Navigation – Plan du site
Recherches

Le self media et l’exploration du moi

Abdallah Hidri et Nozha Smati

Résumés

L’émergence du self media produit une « littérature » marquée par la contestation et la lutte dans les espaces fermés : contestation du présent et lutte pour la reconnaissance. La construction de la réalité cesse d’être une spécialité des médias classiques pour devenir un jeu médiatique individuel. Le self media représente l’espace où de nouveaux acteurs sont impliqués dans la reconstitution de la réalité sociale institutionnalisée. Il exprime une tendance romantique incarnant la liberté qui s’apparente à celle qui, en Europe, vers la fin du dix huitième siècle a révolutionné la littérature et les autres productions artistiques.

Haut de page

Texte intégral

1La réalité des nouveaux médias ne trouve pas son explication uniquement dans l’essor de la connaissance empirique et le grand succès de l’évolution technologique marquée principalement par le passage des médias de masse aux médias de masse individuels. C’est essentiellement une prise de conscience complexe des nouvelles exigences de l’époque qui s’est traduite sociologiquement et artistiquement pour constituer un nouvel espace public, un espace de self production of society où s’engage la lutte pour la construction de la réalité.

2L’exploration du moi est l’élément fondamental du processus de construction de la réalité. En effet, le self media représente l’univers où les internautes découvrent leur « je » dans leurs jeux de production du sens. Ils reprennent par là le pouvoir de produire et de diffuser, un pouvoir qui a longtemps été monopolisé par les médias classiques dans un contexte de contrôle social. Avec les internautes, le pouvoir de produire et de diffuser change de statut pour générer des effets de polarisation individuels et collectifs.

3L’émergence des médias de masse individuels illustre un grand défi médiatique qui a la particularité de produire une « littérature » marquée par la contestation et la lutte : contestation du présent et lutte pour la reconnaissance. Il en résulte que la construction de la réalité cesse d’être une spécialité des médias classiques pour devenir un jeu médiatique individuel.

4S’agit-il d’un glissement vers un nouveau pouvoir qui est en train de se constituer dans cette nouvelle forme de communication sociale ou d’une tendance romantique incarnant la liberté qui sévit depuis quelque temps dans l’univers de l’information et de la communication à l’exemple du courant romantique du XVIIIe siècle qui s’est opposé à l’héritage classique ?

De l’effet du contrôle social à l’effet de polrisation

5Ce qui nous semble définir, de prime abord, l’identité des médias de masse individuels — traduisant ses particularités et intériorisant ses valeurs —, c’est leur aspect paradoxal et révélateur, consistant en une émergence impressionnante des flux de contenus médiatiques, de communications culturelles produits et partagés dans la toile mondiale. Il s’agit d’une nouvelle industrie de contenus libérés de toutes sortes de contraintes des genres journalistiques, lexicales, syntaxiques et rhétoriques et disposant en même temps de nouveaux moyens et outils dans la production du sens. Cette industrie possède la propriété singulière d’engendrer un comportement chaotique dans le système de la nouvelle sphère publique où s’estompent de façon remarquable les frontières entre la vie publique et la vie privée, le vrai et le faux, le réel et le virtuel, le concret et l’imaginaire, l’État et l’individu.

6La tendance chaotique des médias de masse individuels s’accompagne d’un glissement abyssal des formes de communication vers des pratiques débarrassées de toute forme de contraintes morales et éthiques donnant à voir une lutte, menée par les internautes, pour la reconnaissance de soi et l’accomplissement du moi, ainsi que pour une réhabilitation de l’individu marginalisé, et ce, grâce essentiellement aux blogues et à l’échange libre d’opinions dans les médias sociaux.

7Ce glissement est peut-être l’origine de l’antagonisme mentionné ci-dessus, qui tient un discours annonçant la fin de l’asservissement culturel et médiatique qui a duré longtemps avec l’apparition du média de masse populaire et la mainmise de l’État sur ce secteur et préludant en même temps à l’avènement du droit à la diversité et à la divergence ainsi qu’au pouvoir de l’imagination individuelle touchant plusieurs domaines de la réalité sociale non traités par les médias de masse traditionnels. Car ceux-ci étaient naturellement enclins à la censure sociale incarnée par la surveillance, la classification des priorités, la capacité d’influence massive et la création de « spirales de silence » (spiral of silence). Ce réel « oppressé », qui commence à émerger depuis l’apparition des blogues et des médias sociaux, montre bel et bien qu’il est en vérité le réel sociologiquement légitime, et qu’il touche bien plus le moi profond de l’individu que l’approche médiatique.

  • 1 Pour Fichte (2007), le moi est un tout dans l’univers. Quant à Schelling, il considère que le tout (...)

