Navigation – Plan du site
Débat

Le long cheminement vers l’acclimatation

Martine Tabeaud

Résumés

« Lutter contre le changement climatique », selon l’expression impropre mais « consacrée », serait une réponse nécessaire au réchauffement de la planète depuis le milieu du XIX e siècle. Le terme de réchauffement a d’ailleurs été remplacé progressivement par « changement climatique », ce qui élargit la problématique à toutes sortes de conséquences directes ou indirectes de la hausse thermique. Ces dernières étant envisagées comme négatives, alors qu’antérieurement toute période chaude était qualifiée d’« optimum ». C’est sur ce retournement de paradigme et sur sa dimension politique que l’auteure convient de se pencher.

Haut de page

Texte intégral

Comment se sont fait jour des perspectives catastrophiques pour l’humanité ?

Quelles solutions ont été successivement envisagées ?

Un futur peint au noir par les experts

1Revenons sur l’histoire de la construction d’une prévision d’apocalypse associée à la modification de la composition chimique de l’atmosphère amorçant un réchauffement incontrôlable. L’avenir nous permettra peut-être un jour de savoir si cette dérive est due au jeu de pouvoir des savants sur les politiques ou des politiques sur les savants. (Latour, 2008).

Un réchauffement depuis 150 ans

2Le réseau météorologique ne date que de la fin du XIXe siècle. Récent par rapport à l’histoire de la planète, il est aussi très hétérogène. Comme près des trois quarts de la planète sont recouverts d’océans, les bouées fixes sont rares et les mesures par les bateaux marchands sont cantonnées aux routes maritimes. Quant aux 11 000 stations continentales, elles sont mal réparties (très nombreuses en Europe, en Chine, en Amérique du Nord). Les images satellites apportent un complément appréciable, mais ne permettent pas de remonter au-delà de 1960. Il n’existe donc que quelques séries pluriséculaires (Padoue, Paris). De plus, ces stations de mesures posent un problème quant à leur environnement. À la fin du XIXe siècle, elles étaient encore entourées d’espaces non bâtis. Chaque température relevée était très peu influencée par « l’îlot de chaleur urbain », qui caractérise le cœur des agglomérations où s’effectue aujourd’hui la mesure.

3Malgré les difficultés inhérentes aux perfectionnements successifs des appareils de mesure et à l’inégale répartition des stations de mesure sur les différents continents, les méthodes statistiques d’homogénéisation des données mettent en évidence une hausse des températures de l’ensemble de la planète depuis un siècle. Celle-ci est estimée à 0,9 °C et résulte principalement d’une hausse des températures minimales nocturnes. Cette augmentation est régulière dans l’hémisphère austral et n’apparaît dans l’hémisphère boréal qu’à partir des années 1920. La décennie 1990-1999 fut la plus chaude depuis le début de la période où l’on a accès à des instruments de mesure et peut-être la plus chaude depuis l’optimum médiéval. Les années récentes ont été parmi les plus chaudes depuis 1860, même si, depuis 1998, les températures sont stables, voire légèrement à la baisse.

4Comment situer ce réchauffement à l’échelle des centaines, voire des milliers d’années de l’histoire de la planète ? Cela suppose de reconstituer les températures de lieux précis, à partir de marqueurs spatialisés variés et convergents (documents écrits, peintures, gravures pour la période historique, biomarqueurs, sédiments, gaz des glaces, etc., pour la période antérieure). Certes, l’imprécision croît lorsqu’on remonte dans le passé, mais les reconstitutions permettent d’affirmer que le réchauffement récent n’excède pas pour le moment la variabilité « naturelle » de l’holocène (depuis environ 10 000 ans) dans une fourchette de -1°C à +2 °C. Le réchauffement contemporain est un fait avéré qui ne fait pas débat ; sont plutôt contestés son caractère inédit et son origine. Autrement dit, la hausse que nous vivons est-elle sans précédent et donc anormale ?

