Navigation – Plan du site
Hors thème

Le nationalisme québécois, bougie d’allumage d’un nouveau Canada

Perception du référendum de 1980 dans le Globe and Mail
Sylvie Lacombe

Résumés

L’auteure analyse vingt-neuf éditoriaux du journal canadien Globe and Mail publiés pendant la période référendaire de 1980 au Québec. Elle montre que le commentaire sur le nationalisme québécois a suscité l’explicitation d’un sentiment national anglo-canadien et que la restructuration du Canada que les politologues associent habituellement au rapatriement de la Constitution en 1982 est en fait déjà repérable dès 1980. Parmi ces éléments en gestation, se trouvent la consécration de l’égalité des provinces, de même que la vision de l’État fédéral comme État national unitaire.

Haut de page

Texte intégral

1Le 17 avril 1982, la Constitution canadienne, avec une charte des droits et libertés enchâssée, était rapatriée en grande pompe au cours d’une cérémonie officielle à Ottawa. Cet événement devait, au moins théoriquement, résoudre en partie les conflits sous-jacents au débat constitutionnel canadien — l’aménagement du dualisme issu des deux communautés linguistiques— ainsi que les tensions entre les communautés régionales et la communauté nationale. Or, non seulement l’Acte constitutionnel de 1982 n’a-t-il pas dissous ces antagonismes, mais le processus de sa création les a même exacerbés. C’est du moins l’avis de plusieurs chercheurs pour qui cet événement charnière marque le début d’une refondation, ou restructuration, de la dynamique canadienne (Balthazar et al., 1991 ; Dumont, 1995). Certains politologues le célèbrent parce qu’il inaugure un nouvel individualisme politique sain et bénéfique pour l’avenir du pays (Bercusson et Cooper, 1991). D’autres, plus critiques, soulignent l’intense « désappointement » devant cette occasion manquée de résoudre le persistant malaise constitutionnel des décennies précédentes (Banting et Simeon, 1983). Concernant plus précisément la place du Québec dans la Confédération, la plupart des chercheurs ont déploré la manière dont s’est fait le rapatriement — sans l’accord du Québec, dont l’Assemblée nationale refuse, encore à ce jour, de ratifier la nouvelle Constitution (Racine, 2012) —, et surtout ses effets sur la vie politique québécoise (Latouche, 1983 ; Balthazar et al., 1991 ; Laforest, 1992 ; McRoberts, 1997). Jusqu’en 1982, l’histoire politique du Canada était traversée par une conception dualiste dans laquelle le Canada français était un des deux peuples fondateurs, ou à tout le moins une composante essentielle du pays. De sorte que la Confédération reposait sur un compromis en vertu duquel certains pouvoirs spéciaux, dans le domaine de l’immigration ou celui des communications, étaient attribués au Québec et pas aux autres provinces (Langlois, 1991). Le système politique pouvait ainsi accommoder, sans trop de contradictions apparentes, deux visions du pays selon que l’on était Canadien français ou Canadien anglais. Enfin, cette tradition canadienne valorisait la démocratie parlementaire d’inspiration britannique où coutumes et pratiques politiques avaient autant, sinon plus, de poids que les articles écrits de l’Acte constitutionnel (Dufour, 1991). Ce que le rapatriement de la Constitution et la Charte des droits et libertés ont « produit », c’est une nouvelle orientation vers un modèle étatique unitaire, une prédominance du pouvoir judiciaire sur les Parlements, avec un rôle accru de la Cour suprême, et une consécration de l’égalité des provinces (Langlois, 1991). Cette nouvelle définition constitutionnelle a ainsi modifié profondément l’esprit et le compromis de 1867, au point de parler d’une « conquête du peuple québécois » par la réduction qu’elle opère sur les pouvoirs de l’Assemblée nationale (Laforest, 1991). Le Québec a en effet perdu son droit de veto constitutionnel et, par la Charte des droits et libertés, l’égalité formelle des provinces bloque toute reconnaissance de la spécificité québécoise. En somme, la Constitution de 1982 a rendu presque irréconciliables les positions du Québec et du Canada en ce qu’elles renvoient désormais à deux traditions libérales différentes : l’une, anglo-canadienne, fait de la Charte un véritable symbole unificateur, alors que l’autre, québécoise, associe le bien commun à l’essor de la langue française et de sa culture (Taylor, 1992).

2Il ne sera pas question, dans cet article, de constitution ni de charte des droits, du moins pas directement. Car nous allons plutôt remonter en amont, à l’un des événements déclencheurs du processus de rapatriement de la Constitution canadienne, le référendum québécois de 1980. Depuis le début des années 1960, les gouvernements québécois successifs réclamaient des pouvoirs constitutionnels additionnels afin de protéger la langue française et la culture canadienne-française, bientôt rebaptisée « québécoise ». L’élection en 1976 d’un parti indépendantiste, le Parti québécois, dont l’objectif primordial est la création d’un État indépendant et souverain, relançait dans le Canada anglophone l’urgence d’une réforme constitutionnelle. Mais de comités divers (Communes-Sénat ; Comité permanent des ministres sur la Constitution) en commission (Pépin-Robarts), en projet de loi sur la réforme constitutionnelle (C -60), les leaders politiques canadiens ont cherché sans succès une formule d’amendement constitutionnel qui satisfasse toutes les parties. Le 1er novembre 1979, le gouvernement du Québec publiait un livre blanc sur la souveraineté-association intitulé D’égal à égal, la nouvelle entente Québec-Canada et programmait la tenue d’un référendum avant la fin de 1980.

3Comme on le verra, remonter à 1980 montrera que l’orientation vers un modèle fédéral plus unitaire, ne laissant pratiquement aucune place au dualisme, était en fait déjà en gestation dans les représentations anglo-canadiennes avant le rapatriement d’avril 1982 ; qu’en réaction à l’activité nationaliste du gouvernement péquiste, une niche symbolique s’était en quelque sorte aménagée dans les représentations anglo-canadiennes qui allaient bientôt loger cette conception de l’État fédéral conçu comme un État national.

  • 1 C’est Lise Payette, ministre dans le gouvernement péquiste, qui est involontairement à l’origine de (...)

4Pour tenter de circonscrire ce mouvement dans les représentations anglo-canadiennes, notre analyse portera sur une série d’articles de journaux. On sait que les médias jouent en général un rôle non négligeable dans la constitution et l’orientation de l’opinion publique (Taras, 1993) ; ce qu’on a appelé « l’affaire des Yvette », durant la campagne référendaire de 1980, le montre d’ailleurs assez clairement1. Il est, en revanche, extrêmement difficile, sinon même impossible, de mesurer concrètement l’influence d’un média sur la définition d’un programme politique, quel qu’il soit (Charron, 1995). Car la relation entre les médias et l’opinion publique n’est pas unilatérale, ni dans un sens ni dans l’autre ; elle serait plutôt réciproque et complexe. Les médias produisent quotidiennement des significations et fournissent un cadre affectif, du point de vue des « valeurs », aux événements qu’ils rapportent. Ils hiérarchisent les nouvelles et explicitent les consensus sociaux qui délimitent la « communauté communicationnelle », en liant du même coup les hommes politiques à l’électorat. Ce faisant, ils constituent des canaux indispensables à la formation de l’opinion publique (Hackett, 1991). En même temps, les médias eux-mêmes s’inscrivent dans une trame narrative plus large qui les englobe, qui dessine un environnement symbolique, et dont participent leurs interprétations des faits. Ils puisent ainsi dans la culture ambiante des catégories, des formes, des images dont ils renforcent la connotation, ou la déplacent. De ce point de vue, les journalistes ne produisent pas des instantanés de la réalité ; ils choisissent plutôt les faits qu’ils rendent significatifs et qu’ils inscrivent dans des cadres interprétatifs, des trames narratives, permettant à leur lectorat de les comprendre (Robinson, 1998). Journalistes et lectorat procèdent alors d’un même système symbolique. C’est à tracer les contours de cet univers commun que s’emploie notre article. Par la description des jugements portés sur divers aspects du nationalisme québécois et de plusieurs événements de la campagne référendaire de 1980, nous mettrons en relief les idées et valeurs récurrentes attachées aux faits commentés et nous dégagerons leur structuration et leur pondération dans l’univers de sens ainsi formé. Notre premier objectif vise donc à saisir les catégories de sens mobilisées, les images déployées et les formes stylistiques élaborées dans l’appréciation éditoriale du souverainisme québécois. On devine sans peine que cette appréciation est plutôt négative que bienveillante. Mais en quels termes est-ce dit ? Que reproche-t-on au gouvernement péquiste ? Que pense-t-on des relations fédérales-provinciales ? Etc. Pour répondre à de telles questions, nous nous penchons sur les mécanismes générateurs de sens. Mais ce faisant, nous greffons un second objectif au premier, comme son double obligé. Critiquer le projet souverainiste et commenter la campagne référendaire amène, en effet, « naturellement » les éditorialistes du Globe à expliciter ce qu’est le Canada et ce qu’il n’est pas, et à exposer comment devrait fonctionner la fédération canadienne. Ici aussi la forme importe autant que le fond, l’expression et la manière importent autant que la substance et le contenu. Toutes ces composantes permettront de décrire l’effet du mouvement souverainiste sur la construction identitaire canadienne. Car l’interprétation que fait le journal de l’activité nationaliste québécoise et l’entreprise narrative de construction nationale du Canada apparaissent comme l’endroit et l’envers de la même médaille.

5Dans le paysage journalistique anglo-canadien de l’époque, le Globe and Mail est le seul quotidien d’envergure véritablement nationale, publié dans la grande métropole de Toronto et distribué dans toutes les provinces. Sa prééminence est telle qu’il donne le ton aux autres journaux, de l’aveu même de correspondants et de chroniqueurs d’autres quotidiens canadiens (Erindale College, 1981). Parmi un large corpus d’articles couvrant la période allant du 20 décembre 1979, jour où le Parti québécois fait connaître le libellé de sa question référendaire, au 31 mai 1980, une dizaine de jours après le référendum, nous avons concentré notre analyse sur les éditoriaux parce que c’est dans ce type de commentaire que se trouvent combinées les exigences de visibilité, d’unicité et de partialité (Herman et Jufer, 2001) : les idées et valeurs exprimées là engagent moralement toute la rédaction et donnent au journal sa couleur intellectuelle, idéologique. Durant la période couverte, 29 éditoriaux ont abordé de front la situation politique au Québec : 1 en décembre 1979, 5 en janvier 1980, 2 le mois suivant, 5 en mars, 7 en avril et 9 en mai. L’analyse critique de leur contenu a d’abord procédé par va-et-vient entre chaque éditorial et l’ensemble constitué des 29 retenus, mais aussi entre celui-ci et le corpus global de tous les articles, pour en arriver à une imprégnation intime avec le matériau. Elle a ensuite progressé grâce à deux opérations principales, la réduction à des constantes, d’une part, et l’induction généralisante, de l’autre (Paillé et Mucchielli, 2003). L’analyse part donc des idées les plus générales, c’est-à-dire les plus courantes, pour se tourner ensuite vers les idées plus marginales, lesquelles explicitent souvent ce qui reste sous-entendu dans le communément partagé. S’ajoute à cela une attention particulière à la structuration de l’ensemble discursif qui permet de décliner les distinctions fondamentales dont fait état le discours. Cette méthode, qu’on désigne aussi par le nom d’« analyse sémantique structurante », permet de dégager les liens souterrains, implicites, entre les images et les valeurs, entre les formes et les idées, etc., en bref, de mettre au jour la construction sociale du sens propre au texte analysé — ici, l’éditorial — ainsi que de dégager au fil de sa reconstitution la signification globale produite par l’interprétation éditoriale (Sabourin, 2009). Enfin, dans l’exposition des résultats, nous suivons une logique thématique plutôt que chronologique, pour éviter les répétitions (plusieurs idées ou valeurs se retrouvant dans plus d’un éditorial) et faciliter l’approfondissement de la signification des images convoquées.

