Navigation – Plan du site
Recherches

La justification morale dans le débat public

Un exemple : l’affaire Juppé
Gilles Gauthier

Résumés

L’article traite de l’usage de la justification morale dans le débat public. L’analyse porte sur un exemple : le débat suscité en 2005 au Québec par l’invitation faite à Alain Juppé d’être professeur invité à l’École Nationale d’Administration Publique. Deux arguments sont distingués : celui de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et celui de l’obligation morale de l’enseignement universitaire. Un traitement formel de ces deux arguments met en lumière leur faiblesse fondationnelle. En conclusion, est évoqué l’effet de cette carence argumentative sur le rapport entre moralité et rationalité.

Haut de page

Texte intégral

Cette matière à tous n’a plus
Trognons de chou et pets de diable
Qui pour le Bien torturent et tuent
Ces mêmes qui furent des croisades
Richard Desjardins

1La préoccupation éthique est aujourd’hui à ce point prégnante que l’argumentation morale occupe une place de choix dans l’espace public. Des considérations morales de toutes natures sont invoquées dans un grand nombre de débats publics.

  • 1 Pour ne donner que quelques exemples québécois récents, citons l’affaire des commandites, la fraude (...)

2Je m’attacherai ici à un aspect bien précis de l’argumentation morale : le cas où une raison de quelque nature morale est alléguée à l’appui d’un point de vue sur une question qui, de ce fait, devient controversée. Je ne veux donc pas examiner la discussion sur des sujets proprement moraux comme l’euthanasie ni non plus celle à propos d’événements politiques, économiques, légaux qui les abordent dans leur incidence morale1. Je chercherai plutôt à voir comment la moralité est convoquée dans la prise de position sur une question qui n’est pas définie à l’origine de manière forcément éthique. Autrement dit, je m’intéresserai à cette situation particulière où une considération morale sert de fondement à un avis ou à un jugement et par là lui confère une portée morale.

  • 2 Ce que j’appelle « justification morale » est appelé « argument moral » par d’autres qui définissen (...)

3En regard de la définition que je propose ailleurs de l’argument (entre autres dans Gauthier, 2002, 2005a et 2010), mon objet d’étude est moins l’argument moral en tant que tel que la justification morale. Je définis l’argument comme l’articulation de deux constituants, la proposition par laquelle est avancé un point de vue sur une question en débat et une ou des justifications qui fournissent un appui à la proposition. La justification d’un argument peut être de diverses natures. Elle est factuelle quand elle consiste en un état de choses, des données chiffrées ou non ou encore un témoignage. Elle est normative quand elle est constituée d’une règle ou d’un quelconque autre trait prescriptif. C’est la justification morale que j’entends analyser, celle qui met en jeu une valeur, un principe, une préférence, une disposition, un jugement, une recommandation ou un quelque autre impératif relatif au bien, à la conduite qu’il convient d’adopter2.

4Au dire de Scanlon (1998), la justification morale donne lieu à trois problématiques distinctes. L’une d’elles a trait à la raison même de la moralité (justification of morality) ou, plus précisément, à la question de savoir pourquoi il faut être moral (Why be moral ?). Une seconde problématique concerne la visée de la moralité (justification as an aim of morality). Certains philosophes contractualistes, par exemple, soutiennent que la morale trouve sa légitimité ultime dans son apport à la qualité des relations interpersonnelles ou de l’organisation sociale. La troisième problématique de justification morale est la plus élémentaire ; c’est celle des fondements moraux (justification within morality). C’est dans cette dernière perspective qu’est ici abordée la justification morale dans le débat public.

  • 3 Juppé a effectivement passé son année d’inéligibilité au Québec comme professeur invité. De retour (...)

5Je procéderai à l’aide d’un exemple, celui de l’affaire Juppé. En février 2005 éclate dans les médias québécois une polémique au sujet de la présence à l’École nationale d’administration publique (ÉNAP), à titre de professeur invité, de l’ex-premier ministre français Alain Juppé. Des universitaires et des intellectuels s’opposent publiquement à ce qu’il occupe une position d’enseignant au motif qu’il a été reconnu coupable, par les tribunaux français, d’abus de confiance, de recel d’abus de biens sociaux et de prise illégale d’intérêt dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris et qu’il a été condamné à une peine de 14 mois de prison avec sursis et d’une année d’inéligibilité. Le fondement de cette position est essentiellement moral. Ceux qui contestent l’embauche de Juppé par l’ÉNAP font valoir des raisons — nous verrons plus loin plus précisément lesquelles — fondamentalement éthiques. Cette justification morale l’emporte, à leurs yeux, sur la compétence et l’expérience en administration publique qu’ils reconnaissent par ailleurs volontiers à Juppé. D’autres universitaires se portent à la défense de l’ÉNAP en soutenant que, justement, la compétence et l’expérience de Juppé justifient à elles seules l’invitation qui lui est faite d’y venir enseigner. Le débat présente ainsi pour caractéristique exemplaire que ses protagonistes, sans nécessairement le marquer explicitement, s’affrontent précisément sur la pertinence d’une considération morale : les opposants à la présence de Juppé à l’ÉNAP appuient leur position entièrement sur une justification morale alors que ses défenseurs, tout au contraire, en excluent toute incidence morale. Je ne chercherai pas ici à trancher le débat ni à déterminer si son traitement exige ou non la prise en compte d’un aspect moral. Mon but étant d’étudier la justification morale, je me pencherai seulement sur la position des opposants à la venue de Juppé à l’ÉNAP3.

6Je m’intéresserai, plus précisément, au statut logique de leur justification morale. Je ne chercherai pas, au premier chef, à montrer la justesse en éthique ni au contraire l’incorrection des arguments qu’ils développent. Ma préoccupation est d’abord purement formelle. Je veux examiner, d’un point de vue technique, la nature et les fonctions de la justification morale dans l’argumentation de ceux qui y ont recours. Ce n’est que subsidiairement que je ferai voir en quoi des traits particuliers de la justification morale peuvent nuire à la validité de l’argumentation des opposants à la venue de Juppé à l’ÉNAP.

7Je commencerai par mettre à plat leur argumentation. Je proposerai après coup deux formalisations successives de la justification morale qui la fonde, comme raisonnement d’abord et comme simple argument ensuite, qui toutes deux en révèlent une caractéristique formelle : son caractère arbitraire.

