Navigation – Plan du site
Recherches

La médiatisation des troubles liés à l’adolescence dans la presse quotidienne nationale française (1995-2009)

Audrey Arnoult

Résumés

Cette note de recherche présente le travail de doctorat portant sur la médiatisation des troubles liés à l’adolescence dans la presse quotidienne nationale française (La Croix, Le Monde, Le Figaro, Libération et L’Humanité), entre 1995 et 2009. A partir de l’analyse quantitative et qualitative d’un corpus de 989 articles l’auteure cherche à comprendre quel sens donnent les journaux à des conduites qui constituent à la fois des transgressions sociales, médicales voire juridiques mais qui témoignent de la souffrance psychique des adolescents.

Haut de page

Texte intégral

1Notre travail de doctorat en sciences de l’information et de la communication (Arnoult, 2011) visait à comprendre quelles représentations les médias proposent d’un sujet dont les enjeux sont à la fois médicaux, sociaux et politiques. En effet, les troubles liés à l’adolescence ont été au cœur de différentes mesures politiques au cours des années 1990-2000 et sont considérés comme un problème de santé publique par le corps médical. Pour Philippe Jeammet (psychiatre), ces troubles sont pathologiques quand ils deviennent « un mode habituel de réponse qui se répète et s’impose à l’adolescent, tout en limitant ses potentialités » (1997 : 144). C’est le cas de l’anorexie mentale, du suicide ou encore de la toxicomanie. Marie Choquet (épidémiologiste) parle de transgression légale, médicale et sociale (Choquet, 1995 : VII), une définition qui souligne bien le caractère protéiforme de ces conduites : pathologiques ou pathogènes, juridiquement interdites ou socialement désapprouvées.

2Les questions que nous posons dans notre recherche sont les suivantes : comment proposer un discours sur des conduites qui, parfois, constituent une violation du droit et qui peuvent mettre en danger l’adolescent et la société, mais qui résultent d’une souffrance psychique ? Comment la presse donne-t-elle sens à ces « réponses négatives » (Jeammet, 1997 : 154) qui sont celles de sujets en souffrance et quel mode de gestion de la déviance suggère-t-elle ? Et enfin, comment les journaux construisent-ils (ou non) ce problème comme un problème de santé publique ?

3Notre recherche porte donc sur les représentations médiatiques des troubles liés à l’adolescence et met en œuvre une démarche d’analyse du discours. Nous présenterons successivement notre posture théorique, le corpus de discours analysés, notre méthodologie et quelques références théoriques sur lesquelles nous nous sommes appuyée. Puis, nous reviendrons sur les principaux résultats à la fois quantitatifs et qualitatifs de cette recherche.

Démarche

4Nous envisageons les discours médiatiques dans une perspective constructiviste : l’information résulte d’une construction sociale et n’est pas une donnée brute (Delforce, 1996 ; Delforce et Noyer, 1999). En ce sens, les médias sont des acteurs sociaux qui ont pour responsabilité de « mettre en lisibilité le monde social » (Delforce, 1996 : 28). Leurs discours s’insèrent dans un ensemble de discours sociaux en circulation sur un événement ou une thématique, auxquels ils empruntent, mais qu’ils peuvent aussi venir infléchir. L’étude des discours de presse permet de saisir et de mettre en question la confrontation entre ces différents discours sociaux (juridique, médical, religieux, etc.). Elle permet également de comprendre « la façon dont l’évolution socio-culturelle résonne dans les discours de presse » (Véron, 1988 : 25), ce qui renvoie à l’évolution des normes et donc à la définition de la déviance.

La construction de l’objet de recherche

  • 1 Au vu des décalages entre les périodes disponibles pour chaque quotidien dans cette base de données (...)

