Navigation – Plan du site
Lectures

Denis MONIÈRE et Florian SAUGAGEAU (dir.) (2012), La télévision de Radio-Canada et l’évolution de la conscience politique au Québec

Québec, Presses de l’Université Laval
Amel Aloui
Référence(s) :

Denis MONIÈRE et Florian SAUGAGEAU (dir.) (2012), La télévision de Radio-Canada et l’évolution de la conscience politique au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1Une quinzaine d’auteurs de divers horizons et disciplines ont contribué, chacun sous un angle particulier, à expliquer le rôle que la Société Radio-Canada a joué dans l’évolution de la conscience politique au Québec. Ce rôle, indéniable lors de la création de cette institution publique — qui se veut indépendante, mais qui a déjà fait face à quelques ingérences —, est remis en cause avec l’avènement de la concurrence, la création de chaînes spécialisées et leur accroissement fulgurant surtout à la fin des années 1990.

2Après soixante ans d’existence, est-ce que Radio-Canada exerce encore son rôle de leader qui participe à fédérer les Québécois et à conscientiser en informant et en divertissant à la fois ?

3Dès la première page de cet ouvrage, Monière présente la problématique qui sert de toile de fond pour toutes les réflexions qui suivront, à savoir la question de la conscience politique qui invoque la relation entre individu et société et qui permet par le fait même de toucher au sujet de l’identité politique. Sachant que le mandat premier de Radio-Canada à titre de télévision publique est de construire l’unité nationale canadienne, quelques recherches menées entre 1996 et 2000, dont celle qu’ont effectuée l’auteur et J. Fortier et qui porte plus précisément sur l’analyse des journaux télévisés de la CBC et de la SRC, arrivent à une même conclusion : les chaînes publiques canadiennes (CBC et SRC) n’arrivent pas à concilier leur présentation de la réalité nationale, ce qui remet en cause le mandat initial. Oublie-t-on le défi de taille imposé à la Société Radio-Canada : réaliser sa mission fédératrice (à l’échelle du Canada) sans négliger la réalité québécoise, très particulière ?

4Quand Sauvageau titre sa contribution « La télévision de Radio-Canada du Québec : de la boutique unique au grand bazar », il nous résume déjà l’état des lieux de la radiodiffusion au Québec, et nous avise que pour comprendre le particulier, il faut élargir son regard : étudier la transformation des médias et de la société au Québec. Depuis 1952, la télévision publique a contribué, sans équivoque, à forger l’identité québécoise par l’intermédiaire de ses émissions, mais a failli à rassembler les Canadiens ou les francophones non québécois. D’ailleurs, à ce sujet, les auteurs sont unanimes. Cela dit, au fur et à mesure que cette institution publique a commencé à imiter ses concurrents et qu’elle s’est tournée de plus en plus vers la publicité pour assurer son financement, son rôle dans l’évolution de la conscience politique n’est plus clair. On s’éloigne du temps où l’on diffusait Conférence de presse et Les idées en marche.

5D’un point de vue linguistique, le rôle de Radio-Canada est avéré, selon J.-C. Corbeil. En conscientisant le public à la question de la langue (débats publics, états généraux, politique de la langue, etc.) et en accordant de l’importance à la qualité de la langue de ses émissions (référence linguistique), la SRC a contribué à raffermir la langue au Québec.

6L’évolution du paysage de la radiodiffusion au Québec des années 1950 à nos jours a été reprise dans presque tous les chapitres, mais chaque auteur l’aborde à partir de son propre champ d’intérêt pour alimenter la réflexion générale. V. Nguyên-Duy explique le rôle de Radio-Canada en s’intéressant de plus près à un genre emblématique d’émissions culturelles, le téléroman, cette « locomotive de la programmation télévisuelle au Québec », indissociable de la question identitaire.