Des causes multiples, pas toutes humaines

5Le système climatique n’est pas et n’a jamais été exempt de variations. Le climat actuel ne représente qu’une situation provisoire, expression d’un équilibre dynamique fragile et complexe. La température moyenne de la Terre oscille naturellement entre +10 et +16 °C. Depuis l’apparition de la vie sur Terre, elle se stabilise autour de 14 °C. À l’échelle des milliers d’années, les hausses et les baisses sont dues à la position de la Terre par rapport au soleil. L’insolation reçue au cours des 400 000 dernières années explique les alternances entre les périodes glaciaires et interglaciaires et permet d’affirmer que la prochaine glaciation commencera dans 40 000 ans. Les variations pluriséculaires des taches solaires permettent également d’expliquer le refroidissement du XVe au XIXe siècle (Petit Âge glaciaire). Par rapport aux deux, trois siècles doux qui l’ont précédé, cet âge est marqué par un refroidissement net de 1,5 °C en été en Europe et par une pluviométrie soutenue. Puis, à partir de 1880, le climat se réchauffe. La circulation océano-atmosphérique explique les alternances sur une trentaine d’années observées en hiver à nos latitudes : tantôt des hivers doux, pluvieux mais tempétueux, tantôt des suites d’hivers très froids, secs. En plus de ces phénomènes cycliques surviennent des événements acycliques, plus imprévisibles, comme les éruptions volcaniques qui peuvent durant quelques mois modifier le climat d’une zone, voire d’un hémisphère (le Tambora en 1815, par exemple). À ces causes naturelles aux échelles fines s’ajoutent les effets des constructions urbaines, des défrichements, des drainages… et bien sûr l’effet de serre anthropique.

6Alors que l’atmosphère est transparente au rayonnement visible émis par le soleil, certains gaz dits « gaz à effet de serre » (GES) ont la propriété d’absorber le rayonnement infrarouge réémis par le sol. Ce sont la vapeur d’eau, le dioxyde de carbone (CO2), le méthane, l’oxyde nitreux et les chlorofluorocarbures. La vapeur d’eau, qui représente 3 à 4 % des gaz atmosphériques, est la plus grande responsable de l’effet de serre. Au second rang des GES, on trouve le CO2, qui est cent fois moins abondant avec seulement 0,03 % des gaz atmosphériques. À cet effet de serre « naturel » s’ajoute, depuis la révolution industrielle, un effet de serre « supplémentaire », issu de la libération de CO2 au moment de la combustion d’énergies fossiles pour l’industrie et les transports. Les mesures « officielles » en CO2 de l’air (Mauna Loa) remontent à 1957-1958 et indiquent 315 ppmv en 1958, 330 ppmv en 1974, 360 ppmv en 1995, 384 ppmv en 2005 et 387 ppmv en 2008. On remarque donc une hausse permanente. Antérieurement à 1958, les teneurs sont reconstituées grâce aux gaz prisonniers des glaces des inlandsis polaires. À ce pas de temps de l’ère Quaternaire dans son ensemble, une corrélation significative lie la température et la teneur en GES. C’est pour cette raison que la covariation a été érigée en loi de cause à effet. Les GES rejetés par les activités humaines auraient eu pour conséquence depuis le début de l’ère industrielle une augmentation de l’énergie reçue par la planète de 2,45 w/m2. Pourtant, la hausse thermique dans l’hémisphère le plus industriel s’observe 70 ans après son apparition dans l’hémisphère sud. L’effet de serre anthropique ainsi mis en évidence ne peut qu’augmenter avec l’aspiration à un niveau de vie meilleur de tous les humains, dont le nombre ne cesse de croître. En conséquence, la teneur actuelle en CO2, qui serait « inédite », devrait continuer à croître. Aussi le processus devrait-il s’emballer avec des concentrations de GES autour de 500 ppmv en 2050, voire de 950 en 2100… et la Terre devrait-elle ne plus cesser de se réchauffer !

7Bien que toutes les causes interagissent sans cesse dans l’écheveau complexe du système climatique, le paradigme des experts est que le réchauffement contemporain est à 90 % lié aux activités humaines1 et qu’il conviendrait de le stopper.

La modélisation des angoisses du temps

8La courbe de Mauna Loa est vulgarisée pour la première fois par le rapport Meadows, The Limits to Growth, commandité par le Club de Rome, en 1972, à la fin de la période des Trente Glorieuses. Celui-ci préconise d’économiser les ressources pour assurer la survie de l’humanité. Si le réchauffement n’est pas l’objet des craintes dans les années 1970, il n’en est plus de même 15 ans plus tard puisque l’Office Météorologique Mondial (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) créent en 1988 un « organe intergouvernemental ouvert aux pays de l’ONU » ayant pour mission d’« évaluer les informations nécessaires pour comprendre les fondements des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner les conséquences possibles, et envisager stratégies d’adaptation et d’atténuation » (GIEC, introduction au premier rapport). C’est le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC). Le GIEC rassemble des experts nommés pour cinq ou six par leurs gouvernements. Il publie des rapports de synthèse à un rythme soutenu (1990, 1995, 2001, 2007).