6Dans les pages qui suivent seront décrites et analysées non seulement les positions du Globe and Mail à l’égard du Parti québécois (PQ), de son chef et du libellé de la question référendaire, mais aussi celles se rapportant au Livre beige du Parti libéral du Québec (PLQ), aux propos tenus pendant la campagne par des premiers ministres provinciaux, par le premier ministre du Canada et par des intellectuels canadiens. Dans la mesure où ces dires ont suscité approbation ou réprimande de l’équipe éditoriale, ils nous aideront à esquisser le Canada alors en gestation, car toutes ces prises de position accompagnent comme son ombre une réflexion sur le pays, sur sa nature et sur son mode de fonctionnement. Le projet péquiste est d’emblée et totalement rejeté, mais en prenant acte des frustrations provinciales à l’égard d’Ottawa dans d’autres régions du pays et en se penchant sur le discours des forces fédéralistes, le Globe relaie d’un éditorial à l’autre un sentiment national d’abord inquiet, puis de plus en plus assuré. Tout se passe comme si l’agitation et l’effervescence autour de la « question nationale » au Québec avaient ainsi contribué à faire advenir un nouveau Canada, sinon son embryon, du moins la place symbolique qu’il allait occuper. Nous y reviendrons en conclusion.

  • 2 Le Globe and Mail est globalement très critique des positions de Trudeau et du Parti libéral du Can (...)
  • 3 Il s’agit entre autres de Marina Strauss, Margot Gibb-Clark, Stan Oziewicz et Julia Turner.
  • 4 Deux femmes et quatre hommes ; trois partisans du oui et trois partisans du non.

7Dans sa page éditoriale, le Globe and Mail demande telle une rengaine des changements vers une décentralisation de la fédération, et se méfie de Pierre E. Trudeau, surtout de son appétit vorace pour la centralisation2. Ce journal national offre une couverture exhaustive de la campagne référendaire québécoise : à compter du 18 avril, quelques jours après son déclenchement officiel, il affecte plusieurs journalistes3 à l’événement, dont les articles et reportages s’ajoutent aux chroniques de son correspondant permanent à Québec, William Johnson ; à quoi s’ajoute encore une tribune, intitulée « Ce que pensent les électeurs », dans laquelle la journaliste Ann Penketh rapporte, au fil des événements de la campagne, les réflexions et commentaires de six électeurs québécois4. Tout en concentrant notre analyse sur la série des 29 éditoriaux abordant de front la situation politique au Québec, nous aurons parfois recours à d’autres articles du Globe que nous utiliserons alors à titre informatif.

Un chef manipulateur, un projet irréaliste

  • 5 Cela contraste vivement avec l’appréciation favorable de Lévesque par la population québécoise. Par (...)
  • 6 Sauf indications contraires, les données sont tirées des éditoriaux du corpus ; la date entre paren (...)

8Dès la première lecture, les éditoriaux frappent par le peu de considération témoignée envers le premier ministre du Québec, René Lévesque5. L’équipe éditoriale use souvent d’ironie, mais emploie également le style direct pour énoncer ses jugements assassins. Elle déclare ainsi que Lévesque est un grand communicateur doublé d’un fin stratège politique, dont la marque de commerce est le mensonge : en 1976, il s’est fait élire en promettant des réformes économiques, pour ne plus parler ensuite que d’indépendance. Il voudrait maintenant faire croire que le référendum porte sur la négociation de la souveraineté-association, mais les Québécois ne doivent pas se laisser berner par cette ruse, c’est encore et toujours de séparation qu’il s’agit (19 mars6). Lévesque promet abusivement qu’en votant oui au référendum, les Québécois gagneront tout sans avoir à renoncer à quoi que ce soit (22 mars). Il est passé maître en matière de question truquée. Tant et si bien qu’il tente d’extorquer un oui aux électeurs en formulant une question la moins engageante, ou la plus inoffensive, possible (22 décembre). Le pari qu’il fait est qu’on peut tromper un grand nombre de gens en les poussant progressivement, sournoisement, vers la séparation, sans le leur dire (9 mai). Le ton ironique monte encore d’un cran quand est commentée une allocution de Lévesque devant l’une « des plus petites minorités qui soient », celle de ses admirateurs anglo-québécois : 

M. Lévesque is a remarkable performer, probably at his best when, in the middle of an enterprise of enormous consequence (like tearing a major piece out of the country called Canada) he can sprinkle soothing little messages about what it all means, conveying the impression that something really quite modest is afoot; that alarm, concern, or suspicion is simply not called for, and that those who show anxiety for the demolition of something they love are displaying symptoms of paranoia (25 mars).

  • 7 Nous traduisons, comme dans tous les cas à venir.

9Au lendemain du référendum, on retrace ainsi la « carrière » du projet péquiste : au début, Lévesque en appelait à la séparation, il a ensuite adouci le mot en lui accolant le trait d’union de l’association. Celle-ci devait être la réconciliation après la rupture, l’union monétaire, le marché commun. Quand les autres provinces ont dit non à cette association « avant même qu’elle ne décolle, Lévesque s’est alors mis à parler d’égalité [entre les nations] en lieu et place de la souveraineté7 » (21 mai). La haute suspicion exprimée contre Lévesque s’étend à tout le gouvernement péquiste. Le débat à l’Assemblée nationale du Québec sur le libellé de la question référendaire a été utilisé par les députés péquistes « deux fois plus nombreux que ceux de tous les partis réunis » comme un temps d’antenne gratuit de campagne pour le oui (19 mars). On dénonce aussi la manière dont les représentants du gouvernement québécois traitent de « colonisés » ou de Québécois « dégradés » ceux qui s’opposent à la séparation du Québec. Personne, nous dit le Globe, ne voudrait partager une maison jumelée avec une famille qui regarde certains de ses propres membres comme des apostats ou des traîtres. De tels voisins nécessitent une solide barrière (22 mars).

  • 8 Voir plus loin la section « Une touche affective, l’image de la famille ».

10Que nous disent ces jugements à l’emporte-pièce ? Il ne s’agit pas ici de trancher pour discriminer les bons des mauvais jugements prononcés par le journal, mais plutôt de dégager la cohérence d’ensemble qui permette de les comprendre, ainsi que de jeter sur eux un éclairage inédit. L’éditorial a glissé en passant que les députés péquistes sont deux fois plus nombreux que ceux des autres partis, comme si cette situation n’était pas tout à fait innocente. Jumelée avec l’insistance sur les « mensonges » et les qualités manipulatrices de Lévesque, l’information laisse entendre que c’est par méprise, parce qu’ils ont été trompés, que les électeurs québécois ont élu autant de députés péquistes à l’Assemblée nationale. Une telle majorité gouvernementale ne pourrait, autrement, être écartée si aisément, il faudrait lui reconnaître une légitimité démocratique, de même qu’il faudrait donner une crédibilité politique à la volonté de changement qu’incarne le PQ. On remarquera aussi l’image de la famille et des voisins. Dans l’extrait évoqué, la famille désigne à première vue la société québécoise, mais ce pourrait aussi être l’Assemblée nationale. Dans tous les cas, cette famille est extérieure au locuteur, qui en commente les agissements d’un point de vue observateur. Les péquistes figurent l’embarrassant voisin qu’il faudrait subir advenant la souveraineté-association, d’où l’image de la maison jumelée. Le Globe insinue surtout que l’association économique avec un Québec souverain non seulement ne se ferait pas, mais qu’au contraire des barrières tarifaires pourraient même limiter les échanges commerciaux avec lui. Nous recroiserons plus loin la métaphore de la famille, utilisée plus précisément qu’ici et recouvrant une autre signification8. Le jugement que porte le journal sur le projet de souveraineté-association va nous permettre de préciser les risques que courent les Québécois si, par malheur, ils devaient voter oui au référendum de mai.

  • 9 J. Clark, chef du Parti conservateur, E. Broadbent, chef du Nouveau Parti démocratique, et P. E. Tr (...)

11Sur le projet péquiste comme tel, le Globe ne varie pas sa position d’un iota et y revient à six reprises : si Québec vote en faveur de la souveraineté-association, il aura la souveraineté, mais le reste du Canada n’aura pas plus de relations avec lui qu’avec n’importe quelle autre nation souveraine, et en aura certainement moins qu’avec d’autres nations ne l’ayant ni rejeté ni insulté (22 décembre). Une association économique, y compris une monnaie commune, implique que toutes les autres provinces canadiennes et le gouvernement fédéral aient leur mot à dire. Or, il s’avère que les uns et les autres l’ont déjà donné ce mot : les chefs des trois partis fédéraux9 et les premiers ministres des neuf autres provinces ont clairement dit et répété qu’ils ne voulaient pas de cette association (22 mars). En avril, le journal remercie Allan Blakeney, premier ministre de la Saskatchewan, d’avoir répété avec force et éloquence que la souveraineté du Québec est incompatible avec l’association économique avec le reste du Canada, dans un discours devant les membres de la Chambre de commerce de Montréal. Blakeney explique que chaque province a un réel intérêt à ce qu’un changement constitutionnel s’opère, et chacune soutiendrait avidement toute réforme ambitieuse du statu quo ; en revanche, aucune province n’envisage de négociation économique avec le Québec advenant une victoire du oui (10 avril). Cette position est semblable à celle qu’énonce Trudeau dans le premier des trois discours qui ponctuent son intervention dans le débat référendaire de 1980 : des marchés communs et des associations économiques se négocient régulièrement entre pays souverains et indépendants, mais Québec ne l’étant pas, aucune discussion n’est possible. Ceux qui voteront oui se placeront eux-mêmes dans une impasse, puisque personne ne veut, ni ne peut, s’associer à la province du Québec dans un marché commun ; et de toute façon, Québec ne serait pas indépendant par les vertus mêmes de sa question — puisque celle-ci porte sur le mandat de négociation, non sur la souveraineté-association elle-même (17 avril). Comme approche le jour du vote, le Globe répète qu’un oui majoritaire conduirait à la séparation du Canada en deux entités distinctes et n’amènerait pas le Canada, contrairement à ce qu’a laissé entendre Lévesque, à venir négocier sur les genoux. Il ajoute que si les Québécois veulent obtenir plus de droits, ils doivent absolument voter non. Car alors seulement, les Canadiens des autres provinces seront disposés à négocier de nouvelles règles pour les accommoder. Le journal insiste : on ne doit pas confondre le désir de voir redistribués les pouvoirs dans la Confédération avec la négociation en vue de doter le Québec d’une structure d’État ; les deux ne diffèrent pas seulement en degrés mais, bien plus fondamentalement, en nature (10 mai). Ce sera par ailleurs le grand défi de Claude Ryan, chef du PLQ et des forces du non, de convaincre les électeurs qu’en votant oui, ils diront aussi vouloir quitter le Canada, et pas seulement réclamer plus de droits (19 mars).