8C’est aussi une lutte pour le respect de la conscience de soi qui traduit la fin symbolique d’un paradigme communicationnel basé sur le principe de socialisation et de contrôle social (Beaulieu, 2005). Il est vrai que ce paradigme ayant dominé le système de communication publique durant des décennies a été considéré comme la représentation incarnant la notion du quatrième pouvoir (Kaspi, 2004). Avec l’extension du cyberespace, la notion du quatrième pouvoir se dévalorise dans un contexte médiatique favorisant l’expression du moi (Fichte, 2007). La question du moi a beaucoup intéressé les philosophes à travers l’histoire. Elle occupe une place centrale particulièrement dans la philosophie allemande qui s’était penchée sur cette question durant près d’un siècle, à commencer par Kant (1835), qui considère le moi comme le centre de l’univers, en passant par Fichte et Schelling, qui sont partis de la dualité kantienne stipulant, d’une part, l’existence de la chose en soi et, d’autre part, l’existence de l’esprit humain en tant que générateur des vérités et des phénomènes. Les deux philosophes reprennent, chacun à sa manière, le postulat kantien, vérifient ses arcanes, le redéfinissent, en fonction de leur propre vision philosophique1. Et dans ces visions, il apparaît que « penser le moi, c’est penser la liberté » (Goddard, 2000 : 3).

9Les origines de la redécouverte du moi dans les médias de masse individuels, qui apparaît essentiellement dans la percée des blogues depuis une décennie, ne sont pas philosophiques comme ce fut le cas pour le courant romantique au XVIIIe siècle. Il ne s’agit point, non plus, d’un événement local ou territorial propre à une société en particulier. Il s’agit plutôt d’un comportement global qui résume les valeurs du postmodernisme (Jameson, 2007) éparpillées, voire répandues dans le monde.

10L’exploration du moi, traduite dans le cyberespace par un nouveau genre d’autobiographies, de mémoires, de romans, de récits d’expériences personnelles, de journaux intimes sur le Web, est due à la puissante idée du « centre » (le centre politique, idéologique) ainsi qu’à la violence économique, médiatique et culturelle, génératrice d’exclusion, de marginalisation et d’ignorance. Cette violence prend plusieurs formes, selon le type de société. Dans les démocraties libérales, par exemple, elle est incarnée dans l’idée du marché en tant que dimension normative portée pour définir la valeur de l’individu et de la citoyenneté, parce que le « bon » citoyen dans les sociétés de consommation industrielles, en général, s’évalue en fonction de son pouvoir d’achat, indépendamment de ses mœurs, de son respect à ses devoirs religieux ou patriotiques et de son rendement au travail. Le bon citoyen est celui qui possède un bon nombre de cartes de crédit, de cartes bancaires et de cartes prépayées qui lui permettent de « s’intégrer » harmonieusement dans le monde moderne. Plus l’individu est capable de consommer, meilleure est son intégration sociale et morale. Toutefois, quand il n’en est pas capable, il est exclu et marginalisé.

11La violence est traduite d’emblée dans le slogan Laissez faire, laissez passer brandi par les partisans du libéralisme. Mais dans les pays en voie de développement, que nous appelons aussi « les espaces fermés », la violence est une industrie médiatique gérée par l’État. Les médias de masse, dans ces régimes, tiennent un discours chantant les louanges du « miracle » du leader « unique » ou de l’unipartisme, qui accomplit avec « sérénité » les objectifs suprêmes de l’État et « veille en permanence » sur l’intérêt des individus et de la société.

  • 2 La dialectique de la différence correspond à ce que Hegel nomme « l’intersubjectivité », qui est un (...)

12Ainsi, il s’agit d’un discours qui, en touchant les domaines de la vie sociale, ne cherche qu’à extirper aux individus sociaux la reconnaissance de l’État politique et leur abnégation à ses symboles sans pour autant reconnaître la légitimité de la diversité et de la pluralité du réel social (Searle, 1998). Étant donné qu’il s’agit d’un discours qui n’admet pas la diversité et la pluralité et ne pratique pas, en d’autres termes, la dialectique de la différence au sens hégélien, il demeure la cause de la complication, voire de la mort de la relation entre celui qui crée les contenus et celui qui les « consomme », car l’objectif de l’individu social, selon Hegel2, est non pas la survie, mais « un combat jusqu’à la mort » pour être reconnu par l’autre. C’est là où les médias de masse individuels représentent pour les individus sociaux l’espace qui reconstruit les éléments du jeu communicatif sur des principes d’intersubjectivité, leur permettent ainsi de s’y redécouvrir et d’exercer chacun la liberté d’affirmer son moi. Le débat sur les nouveaux médias de masse demeure une actualisation de l’étape de la création des contenus individuels dans laquelle est garantie la reconnaissance de soi et de l’autre perdue dans la structure des médias de masse populaires.

  • 3 Concept emprunté à Moscovici et Doise (1984 : 216-221).

13Nous parlons ainsi de l’effet de polarisation3 dans le sens où chaque individu parvient à manifester au sein de la nouvelle sphère publique et de ses conflictualités son engagement dans les différentes formes d’interaction sociale.