9Les travaux du GIEC présentent de plus un volet prospectif issu des modélisations par des laboratoires de recherche qui fournissent des projections climatiques pour 2050 et 2100, horizons à plusieurs générations. La majorité des modèles annoncent par exemple que le réchauffement planétaire devrait se situer en 2100 entre +1,8 et +3,4 °C en moyenne (rapport 2007). Comme les modèles sont issus de la prévision météorologique à quelques jours, ils prennent mal en compte certains aléas climatiques parmi les plus graves (canicules, sécheresses, précipitations extrêmes). Ils reproduisent des tendances, et comme ils ne le font que pour les éléments « perturbants », gênants du climat, le résultat est un tableau peint au noir : des tempêtes et des cyclones en plus grand nombre car il y a plus d’énergie dans l’atmosphère, des précipitations plus intenses là où elles sont déjà soutenues, des sécheresses aggravées là où elles sévissent déjà… De plus, les scénarios sont forcés par l’introduction d’un stimulus de changement : la teneur en GES de l’air. Les modèles climatiques intègrent donc le chiffre de population mondiale en 2100 et surtout des données économiques de toutes sortes. Ces projections calculées en moyenne pour tous les humains sont bien incertaines, puisqu’elles ne peuvent tenir compte d’innovations à venir par définition aujourd’hui inconnues. La prospective s’appuie uniquement sur des tendances observables actuellement. Les scénarios divergent en fonction des ingrédients incorporés et de leurs dosages. Ils se subdivisent en quatre « familles » depuis les plus improbables, car très pessimistes ou trop optimistes. Les scénarios médians comme A2 dit « hétérogène » et B2 dit « régional » sont considérés comme les « plus réalistes » à technologie constante. Si les modèles ne peuvent rendre compte exactement de l’ensemble des phénomènes naturels, ils caricaturent l’extrême complexité des conditions socioéconomiques qu’on suppose être celles de l’ensemble des humains à des horizons à plusieurs générations.

10Malgré ces limites, le lien intrinsèque entre la science environnementale en train de se faire et la politique, par l’intermédiaire de la demande d’actions préventives, a conduit des chercheurs à se muer en experts. Pour répondre aux injonctions de résultats (réponses obligatoires éventuellement à des questions mal posées), ils votent des résumés pour les décideurs qui, à la différence des rapports, rédigés après de multiples échanges, gomment toutes les incertitudes. Les virtuels y deviennent des réels surdéterminés par le climat, une doxa relayée auprès des décisionnaires publics ou privés par des médias avides de sensation.

La réponse politique de l’Europe

11Le paradigme fondateur de la politique d’actions pour prévenir les catastrophes à venir a été l’unicité de l’atmosphère et la finitude de la planète, données à voir à tous grâce aux images prises depuis la navette spatiale Apollo. L’atmosphère et le climat de la planète bleue sont alors devenus un « enjeu commun de l’humanité ». Protéger l’humanité suppose une solution universelle, mondiale. Il convient d’atténuer l’amplitude du réchauffement, c’est-à-dire d’effectuer une « intervention anthropique pour réduire les sources ou augmenter les puits de gaz à effet de serre » (GIEC, annexe B glossaire, 2001) afin d’éviter les répercussions graves, voire irréversibles du réchauffement au-delà de +2 °C — seuil politico-scientifique jamais vraiment justifié.