  • 10 Le libellé se lit comme suit : « Le Gouvernement du Québec a fait connaître sa proposition d’en arr (...)

12Même si la question référendaire porte sur un mandat de négociation de la souveraineté-association avec le gouvernement fédéral10, le Globe dit et répète que voter oui au référendum revient à opter pour la souveraineté pleine et entière du Québec et qu’un tel vote romprait tous les liens qui rattachent le Québec au (reste du) Canada. Il n’y a pas de demi-mesure ni de zone grise entre le statut d’un État indépendant et celui d’une province. Le journal dit encore que les liens historiques avec le Québec seront effacés et que les aspirations souverainistes du Québec sont insultantes pour le Canada. Le Globe signifie encore que le référendum ne peut être utilisé comme tactique pour faire bouger les choses sur le front constitutionnel (stratégie imputée au camp souverainiste). L’alternative est noire ou blanche, et malheur à qui confondrait l’une et l’autre. Pour le Globe, le véritable changement, le changement constitutionnel qui pourrait aboutir à une redistribution des pouvoirs au sein de la fédération, et au terme de laquelle les Québécois auraient plus de droits, s’attache à la condition de province canadienne.

L’accueil à « une nouvelle fédération canadienne »

  • 11 L’équipe éditoriale n’est finalement jamais revenue sur cet élément de la plate-forme libérale.

13Le 9 janvier 1980, la Commission constitutionnelle du PLQ rend public le document Une nouvelle fédération canadienne, qui sera adopté comme plate-forme constitutionnelle officielle au congrès annuel du parti, tenu le 29 février ainsi que les 1er et 2 mars. Plusieurs éditoriaux le discutent, et au fil de ces commentaires, on va voir se préciser sinon la vision fédéraliste du journal, du moins certains principes à respecter et limites à ne pas dépasser pour qu’une réforme de la fédération canadienne lui paraisse acceptable, et qu’éventuellement il l’endosse. Dès le lendemain de la publication du document libéral, le Globe salue cet effort sérieux et complet d’élaboration d’une troisième option constitutionnelle, entre statu quo et souveraineté-association, qui s’adresse à court terme aux électeurs québécois, mais à plus long terme à tous les Canadiens. Conscient que l’importance accordée à ces propositions par les Québécois dépendra étroitement de l’accueil qu’elles recevront dans le reste du Canada, le journal prévient qu’il serait malhonnête d’y acquiescer maintenant, avec en tête le référendum, pour mieux les critiquer une fois le scrutin derrière soi. Cela ferait le jeu des péquistes qui seraient prompts à y voir le bris d’un engagement moral, ce qui provoquerait dans la population du Québec un sentiment de trahison somme toute justifié. Certains points de ce programme, comme celui d’élargir le rôle et les pouvoirs des provinces, celui de limiter le rôle et les pouvoirs du gouvernement fédéral, spécialement dans le champ des responsabilités provinciales, et celui d’une reconnaissance constitutionnelle des droits fondamentaux suscitent d’emblée le soutien du Globe. Mais d’autres points, comme celui de la garantie de certains droits linguistiques et du principe voulant que chaque province soit entièrement libre d’écrire ses propres lois linguistiques, demandent un examen plus approfondi avant de pouvoir se prononcer11. Enfin, si le journal souscrit à la nécessité d’abolir le Sénat, il ne voit pas dans un éventuel conseil fédéral, institutionnalisé et permanent, une promesse de meilleur fonctionnement du fédéralisme canadien (10 janvier). Le jour suivant, le journal endosse complètement l’historique que fait le Livre beige, comme l’appelle le PLQ, de la place qu’occupe le Québec dans le Canada ; il s’agit d’un historique qui réfute la lecture et les critiques péquistes. On y affirme que les prédictions péquistes, annonçant la fin de la culture et des institutions québécoises, non seulement ne se sont jamais réalisées, mais qu’au contraire, langue et culture françaises ont même prospéré et fleurissent encore au sein du cadre fédéral canadien. Celui-ci fournit, selon le journal, deux avantages majeurs : la chance de se développer librement, en accord avec sa nature propre, d’une part, tout en participant aux bénéfices et aux défis d’une plus grande et beaucoup plus riche société, d’autre part (11 janvier).

14Un troisième éditorial souligne le contexte politique inédit en 1980, qui avantagerait les Québécois : aujourd’hui leurs demandes pour un transfert des pouvoirs vers les provinces peuvent être faites en sachant qu’un soutien substantiel viendra de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de la Saskatchewan et de Terre-Neuve. Québec n’est plus seul à rouspéter contre le pouvoir fédéral de dépenser, et d’autres provinces vivent ces politiques fédérales « nationales » comme des intrusions inacceptables de leurs domaines de compétences législatives. Le Globe admet que certains domaines complexes, comme ceux de l’énergie, du développement industriel, du transport et des politiques sociales, sont nécessairement partagés par les deux paliers de gouvernement, provincial et fédéral. Parmi les solutions que propose le Livre beige pour résoudre ces difficultés, l’une serait d’attribuer un rôle national bien précis au fédéral, par exemple dans le contrôle des ressources d’énergie, notamment dans le cas de l’énergie nucléaire, parce qu’il relève aussi des affaires étrangères et de la défense, deux compétences fédérales. D’autres mesures impliqueraient une coopération interprovinciale à grande échelle, d’une manière beaucoup plus structurée que ce qui se fait présentement. Ce conseil fédéral, ou chambre des provinces, remplacerait le Sénat, et les premiers ministres provinciaux y représenteraient chacun leur province. Ici, le journal réitère ses sérieux doutes quant à la pertinence d’une telle institution (23 janvier).

15Cette proposition d’un conseil fédéral est aussi critiquée dans le reste du pays : un éditorial dénonce ainsi un député provincial de la Colombie-Britannique, si irrité par cette proposition qu’il dit préférer le séparatisme de Lévesque au fédéralisme frustrant de Ryan. Selon le journal, ce que craint le député est une réalité banale et courante de la politique canadienne : les provinces font régulièrement front commun pour dénoncer le gouvernement fédéral sur un point ou un autre de ses politiques, elles n’ont nul besoin d’une chambre des provinces pour cela. Les propositions constitutionnelles du PLQ servent simplement d’exutoire par où s’épanchent l’impatience du député et aussi, malheureusement, ses préjugés (28 mars). Le premier ministre de la Saskatchewan, Blakeney, salue quant à lui les propositions du Livre beige, considérant qu’elles forment une base acceptable pour négocier une réforme constitutionnelle. Se faisant l’écho de ces propos, le Globe invite le Québec à miser sur le sentiment d’impatience et de frustration de l’Ouest, qui réclame des changements constitutionnels, plutôt que sur les jeux de mots de Lévesque (10 avril).

  • 12 Brian Peckford, premier ministre de Terre-Neuve, souhaite que les premiers ministres provinciaux se (...)

16Le dernier éditorial avant le référendum rappelle que le choix auquel font face les Québécois n’est pas entre le renouvellement de la Confédération et le statu quo, comme cherche à le faire croire Lévesque, mais entre la séparation et une confédération profondément retravaillée. Ce que propose le Livre beige de Ryan est une fédération nettement plus décentralisée. Le pouvoir fédéral d’outrepasser les frontières des compétences législatives provinciales serait limité. Les provinces gagneraient le contrôle de la sécurité sociale — un objectif québécois de longue date. La propriété provinciale, le contrôle et la gestion des ressources seraient confirmés. Le Sénat deviendrait un conseil fédéral de délégations provinciales présidées par les premiers ministres. Les droits linguistiques relevant des provinces seraient élargis. Ainsi, ce que propose Ryan n’est pas superficiel, c’est un changement en profondeur. L’équipe éditoriale assure les Québécois qu’un non impliquera des négociations pour des changements importants, de l’ordre et de l’ampleur de ceux proposés dans le Livre beige de Ryan. Elle avertit aussi les Canadiens des autres provinces que ces changements pourraient être déchirants ; qu’un non au référendum ne sera pas un signal indiquant « qu’on peut retourner dormir ». Ce sera au contraire un appel à se mettre sérieusement au travail pour reconstruire le Canada (17 mai). Enfin, juste après le scrutin référendaire, les éditoriaux des 21 et 22 mai reviennent sur les nécessités de réformer le statu quo. Dans le premier, on salue les premiers ministres de Terre-Neuve, de la Saskatchewan et de l’Alberta12, qui se disent prêts à se mettre immédiatement au travail pour préparer une conférence constitutionnelle (21 mai). Dans le second, le Globe rappelle que le Livre beige ne constituait pas un ultimatum, mais un simple document de travail, et enjoint les premiers ministres provinciaux à définir dès maintenant leurs positions respectives. Il termine en souhaitant que la prochaine conférence constitutionnelle se tienne bientôt, mais surtout qu’elle soit authentique, et pas seulement une reprise du « vieux manège » (22 mai).

  • 13 On retrouvera la même distinction hiérarchique dans l’image de la famille. Voir la section « Une to (...)