L’argumentation contre l’invitation faite à Juppé d’enseigner à l’ÉNAP

8Ceux qui critiquent la venue de Juppé à l’ÉNAP mettent en cause, bien sûr, sa personne. Ils font valoir que c’est parce qu’il s’est rendu coupable d’actes criminels et a été pour cela condamné par un tribunal français qu’il ne devrait pas devenir professeur invité à l’ÉNAP. Cependant, c’est à celle-ci qu’ils adressent surtout le reproche d’avoir fait cette invitation.

9À examiner de près leur argumentation, on se rend compte qu’elle comporte en fait deux arguments sensiblement différents l’un de l’autre et qui même se contredisent par certains côtés. Ces deux arguments sont celui de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et celui de l’obligation morale de l’enseignement universitaire.

L’argument de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique

10Ce premier argument est que l’ÉNAP ne devrait pas inviter Juppé du fait qu’il a contrevenu à un impératif d’honnêteté inhérent à la gestion de la chose publique. La démonstration ici menée est qu’ayant manqué en quelque sorte à un principe constitutif d’intégrité ou de probité de l’administration publique, Juppé serait devenu inapte à l’enseigner. L’argument est lancé par Gérard Bouchard et repris avec quelques variantes par Guy Bourgeault et Robert Verreault :

Qu’est-ce donc que l’administration publique? C’est l’art de gouverner correctement, de gérer d’une façon éclairée et rigoureuse les intérêts des citoyens, de veiller avec intégrité et avec honnêteté au bien (et aux biens…) de la population. Or c’est précisément pour avoir déshonoré cette règle qu’Alain Juppé a été condamné.

En somme, son pays ne lui ayant pas reconnu la moralité nécessaire à l’exercice d’une fonction reliée à la vie publique, le voici donc chez nous, rien de moins que professeur de la chose publique. Il va venir enseigner ce que les tribunaux de son pays le jugent indigne de pratiquer (Bouchard, 2005).

[…] ne peut-on pas estimer que ces torts publics d’un homme public — torts causés à la société ou à tous ses concitoyens contribuables par une administration de fonds publics jugée déficiente et même proprement « fautive » […] — rendent inappropriée son intégration dans le corps professoral d’une institution vouée à la formation de cadres supérieurs de la fonction publique? (Bourgeault, 2005)

Le tribunal de Nanterre a conclu, et je cite, « que la nature des faits commis est insupportable au corps social comme contraire à la volonté générale exprimée par la loi; qu’agissant ainsi, Alain Juppé a, alors qu’il était investi d’un mandat électif public, trompé la confiance du peuple souverain ». Et cela ne nous dirait rien? N’est-il donc plus permis de se demander s’il convient de confier la formation des gestionnaires de l’État à quelqu’un qui s’est permis, en tant qu’homme public, de passer outre la loi pour arriver à ses fins et qui est frappé d’inéligibilité dans son propre pays? (Verreault, 2005)

11Pierre Fortin et Camille Limoges proposent le même argument en développant une comparaison : 

[…] une université québécoise inviterait-elle à enseigner dans un département de science politique ou d’administration publique un ancien ministre du Québec condamné par la Cour pour malversation et comportement dérogatoire aux institutions démocratiques, et ce, au cours même de la peine infligée? Évidemment non (Fortin et Limoges, 2005).

  • 4 Je n’ai trouvé aucune trace de ce contre-argument. La position des défenseurs de l’ÉNAP consiste un (...)

12Bélanger et un groupe de cosignataires invoquent également l’exigence d’honnêteté de l’administration publique en s’en prenant au contre-argument prétendument formulé par les dirigeants de l’ÉNAP4 suivant lequel la compétence de Juppé minimiserait sa faute : 

[…] la direction de l’école renchérit en insistant sur l’idée selon laquelle l’expérience pratique de Juppé compense son erreur. Est-ce à dire qu’un administrateur public n’a pas à évaluer l’éthique de chacune de ses décisions, qu’il suffit de maintenir un bilan positif entre décisions d’une éthique acceptable et décisions d’une éthique douteuse? (Bélanger et al., 2005)

13Dans la foulée, ils font encore écho à l’exigence d’honnêteté de l’administration publique en prétextant le mauvais exemple que Juppé se trouve à donner en y ayant contrevenu :

En s’évertuant à minimiser l’importance de […] l’inculpation [de Juppé], quel message L’ÉNAP envoie-t-elle à ses étudiants qui se destinent à une carrière administrative de même qu’à l’ensemble de la population: que le détournement de fonds publics n’est pas grave tant que celui-ci ne sert pas à l’enrichissement personnel? (Bélanger et al., 2005)

14Bien que l’enseignement soit évoqué par quelques-uns, l’argument de l’exigence d’honnêteté n’est pas, dans sa teneur fondamentale, d’ordre éducatif. Elle est considérée, cette exigence, comme ayant trait à l’administration publique dans sa globalité, à toutes ses pratiques et non pas précisément à celle de son enseignement. Ce que Bouchard et ceux à sa suite soutiennent, c’est que c’est au regard du devoir d’honnêteté que comporte la gestion de la chose publique et non pas d’un impératif relatif à l’enseignement que Juppé ne devrait pas être invité par l’ÉNAP. Cette précision est explicitement faite par Jean-Louis Hérivault : 

Le vrai problème […] est que monsieur Juppé a été condamné pour prise illégale d’intérêts. L’École nationale d’administration publique n’est pas juste une autre institution universitaire. Elle forme la fonction publique québécoise, mais pas uniquement, à la rigueur administrative et à la responsabilité dans la gestion du bien public.

Alain Juppé ne vient pas au Québec pour parler des Cathares ou de la dynastie Ming, sujets par ailleurs fort intéressants, ou faire la promotion des vins de Bordeaux, activités qui, j’en suis sûr, lui auraient toutes garanti un accueil beaucoup plus cordial ici. Il y vient pour partager son expérience d’homme public qui vient d’être sanctionné par la justice de son pays (Hérivault, 2005).