L’exploration du moi et la problématique de la contestation

14La percée des sites d’informations générales et privées, des blogues et des forums de discussion a fait vaciller la centralisation des industries de contenus médiatiques ainsi que les grands récits politiques et culturels producteurs d’exclusion. Ainsi, chaque individu constitue en lui-même un « centre » producteur de sens. Cela a pour effet d’enraciner une tendance d’exploration du moi, à laquelle fit appel Chateaubriand (1802) vers la fin du XVIIIe siècle et qu’il inculqua à ses contemporains romanciers et poètes. Chateaubriand considérait l’exploration du moi comme une forme d’évasion et une expression du mécontentement à l’égard d’une actualité pleine de désillusions et menacée, très souvent, par un pouvoir souverain refusant la diversité idéologique et intellectuelle.

15Ainsi, par un positionnement gravitant dans l’orbite de l’ego et la découverte du moi que tendent à faire apparaître les réseaux de communication numériques, le romantisme entre dans les champs des médias de masse et de la communication, comme une expression du moi et d’un mécontentement à l’égard de lois sociales, surtout les plus abusives.

16C’est dans ce contexte qu’une littérature de contestation marquée par le désir d’être reconnu par l’autre émerge de façon importante dans la sphère des médias de masse individuels. Cette « littérature » n’est pas le produit d’une influence due au progrès technologique ; au contraire, elle a toujours existé dans les espaces de communication traditionnels, sous différents modes, en marge de l’espace public. Elle s’orchestre sous forme de lutte permanente pour la reconnaissance, mais surtout pour la reconstruction de la réalité sociale qui était pendant longtemps l’affaire des médias de masse traditionnels.

  • 4 Nous empruntons cette expression à Searle (1998).

17Le self media représente aujourd’hui l’espace où de nouveaux acteurs sont engagés pleinement dans la reconstitution de la réalité sociale institutionnalisée. La possibilité que possède chaque individu de produire et de diffuser sa propre représentation de la réalité explique le comportement chaotique du système de représentations individuelles et collectives dont nous avons parlé, et signale, d’un autre côté, la présence d’un arrière-plan4qui engendre une sorte de « confusion » entre le moi collectif et le moi individuel. En réalité, les deux fonctionnent dans des rapports intersubjectifs et s’enrichissent pour produire des effets de polarisation non linéaires, c’est-à-dire pour traduire dans la production du sens l’importance de l’exploration du moi dans la modification du quatrième pouvoir et l’annonce de l’arrivée d’un cinquième pouvoir, qui remet en question les comportements des médias classiques.

  • 5 Voir à ce propos les actes du quatrième colloque du CRI sur La nouvelle sphère intermédiatique, mém (...)

18Dans cette nouvelle sphère intermédiatique5, ce qui mériterait d’être observé est le fait que l’intersubjectivité, les différentes formes d’interaction sociale s’opèrent au sein du cyberespace par l’intermédiaire de la langue. Mais de quelle langue s’agit-il alors ? Est-il question de la langue en tant que système de signes, de règles et de conventions indépendant des individus qui l’utilisent et qui leur est antérieur ou bien de la langue débarrassée des contraintes grammaticales et syntaxiques, une langue qui soit ancrée dans le réel social (il est légitime chez les défenseurs du postmodernisme de penser que la langue est un obstacle à la prise de conscience des vérités et à l’expression de leur nature intrinsèque) ? Peut-on considérer la langue vernaculaire, qui est la langue des gens ordinaires, comme le meilleur médiateur pour bâtir le réel et garantir la reconnaissance de soi et de l’autre ?

19La langue comme la perçoit Heidegger (2008), dans sa relation privilégiée avec la question essentielle de l’Être et de sa vérité, est l’habitat de celui-ci, ou plutôt elle est l’habitat de l’existence, comme il le dit. Selon Pierce (1978), qui considère tous les éléments de l’univers comme des signes et des symboles, la langue est une existence dans le lieu et dans le non-lieu. Bloomfield la considère comme un comportement à part entière. Benveniste (2002) la définit comme une structure explicative pouvant rendre compte de tous les sens exprimés par toutes les autres structures linguistiques et non linguistiques. Pour Derrida (1998), la langue est le centre de l’existence, car c’est elle qui permet de la percevoir ; c’est ainsi qu’il appelle à porter un nouveau regard sur la langue, un regard par lequel le réel se transforme en une série de masques rhétoriques, car c’est la langue qui façonne nos conceptions du monde, qui pose les fondements de la science, de la philosophie et de la métaphysique. Pour Habermas (1999), la langue est la meilleure solution pour instaurer l’entente. Il en fait la pierre angulaire pour construire son projet philosophique pour l’agir communicationnel ; et il considère la langue vernaculaire quotidienne, en particulier, comme le milieu propice pour l’expression et la discussion.