5L’un des enjeux de notre travail réside dans la construction de l’objet de recherche, autrement dit « le phénomène, ou le fait tel que le chercheur le construit pour pouvoir l’étudier » (Davallon, 2004 : 32). Cette construction a suscité une réflexion sur l’expression « troubles de l’adolescence », préalable indispensable à la constitution d’un corpus pertinent et à l’élaboration d’une méthodologie appropriée. La lecture de divers types d’écrits scientifiques contemporains (dictionnaires, ouvrages, classifications psychiatriques) révèle que cette expression recouvre des comportements très variés. Partant de ce constat, nous avons choisi de prendre en compte les conduites considérées comme pathologiques ou potentiellement pathogènes : l’anorexie, la boulimie, la toxicomanie, l’alcool, la drogue, le suicide, les scarifications, les automutilations, la fugue, la dépression, le mutisme, le repli sur soi, l’angoisse, la phobie, les conduites à risques et les prises de risques. C’est à partir de ces mots clés et de termes synonymes de « troubles de l’adolescence » (tels que malaise, pathologie) que nous avons constitué notre corpus de presse, principalement à l’aide de la base de données Lexis Nexis1.

6Notre analyse s’appuie sur l’étude de cinq quotidiens nationaux : Le Monde, La Croix, Le Figaro, Libération et L’Humanité. Ce choix repose sur la volonté d’adopter une approche comparative puisque l’analyse des représentations n’est pertinente que si elle procède d’une comparaison entre plusieurs supports, le sens n’existant que dans la différence (Véron, 1978). Notre période d’étude (1995-2009) ne correspond pas à « un » ou « des » événements particuliers. En effet, les troubles liés à l’adolescence recouvrant diverses conduites, aucune date ne peut constituer une borne pertinente pour l’ensemble de ces conduites. Le début de notre corpus coïncide donc avec les limites « techniques », qui sont celles de l’archivage (1995), et le corpus se clôt en mars 2009, avec le vote de la loi interdisant la vente d’alcool aux mineurs.

Une méthodologie hybride : enquête quantitative et démarche qualitative

7L’ampleur de notre corpus (989 articles) nous a conduite à élaborer une méthodologie mêlant le quantitatif et le qualitatif. Nous avons utilisé le logiciel Modalisa pour réaliser une analyse quantitative et de contenu. Notre grille d’enquête, composée de 19 catégories relatives au dispositif du journal (rubrique, page, etc.) et au contenu de l’article (thématiques, actions, etc.), a permis d’analyser la répartition quantitative des discours en fonction des troubles, des journaux et des années. Elle nous a également été utile pour étudier le rubriquage du corpus. Les résultats de ces analyses ont servi de point de départ à la constitution d’un second corpus de 267 articles, analysés qualitativement. Notre méthodologie se fonde sur la sémiotique narrative greimassienne, l’analyse lexicale et, dans une moindre mesure, énonciative. L’analyse narrative des discours est possible parce que les troubles de l’adolescence sont considérés par le corps médical comme des troubles de l’agir (Marcelli et Braconnier, 1999). En ce sens, les discours sur ces conduites peuvent être envisagés comme le récit d’une transformation appelant un sujet, des causes, des actes et une sanction. Ce type d’analyse consiste à repérer ces transformations et les différents schémas narratifs qui structurent le récit. Toutefois, cette analyse concerne la syntaxe du discours indépendamment de tout investissement sémantique (Greimas, 1983) et a donc été menée conjointement avec une analyse lexicale. L’analyse énonciative renvoie quant à elle à la reconnaissance des discours rapportés présents dans le corpus pour comprendre comment certains discours sociaux sont mobilisés par les journalistes.

Des références théoriques pluridisciplinaires

  • 2 Le corpus sur les troubles de l’adolescence en général inclut les articles qui traitent de la probl (...)