15À lire Hérivault, il est très clair que le problème n’est pas tant que Juppé vienne enseigner au Québec, mais qu’il vienne y enseigner l’administration publique. Il y serait venu donner des cours en philosophie, en mathématiques ou en physique nucléaire, s’il s’était trouvé qu’il soit spécialiste de l’une de ces disciplines, sa présence n’aurait pas été répréhensible. Autrement dit, l’argument de l’exigence d’honnêteté n’a pas trait directement ou pour lui-même à l’enseignement universitaire.

16De même, ce n’est pas n’importe quelle infraction morale que l’argument met en cause, mais très précisément un manquement relatif à la gestion publique, une « malversation et [un] comportement dérogatoire aux institutions démocratiques », comme l’écrivent Fortin et Limoges. Par conséquent, si le délit commis par Juppé avait été de nature différente, Bouchard et consorts n’auraient pu, pour s’opposer à son embauche par l’ÉNAP, recourir à l’argument de l’honnêteté de l’administration publique.

17Par ailleurs, à la lumière de ces précisions, cet argument s’oppose plus expressément qu’il n’y paraît d’abord à celui des personnes qui défendent la position de l’ÉNAP. D’une certaine manière, en effet, ce que pose l’argument, c’est qu’ayant contrevenu à un impératif d’honnêteté inhérent à l’administration publique, Juppé a manifesté son inaptitude en la matière, qu’il n’a pas véritablement la compétence requise pour enseigner l’administration publique.

18Le cœur de l’argument de l’exigence d’honnêteté porte sur une incompatibilité entre l’administration publique et la faute de Juppé. En quelque sorte, il y aurait contradiction, ou à tout le moins inadéquation, entre une norme constitutive de l’administration publique et la conduite de l’ex-premier ministre français qui, selon le terme employé par Bourgeault, rendrait « inappropriée » sa venue à l’ÉNAP.

L’argument de l’obligation morale de l’enseignement universitaire

19Le deuxième argument que présentent ceux qui s’opposent à l’invitation faite par l’ÉNAP à Juppé porte sur une incompatibilité différente entre ses agissements et l’enseignement. C’est Guy Rocher, surtout, qui fait valoir cet antagonisme entre la « probité » qu’appelle la carrière universitaire et le « déshonneur personnel » de Juppé. Pour Rocher,

Nos universités québécoises sont des institutions publiques, par leur constitution, leur financement, leur statut et leur mission. Il en résulte des obligations de morale publique pour leurs dirigeants et pour chacun des membres du corps professoral (Rocher, 2005).

20Parmi ces obligations morales, en plus de la compétence et du « respect éthique » consistant à ne pas endoctriner les étudiants, figure également, selon Rocher, « […] l’exemplarité de la vie publique, dans tous les engagements que prend le professeur dans la cité et dans toutes les fonctions publiques qu’il en vient à occuper » (Rocher, 2005).

21En raison de son inconduite, Juppé contrevient à cette obligation morale.

22Peter Leuprecht décline le même argument en mettant l’accent sur une mission morale que l’université doit poursuivre : 

Son rôle ne se limite pas à la transmission du savoir. Elle doit être un lieu d’apprentissage non seulement du savoir-faire mais aussi du savoir-vivre et du savoir-être. Elle a une mission éthique qui consiste, entre autres, à promouvoir une culture civique et de respect du droit. Jean Jaures a écrit « On n’enseigne pas ce que l’on sait mais ce que l’on est. »

C’est pour cela que j’estime qu’une université soucieuse de sa mission et de son intégrité ne peut pas faire abstraction de la condamnation pénale de M. Juppé (Leuprecht, 2005).

23Alors que l’enseignement reste une considération subsidiaire, inessentielle dans l’argument de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique, cette considération devient primordiale dans celui de l’obligation morale de l’enseignement universitaire. Cet argument ne renvoie pas à une contrainte afférente propre à l’enseignement de l’administration publique mais, plus généralement, à tout enseignement universitaire. Pour les tenants de l’argument, ce qui fait problème dans l’embauche de Juppé par l’ÉNAP, ce n’est pas tant que ce soit au sujet de la gestion de la chose publique qu’il intervienne mais, plus généralement, qu’il occupe un poste d’enseignant. Son affectation dans un autre établissement universitaire et dans une autre matière ou discipline aurait été tout aussi discutable.

24Il est aussi très clair, en tout cas pour Rocher, que le fait que Juppé ait commis des fautes dans la gestion des affaires publiques n’est pas la question fondamentale ; ce qui pose problème est plus simplement et plus radicalement qu’il ait manqué à « l’honneur » : 

[…] une institution d’enseignement n’est pas le lieu où purger une peine d’emprisonnement. Je dirais que c’est le sens de l’honneur qui me fait réagir. […] Il faut bien le reconnaître, le déshonneur personnel de cet invité français éclaboussera l’institution universitaire québécoise qui l’accueillera. Cela ne diminue évidemment pas la compétence professionnelle à laquelle Alain Juppé peut prétendre pour enseigner. Mais la condamnation judiciaire qu’il porte ne nous permet pas de lui faire l’honneur de lui accorder une chaire d’enseignement (Rocher, 2005).

  • 5 Je mets le terme de valeur entre guillemets pour marquer son imprécision.

25Les arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire mettent bel et bien en jeu une justification morale. Il est très clair, d’abord, qu’ils font valoir une considération morale. Tous deux stipulent que l’ÉNAP ne devrait pas procéder à l’embauche de Juppé parce qu’il a enfreint ce que, dans le discours ordinaire, on appelle une « valeur »5 : l’honnêteté (ou l’intégrité), dans le cas de l’argument de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique, la probité (ou l’exemplarité), dans le cas de l’argument de l’obligation morale de l’enseignement universitaire.

26Il est par ailleurs aussi évident que l’évocation de ces valeurs prend la forme plus précise d’une justification et non pas d’une raison d’autres natures. Curtler (2004) distingue trois types d’éclaircissements ou d’explicitations qui peuvent être développés au sujet de questions à incidence morale : l’explication, la rationalisation et la justification. L’explication a pour objet d’indiquer pourquoi et comment, sociologiquement ou pourrait-on dire « factuellement », a été prise une position morale. La rationalisation est une légitimation d’ordre psychologique qui motive arbitrairement une position morale. Quant à elle, la justification prétend établir la moralité de la position morale. Comme le précise Curtler, l’explication, la rationalisation et la justification relèvent de processus (process) distincts : on peut dire qu’ils procèdent de modes particuliers de liaison à la position morale qu’ils viennent éclairer différemment. Seule la justification prétend fonder en moralité ou relativement à la moralité la position au sujet de laquelle elle se présente. Il ne fait pas de doute que les références aux valeurs d’honnêteté et de probité des arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire sont des justifications morales dans la mesure où elles arguent d’un motif moral pour s’opposer à l’engagement par l’ÉNAP de Juppé comme professeur invité.

