donc de libérer les media studies de ce carcan intellectuel (p. 3) et de réfléchir sur les médias hybrides dans le contexte de l’enseignement au Royaume-Uni tout en voulant rejoindre un public plus large. Ce que Bennett, Kendall et McDougall développent par la suite sur 239 pages est une belle entrée en matière des différentes perspectives théoriques et conceptuelles sur les médias relatives à un ensemble de concepts-clés : le pouvoir, le genre, la représentation, l’idéologie, l’identité, l’histoire, l’audience, le narratif et la technologie. Le choix de consacrer un chapitre à chacun des concepts est certainement lié à une approche chirurgicale qui a pour but de dégager des pistes claires pour un enseignement plus adapté aux évolutions technologiques et discursives des dernières années.

2Malheureusement, pour donner quelques exemples, les auteurs ne conçoivent jamais la possibilité de penser la technologie relativement au genre ou encore les représentations par rapport à la narration. En ce sens, l’absence d’un fil conducteur entre les chapitres et d’une synthèse (à la fin de l’ouvrage ou des chapitres) empêche les auteurs de repenser l’ensemble des concepts-clés (pouvoir, identité, etc.) liés aux media studies. Autrement dit, la faiblesse de l’ouvrage réside dans le manque de réflexion épistémologique sur les media studies en tant que tels. Bennett, Kendall et McDougall affirment que l’étude presque exclusive des médias au détriment des études sur les publics et les contextes de production a perturbé les cultural studies. Une discussion de leur propre conception de ce que sont les médias dans leur environnement culturel et scientifique aurait été plus qu’utile ici. Autrement dit, il aurait été par exemple intéressant que les auteurs posent la question du média avant de le critiquer dès la page 3, ce qui leur aurait permis de montrer que ce ne sont pas les médias en soi qui posent problème, mais leurs conceptions souvent orthodoxes et figées. Si After the Media renvoie à un état d’esprit et non à la disparition des médias, le titre de l’ouvrage est finalement mal choisi. Le titre With the Media aurait évité une argumentation redondante contre les analyses trop textuelles des corpus médiatiques, lesquelles semblent encore et toujours dominer l’enseignement universitaire au Royaume-Uni.

3Une ouverture vers l’Europe ou l’international aurait été la bienvenue, car ce qui se dégage finalement de l’ouvrage est, sans que les auteurs la nomment ainsi, l’idée d’une media culture (comme la Medienkultur en Allemagne) qui pense avec les médias (et non avant, pendant, après, à cause ou à partir de) et qui inclut les avancées de la sociologie des médias posant la question des publics et non de l’audience. C’est d’ailleurs le titre d’un chapitre (p. 145-167) amenant les auteurs à la conclusion suivante (pourtant bien connue depuis un moment dans notre domaine) : « As always, we leave the concept (of audience) standing, but challenged — under erasure » (p. 167). Le fait de ne pas discuter la notion des publics actifs dans cette partie de l’ouvrage montre encore une fois l’absence d’un fil conducteur entre les chapitres. Si chacun avait conclu par une discussion du concept ciblé et ainsi préparé une discussion à partir de l’ensemble des chapitres, les auteurs auraient pu ainsi éviter de dresser une opposition constante entre media studies and cultural studies. C’est finalement cette opposition qui ne permet pas d’alimenter une véritable réflexion épistémologique ; une réflexion qui aurait été pourtant plus que nécessaire pour aller plus loin dans la présentation de nouveaux outils pédagogiques, présentation qui annonce la publication d’un futur ouvrage.

4Il est regrettable de trouver un alignement de quatre ou cinq citations illustratives (exemple : p. 134-135) qui ne sont pas discutées par les auteurs. En conséquence, l’argumentation des propos est parfois incohérente ou même absente à cause d’une juxtaposition fréquente et non contextualisée de citations quasi aléatoires provenant d’auteurs de périodes différentes. D’un point de vue formel, il est également regrettable de noter l’absence d’ouvrages dans la bibliographie qui sont pourtant cités dans le texte. À la page 134, les auteurs citent par exemple Wilson (2009), mais la référence manque dans la bibliographie ou encore, page 250, Wilson (1998) — est-ce le même ? La citation de la page 134 n’est peut-être pas celle de Wilson, mais d’Andreas Huyssen puisque celui-ci « […] sets out both the problem and the implicit necessity for action ». D’ailleurs, aucune référence à Andreas Huyssen ne se trouve dans la bibliographie.

5Ces quelques critiques ne mettent pas pour autant en question l’effort bienvenu de la part des auteurs de repenser nos manières d’enseigner l’analyse et la compréhension des médias dans un environnement qui impose des relectures et transformations de nos propres structures de pensée, sans pour autant tomber dans le piège d’un déterminisme technique poussé. Le travail de Bennett, Kendall et McDougall offre aux étudiants, chercheurs et enseignants une introduction rafraîchissante par son style, intéressante et riche par la façon dont ils retracent comment se sont construites historiquement les représentations ainsi que l’analyse des médias avec lesquelles nous travaillons et pensons tous les jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katharina Niemeyer, « Peter BENNETT, Alex KENDALL et Julian McDOUGALL (2011), After the Media – Culture and Identity in the 21st Century », Communication [En ligne], Vol. 31/2 | 2013, mis en ligne le 24 septembre 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/4336

Haut de page

Auteur

Katharina Niemeyer

Katharina Niemeyer est maître de conférences à l’Institut français de presse et membre du Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (CARISM). Courriel : katharinaniemeyer@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org