17En tout, huit éditoriaux ont donc discuté directement ou indirectement la plate-forme constitutionnelle du PLQ. Que nous enseignent-ils ? D’abord que même s’il prône la discussion franche et honnête de ce document, le journal ne perd pas de vue l’enjeu partisan que constitue sa réception dans les autres provinces canadiennes, et l’on peut penser que c’est pour éviter de susciter la grogne au Québec qu’il ne se prononce pas sur la proposition concernant l’autonomie provinciale en matière de lois linguistiques. Mais rien ne confirme que ce soit le cas. Ce qui est explicitement dit, en revanche, c’est que les champs de compétence des provinces doivent être respectés par le gouvernement fédéral, et le journal se prononce même pour un élargissement des domaines de juridiction provinciale. Cependant, pour ce qui est de protéger la langue et la culture françaises au Québec, nul besoin de compétences supplémentaires, le journal considère qu’elles s’épanouissent déjà parfaitement et que le cadre fédéral ne leur a jamais nui, au contraire. La seule critique importante que fait le journal à l’endroit du document du PLQ touche la proposition de remplacer le Sénat par un conseil de la fédération où siégeraient les premiers ministres provinciaux — une critique que semblent d’ailleurs partager d’autres commentateurs et hommes politiques anglo-canadiens. Ce qui gêne le Globe, avancerons-nous, c’est qu’avec une telle institution, le palier fédéral du gouvernement s’en trouverait amoindri, il ne serait plus englobant mais équivaudrait à une simple addition d’intérêts provinciaux. Il ressort des positions du journal une nette distinction entre les paliers, fédéral et provincial, de gouvernement : le palier provincial sert à développer son particularisme et le palier fédéral assure de ne pas y rester enfermé, il ouvre à l’enrichissement moral13. Soulignons enfin l’insistance du journal à avancer que l’insatisfaction du Québec à l’égard du statu quo est partagée par d’autres provinces, indiquant par là que le Québec est une province comme les autres qui ne nécessite pas un traitement spécial pour être satisfaite.

Un tournant

  • 14 W. Johnson, « Different conclusions about P.Q. victory », Globe and Mail, 24 mars 1980, p. 8.

18Au lendemain du débat de trois semaines à l’Assemblée nationale sur le libellé de la question référendaire, William Johnson, joignant sa voix à celles des éditorialistes des journaux québécois, affirme que le PQ a largement gagné cette bataille14. Une semaine plus tard, sur un ton alarmiste, il avance : 

  • 15 W. Johnson, « Ryan should promise own referendum », Globe and Mail, 1er avril 1980, p. 8.

Pick up the letters to the editor columns on almost any day and it becomes clear that a great numbers of Quebeckers will be voting yes because they see a no vote as an abdication of pressure for constitutional change15.

  • 16 Voir entre autres W. Johnson, « Women quietly make a telling stand », 31 mars, p. 8 ; et R. Cléroux (...)
  • 17 R. Cléroux, « Tea Partisans. 10 000 saying yes for no in Quebec vote », Globe and Mail, 4 avril 198 (...)
  • 18 Voir Dandurand et Tardy (1981).
  • 19 Loin de se qualifier pour le titre d’Yvette, Madeleine Ryan est une femme engagée dans plusieurs mo (...)

19Au cours des premiers mois de 1980, les forces du oui donnent une impression de confiance, de cohérence et d’assurance qui fait pâlir et paraître les arguments pour le non monotones et insipides. Dans les pages du Globe, le phénomène des Yvette marque un tournant dans la visibilité et la vitalité des forces du non16. Le journaliste Richard Cléroux le qualifie même de « premier vrai signe de vie des forces fédéralistes17 ». L’étincelle qui mobilise ces femmes est un commentaire de Lise Payette, ministre d’État à la Condition féminine, devant un parterre de femmes du Plateau Mont-Royal, qui appelle les Québécoises à rompre avec l’image de la gentille et dévouée Yvette des manuels scolaires, pour « sortir de leur prison de peur » et appuyer le Regroupement national pour le oui18. En réponse à une question de la salle à propos de Ryan, chef des forces du non, Mme Payette s’emporte, disant qu’il est précisément le genre d’hommes à vouloir des Yvette plein le Québec et que d’ailleurs, il en a épousé une19. Réagissant à cette « insulte », nous dit un éditorial du Globe, 1 700 femmes, réunies au Château Frontenac à Québec, se donnent le nom ironique d’Yvette et attaquent la malhonnêteté de la question référendaire puisque l’enjeu réel est l’indépendance du Québec. Le journal applaudit leur dénonciation du gouvernement péquiste qui vend la séparation comme la panacée indolore à tous les maux affligeant le Québec. Quelques jours plus tard, la rencontre au Forum réunit environ 15 000 femmes venues signifier leur non ferme et passionné au référendum, « parce que la place du Québec est dans le Canada ». Cette solidarité féminine et surtout cet engagement sincère et vaillant envers la cause fédéraliste coupent le souffle de l’équipe éditoriale (9 avril).

20En lui-même cet incident de la campagne référendaire ne nous apprend pas grand-chose, si ce n’est peut-être l’état d’esprit dans lequel se trouve l’équipe éditoriale. Le sentiment de vive reconnaissance qu’exprime celle-ci devant le « mouvement des Yvette » révèle par effet de contraste son inquiétude de fond, voire son doute, quant aux chances de réussite des forces du non. En même temps, l’espoir que suscitent les Yvette l’incite à multiplier les appels à la défense farouche du Canada et à la réforme du fédéralisme, avec les mots du cœur.

Une nécessaire décentralisation

  • 20 Cette étude, « Réalités économiques de la Confédération » (149 p.), la dernière de la collection «  (...)

21Commenter le processus référendaire au Québec conduit bien naturellement à parler du Canada, de ce qu’il est, et du fédéralisme, de son mode de fonctionnement. L’Institut C.D. Howe publie au début d’avril 1980 une étude cherchant à quantifier les coûts économiques du lien fédéral — de son maintien et de son éventuelle rupture — et qui conclut ne voir aucun gain économique probant ni pour l’une ni pour l’autre option20. Pour les auteures de l’étude, un système fédéral est censé fournir de plus grands bénéfices économiques que ce que les constituantes fédérées pourraient gagner séparément. Or, notent-elles, trois régions canadiennes (les Maritimes, le Québec et l’Ouest) se disent frustrées dans leurs aspirations économiques par le système fédéral. En réalité, la fédération canadienne se trouve coincée entre deux pressions contraires : les tentatives d’organiser l’économie à l’échelle nationale, d’une part, et les tentatives des provinces de développer leur propre économie, d’autre part. Les premières conduisent Ottawa à intervenir dans des compétences législatives provinciales, ce qui crée du mécontentement ; tandis que les secondes sont souvent contre-productives, par les barrières tarifaires que les provinces érigent pour protéger leurs industries. En sorte que l’étude dégage un portrait pessimiste, qui n’anticipe aucun surplus économique dans un avenir rapproché ni ne propose de solution pour diminuer la pression dans un sens ou dans l’autre (Simpson, 1980). L’éditorial en retient que la marge de manœuvre d’un Québec souverain serait moindre que dans la situation actuelle et que les impasses politiques seraient plus fréquentes et plus paralysantes. Par ailleurs, si la rentabilité économique était le seul critère à considérer, il n’y aurait pas de frontières entre le Canada et les États-Unis. Pourtant, peu de Canadiens, au Québec ou ailleurs, souhaitent cette situation. L’éditorial en conclut que ce vaste pays reste plus grand que la somme de ses frustrations provinciales et qu’en conséquence, ce ne sont pas de comptables dont il a besoin, mais de cette spécialité typiquement canadienne : des gens capables de faire des compromis (12 avril).

22Le Globe nous dit ici que l’entité canadienne n’est pas réductible à une association économique : quelque grandes que soient les frustrations économiques des provinces, elles ne pourront jamais justifier une séparation politique. Il semble d’ailleurs impensable pour le journal que la situation globale des Québécois puisse être meilleure en dehors du Canada qu’en son sein. La perfection n’étant pas de ce monde, semble dire l’équipe éditoriale, mieux vaut travailler à améliorer le cadre actuel, entre partenaires historiques, que de risquer les incertitudes et les conséquences fâcheuses d’une rupture draconienne. L’appel au compromis s’adresse ainsi aux Québécois plutôt qu’aux Canadiens, étant entendu qu’ils perdraient plus encore advenant la séparation de leur province.

  • 21 Le Globe rappelle leur position sur le sujet : le prix du pétrole doit se rapprocher du taux mondia (...)

23Le mois d’avril a aussi vu les interventions sur la scène politique de premiers ministres provinciaux, certaines directement et explicitement liées au référendum québécois, d’autres sur le sujet plus général d’une nécessaire réforme de la fédération. Elles donnent lieu à deux éditoriaux. Au dîner annuel de la Presse Canadienne, le premier ministre albertain, Peter Lougheed, exprime sa colère contre Ottawa, qui fixe beaucoup trop à la baisse le prix du pétrole albertain. Sans lui donner entièrement raison, le journal avance qu’Ottawa sous-estime la détermination albertaine dans cette question énergétique, tout comme il a toujours sous-estimé la détermination des Québécois de jouer un rôle plus important dans la gestion de leurs affaires. Il aimerait que le message de Lougheed aux Québécois, outre son désir de les voir rester dans la Confédération, leur assure plus officiellement qu’advenant un non au référendum, ils ne manqueraient pas de soutien dans la bataille pour réformer la fédération (18 avril). La semaine suivante, les quatre premiers ministres des provinces de l’Ouest, réunis à Lethbridge, demandent qu’on organise au plus tôt une conférence fédérale/provinciale pour discuter d’une politique économique nationale ; ils s’inquiètent de la crise énergétique et souhaitent aussi aborder d’autres problèmes économiques21. Le Globe estime qu’ils donnent à Trudeau l’occasion de faire une importante contribution au débat référendaire, mais celui-ci ne daigne pas reprendre la balle au bond. À sa première conférence de presse après l’annonce de la date du référendum, il avait averti qu’il ne ferait aucune proposition de fédéralisme renouvelé avant le vote, considérant qu’il était trop tard pour cela. Il annonce, quelques jours plus tard, qu’il y aura une conférence fédérale/provinciale pour une réforme constitutionnelle si le non l’emporte, mais que le même appel ne sera pas répété advenant la victoire du oui. Cela suscite la colère du Globe, selon qui le premier ministre se conduit comme si Québec était le seul intéressé à modifier la Constitution. Pour le journal, il n’est ni trop tard ni trop tôt pour répondre à la demande, sans cesse croissante dans tout le pays, d’une décentralisation de certains pouvoirs d’Ottawa vers les provinces. L’inaction du premier ministre est à mettre au compte de sa longue opposition à toute décentralisation significative. Il faudra bien pourtant que Trudeau adapte ses propres vues à la réalité ambiante, s’il ne veut pas devenir anachronique. L’éditorial est d’accord avec lui, seul le Parlement fédéral parle au nom du Canada, mais sans abandonner cette position, le premier ministre doit admettre que, le pays étant fait de diverses régions et parties, nulle raison ne justifie de continuer à le diriger en concentrant à Ottawa toutes les prises de décision importantes (25 avril).