Une formalisation des deux arguments contre la venue de Juppé à l’ÉNAP

27Je me propose maintenant de mener une analyse des arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire qui en révèle la structure logique. Je veux fournir une telle formalisation des deux arguments afin de mettre au jour un trait caractéristique de la justification morale qu’ils comprennent. En fait, la formalisation que j’établirai sera double : la première abordera les arguments comme des raisonnements, la seconde les caractérisera comme des arguments en tant que tels. Ces deux formalisations permettent de mettre en évidence la nature arbitraire de leur justification morale qui n’est pas sans nuire à la validité des arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire.

Une formalisation comme raisonnements

28Sur le plan formel, les deux arguments se présentent comme des syllogismes pratiques. L’argument de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique a la forme complète suivante :

Prémisses :
L’administration publique pose une exigence d’honnêteté.
Juppé a contrevenu à cette exigence d’honnêteté.

Conclusion :
L’ÉNAP ne devrait pas offrir à Juppé une fonction d’administration publique.

29Quant à l’argument de l’obligation morale de l’enseignement universitaire, il se décline, dans sa formulation intégrale, comme suit :

Prémisses :
L’enseignement universitaire comporte une obligation morale.
Juppé a manqué à cette obligation morale.

Conclusion :
L’ÉNAP ne devrait pas recevoir Juppé comme professeur invité.

30Bien qu’ils ne soient pas exprimés de cette manière explicite, tous les éléments de ces raisonnements pratiques sont bien présents dans les deux arguments des opposants au recrutement de Juppé par l’ÉNAP.

31D’un strict point de vue inférentiel, les deux syllogismes sont inattaquables. Il est possible d’en faire la démonstration au moins de deux façons distinctes. On peut d’abord relever qu’ils appartiennent à la catégorie des raisonnements pratiques similaires aux raisonnements théoriques (theoretical reasoning) et non pas à celle des raisonnements pratiques optatifs (optative). Ainsi que McCann (1999) marque la distinction, les raisonnements théoriques sont uniquement constitués de propositions (au sens logique du terme) qui expriment des états de choses alors que les raisonnements optatifs comportent au moins une prémisse exprimant un souhait et qui donc consiste en un acte de discours autre qu’assertif. Les syllogismes pratiques de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire sont très certainement assimilables à des raisonnements théoriques. C’est seulement par leur objet (leur subject matter, comme l’écrit McCann) qu’ils sont pratiques. Leur teneur est purement propositionnelle et, comme McCann le souligne encore au sujet de l’ensemble des syllogismes pratiques analogues à des syllogismes théoriques, leur validité est soumise aux mêmes principes logiques que ceux-ci. Au regard de ces principes, la déduction des deux arguments est parfaitement valide. Étant admises les deux prémisses « L’administration publique pose une exigence d’honnêteté » et « Juppé a contrevenu à cette exigence d’honnêteté », on peut tirer la conclusion « L’ÉNAP ne devrait pas offrir à Juppé une fonction d’administration publique ». De même, les deux prémisses « L’enseignement universitaire comporte une obligation morale » et « Juppé a manqué à cette obligation morale » conduisent formellement à la conclusion « L’ÉNAP ne devrait pas recevoir Juppé comme professeur invité ». En fait, les deux conclusions ne sont pas seulement recevables, elles sont même forcées. En effet, un syllogisme théorique est frappé d’un caractère de nécessité. Les prémisses contraignent à la conclusion ou, pour le dire autrement, la conclusion doit forcément être tirée des prémisses.

32Une deuxième façon d’attester la justesse inférentielle des arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire est de mettre en évidence une autre de leur représentation formelle, celle du modus tolens. Un modus tolens est un raisonnement dont la première prémisse pose une relation d’implication et la seconde, la négation du conséquent de cette relation d’implication et dont la conclusion infère la négation de l’antécédent. La forme logique du modus tolens

P → Q
- Q
Donc - P

33Les arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire sont des modus tolens :

P → Q
L’administration publique implique une exigence d’honnêteté.
- Q

Juppé a contrevenu à cette exigence d’honnêteté.
Donc - P
L’ÉNAP ne devrait pas offrir à Juppé une fonction d’administration publique.

34Et

P → Q
L’enseignement universitaire implique une obligation morale.
- Q

Juppé a manqué à cette obligation morale.
Donc – P
L’ÉNAP ne devrait pas recevoir Juppé comme professeur invité.

  • 6 C’est également le cas du modus ponens, alors que les deux autres arguments modus les plus fréquent (...)

35Comme le syllogisme théorique, dont il n’est en fait qu’une forme particulière, le modus tolens est un raisonnement toujours valide6. Des prémisses posant une relation d’implication et la négation du conséquent de cette relation d’implication suit forcément la conclusion énonçant la négation de son antécédent. Ainsi, les prémisses « L’administration publique implique une exigence d’honnêteté » et « Juppé a contrevenu à cette exigence d’honnêteté » mènent nécessairement à la conclusion « L’ÉNAP ne devrait pas offrir à Juppé une fonction d’administration publique ». De même, les prémisses « L’enseignement universitaire implique une obligation morale » et « Juppé a manqué à cette obligation morale » forcent à la conclusion « L’ÉNAP ne devrait pas recevoir Juppé comme professeur invité ».

