Navigation – Plan du site
Lectures

Réal BRISSON (2000), Oka par la caricature. Deux visions distinctes d’une même crise

Québec, Les Éditions Septentrion.
Estelle Lebel
p. 195-202
Référence(s) :

Réal BRISSON (2000), Oka par la caricature. Deux visions distinctes d’une même crise, Québec, Les Éditions Septentrion.

Texte intégral

  • 1 En 1886, date d’un important glissement de terrain à Oka, et en 1910, des conifères dont des pins b (...)
  • 2 En 1886, date d’un important glissement de terrain à Oka, et en 1910, des conifères dont des pins b (...)

1Des Indiens Mohawks occupaient, déjà avant la Conquête (1759), la seigneurie du lac des Deux-Montagnes, aujourd’hui la région d’Oka-Kanesatake, près de Montréal. Pendant deux cents ans, ils réclamèrent leurs droits de propriété et d’usage des lieux. En 1945, la propriété seigneuriale fut vendue à des intérêts étrangers et le gouvernement canadien récupéra certaines parcelles de terre au profit des Iroquois d’Oka. Pendant les décennies qui suivirent, les Mohawks de Kanesatake soumirent à leur tuteur fédéral des prétentions territoriales, certaines globales (droits à titre de premiers occupants) mais surtout particulières (base territoriale acceptable à Oka). Un projet de développement mis de l’avant par la mairie locale et ses promoteurs (agrandissement d’un terrain de golf et construction de résidences de luxe dans la pinède centenaire1) sur des terres faisant toujours l’objet d’un litige mena à l’affrontement. Du 11 juillet au 26 septembre 1990 des warriors2 (guerriers) armés érigèrent des barricades sur des routes conduisant à Montréal. Devant l’intransigeance des mutins, l’autorité civile s’en remit aux militaires canadiens qui dressèrent à leur tour des barrages aux entrées des territoires indiens (réserves). Cet état de siège dura trois mois durant lesquels la violence et le désordre régnèrent.

2Bien que de durée relativement courte, cet incident exceptionnel offre un moment privilégié et exemplaire d’examiner la confrontation des valeurs et des cultures qui s’est inscrite au cœur des débats sur la constitution canadienne, sur la question nationale québécoise et sur l’éveil amérindien. Trois nationalismes s’y sont affrontés. Réal Brisson, historien, rend compte de cette confrontation entre trois nationalismes dans un ouvrage superbe, soutenu par l’étude de plus de 1 200 caricatures et illustrations tirées d’une quarantaine de journaux canadiens, anglophones et francophones.

3Trois axes de lecture structurent l’ouvrage : l’image du pouvoir et des institutions, la perception de l’Autre (de l’Amérindien mais aussi de la société québécoise dans les caricatures des quotidiens anglophones (ill. p. 179)) et le spectacle médiatique. Pour chacune de ces lectures, l’analyste tire son mordant de la comparaison constante entre les discours et les motivations qu’il retrouve dans les corpus anglophones et francophones et met en évidence deux visions différentes des mêmes événements. En privilégiant trois aspects – politique, socioculturel et ludique (le spectacle) —, les trois chapitres posent, à leur tour, les questions suivantes : de qui s’agit-il principalement ? De quoi s’agit-il exactement ? Quel est le rôle tenu par chacun dans cette représentation ?

4C’est par l’Amérindien que tout commence ; les caricaturistes se livrent à une quête quasi obsessionnelle de son authenticité, de son indianité (ill. p. 54).

5Les différentes formes de théâtralité déployées dans les dessins rendent bien cet univers de mystification mais aussi les inquiétudes exprimées dans les deux corpus linguistiques. Dans le deuxième chapitre, intitulé « Guerre et paix », l’auteur trace le cheminement parallèle des communautés blanches (forces de l’ordre, ministres) et autochtones (warriors, porte-parole mohawks). Une menace constante plane sur la pinède, celui du danger d’un affrontement sanglant, mais aussi l’espoir d’une entente négociée. La barricade et la table de négociation, entre autres référents iconiques, symbolisent bien ces « forces » concurrentielles. Enfin, le dernier chapitre s’intéresse à la place occupée par les deux protagonistes : le warrior, cette force menaçante qu’il faut contrôler, et le policier, représenté par la Sûreté du Québec, qui ne fait pas le poids et qui sera remplacé par le soldat de l’armée canadienne. Le temps jouera en la faveur de l’armée, supérieure en nombre et en équipement, qui, avec persévérance et après de nombreuses tergiversations, poussera l’adversaire à l’épuisement. Si les journaux de langues anglaise et française s’entendent pour attribuer, en général, une bonne note à l’armée, plus du tiers des caricatures anglophones contre une seule francophone critiquent l’armée pour avoir imposé des restrictions aux journalistes.