Une solution universelle : la diabolisation du carbone

12Comment en est-on arrivé là ? À partir des années 1970, les idées des organisations non gouvernementales (ONG) environnementalistes se sont fait entendre de plus en plus fort. Celles-ci ont revendiqué et obtenu un poids croissant dans les négociations, puis dans les décisions. À la conférence de Rio en 1992, on comptait 2 400 représentants d’ONG pour 108 chefs d’État et à Johannesburg, en 2002, il y avait 7 000 représentants d’ONG. Le Grenelle de l’environnement leur a fait une place de choix en France en 2007. Les ONG internationales de l’environnement (WWF, Greenpeace, etc.) sont des acteurs incontournables. Leurs ressources sont supérieures à celles de bien des États et leurs approches sont réactives. Leurs nombreux membres agissent comme courroies de transmission entre les organisations internationales et les gouvernements, comme médiateurs entre les États, comme consultants ou comme groupes de pression. Ces organisations se battent pour de grandes causes environnementales, très universelles par définition (« action rapide et concrète en faveur de la protection du climat » — WWF, « Faites un geste pour la planète » — WWF, « Protégeons la biodiversité » — Greenpeace, etc.). En ce qui a trait au climat, leurs mots d’ordre ont clairement situé le débat à l’échelle de la planète, pour les générations futures, pour la survie de l’humanité… Pour insister sur l’avenir noir commun à tous, ils appellent les « pays riches » les pays « mal développés » (par rapport à « sous-développés »). La question récurrente au sujet de ces ONG est celle de leur représentativité.

13Jusqu’au paroxysme de l’année 2007 (attribution du prix Nobel de la paix conjointement à Al Gore et au GIEC), cette pensée « écologique » va progressivement infléchir les politiques de nombreuses institutions. Dès 1989, le changement climatique apparaît à l’ordre du jour de la réunion du G7 à Paris. Une nouvelle étape est franchie avec la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) adoptée à Rio de Janeiro en 1992, qui reconnaît l’importance de protéger le climat. L’objectif de la CCNUCC est explicite : « stabiliser les émissions pour ne pas dépasser un certain seuil de dangerosité » (article 2). La convention est ratifiée en 1995 par 127 pays. Puis, le protocole de Kyoto, signé lors de la troisième conférence des Parties (à la CCNUCC) en décembre 1997, fait de l’atténuation un engagement juridique qui impose des limites d’émissions de GES aux pays industrialisés, avec une réduction moyenne de 5,2 % par rapport aux niveaux de 1990, sur la période 2008-2012. La ratification par la Russie en 2004 permet l’entrée en vigueur du protocole en 2005. En 2008, 181 pays ont ratifié ce protocole qui les place clairement dans une stratégie d’atténuation des émissions de GES pour limiter la hausse thermique.

  • 2 Le principe de précaution officiellement entériné en 1992 dans la convention de Rio n’a pas de défi (...)

14Pourquoi ce choix ? La lutte contre le réchauffement a offert à l’Europe la possibilité d’exercer un leadership sur la scène internationale. S’appuyant sur sa bonne réputation environnementale, celle-ci a tenté de diffuser des idées comme le principe de précaution2 et a occupé une place très importante dans les négociations sur le protocole de Kyoto. Plus tard, le retrait des États-Unis en 2001 lui a fourni un argument identitaire, l’occasion d’assumer la position de tête en matière d’environnement à l’échelle de la planète. Le profil énergétique de l’Europe lui permet de prôner des politiques d’atténuation poussées par d’influents écologistes. Dans le protocole de Kyoto, l’Union européenne a un engagement commun de réduction de 8 %, mais deux pays locomotives se montrent plus engagés que d’autres : l’Allemagne et la France, avec le « facteur 4 » qui a fait de « la lutte contre le changement climatique […] une priorité de la politique énergétique » (loi POPE fixant les orientations de la politique énergétique adoptée en 2005). L’option de l’atténuation est facilitée par l’importance du nucléaire, qui ne dégage pas de GES, ce qui permet aussi de défendre une filière mise à mal par Tchernobyl. Par ailleurs, la lutte contre le réchauffement par l’atténuation fournit une solution pour tous qui satisfait la France, pays de la Déclaration universelle des droits de l’homme. La politique européenne affiche donc un fort volontarisme en faveur de l’atténuation puisque les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne se sont déclarés favorables à un objectif de -30 % d’ici 2020, si d’autres pays développés s’engagent à des réductions comparables et que les pays émergents y contribuent selon leurs capacités respectives. Ils ont également décidé de réduire d’au moins 20 % les émissions sur la même période, quoi que fassent les autres pays, pour transformer l’Europe.