36Si la rigueur formelle des deux arguments ne fait pas de doute, elle n’assure cependant pas leur bien-fondé. Leur inférence est irréprochable, mais leur teneur présente une certaine insuffisance. Le tout premier principe logique auquel doivent se conformer un syllogisme théorique et un modus tolens pour être pleinement valides a trait à la vérité de leurs prémisses. Même si leur inférence est assurée, leur conclusion ne vaut, en définitive, que si valent leurs prémisses. Ainsi, les conclusions « L’ÉNAP ne devrait pas offrir à Juppé une fonction d’administration publique » ou « L’ÉNAP ne devrait pas recevoir Juppé comme professeur invité » ne sont recevables que pour celui qui reconnaît l’exactitude de leurs prémisses. Or, la vérité de ces prémisses fait problème.

37La lacune la plus importante concerne les prémisses exprimant la généralité du syllogisme et la relation d’implication du modus tolens. Cette carence se répercute dans l’autre prémisse des deux formes de représentation du raisonnement. Les prémisses que l’administration publique pose ou implique une exigence d’honnêteté et que l’enseignement universitaire comporte ou implique une obligation morale se présentent comme allant de soi. Elles nous semblent à ce point patentes que nous les tenons d’emblée pour acquises. Elles suscitent cette adhésion immédiate et étendue en raison de leur généralité. C’est parce qu’elles sont totalement abstraites que leur justesse s’impose. Leur flagrance commande leur certitude. Mais c’est précisément en raison de ce caractère d’évidence que se pose la question de leur vérité.

  • 7 Comme en font foi leurs propos plus haut cités. C’est d’ailleurs précisément ce que font les opposa (...)

38L’ennui, c’est qu’elles ne font ainsi l’objet d’aucune précision. Elles souffrent d’un déficit total de détermination. Pour le mettre en évidence, imaginons que nous soyons dans la situation d’expliciter ces prémisses à quelqu’un qui ignore totalement ce que peuvent être une exigence d’honnêteté et une obligation morale (un extra-terrestre, disons). On ne pourrait tenter de le faire que de l’une ou l’autre des deux façons suivantes : soit en lui donnant des exemples d’honnêteté et de moralité, soit en définissant les concepts d’honnêteté et de moralité ainsi que ceux d’exigence d’honnêteté et d’obligation morale à l’aide d’autres notions de même nature comme intégrité ou probité et bien ou vertu7. Or, ni l’une ni l’autre de ces deux procédures ne constituent une caractérisation des termes ni, a fortiori, une démonstration des allégations considérées. Elles ne permettent donc pas de préciser en quoi l’administration publique pose ou implique une exigence d’honnêteté et l’enseignement universitaire comporte ou implique une obligation morale. Donner des exemples ne permet que d’illustrer ; définir par des concepts synonymiques ne fait que reporter le problème à un autre niveau et conduit éventuellement soit à un raisonnement circulaire, soit à une régression à l’infini. Ni l’une ni l’autre des deux opérations ne peuvent servir à attester des prémisses. Les raisonnements des opposants à la venue de Juppé à l’ÉNAP reposent ainsi sur des bases parfaitement indéterminées. Leurs prémisses n’ont pas de sens, littéralement parlant ; c’est-à-dire que leur contenu n’est pas du tout défini. Elles ne peuvent donc faire l’objet d’aucune confirmation et leur vérité ne peut être établie.

39Cette carence n’est pas le lot de tous les syllogismes théoriques et modus tolens. Plusieurs procèdent de prémisses exprimant une généralité ou une relation d’implication dont la vérité peut être établie. Considérons un exemple simple. Soit le raisonnement « Je ne fais pas de fièvre, donc je n’ai pas la grippe » qui peut être formellement représenté par les syllogisme et modus tolens suivants :

Prémisses :
La grippe donne la fièvre.
Je ne fais pas de fièvre.

Conclusion :
Je n’ai pas la grippe.

40Et

P → Q
Avoir la grippe implique de faire de la fièvre.
- Q

Je ne fais pas de fièvre.
Donc – P
Je n’ai pas la grippe.

41Il est parfaitement possible de démontrer la véracité de la première prémisse des deux raisonnements. La grippe et la fièvre peuvent être définies de manière tout à fait précise (en fonction de symptômes et d’échelles de mesure) et la relation de causalité attestée empiriquement de telle sorte qu’il est possible de prouver à quelqu’un d’ignorant en la matière (notre extra-terrestre de tout à l’heure) que la grippe occasionne de la fièvre autrement que par des exemples ou des définitions synonymiques. Contrairement à celle des prémisses « La grippe donne la fièvre » et « Avoir la grippe implique de faire de la fièvre », la vérité des prémisses « L’administration publique pose (ou implique) une exigence d’honnêteté » et « L’enseignement universitaire comporte (ou implique) une obligation morale » ne peut être démontrée. Elle est seulement prétendue à la façon d’un vœu pieux ou d’un desideratum.

  • 8 Les prémisses ne font pas qu’affirmer que Juppé a contrevenu à des lois, s’est rendu coupable d’act (...)

42Ces prémisses sont à ce point incertaines que leur application à une situation particulière reste inopérante. Pas plus que les prémisses énonçant l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et l’obligation morale de l’enseignement universitaire, celles qui stipulent que Juppé a failli à cette exigence d’honnêteté et à cette obligation morale ne sont soumis à quelque détermination. Leur vérité n’est donc pas établie, mais seulement alléguée. En fait, c’est parce que c’est le cas des premières prémisses que ça le devient pour les secondes : si, en effet, l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et l’obligation morale de l’enseignement universitaire ne sont pas attestées, comment donc pourrait l’être le fait que Juppé a transgressé l’une et l’autre8 ?

43À prémisses faibles, conclusion vulnérable. La précarité de leurs prémisses fragilise la validité des arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire.

Une formalisation comme arguments

44Il est possible de faire voir le caractère arbitraire des justifications morales des arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire en suivant une autre stratégie formalisante, celle qui consiste à les représenter non pas comme des raisonnements mais comme des arguments.

  • 9 Dans le cas d’un raisonnement, par exemple un syllogisme ou un modus tolens, la proposition a la fo (...)

45Dans des travaux antérieurs (Gauthier, 2005b, 2006a, 2006b, 2007a, 2007b et 2008), j’ai mené quelques analyses argumentatives en mettant à l’épreuve la définition technique et opératoire de l’argument comme l’articulation d’une proposition, le point de vue mis en avant, et d’une ou de plusieurs justifications, les soutiens invoqués à l’appui de ce point de vue9. En regard de cette définition, le modèle logique de l’argument est :

P

_
J

46dans lequel P est le symbole de la proposition et J celui de la justification. Eu égard à ce modèle, les arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire sont, dans leur formulation la plus élémentaire, de la forme suivante :

P :
L’ÉNAP ne devrait pas offrir à Juppé une fonction d’administration publique.