20Ainsi, nous pouvons considérer la langue comme le vecteur principal de la contestation. Elle est aussi l’expression du moi ainsi que le refuge pour les exclus et les marginalisés. C’est leur outil pour s’adonner au jeu de l’entente et de la reconnaissance. La langue est aujourd’hui le nerf central des médias sociaux, particulièrement la langue vernaculaire quotidienne, utilisée pour produire et échanger du sens. Cette langue « populaire » a pu transformer la langue classique, qu’il s’agisse de l’arabe ou de n’importe quelle autre langue, en une structure étrangère n’obéissant pas aux codes de la communication orale et écrite. Et comme elle est plus apte à concrétiser l’interaction communicative, comme l’indique Habermas, cette langue populaire est devenue la conjointe des médias, d’une façon générale.

21Elle s’est même infiltrée dans les salles de cours scolaires et universitaires dans les pays arabes pour devenir la langue de conversation, d’apprentissage et d’enseignement. Je me souviens ici que mes étudiants dans l’une des universités d’un pays du Golfe, n’appréciant pas mon recours à l’arabe classique comme langue d’enseignement, et pensant que j’utilisais un dialecte tunisien qui leur était étranger — du moment que je suis Tunisien —, avaient fini par soumettre une pétition au doyen de l’université pour exiger qu’on change la langue ou l’enseignant.

22On parle couramment de « langue des médias de masse » pour signifier sa clarté et sa simplicité. L’importance de la langue vernaculaire est aussi fondée sur le fait que le Web d’une manière générale, les médias sociaux et les blogues en particulier, est au cœur d’une notion fondamentale, soit celle de communauté. Le sens de cette notion intègre l’existence réelle d’un patrimoine commun qu’est l’espace public, lieu de production et de médiatisation des débats et discours. C’est dans cet espace que la langue qu’habitent les internautes orchestre leurs jeux de communication chargés de distinction et d’altérité ; cette langue manifeste en permanence des discordances linguistiques et terminologiques opposant le classique au vernaculaire, l’expression locale à l’expression étrangère, l’argot au jargon. Il s’agit finalement d’une langue qui véhicule une tendance romantique analogue à celle qui a révolutionné les valeurs artistiques littéraires et philosophiques au XVIIIe siècle.

23Cette langue « facile » a dominé les blogues et les sites d’information qui avaient séduit toute une génération. Nous trouvons qu’elle ne diffère pas dans sa structure simplifiée et son populisme de la langue de la littérature romantique caractérisée par une poétique absolue ainsi que par une simplicité sur le plan de l’expression et qui ne présente aucune quête des structures recherchées, telle qu’on la lit dans les poèmes de Baudelaire ou dans ceux de Musset ou d’Hugo. Si on lit par exemple le recueil des Fleurs du mal (Baudelaire, 1857), on est frappé par l’authenticité de l’expression et sa sincérité, considérées comme caractéristiques essentielles de la littérature romantique. Baudelaire y recourt dans ce livre pour peindre le péché et l’inclination vers le mal. On y trouve aussi des répertoires linguistiques libérés, diversifiés, mariant harmonieusement le trivial, l’insolite, l’élégant et le vulgaire dans la terminologie. Si l’on examine le roman Les misérables (Hugo, 1862), on est séduit par le jeu des divergences ainsi que par l’antagonisme sémantique et stylistique. C’est ce qui fit dire au poète Lamartine que ce roman est un écrit doublement dangereux, car, d’un côté, il sème la panique parmi les bienheureux et, de l’autre, il nourrit l’espoir chez les malheureux.

Le nouveau romantisme médiatique

24Quand on traite du nouveau romantisme médiatique, il ne s’agit nullement de discuter d’un aspect particulier de la production médiatique ni d’une méthode particulière caractérisant le discours des nouveaux médias. Il est plutôt question, d’abord, d’une nature sensitive interne vécue par les individus sociaux, dans une acception médiologique et sociologique du terme, étant donné qu’ils en sont les producteurs du sens.

25Et comme il s’agit d’un sentiment intérieur qui habite l’être humain, le romantisme médiatique reste, de cette manière, une atmosphère générale baignant la société postmoderniste qualifiée de cosmopolite et où l’individualisation, qui apparaît comme une puissance inconnue en dehors de toute manipulation, se manifeste merveilleusement sur les plans politique, artistique, économique et médiatique.