Et Copenhague vint…

15Tout semblait clair jusqu’à décembre 2009. Grâce au GIEC, l’objectif d’ensemble était fixé pour ne pas dépasser +2 °C par rapport à 1850, année de référence, soit un maximum de 0,045 %, voire 0,05 % de CO2 dans l’air. Le plafond annuel d’émissions pour toute la planète pouvait donc en théorie être décliné par pays selon leur niveau de développement, puis par secteurs d’activités et enfin par entreprises. Ce schéma simpliste a prévalu de Kyoto à la conférence de Copenhague. C’était oublier que définir le « combien » ne règle pas le « comment ». La preuve par les faits : entre 1990 et 2007, les émissions mondiales de CO2 ont augmenté de 35 %. Depuis 2006, la Chine, qui n’est pas touchée par les réductions, est devenue le plus gros émetteur mondial de CO2 devant les États-Unis. De fortes augmentations (au-delà de 100 %) sont observées dans les pays émergents, au Moyen-Orient, en Extrême-Orient (à cause principalement de la Chine et de l’Inde). L’Amérique latine, l’Océanie et même l’Afrique sont au-dessus de 50 %. Certes, dans tous ces pays, les émissions annuelles par habitant (en Chine, 4,5 t et en Inde, 1,5 t) sont encore très faibles par rapport aux pays nord-américains et aux pays producteurs de pétrole (États-Unis, 20 t, Canada, 22 t, Luxembourg, 24 t, mais aussi dans les Émirats, 40 t). L’heure n’est pas encore venue pour eux d’envisager un quelconque frein au développement. Quant à l’Union européenne, elle aura réduit de 3,6 % ses émissions en 20 ans ! Prolonger un protocole de Kyoto un peu remanié n’était donc pas réaliste. La dépêche de l’AFP du 20 décembre 2009 le constate à sa façon : « […] le sommet sur le climat a constitué un échec retentissant pour l’ONU et prouvé l’incapacité des dirigeants de la planète à se mettre d’accord sur un projet commun essentiel à la survie de l’humanité ». Cette désillusion s’explique par la persistance à croire à l’universalité du remède, à LA solution et au bien-fondé d’une gestion par l’ONU au prix d’un déni de territorialité des problèmes. Les représentants de certains pays rechignaient à accepter une intervention d’une puissance de contrôle à l’intérieur de leurs frontières, voire refusaient catégoriquement celle-ci. D’autres cherchaient à protéger leur économie, leurs emplois, leur potentiel de développement. Légitimement, en dehors des questions de responsabilité passée quant à la pollution, ils ont posé la question de l’équivalence à l’émission des tonnes de CO2. En effet, une tonne de carbone issue de la fourniture d’électricité nécessaire à l’éclairage dans les maisons d’un village du tiers-monde ne peut être équivalente à une tonne émise par le moteur d’un véhicule quatre-quatre circulant dans une grande agglomération de pays riche. Par ailleurs, la comptabilité des activités mondialisées est particulièrement ardue. À quel pays attribuer des émissions de CO2 produites par une firme multinationale implantée sur tous les continents pour optimiser la production et la gestion entrepreneuriales, mais dont les marchés sont exclusivement nord-américains et européens ? Au final, comment s’étonner qu’en confondant les modèles virtuels du futur et la réalité d’aujourd’hui pour prendre des décisions politiques coûteuses (240 milliards de dollars par an selon les Nations Unies), on n’ait pu obtenir l’unanimité, voire dégager un accord a minima ? Le vieux continent s’est retrouvé seul, caricaturé en vieux sage donneur de leçons.

Des politiques d’adaptations territorialisées

16Les prémisses d’une remise en cause du « tout atténuation » datent du début du XXIe siècle avec, en 2001, la création de l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique en France, en 2006, le rapport Stern qui considère que sans adaptation, l’atténuation du réchauffement coûtera encore plus cher et, en 2007, le livre blanc de l’Union européenne qui dès cette année-là examine les éléments d’une autre stratégie… bien avant Copenhague. S’adapter, c’est

ajuster des systèmes naturels ou des systèmes humains face à un nouvel environnement ou un environnement changeant […] afin d’atténuer les effets néfastes ou d’exploiter des opportunités bénéfiques […] en réponse au réchauffement inéluctable suite à la durée de vie des GES dans l’air et aux réactions différées des éléments du système planétaire » (GIEC, annexe B glossaire, 2001).

La confusion : aléa et risque

17Le danger n’est pas le même partout : +2 °C ici ou là ne représente pas les mêmes répercussions. Le risque ne se réduit évidemment pas à l’aléa. Un cyclone sur une mer sans bateaux ou sur un littoral surpeuplé n’aura pas les mêmes conséquences. Sans enjeux et donc sans vulnérabilités, pas de risque. Or, les vulnérabilités créent des inégalités entre les territoires. En effet, tous les pays, toutes les régions ne seront pas perdants avec le réchauffement. Certaines régions, principalement celles dont les activités agricoles ou forestières sont entravées par la durée et l’intensité du froid hivernal, pourront retirer des bénéfices du réchauffement. De même certaines activités, comme l’exploitation du gaz et du pétrole, seront facilitées par la fonte de la banquise, si bien que des firmes multinationales lorgnent l’Arctique désenglacé.