_
J :

Parce qu’il a contrevenu à l’exigence d’honnêteté que pose l’administration publique.

P :
L’ÉNAP ne devrait pas recevoir Juppé comme professeur invité.

_
J :

  • 10 Il s’agit là de la représentation des arguments tels qu’ils sont énoncés dans leur formulation la p (...)

Parce qu’il a manqué à l’obligation morale que comporte l’enseignement universitaire10.

47Il se trouve que la justification d’un argument peut être aussi par ailleurs elle-même une proposition. Il arrive en effet assez fréquemment qu’un point de vue ait pour fondement un autre point de vue. Une illustration simple est celle d’une recommandation reposant sur une prescription (par exemple : Le gouvernement devrait intervenir ; il se doit de réguler le marché). C’est lorsque la justification d’un argument est normative et non pas factuelle qu’elle peut de la sorte consister également en une proposition. Il importe alors de distinguer cette proposition de celle qu’elle sert à justifier. On peut aisément le faire en nommant différemment les deux propositions. Le modèle logique de l’argument dans ce cas de double statut de la justification devient ainsi :

P1

_
J = P2

48Comme pour P1 se pose la question de savoir si P2 est fondée sur quelque justification. S’il s’avère que c’est le cas, cette justification devra être distinguée de celle de P1 et le modèle de l’imbrication d’arguments en résultant sera le suivant :

P1

_
J1 = P2

       _
       J2

  • 11 De manière purement conventionnelle, j’appelle « opinion » une proposition sans justification de fa (...)

49Il peut toutefois arriver que P2 ne reçoive pas de justification, c’est-à-dire qu’aucun soutien ne soit invoqué à son appui. Il y aura alors emboîtement non pas de deux arguments mais d’un argument et d’une proposition esseulée11. Le modèle de cet enchâssement (dans lequel le symbole Ø représente l’absence de justification) est :

P1

_
J1 = P2

       _
       Ø

50C’est tout à fait là la forme logique des arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire. Une première proposition est mise en avant : l’ÉNAP ne devrait pas offrir à Juppé une fonction d’administration publique et ne devrait pas le recevoir comme professeur invité. Cette proposition est appuyée par l’une et l’autre justification : parce que l’administration publique pose une exigence d’honnêteté et parce que l’enseignement universitaire comporte une obligation morale. Ces justifications constituent aussi par ailleurs des propositions : elles avancent que l’administration publique pose une exigence d’honnêteté et que l’enseignement universitaire comporte une obligation morale. Aucune justification n’est invoquée à l’appui de ces propositions.

51Ultimement, la justification morale des arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire se trouve de la sorte à être totalement gratuite et demeure donc purement arbitraire.

52Dans la mesure où leur justification apparaît ainsi, en dernier ressort, reposer sur le vide, la validité des arguments devient incertaine. Du fait que leur justification morale est dépourvue de toute assise à leur niveau plancher, leur proposition reste douteuse.

Conclusion

53Dans les pages qui précèdent, j’ai cherché à mettre en évidence l’arbitraire de la justification morale des arguments présentés par les opposants de la venue de Juppé à l’ÉNAP en regard de leurs différentes représentations formelles. Je pense avoir établi que les formalisations qu’il est possible de donner à ces arguments rendent manifeste l’indétermination de leur justification morale.

54Cette déficience n’est pas sans nuire, comme nous l’avons au passage souligné, à la validité des arguments. Il est toutefois une autre répercussion qu’elle recèle, de nature plus théorique, sur laquelle je voudrais maintenant attirer l’attention. Quand ils interviennent dans l’espace public pour défendre leur point de vue, les opposants à la venue de Juppé à l’ÉNAP (comme aussi d’ailleurs leurs contradicteurs) le font en adoptant une posture de démonstration : ils ne cherchent manifestement pas à seulement exprimer un désir ou une préférence, mais ont plutôt pour ambition de déterminer leur attitude du point de vue de la raison. C’est en cela, incidemment, que les syllogismes pratiques par lesquels leur argumentation peut être rendue sont des syllogismes théoriques et non pas des syllogismes optatifs. Autrement dit, leur objectif est de faire valoir non pas une conviction personnelle mais une « preuve ». Ils ne veulent pas témoigner, mais prétendent établir.

55Leur argumentation implique ainsi un présupposé rationaliste qui les rattache à une théorie éthique réaliste ou naturaliste plutôt qu’à une théorie émotiviste ou prescriptiviste. La moralité n’est pas pour eux affaire d’adhésion subjective, mais relève d’un ordre indépendant des sujets. La justification morale de leurs arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire renvoie prétendument à une vérité objective ou à tout le moins à une norme externe qui s’impose aux agents.

56Cependant, il y a décalage entre ce positionnement théorique et le traitement argumentatif que donnent à l’affaire Juppé ceux qui s’opposent à sa venue à l’ÉNAP. Leur prétention à une rationalité éthique est démentie par l’argumentation qu’ils développent. Comme nous l’avons mis en évidence, les justifications morales des arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire demeurent arbitraires : quand on les formalise comme des syllogismes pratiques et des modus tolens, on fait apparaître leur indétermination ; quand on les formalise comme des ensembles articulés de propositions et de justifications, il devient clair qu’elles sont suspendues dans le vide.