24Il ressort de ces éditoriaux l’idée déjà rencontrée voulant que le Canada soit plus que la somme de ses provinces, que son autorité « morale » émane du Parlement fédéral, et de lui seul ; la « totalité » canadienne, pourrait-on dire, transcende les appartenances provinciales et territoriales. Mais cet englobement moral ne doit pas se traduire par une centralisation politique. Au contraire, il doit s’accompagner sur le plan du fonctionnement pratique d’une délégation de pouvoirs vers les provinces. Aux yeux du journal, le premier ministre Trudeau commettrait ainsi l’erreur de confondre niveau moral (autorité du Parlement fédéral) et niveau pratique de la Confédération (nécessaire décentralisation).

La touche affective, l’image de la famille

25Quand il s’agit de faire l’apologie du Canada, les arguments raisonnés semblent à eux seuls insuffisants pour satisfaire l’équipe éditoriale, une touche affective sonnant plus vraie. C’est pourquoi le journal attache de l’importance aux propos de William Davis, premier ministre de l’Ontario, venu dire aux Québécois qu’ils partagent avec les Ontariens plus de 300 ans d’histoire : « Nous sommes voisins, nous sommes des alliés et des amis. » Il précise que l’Ontario ne ménage pas ses efforts pour obtenir des changements majeurs de la Constitution, que les Ontariens, comme les Québécois, rejettent catégoriquement le statu quo. Ils veulent combattre aux côtés des Québécois pour faire de la Confédération un meilleur endroit où cohabiter. « Ce n’est pas une question économique. Je suis par nature pragmatique, dit en substance Davis, mais quand il est question de l’avenir du Canada, nous, les Ontariens, devenons émotifs. » Inspiré par ces propos, l’éditorial les prolonge : « Nous sommes tous en partie propriétaires les uns des autres, nous nous chérissons les uns les autres, parce que nous sommes tous membres d’une même famille ; voilà ce qu’est la nationalité » (3 mai). L’image de la famille est récurrente pour parler de la fédération canadienne. Les provinces en sont les membres et, quoique différentes les unes des autres, chacune participe à la matérialisation du rêve canadien, tout en œuvrant à la réalisation de ses aspirations et ambitions particulières. On va maintenant voir que l’image permet d’insister à la fois sur la part d’hétérogénéité interne et sur les limites au sein desquelles la contestation du cadre fédéral est admise. Par exemple, lors de la première intervention du premier ministre Trudeau, quelques heures seulement après l’émission des brefs référendaires le 15 avril, celui-ci prévient qu’avant de rénover la maison pour répondre aux besoins des membres de la famille, il faut s’assurer que tous souhaitent continuer à cohabiter. Si le Globe approuve la teneur du discours, le ton professoral et froidement logique, en revanche, le déçoit considérablement, estimant que c’est d’une défense passionnée dont a besoin le Canada (17 avril). Cet enthousiasme, cette passion déjà célébrée chez les Yvette, il les trouve chez le « gars ordinaire de Shawinigan », c’est-à-dire le ministre de la Justice et du Développement social du cabinet Trudeau, Jean Chrétien. Celui-ci fait abondamment parler la voix du cœur, et le message qu’il livre aux Québécois s’adresse en fait, selon le journal, à tous les Canadiens : le sentiment d’appartenance qu’il décrit, chaque province, pas seulement le Québec, peut s’en faire l’écho. C’est que, contrairement à ce que prétend Lévesque, nul ne peut subdiviser ce qu’il ressent à l’égard du Canada : sa fierté à l’égard de la communauté locale où il est né et a grandi se mêle nécessairement à la fierté plus grande envers la nation. Les deux sentiments sont étroitement enchevêtrés, imbriqués l’un dans l’autre, tant et si bien qu’ils se nourrissent l’un l’autre. Dans les plaidoyers de Chrétien, le mot le plus révélateur, selon le journal, est celui de partage : il faut partager les problèmes autant que les avantages, reconnaître que la famille canadienne, parce qu’elle réunit des expériences et des coutumes très diverses, ne peut vivre sous le même toit sans avoir de temps en temps quelques disputes. Le partage lui fait cependant toujours voir la valeur supérieure des liens familiaux sur l’intérêt individuel (16 mai).

  • 22 Le terme opposition hiérarchique est emprunté à l’anthropologue Louis Dumont (1983) et désigne une (...)

26La première fois que nous avons croisé la métaphore de la famille, elle s’appliquait soit à la société québécoise, soit à l’Assemblée nationale — sans qu’on puisse trancher —, et l’hypothétique Québec souverain figurait le voisin embarrassant dont on subit les disgrâces et contre lequel on érige une forte clôture, voire peut-être un rempart. Cette fois, la métaphore de la famille sert très explicitement à décrire la fédération canadienne. Les relations au sein de la famille ne peuvent être réduites à une question économique parce qu’elles sont empreintes d’émotion. L’appartenance nationale étant analogue à l’appartenance familiale, plus les membres sont nombreux et qu’ils diffèrent les uns des autres, plus les disputes risquent d’éclater — une manière de banaliser l’insatisfaction des provinces à l’égard du fonctionnement actuel de la fédération, et plus particulièrement les revendications québécoises. Ainsi, les frustrations du Québec ne renvoient jamais, aux yeux de l’équipe éditoriale, à une situation qui serait propre à la province, elles peuvent au contraire se rapporter à d’autres situations tout à fait similaires dans lesquelles se trouvent d’autres membres de la famille et sont, à ce titre, assimilables aux frustrations provinciales ailleurs au pays. Par son insistance sur le mécontentement quasi généralisé à l’égard de la centralisation fédérale, le Globe procède de l’idée que le Québec est une province comme les autres. L’opposition hiérarchique22 entre les paliers de gouvernement est réaffirmée ici, avec ses valeurs correspondantes : la nationalité, l’attachement à la nation désignent la fédération canadienne, dont l’intérêt supérieur est synonyme de partage ; la communauté locale, dont les coutumes et expériences diffèrent des communautés voisines, renvoie à la province, membre individuel de la famille canadienne dont les intérêts personnels doivent être subordonnés au bien commun familial.

  • 23 Quand le PQ souhaite établir une nouvelle entente avec le (reste du) Canada « d’égal à égal », il f (...)

27La métaphore de la famille, où le gouvernement fédéral est assimilé à l’autorité parentale et les provinces aux enfants, neutralise, et court-circuite même, l’idée du mariage entre deux peuples fondateurs. Si elle permet de conceptualiser une forme de particularisme provincial, chaque « enfant » ayant sa personnalité propre, elle n’autorise pas d’emblée un traitement en accord avec cette différence. L’image de la famille inciterait plutôt à valoriser le traitement égal de chaque enfant. Et quand surviennent des disputes, celles-ci restent forcément circonscrites dans le cadre familial et ne sauraient en remettre en question l’appartenance ; un lien familial n’est pas révocable comme le serait un lien contractuel, tel un mariage. On a vu que concernant la condition politique de la Confédération, une réforme constitutionnelle paraît au journal non seulement souhaitable, mais vraiment nécessaire. Ce changement, si radical puisse-t-il être, ne doit cependant pas ébranler le cadre fédéral. L’image de l’union des deux peuples fondateurs pourrait admettre la rupture pour mieux contracter ensuite une nouvelle alliance, plus égalitaire ou encore plus conforme aux attentes réciproques des partenaires23. L’image de la famille, au contraire, montre plutôt l’absurdité d’un tel scénario.

  • 24 À l’échelle nationale, les néo-démocrates sont relativement favorables à la démarche québécoise. Ai (...)
  • 25 Le Globe fait probablement référence ici au jeu de bonneteau où un maître de jeu, habituellement es (...)

28En mai 1980, un débat spécial d’une semaine à la Législature de l’Ontario est commenté en éditorial par le Globe. Au cours des échanges, le député néo-démocrate24 James Renwick avance l’idée qu’un oui au référendum québécois pourrait s’avérer une bénédiction pour tous ceux qui souhaitent ardemment secouer le statu quo. L’éditorial remarque d’abord qu’il s’agit là du même type d’argument que celui évoqué par un groupe d’écrivains, artistes et universitaires anglo-canadiens, dont George Grant et Mel Watkins, ayant critiqué les premiers ministres anglo-canadiens pour avoir dit qu’ils ne négocieraient pas la souveraineté-association. Pour le groupe, c’est là une attitude de chantage éhonté. Le point principal où la position du groupe Grant-Watkins converge avec les vues de Renwick et ses collègues du caucus néo-démocrate, est l’idée qu’un oui québécois pourrait être la stimulation nécessaire à l’élaboration d’une nouvelle entente constitutionnelle, dont en définitive tous les Canadiens bénéficieraient. Le Globe and Mail s’indigne d’une telle méprise : la différence entre une redistribution des pouvoirs au sein de la Confédération et une entente permettant au Québec d’être souverain est plus qu’une énorme différence de degré, c’est une différence de nature, qui ne peut être esquivée. Quant aux déclarations répétées des chefs fédéraux et des premiers ministres provinciaux, le journal ne voit pas en quoi il serait plus démocratique de prétendre jusqu’au jour du vote qu’il y a bien une fève sous la coquille25 quand on la sait parfaitement vide (10 mai).

29Aussi détestable que soit le statu quo aux yeux de l’équipe éditoriale, il lui semble sacrilège qu’on puisse être tenté d’appuyer le oui au référendum québécois pour l’ébranler. Cela est cohérent avec l’ensemble des positions du journal : après avoir répété que le référendum ne porte pas sur un mandat de négocier mais sur la séparation du Québec, il refuse logiquement de le voir comme un simple outil pour faire pression sur le gouvernement fédéral. La menace séparatiste est un jeu trop dangereux auquel le journal refuse de participer. Dans la même veine, la référence au jeu de bonneteau concernant les déclarations des premiers ministres provinciaux qui refuseront de négocier avec le Québec advenant une victoire du oui, indique assez clairement que le journal entend camper du côté de la transparence et de l’honnêteté. Celui-ci ne voit cependant pas qu’il traite comme un jugement de fait ce qui est en réalité un jugement de valeur : le refus des chefs politiques anglo-canadiens de négocier la souveraineté-association, advenant un oui majoritaire, est un choix politique qu’ils font, bien avant d’être une réalité de fait.