7De leur côté, J. Brun et L. Laplanche amènent des éléments de réponse en abordant le thème du féminisme. Elles retracent l’histoire de l’émission phare Femme d’aujourd’hui (SRC, 1965-1982), en analysant son contexte télévisuel et son contenu (dispositifs, sujets et invités, etc.).

8Pour sa part, P.-A. Comeau met plutôt l’accent sur l’information, le journalisme et sa pratique à Radio-Canada en comparaison avec ce qui se fait à CBC et dans les chaînes privées. Grâce à son service d’information, cette chaîne publique a réussi à ouvrir le Québec sur le monde, et ce, malgré les critiques et les attaques de part et d’autre.

9En outre, chiffres à l’appui, F. Bastien illustre le déclin de cette institution publique. Bastien et d’autres collaborateurs de cet ouvrage s’accordent pour dire que les émissions d’affaires publiques ont connu un recul pour céder leur place au téléjournal – voire à l’info-divertissement.

10Plusieurs recherches attestent le déclin de la société d’État, mais d’après M. Chevrier, elles ne se sont pas interrogées sur la responsabilité de l’État dans ce déclin. Pour explorer et expliquer le sujet, il propose de remettre à l’ordre du jour la notion de propagande sociologique, qui invoque le contexte sociologique (J. Ellul), et celle de néo-télévision, avec laquelle on assiste à un « brouillage » des genres (U. Eco).

11En dépit des pressions exercées par les politiques et les concurrents sur Radio-Canada, celle-ci demeure un diffuseur crédible (d’après ses auditeurs), avance le sénateur S. Joyal. Cela dit, l’auteur invite à ne pas perdre de vue la composante canadienne dans l’identité du Québec, chose à laquelle la SRC semble avoir renoncé depuis qu’on a laissé tomber le terme de Canadiens français (les États généraux du Canada français). Il met également en garde contre le « sur-divertissement » qui supplante peu à peu l’information et l’éducation.

12Radio-Canada, télévision publique, a joué un rôle essentiel et indéniable depuis les années 1960 dans la vie des Québécois (langue, culture, politique, etc.), précise l’ancien ministre J.-P. L’Allier, et continuera de le jouer malgré la transformation du paysage médiatique (le nouveau rôle des médias sociaux).

13Pour M. Fortin, il importe de mettre l’accent sur la créativité et la culture sans pour autant oublier l’information. Cette institution publique qui a façonné le Québec peut continuer d’être un leader malgré la fragmentation du paysage médiatique et des nouveaux médias.

14Dans le même ordre d’idées, C. Cano nous propose un portrait de ce qu’elle appelle « le nouvel écosystème ». Les médias sociaux permettent certes une démocratisation de l’information et donnent l’occasion à tout un chacun de participer au façonnement de l’information, de la nouvelle, de donner son opinion, mais ne remettent pas en cause le rôle essentiel de Radio-Canada, comme service public, de garantir une certaine objectivité à ses auditeurs.

15Pour l’essentiel, la réflexion de P. Trudel traite de la réglementation des services audiovisuels publics, qu’il conçoit comme instance de la gestion du risque que peut engendrer l’espace réseau.

16S. Proulx clôture cet ouvrage par un tour d’horizon qu’il amorce par un regard rétrospectif sur les toutes premières années de Radio-Canada (La famille Plouffe, Les idées en marche, etc.). Après soixante ans, cette télévision devient « connectée » à l’aire des médias sociaux et continue sa mission dans un nouveau contexte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amel Aloui, « Denis MONIÈRE et Florian SAUGAGEAU (dir.) (2012), La télévision de Radio-Canada et l’évolution de la conscience politique au Québec », Communication [En ligne], Vol. 31/2 | 2013, mis en ligne le 24 septembre 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/4366

Haut de page

Auteur

Amel Aloui

Amel Aloui est chargée de cours au Département d’information et communication à l’Université Laval et à l’Université du Québec à Montréal. Courriel : amel.aloui@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org