57Pour le dire abruptement, ces justifications morales sont totalement spéculatives. Elles relèvent de ce que Claude Panaccio appelle une « morale métaphysique » qu’il caractérise comme « [le] recours à une valeur universelle, c’est-à-dire applicable a priori à toute situation empirique, toute justification d’un jugement de valeur par la simple vertu d’un nom abstrait » (1973 : 151). C’est tout à fait le cas des justifications morales des arguments de l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et de l’obligation morale de l’enseignement universitaire. Reconsidérons les prémisses de ces arguments représentés dans des syllogismes pratiques et des modus tolens. L’exigence d’honnêteté et l’obligation morale sur lesquelles portent les prémisses exprimant une généralité et une relation d’implication (« L’administration publique pose [ou implique] une exigence d’honnêteté » et « L’enseignement universitaire comporte [ou implique] une obligation morale ») prétendent dénoter des normes objectives ou, comme préfère le dire Panaccio, des « valeur[s] universelle[s] » qui restent complètement indéterminées. Elles ne sont donc que des noms abstraits : elles désignent des « entités » indéfinissables qui ne sont d’aucun secours véritable dans l’évaluation morale d’une situation concrète. Aussi n’est-il pas étonnant que les secondes prémisses des syllogismes et modus tolens (« Juppé a contrevenu à l’exigence d’honnêteté de l’administration publique » et « Juppé a manqué à l’obligation morale de l’enseignement universitaire ») restent elles aussi indéterminées. En quelque sorte, les opposants à la venue de Juppé à l’ÉNAP ne livrent pas la marchandise : ils affichent un rationalisme éthique démenti par un usage de justifications morales arbitraires.

58Il y a fort à parier que ce soit le cas dans quantité de débats qui agitent l’espace public. La moralité est aujourd’hui très fréquemment convoquée au sujet d’un grand nombre de questions controversées, le plus souvent sous la forme de justifications morales. Il faudrait pouvoir constater leur usage dans lequel une intuition ou un préjugé moral se dissimule sous une façade affectée de rationalité. Mais peut-être ne peut-il en aller autrement de la moralité ? Peut-être les justifications morales sont-elles toujours métaphysiques ?

Haut de page

Bibliographie

BÉLANGER, Yves et al. (2005), « Quand l’éthique fout le camp ! », Le Devoir, 18 février (en ligne). http://www.ledevoir.com/non-classe/75124/alain-juppe-professeur-invite-a-l-enap-quand-l-ethique-fout-le-camp. Page consultée le 15 août 2012.

BOUCHARD, Gérard (2005), « Embauche d’Alain Juppé : l’ÉNAP a-t-elle perdu la tête ? », Le Devoir, 12 février (en ligne). http://www.ledevoir.com/non-classe/74699/embauche-d-alain-juppe-l-enap-a-t-elle-perdu-la-tete. Page consultée le 15 août 2012.

BOURGEAULT, Guy (2005), « La <chose publique> et l’ÉNAP », Le Devoir, 31 mars (en ligne). http://media1.ledevoir.com/societe/education/78197/la-chose-publique-et-l-enap. Page consultée le 15 août 2012.

CURTLER, Hugh Mercer (2004), Ethical Argument. Critical Thinking in Ethics, deuxième édition, New York, Oxford University Press.

FORTIN, Pierre et Camille LIMOGES (2005), « Affaire Juppé. L’ÉNAP doit se reprendre », Le Devoir, 1er mars (en ligne). http://www.ledevoir.com/societe/education/75913/libre-opinion-affaire-juppe-l-enap-doit-se-reprendre. Page consultée le 15 août 2012.

GAUTHIER, Gilles (2002), « L’argumentation éditoriale. Le cas des quotidiens québécois », Studies in Communication Sciences, 2(2), p. 21-46.

GAUTHIER, Gilles (2005a), « Argumentation et opinion dans la prise de position éditoriale » dans Marcel BURGER et Guylaine MARTEL (dir.), Argumentation et communication dans les médias, Québec, Éditions Nota bene, p. 131-155.

GAUTHIER, Gilles (2005b), « La rigueur éditoriale : les cas de Bernard Descôteaux du Devoir et d’André Pratte de La Presse », Les Cahiers du journalisme, 14, p. 252-269.

GAUTHIER, Gilles (2006a), « L’argumentation sur la question nationale au Québec », Globe, 9(1), p. 257-274.

GAUTHIER, Gilles (2006b), « La prise de position éditoriale. L’exemple de la presse québécoise », Communication, 25(1), p. 112-133.

GAUTHIER, Gilles (2007a), « La structure et les fondements de l’argumentation éditoriale », Les Cahiers du journalisme, 17, p. 322-342.

GAUTHIER, Gilles (2007b), « Editorial argumentation in the American press. A look at The New York Times and Washington Post » (En ligne). http://www.com.ulaval.ca/personnel/professeurs/gilles_gauthier/Editorial_Argumentation.pdf Page consultée le 15 août 2012.

GAUTHIER, Gilles (2008), « La discussion éditoriale dans la presse québécoise », Communication, 26(2), p. 151-173.

GAUTHIER, Gilles (2010), « Le problème du repérage des arguments. Le cas de l’éditorial journalistique », Communication, 28(1), p. 71-100.

HÉRIVAULT, Jean-Louis (2005), « France, mère des arts… que sont tes enfants devenus ? », Le Devoir, 22 mars (en ligne). http://www.ledevoir.com/non-classe/77529/france-mere-des-arts-que-sont-tes-enfants-devenus. Page consultée le 15 août 2012.

LEUPRECHT, Peter (2005), « Post-scriptum à l’<affaire Juppé> », Le Devoir, 18 février (en ligne). http://www.ledevoir.com/non-classe/75978/lettres-post-scriptum-a-l-affaire-juppe. Page consultée le 15 août 2012.

MCCANN, Hughes J. (1999), « Practical reasoning » dans R. AUDI (dir.), The Cambridge Dictionary of Philosophy, deuxième édition, Cambridge, Cambridge University Press, p. 728-729.

PANACCIO, Claude (1973), « Conditions et limites de la justification morale » dans Alan MONTEFIORE (dir.), Philosophie et relations interpersonnelles, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, p. 147-179.

RIEKE, Richard D., Malcolm O. SILLARS et Tarla Rai PETERSON (2005), Argumentation and Critical Decision Making, sixième édition, Boston, Pearson Education.

ROCHER, Guy (2005), « Alain Juppé, professeur invité à l’ÉNAP — Faites-nous l’honneur de ne pas être là… », Le Devoir, 18 février (en ligne). http://www.ledevoir.com/non-classe/75125/alain-juppe-professeur-invite-a-l-enap-faites-nous-l-honneur-de-n-etre-pas-la. Page consultée le 15 août 2012.

SCANLON, T.M. (1998), « Moral justification », Routledge Encyclopedia of Philosophy, vol. 6, London/New York, Routledge, p. 514-516.