8L’étude des représentations médiatiques des troubles liés à l’adolescence nécessite le recours à des références théoriques de champs disciplinaires variés (histoire, médecine, sociologie, sciences de l’information et de la communication, etc.). La maladie, mais plus largement la déviance, résulte d’une construction sociale (Herzlich, 1984), les conduites que nous examinons étant progressivement devenues des « objet[s] pour la pensée » (Foucault, 1994 : 670) avant d’être considérées comme des problèmes de santé publique. Il en est de même pour la notion d’adolescence, dont la première partie de notre travail retrace la généalogie. Adoptant une démarche foucaldienne (Foucault, 1994), nous étudions la formation du concept de l’adolescence, les discours qui ont permis son élaboration et les déplacements qui ont été opérés. Dans une seconde partie de la thèse, nous revenons notamment sur le processus de médicalisation (Fassin, 1998) de l’anorexie, du suicide, de la consommation de drogues, de l’usage d’alcool et des troubles de l’adolescence en général2 pour comprendre comment ces conduites sont aujourd’hui médiatisées. En mettant en évidence les différentes problématisations dont elles ont fait l’objet avant d’être considérées comme des problèmes de santé publique, nous pouvons ensuite repérer quelles représentations sont réactivées par les discours médiatiques contemporains.

9En outre, notre recherche s’inscrit dans un ensemble de travaux sur les médias que nous recensons afin de mettre au jour les différents rôles de la presse dans la construction d’un problème de santé publique : « précurseur », « accompagnateur » (Mercier, 1992), « caisse de résonnance » (Institut national du cancer, 2010), « alerteur » (Brard, 2004), coproducteur d’un scandale (Marchetti, 1997) ou acteur parmi d’autres de la construction d’un problème public (Henry, 2007). Ce panorama permet de préciser notre posture théorique : nous envisageons la presse comme un acteur parmi d’autres de la co-construction d’un problème de santé publique, cette co-construction n’étant pas synonyme de création, mais d’opérations qui configurent le matériau initial sur lequel elles portent (Delforce, 2004).

Une « mise en visibilité » inégale des troubles de l’adolescence 

  • 3 280 dans La Croix, 234 dans Le Figaro, 200 dans Libération, 143 dans Le Monde et 132 dans L’Humanit (...)
  • 4 À titre d’exemple, le syndrome respiratoire aigu et sévère (SRAS) a donné lieu à 189 articles dans (...)
  • 5 Nous reprenons la distinction que Jeammet (1997) établit entre conduites extériorisées et conduites (...)

10La troisième partie de notre thèse est consacrée à l’analyse de la « mise en visibilité » (Delforce, 1996 : 28) des troubles liés à l’adolescence, laquelle portait sur les 989 articles de notre corpus3 et entendait caractériser la médiatisation de ce sujet à la fois du point de vue du volume et de celui de l’évolution. Les troubles liés à l’adolescence sont, dans l’ensemble, peu médiatisés au regard de la thématique traitée, de la période étudiée et en comparaison avec d’autres problèmes de santé publique4. Certains écarts quantitatifs entre les conduites permettent de conclure que la presse privilégie les troubles extériorisés et spectaculaires (anorexie, consommation d’alcool, usage de drogues, suicide) au détriment des conduites extériorisées mais peu visibles (fugue, boulimie, scarification) et des troubles intériorisés (phobie, angoisse, mutisme...)5. La faible « mise en visibilité » des conduites extériorisées peu spectaculaires et des troubles intériorisés peut s’expliquer par leur invisibilité physique et sociale, leur processus de médicalisation étant soit inexistant, soit inachevé (certaines conduites sont reconnues comme étant pathologiques, mais ne sont pas prises en charge par les pouvoirs publics). Ces premières analyses montrent que ce n’est pas le fait qu’une conduite soit une déviance juridique ou sociale qui permet d’expliquer sa « mise en visibilité » dans la presse, mais sa reconnaissance comme objet de la biopolitique, autrement dit sa prise en charge par les pouvoirs publics (Foucault, 2004).