26Si l’on regarde de près les facteurs qui entourent l’apparition de cette nouvelle tendance dans le secteur des médias de masse et de la communication, nous trouverons qu’ils ne diffèrent pas, dans leur particularité, de ceux qui donnèrent naissance au romantisme en Europe (Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Espagne) et qui en firent un courant artistique et intellectuel touchant les domaines de l’art, de la philosophie, de la politique ainsi que de la sociologie et les façonnant de manière à refuser les modes d’expression et de raisonnement courants de l’époque. Et si l’on examine les caractéristiques générales de cette tendance romantique, nous en déduirons qu’il s’agit des mêmes caractères qui ont marqué le romantisme du XVIIIe siècle, comme si la nécessité de « romaniser » le monde prônée par Novalis (2008) réapparaissait dans toute sa splendeur dans un champ interdisciplinaire qui constitue l’essence de sa structure théorique et épistémologique. Le romantisme médiatique naît dans un contexte idéologique et culturel caractérisé par la chute de plusieurs idéologies populaires, par la victoire du privé sur le public et par la critique radicale de la tendance humaniste. Dans ce contexte, tout évolue comme étant une entité individuelle refusant les diktats et résistant à toute forme d’exclusion qui s’exécute dans l’entreprise médiatique. Et si le premier romantisme, celui du XVIIIe siècle, est une révolution contre le rationalisme philosophique et les crédos classiques, le romantisme du XXIe siècle est une révolution contre le rationalisme médiatique qui a généré l’exclusion et aggravé les disparités entre temps social et temps médiatique.

27Il n’y a pas lieu ici de comparer deux époques dissemblables ou semblables, même si les comparer est, dans une certaine mesure, permis pour cerner la vérité des changements qui s’opèrent actuellement dans le secteur des médias de masse et de la communication. Notre objectif est de comprendre la manière dont le romantisme se renouvelle par lui-même dans un champ interdisciplinaire. De surcroît, il est impossible de saisir les particularités des nouveaux médias de masse, dans leurs dimensions professionnelle et académique, sans se pencher sur l’étude des éléments contextuels qui les entourent et la terminologie de leurs contenus. Ces médias s’inscrivent donc dans une logique d’émergence d’un « nouveau romantisme médiatique » caractérisé par « l’exploration du moi » que nous aborderons à la lumière de trois blogues. Pour l’étude de ces blogues nous nous sommes intéressés aux contenus publiés entre 2008 et 2010, période marquée principalement par la montée de la colère en Tunisie contre la pauvreté et la dépravation politique. À ces facteurs sociopolitiques qui engendrent un profond sentiment d’injustice au sein des classes populaires s’ajoute un autre facteur, d’ordre générationnel : l’amertume d’une jeunesse décidée plus que jamais à ne pas se laisser humilier et abuser. Ce climat était propice à l’épanouissement d’une certaine littérature de contestation qui déferle essentiellement par l’intermédiaire des blogues.

Le blogue Boudourou

28Le blogue tunisien Boudourou6 s’intéresse à l’actualité médiatique en Tunisie et s’occupe, comme il est précisé dans sa charte, de publier les mauvais articles afin d’élire les pires à la fin de chaque mois. C’est une occasion pour les blogueurs pour choisir le pire journal, le pire article, le pire journaliste. Il est clair que ce blogue cherche à révéler au grand jour les écarts médiatiques en Tunisie, et cela se fait dans des espaces de réflexion et de critique où l’on s’exprime dans un registre langagier recourant tour à tour à l’arabe classique et à la langue populaire ainsi que, parfois, à des termes en français et en anglais.

29L’expression « boudourou » signifie dans le dialecte tunisien ce qui n’a pas de valeur et dans certains registres populaires ce qui est bas ou vil. Dans le tunisien dialectal, on parle aussi d’un produit « boudourou », c’est-à-dire un produit sans qualité ou issu de la contre-marque. Cela revient indubitablement à la signification du mot dourou, qui désigne une monnaie locale courante, qui n’est ni en or ni en argent, et qui équivaut à cinq millimes tunisiens. On ne peut rien acheter moyennant cette pièce depuis des décennies vu la hausse des prix et le coût élevé de la vie. Ainsi, cette monnaie devient, pour le commun des mortels, synonyme de toute chose dénuée de valeur dans n’importe quel domaine, car la signification du terme a migré du contexte économique vers le contexte culturel et intellectuel. Il est très courant de parler d’idées « boudourou » et de la culture « boudourou ».

  • 7 Le comité de rédaction de Boudourou est composé principalement de Free Race, Clandestino et du Gouv (...)

30Par ailleurs, si l’on examine les pseudonymes des membres du comité de rédaction de ce blogue7, nous trouvons que ces pseudonymes s’adaptent parfaitement à la nature même de l’activité de blogueur qui se définit comme un phénomène communicatif libéré de toute forme de contrôle matériel et symbolique. Ce qui nous semble être encore plus important est le fait que ces pseudonymes s’adaptent harmonieusement à l’âme romantique insufflée dans les nouveaux médias de masse. Ils vont même jusqu’à traduire à merveille l’une des plus grandes caractéristiques du sentiment romantique, à savoir la liberté individuelle. L’un des membres du comité de rédaction porte le nom de Free Race, qui signifie en anglais la « course libre », étant donné que ce jeu n’est géré par aucune loi. Ce pseudonyme révèle clairement la libération de tout contrôle, qui rappelle l’une des plus grandes caractéristiques du romantisme du XVIIIe siècle. Et si ce pseudonyme est pris dans une acception française, il est alors composé d’un terme anglais (free) au sens de « libre » et d’un mot français (race), qui signifie l’« ascendance ». Mais si l’on choisit le dialecte tunisien comme langue contextuelle, le signifiant (race), phonétiquement, signifie « tête ». En résumé, quelle que soit la langue choisie, la composition de ce pseudonyme traduit un comportement libre débarrassé de toute attache.

