Navigation – Plan du site
Lectures

Godefroy Dang NGUYEN et Priscillia CRÉACH (2011), Recherches sur la société numérique et ses usages, actes du 8e séminaire M@RSOUIN (mesure & analyse des usages numériques)

Paris, L’Harmattan
Marcienne Martin
Référence(s) :

Godefroy Dang NGUYEN et Priscillia CRÉACH (2011), Recherches sur la société numérique et ses usages, actes du 8e séminaire M@RSOUIN (mesure & analyse des usages numériques), Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1Cette étude consacrée aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) est divisée en cinq parties : « Le numérique face à la fracture sociale » (p. 15-71), « Le numérique pour surmonter le handicap » (p. 73-131), « Espaces publics du numérique » (p. 133-173), « Méthodes d’observation des publics du numérique » (p. 175-230), « L’offre privée du numérique » (p. 231-270).

2Le sommaire présente une synthèse de l’ensemble des travaux au cœur de cette publication. Dans la première partie, plusieurs auteurs présentent une facette des problèmes engendrés par la fracture sociale au moyen d’une étude des différents acteurs la vivant ou la subissant. Ainsi, dans « Stigmates : errances et technologies », Pascal Plantard et Marianne Trainoir présentent une étude de cas des personnes en errance. Ces dernières, qui sont caractérisées par « une coupure totale du monde concrétisée par des obstacles matériels », fonctionnent dans un cadre articulé autour des « individus stigmatisants » et des « individus stigmatisés ». Cependant, l’usage d’outils comme le téléphone portable ou l’ordinateur portable permettant l’accès à Internet fait partie de pratiques sociales en cours, surtout chez les jeunes en errance. Sous la plume de Thierry Raffin, l’article titré « Quelle identité numérique pour les demandeurs d’emploi ? » montre que le média Internet est devenu une base de données importante tant pour les demandes d’emploi que pour les offres. La construction d’une identité numérique chez le demandeur d’emploi met en question l’usage approprié ou détourné de celle-ci ainsi que l’imposition implicite de compétences liées aux NTIC dans le contexte de la mise en ligne d’un curriculum vitæ. Le chapitre 3 présente une étude rédigée par Brice Arsène Mankou et Sophie Boutillier et qui est intitulée « Femmes camerounaises et <cybermigration> maritale en France : analyse de l’impact socio-économique d’une dynamique migratoire nouvelle ». L’analyse de ce qui est nommé « e-mariages » a été faite à partir d’une enquête réalisée auprès d’une population de 300 interviewées. Comme le précisent les auteurs, ces migrations mondialisées touchent une population féminine âgée de 25 à 45 ans, ayant des études secondaires et qui sont souvent sans emploi.

3La partie 2 est consacrée au handicap et aux solutions pouvant être apportées par les TIC. Sandrine Rannou, Marine Guyomar et Maryvonne Abraham présentent un article intitulé « Usage(s) d’une aide technique à la communication langagière : de l’apprentissage de la langue vers la réhabilitation de la communication ». À partir d’un « suivi longitudinal sur trois ans », les auteurs ont pu observer les résultats bénéfiques du communicateur, c’est-à-dire une aide technique à la communication, sur des populations aussi variées que des enfants et adolescents « exclus du système scolaire » et des adultes dont le handicap est survenu au cours de leur vie. Le chapitre 5 recouvre un article intitulé « L’apprentissage de la langue quand l’écriture est remplacée par des images : le cas des pronoms personnels ». Les auteurs, Maryvonne Abraham et Olivier Breton, présentent une étude sur des pictogrammes palliant l’alphabet syllabique à l’usage de personnes ne sachant pas ou ne pouvant pas lire. Palliacom est un logiciel de palliation qui permet « de construire n’importe quelle phrase dans n’importe quel contexte ». Dans cette étude, nous trouvons notamment une série de pictogrammes représentant les pronoms personnels « je » et « tu » ; ces figurines ont été présentées à des enfants handicapés mentaux avec des résultats variables suivant les possibilités d’abstraction du pronom personnel « je » ou encore de la perception de la différence entre le « vous » de politesse et le pronom personnel pluriel. Comme le soulignent les auteurs, « [...] les résultats positifs de notre outil TIC se situent au niveau de la structuration de la langue guidée par la grammaire, de la représentation cognitive des pictogrammes et de la prononciation des productions écrites » (p. 108). Mélanie Hénault-Tessier, de son côté, présente un article intitulé « Permanenciers assistants de régulation médicale au travail : quelles pratiques de communication sur une plate-forme multimédia ? ». Évoquant le projet de recherche REACH 1 12, l’auteure tente de cerner les enjeux mis en place dans cette nouvelle plate-forme qui serait dédiée aux personnes sourdes, malentendantes et « sourdes-aveugles » ; pour cela, une analyse des transactions communicationnelles entre permanenciers et appelants a été réalisée afin d’en approcher la complexité et d’y adapter le projet REACH 1 12.