11Cette analyse quantitative a été précisée par une étude du rubriquage et de la signature des articles sur l’anorexie, le suicide, la consommation de drogues, l’usage d’alcool et les troubles de l’adolescence en général. Le cadrage informatif opéré par les journaux reflète-t-il la médicalisation de ces conduites ? Autrement dit, se caractérise-t-il par une « migration » (Moirand, 2001) ou une « extension rubriquale » (Noyer, 1994) ? En effet, nous supposons que la reconnaissance de ces troubles comme problèmes de santé publique se traduirait par leur politisation. L’examen de la signature des articles entend préciser ces résultats en observant quel type de journalistes (scientifiques, médecins, généralistes) couvrent le sujet : peut-on repérer une évolution qui serait liée à une politisation du traitement médiatique ? L’analyse comparée du rubriquage des articles sur les cinq conduites précédemment citées ne permet pas de confirmer notre hypothèse de départ. Le cadrage informatif des discours ne traduit pas la médicalisation du sujet ni même sa politisation. Les mesures politiques relatives aux troubles de l’adolescence ne donnent pas lieu à une « migration » du sujet des pages scientifiques vers les rubriques plus prestigieuses des journaux. Il n’y a pas non plus d’« extension rubriquale », le rubriquage des articles se caractérisant par une grande diversité tout au long de la période d’étude.

La « mise en lisibilité » des discours sur les troubles liés à l’adolescence

12La quatrième et dernière partie de notre thèse est consacrée à l’analyse qualitative des discours sur l’anorexie, le suicide, la consommation de drogues, l’usage d’alcool et les troubles de l’adolescence en général, soit 267 articles. Nous avons mis en évidence un certain nombre d’éléments pertinents pour comprendre quelles significations la presse donne à ces conduites protéiformes qui peuvent témoigner d’une grande souffrance psychique.

L’anorexie mentale

  • 6 Adopté en première lecture à l’Assemblée nationale, le texte a été amendé par le Sénat, mais n’est (...)

13La production discursive sur ce sujet augmente à la suite de la mort de mannequins anorexiques (été 2006) et de la mise en place d’une réglementation par le milieu de la mode et le monde politique. En avril 2008, une Charte d’engagement volontaire sur l’image du corps est signée par l’ensemble des professionnels du monde de la mode, de la publicité, des médias, du corps médical et des pouvoirs publics. Valérie Boyer (députée de l’Union pour un Mouvement Populaire) propose également une loi visant à « lutter contre les incitations à la recherche d’une extrême maigreur ou à l’anorexie »6. Ces deux initiatives constituent les premières mesures politiques françaises relatives à cette pathologie et témoignent de l’inscription récente du sujet dans l’espace public.

14Plusieurs éléments des discours médiatiques ont retenu notre attention. De façon générale, les journaux tendent à confondre les adolescentes souffrant de cette maladie avec les mannequins anorexiques. Les pratiques anorexiques sont peu évoquées, la presse réduisant souvent la maladie à un simple régime dont elle souligne les conséquences. Ce faisant, elle opère une confusion entre l’amaigrissement des mannequins et l’anorexie des adolescentes alors que celle-ci relève de la quête identitaire et non d’une simple volonté de maigrir pour se conformer aux normes esthétiques contemporaines. Une autre caractéristique des discours sur l’anorexie réside dans la place accordée au facteur socioculturel. Tous les journaux reconnaissent la polyfactorialité de la maladie, mais ils s’interrogent plus longuement sur le rôle de ce facteur dans son déclenchement. Le Monde et Libération écartent cette hypothèse tandis que La Croix et Le Figaro considèrent que les normes corporelles véhiculées par le monde de la mode ne sont pas étrangères à la survenue de l’anorexie. L’analyse de la désignation de l’actant sujet et des pratiques anorexiques montre comment l’événement que constitue la mort de mannequins anorexiques a fourni aux journaux un cadre à partir duquel appréhender une conduite polyfactorielle difficilement saisissable. Pour reprendre les termes de Bernard Delforce et de Jacques Noyer (1999), nous sommes en présence d’un phénomène de « contagion-assimilation ».

Le suicide

  • 7 Ces diverses problématisations du suicide sont notamment développées dans Minois (1995).