31L’esprit romantique est inséparable d’un penchant pour la liberté et d’une fuite de toute volonté de confinement. Il serait utile dans ce contexte de revenir à l’une des premières définitions du romantisme, qui, dans son sens le plus général, se perçoit comme une révolution contre les principes du classicisme.

32Le pseudonyme d’un autre membre du comité de rédaction de ce blogue est Clandestino. Ce mot d’origine latine est composé de deux racines. La première, clan, signifie « secrètement » ou « en cachette ». La deuxième, destino, signifie « désigner », « indiquer » ou « identifier ». Dans plusieurs langues, clandestino veut dire « ce qui se fait dans la clandestinité » ou encore « ce qui s’oppose aux lois sociales ». Il signifie également « fuir la censure ». Toutes ces significations sont les mêmes dans les langues indo-européennes telles que le français (clandestin), l’italien (clandestino), l’espagnol (clandestino) ou l’anglais (clandestine). Ce blogueur révèle ouvertement dans les éléments de son curriculum vitæ qu’il vit en clandestin dans son pays, c’est-à-dire qu’il est incapable, sur les plans politique et culturel, d’exercer la liberté d’expression et d’opinion étant donné que la culture dominante — comme le signifie le pseudonyme — est celle du centre qui n’autorise ni la pluralité ni la diversité. Le blogueur, en s’octroyant une identité secrète, peut concrétiser sa liberté individuelle faisant fi des lois et des codes qui régissent le mécanisme de l’univers médiatique et communicationnel.

33Nous revenons de nouveau aux caractéristiques de l’esprit romantique comme étant une tentative d’évasion et d’envol vers de nouveaux horizons, pour trouver chez Baudelaire une nette mise en exergue de l’expression libre et une mise en valeur du moi qui, selon Lamartine, doit être original, libre et singulier en clamant qu’il n’imiterait personne, qu’il serait soi-même et s’exprimerait personnellement pour soi. Baudelaire attaque directement le mal, la débauche, l’oppression et la violence dans ses poèmes et ses romans qui se caractérisent par l’audace ; c’est d’ailleurs ce qui fit censurer son recueil Les fleurs du mal (2006) à maintes reprises.

34La langue représente un vaste horizon pour la libre expression. L’interaction communicative et l’entente se réalisent à l’intérieur même de la langue. La langue n’est pas un simple outil ou un vecteur véhiculant un message significatif réunissant deux personnes au moins (Mseddi, 1986 : 36). Elle est bien plus que cela ; elle ne se contente pas, comme le signale Sapir (1968), de transmettre un message ; elle est fait culturel et va jusqu’à symboliser le monde qu’elle représente, elle est une puissance représentative exerçant son pouvoir sur ses usagers.

35La langue est aussi l’univers au sein duquel se façonnent les orientations culturelles, intellectuelles et idéologiques. Dans les démocraties libérales, la langue est le vrai régisseur de la vie politique ; c’est pour cela qu’il est question là de liberté d’expression dans les régimes totalitaires, car il s’agit d’abord d’un exercice linguistique, qui emprunte un aspect « clandestin » comme dans le cas du pseudonyme dont nous avons discuté, un exercice qui pousse le moi profond à émerger et à s’incarner dans le moi social (Stancati, 2001). Le deuxième échantillon de blogues nous montre ce lien communicationnel privilégié entre le moi profond et le moi social.

Le blogue Bahki wi baS

36Ce blogue8 soudanais est présenté par son créateur dans les termes suivants : « raconter la vérité, cibler le changement positif et se révolter contre un réel social déchu, soutenir la paix et la solidarité entre les peuples. » Par ce recours particulier aux verbes qui le définissent, « raconter, soutenir, changer, se révolter », ce blogue ne diffère en rien du blogue précédent en ce qui a trait à ses objectifs communicatifs puisqu’il y a là aussi une volonté de rebâtir le réel par l’intermédiaire de la liberté d’expression.

37Mais le nom choisi pour ce blogue est particulièrement intéressant sur le plan sémantique, surtout en ce qui a trait à la prononciation des termes Bahki wi bas, car la structure significative double de l’expression est à cheval entre le licite et l’illicite. La signification directe révèle qu’il s’agit seulement de raconter, de relater des choses ni plus ni moins. Toutefois, l’expression sous-entend aussi que le locuteur est parfaitement conscient de l’importance de ses dires, qu’il en appréhende les conséquences fâcheuses et qu’en même temps, il les renie en apparence en avançant qu’il s’agit de simples dires.