30La crainte tangible du journal de voir le rêve canadien s’éteindre, la vision affective du Canada, totalité politique moralement supérieure à la somme de ses provinces, et le recours à la métaphore de la famille pour marquer le fonctionnement de la fédération et l’attachement au fédéralisme nous conduisent à diagnostiquer l’émergence timide d’une conscience de soi canadienne(-anglaise), qui affleure vaguement, comme si le nationalisme québécois l’avait suscitée par ricochet. Un éditorial du 28 mars souligne justement qu’il y a eu plus d’introspection chez les Canadiens depuis l’élection du PQ quatre ans auparavant, en 1976, que pendant tout le siècle précédent. Ce qui n’est pas entièrement une mauvaise chose, poursuit-il, puisque « nous sommes désormais mieux préparés à discuter de sujets tels que l’unité nationale, et à relativiser dans cette perspective les enjeux plus triviaux » (28 mars). Le dernier thème significatif de notre corpus d’éditoriaux va nous permettre d’explorer cette idée qu’en réaction à l’activité nationaliste québécoise, un nationalisme anglo-canadien aurait commencé à émerger avant le rapatriement de la Constitution. Dans la même foulée, nous verrons s’accentuer l’aspect affectif du propos.

« People to People Petition for Canadian Unity »

  • 26 Ce sont « A light in the window », Globe and Mail, 5 mars 1980, p. 6 ; « Arrivals », Globe and Mail(...)
  • 27 Le président du comité est J. McNutt, de Charlottetown à l’Île-du-Prince-Édouard, et son coprésiden (...)
  • 28 Le texte affirme aussi que la bonne foi et la bonne volonté sont massives, bien qu’elles restent in (...)
  • 29 Voir Anonyme (1980 : 1).
  • 30 Le coprésident de l’organisation nationale, G.K. Cowan, remettra symboliquement le nom du millioniè (...)

31Trois éditoriaux26 traitent d’une pétition pour l’unité canadienne, intitulée People to People, et circulant depuis l’automne 1978 à travers le Canada en dehors du Québec. L’aventure de cette pétition est en elle-même anecdotique, mais elle donne lieu à des réflexions et à des jugements significatifs pour notre propos. Conçue à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard, elle est le fait de « citoyens ordinaires qui souhaitent en joindre d’autres, par-delà les revendications des partis politiques et les commentaires hargneux que diffusent les divers médias »27. Elle annonce ceci : « Dans un esprit de compréhension et pour améliorer les besoins et les espoirs de tous nos peuples, nous, soussignés, de la Colombie-Britannique à Terre-Neuve, invitons les membres québécois de notre famille canadienne à demeurer Canadiens, et à continuer de construire avec nous ce magnifique Canada. » Entre parenthèses, on lit la précision suivante : « les pétitions signées, publiquement présentées au Québec avant le référendum, dissiperont les rumeurs négatives et illustreront que les Canadiens de partout sont préoccupés »28. Pour financer le projet, seuls des fonds privés sont sollicités, pour éviter de donner l’impression d’une campagne officielle, gouvernementale. Il semble cependant que des services publics provinciaux, telles des compagnies d’électricité ou de gaz, aient inclus des exemplaires de la pétition avec leur facture mensuelle à leurs usagers29. La pétition compte presque un million de signatures quand elle arrive à Montréal au début avril30. Il semble cependant n’y avoir aucune réception officielle prévue : le Globe dit seulement que la pétition est « agressée » par deux groupes communistes antagonistes qui vocifèrent des slogans anticapitalistes à coup de porte-voix, à quoi s’ajoute encore un groupe de défense du droit à l’autodétermination du Québec, le tout noyant le message fédéraliste dans la cacophonie générale ! Logeant dans 20 boîtes de plastique, la pétition dort ensuite quelques jours dans une station de train de Montréal, où les passants demandent à participer à ce qu’ils croient être un tirage, tandis que les gérants de deux supermarchés refusent d’accueillir ces boîtes, de peur qu’une telle exposition n’incite au vandalisme. C’est finalement dans une usine de plastique que les boîtes contenant les signatures de la pétition sont entreposées. Puis, le 9 mai, Davidson Dunton, ancien coprésident de la Commission sur le bilinguisme et le biculturalisme, la remet officiellement à Ryan, chef des forces du non.

32Il n’est sans doute pas innocent que ce soit Dunton qui officie la remise de la pétition à Ryan, mais ironiquement, l’événement est peut-être le dernier acte dans lequel le Canada des deux peuples fondateurs ait été mis en scène. Car cette image cède déjà en partie la place à cette autre, celle d’un État national dont l’unité se construit par opposition au souverainisme québécois. Nous y reviendrons en conclusion.

33Ayant présenté les faits entourant la pétition, voyons maintenant ce qu’en disent les trois éditoriaux. À l’origine de la pétition, des Canadiens anxieux, ne sachant comment prendre part au débat sur l’avenir du Québec, ne voulaient surtout pas rester silencieux, de peur que cela soit interprété, par erreur, comme une marque d’indifférence. Le message de la pétition vient tout droit du cœur, et pour cette raison, il transcende toutes les autres considérations touchant le référendum québécois, qu’elles soient économiques, culturelles, linguistiques, politiques ou autres, et doit donc être livré avec une urgence inquiète (5 mars). Le sentiment d’appartenance nationale a spontanément émergé et s’est exprimé franchement, avec naturel, dans cette pétition. Et même le cafouillage de sa livraison, sa difficulté à franchir l’étape finale de l’accueil symbolique ont quelque chose de sympathiquement « canadien » (13 mai). Pour le journal, les signataires n’étaient pas mus par la force contraignante qu’ont parfois les pétitions ni même par l’expectative que leur appui changerait l’issue du vote référendaire. Leur geste s’explique plutôt par le besoin impérieux d’agir, de dire leur conviction qu’un pays ayant à son actif de si grandes réalisations doit rester intact. Leur signature est leur bulletin de vote dans ce référendum qui n’avait pas prévu d’urne pour l’y déposer (16 mai). C’est pourquoi, même si elle restait à s’empoussiérer dans un entrepôt, la valeur de l’effort dont elle témoigne ne sera jamais perdue. Plus encore, continue le Globe, cette pétition avait une valeur inestimable avant même d’arriver au Québec et, quel que soit son effet sur le vote, sa valeur ne peut être ternie ni flétrie : son mérite et sa portée tiennent au fait qu’un million de Canadiens se sont arrêtés pour réfléchir à la nature de leur pays et poser le geste signifiant qu’il leur tenait à cœur (13 mai).

  • 31 Journaliste et homme politique, puis professeur d’université, Bourgault (1934-2003) fut toute sa vi (...)

34Les trois éditoriaux traitant de la pétition pour l’unité canadienne illustrent bien que les inquiétudes causées par la tenue du référendum de 1980 ont titillé chez les Canadiens des provinces anglophones un sentiment d’appartenance nationale qui s’exprimait assez peu jusque-là. En disant aux Québécois qu’ils sont désirés dans la Confédération, les Anglo-Canadiens expriment en fait leur propre amour du pays. Le nationalisme québécois, ayant abouti à la tenue d’un référendum sur la souveraineté-association, aurait ainsi provoqué en retour l’expression du nationalisme canadien. Au lendemain du vote référendaire, le chroniqueur H. Winsor confirme en partie cette impression quand il suggère de suivre les conseils de Pierre Bourgault31. Ce dernier avait enjoint le Canada anglais à se construire un pays, ajoutant qu’après, les Québécois voudront peut-être en faire partie. Winsor conclut sur une note heureuse : quelques indices en Ontario et en Saskatchewan révèlent que cet exercice de définition et d’appréciation de soi a déjà commencé (Winsor, 1980). Bien qu’il traduise l’exhortation de Bourgault en termes d’identification régionale ou provinciale, plutôt que nationale, Winsor encourage cette idée d’un travail sur soi qui concerne les Canadiens anglais, l’idée d’une appartenance qui n’inclut pas les Québécois.

Conclusion

  • 32 À peine sorti du débat référendaire, l’éditeur du journal Le Soleil, Marcel Pépin, avançait : « Pen (...)

35En 1980, l’exaspération provinciale à l’égard du mode de fonctionnement du fédéralisme est répandue dans pratiquement toutes les régions du Canada, de sorte qu’une force centrifuge semble menacer le pays d’éclatement. Aux yeux de l’équipe éditoriale, les revendications « traditionnelles » du Québec s’assimilent aux frustrations des autres provinces et, à plus d’une reprise, elle enjoint le Québec à s’allier à ses consœurs pour forcer le gouvernement fédéral à entamer une importante réforme constitutionnelle. Le projet péquiste ne saurait cependant être utilisé comme électrochoc pour secouer la réticence d’Ottawa en cette matière, et la seule tentation de le faire paraît même sacrilège à l’équipe éditoriale du journal, ce qui laisse deviner sa quasi-révérence religieuse pour le cadre fédéral. Loin d’être un défi à relever par le fédéralisme canadien, le projet péquiste en constitue plutôt une attaque directe ; plus encore, il en serait la parfaite antithèse. Bien que personne ne sache dire en mai 1980 ce qu’est le fédéralisme renouvelé, ou ce qu’il pourrait être32, il est la seule solution de remplacement à laquelle le Globe s’accroche pour répondre à l’ambition nationale des Québécois.

  • 33 La représentation du fédéralisme comme incarnant l’universel face au souverainisme étroit d’esprit (...)

36À la limite, la perception qu’a le Globe du souverainisme québécois nous en dit plus long sur la représentation qu’il se fait du Canada, de l’état de la fédération et du fédéralisme que sur le projet péquiste. Si le statu quo est absolument inacceptable et si la fédération est jugée trop centralisée, accorder plus de pouvoirs aux provinces a aussi ses limites : la fédération doit rester fonctionnelle et efficace. Le journal juge par ailleurs que Québec possède déjà tous les pouvoirs nécessaires au maintien et à l’épanouissement de sa langue et de sa culture, que le cadre fédéral actuel y pourvoit très bien. En outre, la fédération canadienne est plus qu’une addition de provinces et ne se ramène pas non plus à une simple association économique entre parties contractantes. Elle a pour ainsi dire un caractère sui generis. Le Globe, comme plusieurs hommes politiques dont il reprend les propos, a spontanément recours à l’image de la famille pour expliquer le fonctionnement du fédéralisme et les relations entre les paliers, provincial et fédéral, de gouvernement. Le gouvernement fédéral détient l’autorité parentale, et seul le Parlement fédéral peut prétendre parler au nom des Canadiens. C’est le niveau moral où s’expriment le bien commun et l’intérêt sinon universel33, du moins national. Les provinces constituent les enfants de cette famille fédérale ; à cet échelon s’expriment les intérêts régionaux et locaux, légitimes certes sur ce plan, mais qui doivent rester subordonnés à l’échelon de la totalité. Il est aisé de voir se profiler ici le principe, qui deviendra plus tard pratiquement un dogme, d’égalité des provinces. Car une famille qui privilégierait explicitement l’un, ou quelques-uns, de ses enfants au détriment des autres perdrait tout de suite son vernis chaleureux et favorable.