18De plus, sur des lieux très voisins, une même conséquence sera perçue différemment en fonction des types d’activités exercées. À titre d’exemple, évoquons l’emblématique envahissement par l’océan, qui fait si peur puisqu’il renvoie au mythe du déluge. Alors que les premiers travaux d’experts avaient envisagé une hausse du niveau de la mer de plusieurs mètres avec la fonte en tout ou en partie des glaces continentales du Groenland et de l’Antarctique, les estimations ne cessent de baisser. Elles sont toujours en dessous du mètre depuis le deuxième rapport du GIEC : de 15 à 95 centimètres en 1995, de 9 à 88 centimètres en 2001, de 18 à 59 centimètres en 2007. Quelques dizaines de centimètres n’ont pas les mêmes conséquences sur une côte marécageuse vide, dans un delta très peuplé d’agriculteurs dans un pays pauvre ou dans l’estuaire d’un grand fleuve déjà totalement artificialisé entre digue, canal et polder. Les plus soumis au climat sont les plus vulnérables, a priori les plus pauvres, en l’absence de gestion planifiée des risques et des crises. Par conséquent, le remède est-il unique ? Ne convient-il pas en priorité de dégager le financement et l’aide éventuelle, y compris technique, pour permettre à ceux qui sont soumis au risque de s’en prémunir ? Protéger les 12 000 habitants des Tuvalu suppose de bâtir quelque 26 kilomètres de digues ! Pourquoi ne vouloir agir que sur le climat pour limiter la montée du niveau de la mer dans quelques décennies et se passer de réduire des risques bien actuels et souvent meurtriers, y compris en France, si ce n’est pour abuser du catastrophisme et aller jusqu’à surfer sur la peur d’un raz-de-marée de réfugiés, sous-entendus d’immigrants indésirables ? Cette recontextualisation du risque climatique est nécessaire, car il n’est guère imaginable que des habitants de régions riches mais menacées migrent en masse vers des pays pauvres… sauf dans les films (Emmerich, Le jour d’après) ! Une montée du niveau de la mer d’un demi-mètre répartie sur 50 ans n’impose la migration de 100 millions de pauvres que si les moyens financiers pour les en prémunir n’ont pas été trouvés. Pourtant, l’aide publique accordée au développement ne cesse de baisser…

Des plans d’économie d’énergie au plan national d’adaptation

19En France, au cours des dernières années, la réflexion sur l’adaptation a progressé. Elle s’inscrit « en complément des actions d’atténuation » (communiqué de J.L. Borloo, Ministre de l’écologie, 15 juin 2010). Cette complémentarité autorise à utiliser le terme d’acclimatation, forgé par Buffon en 1775 pour parler des processus de survie des espèces vivantes soumises à des changements progressifs et à des crises.

20Depuis 2004, le plan climat (2004, puis 2006) et la Charte pour l’environnement (2007) ont reconnu le rôle incontournable des collectivités locales. La législation a accordé une place majeure au plan climat territorial, qui suppose d’établir un bilan carbone, un diagnostic des vulnérabilités aux changements à venir et un plan d’action pour la collectivité (bâtiments, urbanisme, transports, développement économique, éducation et sensibilisation, etc.). Mais à y regarder de plus près, ces plans climats territoriaux ne sont que des plans d’économie d’énergie (bâti, transports), car un sur deux seulement aborde l’évaluation des vulnérabilités.

21En même temps, le ministère de l’Écolologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer (MEEDDM) a constitué un groupe interministériel sur les « impacts du changement climatique, adaptation et coûts associés en France », engageant ainsi le chantier de l’adaptation. La première phase a dénombré les secteurs touchés (santé, agriculture, forêt, eau, infrastructures de transports et cadre bâti, énergie, tourisme, risques naturels et assurance, territoires, biodiversité) et la deuxième phase a chiffré les impacts et les mesures d’adaptation associées.