38Les deux significations convergent dans cette déviation qui entraîne la transformation du moi profond en un moi social. Cette déviation ne peut aucunement s’opérer en dehors du pouvoir du langage. Le premier moi est écrit, il est le plus important du point de vue sociologique, car il constitue l’objet intellectuel du blogue et incarne le degré de conscience contenue dans le moi. Le deuxième moi est prononcé, il détermine l’identité de l’objet intellectuel du blogue Bahki wi bas.

Le blogue al wa’y-El-misrī

39Le fondateur et rédacteur en chef du blogue al wa’y-El-misrī9 le présente comme étant « au gré de son créateur qui ne travaille pour le compte de personne ». D’emblée, ce blogueur indique la puissance du moi absolu telle que la décrit Fichte. Car selon Fichte (1987), le moi est le foyer du libre agir qui puise son efficacité dans sa volonté et son activité morale continue.

40La position du moi absolu est renforcée dans l’expression « ne travaille chez personne », qui signifie dans la langue égyptienne populaire « je suis mon propre maître et je ne suis redevable à personne », ce qui veut dire aussi dans ce contexte la démolition du centre (le centre du pouvoir) et la libération totale du suivisme, qui généralement oblige l’individu à changer de comportement pour conserver son identité civile. Cela indique que dans la société égyptienne, les régimes oppresseurs continuent de triompher comme c’est le cas dans les espaces fermés.

41Ce blogueur s’évertue à transformer cette équation en modifiant le centre pour ne pas avoir à changer son comportement qui résume la conscience égyptienne. Il devient par conséquent le centre créateur de sens, car la structure des nouveaux médias de masse est une structure chaotique assez souple pour garantir la pluralité des centres et leur décomposition.

42Cela est l’une des caractéristiques les plus représentatives de la tendance romantique dans les nouveaux médias de masse : les individus deviennent de véritables actants dans la construction du réel — intellectuellement et médiatiquement — et dans la création du sens qui, durant de longues décennies, fut gérée par l’instance politique étatique.

43Les exemples de blogues que nous avons étudiés montrent que le moi individuel immigre vers un moi collectif pour affirmer que la centralisation autour du moi s’est faite dans le but de faire basculer les régimes puissants qui détiennent les rênes de la liberté absolue dans la société.

44Le tableau ci-contre nous montre les grands centres d’intérêt des questions intellectuelles et sociologiques dans les échantillons des blogues évoqués précédemment.

Tableau 1. Les centres d’intérêt selon un échantillon de blogues

Tableau 1. Les centres d’intérêt selon un échantillon de blogues

Conclusion

45Étant donné que la structure des nouveaux médias de masse, comme nous l’avons évoqué, est chaotique, une nouvelle forme d’engagement intellectuel et politique cherchant à faire vaciller la conception du réel social voit le jour. Elle contribue à faire apparaître une nouvelle composition d’un réel multiple. Cette forme d’engagement se trouve chez la première génération des romantiques tels que Chateaubriand, Lamartine et Hugo, qui se sont beaucoup investis dans la vie politique de leur époque en faisant état dans leur patrimoine intellectuel et artistique des préoccupations d’une génération angoissée, désespérée et pessimiste. Ainsi, dans le régime des médias de masse individuels populaires, le moi individuel se transforme en un phénomène parlant au nom du moi collectif, culturellement et idéologiquement, comme c’est le cas dans le blogue al wa’y-l-miṣrī (La prise de conscience égyptienne), car ce qui est « individuel » prend la place de « ce qui est collectif », et le premier s’acquitte de la charge d’incarner la conscience collective et de s’occuper des enjeux humains et sociaux.

Haut de page

Bibliographie

BAUDELAIRE, Charles (1857), Les fleurs du mal, Paris, Éditions Malassis-De Broise.

BEAULIEU, Alain (2005), Michel Foucault et le contrôle social, Québec, Presses de l’Université Laval.

BENVENISTE, Émile (2002), Problèmes de linguistique générale, tome II, Paris, Gallimard.

BLOOMFIELD, Leonard (1995), Language, New Delhi, Motilal Banarsidass Publ.

CHATEAUBRIAND, François-René, vicomte de (1802), René ou Les effets des passions, Paris, Migneret.

DERRIDA, Jacques (1998), Of Grammatology, Baltimore, JHU Press.

FICHTE, Johann (1987), The Vocation of Man, Cambridge, Hackett Publishing.

FICHTE, Johann (2007), De la liberté de penser, traduit par Jules Barni, réédité par Cyril Morana, Paris, Mille et une nuits.

FOUCAULT, Michel (1975), Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

GODDARD, Jean-Charles (2000), Fichte : le moi et la liberté, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Débats ».