37L’image de la famille est cohérente avec la tendance à ramener les revendications québécoises au rang de récriminations provinciales qui doivent pouvoir trouver leurs solutions à l’intérieur du cadre fédéral. Mais à l’inverse, un membre de la famille qui la respecte si peu qu’il souhaite la quitter peut aisément se transformer en voisin embarrassant contre qui une clôture imposante sera jugée nécessaire. Cela illustre que l’appartenance à la famille correspond au cadre fédéral lui-même ; le remettre en question, contester sa légitimité vous exclut d’emblée, sans égard pour le passé partagé. Enfin, l’image de la famille vient assez brutalement contredire la conception du Canada comme résultant d’un mariage (« de raison », disait Henri Bourassa) entre deux peuples fondateurs ; elle en déplace également le lieu de l’égalité (entre les provinces plutôt qu’entre les peuples fondateurs) et la nature du lien (irrévocable plutôt que contractuel). En ce sens, elle appartient plus au Canada actuel qu’à celui des années antérieures à 1980. Il est un aspect, pourtant, où l’image de la famille prolonge celle du mariage : celui de la charge affective des liens auxquels renvoient ces images. De ce point de vue, l’image de la famille répond à l’appel du cœur lancé par le Globe au premier ministre Trudeau, tout en prolongeant ses louanges du mouvement des Yvette. Car cette image permet de rendre la pareille à la « propagande » péquiste de la fierté nationale, par le recours aux mêmes armes affectives.

  • 34 Après le référendum québécois de 1995, il jouera le même rôle, cette fois pour intégrer les immigra (...)
  • 35 En référence au dernier livre de R. Graham (2011).

38À plusieurs égards, la promotion de la fédération canadienne s’est placée sur le même pied que le souverainisme québécois, en le peignant telle une négation insultante de la fédération. Les deux discours, fédéraliste et souverainiste, sont apparus comme mutuellement exclusifs et leur véhicule respectif, comme deux nationalismes engagés dans une rivalité idéologique. De ce point de vue, le référendum de 1980 a joué le rôle de catalyseur du sentiment national anglo-canadien, jusqu’alors peu présent dans les discours publics. L’opposition hiérarchique selon laquelle l’État fédéral figure en même temps le palier supérieur du gouvernement et la totalité canadienne irréductible à la somme de ses parties accentue encore ce phénomène idéologique. Dans la mesure où la totalité canadienne se dit dans le fédéralisme, celui-ci devient moins une forme de régime politique, ou un mode d’organisation institutionnel, pour revêtir plutôt les habits de l’idéologie. Il n’est sans doute pas innocent que l’Ô Canada ait été officiellement adopté en tant qu’hymne national, après plusieurs essais infructueux au cours des décennies précédentes, précisément l’année du référendum de 1980, à l’unanimité des voix à la Chambre des communes. Dans l’imaginaire anglo-canadien, le souverainisme québécois aurait servi de repoussoir pour construire et affermir l’unité canadienne34. Ainsi peut-on avancer que le Canada « restructuré » (Balthazar, 1991) à la suite du rapatriement de la Constitution en 1982 était déjà en partie en gestation avant ce « dernier acte constitutionnel35 ».

Haut de page

Bibliographie

ANONYME (1980a), « Western petitions impede national unity », The Nugget, Northern Alberta Institute of Technology - Students Newspaper, 24 janvier, 11(2), p. 1.

ANONYME (1980b), « Ni Oui ni Non : la FNEQ s’abstiendra », Le Devoir, 13 avril, p. 12.

BALTHAZAR, Louis, Guy LAFOREST et Vincent LEMIEUX (dir.) (1991), Le Québec et la restructuration du Canada, 1980-1992, Sillery, Septentrion.

BANTING, K. et R. Simeon (1983), And No One Cheered. Federalism, Democracy and the Constitution Act, Toronto, Methuen.

BERCUSSON, D. J. et B. Cooper (1991), Deconfederation, Canada Without Quebec, Toronto, Key Porter.

BERGERON, Gérard (1991), « Le devenir de l’état du Québec » dans L. BALTHAZAR, G. LAFOREST et V. LEMIEUX (dir.), Le Québec et la restructuration du Canada, 1980-1992, Sillery, Septentrion, p. 49-73.

BISSONNETTE, Lise (1980), « Dire non à ce courage-là », Le Devoir, 11 mars, p. 8.

BOURQUE, Gilles et J. DUCHASTEL (1996), L’identité fragmentée. Nation et citoyenneté dans les débats constitutionnels canadiens, 1941-1992, Montréal, Fides.

CHARRON, Jean (1995), « Les médias et les sources : les limites de l’agenda-setting », Hermès, 17-18, p. 73-92.

DANDURAND, Renée et Évelyne TARDY (1981), « Le phénomène des Yvette à travers quelques quotidiens » dans Y. COHEN (dir.), Femmes et politique, Montréal, Éditions du Jour, p. 18-42.

DUFOUR, Christian (1991), « Le mal canadien » dans L. BALTHAZAR, G. LAFOREST et V. LEMIEUX (dir.), Le Québec et la restructuration du Canada, 1980-1992, Sillery, Septentrion, p. 109-118.

DUMONT, Fernand (1995), Raisons communes, Montréal, Boréal.

DUMONT, Louis (1983), Les essais sur l’individualisme, Paris, Seuil.

ÉDITORIAL, « The prompter’s box », Globe and Mail, 22 décembre 1979, p. 6.

ÉDITORIAL, « The same old arrogance », Globe and Mail, 9 janvier 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « The referendum and after », Globe and Mail, 10 janvier 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « To set the record straight », Globe and Mail, 11 janvier 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « As a matter of right », Globe and Mail, 15 janvier 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « For renewed federalism », Globe and Mail, 23 janvier 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Time to dissociate », Globe and Mail, 24 janvier 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « For the Conservatives », Globe and Mail, 9 février 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Down and out », Globe and Mail, 14 février 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « A light in the window », Globe and Mail, 5 mars 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « A strange debate », Globe and Mail, 19 mars 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « The separation question », Globe and Mail, 22 mars 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Master of soothing words », Globe and Mail, 25 mars 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Call of the wild », Globe and Mail, 28 mars 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « For all your eyes only », Globe and Mail, 3 avril 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « The voice of the Yvette », Globe and Mail, 9 avril 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Saskatchewan’s plain talk », Globe and Mail, 10 avril 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Not dollars and cents », Globe and Mail, 12 avril 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « When yes means no », Globe and Mail, 17 avril 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Plain talk from Alberta », Globe and Mail, 18 avril 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Voices from the West », Globe and Mail, 25 avril 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Speaking for Canada », Globe and Mail, 3 mai 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « The expert », Globe and Mail, 9 mai 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Yes won’t get you no », Globe and Mail, 10 mai 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Arrivals », Globe and Mail, 13 mai 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « A feeling of belonging », Globe and Mail, 16 mai 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « No easy way », Globe and Mail, 17 mai 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Reaffirmation », Globe and Mail, 21 mai 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Getting on with it », Globe and Mail, 22 mai 1980, p. 6.

ÉDITORIAL, « Bull in a China shop », Globe and Mail, 30 mai 1980, p. 6.

ERINDALE COLLEGE (1981), Politics and the Media : An Examination of the Issues Raised by the Quebec Referendum and the 1978 and 1980 Federal Elections, Toronto, Readers’ Digest Foundation of Canada.

GRAHAM, Ron (2011), The Last Act : Pierre Trudeau, the Gang of Eight and the Fight for Canada, Toronto, Allan Lane Canada.

HACKETT, Robert (1991), News and Dissent : The Press and the Politics of Peace in Canada, Norwood, New Jersey, Ablex.

HERMAN, T. et N. JUFER (2001), « L’éditorial, <vitrine idéologique du journal> ? », Semen, no 13, p. 135-162.

LACOMBE, Sylvie (1998), « Le couteau sous la gorge ou la perception du souverainisme québécois dans la presse canadienne-anglaise », Recherches sociographiques, XXXIX(2-3), p. 271-290.

LAFOREST, Guy (1992), Trudeau et la fin d’un rêve canadien, Sillery, Septentrion.

LANGLOIS, Simon (1991), « Le choc de deux sociétés globales » dans L. BALTHAZAR, G. LAFOREST et V. LEMIEUX (dir.), Le Québec et la restructuration du Canada, 1980-1992, Sillery, Septentrion, p. 95-108.

LATOUCHE, Daniel (1983), « The constitutional misfire of 1982 » dans K. BANTING et R. SIMEON (dir.), And No One Cheered. Federalism, Democracy and the Constitution Act, Toronto, Methuen, p. 96-118.

LAURENDEAU, André (1965), Rapport préliminaire de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, Imprimeur de la Reine.

MAXWELL, Judith et Caroline PESTIAU (1980), Réalités économiques de la Confédération, Toronto, Institut C.D. Howe, Coll. « Accent Québec ».

MCROBERTS, K. (1997), Misconceiving Canada. The Struggle for National Unity, Toronto/New York/Oxford, Oxford University Press.

MORAZAIN, J., « Bourgault Pierre », L’encyclopédie de l’agora [En ligne]. http://agora.qc.ca/dossiers/Pierre_Bourgault . Page consultée le 1er février 2013.

PAILLÉ, P. et A. MUCCHIELLI (2003), L’analyse qualitative dans les sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin.

PEPIN, Marcel et G. STEVENS (1981), « Prospects and proposals » dans ERINDALE COLLEGE, Politics and the Media : An Examination of the Issues Raised by the Quebec Referendum and the 1978 and 1980 Federal Elections, Toronto, Readers’s Digest Foundation of Canada, p. 95-114.

RACINE, J.-C. (2012), La condition constitutionnelle des Canadiens. Regards comparés sur la réforme constitutionnelle de 1982, Québec, Presses de l’Université Laval.

ROBINSON, G. J. (1998), Constructing the Quebec Referendum. French and English Media Voices, Toronto/Buffalo/London, University of Toronto Press.

SABOURIN, PAUL (2009), « L’analyse de contenu » dans B. GAUTHIER, Recherche sociale. De la problématique à la collecte des données, Montréal, Presses de l’Université du Québec, p. 415-444.

SIMPSON, Jeffrey (1980), « Federalism called frustrating for west, Quebec, Maritimes », Globe and Mail, 10 avril, p. 12.

TARAS, David (1993), « The mass media and political crisis : Reporting Canada’s constitutional struggles », Canadian Journal of Communication, 18(2), http://www.cjc-online.ca/index.php/journal/article/view/741/647 Page consultée le 22 juillet 2013

TAYLOR, Charles (1992), Rapprocher les solitudes. Écrits sur le fédéralisme et le nationalisme au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval.

WINSOR, Hugh (1980), « One more chance », Globe and Mail, 21 mai, p. 7.

WINTER, Elke (2011), Us, Them, and Others. Pluralism and National Identityin Diverse Societies, Toronto/Buffalo/London, University of Toronto Press.