22Enfin, la loi 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement prévoit, dans son article 42, qu’un plan national d’adaptation doit être préparé pour 2011. Le rapport de concertation de 150 pages présente 13 chapitres principalement sectoriels (santé, eau, biodiversité, énergie), à l’exception de 4 d’entre eux, qui sont plus transversaux (recherche, éducation, gouvernance, financement). Il fait 202 recommandations très consensuelles, par exemple la recommandation 152 : « Favoriser des partenariats entre la recherche et les acteurs publics locaux dans le domaine de l’adaptation ».

23Ces travaux récents témoignent d’une réelle volonté d’infléchir le « traitement du changement climatique ». Mais additionner des mesures sectorielles ne suffit pas. À terme, les réflexions devront se consacrer à des sujets transversaux comme l’adaptation des régions littorales, des grandes agglomérations urbaines, en particulier si l’adaptation ne peut se faire spontanément et doit être accompagnée. Or, la question de la territorialisation tarde à être mise au-devant de la scène. Elle seule permettra de traiter du multirisque en évitant de dissocier le climat des autres caractéristiques d’un territoire, ce qui a conduit à privilégier au nom du climat de fausses bonnes solutions, voire à traiter le changement climatique comme un risque de plus… Au final, contrairement à d’autres pays, la centralisation française (la décentralisation a une vingtaine d’années) impose encore un up-down, qui privilégie le point de vue de minorités « averties » et qui suscite la passivité du citoyen de base. Pourtant, le « zoom » des adaptations du global au local suppose du « sur-mesure ». Il faut donc rompre avec ces comportements d’attente d’une mise à disposition des recommandations, des outils par des instances comme l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), la Mission Interministérielle de l’Effet de Serre (MIES) ou le ministère responsable du Développement durable. Un grand chantier de réflexion faisant plus de place aux sciences humaines et sociales est donc à prévoir.

Vers un autre « politique » ?

24D’après C. Lepage, en raison de la défaillance des représentants des États et de l’Organisation des Nations Unies, « la société civile ne peut compter que sur elle-même » (Le Monde, 23 décembre 2009). Pourtant, l’après-Copenhague pourrait être l’occasion idéale de redéfinir l’action politique sans confusion en ce qui a trait au partage des compétences. Les risques acceptables, au lieu d’être « imposés d’en haut » (la zone noire de Xynthia), pourraient être discutés et définis par compromis entre les intérêts individuels et les intérêts collectifs. Une fois ces risques définis dans chaque territoire, le rôle des acteurs institutionnels du politique pourrait être d’organiser une concertation avec tous les citoyens pour effectuer un bilan multirisque. Ce diagnostic comprendrait parcelle par parcelle l’évaluation des vulnérabilités comme celle des valeurs économiques et patrimoniales attribuées à chaque bien. Cet état des lieux justifierait des co-constructions de décisions d’actions très différentes. Depuis l’abandon à la valorisation par mutation d’activité en passant par la protection, l’assurance ou le déplacement, un grand choix d’actions graduées peut répondre à la valeur attribuée par la collectivité à tout bien. Par la suite, il s’agirait de faciliter la réalisation des projets du collectif grâce à la mise à disposition d’une boîte à outils pour inciter en particulier par la fiscalité, réglementer, soutenir l’innovation, aider à la réparation en cas de dommage et organiser la gestion de crise. Si l’adaptation suppose au départ un diagnostic à échelle fine, une échelle spatiale unique ne suffit pas, car les répercussions des changements ne s’arrêtent pas aux limites de propriété ou aux frontières administratives. Un chef d’orchestre est donc indispensable pour rendre compatibles, dans l’espace et le temps, des décisions envisagées à des échelles emboîtées : les parcelles, les terroirs, les communes, les agglomérations, les bassins fluviaux, les massifs montagneux, les régions, les États, etc. De multiples exemples d’actions existent déjà un peu partout en France, mais aussi en Europe et même aux États-Unis. Ils touchent les transports « doux » en ville, les éco-constructions moins énergivores, la mise en place d’énergies renouvelables, le recyclage des déchets de bout en bout de la chaîne de vie d’un objet… Reste, en emboîtant les échelles, à les mettre en harmonie grâce à une vraie politique publique d’aménagement.