4La partie 3 est consacrée aux « espaces publics du numérique ». Le chapitre 7 a pour titre « Participation, délibération, émancipation : enjeux du numérique pour l’éducation populaire contemporaine ». Il a pour auteure Nathalie Boucher-Pétrovic, qui se propose d’analyser « la dialectique à l’œuvre entre progrès technique et formes de l’engagement, appropriation des technologies et forme de l’action collective dans les milieux de l’éducation populaire français » (p. 136). Boucher-Pétrovic montre que si cette forme d’éducation tente de pallier le problème de la fracture numérique due au fait que certains groupes seraient écartés de la e-technologie, elle est également confrontée à l’apparition d’une société numérique réticulée au sein de laquelle les enjeux sociétaux ainsi que les praxis se démarquent de la société civile. Daniel Thierry est l’auteur du chapitre 8, intitulé « L’état actuel des pratiques de visio-relais. La réduction du non-usage par <Manche Numérique> ». Dans cet article, il s’agit d’interroger les raisons qui président à l’usage ou au non-usage de bornes interactives en Bretagne et qui dépendent d’organismes comme Pôles emploi service, la Caisse d’Allocations familiales (CAF) et les Caisses Primaires d’Assurance Maladie (CPAM). L’implantation de visio-relais par l’intermédiaire du projet Manche numérique montre que cette formule est facilitante pour des usagers peu habitués à l’usage des TIC.

5La partie 4 porte sur les « méthodes d’observation des publics du numérique ». Le chapitre 9 a pour auteurs Éric Jamet, Jocelyne Trémenbert, Gilles Deguillard et Séverine Erhel. Il s’agit dans ce texte de faire une analyse critique de la norme ISO 9241-210 qui définit une méthodologie centrée sur l’utilisateur « dans un projet collaboratif visant à mettre au point un produit interactif innovant dans le domaine de la télévision numérique ». Signé par Madeleine Besson et Christine Balague, le chapitre 10 a pour titre « Web surveys : enjeux du développement des études en ligne et premières recommandations ». Dans ce chapitre, les auteurs montrent qu’avec le développement d’Internet, les sociétés de marketing privilégient de plus en plus les études en ligne notamment pour des raisons de coût de revient. Les enquêtes en ligne peuvent utiliser la méthode probabiliste ou non probabiliste avec la prise en compte de panels d’interviewés fort divers. Cependant, le problème est de trouver le nombre de répondants qui justifient l’enquête elle-même. Les rémunérations diverses proposées aux internautes sont incitatrices, mais n’ont pas d’incidence réelle sur les réponses aux questionnaires. Sous la plume de Godefroy Dan Nguyen et de Jocelyne Trémenbert, « Don Giovanni sur écrans ou le malentendu » examine la diffusion sur grand écran de l’opéra Don Giovanni de Mozart à Rennes et à Brest. Ce spectacle a attiré une foule très importante, séduite par la nouveauté de la prestation au moyen des TIC. En posant plusieurs hypothèses, les auteurs ont tenté d’analyser ce qui a sous-tendu cette forme de politique publique culturelle.

6La partie 5 est consacrée à « l’offre privée du numérique ». Arnaud Anciaux traite de la télévision privée en France. Son article a pour titre « Les groupes de télévision privée face au numérique. Discours et réalité de la diversification ». Du mode analogique hertzien de la transmission télévisuelle au mode numérique qui fait appel aux TIC, ces nouvelles pratiques technologiques induisent de nouveaux marchés gérés par des dispositions législatives bien spécifiques dont deux ont été analysées dans ce texte. Madeleine Besson et Enrico Colla sont les auteurs d’une étude intitulée « Contribution à la réflexion sur les modèles d’affaires : le cas Apple ». Partant du « modèle d’affaires » développé par différents économistes, les auteurs abordent le cas Apple et en font l’analyse en s’appuyant sur différentes sources d’information (documentaires et académiques).

7La fin de l’ouvrage est consacrée aux annexes : présentation du groupe M@ARSOIN ainsi que courtes biographies des auteurs.

8En conclusion, cet ouvrage aborde les TIC sous des angles différents et se démarque ainsi de livres traitant du même sujet. Il s’adresse tant à un lectorat spécialisé (orthophonistes, entrepreneurs, linguistes, sociolinguistes, etc.) qu’à un lectorat intéressé par les TIC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcienne Martin, « Godefroy Dang NGUYEN et Priscillia CRÉACH (2011), Recherches sur la société numérique et ses usages, actes du 8e séminaire M@RSOUIN (mesure & analyse des usages numériques)  », Communication [En ligne], Vol. 31/2 | 2013, mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/4376

Haut de page

Auteur

Marcienne Martin

Marcienne Martin est chercheuse associée au Laboratoire ORACLE (Observatoire réunionnais des arts, des civilisations et des littératures dans leur environnement), Université de l’île de la Réunion, France. Courriel : marcienne.martin@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org