15Jusqu’au XVIe siècle, le suicide est problématisé comme une question morale et religieuse. C’est un crime sévèrement sanctionné par les autorités ecclésiales et civiles. Les écrits humanistes puis philosophiques tendent à désacraliser ce geste : de coupable, le suicidé devient victime. Les travaux scientifiques du XIXe siècle poursuivent cette sécularisation, mais la mort volontaire, dépénalisée, reste un acte immoral et devient un sujet tabou dans l’espace public7. Il faut attendre un demi-siècle pour que le suicide devienne un objet de biopouvoir avec, entre autres, la mise en place d’une journée annuelle de prévention en 1997. Cette conduite est donc aujourd’hui reconnue comme un problème de santé publique.

16Pourtant, dans les discours médiatiques, la construction de ce sujet ne témoigne pas de ce statut de problème de santé publique. En effet, la figure des pouvoirs publics est très peu présente, la prévention du geste suicidaire étant renvoyée, dans certains quotidiens, au milieu associatif, voire aux parents. En outre, la performance suicidaire est peu évoquée. Les mentions des idées suicidaires et des signes avant-coureurs du passage à l’acte sont très peu développées, ce qui ne permet pas de construire une réelle prévention de la mort volontaire. L’analyse des discours montre que la prévention du geste suicidaire n’était pas « acquise » pour les journaux qui s’interrogent sur la possibilité d’empêcher la mort volontaire, sur les moyens à mettre en œuvre et sur leur efficacité. L’ensemble des quotidiens évoque le silence qui entoure encore aujourd’hui le suicide, la prévention commençant donc par la levée de ce tabou. En soulignant cette difficulté à parler de la mort volontaire, ils montrent que le suicide à l’adolescence reste un sujet qui n’a pas encore acquis une réelle visibilité sociale. En ce sens, l’ensemble des discours produits par la presse quotidienne nationale permet de considérer les journaux comme un acteur de cette mise en visibilité qui contribue au déplacement des frontières du dicible (Henry, 2007).

La consommation de drogues

  • 8 Les ouvrages de Rosenzweig (1998) et de Bachmann et Coppel (1989) détaillent ces divers usages des (...)

17La consommation de drogues est aujourd’hui un délit, mais cette catégorisation comme déviance juridique est relativement récente. En effet, jusqu’au XIXe siècle, différents types d’usages coexistent. Ils sont socialement et légalement tolérés8. La consommation de drogues entre dans le champ juridique en 1916, mais il faut attendre 1970 pour que l’usage soit réellement codifié comme une pratique déviante avec le vote de la loi réprimant la consommation privée. Dans les années 1980-1990, plusieurs événements — notamment l’arrivée du sida — viennent ébranler l’idéal d’une société sans drogue. Une politique de santé publique, dite de réduction des risques, est alors mise en place, achevant le processus de médicalisation de cette conduite.