Conclusion

25La trentaine d’années de volonté globalisante comme réponse à la variabilité du climat a servi à neutraliser le politique plutôt qu’à le promouvoir. Or, les problèmes environnementaux et donc climatiques sont complexes et territorialisés, si bien qu’ils permettraient de repenser les actions politiques. D’une part, parce qu’il va s’agir de définir les risques acceptables individuellement et collectivement en situation d’incertitude, d’autre part, parce que cela implique de très nombreux acteurs : les organismes internationaux, les groupes d’États, les États, les régions, les communes, les syndicats intercommunaux, les ONG, les partis politiques et les syndicats, les banques, le monde des finances et des assurances, les chercheurs de toutes disciplines, les entreprises multinationales, les petites et moyennes entreprises et petites et moyennes industries, la grande distribution, les transports, les médias et, enfin, les citoyens. Ces acteurs n’interviennent pas tous aux mêmes échelles (du local au mondial) et leurs intérêts peuvent converger ou diverger sur le choix et la manière de mener des actions curatives et préventives, sans tenir compte des éventuels comportements schizophrènes individuels. Enfin, les problèmes environnementaux permettraient de revoir les actions politiques parce que la réversibilité de toute action est la voie vers la durabilité puisque les sociétés et leurs techniques évoluent ; une solution d’aujourd’hui n’est plus celle de demain.

26Considérer les variations du climat comme porteuses de chances à saisir et de menaces à écarter par une gestion concertée permet de s’inscrire dans un projet collectif pour le futur autrement plus mobilisateur que l’inéluctable apocalypse…

Haut de page

Bibliographie

AGARWAL, Anil (1992), « Pour un juste calcul des responsabilités », La Recherche, n° 243, p. 610-613.

DAHAN DALMEDICO, Amy et Hélène GUILLEMOT (2006), « Changement climatique : dynamiques scientifiques, expertise, enjeux géopolitiques », ScienceDirect [En ligne]. http://math.unipa.it/~grim/dott_HD_MphCh/Dahan_Changement%20climatique_06.pdf. Page consultée le 10 septembre 2013.

DENIS, Benjamin (2005), « La gouvernance mondiale de la préservation de l’environnement : acteurs non étatiques et processus politique international lié au réchauffement de la planète », Cahiers d’anthropologie du droit, p. 66-122.

LAMARRE, Denis (2008), Climat et risques, nouvelles approches, Paris, Lavoisier.

LATOUR, Bruno (2008), Politiques de la nature, comment faire entrer les sciences en démocratie, troisième édition, Paris, La Découverte.

LE PRESTRE, Philippe (2005), Protection de l’environnement et relations internationales : les défis de l’écopolitique mondiale, Paris, Armand Colin.

Quaderni (2009), « Les résistances à l’adaptation au changement climatique », numéro spécial 71.

Questions internationales (2009), « Changement climatique », numéro spécial 38.

Responsabilité et environnement (2009), « L’adaptation au changement climatique », numéro spécial de la revue de l’École des Mines.

ROQUEPLO, Philippe (1997), « L’effet de serre est-il politiquement gérable ? », Futuribles, n° 224, p. 17-32.

ROSANVALLON, Pierre (2008), La légitimité démocratique : impartialité, réflexivité, proximité, Paris, Seuil.

ROSENAU, James Nathan (1992), Governance without Government : Order and Change in World Politics, Cambridge, Cambridge University Press.

SMITH, Joel et al. (1996), Vulnerability and adaptation to Climate Change –Environmental science and technology library, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers

TABEAUD, Martine (2008), Le changement en environnement, Paris, Publications de la Sorbonne.

VALANTIN, Jean-Michel (2005), Menaces climatiques sur l’ordre mondial, Paris, Lignes de repères.

VALANTIN, Jean-Michel (2007), Écologie et gouvernance mondiale, Paris, Autrement Frontières.

Haut de page

Notes

1 Voir http://www.ipcc.ch/SPM2feb07.pdf

2 Le principe de précaution officiellement entériné en 1992 dans la convention de Rio n’a pas de définition universellement admise. La définition de la loi française de 1995 est la suivante : « […] l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles […] à un coût économiquement acceptable. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Tabeaud, « Le long cheminement vers l’acclimatation », Communication [En ligne], Vol. 31/2 | 2013, mis en ligne le 16 septembre 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/4368 ; DOI : 10.4000/communication.4368

Haut de page

Auteur

Martine Tabeaud

Martine Tabeaud est professeure à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne et chercheure à l’UMR CNRS Espaces Nature et Cultures ENEC. Courriel : Martine.Tabeaud@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org