VERREAULT, Robert (2005), « Bernard-Henri Lévy, l’ÉNAP et la <nouvelle religion américaine> - Un beau cas d’aveuglement intellectuel », Le Devoir, 15 mars (en ligne). http://www.ledevoir.com/societe/education/76991/bernard-henri-levy-l-enap-et-la-nouvelle-religion-americaine-un-beau-cas-d-aveuglement-intellectuel. Page consultée le 15 août 2012.

Haut de page

Notes

1 Pour ne donner que quelques exemples québécois récents, citons l’affaire des commandites, la fraude Norbourg et le scandale de la prostitution juvénile à Québec.

2 Ce que j’appelle « justification morale » est appelé « argument moral » par d’autres qui définissent l’argument non pas comme la combinaison d’une proposition et d’une justification, mais comme une seule justification. C’est ainsi qu’il est fréquemment fait référence, dans le langage de tous les jours, dans les médias et aussi dans des textes réflexifs ou analytiques, à des « arguments moraux » au sujet de l’avortement, de la peine de mort ou d’autres questions en débat. Le lecteur aura compris que je considère ces « arguments moraux » plutôt comme des justifications morales. Rieke, Sillars et Peterson (2005) semblent réduire la justification morale à la seule obligation morale (moral obligation). Je considère qu’elle peut également consister en une considération morale d’autre sorte comme un principe ou une recommandation. Par ailleurs, « l’argument moral » a en philosophie une désignation particulière bien précise. Il est présenté par certains comme une preuve de l’existence de Dieu se déclinant de la manière suivante : l’existence a ou doit avoir une valeur morale ; Dieu seul peut assurer la moralité ; conséquemment, Dieu existe. Mon traitement de la justification morale n’a évidemment rien à voir avec cet argument moral. Ce qui n’empêche pas qu’on puisse leur reconnaître quelque trait commun !

3 Juppé a effectivement passé son année d’inéligibilité au Québec comme professeur invité. De retour en France, il est redevenu maire de Bordeaux et, depuis février 2011, est ministre d’État et ministre des Affaires étrangères et européennes.

4 Je n’ai trouvé aucune trace de ce contre-argument. La position des défenseurs de l’ÉNAP consiste uniquement à faire valoir que l’expérience et la compétence justifient son engagement sans le disculper de ses fautes. Certains soutiennent que celles-ci ont déjà été sanctionnées et que Juppé n’a pas à subir une double peine en se voyant refuser l’accès à un poste d’enseignant.

5 Je mets le terme de valeur entre guillemets pour marquer son imprécision.

6 C’est également le cas du modus ponens, alors que les deux autres arguments modus les plus fréquents, la dénégation de l’antécédent et l’affirmation du conséquent, sont eux formellement invalides. L’affirmation du conséquent est dérivée du modus tolens : sa seconde prémisse pose au lieu de le nier le second terme d’une relation d’implication. Sa forme logique est : P → Q, Q ; donc P.

7 Comme en font foi leurs propos plus haut cités. C’est d’ailleurs précisément ce que font les opposants à la venue de Juppé à l’ÉNAP quand ils cherchent à préciser et à élaborer leurs arguments.

8 Les prémisses ne font pas qu’affirmer que Juppé a contrevenu à des lois, s’est rendu coupable d’actes criminels et a été sanctionné en conséquence, toutes choses pouvant être établies de manière satisfaisante. Elles avancent en plus que, ce faisant, il a manqué à l’exigence d’honnêteté de l’administration publique et à l’obligation morale de l’enseignement universitaire.

9 Dans le cas d’un raisonnement, par exemple un syllogisme ou un modus tolens, la proposition a la forme plus précise d’une conclusion et les justifications de prémisses. C’est parce que tous les arguments ne sont pas des raisonnements qu’il s’avère nécessaire d’avoir les concepts plus génériques de proposition et de justification pour désigner les deux constituants de l’argument.

10 Il s’agit là de la représentation des arguments tels qu’ils sont énoncés dans leur formulation la plus élémentaire par les opposants à la venue de Juppé à l’ÉNAP. Leur analyse montre cependant que leur structure logique est un brin plus complexe. En fait, les arguments sont exprimés par enthymème, c’est-à-dire qu’un de leurs constituants reste implicite. Ceux qui les émettent ne prennent pas la peine de préciser explicitement que l’administration publique pose une exigence d’honnêteté et que l’enseignement universitaire comporte une obligation morale ; ils le suggèrent ou le présupposent seulement en se contentant de prétendre que Juppé a enfreint cette exigence ou cette obligation. En dépit du fait qu’elles restent tacites, les deux affirmations n’en sont pas moins parties prenantes de l’assemblage argumentatif. En les explicitant, on scinde en deux parts la justification de l’argument telle que formulée dans sa forme élémentaire et on obtient la forme logique suivante apparentée à celle du syllogisme et du modus tolens :

P :

L’ÉNAP ne devrait pas offrir à Juppé une fonction d’administration publique.

_

J(s) :

(L’administration publique pose [ou implique] une exigence d’honnêteté.)

Juppé a contrevenu à cette exigence d’honnêteté.

P :

L’ÉNAP ne devrait pas recevoir Juppé comme professeur invité.

_

J(s) :

(L’enseignement universitaire comporte [ou implique] une obligation morale.)

Juppé a manqué à cette obligation morale.

Les parenthèses sont ajoutées à la justification exprimant la généralité du syllogisme et à celle exprimant la relation d’implication du modus tolens pour indiquer qu’elles sont passées sous silence dans l’expression effective des arguments.

11 De manière purement conventionnelle, j’appelle « opinion » une proposition sans justification de façon à la distinguer de l’argument. Quand la proposition justifiant une autre proposition n’est pas elle-même aussi justifiée, nous nous retrouvons donc devant un cas d’imbrication d’un argument et d’une opinion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Gauthier, « La justification morale dans le débat public », Communication [En ligne], Vol. 31/2 | 2013, mis en ligne le 08 octobre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/4493 ; DOI : 10.4000/communication.4493

Haut de page

Auteur

Gilles Gauthier

Gilles Gauthier est professeur au Département d’information et de communication à l’Université Laval (Québec). Courriel : gilles.gauthier@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org