18Dans les discours consacrés à la consommation de drogues à l’adolescence, c’est surtout l’usage de cannabis qui retient l’attention des quotidiens. Le corpus est structuré par une opposition forte. Alors que Le Figaro envisage la consommation de cannabis sur le modèle de l’escalade, L’Humanité et Libération donnent à lire une consommation maîtrisée ou parfois problématique, mais que les jeunes gèrent. Ces conceptions différenciées reposent sur deux paradigmes opposés : d’un côté, un « drogué »-esclave de son produit, de l’autre, un individu rationnel. Cette conception du consommateur rationnel postule que les adolescents peuvent réguler leur usage de substances psychoactives à partir de l’information qui leur est fournie sur les risques induits par cette consommation. Nous montrons aussi qu’une évolution normative apparaît dans les discours de presse. En effet, pour certains journaux (comme L’Humanité), la norme sociale prend le pas sur la norme juridique et devient l’aune à partir de laquelle penser ce comportement qui n’est alors plus considéré comme une transgression juridique, mais comme une conduite sociale qui se banalise. La façon dont les journalistes mobilisent les discours scientifiques relatifs aux effets de l’usage de cannabis a également retenu notre attention. Comme le souligne Delforce (2003), la publication de l’information scientifique dans les quotidiens généralistes n’obéit pas aux mêmes logiques que dans la presse scientifique spécialisée. Il s’agit moins de transmettre des connaissances que de mobiliser des éléments scientifiques visant à soutenir une certaine vision du monde, ici une certaine conception de la drogue. Ainsi, nous montrons comment un même discours émanant d’une autorité scientifique peut être salué par L’Humanité et fortement critiqué par Le Figaro, car il ne concorde pas avec la représentation que ce quotidien entend proposer du sujet à ses lecteurs. Ces deux conceptions de la consommation de cannabis induisent une position différente des journaux par rapport à la gestion étatique de ces comportements. Alors que Libération et L’Humanité dénoncent l’inefficacité et l’arbitraire de la loi de 1970, Le Figaro — partisan d’une société sans drogue — entend rappeler l’interdit juridique. Finalement, nous montrons que l’usage de cannabis n’est pas réellement construit par les journaux comme un trouble de l’adolescence : c’est un comportement qui se banalise et que certains considèrent comme dangereux, ce qui réduit l’enjeu du problème à la question du statut juridique de cette substance.

La consommation d’alcool

19La consommation d’alcool devient un problème social et politique au XIXe siècle. Elle est alors considérée comme un fléau à éradiquer, car elle risque de mettre en péril la « race » française. Il faut attendre la seconde moitié du XXe siècle pour que cette vision moralisatrice laisse place à une appréhension médicale du problème, prenant en compte les conséquences sanitaires individuelles de la consommation d’alcool.

20La problématique de l’alcoolisation adolescente n’apparaît que très récemment dans les discours médiatiques. Les journaux recourent à la fois au terme alcoolisme, qui renvoie au fléau du XIXe siècle, et à un lexique plus neutre (alcoolisation, consommation), confondant l’alcoolo-dépendance comme maladie et l’alcoolisation (parfois excessive) à l’adolescence. Cette confusion témoigne d’une coexistence, dans les représentations, d’une approche scientifique du sujet et d’une approche plus morale qui emprunte aux discours du XIXe siècle. Pourtant, les pratiques des adolescents ne sont pas réduites à la dépendance. De façon générale, l’ensemble des quotidiens se focalise sur la phase du « boire pour boire » (Le Garrec, 2002) — soit une consommation sans limites — mettant l’accent sur la dimension excessive des pratiques d’alcoolisation. Les termes employés montrent que cette consommation est considérée, au-delà d’un certain niveau, comme inadmissible et non tolérable. Il s’agit bien d’une transgression sociale. Cette sanction narrative n’est pas sans rappeler le jugement porté sur l’alcoolisation des classes populaires au XIXe siècle. Certains quotidiens (Le Figaro et Le Monde) remettent en question la légalité de l’alcool en comparant les conséquences engendrées par la consommation de cette substance avec celles qui sont induites par l’usage de cannabis. Émerge donc, dans les discours médiatiques, une dénormalisation d’un usage précis de l’alcool, mais celle-ci reste limitée à quelques articles. Ces discours sur l’alcoolisation adolescente illustrent également la difficile évolution des représentations relatives à une substance qui appartient à notre quotidien, cette évolution interrogeant notre propre rapport au « boire ».

Les troubles de l’adolescence en général

21Notre dernier sous-corpus regroupait les articles abordant la problématique des troubles de l’adolescence en général. La plupart des discours se centraient sur la Conférence de la famille (juin 2004) et ses différentes étapes préparatoires. Nous avons noté un décalage intéressant entre les discours du Figaro et de La Croix, les représentations de l’adolescence construites par ces deux journaux empruntant aux discours des XVIIIe et XIXe siècles. En effet, alors que Le Figaro considère l’adolescence comme un âge potentiellement dangereux, les discours de La Croix sont assez proches du premier ouvrage de psychologie de l’adolescence (Mendousse, 1947) mettant en avant la richesse de cette période de la vie. Le Monde et L’Humanité en appellent aussi à ne pas dramatiser cet âge, l’image défavorable des jeunes pouvant avoir des effets pervers. De façon générale, l’étude de ce corpus nous permet d’écrire que les troubles liés à l’adolescence sont bien construits par la presse quotidienne comme un problème de santé publique : tous les journaux reconnaissent que l’adolescence fait désormais partie des préoccupations gouvernementales, même si les mesures adoptées ne font pas l’unanimité.