Haut de page

Notes

1 C’est Lise Payette, ministre dans le gouvernement péquiste, qui est involontairement à l’origine de ce mouvement : dans un commentaire emporté, elle a maladroitement qualifié l’épouse de Claude Ryan, chef des forces du non, d’Yvette, ce modèle de petite fille rangée et soumise des manuels scolaires de l’époque. L’affaire aurait sans doute pu en rester là n’eût été la presse qui en a fait grand bruit. Pour le détail de l’implication journalistique dans la construction du phénomène des Yvette, voir Dandurand et Tardy (1981). Voir aussi plus loin la section « Un tournant » pour l’effet du mouvement selon le Globe and Mail.

2 Le Globe and Mail est globalement très critique des positions de Trudeau et du Parti libéral du Canada. Pendant l’élection fédérale de février 1980, par exemple, l’équipe éditoriale soutient le Parti progressiste-conservateur de Joe Clark, considérant que les erreurs « sans importance » qu’a commises son gouvernement sont celles de l’inexpérience, alors que celles de Trudeau, « qui n’a pas d’équipe », commises avec élégance au cours des onze années où le Parti libéral était au pouvoir, sont majeures, et ont même mis le pays en danger. Voir plus précisément les éditoriaux du 9 janvier et du 9 février 1980.

3 Il s’agit entre autres de Marina Strauss, Margot Gibb-Clark, Stan Oziewicz et Julia Turner.

4 Deux femmes et quatre hommes ; trois partisans du oui et trois partisans du non.

5 Cela contraste vivement avec l’appréciation favorable de Lévesque par la population québécoise. Parce qu’il est aimé du public, et parce que Lévesque, lui-même journaliste de formation, a d’excellents rapports avec les médias, le PQ centre toute la campagne pour le oui sur sa personne (Robinson, 1998 : 31).

6 Sauf indications contraires, les données sont tirées des éditoriaux du corpus ; la date entre parenthèses permet de retrouver le titre dans les références bibliographiques.

7 Nous traduisons, comme dans tous les cas à venir.

8 Voir plus loin la section « Une touche affective, l’image de la famille ».

9 J. Clark, chef du Parti conservateur, E. Broadbent, chef du Nouveau Parti démocratique, et P. E. Trudeau, chef du Parti libéral.

10 Le libellé se lit comme suit : « Le Gouvernement du Québec a fait connaître sa proposition d’en arriver, avec le reste du Canada, à une nouvelle entente fondée sur le principe de l’égalité des peuples ; cette entente permettrait au Québec d’acquérir le pouvoir exclusif de faire ses lois, de percevoir ses impôts et d’établir ses relations extérieures, ce qui est la souveraineté, et, en même temps, de maintenir avec le Canada une association économique comportant l’utilisation de la même monnaie ; aucun changement de statut politique résultant de ces négociations ne sera réalisé sans l’accord de la population lors d’un autre référendum ; en conséquence, accordez-vous au Gouvernement du Québec le mandat de négocier l’entente proposée entre le Québec et le Canada ? »

11 L’équipe éditoriale n’est finalement jamais revenue sur cet élément de la plate-forme libérale.

12 Brian Peckford, premier ministre de Terre-Neuve, souhaite que les premiers ministres provinciaux se rencontrent seuls d’abord, sans représentant du gouvernement fédéral ; Allan Blakeney, premier ministre de la Saskatchewan, demande au premier ministre Trudeau de convoquer une conférence constitutionnelle le plus tôt possible, au plus tard dans trois semaines ; et Peter Lougheed, premier ministre de l’Alberta, demande que les discussions ne tournent pas qu’autour des aspirations du Québec, mais qu’elles incluent aussi les préoccupations des autres provinces.

13 On retrouvera la même distinction hiérarchique dans l’image de la famille. Voir la section « Une touche affective, l’image de la famille ».

14 W. Johnson, « Different conclusions about P.Q. victory », Globe and Mail, 24 mars 1980, p. 8.

15 W. Johnson, « Ryan should promise own referendum », Globe and Mail, 1er avril 1980, p. 8.

16 Voir entre autres W. Johnson, « Women quietly make a telling stand », 31 mars, p. 8 ; et R. Cléroux, « 15000 Yvettes rock the aisles in celebration of federalism », 8 avril, p. 10.

17 R. Cléroux, « Tea Partisans. 10 000 saying yes for no in Quebec vote », Globe and Mail, 4 avril 1980, p. 1-2.

18 Voir Dandurand et Tardy (1981).

19 Loin de se qualifier pour le titre d’Yvette, Madeleine Ryan est une femme engagée dans plusieurs mouvements sociaux depuis les années 1950 ; dans les années 1970, elle est membre de la commission pontificale Justice et paix, également membre du Conseil supérieur de l’éducation, où elle a présidé plus d’une commission (Robinson, 1998). Dans un éditorial cinglant, Lise Bissonnette (1980 : 8) a rabroué la ministre Payette pour avoir lié une femme à la personnalité de son mari, illustrant jusqu’où elle était prête à aller pour faire gagner l’option péquiste.

20 Cette étude, « Réalités économiques de la Confédération » (149 p.), la dernière de la collection « Accent Québec », est réalisée par J. Maxwell et C. Pestiau.

21 Le Globe rappelle leur position sur le sujet : le prix du pétrole doit se rapprocher du taux mondial, les exportations de gaz naturel doivent augmenter et l’énergie devrait être un domaine de compétences législatives strictement provinciales.

22 Le terme opposition hiérarchique est emprunté à l’anthropologue Louis Dumont (1983) et désigne une totalité fondée sur une distinction de niveaux auxquels sont assignées des valeurs. L’élément correspondant au niveau « supérieur », ou englobant, figure à la fois ce qu’il est (ce niveau) et la totalité (les deux niveaux pris globalement).

23 Quand le PQ souhaite établir une nouvelle entente avec le (reste du) Canada « d’égal à égal », il fait appel à l’image du Canada résultant d’un mariage entre deux peuples fondateurs.

24 À l’échelle nationale, les néo-démocrates sont relativement favorables à la démarche québécoise. Ainsi, pendant la campagne électorale fédérale, qui reporte au pouvoir les libéraux de Trudeau, un éditorial attaque le chef du Nouveau Parti démocratique, Broadbent, qui ne sanctionne ni même ne sermonne trois de ses candidats québécois se disant ouvertement en faveur du projet de souveraineté-association. Pour le journal, Broadbent devrait rejeter ces trois candidatures pour affirmer haut et fort que la différence entre la position de son parti et celle du PQ sur la question de l’unité canadienne est incommensurable et irréconciliable (« Time to dissociate », 24 janvier).

25 Le Globe fait probablement référence ici au jeu de bonneteau où un maître de jeu, habituellement escroc, manipule devant des badauds, sur une place publique, trois coquilles dont une seule contient une fève, qu’il s’agit de trouver pour remporter le double de sa mise.

26 Ce sont « A light in the window », Globe and Mail, 5 mars 1980, p. 6 ; « Arrivals », Globe and Mail, 13 mai 1980, p. 6 ; « A feeling of belonging », Globe and Mail, 16 mai 1980, p. 6. Dans chacun d’eux, faits et jugements de valeur s’imbriquent étroitement. Plutôt que de les traiter à la suite, chronologiquement, nous avons choisi de présenter d’abord les faits pour rendre ensuite la signification qu’en tire l’équipe éditoriale. L’analyse se fera donc dans ce second temps.

27 Le président du comité est J. McNutt, de Charlottetown à l’Île-du-Prince-Édouard, et son coprésident, G.K. Cowan, de Victoria en Colombie-Britannique. Une douzaine d’autres personnes, dont les fonctions sociales vont de chancelier d’université à lieutenant-gouverneur, en passant par vice-président d’une chambre de commerce, ont été nommées présidents d’honneur, et l’on devine qu’elles ont la charge de faire circuler la pétition dans leur province ou territoire respectif.

28 Le texte affirme aussi que la bonne foi et la bonne volonté sont massives, bien qu’elles restent inexprimées au sein de la vaste majorité des Canadiens. Il admet que les droits et dignités des deux groupes culturels ayant adhéré à la Confédération ont parfois été négligés ou ignorés, mais que nous pouvons apprendre de nos grandes réalisations, et de nos efforts passés, pour configurer les changements qui nous assureront un meilleur avenir.

29 Voir Anonyme (1980 : 1).

30 Le coprésident de l’organisation nationale, G.K. Cowan, remettra symboliquement le nom du millionième signataire aux députés fédéraux du Parti libéral du Canada et aux sénateurs libéraux sur la colline du Parlement le 15 mai 1980 (The Guardian, 15 mai, 1980 - sur le site de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, page consultée le 9 mars 2011).

31 Journaliste et homme politique, puis professeur d’université, Bourgault (1934-2003) fut toute sa vie un défenseur passionné de l’indépendance du Québec et de la langue française. Dans le courant des années 1960, il avait dirigé le Rassemblement pour l’indépendance nationale (R.I.N.), puis avait accepté de le saborder au profit du nouvellement créé Parti québécois, un véhicule politique plus modéré que le R.I.N. Voir Morazain.

32 À peine sorti du débat référendaire, l’éditeur du journal Le Soleil, Marcel Pépin, avançait : « Pendant des mois, on a dit à nos lecteurs qu’on leur demandait de voter sur quelque chose d’imprécis, de vague, d’irréaliste tandis que l’alternative était claire et aisée à comprendre. Soudain, après avoir été battu au scrutin, le concept de souveraineté-association devient clair comme du cristal, par comparaison avec le fédéralisme renouvelé. Tout le monde sait maintenant ce qu’ils ont rejeté, mais très peu savent ce pour quoi ils ont voté » (Pépin et Stevens, 1981 : 97).

33 La représentation du fédéralisme comme incarnant l’universel face au souverainisme étroit d’esprit et chauvin (« parochial ») ne deviendra explicite que durant la campagne référendaire de 1995. Voir Lacombe (1998).

34 Après le référendum québécois de 1995, il jouera le même rôle, cette fois pour intégrer les immigrants et leurs enfants dans le « nous » multiculturel anglo-canadien. Voir Winter (2011).

35 En référence au dernier livre de R. Graham (2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Lacombe, « Le nationalisme québécois, bougie d’allumage d’un nouveau Canada », Communication [En ligne], Vol. 31/2 | 2013, mis en ligne le 18 septembre 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/4479 ; DOI : 10.4000/communication.4479

Haut de page

Auteur

Sylvie Lacombe

Sylvie Lacombe est professeure au département de sociologie à l’Université Laval. L’auteure remercie les trois évaluateurs anonymes de Communication pour leurs remarques, et suggestions qui ont aidé à bonifier une version antérieure de cet article. Courriel : Sylvie.Lacombe@soc.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org