Navigation – Plan du site
Lectures

Matthieu SAUVÉ (2010), Les relations publiques autrement. Vers un nouveau modèle de pratique

Québec, Presses de l’Université du Québec
Alexandre Provencher
Référence(s) :

Matthieu SAUVÉ (2010), Les relations publiques autrement. Vers un nouveau modèle de pratique, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1Plusieurs études tentent de mettre le doigt sur une définition des relations publiques qui réussirait à rallier la vision des théoriciens et celle des praticiens sur la discipline. L’essor des relations publiques comme profession s’avère assez nouveau et son enseignement, encore plus récent (Dumas, 2010). Issues d’un côté de la science de la gestion et de l’autre des sciences humaines, les relations publiques telles que décrites par Matthieu Sauvé dans son ouvrage se retrouvent donc au cœur d’un carrefour théorique, mais surtout pratique. En effet, Sauvé affirme que le flou entourant la définition des relations publiques et l’incompréhension de leurs fonctions amènent les praticiens à faire reposer leurs actions sur des pratiques de gestion liées à des intérêts privés. Le plus souvent, ces pratiques favorisent une asymétrie de la communication. Pour illustrer ce décalage, l’auteur dénote une apparente contradiction entre « le concept de messages clés et l’aspiration à un dialogue authentique entre l’organisation et ses parties prenantes » (p. 1). Sur ce plan, Sauvé réussit à cibler le malaise fondamental par rapport aux relations publiques au Québec.

2Dans les premières pages, Sauvé présente quatre points de départ qui le font douter de la fonction réelle et effective des relations publiques :

  1. L’influence grandissante des parties prenantes dans la vie des organisations ;

  2. La participation croissante des organisations à la vie démocratique et sociale de leur environnement ;

  3. L’évolution de la pratique des relations publiques selon un modèle de persuasion ;

  4. L’analyse systématique des relations publiques comme une fonction de gestion.

3À partir de ces présupposés, il interroge les assises théoriques sur lesquelles reposent les relations publiques. D’abord, Sauvé remet en question les différentes définitions qui leur sont accordées. Citant les définitions distinctes du Chartered Institute of Public Relations (Black, 1972), de Cutlip, Center et Broom (2000) et de Maisonneuve (2004), Sauvé mentionne que ces définitions soulèvent de nouveau le caractère de gestion des relations publiques sans toutefois prendre en considération sa finalité réelle. Pour lui, les définitions ne s’appuient pas sur une réalité théorique, mais pratique.

4Au fil des chapitres, Sauvé nous amène à douter de la véritable finalité — ou fonction — des relations publiques. En amalgamant l’héritage théorique de plusieurs courants de pensée (notamment l’interactionnisme symbolique, le postmodernisme et la théorie des parties prenantes), il oppose la fonction managériale — près de la gestion, de la réussite organisationnelle et du maintien d’une réputation — à la fonction sociale des relations publiques — visant le consensus, la vision commune, le mieux vivre-ensemble. Il révèle la dualité de ces deux fonctions, aux objectifs différents. Entre l’atteinte d’une stratégie d’entreprise ou d’une « coconstruction de relations basées sur le respect mutuel » (p. 26), il décortique au fur et à mesure de son ouvrage la fonction bicéphale de la discipline.

5L’ouvrage culmine malgré tout sur une proposition optimiste de l’état des relations publiques. En effet, Sauvé, relationniste agréé lui-même, propose une définition plus large et englobante de la discipline : 

Les relations publiques sont une fonction de communication qui vise à faciliter la mise en place et la conduite d’un dialogue authentique entre toutes les parties prenantes au regard d’une situation donnée, afin que celles-ci en viennent à une compréhension et à une vision commune de leur situation mutuelle, dans le but de conclure une convention opérationnelle et relationnelle durable qui permette d’apporter un niveau de satisfaction équitable aux attentes ou aux besoins de tous les acteurs en présence (p. 84).