Conclusion

22L’enjeu de ce travail était d’étudier les représentations médiatiques des troubles liés à l’adolescence pour comprendre quelles significations les journaux proposent de ces conduites protéiformes. La souffrance psychique apparaît bien dans les discours médiatiques, mais de façon relativement mineure, et elle n’est pas systématiquement avancée comme le mode explicatif des conduites examinées. La presse tente de rendre intelligibles ces troubles polyfactoriels en mobilisant des problématisations propres à l’histoire de chacun de ces troubles et non à la problématique adolescente en elle-même ; l’enjeu identitaire tend de ce fait à être occulté. En effet, alors que le corps médical considère que la transgression est parfois nécessaire à la construction des jeunes (Courtecuisse, 2005), cet aspect est très peu évoqué dans les discours. Si nos analyses permettent de mettre au jour certaines évolutions sociétales — notamment le « déplacement du seuil socioculturel de la normalité et de l’acceptabilité » (Caiata, 2002 : 75) concernant la consommation des substances psychoactives —, elles montrent également que certains aspects de l’adolescence restent impensés et que les troubles liés à cette période de la vie ne sont pas construits par la presse quotidienne comme un problème de santé publique.

Haut de page

Bibliographie

ARNOULT, Audrey (2011), La médiatisation des troubles liés à l’adolescence dans la presse quotidienne nationale française (1995-2009). Thèse en sciences de l’information et de la communication, Lyon, Université de Lyon 2.

BACHMANN, Christian et Anne COPPEL (1989), La drogue dans le monde : hier et aujourd’hui, Paris, Albin Michel.

BRARD, Delphine (2004), La fabrique médiatique de la canicule d’août 2003 comme problème public. Mémoire de DEA en sociologie politique, Paris, Université Paris I.

CAIATA, Maria (2002), « Le consommateur intégré : entre adaptation à la réalité et production de la réalité » dans Claude FAUGERON et Michel KOKOREFF (dir.), Société avec drogues : enjeux et limites, Ramonville Saint-Agne, Érès, p. 63-77.

CHOQUET, Marie (1995), « Repères épidémiologiques », Actualité et dossier en santé publique, 10, p. IV-IX.

COURTECUISSE, Victor (2005), L’adolescent malade, ce qu’il faut savoir : violence des secrets, secret des violences, Paris, Armand Colin.

DAVALLON, Jean (2004), « Objet concret, objet scientifique, objet de recherche », Hermès, 38, p. 30-36.

DELFORCE, Bernard (1996), « La responsabilité sociale du journaliste : donner du sens », Les Cahiers du journalisme, 2, p. 16-32.

DELFORCE, Bernard (2003), « Les spécificités de la médiatisation : l’information scientifique au risque des médias » dans Claude LE BŒUF et Nicolas PELISSIER (dir.), Communiquer l’information scientifique : éthique du journalisme et stratégies des organisations, Paris, L’Harmattan, p. 163-175.

DELFORCE, Bernard et Jacques NOYER (1999), « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiatisation : constructivisme et discursivité sociale », Études de communication, 22, p. 14-37.

FASSIN, Didier (2008), Faire de la santé publique, Rennes, Éditions de l’École des hautes études en santé publique.

FOUCAULT, Michel (1994), « Le souci de la vérité » dans Dits et écrits 1954-1988, t. IV : 1980-1988, Paris, Gallimard, p. 668-678.