6À ces protagonistes s’ajoutent quelques manifestants blancs : banlieusards frustrés par les entraves de circulation, individus outrés par la provocation armée des Mohawks, résidants d’Oka pris en otage et dont les maisons ont été vandalisées. Plusieurs centaines de citoyens blancs ont lancé des pierres sur un cortège de 75 voitures transportant des Mohawks (femmes, enfants et personnes âgées pour la plupart) qui avaient emprunté le pont Mercier pour quitter la réserve de Kahnawake en direction de Montréal par crainte d’un assaut militaire. Ces manifestants suscitent peu la sympathie de la presse, même francophone. Alors que la « lapidation » provoque, dans la presse francophone, une vive inquiétude pour ce qu’il adviendra des relations entre communautés blanches et amérindiennes au terme des hostilités (ill. p. 197), la presse anglophone dénonce d’un ton féroce l’aspect rustre et primitif des protestataires et un « retour à l’âge de pierre » (ill. p. 195). Elle les accuse d’être « les vrais sauvages », des warriors blancs, des racistes et elle semble confondre le lieu de la manifestation médiatisée de la « lapidation » avec le grand Montréal sinon avec tout le Québec. Certains caricaturistes anglophones font porter le blâme à toute la collectivité francophone et d’autres encore associent les lanceurs de pierres à la « société distincte » (c’est-à-dire le Québec) (ill. p. 201).

  • 3 L’expression lac Meech réfère aux pourparlers constitutionnels laborieux sur le statut distinct du (...)

Dans la foulée de Meech3, sous le prétexte d’une mise en accusation, légitime du reste, d’une poignée d’individus malfaisants, voire racistes, c’est le procès de toute une société qui paraît en filigrane, qui s’exprime en termes à peine voilés. Ce dérapage est inexistant dans la caricature francophone (p. 201).

7Pour l’auteur, l’interprétation des événements découle, en partie, du malaise ou du contentement que ressentent les communautés francophones et anglophones à l’endroit des autochtones au lendemain de l’échec des pourparlers constitutionnels. La version généreuse de l’autochtone de la presse anglophone comporte aussi un fondement idéologique qui s’inscrit dans la rivalité séculaire des « deux peuples fondateurs » du Canada. Un troisième nationalisme se révèle, donnant au pays un nouveau sursis, car le Québec ne peut plus faire cavalier seul dans sa démarche autonomiste. L’imagier d’Oka rend compte de deux perceptions contrariées du même événement, de deux visions blanches, et d’une troisième solitude, l’amérindienne.

8Près de cent pages d’annexes (dont 25 de notes) présentent une foule de renseignements utiles au lecteur : la chronologie des événements, le traitement méthodologique et la revue des études tant sur la crise que sur le dessin de presse, une bibliographie comprenant les sources journalistiques, les études sur Oka et les autochtones ainsi que celles sur l’image. Connaissant bien ce dernier champ d’études, il m’importe de dire que l’auteur a puisé dans les méthodes les plus récentes et les théories les plus solides pour analyser les images. Son regard s’en est trouvé enrichi et le récit qu’il fait de cette crise, sans paraphraser les images, dénote une lecture minutieuse et rigoureuse. L’ouvrage comprend aussi un index très efficace qui liste à la fois les noms des quotidiens, des caricaturistes, des lieux, des actants (Mohawks, politiciens, policiers, militaires) et des institutions amérindiennes, québécoises et canadiennes (Longhouse, Conseil de bande, Sûreté du Québec, sénat canadien).

9Sur le plan méthodologique, l’auteur note que la caricature entraîne un métissage de plusieurs disciplines scientifiques, car la recherche favorise des incursions dans les domaines périphériques telles la science politique, l’histoire des représentations, la sémiologie de l’image, la linguistique, l’anthropologie, la psychologie sociale et l’analyse de discours. La mécanique de la démarche d’enquête a exigé un quadrillage systématique du corpus enregistré sur support informatique, à l’aide de descripteurs (une centaine) issus, d’une part, d’une lecture neutre de l’image et, d’autre part, d’une lecture à caractère thématique des messages journalistiques. Les dessins pouvaient susciter plusieurs descripteurs, ce qui augmentait la possibilité de correspondance entre les documents. Le balayage systématique de la source visait à comptabiliser les dessins qui partageaient les mêmes mots clés pour indiquer le poids des principales orientations éditoriales tout en établissant des liens entre les images. La grille d’analyse appliquée à chaque caricature a permis de décrire

  1. les personnages,

  2. les processus narratifs (thymie, point de vue et procédé narratif du caricaturiste, scénario, décor, accessoire),

  3. la construction graphique (procédé rhétorique, humour, contraste et composition),

  4. le contexte

  5. et un commentaire référant au thème évoqué, le sens et les cibles, les particularités et une synthèse interprétant l’ensemble.