HABERMAS, Jürgen (1999), De l’éthique de la discussion, Paris, Flammarion.

HEGEL, Friedrich (1820), Principes de la philosophie de droit ou Droit naturel et science de l’État, Berlin, Librairie Philosophique Vrin.

HEIDEGGER, Martin (2008), La logique comme question en quête de la pleine essence du langage, Paris, Gallimard.

HIDRI, Abdallah (1987), L’information politique télévisée en Tunisie. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication sous la direction d’André TUDESQ, Bordeaux, Université de Bordeaux 3.

HIDRI, Abdallah (1989), « Information et espaces d’information », Revue tunisienne de communication, p. 15-26.

HIDRI, Abdallah (2012), New Media : Order and Chaos, Tunis, Éditions Sahar.

HUGO, Victor (1862), Les misérables, Paris, Pagnerre libraire-éditeur.

JAMESON, Fredric (2007), Le postmodernisme ou La logique culturelle du capitalisme tardif, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts.

KANT, Émile (1835), Critique de la raison pure, Paris, Librairie philosophique de Ladrange.

KASPI, André (2004), La civilisation américaine, Paris, Presses universitaires de France.

LYOTARD, Jean-François (1979), La condition postmoderne : rapport sur le savoir, Paris, Minuit.

Moscovici, Serge et Willem Doise (1984), Psychologie sociale, Paris, Presses universitaires de France.

MSEDDI, Ali (1986), al lisāniyāt wa ‘ususuha-l-ma῾rifiyya, Tunis, La maison tunisienne de l’édition.

NOVALIS (2008), Le monde doit être romantisé, traduit par Olivier Scherer, Paris, Allia.

PIERCE, Charles S (1978), Écrits sur le signe (rassemblés, traduits et commentés par G. DELEDALLE), Paris, Seuil.

SAPIR, Edward (1968), Linguistique, Traduit de l’anglais par Jean-Elie BOLTANSKI et Nicole SOULÉ-SUSBIELLE, Paris, Les Éditions de Minuit.

SEARLE, John (1998), La construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard.

SMATI, Nozha (2009a), « Paysage audiovisuel tunisien en mutation ? », Confluences Méditerranée, no 69, p. 87-97.

SMATI, Nozha (2009b), « La configuration audiovisuelle tunisienne entre monopolisation et libéralisation du secteur », Entrelacs.fr [En ligne]. http://w3.lara.univ-tlse2.fr/entrelacs/spip.php?article165. Page consultée le 20 mars 2012.

STANCATI, Claudia (2001), Henri Bergson : esprit et langage, Bruxelles, Éditions Mardaga.

Haut de page

Notes

1 Pour Fichte (2007), le moi est un tout dans l’univers. Quant à Schelling, il considère que le tout est dans le moi.

2 La dialectique de la différence correspond à ce que Hegel nomme « l’intersubjectivité », qui est un concept philosophique développé pour la première fois par Kant signifiant que l’existence de soi repose sur la reconnaissance réciproque entre sujets qualifiés de différents. Cette reconnaissance est in fine une reconnaissance de la différence comme étant une particularité marquant les sujets.

3 Concept emprunté à Moscovici et Doise (1984 : 216-221).

4 Nous empruntons cette expression à Searle (1998).

5 Voir à ce propos les actes du quatrième colloque du CRI sur La nouvelle sphère intermédiatique, mémoire et médiations. Entre l’Europe et les Amériques, Montréal, Université du Québec à Montréal, 9 au 19 octobre 2002.

6 On trouve ce blogue à l’adresse suivante : www.boudourou.blogspot.fr page consultée en novembre 2010.

7 Le comité de rédaction de Boudourou est composé principalement de Free Race, Clandestino et du Gouverneur de Normal land.

8 On trouve ce blogue à l’adresse suivante : www.abdallamakki.maktoobblog.com page consultée en novembre 2010. « Bahki wi bas » veut dire « raconteur simplement ».

9 On trouve ce blogue à l’adresse suivante : http://misrdigital.blogspirit.com page consultée en novembre 2010. « al wa’y-El-misrī » veut dire « la prise de conscience égyptienne ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les centres d’intérêt selon un échantillon de blogues
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4510/img-1.png
Fichier image/png, 111k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdallah Hidri et Nozha Smati, « Le self media et l’exploration du moi », Communication [En ligne], Vol. 31/2 | 2013, mis en ligne le 18 septembre 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/4510 ; DOI : 10.4000/communication.4510

Haut de page

Auteurs

Abdallah Hidri

Abdallah Hidri est professeur assistant en sciences de l’information et de la communication au Département de communication à l’Université du Qatar. Courriel : hidri.adam@yahoo.fr

Nozha Smati

Nozha Smati est enseignante au Département Culture de l’Université Lille 3 Charles de Gaulle et membre du laboratoire GERiiCO (EA 4073). Courriel : nozha.smati@univ-lille3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org