FOUCAULT, Michel (2004), Sécurité, territoire, population. Cours au collège de France (1977-1978), Paris, Seuil/Gallimard.

HENRY, Emmanuel (2007), Amiante, un scandale improbable : sociologie d’un problème public, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

HERZLICH, Claudine (1984), « Médecine moderne et quête du sens : la maladie comme signifiant social » dans Claudine HERZLICH et Marc AUGE, Le sens du mal : anthropologie, histoire, sociologie de la maladie, Paris, Éditions des Archives contemporaines, p. 189-215.

INSTITUT NATIONAL DU CANCER (2010), Le cancer dans les médias : 1980-2007, Boulogne-Billancourt, Institut National du Cancer.

JEAMMET, Philippe (dir.) (1997), Adolescences : repères pour les parents et les professionnels, Paris, La Découverte/Syros.

LE GARREC, Sophie (2002), Ces ados qui « en prennent » : sociologie des consommations toxiques adolescentes, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

MARCELLI, Daniel et Alain BRACONNIER (1999), Adolescence et psychopathologie, Paris, Éditions Masson.

MENDOUSSE, Pierre (1947), L’âme de l’adolescent, Paris, Presses universitaires de France.

MERCIER, Arnaud (1992), « Les médias comme espace scénique : information sur le sida et émergence dans le champ politique » dans Pierre FAVRE (dir.), Sida et politique : les premiers affrontements (1981-1987), Paris, L’Harmattan, p. 109-125.

MINOIS, Georges (1995), Histoire du suicide : la société occidentale face à la mort volontaire, Paris, Fayard.

ROSENZWEIG, Michel (1998), Les drogues dans l’histoire : entre remède et poison. Archéologie d’un savoir oublié, Bruxelles, Boeck.

VERON, Eliséo (1978), La sémiosis sociale : fragments d’une théorie de la discursivité, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes.

VERON, Eliséo (1988), « Presse écrite et théories des discours sociaux : production, réception, régulation » dans Patrick CHARAUDEAU (dir.), La presse — production, produit, réception, Paris, Didier Érudition, p. 11-25.

Haut de page

Notes

1 Au vu des décalages entre les périodes disponibles pour chaque quotidien dans cette base de données, nous avons complété notre corpus avec la base de données Factiva, les archives du site Internet de L’Humanité et les cédéroms mis à disposition par le Centre de documentation de Sciences Po Lyon pour Libération.

2 Le corpus sur les troubles de l’adolescence en général inclut les articles qui traitent de la problématique de façon générale.

3 280 dans La Croix, 234 dans Le Figaro, 200 dans Libération, 143 dans Le Monde et 132 dans L’Humanité.

4 À titre d’exemple, le syndrome respiratoire aigu et sévère (SRAS) a donné lieu à 189 articles dans Le Monde, entre mars et juin 2003. La grippe aviaire a été le sujet de plus de 1 000 articles dans Le Monde, Le Figaro et Libération en 2005.

5 Nous reprenons la distinction que Jeammet (1997) établit entre conduites extériorisées et conduites d’inhibition, à laquelle nous ajoutons la dimension spectaculaire.

6 Adopté en première lecture à l’Assemblée nationale, le texte a été amendé par le Sénat, mais n’est pas encore entré en vigueur.

7 Ces diverses problématisations du suicide sont notamment développées dans Minois (1995).

8 Les ouvrages de Rosenzweig (1998) et de Bachmann et Coppel (1989) détaillent ces divers usages des drogues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Arnoult, « La médiatisation des troubles liés à l’adolescence dans la presse quotidienne nationale française (1995-2009) », Communication [En ligne], Vol. 31/2 | 2013, mis en ligne le 18 septembre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/4497 ; DOI : 10.4000/communication.4497

Haut de page

Auteur

Audrey Arnoult

Audrey Arnoult est docteure en sciences de l’information et de la communication et membre du laboratoire ELICO. Courriel : Audrey.arnoult@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org