10Cette lecture a été faite par grappe de dessins regroupés par indicateurs. Bien que l’enquête soit principalement une analyse qualitative, l’accumulation des mêmes objets ou situations a permis d’asseoir la recherche sur la quantité, plaçant de ce fait l’étude à l’abri de détail abusif et trompeur. Il est déplorable qu’il n’y ait pas de correspondance entre les références aux caricatures dans le texte (celles dont on parle) et celles figurant comme illustration. Le rappel du numéro de la liste des caricatures du corpus, dans la légende de celle reproduite, aurait facilité la lecture simultanée du visuel et du texte ; simultanéité qui est source du plaisir que procure ce type d’ouvrage discourant à partir d’images.

11La caricature a longtemps été marginalisée dans la recherche, malgré ses grandes qualités comme source de réflexion sur les contraintes du métier propres au monde de la presse quotidienne (vitesse de conception de l’image, heures de tombée, précipitation des événements) qui rendent toute l’émotion de la nouvelle tout en garantissant une grande authenticité archivistique. Pamphlet visuel et humoristique, la caricature se retrouve à mi-chemin entre le propos souvent injurieux de la tribune téléphonique et le raisonnement plus mesuré et en apparence objectif de l’éditorial. « Version délinquante de la pensée éditoriale », la caricature témoigne de façon originale ; elle marque la chronologie des événements, indique les incohérences politiques et véhicule des valeurs et des attitudes collectives.

[…] chaque communauté (Mohawk et québécoise) […] aura subi, par petites doses graphiques venimeuses, une certaine forme de pillage et d’écorchement de son identité culturelle […] [A]u Qui sont-ils? lancé aux autochtones tout au long de l’enquête et encore saisi du regard chargé et troublant de l’« autre » Canada, [l’auteur se demande à la fin de ce parcours]: Qui suis-je réellement? (p. 213).

Haut de page

Notes

1 En 1886, date d’un important glissement de terrain à Oka, et en 1910, des conifères dont des pins blancs et rouges au nombre de 100 000 ont été plantés dans ce qui était connu comme la Petite Commune et la Grande Commune, là où se sont déroulés les premiers affrontements de la crise d’Oka. Plusieurs de ces arbres serviront à la fabrication des barricades des Mohawks (p. 221). Une faction militante de la Maison Longue de Kanesatake s’identifie alors comme le « Peuple des pins » (p. 44).

2 En 1886, date d’un important glissement de terrain à Oka, et en 1910, des conifères dont des pins blancs et rouges au nombre de 100 000 ont été plantés dans ce qui était connu comme la Petite Commune et la Grande Commune, là où se sont déroulés les premiers affrontements de la crise d’Oka. Plusieurs de ces arbres serviront à la fabrication des barricades des Mohawks (p. 221). Une faction militante de la Maison Longue de Kanesatake s’identifie alors comme le « Peuple des pins » (p. 44).

3 L’expression lac Meech réfère aux pourparlers constitutionnels laborieux sur le statut distinct du Québec dans la Confédération canadienne qui eurent lieu quelques mois avant la crise. L’entente à laquelle sont arrivés les dix premiers ministres provinciaux et le premier ministre canadien devait être entérinée, avant la date butoir, par les dix assemblées provinciales pour qu’elle soit inscrite dans la constitution canadienne. Le député autochtone, Elijah Harper, par son vote d’opposition, empêcha la province d’Alberta de ratifier l’entente avant la date butoir. Son opposition voulait signaler le fait que les chefs des premières nations avaient été exclus du débat

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Lebel, « Réal BRISSON (2000), Oka par la caricature. Deux visions distinctes d’une même crise », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 195-202.

Référence électronique

Estelle Lebel, « Réal BRISSON (2000), Oka par la caricature. Deux visions distinctes d’une même crise », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/4540

Haut de page

Auteur

Estelle Lebel

Estelle Lebel est professeure au département d’information et communication, Université Laval. Courriel : estelle.lebel@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org