6À ce chapitre, Sauvé considère que les relationnistes, en tant que facilitateurs, doivent s’exclure des organisations afin de mieux servir l’intérêt public et assurer une viabilité démocratique de la part de leurs organisations. Sa proposition bouleverse donc les paradigmes théoriques habituels des relations publiques. Il se rapproche d’une fonction sociale de ce champ. Dans son ouvrage, il se prononce donc pour un changement radical de la conception des relations publiques en y présentant même un nouveau modèle de pratique. Il plaide en faveur d’une nouvelle façon d’agir.

7Le travail effectué par Sauvé s’avère magistral. À partir des postulats de base du paradigme dominant — la communication bidirectionnelle symétrique — de Grunig et Hunt (1984), Sauvé amène le lecteur à un autre niveau. Son approche normative s’intègre donc dans une critique plurielle, mais surtout nécessaire de la profession. Effectivement, « il subsiste trop d’imprécisions, de contradiction et de questions » (p. 85) quant au modèle managérial et dominant des relations publiques, autour duquel gravitent actuellement les relationnistes.

8La force de ce livre est de vouloir s’attaquer aux bases théoriques mêmes des relations publiques, une discipline qui mérite d’être réfléchie et qui présente des failles théoriques notables. La recension de tous ces écrits correspond à un travail minutieux et à un désir de fournir aux relationnistes un point de départ pour une large réflexion. Son modèle social s’avère donc la première étape de cette réflexion.

9Par contre, la lecture de cet ouvrage suscite deux questionnements majeurs :

  1. Que pensent les relationnistes, les praticiens, de ce modèle ? S’intègre-t-il dans leur réalité professionnelle ?

  2. Quelle est la véritable applicabilité de ce modèle ? Le postulat de Sauvé est-il réaliste ? Comment y faire adhérer les principaux intéressés ?

10Le caractère normatif de son modèle et son approche semblent toutefois loin de la réalité des relationnistes sur le terrain. Répondre à ces deux questionnements permettrait donc d’affirmer ou d’infirmer cette applicabilité et, plus largement, l’ouverture des relationnistes au débat sur leur profession.

11Malgré un style scolaire et plusieurs digressions théoriques, ce livre deviendra un ouvrage phare de la recherche en relations publiques au Québec. En effet, Sauvé propose plutôt que ce qui changera n’est pas « ce que font les relationnistes […], mais les raisons pour lesquelles ils le font » (Versailles, 2010 : en ligne). Bref, cet ouvrage s’avère être un revirement, mais surtout le point de départ d’un mouvement de recherche en relations publiques au Québec.

Haut de page

Bibliographie

BLACK, Sam (1972), The Role of Public Relations in Management, Londres, Pitman Publishing.

DUMAS, Michel (2010), Les relations publiques, une profession en devenir, Québec, Presses de l’Université du Québec.

CUTLIP, Scott M., Allen H. CENTER et Glen M. BROOM (2000), Effective Public Relations, 8e édition, New Jersey, Prentice Hall.

MAISONNEUVE, Danielle (2004), Les relations publiques, le syndrome de la cage de Faraday, Québec, Presses de l’Université du Québec.

VERSAILLES, Guy (2010), « Les relations publiques autrement » dans Relations publiques ! [En ligne]. http://guyversailles.blogspot.ca/2010/12/les-relations-publiques-autrement.html Page consultée le 2 mars 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Provencher, « Matthieu SAUVÉ (2010), Les relations publiques autrement. Vers un nouveau modèle de pratique », Communication [En ligne], Vol. 31/2 | 2013, mis en ligne le 24 septembre 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/4386

Haut de page

Auteur

Alexandre Provencher

Alexandre Provencher est étudiant à la maîtrise en communication à l’Université du Québec à Montréal et travaille comme relationniste dans le domaine de la santé. Courriel : provencher.alexandre@courrier.uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org